AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 86 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) le : 07/01/1891
Mort(e) le : 28/01/1960
Biographie :

Zora Neale Hurston était une écrivaine d'origine afro-américaine qui participa au mouvement de la Renaissance de Harlem, notamment avec son roman Their Eyes Were Watching God (traduit en français sous le titre Une femme noire).

Elle débuta ses études à l'université Howard mais dut les arrêter après quelques années, faute d'argent. Durant son passage à Howard, elle devint membre d'une des premières formations du club d'étudiantes Zeta Phi Beta.

Elle reçut plus tard une bourse d'études pour rentrer à l'université Barnard d'où elle sortit diplômée en anthropologie en 1928. Elle y conduisit des recherches ethnographiques sous la direction du grand anthropologue Franz Boas de l'université de Columbia.

En 1926, peu de temps après avoir reçu son diplôme, Hurston devint une des têtes de file de la renaissance littéraire qui prit naissance à Harlem et prit part à la création du magazine littéraire Fire!! aux côtés de Langston Hugues et Wallace Thurman. Ce mouvement littéraire fut à la base de la Renaissance de Harlem.

Hurston mit en pratique ses connaissances en ethnographie pour illustrer le folklore afro-américain dans son livre Mules and men (1935) ainsi que dans le roman Their Eyes Were Watching God (en français Une femme noire ) et dans la danse ; elle créa un groupe de danse folklorique qui mettait en scène la culture du Sud des États-Unis et qui donna même une représentation à Broadway.

Hurston passa les dix dernières années de sa vie à faire de la pige pour différents journaux et magazines. Elle travailla dans une bibliothèque à Cape Canaveral en Floride, puis fut professeur remplaçante à Fort Pierce où elle mourut d'une crise cardiaque et fut enterrée dans une tombe anonyme.

En 1973, la romancière afro-américaine Alice Walker et l'étudiante en littérature Charlotte Hunt trouvèrent une tombe anonyme aux alentours du lieu où Hurston avait été enterrée et décidèrent de la marquer de son nom.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Ruby Dee reads from "Their Eyes Were Watching God" by Zora Neale Hurston. After 75 years, Zora Neale Hurston's novel, "Their Eyes Were Watching God," still resonates in the hearts and minds of contemporary audiences, but it had particular significance for black women writers and artists who were working at the time of its rediscovery. The Greene Space convened three luminaries who are all intimately connected to the novel -- Alice Walker, Sonia Sanchez and Ruby Dee -- to share their stories and describe how they saw Janie and Zora's horizons on their own journeys. Zora Neale Hurston's niece Lucy Anne Hurston, author of Speak, So You Can Speak Again: The Life of Zora Neale Hurston, served as the evening's moderator.
Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
Harioutz   17 février 2020
Barracoon : l'histoire du dernier esclave américain de Zora Neale Hurston
En lisant Barracoon, on comprend immédiatement le problème que cet ouvrage a pu poser des années en arrière à de nombreux Noirs, tout particulièrement aux intellectuels et leaders politiques de notre communauté.

Ce livre évoque résolument les atrocités que les peuples africains se sont infligés entre eux, bien avant que des Africains enchaînés, traumatisés, malades, déroutés et affamés de deviennent cette "cargaison noire" acheminée par bateau vers l'enfer du monde occidental.

Qui pouvait supporter cette vision du comportement violent et cruel de ces "frères" et ces "sœurs" qui avaient d'abord capturé nos ancêtres ?

Qui voulait savoir, par le biais d'un récit extrêmement détaillé, comment des chefs africains partaient capturer, délibérément, des Africains appartenant aux tribus voisines, comment il se lançaient dans des guerres de conquête dans le seul but de livrer aux négriers des hommes, des femmes et des enfants qui appartenaient à la terre d'Afrique ?

Et faisaient tout cela d'une manière si atroce que le fait d'en lire le récit deux siècles plus tard vous plonge dans des affres d'horreur et de désarroi. Qu'on ne s'y trompe pas : la lecture de ce livre est une épreuve.

.../...

Alice Walker, mars 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          556
Pat0212   21 mai 2020
Barracoon : l'histoire du dernier esclave américain de Zora Neale Hurston
Tu lui diras que Cudjo aime lui faire plaisir. Elle est gentille pour moi et Cudjo est tellement seul.
Commenter  J’apprécie          50
OmbreetPoussiere   25 juillet 2018
Des pas dans la poussière de Zora Neale Hurston
La lumière se fit dans mon esprit lorsque je compris que rien ne m’obligeait à considérer un groupe racial comme un tout. Dieu a fabriqué les canards un à la fois, voilà comment il fallait voir les choses. J’appris qu’on ne juge pas les gens à leur couleur. Et les clichés raciaux perdirent toute signification. Je commençai à me moquer de tous ceux, noirs ou blancs, qui se croyaient bénis d’appartenir à leur race. Ce n’était plus une malédiction d’être noir, ou un atout d’être blanc. Je ne vis plus de raison de me faire pardonner mon aspect physique en affirmant que j’avais du sang indien. D’ailleurs, je me vante aujourd’hui d’être la seule Noire des États-Unis dont le grand-père maternel n’était pas un chef indien !
Commenter  J’apprécie          160
Annette55   31 décembre 2018
Mais leurs yeux dardaient sur Dieu de Zora Neale Hurston
" Le baiser de son souvenir dessinait au mur des images d'amour et de lumière .

Ici était la paix.

Elle tira à elle son horizon déployé comme un immense filet de pêche. Le tira des lombes du monde et le drapa sur ses épaules. Tant de vie dans ses mailles! Elle Fit venir son âme, qu'elle vienne voir. "
Commenter  J’apprécie          160
OmbreetPoussiere   24 juillet 2018
Des pas dans la poussière de Zora Neale Hurston
Je me fis une amie inattendue. Une femme pauvre et blanche. Elle avait des enfants de mon âge. Son mari était électricien. Elle me témoigna de l’intérêt et commença à me planter des idées dans la tête.
Commenter  J’apprécie          140
OmbreetPoussiere   05 août 2018
Spunk de Zora Neale Hurston
Glossaire de l’argot de Harlem



Blanc d’encre (inky dink) : personne à la peau très noire.



Bois de bite (peckerwood) : une catégorie de Blancs pauvres et mal aimés dans le Sud.



Couvrante (pilch) : maison ou appartement ; résidence.



J’ai tiré joliment et il est mort poliment (I shot him lightly and he died politely) : je l’ai battu à plates coutures.



L’ours (the bear) : aveu de pauvreté.



Singe de parc (park ape) : un Noir laid et déshérité.



Commenter  J’apprécie          110
OmbreetPoussiere   24 juillet 2018
Des pas dans la poussière de Zora Neale Hurston
Néanmoins, chaque fois qu’il y avait des enfants, je m’en faisais des amis. Ce n’était pas à dessein. Je me retrouvais soudain en train de les divertir...L’une de mes maîtresses apprécia ce talent, pourtant. Elle avait deux petites filles, de sept et cinq ans. Elle m’engagea comme femme de chambre. Pendant deux ou trois jours, tout alla bien. La Présidente de la Cuisine était une vieille Noire obèse qui avait été la nourrice du maître de maison et faisait, comme on dit, partie des meubles. Personne n’a plus de pouvoir que ces meubles de famille dans les vieilles dynasties sudistes. Peu importe qui vous engage, le meuble peut vous chasser. Il rôde dans la maison en donnant des ordres à tout le monde, à commencer par le patron. Il ne faut surtout pas se mettre Cynthia, Rhoda ou Beckey à dos. Si on n’arrive pas à s’entendre avec la présidente, impossible de garder sa place.
Commenter  J’apprécie          90
OmbreetPoussiere   24 juillet 2018
Des pas dans la poussière de Zora Neale Hurston
Le reproche le plus grave que l’on m’adressait, c’est que moi qui n’avais rien, je n’arrivais pas à me faire humble.
Commenter  J’apprécie          100
OmbreetPoussiere   25 juillet 2018
Des pas dans la poussière de Zora Neale Hurston
J’avais donc pressenti très tôt que la race noire ne formait pas un groupe uni par l’amour céleste. Il y avait des tensions et des torsions, à l’intérieur comme à l’extérieur. Être noir ne suffisait pas. Il fallait plus qu’une identité de couleur pour que l’amour vous submerge. C’est ainsi que je commençai à trouver la paix.
Commenter  J’apprécie          70
OmbreetPoussiere   24 juillet 2018
Des pas dans la poussière de Zora Neale Hurston
La pauvreté exhale des relents de mort. Rêves anéantis se détachant du cœur comme feuilles à la saison sèche pour pourrir à vos pieds ; aspirations trop longtemps étouffées dans l’air fétide des grottes. L’âme respire une atmosphère blafarde. On peut être un vaisseau négrier en godasses.
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
.. ..