AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Clifford   16 août 2018
Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke
Contrée ancienne, aux tours qui insistent

tant que les carillons se souviennent

aux regards qui, sans être tristes,

tristement montrent leurs ombres anciennes.



Vignes où tant de forces s’épuisent

lorsqu’un soleil terrible les dore...

Et, au loin, ces espaces qui luisent

comme des avenirs qu’on ignore.
Commenter  J’apprécie          00
Matatoune   16 août 2018
L'ère des suspects de Gilles Martin-Chauffier
Trente secondes à côté d'elle et tu comprenais qu'elle tombait de la lune, du Figaro et du lycée Montaigne, le genre " je ne connais rien à rien mais je sais tout, c' est de famille".
Commenter  J’apprécie          00
Clifford   16 août 2018
Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke
Rose de lumière, un mur qui s’effrite

mais, sur la pente de la colline,

cette fleur qui, haute, hésite

dans son geste de Proserpine.
Commenter  J’apprécie          00
Matatoune   16 août 2018
L'ère des suspects de Gilles Martin-Chauffier
Seulement voilà, on peut se faire un tel raisonnement en un quart de seconde mais il en faut trois pour l exprimer à haute voix .
Commenter  J’apprécie          00
Clifford   16 août 2018
Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke
Sans repos tu changes d’habit ,

même de chevelure;

derrière tant de fuite, ta vie

reste présence pure.
Commenter  J’apprécie          00
Matatoune   16 août 2018
L'ère des suspects de Gilles Martin-Chauffier
Arriver en France par la Seine-Saint-Denis, c'est se faufiler au Ritz par la cave.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   16 août 2018
Oeuvre II : Prose de Pierre-Jean Jouve
Derniers écrits 1974 – 1976





jour d’été…



jour d’été



quel tendre brouillard tremble

autour du fleuve temps



tant de soie déchirée

embue la soie du cœur



le cœur à vif au bout des doigts

tu sens ta perte avec les mains

tu promènes au grand jour

ce vide en toi comme un enfant



***

quel tendre brouillard tremble

autour du fleuve temps





ce monde est ce monde est

paix





la mort riant candide

Commenter  J’apprécie          10
Chrichrilecture   16 août 2018
Un jour, je serai une étoile. A Milla, ma fille, pour que tu ne m'oublies jamais de Leslie Demoulin
Mais être chef d’entreprise, c’est épuisant. On vit à 100 % pour l’entreprise, jamais de répit. Et l’immobilier étant au plus bas, je demandai à mon frère une avance sur la revente future de mon appartement, comme un prêt relais. Il me faisait totalement confiance, donc il accepta. Il s’agissait d’une somme considérable, un bon apport pour que la banque ne refuse pas mes crédits. J’aurais vraiment dû me casser une jambe le jour où j’ai signé avec ces voleurs sans cœur ! Tout va bien quand vous avez de l’argent, tout le monde vous adore ! Mais a contrario, quand vous êtes en difficulté, tout le monde vous lâche et les banquiers vous imposent des clauses complétement aberrantes afin de mieux vous sucer jusqu’à la moelle. Enfin, pas tous, je suppose.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   16 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
Journal de poésie (2009-2014)





Extrait 4



Le mitan de la vie ce n’était donc pas se connaître mortel

Mais se redécouvrir de loin fidèle à la nuit qui chemine

Sans autre guide que l’ange au visage d’hier

Que bouleversait la voix venue souffler ses mots

Au milieu des ténèbres et voici que dans la forêt féroce

Dans le paysage de quarantaine

Ressurgit sans crier gare l’heure du poète

De l’enfant qui croit à la nuit, du roi pauvre

Dans le silence de la mémoire voici



Le temps de l’offrande

De l’aube attentive

Du recueillement de tout ce qui fut épars



p.14

Commenter  J’apprécie          10
coco4649   16 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
Journal de poésie (2009-2014)





Extrait 3



Il suffit d’un rien, d’une apocalypse blanche

D’un effondrement doux du soleil sous le pas

Pour s’apercevoir que l’on tient encore d’une main de pierre

Le viatique de silence venu de plus lointain que soi

Ce qu’on avait pris pour des parjures

Des faiblesses et des renoncements

N’était que les pas de côté du boxeur qui tangue

Mais qui ne tombera pas, sa façon à lui de révérer

De maintenir le rêve, de sauvegarder la source



p.13-14

Commenter  J’apprécie          00
coco4649   16 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
Journal de poésie (2009-2014)





Extrait 2



Comme l’enfant immobile les yeux ouverts le souffle coupé

Fait le mort à la surface de l’eau avant de renaître

Dans le rayon d’un rire

Et de regagner les rivages du moindre

Faisant croire que l’oubli emporte tout

Que des serments premiers il ne reste rien

Chapardant dans les ruines des morceaux de royauté

Bifurquant vers les faux horizons, les ciels parleurs

Sans jamais parvenir à semer son visage



p.13

Commenter  J’apprécie          00
coco4649   16 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
Journal de poésie (2009-2014)

Extrait 1

La rumeur de la ville disparue sous la neige

Le pas se réinvente dans la lenteur inégale

Des éclats de lumière de cette nuit qu’ici l’on nomme

La plaie qui chante, l’obstinée

Le chemin jamais perdu

Il y avait donc un labyrinthe et une errance

Un jeu peut-être autour du désir et de la vérité

Un grand jeu avec la vie

Où il fallait feindre de ne pas être



p.13

Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   16 août 2018
Oeuvres Philosophiques de Maine de Biran, Vol. 1 de Pierre Maine De Biran
Influence de l'habitude sur la faculté de penser.

Nul ne réfléchit l'habitude, a dit un homme célèbre (Mirabeau, Conseils à un jeune prince, etc.); rien de plus plus vrai ne de mieux exprimé que cette courte sentence. La réflexion, au physique comme au moral, demande un point d'appui, une résistance : or l'effet le plus général de l'habitude est d'enlever toutes résistance, de détruire tout frottement; c'est comme une pente où l'on glisse sans s'en apercevoir, sans songer.
Commenter  J’apprécie          10
WiniFRED   16 août 2018
Lettres d'engueulade : Un guide littéraire de Jean-Luc Coudray
Et alors que le cinéphile souffre, exclu par les orgasmes du public, il retrouve, dans la familiarité des gloussements, des souvenirs de famille où beaux-frères, beaux-pères, belles-mères, grandes tantes, grands-pères, vagues cousins s'esclaffaient de contrepèteries ou de jeux de mots dérisoires lors d'épuisants repas.

Et il découvre que le cinéma industriel et la famille sont un seul et même ennemi.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   16 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
 

 

Comme un qui retourne vers la maison abandonnée

Et se rend compte à l’approche sans même

     L’épreuve du seuil

Qu’il n’a jamais cessé de l’habiter

     En pensée comme en rêve

Tout au long du voyage qui le menait ailleurs

Vers cet oubli bruyant qu’on appelle le monde

J’ai fait retour au pays natal

     Ouvert aux quatre vents

     Sans drapeau et sans haine

Ce lieu de nulle part aux fondations errantes

     Où tout a commencé

La parole les abords lumineux de l’absence

     La forme inexacte de ton visage

J’ai retrouvé l’usage du silence

     Je suis redevenu poète

Sans savoir si j’appelais poésie

Le lieu lui-même ses parages les sentiers inaperçus

L’attente évanouie ma mémoire capricieuse

     La promesse toujours nouvelle



p.9

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   16 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
 

 

« Ô poésie,

Je ne puis m’empêcher de te nommer

Par ton nom que l’on n’aime plus parmi ceux qui errent

Aujourd’hui dans les ruines de la parole.

Je prends le risque de m’adresser à toi, directement,

Comme dans l’éloquence des époques

Où l’on plaçait, la veille des jours de fête,

Au plus haut des colonnes des grandes salles,

Des guirlandes de feuilles et de fruits »



//Citation liminaire Yves Bonnefoy

Les planches courbes
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   16 août 2018
Etude Sur Maine de Biran D'Apres Le Journal Intime de Ses Pensees de Auguste Nicolas
Maine de Biram a eu une grande intensité de vie; mais elle a été toute tournée en dedans : elle a été un secret pour ses contemporains, dont quelques-uns seulement ont soupçonnée.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   16 août 2018
Etude Sur Maine de Biran D'Apres Le Journal Intime de Ses Pensees de Auguste Nicolas
Le non de Maine de Biran ne réveille chez la plupart aucune impression, aucun souvenir où l'intérêt puisse se prendre. On sait généralement qu'il fut un penseur qui paticipa à la renaissance du spiritualisme en France, et un honnête homme longtemps investi de la confiance de ses concitoyens dans la représentation du pays. Mais, philosophe, il n'a jamais eu d'auditoire, il peu écrit et dans un style ardu. Homme public, il a erré, selon ses propres expressions, comme un somnambule parmi les événements où il a été mêlé, et d'où il a disparu depuis plus de trente ans sans y laisser de trace.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   16 août 2018
Maine de Biran: Essai Sur Sa Philosophie, Suivi de Fragments Inedits. de Jules Gérard
Ce qui caractérise la réforme opérée dans la science et la philosophie au XVIIe siècle, ce qui en fait la fécondité et la grandeur, c'est l'effort de l'esprit humain pour se dégager de la science logique et verbale de la scolastique en décadence, pour écarter l'enveloppe trompeuse des mots et des notions toutes faites, et voir enfin la réalité face à face.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   16 août 2018
Maine de Biran: Essai Sur Sa Philosophie, Suivi de Fragments Inedits. de Jules Gérard
Quelque solitaire que soit un penseur, il tient toujours par plus d'un côté au temps dans lequel il a vécu; la spontanéité du développement de son esprit, l'originalité de ses doctrines, n'excluent pas ses rapports souvent nombreux avec les idées régnantes parmi les contemporains.
Commenter  J’apprécie          10