AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 47 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) : 1924
Mort(e) : 2006
Biographie :

William Diehl (1924-2006), journaliste et photographe, décide de devenir écrivain le jour de son cinquantième anniversaire. Il est l'auteur de thrillers traduits dans le monde entier, dont Peur primale (La Martingale, 1996), porté au cinéma avec Richard Gère, et Régner en enfer (Lattès, 2000). La Loi du silence a été publié aux éditions de l'Archipel en 2003 sous le titre Eureka.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolar   06 février 2021
Coup fourré de William Diehl
— Deux pros ? suggérai-je.

— Et ça ou Wyatt Earp, marmonna Morehead avant de continuer sur le ton d’un rapport officiel. Les homicides ont eu lieu à dix-neuf heures quinze, approximativement, chez le défunt Turner... ou Tagliani, comme vous préférez. La fusillade a été suivie par une explosion. On est en train de calculer l’angle de la bombe à l’heure qu’il est. C’est la rombière de Tagliani qui a tout pris dans la gueule. Elle est en réanimation et sa vie ne tient qu’à un fil... littéralement.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   06 février 2021
Coup fourré de William Diehl
Pour moi, retourner à Dunetown, c’était pire que d’aller au Viêt-nam. Je ne savais pas vraiment ce qui allait me tomber dessus, en Indo. Mais Dunetown, je connaissais...

Quand l’avion amorça sa descente, les souvenirs commencèrent à me harceler. Des souvenirs que j’avais essayé d’oublier pendant pas mal d’années. J’avais vécu ici le dernier été de mon existence. Après, tout était devenu automnal. Du vert, je suis passé aux couleurs de transition, aux nuances de la mort.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   06 février 2021
Coup fourré de William Diehl
Après, tout était devenu automnal. Du vert, je suis passé aux couleurs de transition, aux nuances de la mort.

Celles du Viêt-nam.

D’ocre rivières boueuses. Des sacs mortuaires vert bouteille. Des cendres noires à la place des arbres et des villages. Des visages gris aux yeux blancs attendant d’être emballés dans des housses et renvoyés au pays pour y être enterrés.

Telles étaient les couleurs de ma vie depuis cet été-là. En 1963.

Il y avait très longtemps de ça.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   06 février 2021
Coup fourré de William Diehl
Pendant plus de vingt ans, j’avais essayé de supprimer les cicatrices laissées par cette année 63. Et, aujourd’hui, elle me sautait au visage ; toujours aussi vivante. Des silhouettes d’une autre époque dansaient soudain devant moi comme si rien ne s’était passé entre-temps. Chief. Titan. Wally. Butts et Vince Dooley. Teddy.

Doe.

Le temps avait émoussé la lame de ces souvenirs, mais une seule douleur persistait, inchangée, terrible.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   06 février 2021
Coup fourré de William Diehl
En cinq ans, je n’avais pas réussi à rassembler un début de dossier d’instruction. C’était une situation embarrassante.

Et puis il avait disparu. Et avec lui, toute son équipe. Comme ça, avec armes et bagages. Un vrai coup de baguette magique. Et neuf mois plus tard, Tagliani avait refait surface à Dunetown. Le dernier endroit au monde où j’aurais voulu le retrouver.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   06 février 2021
Coup fourré de William Diehl
Depuis cinq ans, je poursuivais un gangster du nom de Franco Tagliani, qui dirigeait une bande particulièrement coriace, la Triade de Cincinnati. Ça faisait cinq ans que j’écoutais sa voix sur bande magnétique, que je l’observais aux jumelles, que je le photographiais au téléobjectif. J’avais tout essayé. Tout ce qui était autorisé par la loi.

Rien à faire.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   06 février 2021
Coup fourré de William Diehl
(...) mon père avait l’habitude de dire : « Tout ce qui vient trop facilement n’en vaut pas la peine. »

En fait, c’était ma mère qui disait ça. Mon père était mort au combat dans le Pacifique, trois mois après ma naissance. Je n’ai jamais été très fort en géographie, mais, à mon entrée à l’école, je savais tout sur l’île de Guadalcanal. J
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   06 février 2021
Coup fourré de William Diehl
Je savais également qu’à vingt-deux heures quinze, le 20 août 1942, son LST ayant explosé sous lui avant même de toucher la plage, le capitaine J.L. Kilmer avait cessé d’être mon père pour devenir une légende dans l’esprit de ma mère et un tableau de décorations au-dessus de ma table de travail.
Commenter  J’apprécie          10
nina2loin   16 mai 2012
La stratégie de l'hydre de William Diehl
― Plutôt cynique de balancer un défunt à la décharge municipale, trouvez pas? remarqua Vail.

― Logique, en un sens...!

― On peut au moins se féliciter que l'espèce humaine soit biodégradable..., s'esclaffa Vail en dégustant son café, sans émerger de ses journaux.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   06 février 2021
Coup fourré de William Diehl
Cinq minutes plus tard, je me retrouvai face à face avec Franco Tagliani pour la première fois de ma vie. Il était dans un tiroir de la morgue, avec un trou dans le dos, une entaille à l’épaule, une autre sur le front et un deuxième trou à l’œil droit, le coup de grâce.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Alice de David Moitet

Comment s'appelle le personnage principal ?

Samantha
Alice
Albert
Suzanne

4 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fiction , intelligence artificielle , suspenseCréer un quiz sur cet auteur