AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.39/5 (sur 340 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Neuilly-sur-Seine , le 07/11/1954
Mort(e) à : Paris , le 26/06/2023
Biographie :

Ysabelle Lacamp est une écrivaine, chanteuse et actrice française.

Elle est la fille de l'écrivain Max-Olivier Lacamp (1914-1983), auteur de "Les feux de la colère", prix Renaudot 1969 et sa mère est d'origine coréenne.

Elle est licenciée en chinois et coréen de la School of Oriental and African Studies de Londres et en langues orientales de Institut national des langues et civilisations orientales de Paris.

Ysabelle Lacamp a joué de nombreux rôles au cinéma et à la télévision, comme dans Le "Marginal" (1983) avec Jean-Paul Belmondo ou dans un épisode de la série "Fabio Montale" (2002) avec Alain Delon. Elle débute comme comédienne en 1975, apparaissant tout d'abord au cinéma dans le deuxième volet du film "Emmanuelle" aux côtés de Sylvia Kristel.

Elle a joué avec les plus grands réalisateurs français : Yves Boisset, Claude Berri, Francis Perrin, Jacques Deray, Tony Gatlif, Roger Hanin, son jeu tout en finesse et sa beauté eurasienne emportaient l'adhésion. En 1987 elle commence sa carrière de chanteuse.

Elle a présenté l'émission culturelle "Hors la ville" sur France 3 Limousin Poitou-Charentes pendant trois ans.

En littérature, elle a commencé par d'énormes best-sellers, une dizaine de titres chez Lattès ("Le Baiser du dragon", 1986, son premier roman), ou chez Albin Michel ("La Fille du ciel", 1988; "L’Éléphant bleu", 1990), son âge d'or se situait entre la fin des années 80 et début des années 1990.

Après, elle a désiré écrire des textes qui lui ressemblent plus. On songe à "L'Homme sans fusil" (Seuil, 2002) ou au "Jongleur de nuages" (Flammarion, 2008).

En 2018, Ysabelle Lacamp écrit avec "Ombre parmi les ombres" (Ed. BrunO Doucey), son dernier ouvrage.

Ysabelle Lacamp est décédée à l’âge de 68 ans, emportée par un cancer contre lequel elle se battait depuis près de trois années.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ysabelle Lacamp   (20)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Robert Desnos est un être plein de lumière, d'optimisme ravageur. (...) C'est un moteur d'espoir, d'espérance (...) Il aime l'homme, l'humain, le peuple ; il est au-dessus de toute discrimination." C'est autour du titre "L'art plus fort que la barbarie" que ce sont rassemblés la romancière Ysabelle Lacamp, l'historienne de l'art Marie Cantos et l'éditeur Bruno Doucey à l'université permanente de Nantes. Une conférence centrée autour des figures des poètes Robert Desnos et Ceija Stojka. Le roman d'Ysabelle Lacamp : https://bit.ly/2Aa1uR6 Le recueil de Ceija Stojka : https://bit.ly/2rNQK6l Réalisation © Thibault Grasset.

+ Lire la suite

Citations et extraits (103) Voir plus Ajouter une citation
Arrivée au détour de la longue galerie ouvragée qui relie le Pavillon des femmes au bâtiment principal, Shu-Meï ralentit l'allure et se compose un visage de circonstance.
Commenter  J’apprécie          200
La lune est claire et ronde
je navigue sur le fleuve
au-dessous de moi, l'eau, c'est le ciel.
Commenter  J’apprécie          150
[Les nazis tournèrent à Terezin des films de propagande, visant à montrer ce camp comme un "ghetto idéal" pour les juifs.]
Un film, oui, censé montrer la journée type du juif le plus heureux sur terre grâce à la magnanimité et à la munificence du Fürher.
Match de foot, atelier de couture bourdonnant, folle et trépidante session de jazz au Stadtkapelle : «Regardez comme ils sautillent ! Regardez-les se tortiller ! »
Un film, un vrai, avec ses décors en trompe-l’œil, ses fausses échoppes où rien n'était vendu, son café musical où l'on ne pouvait pas boire de café, ses bains publics sans canalisation, sa banque aux faux clients et aux faux caissiers, et même ses dizaines de landaus tout neufs paradant sur la grand-place au soleil à défaut de ne jamais voir l'ombre d'un bébé !
Commenter  J’apprécie          100
Je reste fasciné par tes yeux qui me fixent, comme deux énormes lacs transparents, si clairs, si profonds, si sincères, que j'aimerais me perdre dans leur onde.
Commenter  J’apprécie          93
Il suffisait que sa porte s'ouvre et que je me réfugie dans ses bras pour oublier ce brouillon de culture grouillant de mensonges qu'était devenue mon existence.
Commenter  J’apprécie          80
Si l'Amour avait le pouvoir de soulever des montagnes, de bouleverser l'Ordre et de se rire de la Loi, la Société, elle, pour ne pas sombrer, veillait à ce que les préjugés ne s'éteignent jamais. Voilà pourquoi il était si difficile de s'aimer quand on n'était pas de la même race ni de la même couleur.
Commenter  J’apprécie          70
La vrai beauté, ce n'est pas forcément ce qui est parfait. tu peux la trouver dans la laideur comme tu peux admirer une toile de maître sans que son esthétique te fasse vibrer.
Commenter  J’apprécie          70
Assis à ton chevet, j'observe les petits poissons transparents battre des nageoires derrière tes paupières, puis ta nuit d'aquarium se dissiper lentement.
Commenter  J’apprécie          70
Terezín, au doux nom choisi en l'honneur de la mère de l'empereur, qui aurait cru alors que tu deviendrais tombe à ciel ouvert de milliers de Juifs?(...)

Terezín...étrange Babel du désespoir ou l'on parquait les Juifs pour mieux les envoyer mourir...
Commenter  J’apprécie          60
A cette époque comme sous la précédente dynastie Tang, les moeurs étaient relativement permissives, surtout si l'on tient compte d'une certaine décadence engendrée par cette situation anarchique.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Ysabelle Lacamp (609)Voir plus

¤¤

{* *} .._..