AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.02 /5 (sur 248 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Saint-Amand, Anvers , le 21/05/1855
Mort(e) à : Rouen , le 27/11/1916
Biographie :

Emile Adolphe Gustave Verhaeren est un poète belge flamand, d'expression française.

Verhaeren naquit dans une famille aisée où on parlait le français, tandis qu'au village et à l'école régnait le flamand. Il fréquenta d'abord l'internat francophone Sainte-Barbe, tenu par des jésuites à Gand, puis il étudia le droit dans la vieille université de Louvain. C'est là qu'il rencontra le cercle des écrivains qui animaient La Jeune Belgique et il publia en 1879 les premiers articles de son cru dans des revues d'étudiants.

C'est alors qu'il décida de renoncer à une carrière juridique et de devenir écrivain. Il publiait des poèmes et des articles critiques dans les revues belges et étrangères, entre autres L'Art moderne et La Jeune Belgique.

En 1883, il publia son premier recueil de poèmes réalistes-naturalistes, Les Flamandes, consacré à son pays natal. Accueilli avec enthousiasme par l'avant-garde, l'ouvrage fit scandale au pays natal. Ses parents essayèrent même avec l'aide du curé du village d'acheter la totalité du tirage et de le détruire. Le scandale avait été un but inavoué du poète, afin de devenir connu plus rapidement. Il n'en continua pas moins par la suite à publier d'autres livres de poésies.

Dans les années 1890, Verhaeren s'intéressa aux questions sociales et aux théories socialistes et travailla à rendre dans ses poèmes l'atmosphère de la grande ville et son opposé, la vie à la campagne. Il exprima ses visions d'un temps nouveau dans des recueils comme Les Campagnes hallucinées, Les Villes tentaculaires, Les Villages illusoires et dans sa pièce de théâtre Les Aubes. Ces poèmes le rendirent célèbre, et son œuvre fut traduite et commentée dans le monde entier. Il voyagea pour faire des lectures et des conférences dans une grande partie de l'Europe.

Quand en 1914 la Première Guerre mondiale éclata et que, malgré sa neutralité, la Belgique fut occupée par les troupes allemandes, Verhaeren se trouvait en Allemagne et était au sommet de sa gloire. Il écrivit des poèmes pacifistes et lutta contre la folie de la guerre dans les anthologies lyriques.

Après l'une de ces conférences à Rouen, il mourut accidentellement sous les roues d'un train qui partait.
+ Voir plus
Source : www.jesuismort.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Émile VERHAEREN – Une vie, une Œuvre : 1855-1916 (France Culture, 1988) Émission "Une Vie, une Œuvre", par Claude Mettra, diffusée le 10 mars 1988 sur France Culture. Invité : Werner Lambersy
Citations et extraits (372) Voir plus Ajouter une citation
Émile Verhaeren
palamede   07 novembre 2016
Émile Verhaeren
Dédié au sud-ouest



Sur la bruyère longue infiniment

voici le vent cornant novembre;

Sur la bruyère, infiniment,

Voici le vent

Qui se déchire et se démembre,

En souffles lourds, battant les bourgs ;

Voici le vent,

Le vent sauvage de Novembre.



Aux puits des fermes,

Les seaux de fer et les poulies

Grincent ;

Aux citernes des fermes.

Les seaux et les poulies

Grincent et crient

Toute la mort, dans leurs mélancolies.



Le vent rafle, le long de l’eau,

Les feuilles mortes des bouleaux,

Le vent sauvage de Novembre ;

Le vent mord, dans les branches,

Des nids d’oiseaux ;

Le vent râpe du fer

Et peigne, au loin, les avalanches,

Rageusement du vieil hiver,

Rageusement, le vent,

Le vent sauvage de Novembre.



Dans les étables lamentables,

Les lucarnes rapiécées

Ballottent leurs loques falotes

De vitres et de papier.

– Le vent sauvage de Novembre ! –

Sur sa butte de gazon bistre,

De bas en haut, à travers airs,

De haut en bas, à coups d’éclairs,

Le moulin noir fauche, sinistre,

Le moulin noir fauche le vent,

Le vent,

Le vent sauvage de Novembre.



Les vieux chaumes, à croupetons,

Autour de leurs clochers d’église.

Sont ébranlés sur leurs bâtons ;

Les vieux chaumes et leurs auvents

Claquent au vent,

Au vent sauvage de Novembre.

Les croix du cimetière étroit,

Les bras des morts que sont ces croix,

Tombent, comme un grand vol,

Rabattu noir, contre le sol.



Le vent sauvage de Novembre,

Le vent,

L’avez-vous rencontré le vent,

Au carrefour des trois cents routes,

Criant de froid, soufflant d’ahan,

L’avez-vous rencontré le vent,

Celui des peurs et des déroutes ;

L’avez-vous vu, cette nuit-là,

Quand il jeta la lune à bas,

Et que, n’en pouvant plus,

Tous les villages vermoulus

Criaient, comme des bêtes,

Sous la tempête ?



Sur la bruyère, infiniment,

Voici le vent hurlant,

Voici le vent cornant Novembre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          834
Émile Verhaeren
sagesse66   24 janvier 2019
Émile Verhaeren
Le vent subtil n’est que baisers ;

Et les écumes

Qui doucement échouent

Contre les proues

Ne sont que plumes ;

Il fait dimanche sur la mer...



(Emile Verhaeren)
Commenter  J’apprécie          684
Émile Verhaeren
Piatka   19 mars 2014
Émile Verhaeren
JE T'APPORTE, CE SOIR...



Je t'apporte, ce soir, comme offrande, ma joie

D'avoir plongé mon corps dans l'or et dans la soie

Du vent joyeux et franc et du soleil superbe ;

Mes pieds sont clairs d'avoir marché parmi les herbes,

Mes mains douces d'avoir touché le coeur des fleurs,

Mes yeux brillants d'avoir soudain senti les pleurs

Naître, sourdre et monter, autour de mes prunelles,

Devant la terre en fête et sa force éternelle.



L'espace entre ses bras de bougeante clarté,

Ivre et fervent et sanglotant, m'a emporté,

Et j'ai passé je ne sais où, très loin, là-bas,

Avec des cris captifs que délivraient mes pas.

Je t'apporte la vie et la beauté des plaines ;

Respire-les sur moi à franche et bonne haleine,

Les origans ont caressé mes doigts, et l'air

Et sa lumière et ses parfums sont dans ma chair.
Commenter  J’apprécie          544
Émile Verhaeren
Piatka   08 mai 2016
Émile Verhaeren
UN MATIN



Dès le matin, par mes grand'routes coutumières

Qui traversent champs et vergers,

Je suis parti clair et léger,

Le corps enveloppé de vent et de lumière.



Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux ;

C'est fête et joie en ma poitrine ;

Que m'importent droits et doctrines,

Le caillou sonne et luit sous mes talons poudreux ;



Je marche avec l'orgueil d'aimer l'air et la terre,

D'être immense et d'être fou

Et de mêler le monde et tout

A cet enivrement de vie élémentaire.



Oh ! les pas voyageurs et clairs des anciens dieux !

Je m'enfouis dans l'herbe sombre

Où les chênes versent leurs ombres

Et je baise les fleurs sur leurs bouches de feu.



Les bras fluides et doux des rivières m'accueillent ;

Je me repose et je repars,

Avec mon guide : le hasard,

Par des sentiers sous bois dont je mâche les feuilles.



Il me semble jusqu'à ce jour n'avoir vécu

Que pour mourir et non pour vivre :

Oh ! quels tombeaux creusent les livres

Et que de fronts armés y descendent vaincus !



Dites, est-il vrai qu'hier il existât des choses,

Et que des yeux quotidiens

Aient regardé, avant les miens,

Se pavoiser les fruits et s'exalter les roses !



Pour la première fois, je vois les vents vermeils

Briller dans la mer des branchages,

Mon âme humaine n'a point d'âge ;

Tout est jeune, tout est nouveau sous le soleil.



J'aime mes yeux, mes bras, mes mains, ma chair, mon torse

Et mes cheveux amples et blonds

Et je voudrais, par mes poumons,

Boire l'espace entier pour en gonfler ma force.



Oh ! ces marches à travers bois, plaines, fossés,

Où l'être chante et pleure et crie

Et se dépense avec furie

Et s'enivre de soi ainsi qu'un insensé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Émile Verhaeren
Piatka   22 juin 2015
Émile Verhaeren
C'ÉTAIT EN JUIN DANS LE JARDIN



C'était en juin, dans le jardin,

C'était notre heure et notre jour ;

Et nos yeux regardaient, avec un tel amour,

Les choses,

Qu'il nous semblait que doucement s'ouvraient

Et nous voyaient et nous aimaient

Les roses.



Le ciel était plus pur qu'il ne le fut jamais :

Les insectes et les oiseaux

Volaient dans l'or et dans la joie

D'un air frêle comme la soie ;

Et nos baisers étalent si beaux

Qu'ils exaltaient et la lumière et les oiseaux.



On eût dit un bonheur qui tout à coup s'azure

Et veut le ciel entier pour resplendir ;

Toute la vie entrait, par de douces brisures,

Dans notre être, pour le grandir.



Et ce n'étaient que cris invocatoires,

Et fous élans et prières et voeux,

Et le besoin, soudain, de recréer des dieux,

Afin de croire.
Commenter  J’apprécie          519
Émile Verhaeren
Piatka   23 mai 2014
Émile Verhaeren
TRÈS DOUCEMENT, PLUS DOUCEMENT ENCORE



Très doucement, plus doucement encore,

Berce ma tête entre tes bras,

Mon front fiévreux et mes yeux las ;

Très doucement, plus doucement encore.

Baise mes lèvres, et dis-moi

Ces mots plus doux à chaque aurore,

Quand me les dit ta voix,

Et que tu t'es donnée, et que je t'aime encore



Le joug surgit maussade et lourd ; la nuit

Fut de gros rêves traversée ;

La pluie et ses cheveux fouettent notre croisée

Et l'horizon est noir de nuages d'ennui.



Très doucement, plus doucement encore,

Berce ma tête entre tes bras,

Mon front fiévreux et mes yeux las ;

C'est toi qui m'es la bonne aurore,

Dont la caresse est dans ta main

Et la lumière en tes paroles douces :

Voici que je renais, sans mal et sans secousse,

Au quotidien travail qui trace, en mon chemin,

Son signe,

Et me fait vivre, avec la volonté,

D'être une arme de force et de beauté,

Aux poings d'or d'une vie insigne.

Commenter  J’apprécie          500
Émile Verhaeren
palamede   06 août 2019
Émile Verhaeren
Les soirs d'été



Lorsque rentrent des alentours,

Tels soirs d'été, les attelages,

Les vieilles gens des vieux villages

Se rassemblent aux carrefours.



Les plus anciens semblent descendre

Du calvaire de leurs cent ans ;

Leurs petits yeux sont clignotants

Dans leur face couleur de cendre.



Ils sont à bout de tant marcher ;

Ils radotent, sourient et pleurent,

Puis se taisent, écoutant l'heure

Casser le temps, à leur clocher.



Les aïeules se sont assises

Sur les roses d'un coussinet ;

Les deux brides de leur bonnet

Tombent d'aplomb sur leurs mains grises.



Les veilleuses du souvenir

Brûlent au fond de leurs mémoires ;

Leur menton mâche des histoires

Longues à ne jamais finir.



La plus jeune passe à la ronde

Quelques lambeaux d'un almanach ;

Entre deux prises de tabac,

On discute la fin du inonde.



On reparle de morts fauchés

Depuis quels temps ! - Dieu s'en souvienne.

" C'était quand l'école gardienne

S'ouvrait encore au vieux marché. "



On dit ses deuils et ses misères ;

On se chamaille et c'est à qui

Traîne le plus dolent ennui

Vers les plus noirs anniversaires.



Tous sont jaloux de leurs douleurs :

Défunt leur fils, morte leur fille ;

Les boeufs, qui sont de la famille,

Captés, un soir, par des voleurs.



Et tous les maux que l'on endure

Sans qu'on aille crier, merci !

Sève épuisée et sang moisi,

Sous la chair flasque et la peau dure.



Ainsi causent les vieilles gens,

Les soirs d'été, dans les villages ;

Sur le chemin, les attelages

Fleurent, au loin, comme un encens.



Et, jour à jour, les temps s'écartent ;

Du lundi soir au samedi

On ressasse ce qu'on s'est dit ;

Mais le dimanche, on joue aux cartes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Émile Verhaeren
palamede   03 janvier 2017
Émile Verhaeren
La barque



Il gèle et des arbres pâlis de givre clair

Montent au loin, ainsi que des faisceaux de lune ;

Au ciel purifié, aucun nuage ; aucune

Tache sur l’infini silencieux de l’air.



Le fleuve où la lueur des astres se réfracte

Semble dallé d’acier et maçonné d’argent ;

Seule une barque est là, qui veille et qui attend,

Les deux avirons pris dans la glace compacte.



Quel ange ou quel héros les empoignant soudain

Dispersera ce vaste hiver à coups de rames

Et conduira la barque en un pays de flammes

Vers les océans d’or des paradis lointains ?



Ou bien doit-elle attendre à tout jamais son maître,

Prisonnière du froid et du grand minuit blanc,

Tandis que des oiseaux libres et flagellant

Les vents, volent, là-haut, vers les printemps à naître ?
Commenter  J’apprécie          471
palamede   07 février 2018
Les Flamandes de Émile Verhaeren
En hiver



Le sol trempé se gerce aux froidures premières,

La neige blanche essaime au loin ses duvets blancs,

Et met, au bord des toits et des chaumes branlants,

Des coussinets de laine irisés de lumières.



Passent dans les champs nus les plaintes coutumières,

A travers le désert des silences dolents,

Où de grands corbeaux lourds abattent leurs vols lents

Et s’en viennent de faim rôder près des chaumières.



Mais depuis que le ciel de gris s’était couvert,

Dans la ferme riait une gaieté d’hiver,

On s’assemblait en rond autour du foyer rouge,



Et l’amour s’éveillait, le soir, de gars à gouge,

Au bouillonnement gras et siffleur, du brassin

Qui grouillait, comme un ventre, en son chaudron d’airain.
Commenter  J’apprécie          469
Émile Verhaeren
Piatka   27 octobre 2014
Émile Verhaeren
LES MENUS FAITS, LES MILLE RIENS



Les menus faits, les mille riens,

Une lettre, une date, un humble anniversaire,

Un mot que l'on redit comme aux jours de naguère

Exalte en ces longs soirs ton coeur comme le mien.



Et nous solennisons pour nous ces simples choses

Et nous comptons et recomptons nos vieux trésors,

Pour que le peu de nous qui nous demeure encor

Reste ferme et vaillant devant l'heure morose.



Et plus qu'il ne convient, nous nous montrons jaloux

De ces pauvres, douces et bienveillantes joies

Qui s'asseyent sur le banc près du feu qui flamboie

Avec les fleurs d'hiver sur leurs maigres genoux,



Et prennent dans la huche, où leur bonté le cèle,

Le pain clair du bonheur qui nous fut partagé,

Et dont, chez nous, l'amour a si longtemps mangé

Qu'il en aime jusqu'aux parcelles.
Commenter  J’apprécie          451
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..