AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
book-en-stock   24 février 2018
Kernok le pirate de Eugène Sue
Tu comprends bien... nous coulerons, et attends toi à voir plutôt cela qu'un marsouin fumer une pipe.
Commenter  J’apprécie          20
Nastasia-B   24 février 2018
La ferme des animaux de George Orwell
Quelle est donc, camarades, la nature de notre existence ? Regardons les choses en face : nous avons une vie de labeur, une vie de misère, une vie trop brève. Une fois au monde, il nous est tout juste donné de quoi survivre, et ceux d'entre nous qui ont la force voulue sont astreints au travail jusqu'à ce qu'ils rendent l'âme. Et dans l'instant que nous cessons d'être utiles, voici qu'on nous égorge avec une cruauté inqualifiable. Passée notre première année sur cette terre, il n'y a pas un seul animal qui entrevoie ce que signifient des mots comme loisir ou bonheur. Et quand le malheur l'accable, ou la servitude, pas un animal qui soit libre. Telle est la vérité.

Et doit-il en être tout uniment ainsi par un décret de la nature ? Notre pays est-il donc si pauvre qu'il ne puisse procurer à ceux qui l'habitent une vie digne et décente ?



Chapitre I.
Commenter  J’apprécie          40
Louis-Ferdinand Céline
Nastasia-B   24 février 2018
Louis-Ferdinand Céline
Pauvre banlieue parisienne, paillasson devant la ville où chacun s'essuie les pieds, crache un bon coup, passe, qui songe à elle ? Personne. Abrutie d'usines, gavée d'épandages, dépecée, en loques, ce n'est plus qu'une terre sans âme, un camp de travail maudit, où le sourire est inutile, la peine perdue, terne la souffrance, Paris «le coeur de la France», quelle chanson ! quelle publicité ! La banlieue tout autour qui crève ! Calvaire à plat permanent, de faim, de travail, et sous les bombes, qui s'en soucie ? Personne, bien sûr. Elle est vilaine et voilà tout. Les dernières années n'ont pas arrangé les choses. On s'en doute. Banlieue de hargne toujours vaguement mijotante d'une espèce de révolution que personne ne pousse ni n'achève, malade à mourir toujours et ne mourant pas. Il fallait une plume ardente, le don de vaillance et d'émoi, le talent de haute chronique pour ranimer ces pauvres sites, leurs fantômes, leurs joies évadées, leurs grandeurs, leurs marbres, leurs souffles à méchante haleine.

La banlieue souffre et pas qu'un peu, expie sans foi le crime de rien. Jamais temps ne furent plus vides.



Préface du livre d'Albert Sérouille : Bezons à travers les âges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Chrichrilecture   24 février 2018
Sans elle de Amélie Antoine
Au fur et à mesure que l’après - midi s’étire, au fur et à mesure que le paquet d’affiches diminue , Patricia réalise à quel point son geste doit sembler dérisoire et pitoyable . Accrocher des avis de recherche pour sa fille comme on en accrocherait pour un chien ou un chat égaré. D’ailleurs, à la boulangerie, la vendeuse a scotché la feuille A4 juste à côté de la photo d’un teckel marron, Bandit , qu’il s’appelle , et son maître promettait une récompense à quiconque le ramènerait . Est - ce qu’elle aussi aurait dû mentionner une récompense pour sa Jessica ? Est-il plus facile de retrouver un chien qu’une petite fille ?
Commenter  J’apprécie          00
Fire80   24 février 2018
Lettres à l'archiduchesse Marie-Christine 1760-1763 : Je meurs d'amour pour toi... de Isabelle de Bourbon Parme
Ma très chère demoiselle, Etre privée de votre présence est un martyr qui n’est pas facile à confier. Quiconque a eu le privilège de vous voir peut ressentir ce que siginifie cette absence et de ne plus maîtriser le moindre repos. Plus la moindre joie, pas le moindre plaisir, tout devient fade, on ne peut espérer mieux que tristesse et douleur, les choses les plus agréables perdent de leur substance. Même la musique, la seule consolation pour tous les êtres, n’est plus suffisante pour remettre les idées désorientées à leur juste place.
Commenter  J’apprécie          00
Fire80   24 février 2018
Lettres à l'archiduchesse Marie-Christine 1760-1763 : Je meurs d'amour pour toi... de Isabelle de Bourbon Parme
Je vous écris encore, sœur cruelle, bien que je sois à peine partie, je ne peux supporter d'attendre de connaître mon destin, et de savoir si vous me considérez digne de votre amour, ou bien si vous voulez que je me jette dans le fleuve ... Je ne réussis à penser à rien, seulement que je suis très amoureuse.
Commenter  J’apprécie          00
netsuke   24 février 2018
Il y a quelqu'un dans la maison... de Patricia Darré
Quand on récite ainsi une prière dans un but déterminé, il faut plus s'attacher à la fréquence sur laquelle vibrent les mots qu'à leur signification, même si celle-ci est importante. La vibration des mots accentue leur sens et leur portée. Et c'est la fréquence émise par les mots qui va toucher le sujet avec lequel nous voulons communiquer.
Commenter  J’apprécie          00
netsuke   24 février 2018
Il y a quelqu'un dans la maison... de Patricia Darré
Durant la même nuit, en m'endormant, je vis les faces grimaçantes du carrousel de l'horreur, avant de sombrer dans un profond sommeil. J'en fus tirée vers 3h30 du matin, heure souvent choisie par les entités pour se manifester, non parce qu'elles sont ponctuelles, mais parce qu'il semblerait qu'à cette heure-là un pont se forme entre nous et les autres dimensions.

Je me réveillai brutalement et devant moi, au pied de mon lit, se tenait un homme aux cheveux roux, au nez écrasé, debout dans des vêtements propres et soignés, un chapeau noir aux larges bords tenu serré contre sa poitrine.
Commenter  J’apprécie          00
netsuke   24 février 2018
Il y a quelqu'un dans la maison... de Patricia Darré
Ce n'est pas la première fois que je vois des instruments technologiques, tels qu'un téléphone, être utilisés d'une manière inexplicable par des forces qui le sont tout autant. Et ce n'est pas moi qui ai découvert ce phénomène, mais le Suédois Friedrich Jürgenson, un peintre et cinéaste qui , en juin 1959, alors qu'il réécoutait un enregistrement de chants d'oiseaux, crut entendre une voix parlant en norvégien.

Il pensa d'abord à une interférence radiophonique, puis il se rendit compte qu'il n'y avait pas d'émetteur là où l'enregistrement avait été réalisé.

Il fit d'autres enregistrements et capta d'autres voix, dont celle de sa mère défunte. Il décida alors de transcrire ces messages, venant de parents ou amis décédés, et il les rassembla dans un ouvrage publié en 1964, Voices from Space.

Ainsi naquit ce qu'on allait appeler la transcommunication instrumentale, qui consiste à capter des voix venues d'ailleurs sur bande magnétique, ordinateur et même, plus tard, des images sur écran télé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
netsuke   24 février 2018
Il y a quelqu'un dans la maison... de Patricia Darré
Comme je l'explique souvent, les matérialisations se développent mieux dans des lieux où filtre peu de lumière, où l'atmosphère est glaciale ; d'ailleurs tous ceux qui témoignent d'apparitions fantomatiques racontent l'abaissement de la température, et parlent d'un taux d'humidité très élevé (l'eau est conductrice d'électricité, or les matérialisations sont des manifestations électromagnétiques).
Commenter  J’apprécie          00
Petit-Jean   24 février 2018
Chimaeris de Eric Tourville
Decker lui avait proposé de le retrouver devant le bâtiment consacré à l’hominisation à dix heures trente. À l’exception d’un groupe d’une dizaine d’étudiants, il n’y avait absolument personne dans le vaste hall.

Fremont comprit mieux pourquoi en découvrant que la plupart des pièces exposées dans les salles consistaient en des moulages de crânes incomplets.

– Ils proviennent de différentes espèces du genre Homo, précisa Decker, erectus, habilis, ergaster, floresiensis.

L’anthropologie donnait l’impression d’une science aride. Une vaste salle reconstituait une savane africaine un peu poussiéreuse. L’ensemble était sombre à cause des verrières qui diffusaient une faible lumière automnale — un paysage crépusculaire peuplé d’espèces mortes.

Commenter  J’apprécie          00
Petit-Jean   24 février 2018
Chimaeris de Eric Tourville
Une fois loin de la clairière, elle quitta la route suivant d’un regard nostalgique la lune dont le disque osseux voguait derrière un nuage. Elle pénétra plus avant dans la forêt et disparut.

Elle restait absente des heures durant et revenait au mobile home juste avant que Gus ne se réveille.
Commenter  J’apprécie          00
Petit-Jean   24 février 2018
Chimaeris de Eric Tourville
Officiellement, Neanderthalensis et Sapiens coexistèrent pendant quelques millénaires. En réalité, Neanderthalensis a disparu parallèlement à la lente progression de Sapiens en Europe. Les derniers individus de l’espèce ont été acculés à Gibraltar avant d’être complètement exterminés. Sapiens était le plus fort, il a éliminé un concurrent et l’a remplacé. Il s’agissait ni plus ni moins que d’une extinction. Il n’y avait pas de place pour deux espèces humaines sur la planète. Nous avons gagné et ils ont disparu.
Commenter  J’apprécie          00
Petit-Jean   24 février 2018
Chimaeris de Eric Tourville
Murray marqua un temps d’hésitation avant de continuer :

– Certains lieux seraient des portes vers autre chose. Appelez ça comme vous voulez : univers parallèles, passé ou futur. Toujours est-il que quand ces verrous s’ouvrent, les choses se passent généralement mal.

Fremont imagina des galeries conduisant vers des mondes inconnus et il réprima un frisson.

Commenter  J’apprécie          00
coco4649   24 février 2018
Valéry : Oeuvres, tome 2 de Paul Valéry
 

 

L'espérance se mire et se voit des ailes de victoire.





//Tel quel //RHUMBS



p.612

Commenter  J’apprécie          10
coco4649   24 février 2018
Valéry : Oeuvres, tome 2 de Paul Valéry
 

 

Ecrire en Moi-naturel. Tels écrivent en Moi-dièze





//Tel quel //RHUMBS



p.630

Commenter  J’apprécie          00
coco4649   24 février 2018
Valéry : Oeuvres, tome 2 de Paul Valéry
 

 

Si je rougis d'avoir peur, j'ai peur de rougir.





//Tel quel, //Analecta



p.707
Commenter  J’apprécie          00
LauraLi   24 février 2018
Et si c'était vrai... de Marc Levy
« Tu veux comprendre ce qu’est une année de vie : pose la question à un étudiant qui vient de rater son examen de fin d’année. Un mois de vie : parles-en à une mère qui vient de mettre au monde un enfant prématuré et qui attend qu’il sorte de sa couveuse pour serrer son bébé dans ses bras, sain et sauf. Une semaine : interroge un homme qui travaille dans une usine ou dans une mine pour nourrir sa famille. Un jour : demande à deux amoureux transis qui attendent de se retrouver. Une heure : questionne un claustrophobe, coincé dans un ascenseur en panne. Une seconde : regarde l’expression d’un homme qui vient d’échapper à un accident de voiture, et un millième de seconde : demande à l’athlète qui vient de gagner la médaille d’argent aux jeux Olympiques, et non la médaille d’or pour laquelle il s’est entraîné toute sa vie. »
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   24 février 2018
L'Ange Hypnovel de Françoise Clédat
L’ANGE HYPNOVEL





extrait 2



     Je ne t’ai pas accompagné dans la nuit de ta mort

[…]



près de toi à côté de toi

près de moi à côté de moi

confiante

sans moi

à hypnovel

je t’ai laissé



tu dormais

je ne t’ai pas appelé



tu dormais je t’ai appelé tu ne t’es pas

réveillé



je n’ai pas vu venir la nuit de ta mort elle est venue

je n’ai pas vu

qu’elle était

la nuit de ta mort...
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   24 février 2018
L'Ange Hypnovel de Françoise Clédat
L’ANGE HYPNOVEL





extrait 1



     Je ne t’ai pas accompagné dans la nuit de ta mort



Dans la nuit de ta mort j’ai dormi de mon sommeil de vivante

tandis que

tu t’enfonçais

dans le sommeil

je ne savais



Je ne t’ai pas bercé je t’ai laissé

seul t’enfoncer

dans le sommeil je ne savais

être celui de ta mort



près de toi à côté de toi

près de moi à côté de moi

confiante

je t’ai laissé

seul

t’endormir

du sommeil je n’ai pas vu

être celui de ta mort

Commenter  J’apprécie          00