AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.29 /5 (sur 56 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Étienne , le 08/01/1963
Biographie :

Yves-Daniel Crouzet, de son vrai nom Yves Crouzet, est un écrivain français.

Il monte à Paris à vingt ans et y restera jusqu’en 1990, année où il s’envole pour la Guyane; il y restera cinq ans. C’est pendant son séjour, ponctué d’excursions en forêt et sur les fleuves, qu’il se met à l’écriture. Quatre romans (aventures, policier, fantastique, érotique) sont écrits au cours de cette période.

En 1996, il part pour l’Afrique. Il y sera conseiller du ministre des finances de la République de Guinée pendant cinq ans. En 2001, recruté par le ministère des Affaires Étrangères, il rentre à Paris. En 2004, il quitte le ministère des Affaires Étrangères et rejoint le ministère des Finances. Cette fois, c’est pour la Martinique qu’il s’envole.

A partir de 2005, il consacre une grande partie de son temps libre à corriger les nouvelles écrites les années précédentes, puis se lance dans l'écriture d'un roman de fantasy.

Depuis janvier 2007, ses textes fantastiques ou policiers ont été publiés en France dans Black Mamba, Lunatique, Ténèbres, Outremonde, Ananke, AOC Présence d’Esprits, Eclats de Rêve, Phénix Mag, Lanfeust Mag, Géante Rouge… et, au Québec, dans Solaris, Alibis, Horrifique ou Brins d’Eternité.

Son roman policier mâtiné de fantastique, "Les fantômes du Panassa", a reçu le 29 avril 2009, le prix coup de cœur du jury du Roman de l’été Femme Actuelle, des mains de l’écrivain brésilien Paolo Coelho.

En 2010, il sort "Mortelles attractions" un recueil de nouvelles noires à l'ironie grinçante. En 2013, son second roman "Triades sur Seine", un western urbain déjanté, confirme son goût des littératures de genre. En 2014, il publie "La plus grande ruse du Diable..." un second recueil de nouvelles, fantastiques cette fois, qui regroupe 10 de ses meilleures histoires parues de 2007 à 2013 en revues et 9 récits inédits.

Il est également directeur d'anthologie chez Dreampress.com où il publie en novembre 2014 "Moisson d'épouvante" un recueil de nouvelles inédites de fantastique et de terreur réunissant 19 auteurs.

site officiel : http://yvesdanielcrouzet.blogspot.fr/
son blog : http://ecritsetchuchotis.blogspot.fr/
+ Voir plus
Source : editionsduriez.xooit.fr/
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszs   14 mars 2016
Mortelles attractions de Yves-Daniel Crouzet
Il y a trop longtemps que je laisse les autres empiéter sur mon territoire. Trop longtemps que je laisse faire, mais c’est fini, bien fini. Chaque homme est un prédateur. J’ai décidé de ne plus laisser personne franchir les limites de mon territoire.
Commenter  J’apprécie          70
gabrielleviszs   14 mars 2016
Mortelles attractions de Yves-Daniel Crouzet
Des histoires noires à ne pas mettre entre toutes les mains !

Lecteurs prudes et timorés, passez votre chemin ! Car si la violence et la sexualité sont rarement explicites dans cet ouvrage, certains thèmes le sont. Manipulations, transgressions, perversions et autres aberrations du comportement, sont ici au rendez-vous. Vous êtes prévenus !
Commenter  J’apprécie          50
YvesDaniel   15 février 2014
La plus grande ruse du Diable de Yves-Daniel Crouzet
Préface

Yves-Daniel Crouzet est diabolique. Il n’est pas le Malin, bien sûr, mais il est malin. Rusé. Depuis un peu moins d’une dizaine d’années, il écrit et publie des nouvelles fantastiques dans différents supports, constituant, sans en avoir l’air, une œuvre impressionnante. « Le réveil », soumis pour l’édition 2008 de Ténèbres, mon anthologie annuelle de fantastique et d’horreur, a été mon premier contact avec le « style Crouzet », une histoire horrible teintée d’humour très noir (elle n’est pas reprise dans La Plus grande ruse du diable, mais il m’en reste en stock, alors vous savez ce qui vous reste à faire…) Trois ans plus tard, rebelote ! Le bougre me propose « L’ombre sur le palier » pour Ténèbres 2011. Cette fois encore, il s’inspire du quotidien pour mieux en dévier vers l’étrange, le surnaturel (cette nouvelle n’est pas non plus reprise dans ce recueil, alors…) Ensuite, il va poursuivre son lent travail de sape, m’abreuvant de textes de qualité, jusqu’à ce jour fatidique du 10 janvier 2013 (j’ai noté la date) où je reçois un email de sa part avec cinq (cinq !) nouvelles pour Ténèbres 2013. Déjà, je crains le pire. Dans la semaine qui suit, je lis les textes en question, et je sais immédiatement que je suis foutu : ils sont tous bons ! Pourquoi tant de haine ? Yves-Daniel Crouzet est diabolique. Le 18 janvier 2013 (je vous l’ai dit, j’ai noté les dates, j’ai gardé les preuves, si je plonge, il plonge avec moi), je lui propose de publier un recueil qui comprendra les nouvelles qu’il vient de m’envoyer, plus une sélection de son œuvre fantastique, sous forme de rétrospective. Voilà comment il est arrivé à ses fins. Yves-Daniel n’est pas seulement diabolique, il est patient.

Il s’est déjà taillé une belle réputation dans le domaine du polar (son roman, Les fantômes du Panassa, a été le Coup de cœur du jury du Grand Prix du roman de l’été Femme Actuelle en 2009), mais quand il écrit des nouvelles, son genre de prédilection est le fantastique. Comme je l’ai dit plus haut, Yves-Daniel Crouzet aime puiser son inspiration dans le quotidien (un panda en peluche trouvé dans la rue, un pigeon qui agace un fonctionnaire un peu maniaque…) pour mieux plonger son lecteur dans le bizarre, le surnaturel, parfois même l’horreur ou le gore, mais toujours avec sa voix bien particulière, une petite musique qui promet un voyage vers l’inconnu.

Yves-Daniel Crouzet est diabolique. Non content de m’avoir entraîné dans cette aventure qui se sera étalée sur plus d’un an (relectures, corrections, rédaction de notes par l’auteur pour chacune des nouvelles), il n’aura pas arrêté durant cette période de m’envoyer de nouveaux textes (certains ont été ajoutés au recueil dans les semaines qui ont précédé la rédaction de cette préface). Le projet qui, au départ, devait compter dans les 220 pages en fait près de 300, et comprend dix-neuf récits fantastiques écrits entre 2003 et 2013. Malheureusement, je crains que ça ne suffise pas à apaiser la soif de publication de ce monstre prolifique et talentueux. Mon Dieu, je suis persuadé qu’il prépare déjà le tome deux…

Yves-Daniel Crouzet est diabolique. Mais comment résister à la tentation ?



Benoît Domis

Nancy, le 8 février 2014
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YvesDaniel   01 juin 2013
Mortelles attractions de Yves-Daniel Crouzet
Michel Dubois n’en croyait pas ses yeux ! Il relut le flyer, fit encore quelques pas, puis se retourna vers le type qui les distribuait. L’individu, indien ou pakistanais, les tendait tranquillement à la foule qui entrait et sortait du métro parisien. Certains n’y portaient même pas un regard et les jetaient directement dans la poubelle située à proximité, quand ce n’était pas par terre. D’autres, après un vague coup d’œil, les glissaient tout chiffonnés dans leurs poches en attendant de s’en débarrasser plus loin.

C’était ce qu’il faisait généralement lui-même, sauf que là… eh bien, sauf que là, ce n’était pas une publicité pour un restaurant qu’il tenait dans la main, mais ni plus ni moins une incitation active à trucider son prochain !

Il regarda derechef le prospectus, doutant encore du témoignage de ses sens. Mais il dut se rendre à l’évidence, c’était écrit en toutes lettres :



L’ATELIER DU CHOURINEUR

Travail rapide et soigné - Discrétion et satisfaction assurées -

Facilités de paiement

Votre voisin fait du bruit ? Votre grand-oncle d’Amérique tarde à faire de

vous son légataire universel ? Votre conjoint vous trompe ? Votre patron

vous harcèle ?

Ne vous laissez plus empoisonner la vie !

Nous avons la solution à votre problème !

Il suffit pour cela d’appeler le 01 53 68 32 25 ou le 06 98 35 06 29

et de demander Tony. Tony est à votre écoute 24 h/24 h pour vous aider.

Alors n’hésitez plus : simplifiez-vous l’existence

en vous débarrassant de tous vos nuisibles, grands et petits !

Prix très raisonnables à la portée de toutes les bourses !

Renseignez-vous dès à présent !

Tarif de groupes consenti au-delà de quatre contrats. Abonnement possible.

L’Atelier du Chourineur, la solution à tous vos malheurs !



Perplexe, Dubois observa les usagers du métropolitain s’évanouir dans les rues alentour sans manifester la moindre réaction. Personne, à part lui, ne semblait s’être rendu compte du caractère illégal et hautement toxique des prospectus que distribuait cet individu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YvesDaniel   01 juin 2013
Les fantômes de Panassa de Yves-Daniel Crouzet
Il fit sauter le sceau de papier vert et sortit un cigare de la boîte. Théâtralement, il le fit rouler sous son nez.

– Sentez-moi ça, les copains ! C’est pas de la gnognotte !

Ça, c’est un vrai truc de grands. Cent fois mieux que la meilleure des Chupa Chups !

Il me le fit passer et, un à un, religieusement nous humâmes le parfum corsé du cigare. Le vrai cigare d’un vrai révolutionnaire, roulé sur les cuisses d’une vraie femme, ça ne se voit pas tous les jours, quand même !

– Il y en a cinq dans la boîte. Un pour chacun de nous. Le dernier, je le garde pour plus tard. Pour une super grande occase ! Je le fumerai avec ma première fille ! Ou mieux encore : sur la tombe de mon père !

Collardo et Lombardi éclatèrent de rire, sans réaliser que Gascogne pensait vraiment ce qu’il disait.

– Eh bien, moi, j’ai apporté ça ! dit Lombardi en brandissant son sac en papier. Avec des cigares, il faut de l’alcool, non ?

J’ai piqué cette bouteille dans la cave de mon père. C’est de la grappa. « Le nectar des dieux ! » comme il dit. Les dieux romains, c’est mieux que les révolutionnaires, non ?

En guise de dieux, l’étiquette montrait surtout un gros type en train de se bâfrer une grappe de raisins, entouré de nymphettes.

– Et comment ! s’exclama Collardo. De l’alcool ! C’est géant !

– Tu as pensé à prendre un tire-bouchon ? demandai-je.

Lombardi se tapa le front du plat de la main.

– Merde, j’ai complètement oublié ! Comment on va faire ?

– Vous inquiétez pas. Je péterai le goulot, nous rassura Gascogne. J’ai vu mon père faire ça une fois, avec une bouteille de mousseux. Ça marche sûrement avec « le nectar des dieux » ! Bon et toi, Collardo, qu’est-ce que t’as apporté ?

Notre ami rougit jusqu’aux oreilles, tandis que nos visages convergeaient vers lui.

– Moi ? Oh, rien d’intéressant, les gars.

On voyait bien qu’il ne demandait qu’à se faire prier.

– Allez accouche, Groscollas ! dit Gascogne.

– Allez ! Allez !

– Allez !

Nous le chahutâmes deux bonnes minutes avant qu’il extirpe enfin de son pantalon ce qu’il y cachait.

– Des revues de femmes à poil !

L’exclamation avait été lancée à l’unisson.

– Et pas que de femmes ! s’enorgueillit notre copain, rouge comme une pivoine. Y’a des hommes avec et ils font ça pour de vrai ! J’ai piqué les bouquins chez mon oncle ! Il en a plein chez lui. Même que ma mère dit que c’est un cochon et qu’il sera damné ! J’avais une de ces frousses que mes parents les découvrent ! Ça fait trois jours que je les cache dans mon froc !

– Ça doit puer, alors ! rigola Lombardi.

Nous n’en plongeâmes pas moins avec avidité dans les revues salaces.

Je ne garde qu’un souvenir vague des photos que nous vîmes alors. Je me rappelle de corps enchevêtrés, de seins et de fesses pétris par des mains puissantes. Je me souviens d’une fille noire avec une invraisemblable coupe afro faisant l’amour avec un Blanc. Cette négresse splendide, aux seins lourds, à la taille étroite et aux fesses rebondies, est restée, aujourd’hui encore, mon idéal féminin. Sans doute ne faut-il pas aller chercher plus loin l’origine de mon tropisme pour les femmes exotiques.

– Des femmes, de l’alcool et des cigares ! Pas mal, les mecs !

lança Gascogne. Pas mal du tout ! Et toi Piozou, qu’est-ce que tu as ?

Tous leurs yeux étaient tournés vers moi. Sans rien avoir prémédité – comment l’aurais-je pu d’ailleurs ? – je savais déjà que ma contribution constituerait le couronnement logique de toutes les autres. Qu’elle clôturerait en apothéose notre petite cérémonie.

Je plongeai ma main dans la poche de mon blouson et en extirpai l’objet placé au panthéon de tous les petits mecs en puissance : une arme à feu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszs   14 mars 2016
Mortelles attractions de Yves-Daniel Crouzet
À quoi ils ressemblent ? C’est une bonne question et je vous remercie de me l’avoir posée, comme dirait l’autre. Malheureusement, je ne peux pas vous répondre. Vous comprenez, je ne les ai pas vus sous leur véritable aspect. Leur système de brouillage est trop puissant pour que, même moi, je puisse les voir tels qu’ils sont réellement. Je sais seulement qu’ils ne sont pas humains. Ont-ils des tentacules à la place des bras, ressemblent-ils à des limaces géantes ? Je n’en sais foutre rien.
Commenter  J’apprécie          30
YvesDaniel   01 juin 2013
Les fantômes de Panassa de Yves-Daniel Crouzet
Bomaki est revenu. Du fond des âges il est revenu, appelant de ses vœux les ténèbres et la terreur Aveugle et sournois, il rampe dans les anciennes galeries et étire ses froids tentacules dans les tunnels et dans les puits. Dans les rues aussi.

Personne ne l’entend rire encore.

Personne.

Et pourtant il est là qui caquette dans la nuit. Son babil dément conte d’étranges histoires. Des récits de douleur et de peur, de sueur et d’angoisse, et surtout de mort.

Il parle d’âmes égarées et d’antiques sacrifices. Il parle d’enfants disparus.Il parle de faim. D’une faim dévorante et insatiable. D’une faim qu’il faut calmer. Impérativement.

Je le sais. Bomaki a failli m’emporter autrefois.

Au souvenir de la tendre chair qu’ils ont déchiquetée, je suis sûr que ses crocs, infernal chaos de lames et de pics, ruissellent de plaisir, dégoulinent d’un immonde appétit.

Mais si elle est impatiente, paradoxalement, la bête n’est pas pressée.

Qu’importe le temps qu’il lui faudra pour retrouver la lumière.

Elle attend depuis des siècles, depuis l’origine du monde en fait, alors elle peut bien attendre encore un peu.

Dans son antre Bomaki glousse d’une joie démoniaque : son attente va bientôt cesser.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LadyRomance   13 octobre 2019
Les couleurs de l'amour de Yves-Daniel Crouzet
Il sourit pour lui-même. En un sens, il avait de la chance, car chaque fois qu’il retombait amoureux, il redécouvrait le monde avec de nouveaux yeux.
Commenter  J’apprécie          40
YvesDaniel   01 juin 2013
Triades sur Seine de Yves-Daniel Crouzet
Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ! Avec le recul, je réalise avec acuité la terrible lucidité de ce proverbe.

Tout à mes préoccupations égoïstes, au rang desquelles l’aboutissement de mon roman tenait la première place, j’avais totalement occulté mon environnement immédiat.

Comme une étincelle couvant sous la braise mon désir pour Lin-Yao, avait grandi, s’était épanoui, jusqu’à éclater au grand jour dans cette sordide chambre d’hôtel par un curieux tour de passe-passe de l’inconscient. De même, j’étais totalement passé à côté des écœurantes manigances de mon épouse, ignorant que je cachais au sein même de mon foyer une vipère aux crochets dénudés. Aujourd’hui encore j’en reste sidéré et honteux.

En quittant Zi j’étais comme un boxeur groggy que son adversaire vient de frapper d’un double uppercut. Il faut du temps à l’être humain pour comprendre et accepter les soubresauts qui agitent sa vie.

Assis sur ce banc public, alors que le jour ne va pas tarder à se lever, je ne suis même pas encore sûr d’avoir compris.

Je regarde autour de moi. Tout est calme. Paris s’éveille, mais le parc Georges Brassens sommeille encore. Les gazouillis joyeux des oiseaux ne sont pas parvenus à le tirer de sa torpeur. Je hume l’air frais chargé de subtiles odeurs. Combien de temps le respirerai-je ? C’est fragile l’existence. Tout peut basculer si vite. Une simple faute de quart, et hop c’est la sortie de piste ! On se retrouve tout à coup sur une pente dangereuse et non balisée avec au bout de la dégringolade, le précipice !

Aurais-je pu faire autrement ? Emprunter un autre chemin ? Je me le demande.

Je ne suis pas déterministe, mais je crois sincèrement que nos actes et nos comportements ne nous appartiennent pas. Ils nous sont dictés, imposés, par notre éducation, par notre enfance et par une succession d’expériences bonnes et mauvaises qui contribuent à nous construire.

Toute mon existence passée m’a conduit de façon irrésistible à cet enchaînement d’événements et à ce banc. Toute. Il y a là une sorte d’inéluctabilité. C’est ce qu’on appelle le destin.

À moins, comme le croyaient nos ancêtres, que nous ne soyons les jouets des dieux. Des dieux cruels et versatiles qui s’ennuient ferme sur leur Olympe et autres demeures célestes et s’amusent à nous mettre à l’épreuve pour égayer leur interminable quotidien.

Mais les dieux et le destin ne sont après tout que les deux visages d’une même chimère que l’homme se plaît à invoquer pour justifier sa faiblesse et son manque de clairvoyance.

Car le seul véritable coupable, finalement, c’est lui seul.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
YvesDaniel   01 juin 2013
Mortelles attractions de Yves-Daniel Crouzet
Aujourd’hui j’ai tué un chat. Je rentrais du travail lorsque l’animal a brusquement surgi devant ma voiture. Je n’ai rien pu faire pour l’éviter. Le véhicule a eu un petit cahot écœurant lorsque les roues lui sont passées dessus et j’ai cru entendre un miaulement, mais c’était sûrement mon imagination.

Je ne me suis pas arrêté. J’ai regardé dans mon rétroviseur la forme inerte qui allait en s’amenuisant et j’ai eu un frisson.

Un frisson de plaisir.

Je n’ai compris qu’après coup que c’était du plaisir, car voyez-vous j’aime bien les chats. En écraser un, même involontairement aurait donc dû me faire de la peine, mais non, ce que j’ai ressenti c’était bien du plaisir. Il n’y a pas d’autre mot pour ça.

J’avais eu une journée éprouvante. À trois reprises, le grand patron m’avait fait appeler dans son bureau et pas pour me complimenter, malheureusement !

Je ne suis pourtant pas plus mauvais qu’un autre. Je fais mon boulot correctement, mais peut-être n’y mets-je pas suffisamment d’empressement et d’enthousiasme. Mais comment être enthousiaste quand on est chef d’un service comptable ?

De toute façon, le boss, il préfère les jeunes. Ils sont plus motivés et plus malléables. Normal, ils n’ont pas encore connu toutes les turpitudes et désillusions de la vie active. Mais ça viendra un jour. Ça viendra…

Maintenant que je suis tranquillement assis dans mon salon à regarder la télévision, je sais que ce n’est pas un chat que j’ai écrasé aujourd’hui, mais mon patron.

Enfin pas au sens littéral, bien sûr. Je m’explique : cette pauvre bête m’a servi, bien involontairement, d’exutoire à un moment où j’en avais besoin. Toutes les frustrations de la journée, toutes les tensions larvées se sont évanouies lorsque je suis passé sur son petit corps poilu. C’est comme si, en mourant, le chat s’était chargé – au sens physique du terme – de toutes mes ondes négatives et m’en avait libéré.

Résultat : je me suis rarement senti aussi bien que ce soir. Même ma femme s’en est aperçue.

- Tu-as-passé-une-bonne-journée-on-dirait-mon-chéri, a-t-elle dit avant de retourner dans sa cuisine.

- Oui, très bonne ! ai-je répondu, un peu surpris moi-même.

Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai compris pourquoi j’étais d’aussi bonne humeur.

Le chat, bien sûr !

J’ai souri.

- Tu ne sais pas ce qu’il m’est arrivé ? ai-je commencé.

Mais je me suis tu aussitôt.

Impossible de raconter ce genre de choses sans passer pour un dingue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Yves-Daniel Crouzet (76)Voir plus


Quiz Voir plus

Adaptations avec Ricardo Darín

De quelle nationalité est l'acteur Ricardo Darín ?

cubaine
italienne
hispano-argentine

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : adapté au cinéma , adaptation , cinema , littérature , littérature argentine , argentine , romans policiers et polars , amérique du sudCréer un quiz sur cet auteur