AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Prudence   21 septembre 2018
Comment Dulcinée Del Tabasco a voulu mourir de Éric Herbette
(Dulcinée). "Salaud, fumier, la paille au cul et le feu dedans!"
Commenter  J’apprécie          00
Prudence   21 septembre 2018
Comment Dulcinée Del Tabasco a voulu mourir de Éric Herbette
T'es drôle Ferzi... toujours le joguingue gondolant! Brave zimal...

(Puis, elle lui peigne le front en mouillant ses doigts... puis lui nettoie le cul de la même façon et enfin lui souffle dessus...)

Pffffffffffffffffffffffffffffff... t'as la tête et le cul propre.

Pourrait dire au revoir à sa maman et aller à l'école pour y apprendre des tas de conneries à bien obéir ouin ouin.

À se courber pour dire merci et se fendre un peu plus le cul!
Commenter  J’apprécie          00
Prudence   21 septembre 2018
Comment Dulcinée Del Tabasco a voulu mourir de Éric Herbette
Et toi, c'est tout près du zigoumètre.

Et pis pour voir plus large, c'est peine perdue que de croire à des points communs.

Sont cons les ouins ouins à chercher ça et à penser que des fois y trouvent.
Commenter  J’apprécie          00
Marti94   21 septembre 2018
Canaries - 3ed de Lonely Planet
Lanzarote

Sculptures modernes

L'île dans son ensemble est une sorte d'oeuvre d'art géante, principalement en raison de l'empreinte qu'y a laissée César Manrique. Sculptures en plein air, musées, architecture et galeries exceptionnelles raviront les amateurs.
Commenter  J’apprécie          00
Marti94   21 septembre 2018
Canaries - 3ed de Lonely Planet
Lanzarote

Champs de lave

Le sombre paysage volcanique de l'île participe à son atmosphère dramatique, notamment au parc national de Timanfaya où se déploient des sommets ondoyants et des gouffres, le tout sur fond de couleurs changeantes. Découvrir en voiture les quelques 300 cônes volcaniques qui émaillent l'intérieur de l'île est une expérience extraordinaire.
Commenter  J’apprécie          00
blandine5674   21 septembre 2018
4 3 2 1 de Paul Auster
Les deux fois où ses parents casaniers se décidèrent à sortir le soir, la possibilité de se laisser aller à de vraies culbutes, à moitié nus sur le lit de la chambre d’Amy, avec toujours cette vieille peur que la porte s’ouvre brusquement au pire moment. Frustrés de ne pouvoir faire ce qu’ils voulaient de leur vie, de leur frénésie hormonale, contrariée par les circonstances.
Commenter  J’apprécie          20
lokipg   21 septembre 2018
Le crépuscule des elfes de Jean-Louis Fetjaine
— Les hommes ont toujours eu peur de tout. La foudre, la tempête, les torrents, la forêt, la montagne... Et tout ce qu'ils craignaient était divin à leurs yeux : le soleil, les étoiles, les grands arbres ou les pierres. Et voilà qu'ils se mettent à ne plus vénérer qu'un dieu. Un dieu unique qui remplace tous les autres, à la fois le père et le fils, le ciel et l'esprit. C'est ce qu'il leur manquait, tu comprends ? Une force unique, toute simple, la seule explication de l'univers et de tous ces mystères...
Commenter  J’apprécie          10
Cerbere1975   21 septembre 2018
Complètement cramé ! de Gilles Legardinier
Certains objets ont le pouvoir d'abolir le temps, mais jamais la peine. Le réconfort qu'ils vous procurent se paie. Le bonheur qu'ils semblent raviver s'en va d'autant plus loin quand vous les relâchez, comme le ressac d'une vague.
Commenter  J’apprécie          10
badpx   21 septembre 2018
Charles de Gaulle. Tome 1 : 1916 - 1921 de Claude Plumail
Se faire décorer par un général qui a combattu avec l'Allemagne pour avoir mis en échec un général qui a combattu comme allié de la France, quelle ironie.
Commenter  J’apprécie          00
mikaelunvoas   21 septembre 2018
Meilleurs voeux de Mostar de Frano Petrusa
Tiens, une Zastava ici !!! J'avais complètement oublié cette bagnole à Zagreb où on en trouve plus...
Commenter  J’apprécie          00
sabine59   21 septembre 2018
Champs de Castille ;: Précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes, et suivi des Poésies de la guerre de Antonio Machado


Une claire nuit

de fête et de lune,

nuit de mes rêves,

nuit d'allégresse,



la plus jeune fée

m'emmena dans ses bras

à la fête joyeuse

qui flambait sur la place.



Sous le crépitement

des lampions ,

l'amour tissait

l'écheveau des danses.
Commenter  J’apprécie          30
Wozniaksandy   21 septembre 2018
Même pour des milliers d'années de Dahlia Ravikovitch
Même les rochers craquent, je te le dis,

et pas à cause de l'âge.

Pendant des années, ils sont couchés sur le dos

dans la chaleur et le froid,

tant d'années,

cela crée presque l'illusion du calme.

Ils ne bougent pas, donc les fissures restent cachées.

Une sorte de fierté.

Les années passent au fil de leur attente.

Celui qui va les briser

n'est pas encore venu.

Et ainsi la mousse fleurit, l'algue

fouette,

la mer éclate et recule -

et pourtant elles semblent immobiles.

Jusqu'à ce qu'un petit phoque vienne frotter contre les rochers,

va et vient.

Et soudain, la roche a une plaie ouverte.

Je vous l'ai dit, quand les rochers se cassent, c'est une surprise.

D'autant plus les gens.
Commenter  J’apprécie          10
Wozniaksandy   21 septembre 2018
Même pour des milliers d'années de Dahlia Ravikovitch
Qui veut partager la lumière

la lumière est à lui.

Et tout homme sera libre comme l'oiseau migrateur

d'aller et de venir,

à l'exception d'un seul

qui m'appartient.
Commenter  J’apprécie          10
Wozniaksandy   21 septembre 2018
Même pour des milliers d'années de Dahlia Ravikovitch
et ce qui ne sort pas de la maison,

se flétrira rapidement comme un papillon de nuit

sans que personne le garde

et le protège,

et lui accorde la moindre valeur ou le volume

d'une poterie brisée
Commenter  J’apprécie          00
Wozniaksandy   21 septembre 2018
Même pour des milliers d'années de Dahlia Ravikovitch
Pas d'histoire sur une possible rédemption,

il voyait sa vie telle qu'elle se traînait

étalée devant lui et se rétrécir,

aussi ordinaire qu'un bocal de légumes aigres,

jusqu'à la mort naturelle soudaine ou retardée
Commenter  J’apprécie          00
Wozniaksandy   21 septembre 2018
Même pour des milliers d'années de Dahlia Ravikovitch
Les années ont une manière de creuser

de mystérieux et secrets changements,

il lui est facile de s'en rappeler.

Elle eut de grands jours.

Dommage que si proche de la fin

elle ait perdu soudain la capacité

de renoncer à la vie
Commenter  J’apprécie          00
Wozniaksandy   21 septembre 2018
Même pour des milliers d'années de Dahlia Ravikovitch
« Les choses vraiment belles

ne se trouvent pas dehors

mais souvent à l’intérieur d’une pièce

quand les portes sont fermées

et les volets tirés. »
Commenter  J’apprécie          00
Wozniaksandy   21 septembre 2018
Même pour des milliers d'années de Dahlia Ravikovitch
Comment finiras-tu enfant,

comment finirai-je?

Nous sommes restés assis pendant sept ans au bord du volcan

dans un nuage de vapeurs de soufre.

Cours, sauve-toi, enfant,

grimpe sur les ailes des mouettes

ta mère (c'est moi) dit

que des troupeaux de menu et de gros bétail broutent l'herbe

et les étincelles volettent

et un oiseau chanteur est porté disparu

nulle trace de ses ailes nulle trace de son bec

il s'agit de mon oiseau, en fait, de celui qui m'est le plus cher de tous les oiseaux.

Une mère et un enfant un enfant et une mère

récit biblique

un enfant grandit et devient homme

par le plus court.
Commenter  J’apprécie          00
Wozniaksandy   21 septembre 2018
Même pour des milliers d'années de Dahlia Ravikovitch
Le fracas des eaux



Un oiseau a pépié comme un fou

jusqu’à l’épuisement

avant de pleurer ;

j’ai sombré dans un nuage de tendresse,

j’ai sombré

et je me suis dissoute.

En fait non, je me suis noyée dans l’océan

un homme là-bas m’a aimée

sans épargner un seul ongle.

Sa main empoignait mes cheveux

dans l’océan houleux

je me voyais brisée.

Sa main tirait mes cheveux

dans les flots de l’océan

je ne me souviendrai plus de rien.
Commenter  J’apprécie          00
Wozniaksandy   21 septembre 2018
Même pour des milliers d'années de Dahlia Ravikovitch
À la mémoire d’Antoine de Saint-Exupéry



Une lune menaçante brillait,

l’air de dire, en pleine nuit

rappelle-toi qu’en quarante-trois

mourait Antoine

de Saint-Exupéry.



Ça fait maintenant vingt-et-un ans

et des bouts de papier fleurissent dans le vent,

ça fait déjà vingt-et-un ans

et la mer bleuit à chaque printemps,

ça fait maintenant vingt-et-un ans

et tous ses os sont tombés en poussière.

Vingt-et-un,

vingt-et-un,

et les vivants ont vécu sans lui.

Il y a vingt-et-un ans,

son avion est tombé dans la Méditerranée,

ballotté par les vents puissants du printemps.



Le monde n’est plus ce qu’il était

l’herbe et le vent,

le vent et le sable.

Clairement, un monde

dont est absent

Saint-Exupéry.



On ne vit pas éternellement,

oh non, on n’est pas éternels,

mais s’il avait été sauvé

cette fois-là,

en mars quarante-trois,

il serait encore avec nous

un atome scintillant,

une rose sous le vent,
Commenter  J’apprécie          00