AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
marina53   23 octobre 2018
Un été à quatre mains de Gaëlle Josse
Au creux des nuages

La lune pleine doit se cacher,

Pour que les hommes

Ne voient pas ses larmes
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   23 octobre 2018
Demeures de mots et de nuit de Cécile Oumhani
Retrouver la source des mots…





Retrouver la source des mots. L’intimité avec le lit caché de nos jours. L’autre de l’ombre. L’autre éperdu. Source vive, eau multiple aux rives obscures.



Le ciel, aire du passé

Murmure à notre conscience endormie.



Retenir la trace sombre

Le legs de nos visiteurs muets.



Où es-tu ?

Dans ces cortèges d’étoiles mortes

Qui éclairent nos nuits.



Et le sol... à nos pas sourds

Tant d’histoires perdues.

Commenter  J’apprécie          00
coco4649   23 octobre 2018
Demeures de mots et de nuit de Cécile Oumhani
Reconstructions…





Reconstructions



Des peupliers pour le séjour d’âmes mortes. Migration de la sève, espoir d’ascension. Le souffle des feuilles panse l’acuité des lignes. La terre rêve le repos de courbes rendues. Étreinte patiente pour une consolation muette. Terme des mutilations, toute soumission abolie.



Et le temps pour l’oubli

Il s’élève à pas lents vers la nuit

Commenter  J’apprécie          00
mandrake17   23 octobre 2018
Lucky Luke, tome 30 : Calamity Jane de Morris
Une femme qu’on ne respecte pas n’est pas une dame.
Commenter  J’apprécie          00
OlivierH77   23 octobre 2018
Ève sous la neige de Jun Ishikawa
Lorsque l'on se lance en avant avec une idée en tête, le monde est toujours là pour vous arrêter aussitôt, usant de circonstances, puis il en profite pour vous dissoudre au sein de celles-ci. Il faut sans doute considérer que l'individu résistant à cette dissolution et se figeant dans son obstination est un imbécile.



Extrait du récit "Le buisson ardent"
Commenter  J’apprécie          00
OlivierH77   23 octobre 2018
Ève sous la neige de Jun Ishikawa
Lorsque je parlais de dépravation, je me représentais volontiers l'ensemble immonde de ces hommes se pressant les uns les autres en désordre dans un univers de boue, en vociférant, en grondant de concert, mais je pris alors conscience que même au coeur de l'avilissement, chacun était toujours seul.



Extrait du récit "Le buisson ardent"
Commenter  J’apprécie          00
gorjuss   23 octobre 2018
Anamnèse de Lady Star de Laurent Kloetzer
Il faisait sombre, la nuit tombait,

je voulais économiser ma lampe,

je poussais les portes avec méfiance,

j’ai senti un autre parfum,

thym, caramel, viandes rôties.



Il y avait de la lumière dans le café,

une table y était mise, pour deux,

bien trop grande,

décorée de fleurs de verre et de chandeliers.

La lumière des bougies dessinait un cercle,

j’ai compris tout de suite sa dimension symbolique.



Quelqu’un m’invitait.

J’ai eu le choix,

j’aurais pu tourner le dos,

dormir sous l’escalier,

repartir à l’aube et je n’aurais rien vu,

j’aurais pris dès lors la route des Saintes-Maries-de-la-Mer.



Je me méfiais,

je me disais que cette lumière aurait un prix.



Mais je me tenais à l’orée de l’hiver,

j’avais froid, j’avais faim,

la lassitude et la tristesse me pesaient

dans tout le corps.

L’homme n’est pas fait pour la solitude.

J’ai franchi la ligne,

j’ai quitté la nuit pour entrer dans la lumière.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   22 octobre 2018
Chant d'herbe vive de Cécile Oumhani
Tu scandes le passé…





Tu scandes le passé

Par des chemins creux

Qui s’abîment dans la brume

Tu cherches à l’orée de tes doigts

La parole du torrent

Où s’est replié

Le verbe d’autres destinées
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   22 octobre 2018
Chant d'herbe vive de Cécile Oumhani
Au cœur du bois…





Au cœur du bois, le cercle d’un étang gelé, lieu d’un regard possible... Une vaste paume de glace, avant-goût de migrations stellaires. Autre saveur par-delà l’être et la nuit qui ricoche sur une surface grise. Nos corps engourdis se figent loin du rêve. Se pencher vers l’hiver et y transcrire les mutations qui ont scellé notre exil. Dans les feuillages recroquevillés sous le givre, lire la fragilité de notre passage.
Commenter  J’apprécie          00
OlivierH77   22 octobre 2018
Ève sous la neige de Jun Ishikawa
Je cherchai Hanako des yeux : sur le lit, une femme dont je me demandais presque si c'était bien elle, complètement nue, était baignée par la lumière lunaire jusque dans les moindres replis de sa chair ; de sa peau lisse émanait également une lueur telle un reflet, alors qu'elle se présentait là, dans une pose aussi totalement abandonnée que l'anatomie humaine le permet au corps humain ; donnant l'impression de danser, elle était couchée sur le dos, ses jambes jetées en l'air, ses cheveux en désordre, et de sa gorge elle faisait résonner un rire qui se répercutait dans toute la pièce comme le son d'un grelot.



Extrait du récit "Le buisson ardent"
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   22 octobre 2018
Des sentiers pour l'absence de Cécile Oumhani
Le cercle est fermé…





Le cercle est fermé

Au-delà de nos pas

Et l’arbre messager

Se perd dans la brume

Fragile le vol

De l’oiseau revient

Étourdi de ce que

Nous n’avons pas vu

Commenter  J’apprécie          00
coco4649   22 octobre 2018
Des sentiers pour l'absence de Cécile Oumhani
Lieu creusé de nos mains…





Lieu creusé de nos mains

Pour la couche des songes

Sait-il encore tendre ce bleu

Sous l’arc des paupières ?

Son reflet venait

Se dissoudre dans la lumière

Et laissait au front des rochers

La discrète empreinte du temps

Commenter  J’apprécie          00
Anais511   22 octobre 2018
Ash Princess, tome 1 de Laura Sebastian
J'accorde un dernier regard au miroir de ma coiffeuse. Les cendres pleuvent déjà en abondance sur mes joues, sur mon nez, les maculant. Le fard rouge dont j'ai peint mes lèvres ressemble à un baiser de sang. Sous le sang, sous la cendre, je reconnais des fragments, des expressions de ma mère, qui me rend mon regard, mais avec une haine, une rage qu'elle n'a jamais eu à connaître. Je n'en suis pas mécontente.

J'ai la rage au cœur.

J'ai la faim au ventre.

Et je me promets que le jour viendra où je les verrai réduits en cendre.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   22 octobre 2018
Vers Lisbonne, promenade déclive de Cécile Oumhani
Retrouver les contrées…





Retrouver les contrées de l’été

À tâtons au creux de soi

Et l’empreinte pour signer

L’avant puis l’après

Là où la terre façonna

Avec la rencontre des formes

Un parfum de couleur
Commenter  J’apprécie          00
Zarps   22 octobre 2018
Sirènes de Joseph Knox
La vérité, c'est qu'elle possédait une beauté cruelle. Quelqu'un dont vous vous souviendriez peut-être sur votre lit de mort, en vous demandant où se cachait votre courage le jour où vous l'aviez rencontrée, et pourquoi il refaisait surface seulement au mauvais moment, pour des gens qui n'en valaient pas la peine.
Commenter  J’apprécie          00
Anais511   22 octobre 2018
Ash Princess, tome 1 de Laura Sebastian
- Nous ne sommes pas définis par ce que nous faisons lorsque nos vies sont en jeu. Nous ne nous excusons pas pour ces gestes-là, reprend-elle calmement, ses yeux toujours rivés aux miens. Ils t'ont peut-être brisée, Theo, mais cela fait de toi une arme plus aiguisée. Et il est temps que tu serves.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   22 octobre 2018
Vers Lisbonne, promenade déclive de Cécile Oumhani
La mouvance des terres …





La mouvance des terres nouvelles

Aplanit l’impatience de l’être

Et comblent la vacuité de l’envol

À renforts de tracés insoupçonnés
Commenter  J’apprécie          00
Anais511   22 octobre 2018
Ash Princess, tome 1 de Laura Sebastian
Je ne peux plus jouer aux petits jeux du Kaiser. Je ne peux plus obéir à ses règles et assurer son bonheur alors que mon peuple souffre, chaînes aux pieds. Je ne peux plus rire et discuter poésie avec Crescentia. Je ne peux plus parler leur langue, rugueuse et laide. Je ne peux plus répondre à un nom qui n'est pas celui que ma mère m'a donné.

[...]. Les flammes sont mourantes, certes, et ne rougeoient plus que quelques braises. Mais j'ai vu des feux reprendre avec moins de bois que cela.

[...]

[...]

Quelque chose se ranime en moi. Ce n'est pas ma maison. Je ne suis pas leur trophée. Je ne me contenterai pas de la vie qu'ils ont si généreusement épargnée.

Ampelio ne peut plus rien pour sa princesse, mais son sacrifice portera ses fruits. A moi maintenant d'assurer mon propre salut.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   22 octobre 2018
À l’abside des hêtres de Cécile Oumhani
Tu avances …





Tu avances

Mû par la connivence

Des sources

Nourri du grain de la terre

Pourtant la nuée

D’une épée de ténèbres

Emporte toute saveur

Et bafoue ton pas d’aveugle
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   22 octobre 2018
À l’abside des hêtres de Cécile Oumhani
Le fil de ton angoisse…





Le fil de ton angoisse

Emprunte l’arête des toits

Affamé d’invisible

A jamais avaleur d’espace

Une lame glacée

Au faîte de ton heure

Au bord du vide

Tu refuses l’évidence

Le cours trop simple

De la rue grise
Commenter  J’apprécie          00