AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.51 /5 (sur 497 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) : 1945
Biographie :

Willa Marsh est le pseudonyme de Marcia Willett. Née dans le Somerset, Marcia Willett a commencé à écrire à la cinquantaine. Elle vit aujourd hui dans le Devon. Elle est l auteur de plus d une vingtaine de romans, publiés dans seize pays. Quatre sont parus sous le nom de Willa Marsh.

Source : http://www.amazon.fr/Meurtres-entre-soeurs-Willa-Marsh/dp/2746713209
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
La chronique de Gérard Collard - le journal secret d'Amy Wingate Le journal secret d'Amy Wingate de Willa Marsh aux éditions J'ai Lu La cinquantaine plutôt revêche, Amy Wingate vit seule dans une étroite bicoque victorienne du bord de mer. Pour chasser...
Citations et extraits (93) Voir plus Ajouter une citation
Palmyre   18 octobre 2014
Le journal secret d'Amy Wingate de Willa Marsh
Il est impossible d'aller de l'avant lorsqu'on lorgne amèrement vers l'arrière ou, pire, qu'on se permet de convoiter son passé.
Commenter  J’apprécie          270
Palmyre   04 août 2015
Double secret de Willa Marsh
C'est pour ça que nous écrivons, lui avait dit un jour un ami romancier. Nous créons à partir de notre vide ; c'est ce manque d'une chose essentielle qui nous pousse à inventer des mondes parallèles.
Commenter  J’apprécie          230
pyrouette   09 septembre 2016
Meurtres entre soeurs de Willa Marsh
Le rire tient la peur à distance et fait reculer cette insécurité liée au monde adulte qui les frôle dangereusement.
Commenter  J’apprécie          212
Palmyre   04 octobre 2014
Le journal secret d'Amy Wingate de Willa Marsh
La plupart des gens peinent à envisager qu'on puisse choisir un mode de vie qui diffère du leur. Ils préfèrent penser que si les autres mènent une vie différente, c'est qu'elle leur a été imposée par la nécessité, ou qu'ils sont tout bonnement des excentriques. Cela leur épargne d'y voir une critique de leurs propres choix.
Commenter  J’apprécie          180
Palmyre   02 juillet 2014
Une famille délicieuse de Willa Marsh
La voix de leur mère est aussi calme, aussi musicale que le chant du ruisseau, et tout aussi envoûtante, habile à les apaiser, à faire s'effacer et s'évanouir leur univers familier pour les attirer dans un autre monde: le pays de l'imaginaire, celui des "Il était une fois".
Commenter  J’apprécie          180
Palmyre   16 novembre 2014
Meurtres entre soeurs de Willa Marsh
Le rire tient la peur à distance et fait reculer cette insécurité liée au monde adulte.
Commenter  J’apprécie          170
pyrouette   05 avril 2017
Une famille délicieuse de Willa Marsh
C’est inouï comme les gens ont la faculté d’oublier et comme tout est très différent dans leur mémoire. Le temps embellit les souvenirs.
Commenter  J’apprécie          151
nameless   24 avril 2015
Le journal secret d'Amy Wingate de Willa Marsh
Elle m'impose régulièrement d'assister au spectacle de sa vie de famille. D'une part, elle est persuadée que j'ai raté mon existence et tient à me faire partager la sienne, si réussie ; d'autre part, il est primordial pour elle de sentir qu'on jalouse son univers - sa vie, ses biens, sa famille, qui n'en deviennent que plus précieux pour elle.



Page 15 - J'ai lu
Commenter  J’apprécie          140
missmolko1   08 juillet 2016
Le prix de l'innocence de Willa Marsh
J'ai aperçu un corbeau aujourd'hui. Il serrait un brin de paille dans son bec. Une mystérieuse nostalgie s'est emparée de moi, un ardent désir qu'on pourrait associer davantage à l'impétuosité de la jeunesse qu'à la placidité de la cinquantaine. J'ai observé l'oiseau un instant, tandis qu'il tournoyait. Sa silhouette noire se détachait sur le canevas gris d'un ciel menaçant drapé de grands nuages, dont les longues déchirures laissaient entrevoir l'azur immaculé et tendre. Le corbeau s'est soudain laissé choir dans les branches nues d'un bois de grands chênes où nichait sa colonie.

C'est sans doute la lettre de Vanessa qui m'a plongée dans cet état : la simple vue d'un corbeau en train de faire son nid me ramène à Elizabeth Ferrars. J'entends à nouveau sa voix, froide et cassante :

- Je déteste l'automne. Il est si déprimant de voir raccourcir les jours et de sentir arriver l'hiver. Je suis une femme du printemps, Marchant. (Elle m'appelait toujours par mon nom de famille.) Il me faut la promesse du renouveau, la renaissance de l'espoir. J'aime la première primevère, le bêlement des agneaux, la douceur des soirs qui s'étirent. Vous verrez. Vous serez de mon avis quand vous serez plus âgée.

- Et Noël ? avais-je insisté, niant d'un seul coup tous les bonheurs automnaux. La magie du temps des fêtes...

Son visage s'était refermé et ses yeux s'étaient éteints, d'un seul coup. Elle avait mis fin à la conversation d'un ton laconique, reprenant son travail :

- Je déteste Noël.

J'en brûle encore de honte, vingt-cinq ans plus tard.

Je n'étais qu'une enfant, me dis-je. Une petite fille naïve et ignorante, âgée d'à peine dix-neuf ans.

Les souvenirs viennent me hanter et le passé ressurgit en moi...

Une averse soudaine me fouette le visage. Je marche à pas vifs sur l'étroit chemin et pousse en hâte la porte du jardin. Notre cottage est appuyé contre l'église. C'est une vieille mansarde qui semble sortie de terre et j'adore ses planchers inégaux, ses formes biscornues. Nous avons emménagé ici il y a huit ans, après la disparition de notre fillette adorée, tuée dans un accident de car scolaire. Nous avions eu tant de difficultés à concevoir cette enfant. Elle nous était si précieuse. J'ai vraiment cru que James allait mourir de chagrin ; il est devenu silencieux, presque muré. Il s'est attardé de plus en plus au bureau, sans doute dans l'espoir que le travail lui permettrait d'oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   01 juin 2015
Le prix de l'innocence de Willa Marsh
[...] je prends mon petit-déjeuner au lit, tout en ressassant le souvenir de l'étrange mécanique des relations unissant un homme et une femme. Je songe à ma relation avec James comme à une longue danse complexe. Parfois la rythmique devient presque tribale, agressive, les talons piétinent, les poings sifflent dans l'air, les bouches grimacent. D'autres fois, chacun s'appuira sur l'autre, affichant un sourire rêveur, le rythme ralentit doucement, les bras s'enlacent et se nouent autour des corps, s'attirent, les coeurs s'harmonisent, les paupières se ferment. La plupart du temps, cependant, les pas s'entrelacent, habiles, avancent, reculent, encerclent, hésitent, marquent une pause. (p. 38-39)
Commenter  J’apprécie          130
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Littérature anglaise : XVIIIème ou XIXème siècle ?

Orgueil et préjugés - Jane Austen

18ème siècle
19ème siècle

20 questions
8 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaise , 19ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur cet auteur
.. ..