AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.33 /5 (sur 396 notes)

Nationalité : Slovénie
Né(e) à : Trieste , le 24/02/1903
Mort(e) à : Ljubljana , le 12/09/1967
Biographie :

Vladimir Bartol est un écrivain slovène. Son roman Alamut a été traduit dans de nombreuses langues et l'a fait connaître mondialement.

Après avoir étudié à l'université de Ljubljana et à la Sorbonne, il servit dans l'armée et vécut en 1933-34 à Belgrade où il édita un hebdomadaire.

Il participa activement à la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale.

Introducteur des théories de Freud dans la Yougoslavie d’avant la Seconde Guerre mondiale, féru de philosophie (il fut traducteur de Nietzsche) et de biologie (ses travaux sur les lépidoptères côtoient aujourd’hui ceux de Nabokov dans les bibliothèques universitaires), il se veut d’abord essayiste.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
Fabinou7   23 mars 2020
Alamut de Vladimir Bartol
"Il existe des gens pour qui la planète entière est une prison.



Qui voient l'espace infini du monde, les millions d'étoiles et de corps célestes étrangers dont l'accès leur est fermé pour toujours.



Cette conscience fait d'eux les plus grands esclaves du temps et de l'espace."
Commenter  J’apprécie          350
nanek   02 août 2015
Alamut de Vladimir Bartol
"Les foules craignent l'incertitude, c'est pourquoi elles préfèrent le mensonge qui affirme quelque-chose de solide à un savoir même sublime, qui ne leur offre pas de prise ferme."
Commenter  J’apprécie          331
Nuageuse   19 juin 2016
Alamut de Vladimir Bartol
Allez d'homme en homme et essayez de convaincre chacun. La première chose à faire est d'obtenir sa confiance. Ne soyez pas doctrinaires, adaptez votre façon d'agir à chaque cas. Si vous voyez que quelqu'un est rigoureusement croyant et qu'il a une confiance illimitée dans le Coran, montrez-vous, vous aussi, sous ce jour. Dites lui que la foi décline sous le sultan seldjoukide et que le calife de Bagdad est devenu son valet. S'il vous répond que l'imam du Caire est un étranger et un usurpateur, approuvez-le, mais insistez sur le fait que tout n'est pas rose avec le plénipotentiaire de Bagdad. [...] Là où vous tombez sur un homme plus sagace qui se moque du Coran et de la doctrine religieuse en cachette ou même en public, dites lui que, dans son essence, l'ismaélisme est identique à la libre-pensée et que la reconnaissance des sept imams n'est que de la poudre aux yeux et un appât pour les masses ignorantes. Traitez ainsi chaque individu suivant son caractère et ses opinions et amenez-le insensiblement à mettre en doute la justice de l'ordre établi. Par ailleurs, montrez vous humbles et satisfaits de peu, comportez-vous selon les us et coutumes de sa région et de son groupe et, dans toutes les choses non essentielles, cédez à votre interlocuteur. Il doit avoir l'impression que vous êtes savants et expérimentés, que pourtant vous l'apprécie au plus haut point et que vous êtes nombreux à pouvoir lui faire prendre le bon chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
nadiouchka   21 mai 2020
Alamut de Vladimir Bartol
- Allah a a créé Adam à partir de quatre éléments. D’abord il a eu besoin d’une matière solide.Celle-ci étant cassante et friable,il l’a réduite en poussière et un autre élément lui a été nécessaire, l’au. Il l’a mélangée à la poussière et a obtenu de l’argile. De l’argile, il a pétri la silhouette de l’homme. Mais cette silhouette était molle et sa forme se modifiait à chaque contact. Il a donc créé le feu avec lequel il a séché la couche externe de l’homme dont, dès lors, la peau

a été souple. Comme il était très lourd, il a enlevé un peu de matière de sa poitrine. Pour que les parois externes ne s’effondrent pas en raison du vide créé, il a rempli la cavité du quatrième élément, l’air.Ainsi, a été achevé le corps humain, et encore aujourd’hui il se compose de ces quatre matières premières, la terre, l’eau, le feu et l’air. P.88/89
Commenter  J’apprécie          130
mesrives   19 novembre 2015
Alamut de Vladimir Bartol
Après le dîner Ibn Tahir, n'en pouvant plus de fatigue, renonça à accompagner les autres dans leur promenade du soir. Il se retira au dortoir et s'allongea sur sa couche. Il mit du temps avant de pouvoir fermer les yeux. Tout ce qu'il venait de vivre depuis son arrivée à Alamut défilait devant ses yeux en une succession d'images violentes. L'affable dey Abu Soraka et le sévère capitaine Minutcheher lui rappelaient encore tant soit peu la vie extérieure. Mais l'énigmatique et bizarre Al-Hakim, et le dey Abdul Malik, doués tous deux de si prodigieuses facultés, et plus encore peut-être le mystérieux et sombre dey Ibrahim l'avaient introduit dans un monde entièrement nouveau. Et il commençait déjà à se rendre compte que ce monde nouveau avait ses lois propres, strictes et inflexibles; qu'il était organisé et dirigé de l'intérieur, de dedans vers le dehors, achevé et se suffisant à lui-même, logique et sans faille. Il n'y entrait pas sur la pointe des pieds. Il s'y trouvait projeté avec une brutalité inouïe. Et maintenant il y baignait tout entier. Oui, hier encore, il était là-bas, de l'autre côté. Et aujourd'hui, il le sentait bien, il appartenait tout entier à Alamut.

Une tristesse profonde s'empara de lui, car il avait dit adieu à tout un monde. Il avait l'impression que le chemin du retour lui était à jamais barré. Mais il sentait dans le même temps s'éveiller en lui l'impatience grisante du lendemain, la curiosité passionnée des mystères qu'il devinait partout autour de lui, et la ferme volonté de n'être en rien inférieur à ses compagnons.

- Me voici donc à Alamut, dit-il à haute voix pour lui-même. Qu'ai-je donc encore à regarder en arrière?

Cependant il évoqua encore une fois en pensée le souvenir de la maison natale, de son père, de sa mère, de ses soeurs. Et il leur dit adieu dans le secret de son coeur. Après quoi ses songeries s'embrumèrent, et il s'endormit dans une heureuse attente de l'inconnu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
philippe91   13 août 2018
Alamut de Vladimir Bartol
Il est vrai que nous nous trompons constamment sur la vie, et que nous sommes volontiers victimes de fausses convictions. Mais devons-nous renoncer à toute joie sous prétexte que toute joie repose sur des propositions mensongères?
Commenter  J’apprécie          120
Orphea   05 juillet 2012
Alamut de Vladimir Bartol
-- ... Ce ne sont point les choses en elles-mêmes qui nous rendent heureux ou malheureux, rêvait Hassan à voix haute, tandis que ses deux amis l'observaient, allongés sur les coussins... mais seulement l'idée que nous nous en faisons, et les fausses certitudes dont nous nous flattons. L'avare cache son trésor dans quelque endroit ignoré de tous : il simule la pauvreté en public mais jouit en secret de se savoir riche. Un voisin découvre la cachette et lui prend son trésor... Cela empêche-t-il le ladre de jouir de sa richesse tant qu'il n'a pas découvert le vol ? Et si la mort le surprend avant qu'il ait eu vent de son infortune, il rendra le dernier soupir avec l'heureux sentiment de posséder le monde ! Il en ainsi de l'homme qui ne sait pas que sa maîtresse le trompe. S'il ne le découvre pas, il continuera de goûter en sa compagnie des instants exquis. Supposons maintenant que son épouse chérie soit la fidélité même, mais que des lèvres mensongères parviennent à le persuader du contraire... il subira les tourments de l'enfer. Ce ne sont donc ni les choses ni les faits réels qui font le départ entre notre bonheur et notre malheur, mais seulement les représentations que nous propose notre conscience vacillante. Chaque jour nous révèle à quel point ces représentations sont mensongères et trompeuses. Notre bonheur ne repose sur rien de solide. Et combien peu justifiées sont souvent nos plaintes ! Quoi d'étonnant que le sage soit indifférent à l'un comme aux autres... et si seuls les rustres et les imbéciles peuvent jouir du bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
PiertyM   22 avril 2014
Alamut de Vladimir Bartol
Ce ne sont point les choses en elles-mêmes qui nous rendent heureux ou malheureux, mais seulement l'idée que nous nous en faisons, et les fausses certitudes dont nous nous flattons



Commenter  J’apprécie          120
Dionysos89   11 juillet 2020
Alamut de Vladimir Bartol
[Les foules] craignent l’incertitude et c’est pourquoi elles préfèrent un mensonge qui affirme quelque chose de solide à un savoir, même sublime, qui ne leur offre pas de prise ferme.
Commenter  J’apprécie          120
laulautte   10 mai 2020
Alamut de Vladimir Bartol
"Il me semble, poursuivais-je alors après un instant de réflexion, que plus personne aujourd'hui ne courrait de gaîté de cœur à la mort sur la seule promesse d'entrer ensuite au paradis." - "Les peuples aussi vieillissent, répondait-il, l'idée du paradis s'est émoussée dans l'esprit des gens et ne suscite plus l'exaltation de jadis. Les gens n'y croient plus que par paresse, par crainte de devoir s'accrocher à quelque chose de nouveau. " - Tu penses par conséquent que, de nos jours, le prophète qui annoncerait le paradis aux multitudes pour les gagner à sa cause tomberait à côté ?" Omar souriait : "Tout à fait à côté. Car un même flambeau ne brûle pas deux fois, pas plus que refleurit la tulipe fanée. Le peuple est content de ses petites aises. Si tu n'as pas la clef qui lui ouvre le paradis de son vivant, il vaut mieux abandonner toute idée de devenir son prophète."
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Vladimir Bartol(1)Voir plus


Quiz Voir plus

Révolutions, insurrections et autres trumperies ....

La révolution en Iran, racontée par Marjane Satrapi

Persécutée
Persepolis
La révolte des perses
Perse et Police

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : révolution française , insurrectionCréer un quiz sur cet auteur