AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.02 /5 (sur 187 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New-York , le 01/11/1937
Mort(e) à : New-York , le 01/02/2017
Biographie :

William Melvin Kelley était un romancier et écrivain de nouvelles afro-américaines.

Il est surtout connu pour son premier roman, "A Different Drummer", publié en 1962.

Il était également professeur d'université et professeur d'écriture créative.

Ajouter des informations
Bibliographie de William Melvin Kelley   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - William Melvin Kelley - Un autre tambour


Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
Cannetille   21 décembre 2019
Un autre tambour de William Melvin Kelley
On a une seule chance dans la vie, c’est quand on peut faire quelque chose et qu’on a envie de la faire. Quand c’est pas le cas, ça sert à rien d’essayer. Pourquoi on le ferait si on n’a pas envie ? Et quand on a envie, et qu’on peut pas, ça revient à se cogner la tête contre une voiture qui roule à 150 à l’heure. Vaut mieux renoncer quand on a pas ces deux choses-là. Mais quand on les a et qu’on en profite pas, on n’a plus qu’à tirer un trait sur tout ce qu’on voulait faire ; on a laissé passer sa chance, pour toujours. »
Commenter  J’apprécie          160
mcd30   24 septembre 2021
Jazz à l'âme de William Melvin Kelley
La vie hors des murs du foyer était en tout point la même que dedans. Les gens au-dessus de vous s'acharnaient à vous rabaisser, et les gens au-dessous de vous s'évertuaient à vous tirer vers le bas. C'était aussi simple que ça. Il savait que c'était la règle à l'institut. Il avait juste commis l'erreur de croire que dehors ce serait différent, que ce serait mieux.
Commenter  J’apprécie          160
PrettyYoungCat   13 novembre 2020
Un autre tambour de William Melvin Kelley
Il était toujours tôt, les champs, les buissons et les hautes herbes portaient encore les cheveux d'ange du brouillard,

qui monte comme la vapeur du café de papa.
Commenter  J’apprécie          140
JIEMDE   05 septembre 2019
Un autre tambour de William Melvin Kelley
Les hommes, je le répète, font des choses étranges quand ils grandissent en des temps étranges.
Commenter  J’apprécie          130
Patrijob   07 février 2021
Jazz à l'âme de William Melvin Kelley
Ludlow, il y a deux raisons pour lesquelles les gens font les choses - parce qu'ils le veulent et parce qu'ils le doivent. Ta meilleure chance de faire bien les choses, c'est quand t'en as envie.
Commenter  J’apprécie          120
SPOUNY   06 février 2020
Un autre tambour de William Melvin Kelley
Un vieil homme était mort – et je l’aimais beaucoup, moi aussi – et la dernière chose qu’il avait vue était cet écriteau personnes de couleur dans un autobus ségrégationniste. (p.149)
Commenter  J’apprécie          100
calypso   25 septembre 2020
Jazz à l'âme de William Melvin Kelley
La vie hors des murs du foyer était en tout point la même que dedans. Les gens au-dessus de vous s’acharnaient à vous rabaisser, et les gens au-dessous de vous s’évertuaient à vous tirer vers le bas.
Commenter  J’apprécie          91
SPOUNY   07 février 2020
Un autre tambour de William Melvin Kelley
 Par l’honneur et par les armes, nous osons défendre nos droits. »

(p.5)
Commenter  J’apprécie          100
MELANYA   02 juin 2021
Jazz à l'âme de William Melvin Kelley
Quand la guerre a pris fin, les gens commençaient à apprécier notre nouvelle façon de jouer. {...} J'ai fini par quitter les orchestres, et j'ai monté mon premier groupe.
Commenter  J’apprécie          80
pompimpon   03 novembre 2020
Jazz à l'âme de William Melvin Kelley
INTERVIEW...



On raconte que j'aurais débarqué à New York et que j'aurais inventé le jazz moderne. D'emblée, il y a deux trucs qui collent pas.

D'abord, j'ai rien inventé tout seul. On était nombreux dans le coup. On s'est tous retrouvés à Harlem et on a bricolé ce nouveau son ensemble. Y avait pas que moi. Je me suis inspiré des idées des autres, et eux des miennes. Ensuite, si c'est moi qui l'avais inventé, comme on le dit, j'aurais créé ce style à New Marsails, quand je jouais dans l'orchestre de Bud Rodney, ou même encore avant, à l'institut pour aveugles. Depuis toujours, je joue que ce que j'aime. Du Norman Spencer, par exemple. C'est peut-être lui qu'a tout inventé tout seul, en fait. Il balançait déjà de nouveaux phrasés dans les années vingt. Moi j'ai fait que l'écouter et repiquer ce qui me plaisait chez lui, c'est tout. J'ai pas décidé sur un coup de tête que j'allais trouver un nouveau son, parce que mon jeu a pas beaucoup évolué depuis mes treize ans, sauf que maintenant mes doigts vont un peu plus vite.Mais ça, c'est pas du génie. C'est juste de l'entraînement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura