AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
MarcoKerma   25 mai 2019
Texaco de Patrick Chamoiseau
(page 46) "permets-moi de ne pas te décrire le cachot car tu comprends, Marie-Sophie, disait mon papa, il ne faut pas illustrer ces choses-là, afin de laisser à ceux qui les ont construites, la charge totale de leur existence"

(248) " J'aime à lire mon Rabelais, je n'y comprends pas grand-chose mais son langage bizarre me rappelle les phrases étranges de mon cher Esternome pris entre son envie de bien parler français et son créole des Mornes - un état singulier que je ne parvins jamais à restituer dans mes cahiers."

(358) "la Caraïbe appelle un Cervantès qui aurait lu Joyce".
Commenter  J’apprécie          00
Lorenko87   25 mai 2019
Si - Tu seras un homme, mon fils de Rudyard Kipling
Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite

Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,

Si tu peux conserver ton courage et ta tête,

Quand tous les autres les perdront,



Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire

Seront à tout jamais tes esclaves soumis,

Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un homme, mon fils.
Commenter  J’apprécie          00
Blackbooks   25 mai 2019
Chemin de pluie et d'étoiles (compilation tome 1) de Jean-Michel Sananes
Parce que je crois à tout cela



Parce que l'homme

toujours doit savoir rêver

Parce que l'homme

toujours doit savoir aimer

Parce que l'homme toujours

doit savoir douter

Parce que l'homme toujours

doit savoir s'indigner

Parce que l'homme toujours

doit savoir être un enfant

Parce que l'homme

toujours doit savoir pleurer et rire

Parce que l'homme

toujours doit savoir et revenir



Parce que je n'ai d'autre royaume que l'utopie

je crois à tout cela.
Commenter  J’apprécie          10
mcd30   25 mai 2019
La dynastie des Forsyte, tome 1 : Le propriétaire de John Galsworthy
... elle haïssait la puissance subtile de séduction qu'elle ne pouvait s'empêcher tout à fait de reconnaître à Irène.

Mais elle n'en répétait pas moins qu'elle ne voyait pas ce que l'on pouvait trouver d'intéressant chez cette femme.
Commenter  J’apprécie          00
Didinebzh29   25 mai 2019
Le Manoir d'Alderney de Anne Perry
Nous faisons tous des erreurs, Jem. Ce qui compte, c'est la manière dont nous vivons avec elles après. Et comment nous les pardonnons chez les autres ou pas vraiment. Il faut réellement accepter srs torts, sans s'inventer d'excuses ou blâmer autrui. Dès qu'on a dit "j'ai eu tort", on peut aller de l'avant.
Commenter  J’apprécie          00
Sharing   25 mai 2019
Le livre de C de Maurice Chappaz
– Ô maître explique-moi !

– Je l’ai créée parfaite, et lui ai mis un défaut pour qu’elle s’attache à toi.

– Et à moi ?

– Je t’ai mis un défaut pour que tu la fasse souffrir.

– Mais pourquoi ?

– Pour qu’elle te crée une nouvelle âme et s’en crée une aussi que vous n’imaginez pas.

– Mais comment ?

– Le mal vécu l’un par l’autre, l’un pour l’autre, multipliera infiniment tout ce que vous êtes quand vous aurez compris.

– Mais encore comment ?

– Par votre réponse à vous-mêmes. Vous serez devenus l’autre en supportant ce mal d’aventures. Il suffit que l’un le souhaite : les vies seront échangées.
Commenter  J’apprécie          00
fanculo   25 mai 2019
L'incendie de la maison de George Orwell de Andrew Ervin
Debout, et immobile enfin, le corps de Ray Welter restait en mouvement sous le coup d'une houle intérieur incontrôlable. La pluie, une idée de l'humidité plutôt que de vraies gouttes d'eau, s'infiltrant dans son ciré, et jusque dans ses bottes neuves. Tout lui faisait mal.il lutta pour retrouver avec un minimum de certitudele sens du mot sec, la pluie s'accrut, Il en aurai pleuré. .......
Commenter  J’apprécie          00
mcd30   25 mai 2019
La dynastie des Forsyte, tome 1 : Le propriétaire de John Galsworthy
... il avait assez vu Irène pour sentir le magnétisme qu'elle exerçait sur les hommes. Elle n'était pas flirt, pas même coquette...

...Parlez lui d'une qualité innée chez quelques femmes, d'un pouvoir de séduction qui dépasse leur volonté !
Commenter  J’apprécie          00
 Le Canard enchaîné
Ziliz   25 mai 2019
Le Canard enchaîné
■ UN BON DÉBOUCHÉ.

Le Docteur Alberto Maalouf est un vrai bienfaiteur de l'humanité, doublé d'un sauveur des âmes perdues, nous surprend 'Le Parisien' (21/05). Mais de méchants juges veulent embastiller ce catho illuminé, fondateur de l'association Notre Dame Mère de la Lumière.

Pour la justice, le praticien serait un gourou qui cherche à abuser de ses fidèles. Pourtant, à en croire l'un de ses adeptes, il fait des miracles : « Il a réussi à déboucher la tuyauterie de ma douche en y déversant de l'eau de Lourdes. »

Saint Destop, priez pour eux !



▪️ Le Canard enchaîné, 22/05/2019
Commenter  J’apprécie          10
palamede   25 mai 2019
Proust contre Cocteau de Claude Arnaud
Espérant se parfaire par cooptation, il [Jean Cocteau] valorisera autrui en le décrétant volontiers plus beau, fort ou viril que lui ; Narcisse incapable de s’aimer, il dépend de lui pour s'offrir une image magnifiée. Un ange tombé sur terre avec un sac rempli d’ailes de rechange, dira-t-il de lui-même.
Commenter  J’apprécie          30
Sachenka   25 mai 2019
Il était une lycéenne de Jolán Földes
- [...] Au fond, quel est le but de votre vie?

- Hum, le but de ma vie? Quelles questions difficiles elle me pose aujourd'hui, cette petite!

Il rit encore :

- Je verse une pension alimentaire à ma femme ; je paie les traitements de mes employés, mes impôts à l'État - je suis une institution d'utilité publique, Matsa! Faut-il qu'une telle institution ait un but spécial dans l'existence?

- Mais certainement! Dès qu'une institution a perdu son but, elle est surannée et doit disparaître. D'ailleurs, on n'est pas encore une institution d'utilité publique en exploitant ses ouvriers, en leur faisant bâtir des maisons et en vivant de leur travail.

- À moins que mes ouvriers ne m'exploitent en me faisant dessiner des plans de maisons et en vivant de mon travail.

- S'il en est ainsi, vous êtes aussi un prolétaire. Mais alors c'est le grand capital qui vous exploite, non pas vos ouvriers.

Il acquiesça de la tête : «Oui, c'est le grand capital» et dit qu'il voudrait bien prendre de la bière fraîche. Parfois, il n'y a vraiment pas moyen de lui parler sérieusement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pit31   25 mai 2019
Appellation contrôlée de Dick Francis
Rendons-lui cette justice, l'agent ne perdit pas de temps une fois qu'il eut compris que le tissu de la veste de Gérard n'était pas moucheté de rouge à l'origine.

Nous nous retrouvâmes bientôt au service des urgences de l'hôpital local. Gérard fut emmené sur-le-champ et distrait à ma vue, tandis qu'on me faisait asseoir à une petite table où je posai mon bras nu. Une infirmière d'un certain âge commença à en extirper les plombs avec une fine pince de métal.

- On dirait que vous avez l'habitude, lui dis-je.

- Je m'entraîne cheque année pendant la période de la chasse me répondit-elle.

Elle s'appliqua jusqu'à ce que onze petits plombs noirs, semblables à de minuscules grains de poivre, flottent dans l'eau rougie de la bassine. Ils étaient de taille suffisante pour tuer chacun un faisan.
Commenter  J’apprécie          00
Gehenne   25 mai 2019
Un traître à notre goût de John Le Carré
(Perry, professeur, contacté par un oligarque russe, s'entretient avec Hector, un haut responsable du Renseignement pour Sa Majesté) :

"-Comment on fait pour sauver l'Angleterre ? Et de quoi ? D'accord d'elle-même. Mais de quelle partie d'elle-même ?

Ce fut au tour d'Hector de se montrer pensif.

" Vous allez devoir vous contenter de notre parole.

-La parole de votre Service ?

-Dans l'immédiat, oui.

-Et elle a quelle valeur ? Les gentlemen qui mentent pour le bien de leur pays, c'est bien vous, non ?

-ça, c'est les diplomates. Nous, on n'est pas des gentlemen.

-Alors vous mentez pour sauver votre peau.

-Encore raté, ça, c'est les hommes politiques. Rien à voir."
Commenter  J’apprécie          00
Anne578869   25 mai 2019
Le Colisée: L'histoire et le mythe de Mary Beard
La vague d’imitation qu’inspira ce monument constituait peut-être l’indication la plus nette de son importance dans le monde romain. S’il existait plusieurs autres amphithéâtre en pierre de construction antérieure, après son édification, il semble que le Colisée soit devenu le modèle pour la plupart (si ce n’est la totalité) de ceux qui surgirent de terre, tant en Italie que dans les provinces de l’empire, soit plus de deux cents bâtiments à la fin du IIème siècle de notre ère, selon les récentes estimations.



P. 41
Commenter  J’apprécie          00
ChristineZ   25 mai 2019
Le cercle de Bernard Minier
Paul Lacaze ne puisait toutefois pas dans ses deniers personnels pour rétribuer son assistante. Comme chaque député, il recevait de l’État 8 859 euros par mois pour la rémunération de ses collaborateurs, dont il était libre de choisir le nombre, à condition de ne pas en avoir plus de cinq, les tâches auxquelles il les affectait et même le salaire qu’il leur versait. S’ajoutaient à cette enveloppe sa propre indemnité parlementaire : 5 189, 27 euros, ainsi qu’une généreuse «indemnité représentative de frais de mandat» de 6 412 euros brut, sur l’utilisation de laquelle l’Assemblée n’exerçait aucun contrôle. Enfin, tous ses déplacements en première classe sur le réseau ferré national ainsi que tous ses frais de communications téléphonique et informatique étaient pris en charge - ce qui lui évitait d’avoir à puiser dans l’indemnité précédemment citée. Bien entendu, personne n’aurait eu l’inconvenance de lui demander de rembourser une partie de ces frais s’il s’était avéré qu’il n’en dépensait pas la moitié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sylviegeo   25 mai 2019
Dans l'ombre du brasier de Hervé Le Corre
Nicolas et le Rouge le regardent partir vers la barricade de l'avenue de l'Empereur, traînant des pieds, son fusil à l'épaule.

- Qu'est-ce qu'on attend? demande le Rouge.

- J'en sais rien.C'est une drôle de question, non ? En principe on sait ce qu'on attend, tu crois pas ? Ou alors, on espère quelque chose et c'est vague.

- Du pain pour les mioches et des écoles pour qu'ils soient moins couillons que nous ?

- Par exemple.

- Mais ça suffit pas de l'attendre. C'est pas comme un train. Si tu vas pas le chercher, ça n'arrive pas tout seul. La Commune c'est ça, je crois. On est allés la chercher sans attendre encore des siècles que ça nous tombe tout rôti dans la gueule.
Commenter  J’apprécie          30
Musardise   25 mai 2019
Le Juif de Malte de Christopher Marlowe
BARABBAS

[...] Pourquoi me hait-on si ce n'est pour ma chance ?

Qui, de nos jours, est respecté hormis pour sa richesse ?

Je préfère être juif et haï de la sorte

Qu'un pauvre chrétien inspirant la pitié :

Car toute sa foi ne produit d'autres fruits

Que la méchanceté, l'hypocrisie et l'orgueil

Qui vont à rebours de l'éthique qu'ils professent.



Acte I, scène I
Commenter  J’apprécie          10
Paul Verlaine
sarahorchani   25 mai 2019
Paul Verlaine
Elle aime le Pauvre âpre et franc

Ou timide, elle est la faucille

Dans le blé mûr pour le pain blanc

Du Pauvre, et la sainte Cécile

Et la Muse rauque et gracile

Du Pauvre et son ange gardien

À ce simple, à cet indocile.

Louise Michel est très bien.
Commenter  J’apprécie          00
Victor Hugo
Caliban   25 mai 2019
Victor Hugo
Qui que vous soyez qui voulez cultiver, vivifier, édifier, attendrir, apaiser, mettez des livres partout .

Paroles prononcées par le grand Victor à l'ouverture du Congrès littéraire international de 1878
Commenter  J’apprécie          30
Florel   25 mai 2019
À l'origine notre père obscur de Kaoutar Harchi
Et je parle, je parle, et je lui dis merci de m'avoir préparée, avec dureté, avec distance, avec froideur à ce qui désormais m'attend. Je lui dis merci de m'avoir habituée au manque, à l'insuffisance, à la rareté, merci, car grâce à elle plus jamais je n'aurai faim, plus jamais je n'aurai soif, plus jamais je ne serai seule.

Je lui dis merci pour son amour qui ne m'a jamais comblée, pour sa présence qui ne m'a jamais satisfaite, pour ses baisers qui ne m'ont jamais consolée. Merci de m'avoir appris, en m'aimant de si loin, en m'aimant si peu, en m'aimant si mal, à devenir ma propre mère, à m'aimer moi-même.
Commenter  J’apprécie          10