AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
 Anonyme
dido600   18 octobre 2019
Anonyme
S'il existe un enfer en ce monde , il se trouve dans le cœur d'un homme mélancolique .
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   18 octobre 2019
Quelque chose noir de Jacques Roubaud
     Pinceau lumineux







Dans la couleur inatteignable



Dans l'attente     inatteignable     de la couleur



Dans la ligne qui fraye    le visage



Dans le gel    blanc    le gel noir



L'attente d'argent    de l'œil de sels d'argent



Platine    sépias



Le battement des mouettes du blanc et du noir



La ligne    fumant de la lumière    terreur    écrite à

la lumière    s'arrête    exacte    là



Où tu deviens noire
Commenter  J’apprécie          00
Annette55   18 octobre 2019
Les femmes de Brewster Place de Gloria Naylor
« Et pourquoi aurait- elle dû se sentir différente des gens au milieu desquels elle vivait ?

Tous les Noirs se trouvaient embarqués dans la même galère: c’était devenu une évidence pour elle depuis qu’elle habitait Brewster ——et s’ils ne ramaient pas à l’unisson , ils couleraient tous ensemble . »
Commenter  J’apprécie          00
marina53   18 octobre 2019
Les nouveaux héritiers de Kent Wascom
Nous pourrions penser que notre vie est distincte quand cette distinction n'existe que dans la mesure où nous sommes là pour la percevoir. Les vies, comme les os qui brièvement les charpentent, sont toutes reliées, et allez savoir où s'achève l'une et où l'autre commence.
Commenter  J’apprécie          00
dido600   18 octobre 2019
Le Temps paralysé de Dean Koontz
Des éclairs en chaîne illuminèrent la pelouse et la rue, avant de les replonger dans le noir, comme une scène de film interrompue par les courts-circuits d’un projecteur défaillant. Toute couleur était éliminée, laissant place au blanc étincelant des éclairs et de la neige et au noir profond des ombres.
Commenter  J’apprécie          00
dido600   18 octobre 2019
Le Temps paralysé de Dean Koontz
Le vacarme du tonnerre semblait venir des profondeurs de la terre aussi bien que du ciel, comme si cieux et enfers s’éventraient, annonçant le Jugement dernier
Commenter  J’apprécie          00
dido600   18 octobre 2019
Le Temps paralysé de Dean Koontz
Les bourrasques emportaient la neige du toit et l’entassaient contre les murs. Un manteau blanc recouvrait la pelouse et les branches de pins.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   18 octobre 2019
Dors, précédé de Dire la poésie de Jacques Roubaud
     Tombeaux de Pétrarque





Cobla II



Poisse des fleurs    ou dans le style joyeux

si la forêt    d'un seul jour sur la terre

s'éveille force    de ces vers qui voient l'air

vibrer des yeux    s'emplir d'années-laurier

qu'ainsi la pente    (la nuit jette les eaux

à ces vallées    soit de pluie soit de brume)

partout légère     (c'est le prix de ce lieu

nommé le port mais sans navires) : la vie

la nôtre Temps du ciel gavé de feuilles
Commenter  J’apprécie          10
FujiMont   18 octobre 2019
Iphigénie en Tauride de Euripide
Oreste : Ce n'est pas la première fois que ma misère s'est offerte en spectacle...

Iphigénie : Je comprends : c'est à cause de notre mère que les déesses te donnaient la course.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   18 octobre 2019
Dors, précédé de Dire la poésie de Jacques Roubaud
     Tombeaux de Pétrarque





Cobla I



Ou le soleil mange les étoiles dans l'aube

ou dans la neige tes cheveux prendrons rive

comme les vents aux fleuves liés de glace

si des écueils     but amer de ma voile

une lumière    de collines    entre branches

m'écarte neuf    j'aborde au cours d'un bois

contre la lune    dans tes bois c'est le soir

pas une fleur    que la trame    de ces notes

poisse les nuits comme rimes    à la mort
Commenter  J’apprécie          00
dido600   18 octobre 2019
Le Temps paralysé de Dean Koontz
il frissonnait, ce n’était pas à cause du froid, mais d’une lame glacée qui torturait son esprit et son coeur.
Commenter  J’apprécie          00
dido600   18 octobre 2019
Le Temps paralysé de Dean Koontz
Etre aimé vous donne de la force; Aimer vous donne du courage.
Commenter  J’apprécie          00
dido600   18 octobre 2019
Le Temps paralysé de Dean Koontz
Je n’ai pas peur de mourir. Mais je ne veux pas être là le jour où ça arrivera.





Woody ALLEN
Commenter  J’apprécie          00
Stelphique   17 octobre 2019
Métro 2035 de Dmitry Glukhovsky
Est-ce que tu veux vivre ou crever?
Commenter  J’apprécie          10
StephanieIsReading   17 octobre 2019
Une sorcière à la cour de Philippe Madral
Comme je l'ai déjà dit, je ne me suis jamais senti l'âme d'un héros, pas davantage pour mourir que pour vivre, et mon seul regret ne sera pas tant d'être mort que de ne plus vivre.
Commenter  J’apprécie          00
junepepito   17 octobre 2019
Magus of the Library, tome 3 de Mitsu Izumi
Shio... ne te sous-estime pas...

Il y a forcément quelque chose dont toi seul est capable.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   17 octobre 2019
S'il fallait se dire adieu de Madeleine Reiss
En pratique, un champignon n’a pas à chercher bien loin pour se reproduire. Pour les êtres humains, c’est plus compliqué, parce que nous disposons de moins de choix : à l’inverse, via notre hérédité marquée, les forces de l’espèce sont plus facilement pérennes. Scott réfléchit à un jeu de mots sympa à faire avec champignons, mais se ravisa bien vite. — Je vois, réagit Marsia. Je pensais que ça avait un rapport avec la supériorité génétique de l’ovule sur les spermatozoïdes. Si les hommes pouvaient se reproduire sans vrai défi, l’espèce humaine serait probablement bien plus fragile.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   17 octobre 2019
S'il fallait se dire adieu de Madeleine Reiss
(La posture qu’elle venait d’adopter, empreinte d’assurance et de détermination, lui rappelait celle des prédateurs : en général, un animal ne montrait autant d’aplomb qu’avant de bondir sur sa proie.) Nous survivrions plus facilement en tant qu’espèce, si on avait plus de choix de partenaires pour la reproduction, non ?



En plus de son assurance déroutante, Marsia était intelligente : il n’avait pas la moindre chance.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   17 octobre 2019
S'il fallait se dire adieu de Madeleine Reiss
À présent qu’il avait dix-neuf ans, il estimait que son attirance pour les femmes pleines d’assurance – et au décolleté plongeant – était née plus qu’autre chose d’un cruel manque d’expérience. Finalement, il aimait les femmes qui connaissaient leur propre valeur, car leur probable réticence à son endroit lui était plus confortable.
Commenter  J’apprécie          00
Zarps   17 octobre 2019
Quand la parole attend la nuit de Patrick Autréaux
Les fées sont cruelles, qui mettent au pied des amours naissantes des signes funestes.
Commenter  J’apprécie          00