AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
rkhettaoui   19 novembre 2019
MÊME LES MÉCHANTS RÊVENT D'AMOUR de Patrick RÖHR
Les flics, quel que soit le service auquel ils appartiennent, ont l’habitude de ce genre d’individus.

Les types malsains, suffisants, injurieux sont légion dans le bataillon des auteurs de crimes et de délits. Il s’agit d’être plus malin qu’eux.

En l’occurrence, nous n’avions pas trop d’efforts à déployer. L’ADN était notre unique, mais redoutable allié.
Commenter  J’apprécie          00
gouelan   19 novembre 2019
Aslak et les gloutons de Florence Marguerie
Son père lui explique que les pingouins fournissent des graisses essentielles à la survie des ours. Cependant, parce qu'ils mangent des poissons saturés par les matières toxiques que l'homme déverse dans la mer, les ours blancs sont devenus une espèce menacée.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   19 novembre 2019
MÊME LES MÉCHANTS RÊVENT D'AMOUR de Patrick RÖHR
Elle venait de me tutoyer. Sans doute poussée par l’invitation de Romain à le faire. Ça m’arrangeait, car le vouvoiement n’était pas mon truc. Déformation professionnelle. Dans la « Grande Maison » tous les poulets se tutoient et, au risque d’hérisser le poil de certains bien-pensants, j’avais l’habitude de tutoyer les délinquants auxquels j’avais affaire. Et pas par manque de respect, mais plutôt parce que cette manière d’échanger favorisait le dialogue.
Commenter  J’apprécie          00
Astazie   19 novembre 2019
De pierre et d'os de Bérengère Cournut
Le chant du renard arctique

Je suis un flocon de neige

Qui est tombé du ciel

Jusqu’à une banquise inconnue

Je suis un souffle au creux de la nuit polaire

Je suis un renard blanc qui a fondu.

J’ai vécu moins de deux lunes

Au milieu d’un peuple de lanternes

J’ai vu des hommes qui vivent sous la glace

D’une mer antique à jamais disparue

Je suis le garçon qui cherchait la femme de pierre

Je suis l’enfant de l’ourse et de l’homme lumière

Mon père fait peur aux humains qui ne le connaissent pas

Aucun de leurs défunts n’a voulu me donner

Me donner un nom qui soit le sien

Je reviendrai sous une autre forme, à un autre moment

e suis une étincelle qui n’a vécu qu’un instant

Sous le ventre lisse et poreux de ma mère.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2019
MÊME LES MÉCHANTS RÊVENT D'AMOUR de Patrick RÖHR
Ses petites combines lui avaient valu plusieurs passages en garde à vue pour des faits de petite délinquance qui se résumaient à des vols et quelques menues escroqueries. Une justice clémente ou peut-être un peu laxiste lui avait évité la case prison et avait plus sûrement contribué à l’encourager dans ses activités douteuses.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2019
MÊME LES MÉCHANTS RÊVENT D'AMOUR de Patrick RÖHR
Romain est un beau mec. Il le sait et en joue avec assurance et réussite. Je ne compte pas les copines qu’il m’a présentées et qui n’ont brillé que le temps d’un passage éclair dans la vie du truculent et infatigable dragueur. Moi, j’ai plus de mal avec les filles. Elles me trouvent à leur goût, mais je n’ai pas la verve de Romain pour les aborder. Quand l’une d’elles accoste à mon rivage, c’est le plus souvent elle qui a fait la manœuvre. Ce qui implique que mes relations ne sont pas aussi fréquentes que je pourrais l’espérer et finalement ce n’est pas plus mal, car j’ai tendance à m’attacher.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2019
MÊME LES MÉCHANTS RÊVENT D'AMOUR de Patrick RÖHR
Romain était gourmand des détails des procédures policières. Il aimait les histoires de flics et les récits sordides que seuls les poulets de la criminelle ont en magasin. Des rayonnages pleins à craquer d'histoires morbides et de crimes sanglants. Des scénarios macabres, des meurtres non élucidés, des affaires classées, tous ces dossiers que l’on se trimbale à vie en se maudissant de ne pas les avoir bouclés.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2019
MÊME LES MÉCHANTS RÊVENT D'AMOUR de Patrick RÖHR
Certains amis. Car là encore, pour la plupart, on les choisit. À tel point d'ailleurs qu'on nous balance avec véhémence des  "Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es".

Mais là, je pense aux autres, ceux qui dégringolent dans votre existence et s'y agrippent si fortement que ce n'est même pas la peine de songer à s'en débarrasser. Ce sont ceux-là les vrais amis, les solides, ceux qui ne vous laissent pas dans la panade quand la ribambelle de faux-culs trouve un tas d'excuses pour se défiler lorsque vous avez besoin d'eux.

Ceux-là, ceux qu’on n’attendait pas, les vrais de vrais, ils portent en eux la sincérité des personnes qui vous ont choisi.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   19 novembre 2019
L'énigme du clos Mazarin de Jean d'Aillon
Ces lettres patentes devaient autoriser messire Michel Mazarin ,archevêque d'Aixet frère du ministre,à faire enclore dans la ville d'Aix le faubourg Saint-Jean ainsi que les jardins et les prés de l'archevêché
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   19 novembre 2019
L'énigme du clos Mazarin de Jean d'Aillon
Rageusement,il reprit la plume ,la trempa dans l'encrier et signa toutes les lettres patentes. Après quoi,il plaça les documents dans le dossier qui devait être transmis à la régente et au jeune roi .
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2019
MÊME LES MÉCHANTS RÊVENT D'AMOUR de Patrick RÖHR
Il y a un millier de choses que l'on décide dans la vie. Que dis-je ? Un million, sans doute. Vous en convenez avec moi ? On choisit la route qu'on doit emprunter pour se rendre au boulot, on opte pour le dentifrice qui nous rassurera sur notre haleine, la taille de la portion de frites qu'on va engloutir le midi au fast-food, le moment où on va enfin se décider à appeler la fille qu'on a accrochée sur l'un des sites de rencontre auquel on est abonné, le cinoche qu'il va falloir faire pour la conduire jusqu'à son lit et finalement le programme télé hyperchiant devant lequel on va s'endormir parce qu'elle aura décidé qu'il convenait de se voir quelques fois avant de laisser une main malhabile dégrafer son soutien-gorge.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   19 novembre 2019
Joe Pickett, tome 3 : Winterkill de C.J. Box
L’homme tourna la tête vers elle et lui sourit. Ils échangèrent un bref regard. Il avait l’air gentil et Sheridan se dit que c’était sans doute le chef du groupe – rien qu’à la façon qu’il avait de se tenir bien droit… Et il avait l’air sûr de lui.
Commenter  J’apprécie          00
manU17   19 novembre 2019
Montgomery Clift : L'enfer du décor de Sebastien Monod
Si alors certains doutent encore de l'attachement qu'éprouve Taylor pour Clift, cet épisode à la fois saisissant et émouvant leur cloue définitivement le bec. "Elle a pris la tête de Monty sur ses genoux", poursuit Kévin. "Il a gémi. Et il a commencé à étouffer. Il a esquissé un faible geste vers son cou. Il avait des dents arrachées et ses deux dents de devant s'étaient logées dans sa gorge. Je n'oublierai jamais la détermination de Liz. Avec ses doigts, elle a extirpé les dents. Elle l'a sauvé, car Monty risquait de mourir étouffé."
Commenter  J’apprécie          00
Amakir   19 novembre 2019
Raisons Obscures de Amélie Antoine
Lentement, je sombre. Je me couche sur le côté, ou plutôt m'effondre avec mollesse. Comme chaque fois avant de tomber dans les pommes, une étrange sérénité m'envahit, comme si plus rien n'avait d'importance.
Commenter  J’apprécie          30
torpedo   19 novembre 2019
Son frère de Philippe Besson
On n'est pas préparé à la perte, à la disparition d'un proche. Il n'y a pas d'apprentissage de cela. On ne sait pas acquérir l'habitude de la mort. La mort de l'autre nous prend forcément par surprise, elle est un événement qui nous désarme, qui nous laisse désemparé, y compris lorsqu'elle est prévisible, le plus prévisible des événements. Elle est une occurence absolument certaine et cependant pratiquement inconcevable, et qui nous précipite dans une étrange hébétude.
Commenter  J’apprécie          20
torpedo   19 novembre 2019
Son frère de Philippe Besson
Il dit qu'on ne peut pas être un incurable, s'accepter en incurable. Qu'il faut refuser ces faux-semblants, cet entre-deux, ce territoire d'incertitude où la raison se perd. Refuser de s'en remettre aux autres, aux médecins et de n'avoir pour perspective que des nuits d'hôpital, des traitements interminables, la protection dérisoire d'une bulle de science. Refuser les frayeurs récurrentes, les espérances fugaces aussitôt anéanties, une existence misérable, légumière. Refuser les souffrances potentielles, les mutilations à venir, les défaites successives de l'organisme, la désincarnation.
Commenter  J’apprécie          00
sophronie   19 novembre 2019
La vie est belle de Bruno Doucey
Neige

se fait

volière



Et l'oiseau calligraphe

débusque

la lumière.
Commenter  J’apprécie          20
jeanlouisr   19 novembre 2019
Ma vie de Carl Gustav Jung
Il est important que nous ayons un secret, et l’intuition de quelque chose d’inconnaissable. Ce mystère emplit la vie d’une nuance d’impersonnel, d’un "numinosum". Qui n’a pas fait l’expérience de cela a manqué quelque chose d’important. L’homme doit sentir qu’il vit dans un monde qui, à un certain point de vue, est mystérieux, qu’il s’y passe des choses, dont on peut faire l’expérience – bien qu’elles demeurent inexplicables, et non seulement des choses qui se déroulent dans les limites de l’attendu. L’inattendu et l’inhabituel font partie de ce monde. Ce n’est qu’alors que la vie est entière. Pour moi, le monde, dès le début, était infiniment grand et insaisissable.
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   19 novembre 2019
Comment s'entourer de gens extraordinaires ? de Lillian Glass
Les Non-Victimes sont des réalistes. Elles sont sûres d'elles. Elles connaissent leurs forces et leurs faiblesses. Elles assument l'entière responsabilité de leur sort, conscientes du fait qu'il n'en tien qu'à elles d'être heureuses ou malheureuses. Elles ne craignent pas de se sortir des situations toxiques qui ne leur conviennent plus. Elles ne se complaisent pas à s'apitoyer sur leur sort.
Commenter  J’apprécie          00
Wyoming   19 novembre 2019
Amazonia de Patrick Deville
Pour avoir vu vieillir mon père, il ne me semblait pas si surprenant qu'un fils assiste à la décrépitude progressive et au chemin paternel vers la faiblesse. Comme si, par un jeu de vases communicants, quelque chose passait ainsi de l'un à l'autre.
Commenter  J’apprécie          30