AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.78/5 (sur 80 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Munich , le 05/09/1942
Biographie :

De son vrai nom Werner Stipetic, est un réalisateur, acteur et metteur en scène d'opéra allemand né le 5 septembre 1942 à Munich.

Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Werner Herzog   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Werner Herzog : Entretien avec Francesca Isidori (2008 - Affinités électives / France Culture). Diffusion sur France Culture le 25 décembre 2008. Une émission de Francesca Isidori, réalisée par Brigitte Alléhaut. Photo : Werner Herzog (Liz O. Baylen / Los Angeles Times). Werner Herzog est un réalisateur, acteur et metteur en scène allemand né le 5 septembre 1942 à Munich (Allemagne). Il est l'un des représentants majeurs du nouveau cinéma allemand des années 1960–1970. Né à Munich en 1942, Werner Herzog Stipetić passe sa petite enfance dans un petit village bavarois, puis son adolescence à Munich. Il poursuit des études littéraires à l'université Louis-et-Maximilien de Munich. En 1963, il crée sa maison de production, la "Werner Herzog Filmproduktion". Il commence à réaliser ses premiers courts métrages. En 1968, il réalise son premier long métrage, "Signes de vie" ("Lebenszeichen"), qui remporte l'Ours d'argent au festival de Berlin. Ses trois films suivants ("Les nains aussi ont commencé petits", "Fata Morgana" et "Aguirre, la colère de Dieu") sont présentés à la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes. Il gagne ainsi la reconnaissance internationale en tant que représentant du nouveau cinéma allemand. En 1979, il réalise "Nosferatu, fantôme de la nuit" qui est aussi une relecture du personnage mis en scène par Murnau dans son "Nosferatu". Plastiquement, l'œuvre de Werner Herzog est proche du romantisme de Caspar David Friedrich, de l'expressionnisme allemand et du land art. Un grand nombre des films d'Herzog abordent les thèmes de la folie et de la cruauté de la nature, souvent mêlés (comme dans "Aguirre") : il s'agit pour lui de révéler la part sombre de l'homme comme de la nature. Héritier d'un romantisme allemand tardif et sombre, Herzog met en scène une nature, humaine comme terrestre, chaotique, menaçante, presque démoniaque. Sources : France Culture et Wikipédia

+ Lire la suite

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Werner Herzog
Par la fenêtre, j’ai vu un corbeau se poser sur le toit d’en face. La Tète dans les épaules, il ne bougeait pas , sous la pluie. Longtemps après, il était encore là, inerte, grelottant, solitaire et calme, plongé dans ses pensées de corbeau. Alors, un sentiment de fraternité est monté en moi et la solitude a envahi mon cœur.





Commenter  J’apprécie          406
Dehors, brouillard, si glacial que les mots me manquent pour le dire- Sur l’étang, nage une pellicule de glace. Les oiseaux se réveillent ; des bruits. Sur le petit pont, mes pas sonnent en creux….. La tempête, la neige, la pluie font aussi voltiger des feuilles qui viennent se coller à moi, jusqu’à me recouvrir totalement. Partir. Aller de l’avant.
Commenter  J’apprécie          210
Par la fenêtre, j'ai vu un corbeau se poser sur le toit d'en face. La tête dans les épaules, il ne bougeait pas, sous la pluie. Longtemps après, il était encore là, inerte, grelottant, solitaire et calme, plongé dans ses pensées de corbeau. Alors, un sentiment de fraternité est monté en moi et la solitude a envahi mon coeur.
Commenter  J’apprécie          100
Quand on a soif on réchauffe la neige sous son bras et elle se met alors à couler. Mais elle a un goût un peu salé. D'où cela vient-il? demande Francisco Manoel. La lune, dit le garçon, tire le sel de la mer et, la nuit, les cimes des montagnes attirent en bas les flocons. Mais ce qui tombe alors, ce n'est pas seulement du sel. Il n'y a pas davantage de sel que dans nos larmes. En fait, ce n'est peut-être qu'une chose pleurée, la neige.
Commenter  J’apprécie          80
Je vais me laisser porter par la tempête tout autour de la station jusqu'à ce que des ailes me poussent. Cette nuit, lorsque je m'introduirai à nouveau dans une maison, je serai un roi dans son château fort. Un gros réveil, une fois remonté, carillonne la fin des fins. Dehors, le vent ébouriffe la forêt. Ce matin, noyée, la nuit a été rejetée par des vagues froides et grises.
Commenter  J’apprécie          40
La pluie augmentait et Mick [Jagger] a pris, pour Vogue, des photos de Jerry Hall devant la forêt vierge, en maillot de bain léopard, et des Indiens sauvages. Il m’a semblé surprenant d’utiliser ce cadre dans une optique commerciale. Mick m’a dit qu’il touchait 1000 dollars pour ces photos, et ça l’a fait mourir de rire. J’ai lavé mes chaussettes dans l’eau du fleuve car j’en ai perdu trop dans le linge. Les lents tourbillons du fleuve passaient à côté de moi, suivant un destin lointain. Derrière moi les oiseaux se chamaillaient dans la forêt. Rien ne séchera plus correctement, les chaussures, les vêtements. Tout le cuir moisit, les montres électriques sont arrêtées.
Commenter  J’apprécie          20
L’étage des chefs de la 20th Century Fox (…). Pour eux il allait en outre de soi qu’on traînerait une maquette de plastique sur un décor de collines, dans un jardin botanique du coin, ou pourquoi pas à San Diego, où on trouve des serres restituant de « bonnes » conditions tropicales ; j’ai alors demandé ce qu’étaient de mauvaises conditions tropicales, puis ajouté qu’il était inutile de discuter : il faut un vrai bateau à vapeur gravissant une vraie montagne, non par amour du réalisme, mais par refus du style « opérette ». Après quoi les politesses que nous avons échangées se sont recouvertes d’une fine couche de givre.
Commenter  J’apprécie          00
Ce que marcher peut faire mal.
Commenter  J’apprécie          30
À midi, Dommartin-le-France. J’ai mangé un peu. Le pays est ennuyeux, vallonné, nu, champs labourés et mouillés. Les sillons retiennent une eau froide, et à quelques distance, tout est noyé dans les nuages imbibés d’eau. Ce n’est pas une vraie pluie, une bruine douce seulement. Les villages sont loin les uns des autres. Calme, rarement une voiture. Ma marche... marche.
Commenter  J’apprécie          00
Dehors, violente chute de neige. Ai longuement pénétré du regard les flocons qui tombaient. J'y ai vu une ribambelle de bonnes sœurs et de collégiens s'effleurant aux épaules et aux hanches, incarnation ostensible de l'ouverture d'esprit des religieuses de notre temps. Cette gaité et ce libertinage paraissaient terriblement voulus et avaient un relent de tartufferie.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Werner Herzog (119)Voir plus

Quiz Voir plus

Jane Austen

En quel année fut publié son premier roman: "Sense and Sensibility"?

1809
1811
1812
1814

9 questions
153 lecteurs ont répondu
Thème : Jane AustenCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}