AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.59/5 (sur 341 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Brest , le 05/04/1944
Biographie :

Fils d'un ouvrier en métallurgie, il se destine initialement à occuper le même emploi que son père, et entre comme apprenti à quatorze ans aux Chantiers de la Loire à Nantes.

Il découvre alors la poésie (Rimbaud, Baudelaire, Blake, Cendrars…) et décide finalement de devenir écrivain. Il embarque comme « novice » sur un cargo, et naviguera plusieurs années à travers le monde.

De retour en France, il s'installe à Paris, où il se marie et fait ses premières publications. Il passe son Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Bibliothécaire, et travaillera plusieurs années dans les bibliothèques de la banlieue parisienne.

Avant de devenir écrivain à plein temps (en 1982), il exerce diverses professions, dont celle d'animateur culturel — notamment à la Maison de la culture du Havre —, et consultant pour des organisations internationales (Agence de la francophonie, Ligue internationale de l’enseignement, Unesco…).

En 1984, il est le premier vice-président de la Charte des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse, lorsque celle-ci se constitue en association loi 1901, sous la présidence de Christian Grenier.

Au fil des années il a écrit plus de cent titres, dont une majorité d'œuvres pour l’enfance et la jeunesse, et une quarantaine en rapport avec l'Afrique sub-saharienne.

Il a reçu de nombreuses distinctions littéraires, dont :

* le Prix du livre romantique (Festival de Cabourg) en 1987 pour L’Amour baobab ;
* le Prix Livre Mon Ami en 1997 pour Le Ballon d’or ;
* le Prix Littéraire Fetkann! (catégorie « prix spécial ») en 2004 pour Un tirailleur en enfer : Verdun 1916.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Yves Pinguilly   (130)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec Yves Pinguilly à la bibliothèque de Valognes - Le jeudi 27 février 2014


Citations et extraits (78) Voir plus Ajouter une citation
Avec Njobbô, Nyéba planta un noyau de jujube dans sa cour. Il devint vite un petit arbre. C'est près du jeune jujubier que le vieil éléphant dormait. Nyéba lui répétait :
– Tu n'as pas le droit de mourir avant que ne grandisse ici un grand jujubier, et que ses branches soient couvertes de bourgeons, de fleurs et de fruits. Promis ?
Longtemps après, le jujubier a fleuri, bourgeonné, ses fruits ont mûri. Et l'éléphant, une nuit, est parti.
Commenter  J’apprécie          380
" La fleur des vagues ne vint pas se ranger le long du quai. Le port resta vide, un peu triste. "
Commenter  J’apprécie          170
Soyez assurés qu'autrefois
Quiconque avait deux yeux
N'était pas aveugle, ma foi,
Et n'en voyait pas mieux.
Mais qui n'avait qu'un œil sans doute,
D'être borgne risquait fort,
Et, c'est bête ! devait faire deux fois sa route
S'il en voulait voir les deux bords.
Commenter  J’apprécie          130
chacun porte son toit
et c'est toujours
chacun pour soi
chacun chez soi
Commenter  J’apprécie          140
Mais un jour, au village et dans la forêt, ce fut comme si le père du vent et le père du tonnerre étaient devenus fous ! Comme si la mère du jour et la mère de la nuit étaient devenues folles !
Tous les cris et les bruits de la guerre arrivèrent et se fracassèrent là, avec toutes les peurs de la guerre !
Des hommes, mais aussi des enfants ayant à peine quelques saisons de plus que Zotizo attaquaient le monde entier, avec ses arbres, son ciel, sa terre, ses fleuves et ses hommes et ses femmes et ses enfants.
Commenter  J’apprécie          120
Enfants
migrants
dépatriés
damnés de la terre, noyés
dans les sables du désert.

Enfants
migrants
dépatriés
damnés de la mer, noyés
dans les vagues salées.

Enfants
migrants
dépatriés
damnés du ciel, noyés

Quels oiseaux
pour vous repêcher?
Commenter  J’apprécie          120
Un jour, Minata s'était éloignée du village. Elle était allée seule au champ pour y cueillir un, deux, trois flocons de coton, plus dix fois dix flocons de coton. Après, elle avait roulé sa récolte dans une feuille de mil. Enfin, avec un peu de fil et des morceaux de tige, elle faisait naître Aïssa, sa poupée.
Commenter  J’apprécie          120
Le temps passa, et un jour, un peu un peu, la pluie des mangues
tomba et mouilla le bout de la langue de Donali.
Alors, les arbres de la grande forêt qui protégeaient le village
fermèrent leurs yeux.
Plus aucune feuille ne bougea.
Alors, Donali entourée par les vieilles serra très fort les dents.
Et elle sourit ensuite, quand son bébé nouveau-né poussa son
premier cri.
- C'est un garçon !
Commenter  J’apprécie          110
« Ils ont peur. Ils sont captifs de leur peur et la peur ça éteind un peu le coeur... »
Commenter  J’apprécie          110
Comment démêler le vrai de ce qui ne l’est pas, quand tant de jalousie peut naître dès que la plus belle invente sa vie avec l’audace d’une ronce qui grandirait sans épines ?

La Ville d’Is.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Yves Pinguilly (570)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Penalty à Ouagadougou" de Yves Pinguilly et Pierre Fouillet.

Comment se déplacent les gens à Ouagadougou ?

en bus
en vélo
à cheval

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Penalty a ouagadougou de Yves PinguillyCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..