AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
okka   21 septembre 2018
Les Annales du Disque-Monde, Tome 34 : Coup de Tabac de Terry Pratchett
146-7.

Un petit rire nerveux fusa de l'autre côté, et la mère de Finet réussit à dire : « J'ai le regret de vous informer qu'on a pas de vaisselle en argent, Votre Altesse ! »

Chez eux, Vimaire et Sybil mangeaient dans de la vaisselle en faïence fonctionnelle, bon marché, commode et facile à laver. Il répondit à voix haute : « Je regrette aussi que vous n'ayez pas de vaisselle en argent, maîtresse Leterme, et je vais tout de suite vous en faire livrer un service. »

Vimaire entendit un bruit de chute de l'autre côté de l'ouverture, en même temps que Finet lançait : « Je vous demande pardon ? Vous êtes devenu fou, monsieur ? »

Ma foi, ça ne serait pas plus mal, songea Vimaire. « On a des centaines d'assiettes en argent au manoir, mon gars. Ces trucs-là ne servent à rien, ça refroidit la boustifaille et ça noircit dès qu'on a le dos tourné. Pareil pour les cuillers en argent, on est envahis, j'ai l'impression. Je vais voir ce qu'on a.

- Vous pouvez pas faire ça, monsieur : elle a peur d'avoir des objets de valeur à la maison !

- Tu as beaucoup de vols dans le coin, monsieur l'officier de paix ? » demanda Vimaire en insistant sur les derniers mots.

Leterme ouvrit la porte du dépôt, releva sa mère – que l'idée de posséder de la vaisselle d'argent avait manifestement étourdie -, l'épousseta et répondit par-dessus l'épaule maternelle : « Non, monsieur, pour la bonne raison qu'on a rien à voler. M'man m'a toujours répété que l'argent fait pas le bonheur, monsieur. »

Oui songea Vimaire, la mienne aussi, mais elle était bien contente quand je lui ai remis mon premier salaire, parce que ça voulait dire qu'on pouvait s'offrir un repas avec de la viande, même si on ne savait pas de quelle viande il s'agissait. C'est le bonheur, ça, non ? Bon sang, les bobards qu'on se raconte...



(éditions L'ATALANTE)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Annette55   21 septembre 2018
Aimer, donner, pardonner de France Guerin
" Quand je serai une grande dame, j'aurai plein de enfants.

Je leur ferai tout ce qu'on ne m'a pas fait . "
Commenter  J’apprécie          00
Matatoune   21 septembre 2018
Trancher de Amélie Cordonnier
Ajouter à la colèrede les supporter la honte de les rapporter, il ne fallait pas pousser.
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   21 septembre 2018
Bride Stories, tome 4 de Kaoru Mori
Si tu prends bien soin de lui, il deviendra un bon cheval qui te restera fidèle... et si tu le négliges, ce sera une mauvaise monture qui n'écoutera pas ce que tu lui dis...

Tout dépend de toi !
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   21 septembre 2018
Bride Stories, tome 4 de Kaoru Mori
Le premier pilier de la garde d'enfants, c'est la force physique ! Le deuxième, la force physique aussi ! Le cinquième : la force physique ! Il n'y a pas de trois ni de quatre !

Dites-vous que si vous n'êtes pas capables de courir avec deux ou trois enfants dans les bras... vous ne pourrez pas les protéger en cas de danger !! (p.165)
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   21 septembre 2018
Le revenant de Eric Chauvier
Elle s'est peu à peu convaincue que son corps était attirant pour des hommes pauvres ou des hommes riches, mais pervers. Sa dose quotidienne de crack l'aide à accepter cette situation qui, sans cela, démoraliserait n'importe qui. Elle le fixe, non parce qu'elle le trouve beau, non plus pour l'attirer en vue d'une passe. Non, elle le fixe ainsi parce que, ravagée par le crack qu'elle vient de fumer en trop grande quantité, elle ne peut faire autrement que de se tenir là, à genoux devant le monstre qui se vautre dans les restes de son repas. Le monstre qui se réveille et tente d'abord de griffer avant, soudainement, de se rétracter comme si lui revenait le souvenir d'un soir chaud d'automne, l'odeur d'un sein chaleureux. Il la regarde et voit se dérouler des rivages heureux, qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone.
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   21 septembre 2018
Bride Stories, tome 4 de Kaoru Mori
- Qu'est-ce que tu fabriques avec ce machin, depuis tout à l'heure ?

- Hmm ? Ah, mon cahier ?

Eh bien... je note ce que j'entends pour ne pas l'oublier.

- Tu as mauvaise mémoire ?

- Non, ça n'a rien à voir... c'est pour me rappeler des choses longtemps après...

- Tu devrais plutôt essayer de retenir ce dont tu veux vraiment te souvenir ! (p.51)
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   21 septembre 2018
Le revenant de Eric Chauvier
Leur générosité s'exprime tout juste dans le charity business télévisé ou par une donation abstraite à une ONG. La pauvreté, lorsqu'elle est saleté, les décourage vite et les répugne. Il leur faut des pauvres affables, magnétiques, rutilants. Sans ces conditions, ils se mettraient même en colère, invectivant le laisser-aller de l'État, de la police et des juges. Ils ne savent pas cependant (ou feignent de ne pas savoir) que cette répugnance qu'ils ressentent est le produit d'un calcul froid les poussant à ne pas s'embarrasser de ce qui freinerait leur ascension personnelle ; or, la pitié figure évidemment parmi ces sources d'embarras en ce qu'elle nous plonge dans un marigot d'émotions suspectes

.
Commenter  J’apprécie          00
okka   21 septembre 2018
Les Annales du Disque-Monde, Tome 34 : Coup de Tabac de Terry Pratchett
p.115.

J'ai rencontré votre bourgeoise à l'époque. Elle nous disait qu'il était tout à fait impossible d'élever des dragons assez stables pour qu'on les utilise à la guerre. Elle avait raison, pas d'erreur. Évidemment, on a continué d'essayer, parce que c'est comme ça que procède l'armée !

- Vous voulez dire accumuler échecs désastreux sur échecs ? » répliqua Vimaire.

Le colonel éclata de rire. «  Ma foi, ça marche parfois ! J'ai quand même quelques dragons. Pourrais pas m'en passer. Un jour sans brûler, c'est un jour sans soleil.



(éditions L'ATALANTE)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   21 septembre 2018
Bride Stories, tome 4 de Kaoru Mori
- Et le sortilège ?!

On a juste préparé le repas, en fait !

- C'est quoi cette histoire de sortilège ?

-... Tu nous as menti ?!

- Ce n'était pas de la magie, hein ?

- Je ne vous ai pas trompées... les jeunes filles travailleuses ont des prétendants tout le tour du ventre ! (p.94-95)
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   21 septembre 2018
Le revenant de Eric Chauvier
La téléphonie mobile, c'est l'avenir. L'événementiel, tout ça. Elle pense à lui, au fait qu'on la trouve jolie et cela, tout de même, elle y songe maintenant en voyant Charles, ne peut constituer un argument recevable. Que seules les jolies femmes puissent startuper entérine au final une sorte d'injustice fondatrice des rapports entre les hommes qui startupent et les femmes qui startupent.
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   21 septembre 2018
Bride Stories, tome 4 de Kaoru Mori
Nos clans sont frères, unis par un ancêtre commun... et une alliance nous rendrait plus forts ! (p.10)
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   21 septembre 2018
Le revenant de Eric Chauvier
Dans sa vie d'enfant et d'adolescent, Charles a connu le Paris révolu, congestionné, pauvre et dangereux. Humides, insalubres et propices au développement des maladies mortelles, les bâtiments ne sont alors que rarement pénétrés par le soleil. En 1832 – qui le sait ? –, 25 000 Parisiens meurent du choléra au cœur même de la capitale (Charles a 11 ans). En 1848, ce sont 20 000 individus de plus qui succombent (Charles a 27 ans). Sans égouts, sans eau courante, sans arbres, Paris est pour ainsi dire médiévale.
Commenter  J’apprécie          00
canel   21 septembre 2018
Pénis de table de Cookie Kalkair
- Bon... pour finir : l'éjaculation ? Des trucs à partager ?

- Grosse quantité pour moi ! Souvent, mes partenaires hallucinent... Je me suis déjà éjaculé dans la face sans faire exprès !

- Moi aussi, gros réservoir ! Accident dans l'oeil plusieurs fois. [...]

- Alors moi, tout l'inverse, petite quantité, petite distance de jet... Vraiment pas intéressant comme performance. Mais au moins, je salis pas.

- Un bon petit mari tout propre ! C'est bien.

- En moyenne, un homme éjacule 3.4 ml de sperme. Composé principalement d'eau et de sodium mais aussi de protéines, de sucre, de vitamines, de minéraux (dont de la vitamine C) et d'hormones. Info marrante : la vitesse moyenne d'expulsion du sperme serait de 45 km/h. Soit le record du 100 mètres d'Usain Bolt. C'est fou, non ?

(p. 105-106)
Commenter  J’apprécie          10
gielair   21 septembre 2018
Ada de Antoine Bello
Il est désormais établi que la structure de la langue que nous parlons façonne notre mode de pensée. Charles Quint prétendait s'adresser à Dieu en espagnol, à ses amis en anglais, à sa maîtresse en français et à son cheval en allemand.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   21 septembre 2018
Le revenant de Eric Chauvier
Charles Baudelaire est âgé de 6 ans lorsque succombe son géniteur, disparition qui va influencer sa vie dans les grandes largeurs. De ce drame personnel naîtra une poésie universelle. Sans la mort de son père, notre homme n'aurait probablement jamais porté sa croix de poète maudit. Peut-être même serait-il devenu fonctionnaire, marchand d'art, ou pire encore. Il n'aurait pas passé son existence à honnir son beau-père, Jacques Aupick, ce général d'armée, autoritaire par profession, qui va involontairement nourrir la révolte de l'adolescent, le plongeant tout de go dans une insondable névrose et le frappant, pour ainsi dire, de malédiction. plonge, comme l'opiomane (qu'il n'est pas encore), dans sa drogue : la sédition de principe.
Commenter  J’apprécie          00
Ladybird123   21 septembre 2018
L'académie des âmes abîmées de Thierry Cohen
La considération que l’on porte aux êtres influe sur leur développement. (...)

Robert Rosenthal a donné à ce principe le nom d’ « effet Pygmalion ».
Commenter  J’apprécie          20
FungiLumini   21 septembre 2018
Légendes Faës, tome 1 : La chienne de l'ombre de Manon Élisabeth d'Ombremont
Elle bouillonnait de rage, de haine et elle ne souffrirait pas l’affront d’une aide extérieure. Elle subirait l’humiliation jusqu’au bout, puis elle se vengerait. Elle serait cruelle, implacable. On n’oublierait pas de sitôt ses actions, tout comme elle n’oublierait pas ce qu’elle était en train de subir. La douleur, l’humiliation, elle encaisserait sans verser une seule larme. Ses iris écarlates ne tremblaient pas, tout comme sa main ne tremblerait pas quand elle arracherait le cœur de Rikhaï de sa poitrine.
Commenter  J’apprécie          10
FungiLumini   21 septembre 2018
Légendes Faës, tome 1 : La chienne de l'ombre de Manon Élisabeth d'Ombremont
Elle n’allait pas l’aider.

Pourtant, elle aurait pu.

Mais elle était trop hypnotisée par ce spectacle. Il agonisait et elle était presque certaine qu’il n’y survivrait pas. Elle avait déjà vu des faës mourir, mais quelque chose lui disait que la mort de Telbrin Alranquar serait un événement spécial. Un événement auquel elle devrait être présente. C’était une intuition puissante, qui l’empêchait de s’en aller malgré le vent glacial qui passait à travers les arbres, pénétrant sa peau jusqu’à la geler.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   21 septembre 2018
Le roi chocolat de Thierry Montoriol
Le désir et son complice, l’amour, le tenaient fermement.
Commenter  J’apprécie          00