AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.08/5 (sur 1001 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Rouen , le 16/12/1974
Biographie :

Éric Henninot est un dessinateur de bande dessinée français.

Son bac en poche, il fait maths sup et spé à Besançon. Il a envie de dessiner, mais a peur de ne pas gagner sa vie avec, alors à la place, il intègre une école d'ingénieur, à Marseille...
Il devient ingénieur, et travaille en tant que tel au CEMAGREF, puis à la SITA. Il fait également un court passage en tant qu'assistant méthode à Belfort.

En 1999-2000, il illustre un livre pour les enfants, participe au concours "jeunes talents" d'Angoulême et crée ses première BD. Ses travaux sont retenus au Festival d'Artigues en Bordelais.

En 2001, "Trauma" est accepté par l'éditeur "Pointe Noire". Mais, la société coule et le projet tombe à l'eau. Avec Stéphane Betbeder, Éric refait surface en 2004 et publie chez Albin Michel "Alister Kayne, Chasseur de Fantômes", série qui explore l'univers du spiritisme en Angleterre au début du 20e siècle.

En 2007, les Humanoïdes Associés éditent le 1er tome de la série "Carthago" scénarisée par Christophe Bec.

En 2010, il rencontre Yann et ils se lancent dans l'aventure "XIII Mystery" en s'attardant sur le personnage de Jones.

2011 est l'occasion pour lui de lancer de nouveaux projets : écriture de scénario, travail en collaboration avec David Chauvel et Fabien Nury, il travaille également en collaboration avec Mathieu Lauffray sur le tome 4 de "Prophet" en tant qu'assistant et signe avec Fabien Nury "Fils du soleil" une adaptation libre de nouvelles de Jack London aux éditions Dargaud.

En 2017, il adapte le roman d'Alain Damasio, "La Horde du Contrevent".
+ Voir plus
Source : www.humano.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Éric Henninot   (14)Voir plus


Fabien Nury et Eric Henninot à propos de leur BD Fils du Soleil


Fils du Soleil est à l`origine un recueil de nouvelles publié par Jack London en 1912. Quand les avez-vous découvertes et qu`est-ce qui vous intéressait dans ces textes assez méconnus de l`écrivain américain ?

Fabien Nury : J`ai lu ces nouvelles parmi d`autres titres de Jack London réédités chez Phébus Libretto. L`univers décrit m`a impressionné, et rappelé Le creux de la vague de Robert Louis Stevenson. Et je trouvais aussi intéressant, pour une adaptation, de ne pas s`attaquer à un titre mythique : de la sorte, notre démarche peut ainsi provoquer une découverte chez le lecteur. Je m`étais déjà attelé à un exercice similaire avec Atar Gull, d`Eugène Sue (ndlr : voir l`adaptation signée Fabien Nury et Brüno : Atar Gull, ou le destin d`un esclave moderne).


Le recueil est à l`origine composé de huit histoires assez indépendantes. Votre BD se base sur deux de ces nouvelles « le fils du Soleil » et « Les perles de Parlay ». Est-ce une adaptation fidèle de ces histoires ou bien avez-vous tenu à garder une certaine liberté vis-à-vis de celles-ci ?

Fabien Nury : Je crois que nous sommes très fidèles à l`esprit du texte. Mais cela demeure une adaptation libre, dans la mesure où les nouvelles choisies sont narrativement reliées entre elles, ce qu`elles n`étaient pas à l`origine. Il y a aussi des éléments d`une troisième, Aloysius Pankburn.


Le personnage principal, David Grief est surnommé "Le fils du soleil". Que fait un blond aux yeux clairs sur les îles du Pacifique et d`où lui vient ce surnom ?

Fabien Nury : Il fait du commerce, bien sûr ! Son surnom vient à la fois de son apparence et de sa réussite, sa « puissance ».


Présente-t-il quelques différences avec le personnage du roman de Jack London ?

Fabien Nury : Oui, il est nettement plus romantique. Ses motivations pour aller risquer sa vie sur l`île de Parlay sont différentes de celles du texte d`origine.


La bande dessinée fait penser à une aventure de pirates sans pirates. Il y a d`ailleurs peu de « méchants » à proprement parler, peu d`ennemis à abattre. Etait-ce une intention de votre part ?

Fabien Nury : Il n`y a pas beaucoup de gentils non plus… C`est d`ailleurs l`un des intérêts des textes de Jack London, d`échapper à cette classification simplificatrice, pour une fois : « pirates », « méchants »… On doit pouvoir mettre en scène un récit d`aventure sans rester enfermé dans ces archétypes.
Eric Henninot : C`est ce qui m`a beaucoup plu dans le scénario de Fabien, les personnages sont complexes, leurs motivations souterraines voire inconscientes. le fils du soleil n`est pas si lumineux qu`il veut bien le laisser penser.


Les îles du pacifique sont magnifiquement rendues. Quels ont été vos supports et vos sources pour votre BD ?

Fabien Nury : Eric a beaucoup travaillé…
Eric Henninot : le travail de documentation a été en effet très important. J`aime beaucoup accumuler les visuels afin de me plonger le plus possible dans un univers et d`essayer d`en retranscrire ensuite l`atmosphère sur mes pages. Quitte à le distordre légèrement comme sur l`île de Parlay qui n`est pas à proprement parlé réaliste. Récemment j`ai rencontré en dédicace une personne ayant vécu là bas qui m`a dit avoir retrouvé l`ambiance des lieux qu`il connaissait. Il ne pouvait pas me faire plus plaisir. Cela m`a beaucoup touché, car si c`est une préoccupation, je ne sais jamais si j`y parviens vraiment.


Envisagez-vous de publier d`autres tomes autour des aventures de David Grief ?

Fabien Nury : Pourquoi pas ? Ce n`est pas à l`ordre du jour, mais on ne sait jamais.



Eric Henninot et ses lectures

Retrouvez les lectures de Fabien Nury sur sa page.


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Pour moi, l`écriture c`est beaucoup plus récent, mais je vais essayer d`y répondre tout de même. Je dirais Dune, de Frank Herbert


Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?

Je viens juste de commencer donc je me réserve cette envie pour plus tard.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Le bateau Ivre, d`Arthur Rimbaud.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

La Horde du Contrevent, d`Alain Damasio.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Ah bon, on peut avoir honte de ne pas avoir lu un livre ?


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

S`il s`agit de perle, je dirais Fils du Soleil de Fabien Nury et Eric Henninot.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Je crois que je ne connais pas assez bien mes classiques pour me prononcer...


Et en ce moment que lisez-vous ?

Le Moi-peau de Didier Anzieu. C`est un essai sur le concept du moi mis en relation avec les structures et les fonctions de la peau. le moi-peau est envisagé comme une enveloppe contenant l`appareil psychique, tout comme la peau contient nos organes. C`est un peu technique, mais passionnant. Vous m`auriez posé la question il y a quinze jours, c`était un peu plus funky. Je lisais Le Bureau des atrocités de Charles Stross. Il y a quand même un peu de mécanique quantique, sinon ce n`est pas drôle...


Découvrez Fils du Soleil de Fabien Nury et Eric Henninotaux éditions Dargaud :


Retrouvez les réponses de Fabien Nury sur ses lectures sur sa page auteur.

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les ressources naturelles sont cherchées toujours plus loin, toujours plus profond. Au risque de libérer des monstres qu'on croyait depuis longtemps disparus… Scénario : Christophe Bec Dessin : Eric Henninot, Milan Jovanovic, Ennio Bufi Couleurs : Delphine Rieu https://www.humano.com/album/37635


Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
Ceux qui vous disent : « Pendant la vague, j’ai pensé à ceci et à cela »mentent.
Quand elle passe, tu ne penses plus. Seul le corps répond, et il répond ce qu’il peut. Il brûle ses tendons à crisper la sangle, il bave. Il se pisse dessus. Après ? Après, chacun dit ce qu’il veut. Il introduit des mots. Il fend ce qui n’est qu’un roc de peur brute. Sous furvent il n’y a rien à dire, juste tenir. Tenir, quand ça frappe à coups de merlin dans les fissures des os…
Commenter  J’apprécie          684
N’écoutez pas la peur, car la peur dessine et trace, sépare et signe. Elle met la mort de l’autre côté de la ligne. N’acceptez pas que l’on fixe ni qui vous êtes ni où rester. Soyez complice du crime de vivre et fuyez !
Commenter  J’apprécie          610
Oui, lui dire qu’il allait fatiguer...pas chercher à gagner, macaque, rappelle-toi, juste chercher… à moins fatiguer que l’adversaire. Personne ne te tue, tu te tues tout seul. C’est ta fatigue qui te tue. La fatigue est le seul ennemi, déjà et toujours partout.
Commenter  J’apprécie          360
Les hordiers meurent. Pas l’esprit du combat.
Commenter  J’apprécie          352
C’est un monde de vaste étendue où rien ne tient en place. Un vent féroce y souffle tout le jour et la nuit, entêtant et unique, de l’est vers l’ouest, faiblissant parfois, mais ne cessant jamais. Un monde où même le soleil a du mal à s’arrimer au ciel.
Sur cette terre vivent trois tribus : la plus frivole fait de la voile, la plus grande s’abrite dans des villages enclos et la plus folle tente fièrement de remonter le vent jusqu’à sa source.
Cette poignée de fous se nomme elle-même « la Horde » et prétend qu’au bout de sa quête, quelque chose comme le bonheur sera donné à tous ! Et ils sont si convaincus de leur rêve que partout où ils passent, des fêtes les accueillent et qu’avec ferveur on les encourage.
Ce monde est le mien.
Je m’appelle Sov Strochnis, et je suis le scribe du la 24e Horde du contrevent.

Commenter  J’apprécie          240
N'écouter pas la peur. Car la peur dessine et trace, sépare et signe. Elle met la mort de l'autre côté de la ligne.
Commenter  J’apprécie          240
- Désolé pour Di Nebbé, Le vent la cueilli un peu tôt. Et tu t'attache si vite... Tu sais bien que les crocs sont la partie la plus remplaçable de la horde.
- Je t'envie. Je ne sais pas comment tu fais... Rien ne semble te lier. Tu es là parmi nous, mais avec nous, je n'en suis pas si sûr. Parfois, je me dis qu'un matin, au réveil, tu auras disparu, tout aussi soudainement que tu es arrivé dans la horde. Comme ça, pour rien. Parce que tu auras oublié.
- Non sov. Pas pour rien. Avec vous, je deviens vaste, je me peuple... Mais tu as raison sur un point : J'oublie. La mémoire, c'est ce qui reste le plus difficile pour ma tête de vent. J'ai du mal a faire circuler la vie en moi sans qu'elle s'échappe. Je ne retiens rien..
Commenter  J’apprécie          160
Les hordiers meurent, pas l'esprit du combat ! Vif est celui qui se dresse et fait face !
Commenter  J’apprécie          183
Je n'ai jamais vraiment compris lorsque tu disais espérer trouver ton véritable visage en extrême-amont, Pietro.
Désormais, je comprends et j'espère, moi aussi, y trouver le mien.
Mais j'ai peur, si peur de ce que j'y découvrirai.
Alors, je prie les vents afin que ce visage ne soit pas le masque ravagé de larmes et de désespoir que je porte aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          160
- Faire change d’avis Golgoth, c’est espérer que le vent change de sens.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Éric Henninot (1584)Voir plus

Quiz Voir plus

Chiffres insolites (2/2) - plus facile que le 1er ?

Pourquoi le Marathon est-il passé de 40 km à 42,195 km en 1908 aux JO de Londres ?

pour démarrer du Château de Windsor
parce que le roi Édouard VII (1901-1910) avait la phobie du chiffre 40
à cause de l'inflation
parce qu'il y avait ce jour-là 42 195 participants

12 questions
79 lecteurs ont répondu
Thème : 365 infos incroyables en chiffres de Play BacCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..