AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Citation de AudMgt


Édouard Morena
Dernière journée de négociations à la COP21. Il est midi au centre de conférences du Bourget. Dans une salle bondée et face à près de deux cents journalistes – certains debout, d’autres assis à même le sol –, cinq climatologues de renom s’apprêtent à prendre la parole pour commenter le brouillon d’accord qui circule dans les couloirs depuis la veille. Un point du texte intéresse tout particulièrement les journalistes : l’inclusion de l’objectif de 1,5 °C. Aux yeux de certains, il s’agit avant tout d’un objectif politique permettant de rallier les pays les plus vulnérables, et en particulier les pays insulaires, à un accord qui, par ailleurs, favorise les plus gros pollueurs. L’avis des scientifiques est donc crucial. La crédibilité de l’accord est entre leurs mains.
Hors du champ des caméras et de la portée des micros, des acteurs discrets mais essentiels retiennent leur souffle : les experts en communication et en relations publiques qui s’activent depuis des années pour faire en sorte que le « moment COP21 » soit perçu non seulement comme une réussite diplomatique mais aussi médiatique. Travailleurs indépendants, salariés d’ONG, de think-tanks ou d’agences spécialisées comme Fenton Communications, Holdfast Communications, Climate Nexus, Greenhouse Communications, Climate Outreach ou encore le Energy and Climate Intelligence Unit (ECIU), tous participent à un effort plus large et coordonné de structuration et d’orientation du récit climatique. Regroupant une forte proportion d’anciens journalistes et de communicants professionnels issus du privé, la communauté des communicants climatiques s’active non seulement à la mise à l’agenda de l’enjeu climatique mais également à la « normalisation » de certaines solutions technologiques et de marché
Commenter  J’apprécie          00









{* *}