AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.57 /5 (sur 277 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Cleveland, Ohio , le 20/02/1939
Biographie :

William Bayer est un auteur de romans policiers.

Il est le fils de Leo Grossfeld Bayer (? -1950), un juge, et d'Eleanor Rosenfeld Bayer (1914-1981), une scénariste, qui a écrit sous le nom d'Eleanor Perry. Ses parents ont eux-mêmes publiés des romans policiers en commun sous le pseudonyme de Oliver Weld Bayer, dans les années quarante.
William Bayer est diplômé de la Phillips Exeter Academy et titulaire d'une maîtrise d'Histoire de l'Art de Harvard (1960). De 1963 à 1968, il travaille comme agent à la CIA. Rendu à la vie civile, il persiste dans le cinéma documentaire où il se fait un nom. Cependant, dès 1962, il avait publié un premier roman, "In Search of a Hero", qu'il fit suivre de deux ouvrages consacrés au cinéma : "Breaking Through, Selling Out, Dropping Dead and Other Notes on Filmmaking" et "The Great Movies" (1973) avant de retourner au roman en 1974, avec "Stardust."
Au Maroc, où il vit de 1972 à 1976 avec celle qui deviendra son épouse, Paula Wolfert, il produit en 1975 "Visions of Isabelle", basé sur la vie de l'aventurière française Isabelle Eberhardt, et, trois ans plus tard, son premier roman noir : "Tanger" ("Tangier", 1978) dont le héros est un détective marocain.
Au début des années quatre-vingt, le couple regagne New York où Bayer, persévérant dans le roman criminel, publie presque coup sur coup "Punis-moi par des baisers" ("Punish Me With Kisses", 1980) et "L'Assassin est au ciel"/"Pélerin" ("Peregrine", 1981). Ce dernier obtiendra en 1982 l'Edgar du Meilleur Roman. On notera que c'est dans "Pélerin" qu'apparaît pour la première fois le détective Frank Janek. Le second titre, "Une tête pour une autre" ("Switch", 1984), donne lieu à la mini-série télévisée américaine "Méprise" ("Doubletake", 1985), où Janek est incarné par Richard Crenna.
En 1987, il publie un nouveau best-seller, "Voir Jérusalem et mourir" ("Pattern Crimes") dont l'action se situe en Israël. On citera encore "Hors champ" ("Blind Side", 1989) ainsi que "Wallflowers" (1991) et "Labyrinthe de miroirs" ("Mirror Maze", 1994), qui, en France, obtient le Grand Prix Calibre 38.
En 1994, Bayer déménage à San Francisco et emploie le pseudonyme David Hunt pour deux romans, "Mort d'un magicien" ("The Magician's Tale", Prix Lambda Literary 1998) et "Pièges de lumières" ("Trick of Light", 1998), puis signe de nouveau de son véritable nom "Tarot" en 2001.
"Rêve des chevaux brisés" ("The Dream of the Broken Horses", 2002) obtient le Prix Mystère de la Critique 2004.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de William Bayer   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Premier pas dans le roman noir


Citations et extraits (300) Voir plus Ajouter une citation
santorin   21 avril 2021
Le rêve des chevaux brisés de William Bayer
L'important, ce n'étaient pas les propos qu'ils avaient échangés : c'était la danse silencieuse de leurs yeux, pénétrant ces recoins secrets du coeur humain où, sans préavis, naissent l'attirance et l'amour. Ce ballet oculaire avait dû être encore rehaussé par leur environnement : l'air printanier, que parfumaient les fleurs et le gazon fraîchement tondu ; les rayon obliques de la lumière dorée ; enfin, la douceur ambiante qui donnait un lustre appétissant à leur peau baignée de soleil, tout en libérant ces stimulants aromatiques dont Mr Butterfield, notre professeur de sciences naturelles, nous avait appris qu'ils s'appelaient des "phéromones".
Commenter  J’apprécie          362
michfred   30 mai 2019
Le rêve des chevaux brisés de William Bayer
Dehors  il fait nuit. Le vent glacial lui fouette le visage. La neige qui tombe est si épaisse qu'il ne voit pas le sol. Frissonnant dans le froid, il se sent impuissant à résister à cette force qu'on appelle l'instinct de mort, Thanatos. En équilibre sur la corniche tel un funambule sur son fil, il reste immobile quelques instants, écarte les bras, puis exécute un saut de l'ange tout en douceur à travers le rideau de flocons tourbillonnants...
Commenter  J’apprécie          182
krzysvanco   12 juin 2020
Pèlerin de William Bayer
En tout cas, elle était belle, avec un parfait visage d’Américaine et une merveilleuse chevelure, brune et épaisse. Cultivée, ambitieuse, séduisante, la langue aiguisée, c’était une de ces filles capables de préparer une omelette mais qui ne supportaient pas l’idée de faire la lessive.
Commenter  J’apprécie          160
manU17   24 février 2012
Punis-moi avec des baisers de William Bayer
Ils couraient vite, quasiment à un rythme de sprint. [...] et il lui fit peur, lui donnant l'impression qu'il s'imaginait en train de frapper Suzie à chaque fois que l'un de ses pieds martelait le sol.
Commenter  J’apprécie          160
Ambages   10 septembre 2017
Labyrinthe de miroirs de William Bayer
Les images dansèrent. « Miroir, joli miroir... »

Gelsey coupa net le refrain. Il y avait nombre de citations littéraires sur le thème du miroir qu'elle pouvait évoquer pour annihiler Blanche-Neige. Les miroirs étaient un sujet de littérature depuis que la première femme avait contemplé son reflet dans une flaque d'eau. Son père aimait citer Shakespeare et les poètes anciens, mais Gelsey, pour sa part, préférait les modernes. Anne Sexton : « Prenez mon miroir et mes plaies/ et effacez-les. » Simone de Beauvoir : « Capturée dans le piège immobile, argenté. » Sylvia Plath : « Je suis limpide et exact, je n'ai pas de préjugés... je ne suis pas cruel, seulement fidèle... la plupart du temps, je médite sur le mur d'en face. »

(...)

Peut-être le Dr Z. avait-il raison. Peut-être y avait-il un secret en bas, dans le labyrinthe, un secret au-dessus duquel elle vivait depuis des années sans parvenir encore à le voir. Auden avait supplié : « Ô regarde, regarde dans le miroir/ Ô regarde dans ta détresse. » Dylan Thomas avait tempêté : « Il n'empêche qu'un monde de furies/ Brûle dans bien des miroirs. » Yeats avait chanté : « J'enrage devant mon image dans la glace. » Et Borges avait écrit qu'il entendait monter « des profondeurs des miroirs le fracas des armes. »

Homme Lubrique, Homme-Miroir, sœur de rêve... labyrinthe, miroirs de miroirs... folie-miroir. Seigneur, c'est donc sans fin ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Ambages   09 novembre 2016
Punis-moi avec des baisers de William Bayer
Puis elle avait découvert que l'édition n'avait pas grand-chose à voir avec la littérature, que son objectif principal était un produit : le "livre".
Commenter  J’apprécie          160
Ambages   16 avril 2017
Pèlerin de William Bayer
La fauconnerie s'apparente à la tragédie grecque : c'est la purgation des passions - pitié, terreur - avec la participation indirecte du fauconnier. Quand je sors avec mon oiseau et que je le regarde effectuer sa reconnaissance, prendre position, se lancer dans un piqué et plonger pour attaquer, alors je suis avec lui : ensemble, nous participons à la danse éternelle du chasseur et de sa proie.
Commenter  J’apprécie          151
Ambages   12 novembre 2016
Punis-moi avec des baisers de William Bayer
Il y a une réflexion charmante, dit la psychiatre en l'aidant à ouvrir sa porte, cette réflexion de Camus : " Le bonheur aussi est inévitable."
Commenter  J’apprécie          160
Crazynath   07 juin 2014
Pèlerin de William Bayer
La ville était dure, les rues cruelles : une jungle, disait-on, où tout le monde était plus ou moins un prédateur.
Commenter  J’apprécie          150
krzysvanco   13 juin 2022
La photographie de Lucerne de William Bayer
Vous aviez vos mobiles personnels pour me suivre. Vous saviez qui j’étais, vous saviez que j’avais connu certaines personnes à une époque lointaine, des gens que vous admirez, et vous avez pensé que vous auriez quelque chose à gagner en engageant la conversation. Mais la vie, voyez-vous, est une rue à double sens de circulation. Vous est-il venu à l’esprit de vous demander ce que je pourrais avoir à y gagner, moi ? Ou êtes-vous à ce point égocentrique que vous soyez indifférent au rôle que je tiens dans l’équation ? Vous voyez-vous comme un homme séduisant, un homme possédant énormément de charme et d’aisance, assez pour intéresser une femme plus mûre telle que moi ?
Commenter  J’apprécie          122

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le rêve des chevaux brisés

Le point de ralliement des médias.

Chez Waldo
Le Bar
Townsend

20 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le rêve des chevaux brisés de William BayerCréer un quiz sur cet auteur