AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Hippolych   23 juin 2018
Sleeping Beauties de Stephen King
Jusqu'à ce jour, Tiffany avait cru que les agresseurs sexuels [...] vivaient dans le déni. Sinon, comment auraient-ils pu continuer ? Comment pouvait-on faire du mal à une personne, la dégrader, en ayant pleinement conscience de ce qu'on faisait ? Eh bien, c'était possible en réalité [...].
Commenter  J’apprécie          00
Emnia   23 juin 2018
Les corps vils : Expérimenter sur les êtres humains aux XVIIIe et XIXe siècles de Grégoire Chamayou
Longtemps la question de l'expérimentation humaine n'a pas été formulée comme "peut-on expérimenter sur l'homme ?" mais "Peut-on expérimenter sur les pensionnaires de l'Hôpital ?", c'est-à-dire sur les pauvres, les indigents qui y étaient pris en charge, entendu que la question ne se posait pas pour les catégories sociales plus élevées. Longtemps donc la question éthique de l'expérimentation n'a pas reçu de formulation universelle, mais particulière, bornée à certaines catégories sociales. On demandait moins "peut-on expérimenter sur l'homme ?" que "en quoi est-on fondé à expérimenter sur les pauvres ?".

Poser la question en ces termes revient à introduire le rapport de classes dans l'analyse de l'histoire de l'expérience clinique.
Commenter  J’apprécie          00
inesbns   23 juin 2018
La consolante de Anna Gavalda
Et elle. Elle. Elle parlait tout le temps de la mort.Tout le

temps… Pour la défier, pour la crever, cette salope. Parce

qu’elle le savait, qu’on allait tous y passer, c’était sa vie de

le savoir, et c’était pour ça qu’il fallait se toucher, s’aimer,

boire, mordre, jouir et tout oublier.
Commenter  J’apprécie          00
Floortje   23 juin 2018
Les feuilles d'automne de Victor Hugo
Le temps ! les ans ! les jours ! mots que la foule ignore !

Mots profonds qu'elle croit à d'autres mots pareils !

Quand l'heure tout à coup lève sa voix sonore,

Combien peu de mortels écoutent ses conseils !



L'homme les use, hélas ! ces fugitives heures,

En folle passion, en folle volupté,

Et croit que Dieu n'a pas fait de choses meilleures

Que les chants, les banquets, le rire et la beauté !
Commenter  J’apprécie          00
Stonerandmore   23 juin 2018
Bleu de Prusse de Philip Kerr
Si vous vivez assez longtemps, vous vous apercevez que tout ce qui vous arrive est toujours la même illusion, la même merde , la même plaisanterie céleste.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   23 juin 2018
L'odeur de l'herbe après la pluie de Patrick Jacquemin
Il avait, par le passé, fait quelques rencontres sentimentales qui auraient pu l’amener à se mettre en ménage. Cependant, il n’avait jamais ressenti l’élan suffisant, cet amour fervent dont il avait souvent lu la force dans la littérature. L’affection, l’amitié et l’amour s’étaient jusqu’alors confondus dans son cœur, car jamais les circonstances ne l’avaient amené à les distinguer.
Commenter  J’apprécie          00
Clairum   23 juin 2018
Le livre de l'homme de Barry Graham
On sait qu'on est seul - si on a vraiment besoin de preuves - le jour où on va boire un verre avec quelqu'un à qui on n'a rien à dire, juste pour éviter de rester chez soi ou de traîner tout seul au pub en se faisant regarder de travers.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   23 juin 2018
L'odeur de l'herbe après la pluie de Patrick Jacquemin
La nature était sa sève. C’est d’elle qu’il tirait son énergie, son essence, sa puissance.

Il se délectait chaque jour de l’air qu’il respirait. Il le sentait donner corps à sa propre vie, circuler dans son sang, passer à travers son cœur, inonder son cerveau jusqu’à enivrement, et laisser en lui l’empreinte de la faune et de la flore.

Il aimait tant sa terre que l’exploiter lui causait une grande culpabilité. Lors des labours, il agissait avec précaution, tentant de ressentir pour elle le point de douleur quand il la transperçait du soc qui la retournait. Lorsqu’il semait, il croyait que si le geste était aussi auguste que Victor Hugo le décrivait, les céréales n’en seraient que meilleures. Il considérait qu’elles avaient besoin d’espace pour s’épanouir, pour donner le meilleur d’elles-mêmes.
Commenter  J’apprécie          00
Hippolych   23 juin 2018
Sleeping Beauties de Stephen King
Lila constata que le sang continuait de jaillir entre les cuisses de Tiffany. Énormément de sang. Des litres, peut-être.

"C'est normal, ça ? demanda quelqu'un.

- Tout à fait."

Erin s'exprimait d'une voix ferme, l'assurance personnifiée : il n'y a absolument aucun problème. C'est alors que Lila commença à se dire que Tiffany allait peut-être mourir. [...]

Jolie Suratt voulut reprendre le bébé à sa mère afin de le déposer dans le couffin Budweiser. Erin fit non de la tête.

"Laissons-le lui encore un peu."

A cet instant, Lila n'eut plus aucun doute.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   23 juin 2018
L'odeur de l'herbe après la pluie de Patrick Jacquemin
Ce paysan n’était pas un ermite, mais il vivait à la manière d’un séminariste, reclus dans la campagne, protégé de la rudesse des hommes et de la grâce envoûtante des femmes. Alors, devant cette dame sophistiquée qui le scrutait sans réserve, il était désarçonné et tout intimidé.
Commenter  J’apprécie          00
Juliette Duval
fabienne1809   23 juin 2018
Juliette Duval
Mon cœur et ma tête menacent de divorcer et se disputent pour savoir qui aura la garde du corps.
Commenter  J’apprécie          00
Taraxacum   23 juin 2018
Mary Anne de Daphné Du Maurier
-Ce pays vit de corruption depuis l'invasion des Normands. Du plus noble évêque au dernier des commis, nous sommes tous dans le même commerce. Ne vous tourmentez donc point. Rappelez-vous votre première besogne pour l'imprimeur de votre père. Vous avez blousé le sort, ce jour-là, vous recommencerez aujourd'hui.

-Ceci est autre chose.

-Non pas. Le jeu est tout à fait semblable. Si vous ne l'aviez pas joué alors, vous seriez tombé dans le ruisseau; mais vous avez tenté la chance et sauvé votre famille. Si vous manquez de courage aujourd’hui..."
Commenter  J’apprécie          00
Clairum   23 juin 2018
Chroniques de San Francisco, tome 1 de Armistead Maupin
Noël est une conspiration pour bien faire sentir aux célibataires qu'ils sont seuls
Commenter  J’apprécie          00
 Le Canard enchaîné
canel   23 juin 2018
Le Canard enchaîné
■ COMMENT (BIEN) INTERPELLER EMMANUEL MACRON



- Hey ! T'es le mec à Brigitte ?



(dessin de Urbs, Canard enchaîné du 20 juin 2018)
Commenter  J’apprécie          00
fabienne1809   23 juin 2018
Tout ça, c'est la faute du chat !, tome 1 de Juliette Duval
Franchement, si tous les amateurs de chips ressemblaient à ça, elles seraient vendues en pharmacie.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   23 juin 2018
L'odeur de l'herbe après la pluie de Patrick Jacquemin
L’asphyxie mentale guettait. Elle avait besoin de respirer, de se régénérer.

Soudain, elle eut une pensée folle : partir ! Fuir quelques jours loin de Paris, laisser sur place la capitale, son boulot, ses relations, sa tristesse et, l’espérait-elle aussi, ses fréquentes insomnies.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   23 juin 2018
L'odeur de l'herbe après la pluie de Patrick Jacquemin
À quoi ça sert, putain, que je bosse comme une malade ? Que je coure toute la journée ? Que je réussisse ? À quoi ça sert, tout ça ?

Elle inspira profondément, essayant de contenir une sourde colère, mais le feu consumait son esprit et le sang bouillait en elle. D’un coup, il lui fallut décharger la pression. Elle contracta ses muscles fins, agrippa son volant, puis le tira pour l’arracher. La rage l’envahissant, elle serra ses petits poings, et, telle une forcenée, elle le frappa, le cogna, l’insulta, l’injuria, libéra des flots de haine, poussa des cris barbares, pendant de longs instants, sans s’arrêter, sans reprendre son souffle, jusqu’à ce qu’elle en suffoque et qu’un valeureux passant frappe à sa vitre…
Commenter  J’apprécie          00
emi13   23 juin 2018
Les témoins de la mariée de Didier Van Cauwelaert
Il y a une troisième solution , qui me permettrait de rester fidèle à Marc. Tu m'emploies à la garderie. Tu fais de moi une vraie peindre sous mon nom : tu me montres ce que tu vend en ce moment sur le marché français , je m'en inspire et tu me lances.

P113
Commenter  J’apprécie          00
Lenocherdeslivres   23 juin 2018
Les musiciens dans l'Antiquité de Annie Bélis
L'"esprit agonistique" était une donnée fondamentale de la vie musicale, comme elle l'était de la culture et de la société grecques. Qu'entend-on par là ? L'expression désigne le désir d'un individu d'entrer en compétition avec ses semblables et de faire mieux qu'eux. Esprit d'émulation , donc, extrêmement vivace chez les artistes comme chez les athlètes, et qui dépasse le désir d'excellence.
Commenter  J’apprécie          00
Hippolych   23 juin 2018
Sleeping Beauties de Stephen King
La lumière des étoiles, émise il y a des milliards d'années, faisait scintiller la bave de Maynard.
Commenter  J’apprécie          00