AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.79 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 08/12/1987
Biographie :

Zoë Hababou fait partie de ces écrivains-voyageurs qu’on a plus de chances de croiser au bord d’une route d’Amérique Latine qu’à une séance de dédicaces. Licenciée de philosophie et fascinée par le phénomène de la conscience, c’est finalement au Pérou qu’elle trouvera sa voie, initiée à l’ayahuasca par un chaman shipibo aujourd’hui disparu. Cet homme lui enseignera les secrets de cette médecine hautement hallucinogène, que son rôle d’artiste visionnaire la pousse à révéler dans sa saga Borderline.

Mais ses livres sont loin d’être des ouvrages de développement personnel déguisés en fiction. Avec Chuck Palahniuk, Nietzsche, Charles Bukowski et Hunter S. Thompson comme références ultimes, elle est plutôt du genre à tailler dans le vif. La meilleure manière de se faire une idée de son style sauvage et incendiaire, c’est d’aller faire un tour sur le site qu’elle tient avec passion, https://www.lecoindesdesperados.com.

Borderline, c'est l’Odyssée trash et fracassante d’un ex junkie encore amoureux de sa sœur jumelle morte, qui va tenter de faire place nette dans sa tête avant le Grand Saut, en suivant un chaman dans la jungle diabolique de son propre esprit...
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Zoë Hababou   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Jan Kounen a eu une idée folle : simuler une cérémonie d’ayahuasca en VR (réalité virtuelle) ! Son but ? "Ramener et partager de l’info autour de cette médecine, parce que la VR permet de manière beaucoup plus précise de retranscrire la nature de l’expérience, à savoir d'être plongé dans un monde de manière vertigineuse". Et c’est vrai que la transe ayahuasca et les visions qu’elle provoque sont difficilement traduisibles, que ce soit avec des mots ou au travers d’un simple film. Par nature immersif et tridimensionnel, l’univers de l’ayahuasca est vraiment une autre dimension, que seule la réalité virtuelle pouvait mettre à la portée de ceux qui n’en ont jamais pris. Comme poursuit Jan Kounen, "la VR s’imprime comme une expérience vécue". Et il semble bel et bien que c’est ce qu'a ressenti Benoît, alias Benraconte, auteur de récits dont vous êtes le héros, en faisant l’expérience d’Ayahuasca Kosmik Journey avec son casque sur le tête. Quand il m’a contactée pour me mettre au courant de sa découverte, les mots semblaient buter sur sa langue, tant ce qu’il avait vécu l’avait bouleversé. Pour avoir moi-même consommé de l’ayahuasca à maintes reprises, je ne pouvais que comprendre son ressenti ! J’ai donc eu l’idée de l’interviewer en podcast pour creuser avec lui au sein de son expérience. Mais ce n’est pas n’importe quel podcast… Vous allez VIVRE Ayahuasca Kosmik Journey en même temps que nous, grâce à la vidéo complète du film diffusée ici, en suivant les impressions d’un novice (Ben) pénétrant dans l’univers de l’ayahuasca, accompagné d’une initiée (moi), qui va l’aider à comprendre ses visions et explorer la profondeur de ses impressions… L'occasion unique pour les lecteurs de Borderline de saisir véritablement ce que vit le héros de cette saga !

+ Lire la suite

Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
Zoë Hababou
HababouZoe   23 mars 2020
Zoë Hababou
Même quand un homme se croit libre, il est encore prisonnier de l’image qu’il se fait de lui-même, de ce que le savoir de sa liberté lui procure. La seule manière d'être libre, c’est d'être complètement désintéressé de soi-même. De ne s’accrocher à rien, et encore moins à l’idée qu’on se fait de sa propre personne.
Commenter  J’apprécie          180
HababouZoe   13 novembre 2021
Borderline, Niveau 0 : La caverne de Zoë Hababou
Je suis ce qu’il y a de pire en vous.

Je suis vos instincts refoulés.

Je suis votre haine accumulée.

Je suis vos rêves impossibles.

Je suis l’échec cuisant de votre vie.

Mon nom est Travis Montiano. Et ceci est le récit du

pourquoi.
Commenter  J’apprécie          30
HababouZoe   13 novembre 2021
Borderline Niveau 1 La Surface Livre I de Zoë Hababou
Des fois, l’envie démentielle de reprendre la route

m’agrippait les nerfs, et j’aurais tout donné pour être au

volant de ma caisse en train de sillonner le pays. Avant de

me souvenir que ma voiture, je pouvais faire une croix

dessus. Ça me rendait barge. Dans ces moments-là, la selva

m’apparaissait soudain comme une prison, cet enfer vert

dont tout le monde cause. Elle pouvait avoir un côté

terriblement oppressant. Tout me sortait par les yeux, mon

tumbo, cette place dégagée où je m’asseyais par terre, cette

maudite maloca planquée derrière les arbres, et même

Wish qui prenait dans mon imagination les traits d’un

affreux geôlier, d’un maton qui fait semblant de faire

copain-copain avec les prisonniers pour tromper son indécrottable solitude.

Ouais, cet isolement au sein de la forêt me rendait fou,

et j’avais envie d’arracher les arbres, de jeter des pierres

aux singes qui se fightaient dans les branches, de foutre le

feu à mon putain de tumbo, de choper Wish quand il se

pointerait et de le ligoter à un tronc plein de fourmis

rouges. C’est vrai que c’était grotesque mais ces accès de

rage étaient incontrôlables, et dans un sens ça me

paraissait plutôt normal de ressentir ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
HababouZoe   13 novembre 2021
Borderline, Niveau 0 : La caverne de Zoë Hababou
— Amener quelqu’un à se livrer, c’est le priver du secret de

son intimité. Le fondement majeur de l’identité, c’est

l’impénétrabilité de la pensée, donc rendre celle-ci transparente

équivaut à dissoudre la personnalité de celui qui se confesse, qui

dès lors ne peut plus se retrancher derrière le secret de son

propre esprit. Et il le vit d’autant plus mal que c’est lui qui se

livre, en parlant, en laissant s’échapper au travers des mots ce

qu’il porte de plus secret, de plus précieux, de plus personnel en

lui. Cela revient à offrir tout son être aux autres, à les autoriser

à arracher et piétiner son propre esprit, en bref à offrir toute sa

personne en pâture. Dès lors il n’existe plus de réelle

démarcation entre soi et les autres, et à fortiori entre celui qui se

confesse et ses agresseurs. Il ne sait plus qui il est. Il devient

perméable à tout, transparent, sans défense. Le pas vers la

démence ne constitue alors plus qu’une formalité, car à ce stade

de compromission, un Homme n’en est tout simplement plus un.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
HababouZoe   13 novembre 2021
Borderline Niveau 1 La Surface Livre I de Zoë Hababou
On a longé toute la côte. Tyler roulait à toute blinde. Ses

cheveux s’enroulaient autour de ses bras et de ses seins, sa

jupe lui remontait jusqu’à la culotte, et elle souriait et se

mordait les lèvres sans s’en apercevoir, toute à sa joie,

exaltée par la vitesse. Quelque chose de sauvage avait

envahi tout son visage, j’avais presque du mal à la

reconnaître. Elle avait enfin lâché les chevaux, ces chevaux

qui lui labouraient les entrailles sans répit, comme ces

animaux de zoo devenus psychotiques. Il me semble que

je l’ai aimée à ce moment-là d’une manière différente,

presque effrayée. Elle semblait tenir entre ses mains le

pouvoir absolu. Conduire cette décapotable, vous pouvez

pas savoir ce que ça représentait pour elle ! Cette chose

dont elle avait rêvé depuis si longtemps, quand petite elle

me suppliait déjà pour qu’on s’enfuie, pour qu’on

devienne des hors-la-loi, des vagabonds, des hobos...

Elle la tenait enfin.

Elle la tenait enfin, sa putain de liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
HababouZoe   13 novembre 2021
Borderline Niveau 1 La Surface Livre I de Zoë Hababou
J’osais même plus ouvrir les yeux à présent, parce que

j’étais sûr que si je le faisais, le monde qui m’entourait ne

serait plus le même que celui que j’avais quitté. Je savais

qu’il aurait brutalement changé de face, et que j’y

survivrais pas. Par l’entremise de mes sens, en envapant

mon esprit, la jungle m’avait ensorcelé, et sans m’en

rendre compte, j’étais passé de l’autre côté. Dans le monde

des esprits. Ils étaient tout autour de moi, à chuchoter, à

m’appeler, à me faire danser d’un pied sur l’autre, à se

moquer. Mais moi je voulais rien savoir d’eux, j’étais

absolument pas prêt à les rencontrer, et même si je devais

m’assommer contre un arbre et crever d’une hémorragie

cérébrale, je rouvrirais pas les yeux avant d’avoir atteint

cette putain de rivière, si toutefois je parvenais un jour

jusqu’à elle, ce qu’était pas gagné.
Commenter  J’apprécie          00
HababouZoe   13 novembre 2021
Borderline, Niveau 0 : La caverne de Zoë Hababou
Cette discipline, cette espèce de code totalitaire instauré

par eux, qui partage le monde en deux, entre ceux qui

donnent les ordres et ceux qui obéissent, ceux qui se

marrent et ceux qu’en chient. Ceux qui marchent… et ceux

qui rampent. Cette absence totale d’intimité, voire même

cette intrusion dans l’intimité, cette impossibilité de leur

échapper, cet accès sans limite qu’ils ont à toi, tout ça fait

que tu finis par te surveiller toi-même. Tu comptes dans ta

tête, pour respecter scrupuleusement le temps dévolu à

chaque tâche. Tu t’observes agir, persuadé que les autres

sont en train d’évaluer le moindre de tes pas. Tu dors plus

que d’un œil, de peur d’être surpris en plein rêve, en

position de faiblesse. Tu parles plus. Tu regardes plus

personne en face. Que tu le veuilles ou non, tu te

transformes petit à petit en robot.
Commenter  J’apprécie          00
HababouZoe   13 novembre 2021
Borderline, Niveau 0 : La caverne de Zoë Hababou
La privation de sommeil, quand ces connards décident

soudain que ce serait sympa de te faire courir dehors

jusqu’à minuit. Le réveil brutal à trois heures du mat’ avec

l’alarme qui gueule tellement fort que ça te donne envie de

vomir, et te file une migraine carabinée pour le reste de la

journée. Ces atrocités débiles qu’on doit chanter deux fois

par jour à la levée et à la descente de ce bâtard de drapeau,

tels les mantras lancinants et répétitifs d’une secte. Ces

ordres absurdes qu’on nous inflige sans discontinuer et

qui te font perdre tout sens commun, du genre, récurer les

chiottes, et puis les resalir nous-mêmes,

intentionnellement, en balançant de l’eau partout, pour les

laver à nouveau. Ou nettoyer le parquet avec une saloperie

de brosse à dents.
Commenter  J’apprécie          00
HababouZoe   13 novembre 2021
Borderline Niveau 1 La Surface Livre II de Zoë Hababou
Souvent des scènes de cette période flashent encore mon

esprit. Avoir 20 ans et être libre, on dira ce qu’on voudra,

mais ça possède un goût unique dans une vie. Tandis que

la majorité des couillons de ce monde se faisaient chier sur

les bancs d’une quelconque université pour faire plaisir à

papa-maman, nous on vivait avec l’audace que seule la

jeunesse véritable, la jeunesse la plus pure et la plus

égoïste autorise. Cette jeunesse dans le corps et dans le

cœur qui ne connaît aucune loi, celle qu’on devrait jamais

perdre, qu’on devrait jamais briser sous prétexte de raison

ou de sagesse. À l’aune du jour où je vous parle, je peux

vous jurer que la vraie sagesse est celle qui ne s’encombre

d’aucun précepte.
Commenter  J’apprécie          00
HababouZoe   13 novembre 2021
Borderline Niveau 1 La Surface Livre II de Zoë Hababou
Vivre selon ses propres lois, comme des desperados,

comme la philosophie définit l’être libre, celui qui se

donne à lui-même les règles auxquelles il choisit

volontairement d’obéir, et qui en assume la responsabilité.

Marier ces deux concepts, celui de l’Homme qui n’a plus

rien à perdre et celui de l’être qui n’a plus rien à justifier

devant la société et la culture qui l’ont vu naître, c’était ça,

le cocktail explosif dont Tyler et moi on avait finalement

trouvé la recette.
Commenter  J’apprécie          00

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

et mon tout est un homme

Le livre est écrit sous forme de lettre ou rapport , à qui est-elle adressée ?

Au préfet
Au Dr Marek
Au président de la république

10 questions
317 lecteurs ont répondu
Thème : Et mon tout est un homme de Boileau-NarcejacCréer un quiz sur cet auteur

.. ..