AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Colchik24 septembre 2017
Les années de Annie Ernaux
Ce ne sera pas un travail de remémoration, tel qu'on l'entend généralement, visant à la mise en récit d'une vie, à une explication de soi. Elle ne regardera en elle-même que pour y retrouver le monde, la mémoire et l'imaginaire des jours passés du monde, saisir le changement des idées, des croyances et de la sensibilité, la transformation des personnes et du sujet, qu'elle a connus et qui ne sont rien, peut-être, auprès de ceux qu'auront connus sa petite-fille et tous les vivants en 2070. Traquer des sensations déjà là, encore sans nom, comme celle qui la fait écrire
Commenter  J’apprécie          00
Sharon24 septembre 2017
Le complot du trident de Tristan Koëgel
Servius, tu n'est pas de ceux qui laissent les coupables respirer le même air que toi, n'est-ce pas ? Alors, ferme les portes et laisse-moi te dire qui est cet homme que tu crois connaître.
Commenter  J’apprécie          00
Ladoryquilit24 septembre 2017
Mon amie Adèle de Sarah Pinborough
Tout le monde a ses secrets Lou. Tout le monde devrait avoir le droit de garder ses secrets. On ne peut pas tout connaître d'une personne. Ce serait de la folie d'essayer.
Commenter  J’apprécie          00
Ladoryquilit24 septembre 2017
Le meurtre d'O'Doul Bridge de Florent Marotta
Car Michael savait qu'il rêvait et qu'il ne pouvait rien faire pour arrêter son état. Prisonnier de son esprit, condamné à revivre les pires moments de sa vie. Encore et encore.
Commenter  J’apprécie          00
Sharon24 septembre 2017
Tombé du ciel de Nikki Godwin
Tuck avait raison sur un point. Un drame peut révéler une certaine beauté.
Commenter  J’apprécie          00
Ladoryquilit24 septembre 2017
Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde
S'ensuit un silence qui paraît durer longtemps, un siècle. Probablement deux ou trois secondes. Mais parfois, il y a des moments de deux ou trois secondes qui s'étirent comme des siècles.
Commenter  J’apprécie          00
Ladoryquilit24 septembre 2017
Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde
C'est comme ça qu'on range quelque chose à l'abri des regards, pense-t-elle. C'est joli, c'est net. On le voit, et l'instant d'après, on ne le voit plus. Avant, elle était capable de faire ça avec tout. Mais maintenant, elle sait. Il y a des choses qu'on ne met pas au placard aussi facilement.
Commenter  J’apprécie          00
Ladoryquilit24 septembre 2017
Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde
Quand on est dans le pétrin, c'est comme ça. Cela prend tout le temps qu'on avait l'habitude de consacrer à travailler, à manger et à dormir. Ca aspire toute votre vie comme un trou noir dans l'espace aspire la lumière du soleil. Et alors, là où vous aviez une vie, tout ce qu'il vous reste, c'est de vous retrouver dans ce pétrin.
Commenter  J’apprécie          00
helhiv24 septembre 2017
Ceux qui avaient choisi de Charlotte Delbo
Nous sommes deux écorchés, chacun couvrant ses écorchures aussi dignement que possible. Nous ne pouvons pas échanger trois phrases sans nous demander pardon.
Commenter  J’apprécie          00
Henri-l-oiseleur24 septembre 2017
L'Odyssée de Homère
Mais Celui qui ébranle la terre n'avait point oublié les menaces qu'il avait faites au divin Odysseus, et il interrogea la pensée de Zeus :

- Père Zeus, je ne serai plus honoré par les Dieux immortels, puisque les Phaiakiens ne m'honorent point, eux qui sont cependant de ma race. En effet, je voulais qu'Odysseus souffrît encore beaucoup de maux avant de rentrer dans sa demeure, mais je ne lui refusais point entièrement le retour, puisque tu l'as promis et juré. Et voici qu'ils l'ont conduit sur la mer, dormant dans leur nef rapide, et qu'ils l'ont déposé dans Ithakè. Et ils l'ont comblé de riches présents, d'airain, d'or et de vêtements tissés, si nombreux, qu'Odysseus n'en eût jamais rapporté autant de Troiè, s'il en était revenu sain et sauf, avec sa part du butin.



XIII, p. 222
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_24 septembre 2017
Le Suicide français de Eric Zemmour
Aux soulèvements irrationnels et non maîtrisables, les révolutions religieuses. Place à l’islam.



En tant qu’éminent représentant de ces intellectuels français, seuls aptes en raison de leur histoire glorieuse à distinguer le bon grain de l’ivraie, l’authentique révolution de la basse révolte, Michel Foucault donne sa bénédiction à la révolution iranienne.



Ce n’est pas un hasard. L’islam a toutes les vertus pour reprendre le flambeau. Selon un de ses grands spécialistes, Maxime Rodinson, il est « un communisme avec Dieu ». Religion universelle, égalitaire (pour les hommes musulmans), dogmatique, assoiffée de justice et de certitudes, refusant le doute et le débat pour éviter toute fitna (ce que les communistes appelaient dans leur jargon une scission), l’islam ne connaît pas de séparation entre le public et le privé, et enserre la vie quotidienne de ses fidèles dans un entrelacs serré de prescriptions. Il ne connaît ni nations ni États, et rêve d’unification universelle sous la domination du califat, comme les communistes enrégimentaient l’humanité entière sous la bannière de l’internationalisme prolétarien. Maxime Rodinson, à qui on demandait d’expliquer la signification profonde de l’Oumma, la communauté des croyants, livrait cette boutade en guise de réponse : « L’Oumma, c’est L’Huma. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lise Bourbeau
BigDream24 septembre 2017
Lise Bourbeau
C'est toujours la personne qui veut que l'autre réponde à ses désirs qui est l'égoïste. L'autre, en disant non, ne fait qu'exprimer ses propres besoins ou ses limites.
Commenter  J’apprécie          00
adeline88124 septembre 2017
L'enquête russe de Jean-François Parot
Quand tu es entré comme un cheval fougueux j'en achevais la lecture attentive
Commenter  J’apprécie          00
Lise Bourbeau
BigDream24 septembre 2017
Lise Bourbeau
Il est impossible de toujours plaire à ses proches. Ceux qui s'efforcent de le faire font preuve d'un grand manque d'amour envers eux-mêmes, ce qui aura pour conséquence qu'ils douteront que les autres puissent les aimer véritablement.
Commenter  J’apprécie          00
Henri-l-oiseleur24 septembre 2017
L'Odyssée de Homère
- Pourquoi, Polyphèmos, pousses-tu de telles clameurs dans la nuit divine et nous réveilles-tu ? Souffres-tu ? Quelque mortel a-t-il enlevé tes brebis ? Quelqu'un veut-il te tuer par force ou par ruse ?

Et le robuste Polyphèmos leur répondit du fond de son antre :

- Ô amis, qui me tue par ruse et non par force ? Personne.

Et ils lui répondirent ces paroles ailées :

- Certes, nul ne peut te faire violence, puisque tu es seul. On ne peut échapper aux maux qu'envoie le grand Zeus. Supplie ton père, le roi Poseidaôn.



IX, p. 164
Commenter  J’apprécie          10
Piatka24 septembre 2017
Les huit montagnes de Paolo Cognetti
Après l'enterrement discret de mon père j'avais réfléchi longuement à sa solitude, cette espèce de conflit permanent qu'il y avait entre lui et le reste du monde : il était mort au volant de sa voiture sans qu'aucun ami le regrette. Du côté de ma mère, je voyais les fruits d'une vie passée à cultiver les relations, à les soigner comme les plantes de son balcon. Je me demandais si on pouvait acquérir un don pareil, ou si on naissait avec, et c'est tout.
Commenter  J’apprécie          30
BigDream24 septembre 2017
La Puissance de l'acceptation de Lise Bourbeau
Personne au monde ne peut rendre quelqu'un d'autre heureux; le bonheur ne peut venir que de l'intérieur de soi.
Commenter  J’apprécie          10
vallalectrice24 septembre 2017
PERRI de Felix Salten
il était une fois, au fond d'un bois touffu, un bébé écureuil qui venait de naître. c'etait une fille. Elle s'appelait Perri.
Commenter  J’apprécie          10
vallalectrice24 septembre 2017
Percevan, tome 2 : Le tombeau des glaces de Xavier Fauche
Monseigneur, regardez le cavalier est encore la.....
Commenter  J’apprécie          00
vallalectrice24 septembre 2017
Michel Vaillant, Tome 16 : Km 357 de Jean Graton
La nuit de septembre vient de recouvrir la campagne silencieuse...Parfois l'aboiement d'un chien...ou le bruit d'un gros poids lourd qui passe, la bas sur la nationale 10...
Commenter  J’apprécie          00