AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Georges Perec
BigDream   19 octobre 2017
Georges Perec
Vivre, c'est passer d'un espace à l'autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner.
Commenter  J’apprécie          00
fnitter   19 octobre 2017
Les Piliers de la terre de Ken Follett
Ne pas accepter cela ? Et comment faire autrement ?

Les poulets ont-ils la liberté de ne pas accepter le renard ?
Commenter  J’apprécie          00
diablotin0   19 octobre 2017
Le dimanche des mères de Graham Swift
A l'époque, elle avait compris que les livres étaient une nécessité, le rocher sur lequel était fondé sa vie.
Commenter  J’apprécie          10
Austral   19 octobre 2017
Autoportrait au radiateur de Christian Bobin
Je suis très loin de la bonté et de l'amour. La preuve : j'écris sur eux.
Commenter  J’apprécie          00
lecteur84   19 octobre 2017
Philosophie du vivre de François Jullien
Non seulement ce qui est reconnu comme "beau", ou comme "bien", et qui sert à leur définition, est déjà en route vers son étiolement, mais même il est ce contre quoi, déjà, un nouveau beau, de nouvelles valeurs, sans être complètement énonçable, identifiables, sont en train de s'inventer. Tous ceux qui participent au renouvellement de l'art ou de la pensée le savent.
Commenter  J’apprécie          10
Ptitgateau   19 octobre 2017
A l'école, il y a des règles ! de Laurence Salaün
Je n’oublie jamais quand je suis dans la cour de récréation, qu’il y a des murs, des gens, parfois des arbres aussi.
Commenter  J’apprécie          10
alberthenri   19 octobre 2017
Semmelweis de Louis-Ferdinand Céline
Rien n'est gratuit en ce bas monde. Tout s'expie, le bien comme le mal, se paie tôt ou tard. le bien c'est beaucoup plus cher forcément.
Commenter  J’apprécie          50
Alfaric   19 octobre 2017
Le fils de l'acier noir, tome 1 de Larry Correia
Ce sont les épreuves de la vie qui démontrent le véritable tempérament d'un homme.
Commenter  J’apprécie          40
pyrouette   19 octobre 2017
Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano
Fini le temps perdu à ruminer le passé ou à me tourmenter pour l'avenir. Que c'était reposant !
Commenter  J’apprécie          20
F242   19 octobre 2017
N'écrire pour personne de A.L. Snijders
La dérivation



"L'homme doit pouvoir se plaindre de l'existence. Tout art est une plainte envers la vie, l'art est un canal de dérivation." (p. 17)
Commenter  J’apprécie          10
Relax67   19 octobre 2017
Le Dindon de Georges Feydeau
PINCHARD: Alors, comme ça, t'as des clous, toi!

VICTOR: Oui, monsieur le Major. Oh! c'est pas grand-chose!

PINCHARD: C'est bien, je connais ça! Médecin-major dans la cavalerie, j'en vois plus souvent qu'à mon tour!... Fais voir!

VICTOR: Oui, monsieur! j'ai attrapé ça!...

PINCHARD: Je ne te demande pas de boniments! Déculotte-toi.

VICTOR: Monsieur le Major?

PINCHARD: Tu ne comprends pas le français? Je te dis: déculotte-toi!

VICTOR (interloqué): Mais monsieur le Major...

PINCHARD: Quoi! C'est ma femme qui te gêne? Fais pas attention, elle est sourde!

VICTOR: Ah! bon!

(Acte II, scène 5)
Commenter  J’apprécie          40
RosenDero   19 octobre 2017
Les Nains, tome 2 : Lame de Feu de Markus Heitz
En haut, il y a les riches, en bas, il y a les pauvres, qui vivent comme ils peuvent, et admirent et haïssent à la fois ceux qui les dominent et qui peuvent s’offrir tout ce qu’ils veulent.
Commenter  J’apprécie          30
Presence   19 octobre 2017
Les temps nouveaux, tome 1 : Le retour de Eric Warnauts
Tous ces politiciens avec leurs beaux discours… Les paroles ne coûtent rien. Les promesses non plus. Bien au contraire.
Commenter  J’apprécie          10
Presence   19 octobre 2017
Les temps nouveaux, tome 1 : Le retour de Eric Warnauts
Monsieur Spaak, premier ministre, ministre des affaires étrangères et du commerce extérieur, tient acquis que l'idée de l'union nationale dans ce pays, n'a jamais dépassé la chambre du Conseil. Au gouvernement, cette idée est une réalité, mais au Parlement elle n'est pas encore comprise. La situation de demain sera extrêmement délicate. Dans l'éventuelle campagne électorale, nous serons les uns contre les autres et, sans vouloir être pessimiste, monsieur Spaak craint que ce pays soit pendant longtemps ingouvernable et il pense d'une crise profonde n'est pas impossible.
Commenter  J’apprécie          00
Presence   19 octobre 2017
Les temps nouveaux, tome 1 : Le retour de Eric Warnauts
Sa voiture ! La banquette arrière t'a plu ?
Commenter  J’apprécie          00
casimir0   19 octobre 2017
Baroc de Patrick Casavecchia
https://catalogue.5senseditions.ch/fr/fiction/149-baroc.html
Commenter  J’apprécie          12
taktic66   19 octobre 2017
Toutes mes solitudes! de Marie-Christine Lemieux-Couture
Au départ, c'était une idée de rien du tout, un échec prévu d'avance, histoire de rigoler quelques mois; à la fin on se laisserait aller voir ailleurs.
Commenter  J’apprécie          10
remyredon   19 octobre 2017
Matamimi ou La vie nous attend de Ari'irau Richard
La sexualité, ma fille, c'est ce qui a fiat écrire Diderot, ce qui a fait chanter James Brown et déhancher les chanteuses clonées de pop rock. C'est ce qui fait que nos hommes veulent tous entrer dans la politique et devenir présidents. Le pouvoir, c'est la sexualité. La sexualité, c'est le pouvoir. La sexualité est un concept sans âge, c'est un mot qui n'a que deux siècles, né au dix-neuvième, fallait-il enfin que quelqu'un pense à créer ce mot, car ma fille, la sexualité c'est ce qui réveille et abâtardit les êtres humains, c'est donc le rythme de la vie.
Commenter  J’apprécie          00
remyredon   19 octobre 2017
Maiba de Russell Soaba
L'odeur de l'aube éveille les sens de Maiba, qui s'étire et s'assied. Il fait encore nuit. Elle a peu dormi, à cause des cris provenant de la maison de Doboro Thomas. Elle a écouté les hurlements atroces de la fille pendant une heure ou deux, mais elle ne pouvait pas l'aider. Le rougeoiement du tabac près de la case lui indiquait que Mme Wawaya ne dormait pas non plus, peut§être n'osait-elle pas s'allonger, se reposer, ni même se faire une idée sur le sort de Christine.
Commenter  J’apprécie          00
remyredon   19 octobre 2017
Les Yeux volés de Patricia Grace
Le téléphone et une phalène verte m'ont réveillée.

[...]

La phalène m'a touché le bout du nez. J'ai ouvert les yeux et je l'ai regardée voltiger à travers la pièce et étaler ses ailes contre le mur blanc d'en face. La sonnerie du téléphone dans l'autre pièce m'a fait m'asseoir et sortir du lit.
Commenter  J’apprécie          00