AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Yves Viollier (131)


Ladybirdy   02 mai 2019
C'était ma petite soeur de Yves Viollier
La lumière, ce soir, est comme un ciré jaune de marin luisant de paquets de mer. Les convois de nuages s’étirent et filent, poussés par le vent. Les branches des tamaris se giflent comme des gens en colère.
Commenter  J’apprécie          351
Ladybirdy   01 mai 2019
C'était ma petite soeur de Yves Viollier
Je pensais à ma maman, on lui avait arraché son bébé. J’ai entendu bêler des brebis à qui on avait pris leur agneau, des vaches pleurer jour et nuit à la barrière où avait disparu leur petit veau.
Commenter  J’apprécie          333
Ladybirdy   02 mai 2019
C'était ma petite soeur de Yves Viollier
La mémoire est un animal qui galope et ne s’arrête jamais. J’ai gardé ça, la mémoire, la vie ne me l’a pas rabotée.
Commenter  J’apprécie          282
Ladybirdy   01 mai 2019
C'était ma petite soeur de Yves Viollier
Quand on a été sevré d’amour, on est tenté par tout ce qui passe, on devient vite boulimique et on attrape n’importe quoi.
Commenter  J’apprécie          220
jeunejane   23 décembre 2017
Les soeurs Robin de Yves Viollier
La voiture cahote sur le chemin du marais pendant des kilomètres interminables. Les deux sœurs ne respirent plus. Marie serre sa poire de ventoline entre ses doigts. Enfin, la voie semble s'élargir. Les frênes, les saules , s'écartent. Les phares éclairent une vaste étendue d'herbe, une haie taillée avec soin. Elles roulent toujours aussi lentement. Et dans l'ouverture d'un passage, elles croient rêver en découvrant une tour carrée à échauguettes et à mâchicoulis, dressée seule au milieu de la prairie.
- Je la connais...murmure Aminthe.
Le nom lui revient en même temps que les phares éclairent le panneau :
- Moricq !
Commenter  J’apprécie          140
talou61   30 décembre 2017
L'instant de grâce de Yves Viollier
La lisière de la forêt s'était mise à brûler aussi. Les grands chênes s'embrasaient et dressaient leurs flammes au ciel comme des candélabres d'or. Les habits-vestes bleus des paysans des Mauges se confondaient avec les uniformes républicains et les Vendéens se sont aperçus, trop tard, qu'ils avaient tué des frères.
Commenter  J’apprécie          132
Marigold   31 décembre 2012
La Mère de Yves Viollier
Maman, donnait, donnait, elle aurait donné sa chemise. Les romanichels le savaient. Ils venaient chercher du lait à la maison. Elle leur a donné le lapin qu'elle vidait et on s'est passé de viande pendant la semaine! Une autre fois, ils sont arrivés quand elle préparait des patates et des topinambours. Ils n'aimaient pas les topinambours. Elle a donné les patates. On a mangé les topinambours.
p. 130
Commenter  J’apprécie          130
Nostradamus27   26 juillet 2018
L'orgueil de la tribu de Yves Viollier
Les martinets ont poussé des cris stridents pendant toute la durée de la messe en faisant de grands huit entre l’église et les maisons de La Chênelière. Leurs ailes fendaient l’air tiède avec un bruit de soie déchirée, frôlant les croix des pignons de l’église et enveloppant dans leur ballet les arbres de la place et la ramure du gros tilleul de la fabrique.
Commenter  J’apprécie          102
Peluche0706   26 mars 2016
Y avez-vous dansé, Toinou ? de Yves Viollier
Et j'ai toujours pensé que, si le bonheur existe, il est là, quelque part, parmi les mamelons des collines charentaises.
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienne   17 mars 2013
L'orgueil de la tribu de Yves Viollier
François-Xavier a envie de ressembler à son père et à son grand-père, qu'il imite. Il passe parfois de longs moments devant la glace à épier ses yeux bleus qu'il trouve trop doux, s'entraînant à durcir son regard. Il s'essaie à reproduire leurs voix de poitrine habituées au commandement. Sa vie, il l'imagine cal­quée sur leur trajectoire puisqu'on lui a enseigné la fidélité comme raison de vivre.
Commenter  J’apprécie          100
Nostradamus27   30 mai 2020
L'orgueil de la tribu de Yves Viollier
Si votre vocation vous porte au mariage, prenez bien garde de ne pas porter vos visées sur des personnes qui n’aient pas la crainte de Dieu, car sans cela vous serez toujours malheureux, et ne manquez jamais de demander et de suivre les conseils de vos parents.
Commenter  J’apprécie          90
Villoteau   07 octobre 2020
L'orgueil de la tribu de Yves Viollier
J’ai retourné la vieille faux de papa. Elle nous serait utile cette nuit. Les Vendéens circulaient dans des chemins bien pires que ça, en hiver, il faisait froid, et les paysans leur tendaient des embuscades en campagne… Nous, on n’a rien à craindre, à part le vent, les gouttes, tu parles !… Nos arrière-arrière-grands-parents étaient obligés d’avoir du courage …
Commenter  J’apprécie          80
fred68piano   20 février 2016
Les soeurs Robin de Yves Viollier
Aminthe entrouvre les yeux dans son lit. Elle allume sa lampe de chevet en opaline frangée de perle et grise de poussière, regarde son réveil et grogne : sa soeur va encore lui reprocher de se lever tard. Elle a bien dormi. Elle dort d'ailleurs toujours comme une bûche. Cela ne l'empêche pas d'être de mauvaise humeur.
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienne   22 avril 2013
Les soeurs Robin de Yves Viollier
Aminthe n'est pas une mauvaise femme. Elle s'est aigrie. Ses blessures de jeunesse sont restées à vif. Elles ont beau être sœurs, Marie et Aminthe ne sont pas taillées dans le même bois. L' ainée a pris du côté de Rose, sa mère. Courber l' échine et obéir est dans sa nature. Ses chagrins sont enfouis profond, et elle n' y revient pas.. La cadette, elle, est Robin, l' orgueil Robin, elle ne capitule jamais. Et elle est malheureuse. Elle était déjà ainsi toute petite. Elle cassait les jouets qui ne se pliaient pas à sa volonté, et enrageait ensuite.
Elle a voulu tenir tête au malheur lorsqu'il est arrivé. Elle ne s' en est pas mieux sortie que Marie qui éprouve de la compassion pour sa sœur, et lui pardonne souvent, envieuse de son sale caractère. Comment faire autrement ? Elle ne peut pas se passer d'elle. Malgré leurs disputes, elles forment un vieux couple, et elles savent que, lorsque l' une partira, l' autre la suivra de près.
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienne   17 mars 2013
Elle voulait toucher le ciel de Yves Viollier
- Et alors ? Même si c'était vrai ?... Si tu entends quelqu'un t'appeler fille de Boche, tu me le diras, j'irai lui frotter les oreilles.
Je ne pouvais pas lui donner tous les noms du village, parce que même les regards de ceux qui se taisaient en disaient long.
Dès que j'ai su très tôt, par maman Paillat, la vérité sur les bébés, j'ai fait le fameux décompte, que j'ai répété plusieurs fois avec vous. Je suis née le 25 mars 1945. J'ai alors été conçue en juillet 44. Les Allemands étaient encore en France.
Commenter  J’apprécie          80
myriampele   15 mars 2015
L'instant de grâce de Yves Viollier
- C'est peut-être moi, en mieux...avant...la ruine...
- C'est toi quand tu es parti en Russie.
- Je ne sais pas.
- C'est toi tel que tu ne t'aimais pas. Plus beau que tu ne croyais.
- Ca ne sert à rien de s'inquiéter de ce qu'on a été.
-Ca dépend. On est aussi ce qu'on a été.
Commenter  J’apprécie          70
nelly76   13 juillet 2020
Par un si long détour de Yves Viollier
René a opiné du chef.Monique ne pouvait s'empêcher de se rappeler,à travers ces deux gros hommes larmoyants et rougeauds, la figure de ceux qui étaient venus l'embarquer dans la traction à Collioure ,au petit matin.( page 244)
L'Epinay, avril 1991-mars 1992.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   01 octobre 2018
La nuit d'après de Yves Viollier
Les hommes naissent avec les mains fermées, a dit la sage-femme, ils partent avec les mains ouvertes. 
Commenter  J’apprécie          50
nelly76   19 août 2017
Y avez-vous dansé, Toinou ? de Yves Viollier
J'ai rencontré Antoinette Besse pendant l'été.
Nous passions nos vacances à Angeac, chez les parents de Marie-claire, au milieu des vignes.
Angeac est une île dans la vallée, entre les bras multiples du fleuve Charente.On franchit les dos d'âne des ponts de Vibrac, du canal ,du Petit Royan et du Brassiaud et on arrive à l'église, la place et les vieux tilleuls. L'épicerie-café Durand est à gauche.La maison des deux soeurs Aminthe et Marie en face.On tourne à droite. Et après deux cents mètres de route étroite entre les murs(le four à pain communal empiète un peu),on arrive chez les parents de Marie-Claire
Boisrond ,d'Angeac, c'est là.
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienne   17 mars 2013
La chanson de Molly Malone de Yves Viollier
Olivier ne le savait pas encore, mais ils étaient alors des sans-terre, les derniers des derniers, ceux qu'on appelait ici des ramasseurs de moules, qui trouvaient l'indispensable pour survivre dans ce que la mer abandonnait. Pourtant, en cet instant, il n'avait pas l'impression d'être un malheureux, parce qu'ils étaient en train de vivre l'un des moments les plus heureux de leur existence à tous les trois.
Commenter  J’apprécie          50



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox