AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Bibliooophilia   12 décembre 2017
Guide des égarés de Jean d'Ormesson
La lumière nous donne surtout du présent. Tout le présent. Tout ce monde réel que j’ai regardé avec passion. Nous ne voyons les arbres, la mer, les îles du Dodécanèse, les astres dans le ciel, les champs de lavande au printemps, les objets de chaque jour, le visage des êtres aimés que parce que la lumière nous les offre. [...] La lumière n’est peut être rien d’autre que le premier et le plus simple de nos bonheurs. Vivre, c’est découvrir la lumière le matin. [...] Oh ! nous savons désormais, que l’histoire, le temps, l’univers finiront par finir. Nous savons aussi, bien sûr, que nous mourrons un jour ou l’autre - et peut être ce soir même. Mais cette conviction ne nous empêche pas d’agir, de lire, de faire la guerre ou l’amour, de vivre - et même d’être hais et heureux.
Commenter  J’apprécie          00
IamLea   12 décembre 2017
La passe-miroir, tome 3 : La mémoire de Babel de Christelle Dabos
D’un geste décidé, elle coupa maladroitement sa tresse qui retomba sur le sol avec la lourdeur d’une botte de foin. Ophélie observa le résultat dans la vitre cassée et eut l’impression de se retrouver avec une colonie de points d’interrogation dressés sur la tête. Ses cheveux, délivrés de leur poids, s’étaient mis à boucler dans tous les sens. Elle les avait laissés pousser depuis l’enfance mais, curieusement, lorsqu’elle jeta cette partie d’elle-même dans un sac de mauvaises herbes, elle ne ressentit rien de particulier. Rien, hormis une soudaine impression de légèreté. À croire que ce n’étaient pas ses cheveux qu’elle venait de couper, mais le cordon qui l’enchaînait à son ancienne vie.
Commenter  J’apprécie          10
tfegleek   12 décembre 2017
La Rivière à l'envers, tome 1 : Tomek de Jean-Claude Mourlevat
Dans son épicerie Tomek vendait tout
Commenter  J’apprécie          00
Ninie067   12 décembre 2017
Boutons et dentelle de Penelope Sky
Il a tenu sa promesse et m’a baisée de la façon qu’il avait décrite. Je me suis débattue férocement, mais il m’a ligotée avec des cordes blessantes et il a enfoncé sa queue en moi. Il m’a fait mal. Je ne pouvais que rester allongée et subir. Je me sentais dégoûtée. Sale. J’avais envie de pleurer, mais je me suis retenue. Je refusais de lui donner cette satisfaction. Il ne méritait pas mes cris ni mes larmes. Il voulait me briser parce qu’il savait que ce ne serait pas facile. Mais je ne céderais pas.
Commenter  J’apprécie          00
Ninie067   12 décembre 2017
Chasing Red, tome 2 : Always Red de Isabelle Ronin
— Reviens à la maison, Red. Tu me manques. J’ai envie de me réveiller près de toi. Impossible de résister à ses adorables fossettes et à ses beaux yeux verts. Résultat : j’ai demandé à Caleb de m’attendre dans la voiture pendant que j’allais chercher une tenue de rechange et mes livres pour les cours du lendemain. Je me suis dépêchée en prenant garde à ne pas réveiller Kara. J’étais en train de lui laisser un message sur le frigo quand mon regard s’est posé sur ma bague de fiançailles. Mon Dieu. Je suis fiancée avec Caleb Lockhart. J’ai posé une main sur mon ventre. On ne se connaissait pas depuis longtemps, Caleb et moi, mais on avait déjà vécu beaucoup de choses ensemble. J’avais l’impression de le connaître depuis toujours. Avec lui, tout me semblait… naturel.
Commenter  J’apprécie          00
Ninie067   12 décembre 2017
Spring girls de Anna Todd
– Vous n’êtes pas censés bosser, les mecs ? demande-t-elle aux gars en uniforme. Je les observe la jauger. Ils l’admirent avec un air rêveur, comme s’ils allaient la suivre à travers la mer Dothrak si elle leur demandait. Avec ou sans dragons. Reeder rigole un peu et son rire est légèrement creux, comme quand on parle dans un rouleau de papier toilette vide. Mais il répond : – Si si. On est de garde, on patrouille là. – Ça se voit. Meg rit aussi et la fumée s’échappe de sa bouche en formant de parfaites volutes grises. Les deux soldats se marrent encore et je me rends compte qu’ils continueraient, même en l’écoutant dire n’importe quoi si elle en avait envie. Le blond ne semble pas lui accorder son attention. Il a le regard dans le vague et se concentre sur le terrain derrière nous. – Laurie, tu vas rester longtemps ici ? demande le baraqué en regardant en face le mec de ce matin. Laurie ? Ce type s’appelle Laurie Laurence ? Ses parents ont vraiment choisi un nom de merde.
Commenter  J’apprécie          00
Ninie067   12 décembre 2017
La cité de l'oubli de Sharon Cameron
C’est à mon tour d’être déstabilisée. Mais, bien vite, ma soeur et sa mignonne petite tête bouclée m’arrachent un sourire. Liliya avait promis de prendre les choses en main si je ne le faisais pas. Je n’aurais simplement pas cru qu’elle agirait aussi vite. Ni que ses manigances tomberaient si bien. Le Premier Livre de l’Oubli est conservé aux Archives.
Commenter  J’apprécie          00
Oliv   12 décembre 2017
Huit honorables magiciens: Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
"Se moquer du chien" est la dernière ressource, en période de sécheresse. Si une offrande d'hirondelles aux dragons aquatiques et l'installation des statues de nos dieux locaux sous le soleil torride n'aboutissent à rien, l'unique solution qu'il nous reste est de préparer un cortège nuptial au grand complet, avec char fleuri, gongs, cloches et tambours, sauf que la jeune épousée est un chien. Une chienne, revêtue d'une robe de mariée. Et tout le monde la montre du doigt, s'esclaffe, fait du vacarme, dans l'espoir que ce spectacle incitera le Jeune Garçon des Nuages à contempler cette scène ridicule, en bas, et à rire aux larmes, car ses larmes sont la pluie.
Commenter  J’apprécie          00
Ninie067   12 décembre 2017
Savage boy de Helena Hunting
Je serre les mains sur le volant et respire à fond plusieurs fois en m’adjurant intérieurement de passer la marche arrière. C’est ce qu’il faudrait que je fasse. Mais non. Au lieu de cela, je me gare et coupe le contact. Je ne bouge pas, cela dit. Je suis en proie à une lutte intérieure qui n’en finit pas. Je ne devrais surtout pas être là. N’empêche que j’y suis. Parce que j’ai beau le savoir, je ne peux pas m’en empêcher. Il paraît qu’il faut briser le cycle, mais ce n’est pas si facile. Or cela fait partie de mon cycle. Je reviens vers les gens qui me font du mal et je les laisse recommencer encore et encore, en espérant toujours que, peut-être, un jour, le résultat sera différent. Ou que le processus finira par me guérir de ma culpabilité et calmer mon besoin d’expier. Cela n’arrive jamais. Pourtant, je suis encore là.
Commenter  J’apprécie          00
Ninie067   12 décembre 2017
Madame Malcolm - Tome 2.5 de Katy Evans
Je n’ai jamais nourri un aussi grand espoir que lorsque je pénètre dans l’ascenseur des locaux de M4. Quelques employés s’y engouffrent à ma suite, échangeant quelques brèves salutations, mais je ne trouve pas la force de répondre. En revanche, je souris, un sourire nerveux, certes, mais malgré tout, confiant, assurément confiant. Les autres occupants descendent les uns après les autres à leurs étages respectifs et je suis la seule à monter jusqu’au dernier étage, celui des dirigeants. Jusqu’à lui. Jusqu’à l’homme que j’aime. Dans mon corps, c’est l’apocalypse, mon sang court à toute vitesse dans mes veines, mes jambes tremblent, mon estomac se tord jusqu’à former un gros nœud quand le tintement de l’ascenseur m’indique que je suis bien arrivée àson étage.
Commenter  J’apprécie          00
Erika7   12 décembre 2017
La Rivière à l'envers, tome 1 : Tomek de Jean-Claude Mourlevat
Je dormais sous un arbre et au petit matin,à l'heure où d'habitude on ressent la fraicheur,je me suis étonné d'avoir si chaud,d'être si bien.J'ai une couverture en laine,mais tout de même...Puis j'ai entendu ronfler à quelque centimètre de mon visage.J'ai ouvert les yeux.C'était Podcol.Tu comprendras vite pourquoi je l'ai nommé ainsi! En tous cas, je te le recommande pour la nuit!
Commenter  J’apprécie          00
Ninie067   12 décembre 2017
Love Hurts de Anna Hines
Je me tenais face à l’immensité de l’océan. Le visage offert au vent, léger et frais. Les faibles rayons du soleil naissant caressaient ma peau nue dans ma robe fine d’été. Je n’avais jamais ressenti un tel bien-être, une sensation unique que je savourais en fermant même les yeux pour prier que ça ne soit pas un rêve. Un rêve douloureux au réveil, comme un instant volé au paradis, terriblement frustrant et impossible à réaliser.
Commenter  J’apprécie          00
Shan_Ze   12 décembre 2017
Le mari de mon frère, tome 2 de Gengoroh Tagame
Les enfants ont bien de la chance... de ne pas se prendre la tête pour des détails inutiles
Commenter  J’apprécie          00
jamiK   12 décembre 2017
Mémoires d'un gentilhomme corsaire : De Madagascar aux Philippines, 1805-1815 de Edward John Trelawney
de plaisir elle fit une grimace qui découvrit une double rangée de dents couleur d’orange foncée, plus nombreuses et plus aiguës que celles d’un râteau de jardinier. Plein d’enthousiasme à la vue de ces charmes, le joaillier s’écria :

— Oh ! quel ange ! 
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   12 décembre 2017
La presse et le pouvoir, de Louis XIII à Napoléon Ier de Jean-Paul Bertaud
Les périodiques sont des marchandises. Ils doivent vaincre la concurrence en accrochant l’œil du client de mille manières. Le titre, la vignette qui l’accompagne, le format, les dimensions, les caractères utilisés, tout est calculé pour capter le regard du lecteur et le guider dans la consommation du produit. Que de contraintes parfois contradictoires pour l’éditeur ! Il recherche le format qui, dans un moment où le papier est cher, ne grève pas son budget. Mais adopter des dimensions réduites oblige à « serrer à la ligne » pour introduire toutes les informations que l’abonné réclame. En outre, imprimer de manière ramassée expose à fatiguer l’œil du lecteur.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   12 décembre 2017
La presse et le pouvoir, de Louis XIII à Napoléon Ier de Jean-Paul Bertaud
La presse joue donc un rôle de toute première importance dans le phénomène d’acculturation politique qui accompagne la Révolution. Comment ceux qui savent lire prennent-ils connaissance des journaux ? Certains, on le découvre dans les archives, parcourent les feuilles la plume à la main pour les annoter. Leur démarche de lecture est-elle l’effet d’un choix ? Interrogent-ils les périodiques ainsi que nous le faisons, guidés par des titres et par des rubriques ? La forme du journal, comme de nos jours, guide l’œil et génère un sens.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   12 décembre 2017
La presse et le pouvoir, de Louis XIII à Napoléon Ier de Jean-Paul Bertaud
On a trouvé qu’il était plus facile de rendre compte d’un bon livre que d’écrire une bonne ligne, et beaucoup d’esprits stériles se sont tournés vers ce côté. » D’ailleurs, le journal n’est-il pas un ouvrage éphémère sans mérite ni utilité ? Rousseau se gausse de « ce livre périodique... dont la lecture méprisée par les gens lettrés ne sert qu’à donner aux femmes et aux sots de la vanité sans instruction, et dont le sort, après avoir brillé le matin à la toilette, est de mourir le soir dans la garde-robe ».
Commenter  J’apprécie          00
colimasson   12 décembre 2017
Murphy de Samuel Beckett
Le suicide par apnée a souvent été tenté, notamment par les condamnés à mort. En vain. C’est une impossibilité physiologique. On s’évanouit, puis on se remet à respirer malgré soi.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   12 décembre 2017
La presse et le pouvoir, de Louis XIII à Napoléon Ier de Jean-Paul Bertaud
L’argent des gouvernants aide parfois l’éditeur. Celui-ci trouve aussi un soutien chez les particuliers. Parmi ceux qui aident ainsi la presse, le nom de La Fayette revient souvent dans les archives du temps. Camille Desmoulins a un jour la surprise de découvrir que l’éditeur du journal qu’il rédige, Les Révolutions de France et de Brabant, bénéficie des largesses du « héros des Deux Mondes ».
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   12 décembre 2017
La presse et le pouvoir, de Louis XIII à Napoléon Ier de Jean-Paul Bertaud
Le journaliste, parfois éditeur, travaille au milieu d’une communauté malcommode d’ouvriers toujours prêts à prendre la mouche. L’imprimerie est peu marquée par les innovations techniques, et obtenir les tirages souhaités est parfois une prouesse. Boucler les fins de mois en est une autre. L’abonnement est la source principale des rentrées d’argent. La part de la publicité - qui fait vivre nos entreprises modernes - est faible. Au bord de la faillite, le journaliste-éditeur tend la main aux subventions. À les recevoir, il perd son âme et celle de son journal.
Commenter  J’apprécie          00