AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.8 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1949
Biographie :

Ysé Tardan-Masquelier est une écrivaine, historienne des religions, spécialiste de l’hindouisme. Elle enseigne les spiritualités orientales à Université Paris IV-Sorbonne et à l'Institut catholique de Paris.
Elle a présidé pendant dix ans la Fédération nationale des enseignants de yoga, et vient d’écrire un livre "L’esprit du yoga" publié chez Albin Michel (2005).

Ajouter des informations
Bibliographie de Ysé Tardan-Masquelier   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Ysé Tardan-Masquelier vous présente son ouvrage "Albin Michel" aux éditions Albin Michel. Entretien avec Sylvie Hazebroucq. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2558926/yoga-l-encyclopedie Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Ysé Tardan-Masquelier
kuroineko   10 juin 2013
Ysé Tardan-Masquelier
Une authentique pratique, à l'encontre de l'habitude sclérosante, se situe dans l'attention renouvelée au présent, garante d'une constante créativité du corps et de l'esprit.

Le Monde des Religions n°59
Commenter  J’apprécie          190
AuroraeLibri   26 décembre 2014
Jung et la question du sacré de Ysé Tardan-Masquelier
Figures de l'autre en soi, l'anima et l'animus, lorsqu'ils passent d'un stade d'archaisme indifférencié à une véritable mise en valeur de leurs potentialités, désignent le non-moi à l'intérieur d'une complétude psychique à construire. Ils désignent ce qui manque au moi pour se vivre comme partie consciente d'une totalité englobante, qui est le Soi. D'où le sens de l'affirmation, obscure au premier abord: "le symbole du sexe opposé recouvre véritablement le Soi", et l'élaboration d'une méthode d'ascèse spirituelle où la sublimation de l'autre sexe conduit à cette découverte du Soi: "Il faut élever le dialogue avec l'anima à la hauteur d'une véritable technique." On peut alors penser que le dialogue avec le Christ intérieur qu'ont vécu des mystiques chrétiennes (certaines béguines, des religieuses d'Helfta, Thérèse d'Avila ou Marie Alacoque), et qui semble les avoir conduites vers le centre de leur âme, est une actualisation traditionnelle de cet archétype de l'animus.
Commenter  J’apprécie          60
AuroraeLibri   05 janvier 2015
Jung et la question du sacré de Ysé Tardan-Masquelier
"Au siècle des Lumières (Aufklarung) se forma, sur l'essence des religions, une opinion qui mérite d'être mentionnée à cause de sa large propagation, bien qu'elle soit une méprise typique de l'époque. Selon cette opinion, les religions seraient des espèces de systèmes philosophiques qui, comme ces derniers, seraient sortis de a tête des gens. Un homme quelconque aurait un jour imaginé un dieu et des dogmes et, grâce à cette fantaisie "réalisatrice de désirs", il aurait conduit l'humanité par le bout du nez. A cette opinion s'oppose la réalité psychologique de la difficulté que l'on a de saisir intellectuellement les symboles religieux. Ils ne proviennent nullement de la raison, mais d'ailleurs; du coeur peut-être, mais en tout cas d'une couche psychique profonde, qui ressemble peu à la conscience qui, elle, n'est que surface. Aussi les symboles religieux ont-ils toujours un caractère très marqué de "révélation", autrement dit, ce sont en général des produits spontanés de l'activité inconsciente de l'âme. Ils sont tout ce que l'on voudra, sauf inventés par la pensée; révélations naturelles de l'âme humaine, ils ont plutôt grandi peu à peu au cours des millénaires, comme des plantes."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   17 février 2020
Les chemins du corps : Assises nationales du yoga de Ysé Tardan-Masquelier
Un bon instrument résonne sans sélection dans tous les registres. Il accueille tout de toute son âme, entre dans toute résonance.

Christiane Singer
Commenter  J’apprécie          50
Danieljean   17 février 2020
Les chemins du corps : Assises nationales du yoga de Ysé Tardan-Masquelier
Le corps est cette œuvre d’un grand luthier qui aspire à la caresse de l’archet. « Tout ce qui vit aspire à la caresse du Créateur », dit Hildegarde von Bingen. Séparé de la résonance à laquelle aspire ce corps, séparé de la musique pour laquelle il a été créé, il perd sa tension, il s’affaisse, il se laisse aller, il se désespère. Nous vivons dans une époque où rien ne nous dit la merveille de cet être, la merveille de ce qui est l’ordonnance du corps et où on croit être détendu quand on s’affaisse comme un malheureux, lorsqu’on croit vraiment que se laisser aller est une manière de se sentir mieux, lorsque personne ne nous signifie : attention, ton chevalet est déplacé, ta corde est distendue, le maître ne peut pas jouer sur toi. Je ne peux pas faire que la musique soit belle, mais je peux tendre cette corde à la perfection. Ces corps inhabités de tant d’entre nous aujourd’hui qui, à défaut d’entrer dans la résonance pour laquelle ils étaient créés, vont se rouiller, se déglinguer, perdre le souvenir de ce qu’ils sont. Pourtant, nous le savons tous, la mémoire du corps est la plus profonde: tout ce qui m’a touché, tout ce que j’ai touché, frôlé, caressé, les coups que j’ai reçus, les blessures, tout est dans la mémoire de mes cellules; l’intellect, lui, peut jouer, effacer, recommencer de zéro, inventer des scénarios divers, les reprendre, les corriger, les analyser, les annuler, mais le corps reçoit de manière indélébile toutes les informations. Toute cette mémoire accumulée, recouverte, cachée dans les strates, empêche la vibration, la musicalité de mon corps. On dit en allemand d’un mauvais instrument qu’il a un « loup ». De même du corps, et de certains registres de la mémoire qui le raidissent, le contractent, le rendent inapte à résonner librement. Un mauvais instrument a ses « loups »; un mauvais corps a ses obsessions, ses zones maudites où il résonne lugubrement.



Un bon instrument résonne sans sélection dans tous les registres. Il accueille tout de toute son âme, entre dans toute résonance.



Dans un bon corps, un corps réconcilié avec ses blessures, la peur ne verrouille plus les espaces. Le ton le porte au bout de chaque vibration. Il faut pourtant se garder d’une conception dualiste quand on utilise ces images, et ne pas faire de l’instrument le corps, et de l’âme celui qui joue. Ce serait une séparation artificielle car la merveille qui va se révéler au contemplateur ou à l’auditeur, c’est l’inséparabilité de tous ces éléments.

Christiane Singer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibri   05 janvier 2015
Jung et la question du sacré de Ysé Tardan-Masquelier
L'ombre, comme la persona d'ailleurs, fait partie de la zone personnelle de l'inconscient. (...), la reconnaissance de cette "moitié obscure de la personnalité" constitue la première marche vers la totalité. Elle vaut en effet pour toute confrontation ultérieure, elle est introduction à l'une des lois fondatrices du psychisme, celle de la bipolarité. (...)

"Il ne faudrait pas conclure que l'ombre n'est que l'opposé du conscient. Elle représente plutôt ce qui manque à chaque personnalité. Elle est pour chacun ce qui aurait pu vivre et qui n'a pas vécu. En cela elle met en scène la question d'identité: Qui es-tu par rapport à celui que tu aurais pu être? Qu'as-tu fait de ton frère?" On peut alors suggérer que la lutte avec l'ombre ne représente pas tout à fait une étape, définitivement acquise parce qu'elle serait définitivement réglée, elle apparaît plutôt comme une initiation à une nouvelle hiérarchie de valeurs, une constatation du véritable fonctionnement de la vie intérieure.
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibri   07 janvier 2015
Jung et la question du sacré de Ysé Tardan-Masquelier
Les "noces des pôles dans le centre" ont toujours, chez les patients modernes aussi bien que dans les représentations traditionnelles, une connotation sacrée: lorsque ce thème anime le rêve ou la vision, il fascine, attire et donne le sentiment que l'on est dominé par une révélation. cette révélation n'est pas toujours sentie comme émergeant de l'intérieur de l'âme; elle est souvent interprétée comme l'indice d'une Présence transcendante qui l'offre d'une manière gratuite et bienveillante. S'agirait-il là d'une projection? Autrement dit, lorsque l'auteur de l'Apocalypse johannique reçoit la vision des Noces de la Jérusalem Céleste et de l'Agneau dans un paradis centré, s'agit-il en réalité d'un symbole du processus d'individuation qui progresse en lui? Ou encore, lorsque l'adepte du tantrisme shivaite médite sur l'effigie hautement sacrée du couple divin s'unissant dans le mandala, est-ce, à travers cette pratique dévotionnelle, la pleine réalisation de lui-même qui s'accomplit?
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibri   26 décembre 2014
Jung et la question du sacré de Ysé Tardan-Masquelier
Le monde intérieur ne se laisse pas seulement saisir en tant que mémoire, ou passé déposé; il ne fait pas que se rappeler à la conscience. Il constitue une permanente actualité, un éternel présent; ainsi, son ordre propre n'est pas celui de la reconstitution, mais de la "révélation". Fait d'importance capitale dans la psychologie de Jung, et particulièrement dans sa vision de l'expérience religieuse: toute "parole de Dieu", toute intervention d'une transcendance ne devient agissante, signifiante, que dans la mesure où elle adopte la langue des archétypes, où elle éveille en l'homme le plus intime. Loin donc d'être un lieu de rebut, l'inconscient devient une sorte de matrice pour la vie spirituelle.
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibri   26 décembre 2014
Jung et la question du sacré de Ysé Tardan-Masquelier
Le rôle de l'anima (...) constitue, dans l'inconscient masculin, l'archétype de la féminité; (...)

L'anima, c'est le socle psychique de la Fiancée du Cantique des Cantiques et de la Jérusalem Céleste; de la Sophia, fille de Dieu de la Gnose valentinienne; de Fatima, la fille du Prophète dans l'islam mystique; de la Dame de l'Amour courtois...mais aussi, dans ses émergences individuelles, l'Aurélia de Nerval, ou la Salomé avec qui Jung s'entretient pendant sa propre traversée nocturne.
Commenter  J’apprécie          20
Danieljean   25 octobre 2020
Les maîtres des Upanishads : La sagesse qui libère de Ysé Tardan-Masquelier
Les Upanishads, comme les premiers textes bouddhistes et jaïns, constituent l’apogée de cet âge de questionnements philosophiques et d’aventures spirituelles.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti

Par quel événement débute le récit?

un attentat en Israël
un attentat en Palestine
un meurtre en Israël
un meurtre en Palestine

30 questions
1395 lecteurs ont répondu
Thème : Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie ZenattiCréer un quiz sur cet auteur