AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dernières citations /RSS
Bruno_Cm   03 juillet 2022
L'ensorcellement du monde de Boris Cyrulnik
L'individu est un objet à la fois indivisible et poreux, suffisamment stable pour rester le même quand le biotope varie, et suffisamment poreux pour se laisser pénétrer, au point de devenir lui-même un morceau du milieu.
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   03 juillet 2022
L'ensorcellement du monde de Boris Cyrulnik
Comme nos mots et nos pensées ont pour fonction de sculpter des entités et de les faire jaillir du réel, nous déduisons de ce concept que l'individu est un objet cohérent, clos et coupé du monde, ce qui est faux [...].
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   03 juillet 2022
L'ensorcellement du monde de Boris Cyrulnik
Le grand piège de la pensée, c'est de croire que l'individu est un être compact. si l'on se fie à l'apparence, c'est un être vivant qu'on ne peut plus diviser, sous peine de le tuer. L'individu divisé n'existe plus.
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   03 juillet 2022
L'ensorcellement du monde de Boris Cyrulnik
La pirouette de Descartes qui amarre l'âme flottante sur l'épiphyse est une métaphore de marin. En fait, la pensée s'arrache à l'organisme grâce à l'onirisme. Puis il faut qu'un autre saisisse cette émergence pour en faire un travail de parole, afin de créer un nouveau monde.
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   03 juillet 2022
L'ensorcellement du monde de Boris Cyrulnik
La graisse a permis de stocker l'énergie, l'homéothermie a rendu possible la stabilité interne de la température, le sommeil à rêve confère l'aptitude à apprendre par imprégnation, et le jeu permet l'exploration d'un monde intersensoriel.
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   03 juillet 2022
L'ensorcellement du monde de Boris Cyrulnik
Il ne faut pas négliger cette intelligence du corps, les hommes s'en servent chaque jour. Lorsqu'un enfant apprend à rouler en vélo, il n'a pas besoin d'un seul mot d'explication. Son corps éprouve dans les muscles du dos, dans les mollets, les bras et son système labyrinthique les lois de l'attraction terrestre, de la cinétique et même de la chute des corps ! Un mathématicien qui voudrait lui apprendre à rouler à vélo grâce à ses formules l'empêcherait d'apprendre. De plus, le matheux ne pourrait même pas formuler les lois du virage de la bicyclette qui sont incalculables. Et pourtant, elle tourne !
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   03 juillet 2022
L'ensorcellement du monde de Boris Cyrulnik
Plus le développement des individus les mène à l'empathie, plus l'intelligence collective invente des mondes virtuels et plus nous éprouvons le malheur des autres et l'angoisse de l'inconnu. Nous pouvons donc prévoir en toute certitude le développement mondial de l'angoisse et de la dépression.
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   03 juillet 2022
L'ensorcellement du monde de Boris Cyrulnik
Quand l'homme coupable ne trouve pas autour de lui les structures affectives, sociales et culturelles qui lui permettent de transformer sa souffrance en surplus d'humanité, il ne lui reste que l'auto-agression... pour moins souffrir ! C'est ce qu'on voit chez les mélancoliques qui s'apaisent en se mutilant, parce que la blessure physique est moins douloureuse que la culpabilité qui les torture.
Commenter  J’apprécie          00
sld09   03 juillet 2022
Maman de Hélène Delforge
"Vos enfants ne vous appaertiennent pas.

Ils sont nés de la Vie.

Ils sont les étincelles que vous avez accueillies."

Les mamans sioux se transmettent ce message

de génération en génération.

Pour moi, c’est tout neuf.

Je réalise que tu n’es pas mon fils, ni toi ma fille.

Vous êtes deux personnes à part entière.

Mais si vous voulez bien,

j’aimerais bien rester VOTRE maman.
Commenter  J’apprécie          10
Medulla   03 juillet 2022
Alice Guy de Catel
Ce sont deux émotions différentes. La réalité du sang provoque l'HORREUR, tandis que son évocations convoqué le FRISSON ! Voilà ce que cherchent les spectateurs !
Commenter  J’apprécie          00
Michelinaix   03 juillet 2022
La pudeur dans les soins de Bernard N. Schumacher
À notre époque de la supposée transparence, où il faudrait pouvoir tout dire et tout montrer, la pudeur nous indique la nécessité des lieux cachés pour signifier la part à jamais inconnaissable de l’autre.



L’impudeur, en montrant ce qu’elle doit être le tout d’autrui, nie le mystère de l’autre. Elle le tue puisqu’elle le réduit à un être matériellement appréhendable. Elle en fait un objet et non plus une personne.
Commenter  J’apprécie          20
pyrouette   03 juillet 2022
Le vent reprend ses tours de Sylvie Germain
Sa force d’inertie était considérable, à la mesure de sa méfiance à l’égard des autres et de sa peur de lui-même.
Commenter  J’apprécie          30
fnitter   03 juillet 2022
Les mondes d'Aldébaran - Cycle parallèle des Survivants - Anomalies quantiques, tome 2 : Episode 2 de Leo
Après notre rencontre avec les extraterrestres amicaux, notre moral était remonté et la possibilité de survivre sur cette planète dans des conditions acceptables nous semblait moins improbable.
Commenter  J’apprécie          50
nicokykkoduq   03 juillet 2022
Au coeur du Kremlin : Des tsars rouges à Poutine de Vladimir Fédorovski
Pourquoi est-ce plus dangereux qu'à l'époque de la guerre froide ? Parce qu'à cette période, nous avons toujours su faire la distinction entre la propagande et la politique réelle. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas, et le tableau n'en est que plus angoissant.
Commenter  J’apprécie          00
migdal   03 juillet 2022
Tolstoï ou Dostoïevski de George Steiner
Si nous pouvons dire des épopées homérique et virgilienne qu'elles étaient des manières d'entretien entre le poète et l'aristocratie, nous pouvons dire du roman qu'il a été la forme d'art fondamentale de l'ère de la bourgeoisie.



Avec le roman ne naquit pas seulement l'art du bourgeois, de l'habitant des villes d'Europe ; depuis Cervantès il fut le miroir que l'imagination, quand elle fait appel à la raison, tend à la réalité quotidienne. Don Quichotîe lançait au monde de l'épopée un adieu ambigu et mélancolique ; Robinson Crusoé délimitait le monde du roman moderne. Comme le naufragé de Defoe, le romancier va s'entourer d'une palissade de faits tangibles : les maisons merveilleusement solides de Balzac, l'odeur des puddings de Dickens, les pharmacies de Flaubert et les interminables inventaires de Zola. S'il trouve une empreinte dans le sable, le romancier en déduira que c'est l'homme Vendredi qui se cache dans les buissons, non pas que c'est la trace d'une fée ou, comme dans le monde shakespearien, la trace fantomale du dieu Hercule « qu'Antoine aimait ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Maria Luisa Spaziani
sonatem   03 juillet 2022
Maria Luisa Spaziani
NUIT MARINE



La main, cette racine vierge.

L'innocence d'une féline égratignure.



Demi-lune de sucre des dents

dans le rite d'une nuit sans lune.



Cette hanche, ce val de cerisiers en fleurs.

Le vent un bref frisson.



L'obscur chèvrefeuille, petite lune

sur le banc d'une page rêvée.

(Un vers qui me viendra)



Cette respiration, ressac océanique.

Mon lit de menus cailloux humide étincelle.



Se précipiter de gigantesques rochers.

Ressurgir en de très hautes régions.



Se sentir foudroyé au toucher des étoiles.



- - -



NOTTE MARINA



La mano, quella vergine radice.

L'innocenza del graffio felino.



Mezzaluna di zucchero dei denti

nel rito di una notte senza luna.



Quell'anca, conca di ciliegi in fiore.

Il vento un secco brivido.



Il buio capelvenere, lunetta

sul bianco di una pagina sognata.

(Verso che mi verrà)



Quel respiro, risacca dell'oceano.

Il mio pietrisco umido scintilla.



Sprofondare da immani scogliere

Sbocciare in zone altissime.



Fulminarsi toccando le stelle.





« Geometria del disordine », Milan, Mondadori, 1981 - Prix Viareggio.



(Traduction d'André Ughetto in « Promenades en poésie italienne contemporaine en 33 auteurs », anthologie établie par Hughes Labrusse, Renzo Milani, André Ughetto, Sud Domaine étranger, Marseille, 1984).



* * * * *



LA CITADELLE



Vois-tu comme l’île ce soir se tord

dans ses vents déchaînés, et quelle furie

la pousse à rompre au cœur de ses abîmes

les amarres du tertiaire, comme elle aspire

au vol épars de ses écorces ses branches

ses feuilles et sables dans les chauds tourbillons?

Venez donc écouter la sarabande,

vous en quête d’une patrie, vous les chercheurs

d’une loi de l’existence, qui croyez

aux digues, aux bastions, aux coulées

de ciment ferreux — vous qui ignorez, aveugles,

notre nature de pèlerins en route

vers un sanctuaire ou vers une source sacrée,

vers une douce vallée pour y fonder

la citadelle de votre rêve —

celle

qui accomplira à son tour la parabole

du néant aux splendeurs, et vous insuffle

cette furie subtile, inextinguible

de vous refaire pèlerins.





« L ’occhio del ciclone Mondadori », 1970 et éd. Oscar Mondadori, 1979, traduit par l’auteur | Revue Po&sie no 28 - 1984.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   03 juillet 2022
Toutes ne sont pas des anges de Sylvie Tenenbaum
Une mère n’a pas à être parfaite (ce terme ne veut rien dire) – ni une victime sacrifiée sur l’autel de la maternité. C’est une femme qui vit avec son histoire et surtout des besoins qu’elle ne doit pas négliger. Être une «  mère suffisamment bonne  », selon l’expression du grand psychologue pour enfants Donald W. Winnicott, est déjà très bien. Y parvenir est un chemin, car, pour plagier Simone de Beauvoir : « On ne naît pas mère, on le devient. »
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   03 juillet 2022
Toutes ne sont pas des anges de Sylvie Tenenbaum
Les différentes façons d’exprimer l’amour maternel vont du plus au moins en passant par le rien, ou le presque rien2. » Pourtant, il nous faut bien accepter que des mères, le plus souvent en raison de leur histoire de vie, ne sont pas capables d’aimer bien leurs enfants. Les mères maltraitantes tourmentent leurs petits (et leurs grands) en huis clos, sachant que jamais – ou presque – elles ne seront démasquées.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   03 juillet 2022
Toutes ne sont pas des anges de Sylvie Tenenbaum
L’empoisonnement, procédé si féminin, était considéré comme un crime particulièrement pervers : une trahison de la confiance. Ces femmes bousculaient le mythe venu du fond des âges de la femme douce et compatissante, provoquant une grande sidération et un véritable tollé dans une population incrédule, conditionnée par des stéréotypes multiséculaires et infondés.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   03 juillet 2022
Toutes ne sont pas des anges de Sylvie Tenenbaum
La psychopathie est une pathologie psychique, une déviance (par rapport à la norme) entraînant des comportements parfois extrêmement dangereux, voire inhumains. Ce trouble concernerait une personne sur 100.
Commenter  J’apprécie          00