AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
NMTB   27 mai 2018
La Montagne magique de Thomas Mann
La maladie était la forme dépravée de la vie. Et la vie pour sa part ? N’était-elle peut-être, elle aussi, qu’une maladie infectieuse de la matière, de même que ce que l’on pouvait appeler la genèse originelle de la matière, n’était peut-être que maladie, que réflexe et prolifération de l’immatériel ? Le premier pas vers le mal, la volupté et la mort était, sans nul doute, parti de là où, provoqué par le chatouillement d’une infiltration inconnue, cette première condensation de l’esprit, cette végétation pathologique et surabondante de son tissu s’était produite qui, mi-plaisir, mi-défense, constituait le premier degré du substantiel, la transition de l’immatériel au matériel. C’était le péché originel. La deuxième génération spontanée, le passage de l’inorganique à l’organique, n’était plus qu’une dangereuse prise de conscience du corps, de même que la maladie de l’organisme était une exagération enivrée et une accentuation dépravée de sa nature physique : la vie n’était plus qu’une progression sur le sentier aventureux de l’esprit devenu impudique, un réflexe de chaleur de la matière éveillée à la sensibilité, et qui s’était montrée réceptive à cet appel…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   27 mai 2018
La vie et l'oeuvre de Jean-François Millet de Alfred Sensier
Je suis venu à Paris avec mes idées toutes faites en art, et je n'ai pas jugé à propos de les modifier. J'ai été plus ou moins amoureux de tel maître et de telle forme d'expliquer l'art, mais je n'ai rien modifié au fond. Vous connaissez mon premier dessin fait au pays, sans maître, sans modèle, sans guide : il est encore là dans mon atelier; je n'ai jamais fait autre chose depuis. Vous ne m'avez jamais vu peindre que dans l'ombre : c'est la demi-teinte dont j'ai besoin pour me rendre la vue perçante et me débrouiller le cerveau; ça a été mon meilleur maître.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   27 mai 2018
La vie et l'oeuvre de Jean-François Millet de Alfred Sensier
La mer était pour François Millet un sujet d'études et de sensations profondes. Il aurait voulu en reproduire la grandeur et l'épouvante. Il lui était resté des tempêtes de l'Océan un souvenir qui dura jusqu'à la fin de sa vie.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   27 mai 2018
La vie et l'oeuvre de Jean-François Millet de Alfred Sensier
Millet, le peintre des paysans, est né le 4 octobre 1814, au hameau de Gruchy, commune de Gréville, canton de Beaumont (Manche). Il était le second enfant de Jean-Louis-Nicolas Millet, cultivateur, et de sa femme légitime Aimée-Henriette-Adélaïde Henry. L'aînée des enfants était une fille (Émilie) qui plus tard épousa un habitant du hameau, nommé Lefèvre. Sa grand'mère fut sa marraine. Elle le nomma Jean, du nom de son père, et François, parce que c'était un grand saint qu'elle aimait et dont elle invoquait souvent la protection. Saint François d'Assise, l'infatigable contemplateur des choses de la nature, était, en effet, un patron bien choisi pour l'homme qui, plus tard, devait être l'amant le plus passionné de l'oeuvre de Dieu.
Commenter  J’apprécie          00
JIMEDE   27 mai 2018
Brasier noir de Greg Iles
Le destin ne laisse pas les hommes choisir les guerres qu'ils doivent mener. Ni même les batailles, parfois. Mais, contre toute attente, un homme déterminé peut quelquefois accomplir des choses remarquables.
Commenter  J’apprécie          00
michfred   27 mai 2018
Kupka : Pionnier de l'abstraction de Brigitte Léal
(..) dans ses premières oeuvres non-figuratives, Kupka s'emploiera à communiquer ses visions subjectives au travers d'une multitude de formes inventées et logiques à l'intérieur de leurs organismes, donnant alors souvent des titres narratifs à ces histoires de formes. "Le plus important dans la problématique de la forme est de se demander si la forme est née de la nécessité intérieure ou pas" écrit Vassily Kandinsky en 1912 dans son article "Sur la question de la forme".
Commenter  J’apprécie          20
Nic66   27 mai 2018
Les quatre morts de Jean de Dieu de Andrée Chedid
Elle aurait tant voulu prolonger le temps, qu’ils vieillissent lentement ensemble. Elle aurait aimé égrener la vieillesse, la diluer dans l’air des saisons, s’emparer des années, les dissoudre, ou les fuir d’un seul bond. Vieillir. Prendre le temps de vieillir très lentement, détisser le temps qui s’agglutine, rompre ce temps qui colle à nos basques et qui se réduit de plus en plus. Elle aurait tant souhaité une très longue vie qui n’aurait pas de fin.



La vie, il faut la saisir au collet depuis son plus jeune âge. Avec sérénité, mais avec appétit féroce. 



Ce révolté était un curieux mélange, alternant citations sanguinaires et préceptes du cancre qu’il n’était pas, comme par exemple : «  Ne jamais remettre au lendemain ce que l’on peut remettre au surlendemain. »



Les sentiments, parfois blessés, frétillaient comme de petites vagues turbulentes sur la surface de l’eau. Vite résorbés, ils filaient au loin dans le grand fleuve de la vie.
Commenter  J’apprécie          00
michfred   27 mai 2018
Kupka : Pionnier de l'abstraction de Brigitte Léal
La force et l'énergie de celui qui produit la ligne ont un effet sur le mécanisme de l'oeil, lui imposant ses orientations et créant ainsi la forme. Les formes ne sont pas seulement des moyens esthétiques, elles sont surtout des "enveloppes" symboliques, les expressions sensibles des mouvements de l'esprit et de l'âme.
Commenter  J’apprécie          00
Under_The_Moon   27 mai 2018
Mon nom est Aram de William Saroyan
What is the loss of a horse ? Haven't we all lost the homeland ?



(dans "The Summer of the Beautiful White Horse")
Commenter  J’apprécie          00
ElineTirant   27 mai 2018
Le secret de Lomé de Alexiane De Lys
-Auriez-vous l'obligeance, ma chère, de descendre de votre perchoir afin que nous puissions discuter à notre aise, sans heurter la sensibilité de nos cordes vocales?

Laena ricane.

- C'est une Fille de Tán, lollan. Que veux-tu qu'elle comprenne si tu lui fais de la poésie.

Je suis, je dois l'avouer, profondément offensée. C'est vrai que je n'étais pas la meilleure en français, mais je ne suis pas assez stupide pour ignorer le sens du mot « obligeance »! J'ouvre la bouche pour la première fois, faisant sursauter Laena, à ma grande satisfaction. Quand le premier mot sort, réalise, à ma grande surprise, que je ne parle pas le français, mais bien le dialecte local.

-Je ne descendrai point de mon perchoir, ne vous en déplaise. Je n'ai guère d'estime pour vos cordes vocales, et les miennes de portent à merveille. Quant à toi, la brunasse, va ramasser les déjections de tes bestioles, tu n'as l'air bonne qu'à ça.
Commenter  J’apprécie          00
michfred   27 mai 2018
Kupka : Pionnier de l'abstraction de Brigitte Léal
Qu'elles soient figuratives ou abstraites, ces oeuvres* sont soutenues par un même sens de la couleur et du rythme, et un lyrisme imminent.



* Amorpha, fugue à deux couleurs, 1912 et Plans verticaux III, 1913.
Commenter  J’apprécie          20
totopinette   27 mai 2018
La beauté des jours de Claudie Gallay
Il y a toujours une ligne qui mène là où on veut, mais la ligne n’est pas toujours droite.
Commenter  J’apprécie          10
Under_The_Moon   27 mai 2018
Mon nom est Aram de William Saroyan
We were proud first, honest next, and after that we believed in right and wrong.



(dans "The Summer of the Beautiful White Horse")
Commenter  J’apprécie          00
totopinette   27 mai 2018
La beauté des jours de Claudie Gallay
C’est pas vrai qu’on recommence à zéro. On ne recommence rien, on continue, comme on peut et du mieux qu’on peut. On peut juste essayer d’être meilleure.

Commenter  J’apprécie          00
totopinette   27 mai 2018
La beauté des jours de Claudie Gallay
C’est justement parce que certaines choses ne sont pas possibles qu’il faut essayer de les faire.
Commenter  J’apprécie          00
totopinette   27 mai 2018
La beauté des jours de Claudie Gallay
On dit que les parents et les enfants, c’est fait pour s’aimer, eh bien ça ne se passe pas toujours comme ça, pas aussi bien.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   27 mai 2018
Les Chefs-d'Œuvre de la Peinture Italienne de Paul Mantz
Si l'école ombrienne n'avait eu pour la guider que des maîtres comme Alunno, elle aurait pu s'égarer, et elle fût malaisément arrivée au but secret de ses efforts, la grâce attendrie et touchante. Mais un artiste véritablement doué, Piero della Francesca, lui montra le bon chemin, et soudain les hésitations furent dissipées, le succès devint possible. Ce maître, beaucoup plus toscan qu'ombrien, exerça sur ses contemporains une influence réelle. Il fut habile dans la peinture religieuse, et il traita le portrait avec une autorité magistrale.
Commenter  J’apprécie          10
totopinette   27 mai 2018
La beauté des jours de Claudie Gallay
Les chats ont sept vies, et au terme de la septième, ils emportent leur maître avec eux.
Commenter  J’apprécie          00
Palmyre   27 mai 2018
Les passeurs de livres de Daraya de Delphine Minoui
Ce qui importe, c'est la pensée. Ne laisse personne te manipuler pour servir ses objectifs.
Commenter  J’apprécie          20
Jacopo   27 mai 2018
Les Chefs-d'Œuvre de la Peinture Italienne de Paul Mantz
Et c'est aussi chez ces maîtres, que nous appelons naïfs et qu'il faudrait appeler sincères, le même culte pour la réalité, aussi bien au point de vue

de la forme des choses que du sentiment humain. Zanetti, parlant de Carpaccio, a dit un mot touchant : Aveva in Cllore la verità, : «Il portait la vérité dans son coeur. » Mais il ne fut pas seul à abriter en son âme ce précieux trésor : Vénitiens et Padouans, Trévisans et Véronais, tous les maîtres du quinzième siècle possédèrent leur part de cette richesse morale; ils eurent tous la sincérité de la recherche, la sincérité de l'émotion, et c'est pour cela qu'il faut les aimer.
Commenter  J’apprécie          00