AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.83 /5 (sur 33 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montpellier , 1922
Biographie :

Yvonne Knibiehler est universitaire, essayiste, historienne et féministe française.

Elle a fait des études supérieures à Montpellier de 1940 à 1944. Elle obtient l'agrégation d'histoire et géographie en 1945.

Elle enseigne dans l'enseignement secondaire à Nîmes (Gard), Oujda (Maroc), Enghien (Val d'Oise), Avignon (Vaucluse) de 1944 à 1964. Elle se dirige ensuite vers l'université, comme assistante (1964), puis maître de conférences (1970).

Elle soutient sa thèse de doctorat d'État en novembre 1970, puis devient professeur (1972) à l'Université de Provence (Aix-Marseille I). Elle prend sa retraite de l'enseignement en 1984.

Mère de trois enfants, professeure émérite de l'université d'Aix-en-Provence, spécialiste de l'histoire des femmes et de la maternité, engagée dans toutes les grandes causes du XXe siècle, elle est l'auteure de plusieurs ouvrages.

"Souvent à contre-courant de la pensée dominante, elle a montré en plein combat féministe que la maternité demeurait un enjeu central de l'identité féminine. Aujourd'hui, alors que de plus en plus de femmes sont incitées à rentrer dans leur foyer, elle dénonce la fatigue des mères." (quatrième de couverture, "Qui gardera les enfants?", 2007).
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Yvonne Knibiehler   (23)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Grâce aux luttes féministes des années 1960-1980, les femmes d’aujourd’hui disposent de tous les droits civils et politiques. Elles peuvent exercer les mêmes activités que les hommes. Pour autant, elles ne renoncent pas à avoir des enfants, même si elles ont désormais le choix : la plupart veulent être à la fois mères et « actives ». Cette revendication s'inscrit dans un nouveau système de représentations : chacune veut s'épanouir dans sa vie publique comme dans sa vie privée. Or la maternité pèse sur les femmes bien plus que la paternité ne pèse sur les hommes, dans la vie quotidienne, et aussi dans les mentalités. Dans cet ouvrage qui s’appuie sur son parcours de femme engagée, Yvonne Knibiehler milite pour que les femmes poursuivent un combat féministe d’un nouvel âge où l’amour maternel peut faire bouger les lignes.

+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Fontenella   30 novembre 2021
Histoire des mères du Moyen âge à nos jours de Yvonne Knibiehler
De nos jours [1977], on demande à la jeune mère de donner son lait un mois ou deux pour assurer à l’enfant un bon départ - et cette exigence minimale coïncide comme par hasard avec la durée du congé de maternité. Après, le biberon peut apparaître.



Ainsi la rivalité entre le sein maternel et les autres nourritures semble en voie d'apaisement; une organisation rationnelle semble trouvée, qui satisfait tout le monde. Pour combien de temps ? Voici que les pédiatres interviennent en force: toute considération diététique mise à part, ils soutiennent que, dans les premiers mois de la vie, c'est par l'alimentation que s'établissent les rapports entre la mère et l'enfant, si importants pour l'épanouissement ultérieur du petit homme.



Or le lait maternisé, diététiquement acceptable, ne tient pas compte des goûts du bébé. S'il ne l'aime pas, son rapport à sa mère deviendra conflictuel et il aura plus tard un caractère difficile. Farines et petits pots ne font qu'aggraver la situation, surtout s'ils interviennent avant le quatrième mois. Affaire à suivre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Jangelis   27 novembre 2014
Qui gardera les enfants ? de Yvonne Knibiehler
Savoir s'informer est une exigence essentielle de la démocratie
Commenter  J’apprécie          50
Jangelis   27 novembre 2014
Qui gardera les enfants ? de Yvonne Knibiehler
C'est le biologiste Jacques Testard qui le dit : "Les gynécologues traitent les femmes

comme aucun garagiste n'oserait traiter les voitures".

Commenter  J’apprécie          40
de   08 octobre 2012
La virginité féminine : Mythes, fantasmes, émancipation de Yvonne Knibiehler
Même apparemment désacralisée, désocialisée, la défloration garde encore, en ce début du XXIe siècle, les caractères d’un rite de passage
Commenter  J’apprécie          40
Jangelis   27 novembre 2014
Qui gardera les enfants ? de Yvonne Knibiehler
Ici, le lien avec le féminisme s'est peu à peu révélé : le concept de domination peut servir à décrire aussi bien la relation entre colonisateurs et colonisés que la relation entre les hommes et les femmes.
Commenter  J’apprécie          30
Jangelis   27 novembre 2014
Qui gardera les enfants ? de Yvonne Knibiehler
Une call-girl peut gagner en un week-end ce qu'une assistante maternelle gagne en trois mois.
Commenter  J’apprécie          30
Jangelis   27 novembre 2014
Qui gardera les enfants ? de Yvonne Knibiehler
Dans ce milieu encore assis sur des discriminations rigides, j'ai appris que la différence de classe surplombe de très haut la différence de sexe.

Commenter  J’apprécie          20
mab012   05 avril 2013
La Sexualité et l'Histoire de Yvonne Knibiehler
Les féministes elles-mêmes, sous la III° République, refusent pour la plupart l'indifférenciation des sexes ; elles ne veulent pas "perdre leur féminité". Elles repensent les rapports sociaux de sexe en termes d'égalité (juridique surtout) [...]. C'est en obtenant la connaissance de leurs services spécifiques, de leurs qualités spécifiques, qu'elles espèrent changer de vie.
Commenter  J’apprécie          10
Writer   12 juillet 2018
Questions pour les mères de Yvonne Knibiehler
La maternité pèse toujours sur les femmes bien plus que la paternité ne pèse sur les hommes.
Commenter  J’apprécie          20
beneligne   21 mai 2018
Qui gardera les enfants ? de Yvonne Knibiehler
Dans un grand hôpital parisien, tel médecin entrait dans la salle commune pour sa visite matinale en ordonnant paternellement : " Les papattes en l'air!" Et les jeunes femmes se mettaient en position gynécologique sans protester. Tel autre exprimait le souhait dérisoire qu'on lui présente ses patientes sur un plateau tournant. Les sage-femmes salariées se conformaient à ce modèle, oubliant qu'elles étaient des femmes. Elles devenaient souvent brutales : "des gendarmes", " des dragons".
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Etre élève à Poudlard

Q'enseigne-t-on à Poudlard ?

les arts plastiques
la cuisine
la magie
la théologie

20 questions
2039 lecteurs ont répondu
Thèmes : école , harry potter 1 , sorcellerieCréer un quiz sur cet auteur

.. ..