AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.2 /5 (sur 150 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Saint-Petersbourg , le 29/08/1872
Mort(e) le : 04/09/1930
Biographie :

Vladimir Klavdievitch Arseniev était un officier-topagraphe de l'armée russe, explorateur de la Sibérie orientale (appelée aussi « Extrème-Orient russe »).
Il raconta ses voyages dans plusieurs livres dont le plus connu est Dersou Ouzala (adapté au cinéma par deux fois, notamment par Akira Kurosawa) qui décrit ses explorations de la vallée de l'Oussouri aux côtés d'un vieux trappeur de 1902 à 1907. Il fut aussi un des premiers à décrire nombre d'espèces de la flore de Sibérie.
Durant la Guerre civile (1918-1921), il fut Commissaire aux Minorités ethniques de l'éphémère République d'Extrême-Orient.
Sa maison à Vladivostok est devenue un musée ; une ville des régions qu'il a explorées a pris son nom en son honneur.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Vladimir Arséniev   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
Erveine   19 juillet 2022
Dersou Ouzala de Vladimir Arséniev
La faune de ces steppes marécageuses se compose principalement d’animaux à plumes. Qui ne s’est jamais trouvé sur le cours inférieur du Liefou en période de migration ne peut imaginer ce qu’on y voit. Des milliers et des milliers d’oiseaux s’étiraient vers le sud, par volées grandes ou petites. Certains allaient dans le sens contraire, d’autres filaient transversalement. Les colonnes tantôt s’élevaient en l’air, tantôt se laissaient descendre, toutes striant le ciel, qu’elles fussent proches ou lointaines, surtout en bas, à l’horizon qui paraissait tendu d’une toile d’araignée. Cela me subjuguait. C’étaient les aigles qui volaient le plus haut. Les ailes déployées, puissantes, ils planaient en décrivant de larges cercles. Les distances leur importaient peu ! Certains tournoyaient à une altitude telle qu’on les distinguait à peine. Plus bas volaient les oies, à une hauteur néanmoins respectable. Prudents par nature, ces oiseaux fendaient l’air en ordre rectiligne, battant des ailes à contre-mesure et remplissant le ciel de leurs cris perçants. Bernaches et cygnes les côtoyaient. Plus près de la terre étaient les canards, bruyants et pressés. Il y avait là des volées de pesants colverts, facilement reconnaissables au sifflement de leurs ailes, et, à ras de terre, des sarcelles et autres espèces de petite taille. Parfois se montraient buses et crécerelles. Ces falconidés dessinaient de jolis ronds dans l’air et faisaient de longs surplaces à l’affût de leurs proies à terre, l’œil acéré, l’aile trépidante. De temps à autre, ils s’écartaient, reprenaient leurs rondes et, pliant soudain les ailes, piquaient vers le sol puis, ayant frôlé l’herbe, remontaient prestement dans les airs. Blanches comme neige, des mouettes agiles, gracieuses, et des sternes élégantes, véloces, pailletaient l’azur du ciel. Les courlis volaient avec légèreté en exécutant des virevoltes d’une étonnante beauté. Des hardes au long bec, en plein vol, jetaient des regards de-ci de-là, comme en quête d’un endroit où se poser. Des pluviers marins préféraient ne pas quitter les dépressions marécageuses : sans doute se laissaient-t-ils guider par des nappes d’eau stagnante. Et cette masse immense filait vers le sud. Un tableau majestueux ! (P.74-75)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
ninamarijo   17 décembre 2014
Dersou Ouzala de Vladimir Arséniev
Dans la taÏga oussourienne, il faut toujours prévoir la possibilité de se trouver face à face avec des fauves. Mais rien n'est plus désagréable que de se heurter à un être humain. La bête, généralement se sauve à la vue d'un homme et ne l'attaque que si elle est pourchassée... Un être humain est tout autre chose, il n'y a pas de témoins oculaires dans la taïga, aussi la coutume a-t-elle créé une tactique singulière / l'homme qui en aperçoit un autre doit tout d'abord se cacher et tenir sa carabine prête...
Commenter  J’apprécie          161
ninamarijo   14 décembre 2014
Dersou Ouzala de Vladimir Arséniev
Arseniev avait écrit en 1930, lors de l'un de ses ultimes voyages : "Au cours des vingt dernières années, le kraÏ de l'Oussouri a changé terriblement. Les forêts primaires et vierges ont brûlé, et les mélèzes, bouleaux, ormes ont poussé à leur place. Aujourd'hui, les locomotives à vapeur sifflent là où rugissait le tigre. De vastes cités russes s'étendent là où étaient des campement de trappeurs solitaires. Les Toungouses se sont enfuis vers le nord et le nombre de bêtes sauvages dans la taïga a baissé sensiblement.... Si la nature est détruite, l'être humain le sera ...
Commenter  J’apprécie          161
Jcequejelis   25 décembre 2013
Dersou Ouzala de Vladimir Arséniev
Quelqu'un d'autre va bien arriver ici, répondit le Gold. Il verra cette baraque et sera heureux d'y trouver du bois sec, des allumettes et de quoi manger pour ne pas périr. »

J'en fus profondément saisi. Ainsi, Dersou pensait d'avance à quelque passant inconnu. Il ne verrait cependant jamais cet anonyme et celui-ci, à son tour, ne saurait point à qui il serait redevable du feu et de la nourriture. Je me rappelai à ce propos que nos soldats brûlaient toujours, en quittant un bivouac, ce qui restait de combustible dans le bûcher.



1444 - [p. 28]
Commenter  J’apprécie          151
Erveine   18 juillet 2022
Dersou Ouzala de Vladimir Arséniev
On dira : un passé lointain. Mais qui dira qu'il s'est cicatrisé ? Telle est l'œuvre d'Arseniev : lointaine et présente. Ces forêts qui brûlent et cette faune qui périt par la faute des hommes qui les bafouent, ces peuples uniques qu'on acculture, ces vieux savoirs qu'on méprise, cette planète qu'on abîme... C'est Dersou, c'est nous.

Yves Gauthier (Introduction p. 31)
Commenter  J’apprécie          157
MELANYA   04 novembre 2021
Aux Confins de l'Amour de Vladimir Arséniev
N’était-il pas temps de se mettre en route ? Ils faisaient “non” de la tête. Je pensais déjà passer une deuxième nuit sur place quand mes deux Orotches, soudain, se levèrent d’un bond et coururent aux canots.
Commenter  J’apprécie          154
Jcequejelis   26 décembre 2013
Dersou Ouzala de Vladimir Arséniev
J'avais toujours pensé que l'égoïsme est le propre de l'homme primitif et que les sentiments d'humanité étaient inhérents aux seuls civilisés. Ne m'étais-je pas trompé ?



1445 - [p. 36]
Commenter  J’apprécie          110
GODON   16 août 2015
Dersou Ouzala de Vladimir Arséniev
Nous n'avions pas fait deux cents pas quand nous retombions sur la piste du félin. Il nous avait de nouveau suivis pendant notre retour, mais maintenant encore, comme la première fois, il sentit notre approche et évita une rencontre. Dersou s’arrêta, tourna le visage du côté où le tigre s’était apparemment embusqué et lança d'une voix sonore où perçaient des notes indignées : «Pourquoi nous suis-tu?… Que te faut-il Amba? Nous marchons sur le sentier, sans te déranger. A quoi bon nous pourchasser? La taïga n'est-elle pas assez grande?»

Brandissant son fusil, le Gold était dans un état d'excitation où je ne l'avais jamais encore vu. A en juger d'après son regard, il avait la foi profonde que ce tigre, cet «Amba», écoutait et comprenait ses paroles. Dersou était convaincu que le fauve allait accepter le défi ou bien nous laisser en paix et s’en aller ailleurs. Au bout de trois minutes, le vieux poussa un soupir de soulagement, alluma sa pipe, mit sa carabine sur l’épaule et reprit le chemin d'un pas assuré. Son visage redevint à la fois indifférent et concentré. C'est qu'il venait de confondre le tigre et de l'obliger à partir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Jcequejelis   31 décembre 2013
Dersou Ouzala de Vladimir Arséniev
Je me souvins alors d'avoir entendu dire par Dersou que l'écureuil amassait des provisions abondantes, parfois pour une période de deux ans. Pour en empêcher la détérioration, il les sort de temps à autre et les fait sécher sur du chablis, quitte à les rapporter le soir à son terrier.



1480- [p. 76/7]
Commenter  J’apprécie          100
ninamarijo   17 décembre 2014
Dersou Ouzala de Vladimir Arséniev
Au coucher du soleil, lorsque disparurent les insectes du jour, d'un volume tant soit peu apréciable, il en arriva d'autres, presque imperceptibles à l'oeil et appelés "mokretz". Une démengeaison brûlante qu'on ressent aux oreilles est le premier indice de l'apparition de ces horribles êtres infimes. La seconde sensation est celle d'une toile d'araignée se posant sur votre visage. C' est le front qui en souffre le plus. Mais les insectes pénètrent aussi dans les cheveux, les oreilles, le nez et la bouche...
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1648 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur cet auteur