AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.48 /5 (sur 325 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Moscou , le 08/10/1973
Biographie :

Yana Vagner (en russe Яна Вагнер, en tchèque Jana Vagnerová) est une journaliste et écrivain russe (de mère tchèque).

Elle a fait ses études à l'Université d'État des sciences humaines de Russie où elle a obtenu son diplôme en 1994.

Elle a ensuite travaillé notamment comme animatrice d'émissions de radio, comme traductrice-interprète ou comme responsable d'une entreprise de logistique disparue à la suite de la crise de 2008-2010 en Russie.

Elle a commencé à écrire après cet événement et son premier livre personnel a commencé par un premier chapitre publié sur son blog. Ce premier extrait ayant beaucoup plu aux internautes, Yana Vagner poursuivit la rédaction chapitre par chapitre sur son blog, pendant un an, un peu à la manière des feuilletons du XIXème siècle. Ce roman deviendra Vongozero.

Elle a été nominée pour "Vongozero" (Вонгозеро, 2011) au Prix national du bestseller en Russie.
"Vongozero" a été finaliste du Grand Prix des Lectrices de ELLE et sa traductrice Raphaëlle Pache a obtenu une mention spéciale au Prix Russophonie 2015 de la meilleure traduction.

En 2013, Yana Vagner publie "Le lac" (Живые люди), la suite de "Vongozero".

Mariée et mère d'un fils, elle vit à Zvenigorod, près de Moscou.

son blog : http://define-violence.livejournal.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/jana.vagner

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Yana Vagner pour "VONGOZERO".
Podcasts (1)

Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
Eric76   12 mars 2017
Vongozero de Yana Vagner
- Odintsovo se trouve à dix kilomètres de Moscou, Anna. Comment ça pourrait être calme là-bas ? Réfléchis. Et puis, tu sais quoi ? Nous, on surfe sur une vague qui emporte tout le monde, alors ne donne aucune info sur qui on est, où on est, avec quelle voiture on voyage, pigé ? Si ce type dit la vérité, alors même la petite réserve de gasoil qu'on a pourrait pousser n'importe quel citoyen bien sous tous rapports à nous faire la peau, et je ne te parle pas de la collection de dingues qui pullulait sur cette voie rapide, même quand les temps étaient plus cléments.

- Je sais, répétai-je, toujours aussi irritée.

Et nous restâmes silencieux. Sergueï se taisait lui aussi : dans le silence le plus complet, nos trois véhicules tournèrent en même temps vers la station qui se trouvait sur la droite et s'engagèrent aussitôt sous le panneau portant l'inscription : "Novopétrovskoïe", au delà duquel s'étendaient des quartiers résidentiels. Je vis bientôt la station-service de l'autre côté de la route, puis près de la sortie, au beau milieu de l'autoroute, deux longs camions bâchés qui stationnaient tous phares éteints ; la station elle-même était éclairée, bien que absolument fermée : aucun doute là-dessus, il n'y avait personne ni près des pompes ni à la caisse. Sans ralentir, nous la dépassâmes ; il me sembla que la vitre de la caisse était brisée et que des éclats de verre luisaient sur l'asphalte propre et sec, mais avant que j'ai pu me faire une idée exacte de la situation, la route décrivit une légère courbe et la station-service disparut de mon champ de vision.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Eric76   07 mars 2017
Vongozero de Yana Vagner
Je regagnai ma chambre, jetai un pull de Sergueï sur mes épaules - il traînait par terre, parmi les affaires chaudes que j'avais préparé la veille -, et approchai un fauteuil en rotin de la fenêtre : comme il me parut trop bas, je dus m'accouder au rebord et appuyer mon menton sur mes mains afin d'apercevoir la rue. Au bout de quelques minutes, le carré de lumière en provenance du salon s'éteignit sur la neige, signe que Boris essayait de s'endormir sur le canapé du bas et que Micha avait pris son tour de garde pour deux heures ; tout s'apaisa, les chiens n'aboyaient plus, et j'entendais même la montre de Sergueï - mon cadeau d'anniversaire - égrener son tic-tac sur la table de chevet. J'étais assise dans uns position inconfortable - le siège était dur et froid -, fouillant la rue obscure du regard, et je pensais : il n'a pas emporté sa montre.
Commenter  J’apprécie          300
nadiouchka   12 mai 2020
Vongozero de Yana Vagner
Nous ne sûmes finalement jamais si j’avais contracté le virus fatal à tant de gens, et qui m’aurait épargnée pour une raison inconnue, ou si j’avais tout simplement été victime du stress, de quelques nuits sans sommeil et d’un refroidissement (…) j’étais à nouveau en mesure de prendre de telles décisions maintenant que je savais avoir échappé à la mort.

P.262
Commenter  J’apprécie          140
diablotin0   09 septembre 2018
Vongozero de Yana Vagner
Je n'avais même pas envie d'ôter mon blouson, comme si le froid qui m'avait tourmentée toute la nuit s'était tapi quelque part sous ma peau, dans mes os, ma colonne vertébrale., si je l avais laissé sortir, il aurait aussitôt empli l'espace, chassé la moindre parcelle de chaleur que recelait cette pièce minuscule à travers les fissures des fenêtres et je n'aurai alors plus jamais été capable de me réchauffer.
Commenter  J’apprécie          180
diablotin0   08 septembre 2018
Vongozero de Yana Vagner
J'ai les pieds gelés et le dos fourbu, j'ai envie d'aller aux toilettes et j'ai peur de détourner le regard de cette fenêtre, comme si en arrêtant de scruter le chemin j'allais empêcher le retour de la voiture noire que j'attends.
Commenter  J’apprécie          170
nadiouchka   28 octobre 2016
Vongozero de Yana Vagner
- Attends, Anna, j’en ai pas pour longtemps. Ça fait deux semaines qu’ils ont fermé la ville. Depuis le jour où les premiers cas se sont déclarés, il s’est écoulé un peu plus de deux mois, si on suppose qu’ils ne nous ont pas menti. Je ne sais pas combien il leur faut de morts avant qu’ils se décident à fermer une ville, mais vu qu’ils ont déjà coupé le téléphone, ça veut dire que les choses empirent plus vite que prévu. (…) Ne me dites pas que vous avez jamais entendu parler de la modélisation mathématique des épidémies ?

P.42
Commenter  J’apprécie          160
kuroineko   11 août 2017
Vongozero de Yana Vagner
(...)il était parti petit à petit, pad d'un seul coup, mais quand même très rapidement, trop vite pour elle comme pour moi, sans nous laisser la possibilité, ni à l'une ni à l'autre, de nous accommoder d'une situation nouvelle pour toutes les deux, comme le font souvent les hommes en prenant des décisions dont les conséquences se dressent, telles des arêtes de poisson acérées, jusqu'à ce que les femmes trouvent enfin le moyen de les atténuer et de les dissimuler au prix de petits efforts certes insignifiants mais qui, répétés chaque jour, permettent à la vie de redevenir compréhensible et fournissent aux événements non seulement une explication, mais aussi une justification.
Commenter  J’apprécie          144
kuroineko   12 août 2017
Vongozero de Yana Vagner
(...)on ne peut pas vivre dans ces conditions; ça, tout ça, promiscuité, étouffement, poussière, affaires d'autrui, un être humain ne peut le supporter longtemps.
Commenter  J’apprécie          140
kuroineko   13 août 2017
Vongozero de Yana Vagner
Elles se ressemblaient toutes, ces petites villes septentrionales, dont la population entière aurait aisément trouvé place dans quelques gratte-ciel moscovites : une dizaine de rues, de rares immeubles en pierre, des arbres élèves au milieu desquels se blottissaient les toits de maisons individuelles, des palissades disparates, des enseignes amusantes.
Commenter  J’apprécie          130
nadiouchka   29 octobre 2016
Vongozero de Yana Vagner
Aussitôt, la voix basse et rauque de Nina s’éleva dans l’habitacle – Ne me quitte pas, il faut oublier, tout peut s’oublier, qui s’enfuit déjà – et le silence qui tambourinait dans mes oreilles reflua sur-le-champ grâce à cette voix – à tel point que j’en oubliai pour quelques instants ce que nous faisions ici, trois voitures en file indienne sur une longue route déserte, comme si nous nous rendions simplement quelque part ensemble, au lieu de fuir le plus vite possible, sans avoir même le droit de regarder autour de nous.

- Beurk, Anna ! s’exclama Boris avec dépit. C’est quoi, cette musique ? Une marche funèbre ? Tu n’aurais pas quelque chose de plus joyeux ?

P.119
Commenter  J’apprécie          110
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

La guerre dans les titres

Qui a écrit "De guerre lasse" ?

Françoise Mallet-Joris
Françoise Sagan
Hortense Dufour
Nicole Avril

10 questions
249 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , littérature russeCréer un quiz sur cet auteur
.. ..