AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Pastequefraise   23 mars 2019
Le plus delicieux des delices de Natalie Babbitt
Il fut un temps, un temps oublié, où la terre était jeune encore, toute jeune, une époque lointaine que certains nomment parfois les Temps Anciens. C'était bien longtemps avant qu'il n'y eût des hommes sur cette terre, affairés à fouir le sol et à s'y tailler des parcelles. Les hommes sont apparus bien plus tard, pour y échafauder sans trêve leurs cités et leurs châteaux (qui finissent d'ailleurs toujours par s'écrouler au bout du compte), et pour s'y harceler mutuellement de querelles et d'invitations à dîner. Non, les créatures qui peuplaient la terre en ces premiers temps du monde restaient chacune en son domaine, qu'elles gardaient intact et beau. Dans les montagnes vivaient des nains, au creux des forêts des sylvains; au fond des lacs habitaient des sirènes, et toutes sortes de vents, bien sûr, peuplaient les quatre coins du ciel.
Commenter  J’apprécie          00
Varaha   23 mars 2019
Du neuf avec des vieux ? : Télémédecine d'urgence et innovation en contexte gériatrique de Gérald Gaglio
« Faire » souligne la dimension organisationnelle du cas traité : une valise de télémédecine destinée à assister les personnels des maisons de retraite pour aider les médecins à évaluer des problèmes de santé à distance.
Commenter  J’apprécie          00
Xav93140   23 mars 2019
Confiteor de Jaume Cabré
Au fond de mon coeur je suis allé à Paris, chez toi, au quarante-huit de la rue de Laborde, pour t'entendre dire que tu ne voulais plus de moi et, de la sorte, clore un chapitre sans me sentir coupable et en ayant une bonne raison de pleurer. Mais Sara, après avoir dit non à Paris, se présenta à Barcelone et dit je prendrai volontiers un café.



(page 445)
Commenter  J’apprécie          00
Varaha   23 mars 2019
Du neuf avec des vieux ? : Télémédecine d'urgence et innovation en contexte gériatrique de Gérald Gaglio
Bref, ce qui résiste ici, ce ne sont pas des individus comme dans la partie précédente, mais des technologies !
Commenter  J’apprécie          00
Varaha   23 mars 2019
Du neuf avec des vieux ? : Télémédecine d'urgence et innovation en contexte gériatrique de Gérald Gaglio
Bref, un partenaire (les aides-soignantes) qui semble naturel, docile, car personnel exécutant, voire valorisé par cette initiative (son spectre d’action et de compétence augmente potentiellement), comme le suggère Mme Collibrini, se dérobe et s’éloigne de « la valise ». Et ce d’autant plus que cette tâche supplémentaire à prendre en charge n’a pas la moindre incidence positive sur le salaire. Consécutivement, l’intéressement et l’enrôlement se sont grippés.
Commenter  J’apprécie          00
Julne   23 mars 2019
Mort sur le Nil de Agatha Christie
Quand la porte se fut refermée sur Tim et Rosalie, Poirot eut un regard d’excuse pour le colonel Race. Celui-ci avait l'air plutôt désapprobateur.



- Vous êtes d’accord avec mon petit arrangement, n'est-ce pas ? plaida Poirot. Ce n’est pas régulier, je le sais bien... mais je place très haut le bonheur de mes semblables.



- Pas le mien, en tout cas, répliqua Race.
Commenter  J’apprécie          00
le_Bison   23 mars 2019
Ce que cela coûte de W.C Heinz
Je fis encore signe à Girot, et il nous servit une nouvelle tournée avant de retourner derrière son bar.

- Même s'il transpire la tristesse, il fait un excellent dry martini, dit Dave.

- Y a intérêt. C'est un expert.

- Ah bon ?

- Oui. Quand il levait encore le coude, il en a bu assez pour remplir le lac derrière l'hôtel.

- Il n'aurait jamais dû arrêter.

- C'est un médecin qui lui a fait peur. Il les prenait dans des bouteilles.

- Qui ? Le médecin ?

- Non. Girot.

- Franchement, dit Fred. Des martinis dans des bouteilles, quel gâchis !
Commenter  J’apprécie          21
GeorgesSmiley   23 mars 2019
Le Bonheur à San Miniato de Jean d`Ormesson
Les Alpes bavaroises brillent dans le ciel transparent. La vue s'étend très loin sur l'Autriche et sur la Bavière. On devine la Suisse, vers le sud, avec ses voitures de poste jaunes et ses chocolats aux noisettes. On peut imaginer à la douceur de l'air les jardins des grands-ducs et des chanteuses d'opéra qui se dissimulent, là-bas, derrière les hautes montagnes couvertes d'une neige éternelle, le long des lacs italiens. Le roi fou et Wagner sont venus ici parler de choses vagues et secrètes. La splendeur du paysage incline à la rêverie et à l'exaltation.
Commenter  J’apprécie          11
mcd30   23 mars 2019
Les marais de la colère, tome 1 de Tom Joad
Comme il s'y attendait, le cadavre était là, à une dizaine de mètres à peine. Les alligators n'avaient pas eu la bonne idée de le dépecer et de répandre ses os par le fond.

Les flots torturés par la tempête n'avaient pas eu non plus la pudeur de l'emporter au loin. Ils l'avait souillé de vase, de feuilles et de débris de toute sorte, puis l'avait déposé sur la berge, face contre terre.
Commenter  J’apprécie          10
jostein   23 mars 2019
Théorie de la bulle carrée de Sébastien Lapaque
Je ne transforme pas la nature, je ne la résous pas. Je l’accompagne, je la saisis dans son aléatoire
Commenter  J’apprécie          10
jostein   23 mars 2019
Théorie de la bulle carrée de Sébastien Lapaque
la nature faisait très bien les choses toute seule, sans les interventions désordonnées de l’homme dont les conséquences étaient souvent inverses aux effets escomptés
Commenter  J’apprécie          00
Arthore   23 mars 2019
Le Décalogue, tome 4 : Le serment de Frank Giroud
Si le décalogue reproduit dans ses pages finales est authentique, et d'après la calligraphie il en a tout l'air, il faut absolument le faire connaitre.

Dans ce monde nouveau qui émerge lentement du chaos, son message oecuménique contriburait singulièrement à renforcer la paix! A jeter aux oubliettes les vieux antagonismes religieux.
Commenter  J’apprécie          00
TerrainsVagues   23 mars 2019
Tu tomberas avec la nuit de René Frégni
Il faudrait que je puisse écrire ce qui m'est arrivé depuis dix-huit mois, raconter ce qu'un homme m'a fait subir chaque jour, trouver les mots pour dire son acharnement, peut être sa haine. Chaque jour cet homme se lève pour juger des femmes et des hommes que l'on traîne enchaînés devant lui et chaque soir sans les regarder dans les yeux il envoie des femmes et des hommes vieillir dans de vieilles prisons. Moi non plus il ne m'a jamais regardé dans les yeux, le doute lui fait peur. Penché sur son bureau, il récite des articles de loi en tournant les pages de ses petites mains blanches de prêtre. Il a passé sa vie à juger des gens sans oser les regarder dans les yeux.
Commenter  J’apprécie          20
Liliz   23 mars 2019
L'âge d'or, tome 1 de Roxanne Moreil
Une de nos règles est supérieure à toutes les autres. Ici, il n'y a ni domination ni servage. Personne n'est au service de personne. Je vous invite à y réfléchir...
Commenter  J’apprécie          40
Liliz   23 mars 2019
Le ciel dégringole ! de Florence Desnouveaux
Chatounette, Lapin, Renard et Louve se carapatent dans la nuit.

Tout à coup, ils aperçoivent Ours au milieu du chemin.

Ils freinent, ils freinent.

Hiiiiiiiiiiii !

Trop tard.

Paf ! pif ! Pof ! Pef !
Commenter  J’apprécie          00
Alain Plaisant
aplaisant   23 mars 2019
Alain Plaisant
Indolence et fatalisme doux

D’où je m’ennuie

En inertie, en nonchalance

Comme bœuf au joug repose .



Oxydation, ma vie se rouille

Tel un métal gris, vendu pour une alliance.



Fadeur et fatalisme confondus.

Est arrivée l’heure de m’éteindre

Une fois les chagrins triés, étrillés

Simplement dire « je ne puis rester «



Éboulement de mots qui dégringolent

Estampe de riens, buée de larmes

Inavouable plénitude dans le malaise

Si triste et désarmé, désormais

Devant ces envies non vécues

Je n’aurai fait que passer, qu’y penser.



Fantôme de la vie, mioche songeur aux étoiles

S’imaginant blotti dans les bras d’un père

La belle affaire … Mon père ce zéro …. Alain fini



Cassé et meurtri sans recours,

Des éclats de rêve fiché dans la poitrine.

Je ne suis plus que le reflet



De vos pires pensées



Garçon vieilli dépassé par le malheur

Inconsolable d’infecte nostalgie

S’ébrouant comme chien bâtard

Dans la fragilité du désordre.
Commenter  J’apprécie          10
cicou45   23 mars 2019
Juste quelqu'un de bien de Angéla Morelli
"_[...] Je trouve que la vie est injuste.

_Elle l'est. Injuste. Terrible. Mais aussi excitante et magnifique. Et courte, ma chérie, terriblement courte. Nous n'avons pas de temps à perdre avec les regrets et les remords. La vie est ce qu'elle est. Et nous sommes ce que nous sommes."
Commenter  J’apprécie          61
gabb   23 mars 2019
Naissance d'un pont de Maylis de Kerangal
Les Indiens quand même finissent par se montrer. Depuis le temps. Un beau jour ils sortent du bois et s'approchent pour voir, se coulent dans les buissons sans même froisser les feuilles, et soudain se dressent, immenses. Ils sont là, debout près des cabanes, ils sont armés de lances, et nus. Ils respirent comme des hommes.
Commenter  J’apprécie          10
gabylis   23 mars 2019
Est-ce lui, est-ce elle ? de Pierre-Marie Castaignos
Entre l'amour et l'amitié il y a une différence de degré et non pas de nature.
Commenter  J’apprécie          00
Arthore   23 mars 2019
Le Décalogue, tome 4 : Le serment de Frank Giroud
-Le pardon, c'est "son" affaire! Vous, vous n'êtes que l'un de ses serviteur, et vous ne pouvez en aucune façon préjuger de sa clémence ou de son courroux! Vous n'avez pas le droit de me refuser cette absolution!

-et vous, vous êtes le diable Seferov! On ne pardonne pas au diable.
Commenter  J’apprécie          00