AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 56 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Moscou , le 19/07/1967
Biographie :

Vladimir Kaminer, né le 19 juillet 1967 à Moscou, d’origine russo-juive, est un écrivain et un chroniqueur allemand.

Après une formation d’ ingénieur du son pour le théâtre et la Radio, Kaminer étudia la dramaturgie à l’ institut de théâtre de Moscou. Il a vécu à partir des années 90 avec sa femme Olga Gura ainsi que ses deux enfants à Berlin, dans le quartier de Prenzlauer Berg et depuis quelques années dans un village du Brandebourg.
Pendant plusieurs années, il a été membre de Reformbühne Heim & Welt. Il y a lu toutes les semaines ses nouveaux écrits au Kaffee Burger. Il publie régulièrement des textes dans différentes revues et journaux allemands et a une émission hebdomadaire sur « Radiomultikulti » de RBB (une fréquence s'adressant aux immigrés en Allemagne), ainsi qu'une rubrique dans le « Morgenmagazin » (litt : Magazine du Matin) sur ZDF. Enfin, il organise des évènements culturels au Kaffee Burger en collaboration avec Yuriy Gurzhy comme l’émission « Russendisko » où il tient la place de disk jockey.

Certains de ses écrits sont de véritables best-seller, qui font de leur auteur un des jeunes écrivains de l'avant-garde littéraire, c'est le cas de : Musique militaire et Russendisko Il a été traduit en diverses langues européennes, dont le français.

Kaminer écrit tous ses textes en allemand et non en russe, sa langue maternelle.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Zebra   05 mars 2013
Voyage à Trulala de Vladimir Kaminer
page 36

[...] Le portail était fermé, mais Korchagin grimpa à la grille sans difficulté. Le jardin était vide, la fontaine éclairée par deux projecteurs, de sorte qu'on distinguait bien les pièces au fond de l'eau. Leur éclat attirait Korchagin : "Saute et viens nous sortir de là" lui susurraient-elles. Korchagin se déshabilla complètement et plongea dans le bassin. Il plongea, et replongea, mais il remontait toujours à la surface les mains vides, comme si les pièces étaient collées au fond.

"Salauds de Français !" pesta-t-il. Le bassin était bien plus profond qu'il ne l'avait cru. "Il me faut un poids", se dit-il en partant à la recherche d'une grosse pierre. Mascha, appuyée à la grille, surveillait la rue. C'était aussi calme qu'un cimetière. Au bout d'une demi-heure, Korchagin lui apporta la première prise. Les pièces étaient plus petites qu'elle ne l'avait espéré, et non pas jaunes ou argentées, mais couverte d'une oxydation verte. Ce n'étaient que des centimes. Korchagin n'abandonna pas pour autant. Il dit à Mascha qu'il venait juste d'apercevoir sous l'eau un tas de pièces plus grosses, et qu'il voulait les remonter. Puis il disparut à nouveau dans le jardin. [...]. Une demi-heure s'était écoulée, Korchagin ne réapparaissait toujours pas. Mascha commença à se faire du souci. C'est alors qu'une élégante limousine noire s'arrêta devant son nez. Une vitre se baissa lentement. Sur le siège arrière étaient assis quatre hommes, avec des cagoules noires sur la tête et des pistolets-mitrailleurs sur les genoux. Entre eux, Korchagin, nu comme Adam, le regard hébété. Mascha ne put s'empêcher de rire : on aurait dit une scène des Tortues Ninja. [...]. Le plan "Attaque de la fontaine" avait échoué. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
volubilae   09 février 2017
La cuisine totalitaire de Vladimir Kaminer
Les plats sibériens ne séduisent pas seulement par leur taille impressionnante, mais aussi par leur qualité. On dit que l'Est et l'Ouest se rencontrent sur les tables sibériennes. Les nombreux immigrés qui ont tentés de s'adapter au pays n'étaient pas des gourmets, mais ils étaient inventifs et affamés. Les paysages sibériens, les forêts, les lacs et les fleuves ont apportés tous les ingrédients nécessaires, qui n'étaient pourtant pas faciles à trouver. La plupart de ces ingrédients sont gros et ont eux-mêmes de grandes dents. De plus, eux aussi ont souvent très faim et ils attaquent les humains, sauf bien sûr les baies et les champignons qui mûrissent paisiblement mais à des endroits où on n'accéde qu'au péril de sa vie. C'est pourquoi la cuisine sibérienne à un goût de survie. Les prises doivent être grosses pour que l'on puisse faire des réserves pour les temps difficiles.
Commenter  J’apprécie          60
Taraxacum   11 janvier 2016
La cuisine totalitaire de Vladimir Kaminer
Au moins trois douzaines de peuples vivent et travaillent dans les montagnes et les steppes du nord du Caucase: des Ossètes, des Tcherkesses, des Russes, des Ukrainiens, des Arméniens, des Ingouches, des Kabardes, des Tchétchènes. Ils sont musulmans, chrétiens, adeptes du culte du feu, autochtones ou immigrés. Tous vivent en paix, mais sans s' apprécier particulièrement. Trop de préjugés et de vieux contentieux les opposent, ainsi que d'armes à feu qui, dans la région, font quasiment partie de tout costume traditionnel.
Commenter  J’apprécie          50
Aela   22 janvier 2011
Voyage à Trulala de Vladimir Kaminer
En Russie, une femme sans manteau de fourrure n'est plus que la moitié d'une femme...Les femmes en manteau de fourrure remplissent les trains: en été, sur une banquette, là où il y a de la place pour huit femmes légèrement vêtues, en hiver, il n'y en a plus que pour trois!" ....
Commenter  J’apprécie          40
VincenteAndrea   15 octobre 2014
Voyage à Trulala de Vladimir Kaminer
On a suffisamment de provisions pour poursuivre la grève de la faim jusqu'à l'an prochain !
Commenter  J’apprécie          50
Bazart   13 novembre 2012
La cuisine totalitaire de Vladimir Kaminer
lorsqu’on va manger géorgien, il vaut mieux avoir du temps devant soi!

Commenter  J’apprécie          30
manee92   29 mars 2012
Russendisko. Sonderausgabe. de Vladimir Kaminer
A propos de son premier français;

Er entsprach völlig der klischeehaften Vorstellung, die ich von Franzosen hatte. Er war leichtsinning, oberflächlich, weltoffen und frauenfixiert. Wir sangen zusammen die Internationale und Fabrice erzählte mir, er sei noch Jungfrau.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur