AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.71 /5 (sur 164 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1975
Biographie :

Yasmine Ghata est une écrivaine.

Elle est d’origine libanaise par sa mère, la romancière et poétesse Vénus Khoury-Ghata (1937), et franco-bulgare par son père, le médecin et chercheur Jean Ghata.

Elle a étudié l’Histoire de l’Art à la Sorbonne et à l’École du Louvre. Spécialisée dans les arts de l’Islam, elle a travaillé dans le milieu de l’expertise des objets d’art.

Elle a connu un grand succès avec son premier roman, "La nuit des calligraphes" (Fayard, 2004), inspiré par la vie de sa grand-mère paternelle, qui a été très remarqué par la critique.

Il a été traduit dans treize langues et couronné par le Prix de la découverte Prince Pierre de Monaco, le Prix Cavour (Italie), le Prix Kadmos (Liban) et le Prix des Lecteurs d’Herblay 2005.

Yasmine Ghata publie en 2007 "Le târ de mon père", et en 2009, l'ouvrage "Muettes", sur le deuil de son père.

En 2016 paraît son roman, "J'ai longtemps eu peur de la nuit". Il est sélectionné pour le premier Prix Patrimoines 2016.

En 2018, elle publie "Le calame noir", roman dans lequel elle imagine la vie de l’enlumineur Siyah Qalem , l’un des plus mystérieux artistes de l’histoire de l’islam.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview de l'écrivain Yasmine Ghata pour son roman "Le Târ de mon père" paru aux Editions Fayard

Podcasts (1)


Citations et extraits (71) Voir plus Ajouter une citation
carre   20 septembre 2016
J'ai longtemps eu peur de la nuit de Yasmine Ghata
Une maison vidée de ses occupants est un livre sans écriture, une histoire sans narrateur.
Commenter  J’apprécie          340
Souri7   14 février 2017
J'ai longtemps eu peur de la nuit de Yasmine Ghata
C'est la onzième nuit que tu passes seul sans tes parents, et cette nuit-là, plus qu'une autre, tu as vraiment compris qu'ils n'étaient plus de ce monde. Ce soir-là, tu as vu la réalité telle qu'elle est, sans te faire d'illusion. Tu n'es plus désormais qu'un orphelin qui vagabonde sans savoir où aller avec pour seul compagnon une valise vide qui t'escorte comme un fidèle parent.
Commenter  J’apprécie          270
Under_the_Moon   01 août 2015
La nuit des calligraphes de Yasmine Ghata
Les calligraphes sont des êtres hybrides, ni hommes ni femmes, raison pour laquelle Dieu les retient près de lui.
Commenter  J’apprécie          190
Dixie39   31 mars 2018
J'ai longtemps eu peur de la nuit de Yasmine Ghata
Des fumées dérivées par les vents contraires jaillissaient des habitations, tu as vu des corps joncher le sol, tombés, foudroyés. Ta maison en pisé semblait muette, couvrant les corps des biens comme un linceul.

Tu aurais voulu crier le prénom de ton père, de ta mère et de ta grand-mère, tu n'eus pas ce courage. Ta tête ne dépassa pas les feuilles hautes. Tu n'y es pas allé, ton pied n'a jamais franchi la bordure de pierre du promontoire bâti par tes pères.

Commenter  J’apprécie          170
Under_the_Moon   02 août 2015
La nuit des calligraphes de Yasmine Ghata
L'oeuvre est immortelle, quand le geste est invisible.
Commenter  J’apprécie          180
Moan   23 avril 2013
Le târ de mon père de Yasmine Ghata
J'avais porté l'enfant de Mohsen né de l'accord parfait d'une corde et d'une note, d'une vibration infinie qui irriguait mes veines. J'étais son instrument, celui qui résonnait sous ses doigts à défaut d'être vu par ses yeux. Mon corps était fait de cordes qui lui envoyaient les sons purs de mon amour.
Commenter  J’apprécie          140
Under_the_Moon   01 août 2015
La nuit des calligraphes de Yasmine Ghata
Le sang des calligraphes est différent de celui des autres humains, il s'assombrit au contact de l'encre, leurs plaies sèchent plus vite. Les calligraphes écrivent à l'intérieur d'eux-mêmes puis offrent une vision partielle de leur chair noircie par l'alphabet. On les dit très secrets, ils sont tout simplement pudiques et réticents à révéler leur anatomie.
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24   17 septembre 2016
J'ai longtemps eu peur de la nuit de Yasmine Ghata
Regarder les choses revient à se regarder soi-même (p22)
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24   17 septembre 2016
J'ai longtemps eu peur de la nuit de Yasmine Ghata
Cet objet souvent oublié, rarement beau, est gardé par devoir, par respect pour les ancêtres. Il n'est en réalité qu'objet de deuil. Les élèves ne peuvent s' empêcher de le toucher, de le scruter dans ses moindres plis comme s'il allait exaucer un voeu, produire un miracle. (p.31)
Commenter  J’apprécie          90
dreulma   19 mai 2011
La nuit des calligraphes de Yasmine Ghata
La lune me lance un sourire bienveillant, les paumes de mes mains sont orientées vers elle, comme le font les croyants vers la niche du prophète. J'essaye de capturer l'astre obscur, les reliefs lunaires se réfléchissent sur ma page, en écritures illisibles. Je les rehausse d'or pour en garder la trace, ma main cerne les contours de roches poreuses. L'or du vieux Sélim est trop éclatant comparé au vieux soleil. Les écritures se sont réduites en cendres, je trace des sillons dans la poudre fine, dessine des arabesques sans fin; ma page est aussi vaste que la voûte céleste.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Yasmine Ghata (216)Voir plus


Quiz Voir plus

Occupons nous, faisons un bébé ...

1- On s’ennuie si on faisait un bébé … 2 - Ah non, c’est l’« apocalypse bébé »…

Stephen King
Virginie Despentes
Charlotte Link
Pascal Voisine

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , humour , enfantsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..