AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
valsing   21 février 2018
Une dernière fois la nuit de Sébastien Berlendis
Rien n'est plus inhabitable qu'un lieu où on a été heureux.
Commenter  J’apprécie          10
AlbertReporter   21 février 2018
Ce n'est pas toi que j'attendais de Fabien Toulmé
D'ailleurs on a de la chance qu'elle nous ait choisit
Commenter  J’apprécie          00
Lune   21 février 2018
Les salons littéraires : De l'hôtel de Rambouillet... sans précaution de Barbara Krajewska
On aime toujours se prendre soi-même pour seul point de repère.

Cioran disait : "Une pensée n'a de vitalité que si elle débat".
Commenter  J’apprécie          10
Fleuryne   21 février 2018
Pensées de Blaise Pascal
Il est aussi inutile et aussi ridicule que la raison demande au cœur des preuves de ses premiers principes, pour vouloir y consentir, qu'il serait ridicule que le cœur demandât à la raison un sentiment de toutes les propositions qu'elle démontre, pour vouloir les recevoir.
Commenter  J’apprécie          00
valsing   21 février 2018
Une dernière fois la nuit de Sébastien Berlendis
Je suis dans l'imminence d'un autre départ, d'un autre présent. Pendant un instant le silence qui m'absorbe n'est pas un silence de quiétude, c'est une tension.
Commenter  J’apprécie          00
Lune   21 février 2018
Les salons littéraires : De l'hôtel de Rambouillet... sans précaution de Barbara Krajewska
Hélas, dépenser plus et réfléchir moins semblent être de nos jours les deux fondamentaux de l'existence humaine.

Le nouveau Descartes vu dans le Canard enchaîné (25.1.2017) : "Je dépense donc je suis."
Commenter  J’apprécie          00
Victor Hugo
Judithbou   21 février 2018
Victor Hugo
Oui, je suis le regard et vous êtes l'étoile.

Je contemple. et vous 'rayonnez!

Je suis la barque errante et vous êtes la voile.

Je dérive et vous m'entraînez!



Près de vous qui brillez je marche triste et sombre,

Car le jour radieux touche aux nuits sans clarté,

Et comme après le corps vient l'ombre

L'amour pensif suit la beauté.
Commenter  J’apprécie          00
Judithbou   21 février 2018
Toute la lyre de Victor Hugo
Qu'est-ce que cette année emporte sur son aile ?

Je ne suis pas moins tendre et tu n'es pas moins belle.

Nos deux cœurs en dix ans n'ont pas vieilli d'un jour.

Va, ne fais pas au temps de plainte et de reproche.

A mesure qu'il fuit, du ciel il nous rapproche,

Sans nous éloigner de l'amour.
Commenter  J’apprécie          00
colimasson   21 février 2018
Foucault et la psychanalyse: Quelques questions analytiques à Michel Foucault de Laurie Laufer
La jouissance foucaldienne, c’est comprendre « comment ça marche » au sens généalogique, soit ce que veut l’Autre du pouvoir -le Che Vuoi ? en sa version foucaldienne-, surprendre la jouissance de cet Autre.
Commenter  J’apprécie          10
Sosein   21 février 2018
La folie de Roland Jaccard
Le fou nous rappelle que quelque chose ne va pas dans la rationalité dominante, que derrière la façade se cache une autre réalité, implicitement, il conteste nos certitudes et dit des choses inopportunes et scandaleuses que nous ne voulons pas écouter. "De tout temps, écrit Freud, ceux qui avaient quelque chose à dire et ne pouvaient pas le dire sans danger aimèrent à prendre l'habitude de se coiffer du bonnet de fou.
Commenter  J’apprécie          10
Bouvy   21 février 2018
Attache-moi ! tome 15 de Ryuta Amazume
Quand on court... et qu'on a mal... à ce moment là... on est tout seul. Les études... les aînés du club qui nous soûlent... tous les ennuis... disparaissent. Les tensions du corps... le souffle court... la douleur... toutes ces sensations... nous font prendre conscience qu'on est "là" à l'instant présent... même les choses qu'on ignorait au fond de notre cœur... sont dénuées. On atteint le plus profond de soi-même... ce genre de moments... c'est ça... qui est bon.
Commenter  J’apprécie          10
Sosein   21 février 2018
La folie de Roland Jaccard
À propos de l'exclusion du rejet social, il conviendra de se demander si toute collectivité n'a pas besoin de fous, de déviants, de délinquants pour y inscrire sa négativité. Les victimes sacrificielles, les rôles maudits ne sont-ils pas nécessaires pour qu'une ligne de partage puisse être tracée entre la raison et la déraison, entre le permis et le défendu, entre le convenable et l'indécent, entre ce qui rassure et ce qui menace ?
Commenter  J’apprécie          00
Sosein   21 février 2018
La folie de Roland Jaccard
Le détenteur du Verbe possède le privilège de définir et de classer , l'ascendant qu'il exerce par la parole est une reconduction "civilisée" de la contrainte physique. "Manger ou être mangé, telle est la loi de la jungle. Définir ou être défini, telle est la loi de l'homme", affirme le psychiatre américain Thomas Szasz, qui précise : "La lutte pour le Verbe est réellement une question de vie ou de mort. Une scène désormais classique des films de western nous montre deux hommes luttant désespérément pour récupérer une arme tombée à terre. Celui qui l'atteint le premier tire et sauve sa peau , l'autre au contraire se fait descendre et meurt. Dans la réalité, l'enjeu n'est pas une arme, mais une étiquette : celui qui réussit le premier à la poser sort vainqueur de la bataille , l'autre, étiqueté, est réduit au rôle de victime."
Commenter  J’apprécie          00
Sosein   21 février 2018
La folie de Roland Jaccard
Si, néanmoins, une "morale" devait se dégager de ce petit livre, je l'emprunterais à Dostoïevsky qui écrivait : "Ce n'est pas en enfermant son voisin que l'on se convainc de son propre bon sens." La folie, en effet, est moins une fatalité ou une malédiction qu'une compagne qui nous indique les limites de notre liberté. Il n'y a pas, d'un côté, les gens bien portants, raisonnables, épargnés par le doute, l'angoisse, la souffrance morale, et, de l'autre, ces silhouettes de brouillard que le vent fait chavirer à chaque carrefour et que hante un interminable cauchemar. Il y a plutôt, nous semble-t-il, l'infinie variété des situations humaines où chacun peut, un jour, éprouver cette sensation d'inquiétante étrangeté, d'exil intérieur, de dépossession de soi, d'effondrement psychique ou de morcellement, qui annonce ou accompagne un naufrage intérieur. Cet homme qui se noie, il appartient à chacun de nous de lui maintenir le visage hors de l'eau, sous le souffle du vent, jusqu'à ce que sa respiration redevienne paisible et régulière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kimamila   21 février 2018
Une longue impatience de Gaëlle Josse
Athmosphere tres personnelle que celle insufflee par Gaelle Josse dans ses romans.
Commenter  J’apprécie          00
Sosein   21 février 2018
La folie de Roland Jaccard
Le fou n'est souvent que cet homme de trop, cet homme bâillonné dont la parole ne doit pas, ne peut pas, être entendue. Cet homme à l'identité menacée, quand elle n'est pas niée, n'a souvent pour seul recours que la folie, le silence ou la mort.
Commenter  J’apprécie          00
Harmonide   21 février 2018
Antoine Vitez, le devoir de traduire de Collectif
Le français en est arrivé à oublier ses variantes dialectales, à penser même qu'elles n'existent pas, ce qui est faux. L'italien sait, lui, qu'il est multiple, même s'il existe un italien de référence. Il y a également le problème des "grandes" et des "petites" langues. Je suis convaincu qu'on ne traduit pas dans (ou d')une petite langue comme dans (ou d')une grande. Ce sont des questions politiques. Le problème de la traduction n'est pas seulement technique, il est lié à des valeurs historiques.

(Antoine Vitez)
Commenter  J’apprécie          10
Virgule-Magazine   21 février 2018
La Balade au Bout du monde, Tome 1 : Les Pierres levées : 4e Cycle d'aventures de Pierre Makyo
le temps est un mystère, dit le nain Rabal, et je suis une mémoire…
Commenter  J’apprécie          00
Sosein   21 février 2018
La reproduction artificielle de l'humain de Alexis Escudero
À Paris, depuis 2006, 95 000 arbres sont équipés de puces RFID. Grâce à un lecteur associé à une tablette PC, les jardiniers accèdent directement aux données spécifiques de chaque arbre. Le procédé ne tardera pas à être étendu à la gestion de forêts entières. Les jardiniers seront remplacés par des machines, délivrant directement l’eau et les engrais aux arbres, lorsque les capteurs électroniques signaleront un déficit. 
Commenter  J’apprécie          00
Sosein   21 février 2018
La reproduction artificielle de l'humain de Alexis Escudero
La destruction de la nature et sa recréation sous forme d'ersatz technologique, de nature artificielle suivant l'oxymore déjà en vigueur, signifie simplement et stricto sensu, la fin de la vie et de l'humanité, l'avènement triomphal et sans partage de l'automatisation mécanique : du mort vivant.
Commenter  J’apprécie          00