AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.18 /5 (sur 730 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Besançon (Doubs) , le 15/12/1953
Biographie :

Yves Ravey est un romancier et dramaturge français, lauréat du prix Marcel-Aymé en 2004 pour Le Drap. Il vit à Besançon, où il enseigne les lettres et les arts plastiques au collège Stendhal.

Il a publié "La Table des singes" (Gallimard, 1989) et, aux éditions de Minuit : "Bureau des illettrés" (1992), "Le Cours classique" (1995), "Alerte" (1996), "Moteur" (1997), "Montparnasse reçoit" (1997), "La Concession Pilgrim" (1999), "Le Drap" (2003, Prix Marcel Aymé), "Dieu est un steward de bonne composition" (2005), "Pris au piège" (2005), "Un notaire peu ordinaire" (2014), "Sans état d'âme" (2015), et aux Éditions Les Solitaires intempestifs, "Carré blanc" et "Pudeur de la lecture" (2003)...
"Trois jours chez ma tante" (2017) est sélectionné pour le prix Goncourt.

En 2011, il reçoit le Prix Renfer pour l'ensemble de son œuvre.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Dialogue sur la création littéraire entre le philosophe Paul Audi et le romancier Yves Ravey, dans le cadre du Banquet d'automne à Lagrasse, le 19 octobre 2019
Podcasts (10) Voir tous

Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombe   23 février 2013
Un notaire peu ordinaire de Yves Ravey
Les larmes ça ne sert à rien,c'est trop tard pour regretter,de toute façon ça ne change pas grand-chose...
Commenter  J’apprécie          250
rkhettaoui   15 janvier 2013
Un notaire peu ordinaire de Yves Ravey
En attendant, fallait quand même être gonflé pour déranger une brigade pour un chien assis au milieu de la cour, qui ne fait aucun mal, évidemment. Le brigadier a ajouté qu’il n’allait quand même pas mettre une amende au chien pour violation de propriété privée et pour tapage nocturne.
Commenter  J’apprécie          220
brigittelascombe   23 février 2013
Un notaire peu ordinaire de Yves Ravey
Il est venu hier soir, a répliqué ma mère, donc...vous pouvez l'arrêter,il est venu,je vous dis.

L'interdiction d'approcher est levée, a répliqué le gendarme,quinze ans de bonne conduite, madame Rebernak,ça pèse dans la balance.
Commenter  J’apprécie          220
michelekastner   18 mars 2013
Un notaire peu ordinaire de Yves Ravey
Elle est sortie avec Dietrich dans le fond du jardin, mesurer la distance entre sa propriété et le clocher de l'hôpital Sainte-Croix, qui jouxtait la maison de retraite. Elle a aperçu le chien, puis son cousin assis sur son banc devant une cabane de jardinage. Elle a dit : "Il ne va quand même pas passer l'hiver dans cette cabane ? L'éducateur a répondu qu'on aménagerait l'endroit. Comme ça, il serait sur place pour travailler dans le potager de l'hospice. Elle a ouvert la barrière du fond. Ils ont traversé la nationale. Elle s'est approchée, le chien est venu à sa rencontre. Ils ont parlé, elle et son cousin. Elle a demandé à Freddy s'il ne préférait pas retourner d'où il venait. Ensuite elle lui a ordonné de ne pas approcher de la maison. Elle lui a dit : La frontière, pour toi, c'est cette route nationale. Interdit de passer cette ligne. Ni toi ni ton chien. Il a répondu oui.
Commenter  J’apprécie          180
yv1   14 mars 2013
Un notaire peu ordinaire de Yves Ravey
Je ne vous demande pas de l'héberger sous votre toit, madame Rebernak, je dis qu'on peut faire autrement... ! Vous avez bien une petite remise au fond du jardin ? Il pourrait aller et venir, sans vous déranger. Elle a stoppé net. C'est une plaisanterie ? Puis elle lui a tourné le dos, elle s'est courbée pour atteindre l'arrivée d'essence, elle a enfourché son cyclo en pédalant et lancé le moteur. Jamais son cousin n'habiterait le garage au fond du jardin. D'ailleurs, elle se demandait comment une idée aussi stupide avait pu germer dans la tête d'un éducateur. (p.35)
Commenter  J’apprécie          180
infoliofr   23 juillet 2011
Le Drap de Yves Ravey
Mon père ne travaille plus, depuis une semaine. Le matin, il reste assis à la cuisine, devant son bol de café. Il penche la tête, le coude sur la table, la main sur le front. Le médecin lui a signé un arrêt-maladie de quinze jours. Il a dit, vous devez consulter des spécialistes à l'hôpital, monsieur Carossa. C'est inutile, l'hôpital, a répondu mon père. Je n'ai jamais vu un docteur de ma vie, je n'ai jamais été malade.
Commenter  J’apprécie          180
Piatka   28 juin 2014
La Fille de mon meilleur ami de Yves Ravey
Elle m'a demandé si je regrettais la promesse faite à son père. Elle me connaissait si bien ! Et elle le savait : Je m'en voulais d'avoir accepté. J'ai répondu : C'est pas le moment, Mathilde, de me casser les pieds avec tes questions ! Elle s'est penchée vers moi. J'ai frissonné : Tu sais que je ne regrette jamais rien, Mathilde.
Commenter  J’apprécie          170
infoliofr   23 juillet 2011
Pris au piège de Yves Ravey
Je suis retourné au grenier. Les outils des inspecteurs étaient toujours là, à côté du bidon de xylophène. J'imaginais les colonies d'insectes qui creusaient des galeries à l'intérieur des poutres comme mon père me l'avait expliqué. J'ai plaqué mon oreille contre le bois et j'ai perçu un bruit. Pas un grignotement ainsi que l'avait dit l'inspecteur, mais une sorte de vibration peut-être due au poids-lourds qui circulaient sur la nationale, comme sir la poutre était vivante. J'ai pensé que c'était la preuve qu'elle était habitée.
Commenter  J’apprécie          160
infoliofr   23 juillet 2011
Cutter de Yves Ravey
Des fleurs, nous en avions partout chez ma mère et sur la tombe de mon père avant mon renvoi du foyer familial. Aussi ai-je ressenti un grand bonheur, dès notre admission à l'Institut de surveillance, quand ma soeur Lili et moi sommes entrés un jour par semaine au service de la famille Kaltenmuller.

Lili s'occupait du ménage et moi du jardin. Mon oncle Pithiviers, homme à tout faire au service de Madame Kaltenmuller, avait favorisé notre inscription. Ce dont ma mère lui a toujours été reconnaissante.
Commenter  J’apprécie          160
infoliofr   23 juillet 2011
Cutter de Yves Ravey
Ce soir-là, madame Kaltenmuller fumait une cigarette devant la maison, vêtue de sa robe d'été blanche à coquelicots, et regardait le crépuscule. Elle était debout au milieu de la cour. Nous l'apercevions du jardin, mon oncle Pithiviers et moi.

Mon oncle s'était mis à quatre pattes sous les églantiers. Il faisait miaou miaou, et je répétais après lui miaou miaou, les mains en abat-voix. Je le suivais, prenant garde de na pas déchirer ma chemisette aux ronces des églantiers. Il fallait crier assez fort, mais pas trop pour ne pas effrayer le chat de madame Kaltenmuller.
Commenter  J’apprécie          140
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..