AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 104 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 28/07/1950
Biographie :

Zéno Bianu est né d'une mère française et d' un père roumain, réfugié politique.

Il est en 1971 l'un des signataires du Manifeste électrique, qui secoua la poésie des années 1970.

En 1973, il séjourne pour la première fois en Inde. L'Orient laissera une empreinte durable sur son écriture de Mantra (1984), La Danse de l'effacement (1990) et au Traité des possibles (1997).

Après un voyage décisif au Tibet en 1986, il s'attache à restituer le chant des poétiques extra-européennes: poètes indiens contemporains dans La Parole et la Saveur (1986), poètes classiques chinois dans La Montagne vide (1987), poèmes d'amour du VIe dalaï-lama dans L'Abeille turquoise (1996), paroles des Indiens précolombiens dans El Dorado.

En 1992, il fonde Les Cahiers de Zanzibar, revue «hors de tout commerce», avec Alain Borer, Serge Sautreau et André Velter. La même année, il traduit, pour une mise en scène de Lluís Pasqual, Le Chevalier d'Olmedo de Lope de Vega, qui sera créé en Avignon. De cette collaboration naîtront également Le Livre de Spencer d'après Christopher Marlowe (1994) et Le Phénix de Marina Tsvétaiéva (1996).

Il a reçu le Prix international de poésie francophone Ivan Goll en 2003. Il a dirigé la collection Poésie aux Editions Jean-Michel Place. Il reçoit Le Prix Robert Ganzo pour l'ensemble de son oeuvre en 2017.

Une des dernières parutions :
D'un univers funambule, Éditeur : Editions Gallimard (/05/2017)

+ Voir plus
Source : www.arfuyen.fr, printempsdespoetes.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Les Racines du Ciel : Habiter poétiquement le monde avec Zéno Bianu (15.05.2016) Dans une époque vouée à la déréliction et à un renoncement hypnotique, la poésie de Zéno Bianu s’impose comme une ardente rupture, une submersion féérique. Il est le seul qui ose donner à entendre un Credo où se conjuguent le jazz, la beat generation, le Grand Jeu et l’Orient. Signataire du Manifeste électrique dans les années 1970, Zéno Bianu est l’auteur d’une œuvre multiforme, interrogeant à la fois la poésie, le théâtre et l’Orient. Ses pièces et adaptations ont été jouées dans la Cour d’honneur, au Festival d’Avignon, et à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, notamment L’Idiot, dernière nuit, avec Denis Lavant. Il a reçu le Prix international de poésie francophone Ivan Goll. Il est notamment l’auteur de Infiniment proche (Gallimard), Le Ciel intérieur (Fata Morgana), Le Battement du monde (Lettres vives), Suite pour Albert Ayler (Les Faunes) et a présenté les livres Les Poètes du Grand Jeu (Gallimard), Poèmes à dire, Une anthologie contemporaine francophone (Gallimard) et El Dorado, poèmes et chants des Indiens précolombiens, avec Luis Mizón (Seuil), Pour Elvin Jones (consumations), avec Marc Feld (Pleine Page), Chet Baker (déploration) (Le Castor Astral), Variations Artaud (Dumerchez). Plus récemment, avec Satori Express (Le Castor astral, 2016), Zéno Bianu s’est attaché à poursuivre son «autoportrait poétique » commencé avec Infiniment Proche et Le désespoir n’existe pas (Gallimard, 2000 et 2010 / Poésie Gallimard, 2016) Les éditions Poesis lui ont aussi rendu hommage en l'intégrant à leur anthologie manifeste Habiter poétiquement le monde qui propose une éthique essentielle pour habiter le monde poétiquement, humainement et écologiquement, aujourd'hui plus que jamais.
+ Lire la suite
Podcasts (15) Voir tous

Citations et extraits (225) Voir plus Ajouter une citation
Zéno Bianu
coco4649   22 janvier 2016
Zéno Bianu
REPRENDRE HALEINE





J'ai toujours voulu

tout accueillir tout aimer

tout faire vivre

d'un seul regard démultiplié

m'accorder à ma ligne de plus haute tension

par-delà la fatigue

par-delà l'épuisement

tout accueillir tout

aimer

aller

aller plus avant

vers les grands creusets de l'effervescence

ne jamais en finir avec l'infini

doter chaque instant

d'une présence authentique

dernier souffle premier souffle



SATORI EXPRESS, Le Castor Astral 2016, isbn 9791027800537, p.7



Commenter  J’apprécie          300
jsgandalf   04 septembre 2012
Eros émerveillé : Anthologie de la poésie érotique française de Zéno Bianu
Coucher avec elle



Coucher avec elle

Pour le sommeil côte à côte

Pour les rêves parallèles

Pour la double respiration



Coucher avec elle

Pour l’ombre unique et surprenante

Pour la même chaleur

Pour la même solitude



Coucher avec elle

Pour l’aurore partagée

Pour le minuit identique

Pour les mêmes fantômes



Coucher coucher avec elle

Pour l’amour absolu

Pour le vice, pour le vice

Pour les baisers de toute espèce



Coucher avec elle

Pour un naufrage ineffable

Pour se prouver et prouver vraiment

Que jamais n’a pesé sur l’âme et le corps des amants

Le mensonge d’une tache originelle





Robert Desnos 1942



Commenter  J’apprécie          241
coco4649   08 mars 2016
Satori Express de Zéno Bianu
AURÉLIA, FACE B

INSPIRATION





Qui pour écouter vraiment

ce surgissement

irisé



cela perle

et chuchote

en rosée bienfaisante



cela veut sortir

respirer plus haut

plus juste



un seul coup de griffe

ouvre

le puits à rêves



repeuple

l'étang aux grandes rides

lumineuses



p.141-142
Commenter  J’apprécie          210
Bruidelo   24 mai 2018
Infiniment proche et Le désespoir n'existe pas de Zéno Bianu
chant

dans les muscles du chant

pourquoi craindre la mort

pourquoi inventer mille croyances

pour la déguiser

trou noir

ou nuit semée d’étoiles

oublions la marche du temps

nous dit Tchouang-Tseu

appelons-en à l’infini



chant

dans les muscles du chant

dans la fraîcheur du lâcher-prise

ou

dans le givre du matin

ou

dans ce saut de pensée soudain

ni ici ni là

ou dans

tout ce que vous voulez

ou plutôt

tout ce que vous aimez
Commenter  J’apprécie          183
jsgandalf   13 septembre 2012
Eros émerveillé : Anthologie de la poésie érotique française de Zéno Bianu
Passé le genou où la main se creuse

comme une semence qui germe

en soulevant un peu la terre,

je vais vers ton ventre comme vers une ruche endormie.



Plus haut ta peau est si claire

que les jambes en sont nues pour tout le corps

et mon regard s'y s'use

comme au plus tranchant d'un éclat de soleil.



Au-delà il y a ta lingerie qui sert à t'offrir

et à colorer mon désir.

Tes cuisses, lisibles de toute leur soie, se desserrent

et je vois la ligne de partage de ta chair.



Géants de la sensation,

mes doigts vont se fermer

sur le seul point du monde

où se carbonisent des hauteurs entières de jour.



Et c'est enfin la pleine rivière

que je remonte sans effort,

parce que tes seins s'y élèvent

comme deux cailloux à fleur d'eau...

Lucien Becker

Commenter  J’apprécie          170
manU17   04 février 2014
Georges Melies le magicien du cinéma de Zéno Bianu
Dans les documentaires des frères Lumière, les locomotives entrent en gare de La Ciotat ou d'ailleurs. Chez Méliès, elles abandonnent les rails pour s'envoler vers les étoiles. Avec Méliès, le cinéma va devenir le septième art.
Commenter  J’apprécie          182
Zéno Bianu
Piatka   15 mars 2019
Zéno Bianu
À PERTE DE COEUR



Toutes les folies sont des états de grâce



tu émanes


tu irradies


comme un meneur de lune


ton monde n’a pas changé


mais il vibre autrement


cadencé par le silence et l’amour


ouvrant d’autres traces


d’autres gisements


un saisissement en continu


qui se diffuse à travers tes os


la folle folie d’aimer


à perte de coeur



Toutes les folies sont des états de grâce

Commenter  J’apprécie          170
Bruidelo   17 mai 2019
Infiniment proche et Le désespoir n'existe pas de Zéno Bianu
il y a une brèche

dans ton visage



une présence tangible

loin des simulacres



une brèche

qui me révèle



je prends ton ciel

comme une main tendue
Commenter  J’apprécie          180
jsgandalf   12 septembre 2012
Eros émerveillé : Anthologie de la poésie érotique française de Zéno Bianu
Sanguine



La fermeture éclair a glissé sur tes reins

Et tout l'orage heureux de ton corps amoureux

Au beau milieu de l'ombre

A éclaté soudain

Et ta robe en tombant sur le parqué ciré

N'a pas fait plus de bruit

Qu'une écorce d'orange tombant sur un tapis

Mais sous nos pieds

Ses petits boutons de nacre craquaient comme des pépins

Sanguine

Joli fruit

La pointe de ton sein

A tracé une nouvelle ligne de chance

Dans le creux de ma main

Sanguine

Joli fruit

Soleil de nuit



Jacques Prevert

Commenter  J’apprécie          160
Bruidelo   26 décembre 2018
Bleu fauve de Zéno Bianu
c’est toujours trop peu

ça ne vit jamais assez

pour toi

le réel n’est pas suffisant

tu cherches

un abandon sans retour

vers la région des lumières

frémissantes
Commenter  J’apprécie          171
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Sale temps !

Poème de Pierre Corneille

Orage, Oh désespoir !
Orage et désespoir !
Ô rage ! ô désespoir !

12 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , fables , littérature , films , chanson françaiseCréer un quiz sur cet auteur
.. ..