AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
ErnestLONDON   19 juin 2019
Coeur de boxeur : Le vrai combat de Christophe Dettinger de Antoine Peillon
« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés. La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première. La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres. Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue."  (Dom Hélder Pessao Câmara)
Commenter  J’apprécie          00
paulmaugendre   19 juin 2019
Safari à Chantamour de Pépé Larista
Le Pépé malgré son âge a encore la ressource dormante dans sa plate-bande pensière ! J’ai des bidons à lait et aussi un bon mulet ! Avec ce que je récupérerai, qui serait de toute façon perdu, j’en ferais au poids la revente à Aristide Piquemal et à Aldibert qui sont horticulteurs et qui préfèrent engraisser leur terre avec le produit naturel plutôt qu’avé toutes les saloperies artificielles qui nuisent aux narines et qui en fin de compte nous polluent le légume et la rose ! Ecologiste je suis avant tout, moi, môssieur !
Commenter  J’apprécie          00
Amnezik666   19 juin 2019
Apocalypse Transferts de Fabio M. Mitchelli
Dans cette aube flamboyante, sous ce soleil réconfortant, je n’y vois pas le moindre espoir, je n’y vois que crépuscule et pénombre. Et pourtant, il nous suffirait de nous éveiller, d’éteindre les écrans et de remettre nos gamins sur le chemin de la réalité, celui du dialogue, du contact ; loin de cette sphère virtuelle qui nous isole et nous éloigne les uns des autres…
Commenter  J’apprécie          00
florencem   19 juin 2019
Un jour plus que parfait de Krystal Sutherland
Voici ce dont elle se souvint de son grand-père pendant qu’il parlait :

- Tout le monde le considérait comme un inspecteur de police coriace, mais elle ne l’avait toujours vu que comme Papi Pop, l’homme qui cultivait des orchidées et la laissait cueillir les fleurs alors que personne d’autre n’en avait le droit.

- Il n’aimait aucun animal à part les oiseaux, jusqu’à ce que Florence Solar, sa femme, recueille un chiot abandonné (que Reg ne voulait pas du tout garder). Le chiot le suivait dans la serre pendant qu’il s’occupait des orchidées et il prétendait le détester. Le chien n’avait jamais eu d’autre nom que « Du Balai », mais il le laissait monter sur ses genoux quand il regardait la télé et dormir au bout du lit toutes les nuits.

- Son rire. Il inclinait la tête en arrière quand il trouvait quelque chose particulièrement amusant. Ensuite, il s’essuyait l’œil droit du bout de l’index, qu’il ait pleuré de rire ou non.
Commenter  J’apprécie          00
eternel   19 juin 2019
Histoire de la bienheureuse raton, fille de joie de Fernand Fleuret
Des ivrognes, des coureurs!...Enfin! on ne sait ce que l'on sait...Mais Dieu garde M. Le duc!...Et puis l'amour qui est permis aux uns le dit être aux autres, pas vrai, mademoiselle Raton? Allons, ça viendra avec le temps. Les tétons sont bien venus...Quel joli nom que Raton! C'est renom que j'aurais trouvé, Jarni! Qui a donné ce nom-là? Un promis?...Un galant?...Entre nous, c'est M. le Chevalier de Ballefroy qui nous taire de coureurs? Il nous baille belle!...Ah! la petite friponne!...
Commenter  J’apprécie          00
Alfaric   19 juin 2019
Fables, Tome 1 : Légendes en exil de Bill Willingham
- Ni Rose ni Jack se sont réputés pour leur intelligence. En s’associant, ils ont atteint de nouveaux sommets d’ imbécillité.
Commenter  J’apprécie          30
Miel1503   19 juin 2019
Trois femmes puissantes de Marie NDiaye
Comment s’extraire, s’était-il demandé avec une lucidité froidement désespérée, de ce rêve infini, impitoyable, qui n’était autre que la vie même ?
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
Trois femmes puissantes de Marie NDiaye
De telle sorte qu’elle avait toujours eu conscience d’être unique en tant que personne et, d’une certaine façon indémontrable mais non contestable, qu’on ne pouvait la remplacer…
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
Le diable amoureux de Jacques Cazotte
Je ne saurais peindre ma situation ; je ne saurais dire qui soutint mon courage et m'empêcha de tomber en défaillance à l'aspect de ce tableau, au bruit plus effrayant encore qui retentissait à mes oreilles.



Je sentis la nécessité de rappeler mes forces ; une sueur froide allait les dissiper : je fis un effort sur moi. Il faut que notre âme soit bien vaste et ait un prodigieux ressort ; une multitude de sentiments, d'idées, de réflexions touchent mon coeur, passent dans mon esprit, et font leur impression toutes à la fois.



La révolution s'opère, je me rends maître de ma terreur. Je fixe hardiment le spectre.
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
Le diable amoureux de Jacques Cazotte
Nous sommes seuls dans ma chambre, et Biondetto a fermé la porte sur nous ; ma situation était moins embarrassante au milieu de la compagnie dont je venais de me séparer, et de l'endroit tumultueux que je venais de traverser.



Voulant terminer l'aventure, je me recueillis un instant. Je jette les yeux sur le page, les siens sont fixés vers la terre ; une rougeur lui monte sensiblement au visage : sa contenance décèle de l'embarras et beaucoup d'émotion ; enfin je prends sur moi de lui parler.



"Biondetto, vous m'avez bien servi, vous avez même mis des grâces à ce que vous avez fait pour moi ; mais comme vous vous étiez payé d'avance, je pense que nous sommes quittes.
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
La dispute suivi de L'île des esclaves de Marivaux
Quand tu auras souffert, tu seras plus raisonnable; tu sauras mieux ce qu'il est permis de faire souffrir aux autres.

L'île aux esclaves
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
La dispute suivi de L'île des esclaves de Marivaux
La différence des conditions n'est qu'une épreuve que les dieux font sur nous.

L'île aux esclaves.
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
La Belle et la Bête de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve
"Il est plus facile de raisonner sur l'amour que de le vaincre."
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
La Belle et la Bête de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve
"- Que vous m'avez causé d'inquiétude, dit-elle obligeamment à la Bête, j'ignorais à quel point je vous aimais: la peur de vous perdre m'a fait connaître que j'étais attachée à vous par des liens plus forts que ceux de la reconnaissance. Je vous jure que je ne pensais qu'à mourir, si je n'avais pu vous sauver la vie.



A ces tendres paroles, la Bête, se sentant entièrement soulagée, lui répondit d'une voix cependant encore faible:



- Vous êtes bonne, la Belle, d'aimer un monstre si laid; mais vous faîtes bien: je vous aime plus que ma vie. Je pensais que vous ne reviendriez plus. J'en serais mort. Puisque vous m'aimez, je veux vivre. Allez vous reposer, et soyez certaine que vous serez aussi heureuse que votre bon cœur le mérite."
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
La princesse de Montpensier de Madame de La Fayette
Ce fut le coup mortel pour sa vie : elle ne put résister à la douleur d'avoir perdu l'estime de son mari, le cœur de son amant, et le plus parfait ami qui fut jamais.
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
La princesse de Montpensier de Madame de La Fayette
Le comte pensa mourir a ses pieds de honte et de douleurs. Elle tâcha de le consoler en l'assurant qu'elle ne se souviendrait jamais de ce qu'il venait de dire, qu'elle ne se persuaderait jamais une chose qui lui était si désavantageuse et qu'elle ne le regarderait jamais que comme son meilleur ami.
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
L'École des femmes de Molière
Il le faut avouer, l’amour est un grand maître : Ce qu’on ne fut jamais il nous enseigne à l’être.
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
L'École des femmes de Molière
Qui rit d'autrui doit craindre qu'en revanche on rie aussi de lui.
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
Le malade imaginaire de Molière
Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes, et non pas de leurs maladies.
Commenter  J’apprécie          00
Miel1503   19 juin 2019
Le malade imaginaire de Molière
Dans les discours et les choses, ce sont deux sortes de personnes que vos grands médecins. Entendez-les parler: les plus habiles gens du monde. Voyez-les faire: les plus ignorants de tous les hommes.
Commenter  J’apprécie          00