AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Yannick Corboz (82)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées


Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie
  23 février 2018
Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie de Yannick Corboz
Installé à la terrasse d'un café, face à un échafaudage, un jeune homme pose son portable sur la table et appuie sur la touche Enregistrement. Quelques instants plus tard, une violente explosion retentit, faisant s'écroulant l'échafaudage et projetant violemment les quelques passants. Heureusement, il n'y aura que deux blessés légers.

À la brigade, le commandant du deuxième groupe de la police criminelle, Camille Verhoeven, après un bref entretien avec un certain Jean-Claude Maleval, vient de gonfler son équipe. Cela tombe bien puisque cette dernière, à qui le commissaire divisionnaire confie cette enquête, va, dès le lendemain, être confrontée à un bien étrange cas. En effet, le jeune poseur de bombes, Jean Garnier, vient de lui-même se rendre à la police. Ne voulant parler qu'à Verhoeven, il l'informe que six autres bombes, disséminées un peu partout dans Paris, exploseront à un jour d'intervalle. Contre la libération de sa mère, cinq millions d'euros et deux billets pour l'Australie, il les neutralisera...



Adapté du roman Rosy & John de Pierre Lemaitre, complétant ainsi la trilogie Verhoeven pour en faire une tétra, cet album nous plonge en plein Paris où un apprenti poseur de bombes, plutôt sympathique, réclame une rançon pour le moins insolite qui va intriguer le commissaire et son équipe. L'enquête tient bien la route, plutôt conforme au récit originel, la narration est maîtrisée et l'on se prend aussitôt d'affection pour la brigade, le personnage complexe de Camille étant approfondi, notamment grâce aux flashbacks. Ne restent que Armand et Louis qui restent en retrait dans ce premier volet. Sous le coup de crayon de Yannick Corboz, Verhoeven prend forme. Chauve, lunettes rondes et 1m45. Son trait est épuré et lisse et les couleurs lumineuses.

Une adaptation réussie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          650
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène
  12 mai 2019
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène de Yannick Corboz
Alors qu'il pensait pouvoir profiter tranquillement de ses vacances, notamment à préparer l'arrivée du bébé, Camille Verhoeven reçoit un appel de son supérieur qui lui demande de rappliquer aussitôt. Arrivé à Courbevoie, c'est une scène d'horreur qui attend le commandant et son équipe. Les corps de deux prostituées, dépecés et mutilés, ont été retrouvés dans une friche industrielle. Voilà une affaire qui met Verhoeven sur les nerfs d'autant, étonnamment, qu'une seule empreinte a été relevée sur les lieux du crime. Mais, rapidement, le médecin constate que cette empreinte renvoie à la tragique affaire de la décharge de Tremblay. Une sombre affaire qui, d'un seul coup, rappelle au commandant Le Dhalia noir...



Ce deuxième volet des enquêtes du p'tit Verhoeven (mais qui correspond au troisième volet de la tétralogie de Pierre Lemaître intitulé Travail soigné) nous entraine au cœur d'une enquête criminelle sordide et macabre. Deux prostituées sauvagement assassinées, une presse peu scrupuleuse qui en fait ses choux gras, un commandant Verhoeven visiblement épié, un assassin féru de littérature, des fausses pistes, un collègue dans une impasse et, seule étincelle dans ce monde brutes, un heureux événement à venir pour le commandant... Les rebondissements ne manquent donc pas dans ce tome intitulé Irène et l'on retrouve avec plaisir ce p'tit commandant et sa brochette d'inspecteurs. Pascal Bertho nous offre une adaptation très réussie du roman de Pierre Lemaître et fait montre d'un travail précis et efficace, servi par un trait épuré et des couleurs lumineuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène
  16 mars 2019
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène de Yannick Corboz
Nom d'un p'tit moi-même, se serait exclamé le commandant Camille Verhoeven, du haut de son 1,45m, à l'évocation d'une nouvelle enquête propre à lui niquer ses vacances initialement destinées à préparer l'arrivée imminente d'un heureux événement.

Pourquoi se mettre la rate au court-bouillon pour deux femmes torturées, tuées et dépecées ?

Ben, tout d'abord, parce que ça se fait pas, ou alors en demandant gentiment.

Puis la direction ayant lourdement insisté pour que notre hypotrophique soit des réjouissances, il eût été discourtois de refuser, même en déclinant gentiment.



Second volet du triptyque - et demi - Verhoeven et nouvelle réussite indiscutable du trio Lemaître/Bertho/Corboz.



Irène ou comment passer de la béatitude cosmique au cauchemar éveillé en un peu moins de 75 feuillets.



De fausses pistes en vraies déconvenues, la brigade s'enlise alors que les cadavres, eux, s'amoncellent.



Fidèle au roman premier, Irène nous en apprend un peu plus sur la Verhoeven team tout en esquissant les origines névrotiques d'un homme perpétuellement hanté par ses vieux démons.



Un graphisme précis et épuré au service d'une narration sans faille, Irène séduit, une nouvelle fois, en vous concoctant un final à la ouatezoeufphoque qui devrait vous laisser bouche bée.



Irène, du vrai travail soigné !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau
  05 novembre 2014
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau de Yannick Corboz
Vienne, 1900. Victor, de la classe ouvrière, vend des fleurs en ville, avec sa petite soeur, Pavlina. Malheureusement, ils se font parfois déloger par les Tsiganes qui prennent possession de ce secteur. Aussi, cela se termine parfois en bagarre. Cela déplait fortement à son père puisque c'est lui qui paye les fleurs. Cette fois-ci, le pauvre Victor s'est fait amoché par l'un d'eux et finit à l'hôpital. Evidemment, il se fait engueuler par son paternel qui lui promet une belle rouste. Pour l'éviter, le jeune homme s'enfuit de l'hôpital. Devant un bordel de luxe, il tombe nez à nez avec une très belle femme, visiblement bien apprêtée pour aller travailler. Il passe son chemin, certain que ce monde n'est pas fait pour lui. Non loin de là, Alec et Klement, deux jeunes hommes de la "haute", pédants et très sûrs d'eux, viennent de faire un esclandre dans une galerie d'art en mettant le feu à un tableau, le bien nommé "Le brasier". Ils sont convaincus de tenir une idée géniale, à savoir transformer un homme bien sous tous rapports en ennemi de la société. Une forme d'art, selon eux. Aussi, lorsqu'ils aperçoivent Victor dans la rue, ils leur semblent avoir trouver le bon sujet...  



Dans ce premier tome, l'on fait connaissance avec Victor, gamin souvent maltraité par son paternel qui envisage pour lui le même avenir à savoir tailleur de pierres. Malheureusement, il ne l'entendra pas de cette oreille. Ayant côtoyé le luxe et les putes, grâce à (ou à cause de) Alec et Klement, il y prendra immanquablement goût. Mais, il ne sait pas ce que ces deux nantis avaient derrière la tête. Encore une fois, Lupano m'a séduite. Dans ce récit original, enlevé et rythmé, l'on se prend d'affection pour ce jeune homme. Ce premier tome tient largement ses promesses. L'on retrouve au dessin Yannick Corboz, déjà associé à Lupano dans Célestin Gobe-la-lune. Et, une fois encore, cela fonctionne plutôt bien. Il réalise superbement cette Vienne de 1900, faisant la part belle aux nombreux décors et croque admirablement ces "tronches". Le trait est séduisant, tout en finesse, et les couleurs au ton froid créent une atmosphère inquiétante.



L'assassin qu'elle mérite, Art nouveau... de l'Art!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie
  12 janvier 2018
Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie de Yannick Corboz
Je suis une inconditionnelle de Pierre Lemaitre...

Impossible pour moi de passer à côté d'une de ses oeuvres ou d'une des adaptations BD, film de celles ci.

Bertho et Corboz s'attaquent ici à la sublime trilogie... en 4 tomes, du commandant à la brigade criminelle, Camille Verhoeven.

Quel sacré défi !

Parce que Lemaitre, il multiplie les genres et les styles ! Roman noir, thriller psychologique, policier, social, littérature, historique, nouvelle...

Dans l'un il privilégiera l'enquête, dans un autre l'action ou encore l'empathie des personnages, le suspense, la tension psychologique.

Même si le personnage principal est le même dans les 4 histoires qui composent la trilogie Verhoeven, elles sont toutes bien différentes.

Bertho et Corboz vont devoir exécuter et se frotter à quelques belles acrobaties pour en arriver à bout... pour notre plus grand plaisir, je l'espère.



En voilà une première !

Alors que les aventures de Camille Verhoeven débute normalement avec Travail soigné, ici c'est avec Rosy et John (initialement écrite pour SmartNovel, éditeur numérique, sous le titre Les grands moyens, puis devenant Rosy et John, dans une version papier à l'occasion du 60ème anniversaire de le livre de poche), nouvelle venant s'incruster entre Alex et Sacrifices, les tomes 2 et 3, que les aventures de la brigade Verhoeven commence... Bizarre ?!

Pourquoi ?

Nous le saurons sans doute au cours de la série...

C'est curieux, mais pourquoi pas, après tout.

Je ne veux pas trop en dévoiler, mais vous verrez qu'il a fallu faire quelques modifications de l'histoire originale, pour que ce soit chronologiquement possible.



En tout cas, j'ai pris un énorme plaisir à me replonger dans cette enquête.

Quel bonheur de redécouvrir Rosie et John ! Ce sont des personnages tellement énigmatiques... attachants, même, malgré leurs profils.

La représentation de Camille, sous les traits de Corboz m'a surprise...

Il ressemble pas du tout à ça dans mon esprit...

Il va me falloir encore un peu de temps pour m'y faire, mais dans l'ensemble, j'ai trouvé cette bande dessinée vraiment très bien réussie.

Tout ce qui est essentiel y est.

Mon coeur, mon corps étaient dans un sentiment de bien être. J'ai adoré !

C'est si bon, Lemaitre...

J'ai déjà hâte de pouvoir tenir les suivantes entre mes mains.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau
  27 novembre 2016
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau de Yannick Corboz
Je continue mon immersion dans l'oeuvre de Lupano, et c'est toujours aussi bien. Ce tome 1 nous plonge en 1900 à Vienne, ou un jeune garçon subit régulièrement les coups d'un père un poil colérique. Alors forcément lorsque notre jeune héros (que son père voit tailleur de pierre) croise la route de noceurs argentés, le choix est vite fait. Mais,Victor ne sait pas que sous cette générosité se cache un pari aussi absurde que méprisant. le plaisir Lupanien fait une nouvelle merveille, W.L. a un sens du rythme et un talent de dialoguiste hors pair. Les aventures du naïf Victor donnent de suite le ton d'une série qu'on a hâte de lire (et regarder). Un scénario et des dialogues solides, un dessin signé Yannick Corboz qui rend hommage aux décors et restitue l'ambiance de l'époque et vous avez là une histoire (en 4 tomes je crois) qui accroche sans la moindre réticence. Lupano et Corboz duo gagnant.

Commenter  J’apprécie          370
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau
  15 novembre 2014
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau de Yannick Corboz
Qu'on se le dise une bonne fois pour toutes, le jeune Victor ne marchera pas sur les traces d'un père qu'il vénère autant qu'une bonne vieille blenno purulente.

Tailleur de pierre, ça lui ferait mal. Et puis faut dire qu'Obélix a déjà largement saturé le marché. Non, ce qu'il le fait avancer, le gars Victor, c'est l'espoir fou de décrocher un jour la timballe. L'opulence et la luxure, ça c'est un vrai projet d'avenir.



Aussi, lorsque deux rupins en mal de sensations se défient en affirmant pouvoir transformer n'importe quel quidam en ennemi juré de la société, devinez sur quelle pomme ça tombe ? Non, pas celle de Newton mais sur un Victor qui passera du statut de loser héréditaire à seul et unique gagnant de la française des jeux en moins de temps qu'il n'en faut pour bégayer dichlorodiphényltrichlorétane.

Seulement il est des rêves qui ont un prix, celui de la douleur et du sang....



Un scénario qui tient la route ( en rappelant sensiblement Un Fauteuil Pour Deux qui ne nous rajeunit pas ), parfait pendant d'un graphisme travaillé aux couleurs surannées, l'immersion en ce Vienne, début XXe, est pleine et entière.

Ajoutez-y un cynisme omniprésent totalement assumé, secouez, dégustez.



L'assassin qu'elle mérite...toute votre attention !

Johnny Hallyday.





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie
  28 janvier 2018
Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie de Yannick Corboz
Lemaitre a le vent en poupe.

Il semble constituer une réelle pompe à fric en ce moment.

Il serait dommage de ne pas essorer le concept voulant que ce qui marche en roman devrait également trouver un large public en BD avant de sortir, soyons fous, sur grand écran.



Manne du jour : Rosie.

Tiré de l'opuscule Rosy & John, quatrième récit mettant alors en lumière l'emblématique flic Camille Verhoeven et venant ainsi clore une trilogie que l'on pensait bêtement achevée. Cherchez l'erreur...



Bon, on va pas ergoter, ça se lit avec grand plaisir.

L'histoire de ce poseur de bombe, au charisme aussi puissant qu'une méduse en plein cagnard, et au relationnel maternel contrarié, ne fait que suivre les rails de son illustre ancêtre déjà encensé en son temps.

Un copié-collé à bulles sans grande surprise, donc, si ce n'est la matérialisation physique de personnages fictifs un brin décevante.

En effet, si l'histoire tient toujours la route, le trait tout en rondeur et la colorisation pastel manquent furieusement d'agressivité.

Des caractéristiques idéales pour narrer un conte enfantin, un peu moins idoines en matière de polar explosif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau
  13 octobre 2020
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau de Yannick Corboz
Vienne 1900

Dans l'art la sécession bat son plein, ce qui déplait fortement à deux richards, Alec et Klement, plein aux as, en recherche d'émotions fortes. Ils font le pari, pour l'art, de changer un pauvre, et honnête jeune homme en ennemi de la société.

Pour ce faire ils l'habillent et l'entrainent dans leurs débauche et leurs beuveries, lui donnant compte ouvert, illimité dans une très select maison close.

Forcément Victor, c'est le nom du jeune, y prend goût, jusqu'au moment où ils ferment le robinet et, donc, tout accès aux bonnes choses, amenant le jeune Victor à retourner dans sa misère. Cela ne plait pas, mais alors pas du tout à ce dernier.

C'est bon et cette BD m'a plu. le scénario est sérieux, l'histoire bien orchestré. Texte et dialogues rythmés. J'ai lu vite car dessins et texte s'enchainent bien, de façon agréable.

Les dessins de Corboz sont séduisants. Il y a du Toulouse-Lautrec chez ce garçon. Les scènes au bordel géniales, notamment un grand dessin où l'on retrouve ce tableau de femmes dans la maison close de Toulouse-Lautrec. Trait puissant, crayon solide, couleurs froides quand il le faut (scènes de la rue, de la pauvreté) et chaudes également (restaurants, bordels).

De la belle ouvrage, j'irai voir le tome 2.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie
  02 février 2019
Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie de Yannick Corboz
Cette BD est l'adaptation du roman policier Rosie & John de Pierre Lemaitre. Un petit roman. Petit par sa pagination d'abord. Petit par la taille du héro, le personnage fétiche de Lemaitre : le commandant Camille Verhoeven de la brigade criminelle. Petit aussi, parce que cet opus n'est pas le meilleur que Lemaitre ait consacré à son policier atteint de nanisme.



Le graphisme choisi étonne un peu au début. Les polars de Lemaitre sont très réalistes. Les dessins sont, eux, légers, fluides, un peu éloignés de cet univers, mais finalement, sur la longueur, ils passent bien.



Le scénario est une réussite. Une vraie adaptation, respectant l'essentiel du livre, tout en choisissant de développer deux axes majeurs bien pensés.

L'intrigue se focalise sur ce qui fait l'âme du récit : les rapports mère - fils, en insistant sur ceux que Verhoeven a lui-même connu. Les auteurs ont aussi l'intelligence, dans le cadre limité d'une BD, de développer le personnage de Verhoeven, ses particularités, son histoire, ses fulgurances. Bien vu.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau
  10 avril 2018
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau de Yannick Corboz
Dans la Vienne du début du 20ème siècle, alors que la ville est en pleine effervescence intellectuelle et culturelle, Alec un riche héritier qui succomb sans complexe au péché d'oisiveté (entre autre!) se dit que ce serait fort distrayant s'il arrivait à créer un pur produit de ce nouveau siècle qui serait l'assassin que cette époque mérite. Et c'est Victor qui sera le jouet de ce plan ...



Quel cynisme grinçant ! Un scénario qui mêle à la fois le cynisme à la manière des Liaisons dangereuses et de la télé réalité du 21ème siècle !



Quand les pauvres deviennent - par candeur ou bêtise - des marionnettes humaines pour nobles capricieux, le résultat est explosif !

L'histoire de Victor et Alec , c'est les dessous de ces rêves de gloire de l'ego et des idéaux socialistes. L'histoire d'un jeu malsain où les sentiments d'un ingénu rêveur n'ont pas leur place... Wilfrid Lupano et Yannick Corboz ont parfaitement mis en scènes cette fausse émancipation sociale (et morale), dans un monde où l'argent est toujours maître. Et, ce qui ne gâche rien : les graphismes sont superbes ! peut-être plus par la richesse de la coloration que par la technique, mais qu'importe.



Je retiens mon souffle pour découvrir la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène
  12 mai 2019
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène de Yannick Corboz
Voilà le deuxième opus de la série Brigade Verhoeven inspiré du roman "Travail soigné" de Pierre Lemaitre. Ce roman est le premier de la tétralogie Verhoeven.

Le même duo d'auteur (Pascal Bertho et Yannick Corboz) réalise à nouveau une merveille graphique.

Attention, vous aurez à faire à un thriller noir bien exaltant et cruel...



Le dessin :



Yannick Corboz a un trait vraiment très agréable, rappelant par moment les styles de Jordi Lafebre ou Paul Cauuet, mais avec ce petit plus le rendant plus sérieux.

Son coup de crayon est donc vif et dynamique mais à la fois arrondi, propre et élégant.

Sublimé par les couleurs de Sébastien Bouët, le dessin captive ainsi le lecteur et le maintien en haleine tout le long de ce thriller.

Les effets sont toujours subtils au point que l'on y fait pas attention, les proportions sont gardées et cohérentes en regard de la petite taille du héros.

Les arrière-plans sont superbes à contempler, suffisamment détaillés et point encombrés.

Les mises en scènes sont encore remarquablement travaillées jonglant avec bon nombre de plans et de techniques visuelles permettant de vivre l'action.

C'est vraiment un réel plaisir de feuilleter les pages de cette BD.



Le scénario :



Voilà une belle originalité quant à ce scénario (pour ceux qui n'aurait pas lu les livres de Pierre Lemaitre), une fin (désolé d'avance pour le pseudo spoil..) autre qu'un "happy-end"... Ceci est assez rare pour être noté.

La montée en pression progressive est superbement amenée par les talents de narration de Pascal Bertho et bien que le lecteur avisé puisse entrevoir la fin de l'histoire en cours de lecture, celle-ci en reste néanmoins dure à assimiler.

Mais l'intérêt du scénario réside aussi surtout sur l'aspect fort psychologique du thriller, là où tout est histoire de points faibles, de valeurs morales et/ou affectives.

Le coupable a un profil presque classique de serial killer, cherchant avant tout reconnaissance dans sa folie meurtrière, au point d'y voir un art.

Il provoque, et est en quête de connaisseurs.

Il semble ainsi ferrer notre commissaire Verhoeven qui lui est constamment partagé entre sa vie familial et son travail...

En bref cette histoire est ahurissante, prenante, et bien loin d'être "tranquille" comme celle du tome 1 de la série BD : Rosie



Voilà donc une très belle adaptation d'un roman tendu et terrible.

Ciao

Yann
Lien : http://www.7bd.fr/2019/05/br..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie
  05 mars 2018
Brigade Verhoeven, tome 1 : Rosie de Yannick Corboz
Voilà une deuxième adaptation en BD d'un roman de l'excellent Pierre Lemaître, après "Au revoir là-haut", édité par les éditions Rue de Sèvres. Ce roman "Rosy and John" est en fait le troisième d'une tétralogie.

Et Yannick Corboz et Pascal Bertho l'ont adapté avec une belle maestria !



Selon vous jusqu'où peut mener l'amour d'une mère pour son enfant ? Quelle peut en être la limite ?



Le dessin :



Le dessin de Yannick Corboz est très agréable. Dans un style semi réaliste, le trait fin, souple et fluide, il restitue admirablement bien les émotions et les caractères de chaque personnage. Il illustre ainsi de belle manière l’hypotrophie du commandant : un homme adulte dans le corps de la taille d'un enfant...

Les effets et les perspectives sont maîtrisés à merveille, l'enchaînement et la variété des différents plans donnent du dynamisme au récit. J'apprécie particulièrement l'effet rétro des vignettes illustrant le passé du "héros". Mais les couleurs y tiennent une grande place. Elles sont particulièrement bien choisies et avec le jeu d'ombre et de lumière, ils offrent une véritable essence à l'illustration ! Bravo donc aux coloristes Fabien Blanchot et Sébastien Bouët.

On sent, en parcourant les vignettes que le dessinateur et les coloristes y ont mis beaucoup de cœur à l'ouvrage.

Ils aiment leurs lecteurs et nous on les aime !



Le scénario :



Alors vous vous êtes fait une idée sur la question "jusqu'où peut mener l'amour d'une mère pour son enfant" ? Et sa réciprocité ?

Et bien Pierre Lemaître, et l'adaptation en BD par Pascal Bertho, illustre une hypothèse surprenante.

Et encore plus surprenant est l'amour que porte l'enfant envers sa mère malgré ce qu'elle lui a fait vivre !

On peut véritablement dire dans ce cas là que l'amour n'a pas de limite !

Ce scénario est captivant, malgré une fin probablement prévisible. Cependant l'arrangement est incroyable car il nous tient en haleine jusqu'au bout, et nous laisse continuellement un espoir...

Ce qu'il y a d’intéressant, c'est aussi de suivre l'aspect psychologique du commandant Verhoeven. En effet ce tome est particulièrement centré sur ce personnage de la brigade au détriment des trois autres: Armand, Louis Mariani et le petit nouveau Jean-Claude Maleval.

La relation Mère Fils est aussi développé via le focus fait sur notre policier "héros" et l'on voit encore que l'amour est plus fort que tout car le petit homme éprouve beaucoup d'amour pour se mère disparue malgré l'indifférence qu'elle a pu lui montrer.

D'autres allusions à l'amour, sous différente forme, sont aussi exploité de façon secondaire avec la relation de Camille avec sa belle femme, le troisième mariage du commissaire divisionnaire etc...



Cette BD qui sera probablement suivie par les trois autres de la tétralogie, mais je l'espère beaucoup en se focalisant sur les trois autres membre de la brigade, est une remarquable entrée en matière. Les auteurs ont vraiment assuré !

J'ai aimé.




Lien : http://www.7bd.fr/2018/03/se..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Célestin Gobe-la-Lune
  20 mai 2019
Célestin Gobe-la-Lune de Yannick Corboz
J'ai retrouvé l'humour et la fibre humaniste de Lupano dans ce premier volume de Célestin-Gobe-La -Lune. Ce freluquet retrousseur de jupons en quête d'une fille fortunée qui poourrait le propulser en haut de l'échelle sociale devrait nous être profondément antipathique, mais ce serait sans compter sur les talents de Lupano qui nous transforme un loup en bon samaritain! Et puis, il y a son compère Y.Corbos qui nous régale d'un menu d'expressions plus que complet, de gestuel à la Comedia del Arte, de milles détails pour nous immerger dans l'ambiance populaire des auberges et rues peu avant 1789, il me semble...J'ai hâte de retrouver Célestin pour la suite de ses rêves et entreprises cocasses pour conquérir le coeur de la princesse qui saura le replacer dans le milieu noble dont il est persuadé appartenir puisqu'il a été retrouvé bébé dans un linge raffiné!...
Commenter  J’apprécie          150
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau
  23 avril 2014
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau de Yannick Corboz
Vienne, 1900. Prenez un gamin des rues pur et innocent et plongez-le dans le luxe d’une maison close avec crédit illimité. Initiez-le aux charmes de l’oisiveté et de l’argent facile, donnez-lui accès à des choses qui lui sont inabordables puis coupez-lui les vivres sans crier gare. Tel est le projet d’Alec, jeune dandy capricieux, irresponsable et tête à claque voulant transformer un gavroche en ennemi public numéro 1. Le but ultime étant de le façonner comme une œuvre d’art, une œuvre d’art « subversive et véritablement décadente ». Victor sera la victime désignée d’Alec. Un gosse pas verni par la vie, maltraité par un père à la main lourde et dont la carrière de tailleur de pierres qui l’attend ne l’enchante guère. Avec Alec, il va découvrir un train de vie dont il ne soupçonnait même pas l’existence. Mais le choc est rude, trop rude. Et le pétage de plombs inévitable…



Pour ce scénario, Lupano s’est inspiré de « L’assassinat considéré comme un des beaux-arts » de Thomas De Quincey et surtout d’un passage de « A rebours » de Joris-Karl Huysman dans lequel l’auteur déclare vouloir changer brutalement la vie d’un homme pauvre afin de « créer un gredin de plus pour la société et lui donner l’assassin qu’elle mérite ». Entraîné dans quelque chose qu’il ne maîtrise pas, dépassé par ce qui lui arrive, Victor va devenir incontrôlable, allant bien au-delà des espoirs placés en lui par son pygmalion.



Une série à l’atmosphère délicieusement sulfureuse. Lupano montre la bourgeoisie viennoise engoncée dans ses certitudes d’un autre temps, incapable d’anticiper les catastrophes à venir alors que la pauvreté, le chômage de masse et l’antisémitisme galopant transforment en profondeur la société. Avec Victor, il procède à une métamorphose violente. Une personnalité simple et neutre qu’Alec a besoin de totalement effacer pour la réécrire à sa guise. C’est une expérience sans filet, un mélange qui devient aussi dangereux qu’explosif…



Que dire du dessin de Corboz, si ce n’est qu’il représente à merveille la Vienne de l’époque. L’architecture, l’opéra, les brasseries, les quartiers populaires, tout est fidèlement resitué. Son trait réaliste campe avec conviction les différents personnages et affirme le caractère de chacun.



Une superbe série, tant sur le fond que sur la forme. Le troisième volume paraîtra le 21 mai, je vais me faire un plaisir de le dévorer dès sa sortie.


Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène
  28 octobre 2019
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène de Yannick Corboz
Deuxième adaptation BD d’un roman de Pierre Lemaitre. Ici c’est Travail soigné qui a droit à sa transposition graphique. Le scénario de la BD reprend ce qui est utile dans l’intrigue et raccourcit les parties consacrées aux relations entre Verhoeven et sa femme. L’histoire respecte le jeu avec la lecture, avec les classiques de la littérature de polar que le tueur parsème lors de ses meurtres. A l’arrivée, le récit version BD est plus dur, plus noir. Tout va très vite et les scènes macabres l’emportent.

Bien dessinée, bien concentrée, cette série BD est globalement une réussite même si j’ai trouvé le premier tome plus « tonique ».
Commenter  J’apprécie          130
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau
  10 avril 2016
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau de Yannick Corboz
Victor est un jeune homme qui tente de survivre entre un père invalide et violent et la misère sociale de sa famille. Nous somme à Vienne, fin 19e. C’est alors qu’un jeune riche, excentrique, qui, lui, tente d’échapper à l’ennuie de la jeunesse dorée, décide de le manipuler en lui offrant l’ouverture de son monde, pour ensuite le priver de ses nouveaux privilèges pour transformer le garçon naïf en assassin qui combattra la bourgeoisie et l’ordre établi.



Ne vous trompez pas sur le sous titre : « Art Nouveau ». Même si nous sommes à l’époque de ce courant artistique, l’oeuvre d’art, le nouvel art est ce que devrait devenir Victor. Dans une ambiance historique, avec de riches décors, les illustrations sont de très haute qualité. Le scénario n’est pas en reste. Le caractère des personnages sont bien rendus. Les lieux, la période de l’histoire, les inégalités sociales de cette période de fin de siècle sont rendus avec beaucoup de justesse. C’est le prélude d’une série qui s’annonce accrocheuse. Une très belle réalisation qui donne l’envie de poursuivre cette très belle saga.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène
  28 novembre 2019
Brigade Verhoeven, tome 2 : Irène de Yannick Corboz
Sans me rendre compte que j’avais déjà lu le roman, le nom célèbre du scénariste m’a amenée à choisi cette BD mise en évidence à la bibliothèque de mon quartier comme nouveauté; et pour cause: le titre en a été changé. J’ai aimé les images mais, le genre BD obligeant, l’histoire est quelque peu télescopée: aurais-je bien compris les tenants et aboutissants si je n’avais pas eu le souvenir du roman? L’autre aspect est que je connaissais le dénouement, ce qui gâche, avouez-le, le plaisir de la lecture d’un thriller.

En résumé, je suis donc déçue tout en reconnaissant le talent des dessinateur et coloriste qui donnent aux personnages de Lemaitre la chair et l’os qu’on s’imagine grâce aux descriptions du roman, bien sûr absentes dans la BD.

J’avais un peu les mêmes réserves sur la mise en BD de Au revoir là-haut, ce qui m’amène à penser (sans toutefois le lui reprocher) que Lemaitre est en train de surfer sur la vague du succès…
Commenter  J’apprécie          110
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau
  28 septembre 2012
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau de Yannick Corboz
"Cette maison est un infernal paradis dont on ne voudrait plus jamais sortir".

Victor, adolescent en révolte contre l'excès d'autorité paternelle, devient la proie naïve de deux riches noceurs pervers (Alec et Klement) amateurs d'art qui le poussent à la débauche dans une maison close de la Vienne des années 1900 où la "divine" Mathilde le dorlote dans ses coulisses privées du septième ciel.

"Tout a une fin tu sais".

Fin des largesses dés que "l'oeuvre d'art vivante" du cynique Alec est à point, fin d'une vie où l'apprentissage de tailleur de pierres n'a plus de raison d'être, fin de l'innocence avec déceptions et désillusions sur une fausse amitié et un amour à sens unique.

Cette excellente BD L'assassin qu'elle mérite, Tome 1: Art nouveau plante son décor dans le milieu artistique viennois en 1900 où le commerce de l'art est l'enjeu de la Secession, où certains crient "Mort à l'académisme" et d'autres suivent le progrès. D'où l'originalité. Le scénario de Wilfrid Lupano (connu chez Vents d'ouest et chez Delcourt) rend compte des inégalités sociales. Tziganes, petites gens face aux grosses fortunes. C'est une manipulation bien cruelle que va subir Victor dans ce pari stupide de modifier sa trajectoire de vie.

"Paw Paw" l'auteur sait susciter la colère même chez son lecteur.

Bravo!

Les dessins (les personnages et le trait expressifs ) criants de vérité de Yannick Corboz accentuent l'atmosphère pesante (ou lubrique) fort bien rendue de cette bande dessinée dont on a hâte de connaitre la suite!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau
  18 avril 2017
L'assassin qu'elle mérite, tome 1 : Art nouveau de Yannick Corboz
Vienne 1900, Alec un crétin de rupin s'imagine avoir du génie. Il a pour idée de transformer Victor, un gamin des rues en malfrat . En façonnant ainsi le jeune homme, Alec pense pouvoir créer une oeuvre d'art à partir d'une matière vivante. Et il est prêt à tout pour cela, notamment à pousser Victor à la débauche.

Le récit est très rythmé et les dessins servent parfaitement l'époque. S'y ajoutent quelques pointes d'humour qui égayent la misère et le cynisme ambiants.

Un premier tome qui donne fortement envie de découvrir la suite!
Commenter  J’apprécie          100




Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox