AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
missmolko1   17 décembre 2018
Mercury and Me de Jim Hutton
Eventually Freddie and I fell into his bed, too drunk to do anything more than fumble about with each other to little effect. Freddie cuddled up to me affectionately. We both nattered away until we finally flaked out. Next morning we lay entwined, carrying on talking where we’d left off. When we got around discussing what each of us did for a living I told him I was a hairdresser. He said, ‘I’m a singer’. Then he offered to go and make me a cup of tea.
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1   17 décembre 2018
Mercury and Me de Jim Hutton
‘Let me buy you this,’ said a voice. I looked up. It was the chap from the Cocobana in 1983. Freddie Thing. I’d had a fair amount to drink. My tongue had loosened up. My defences were down.

‘No, I’ll buy you one,’ I said.

‘A large vodka tonic,’ came the reply. There went my fiver in one go. If I was lucky I would be left with a little over £1, perhaps enough to get the night bus back to Sutton.

‘How big’s your dick?’ Freddy asked, laughing. I was, I later learned, a typically outrageous Freddie opening gambit.

I don’t like answering such personal questions, so I said:

‘It’s none of your business!’
Commenter  J’apprécie          00
Fifibrinda   17 décembre 2018
Brassens auprès de son arbre de Tillieu André
Quand on aime les gens, ils meurent, bien sûr; c'est-à-dire qu'ils s'absentent un petit peu ... Mais jamais personne de ceux que j'ai aimé n'est mort. (Brassens)
Commenter  J’apprécie          00
Fifibrinda   17 décembre 2018
L'abbesse de crewe de Muriel Spark
En tant que créatures, nous sommes un peu inférieures aux anges. Cela me pèse ...
Commenter  J’apprécie          00
Bobby_The_Rasta_Lama   17 décembre 2018
L'attrapeur d'ombres : La vie épique d'Edward S. Curtis de Timothy Egan
En 1900, les recenseurs sont sur le terrain, concertant enfin leurs efforts pour dénombrer tous les Indiens - et ce, à une époque où les violences entre les premiers et les nouveaux habitants du continent on enfin cessé. La Frontière est close, comme l'a annoncé quelques années plus tôt le Bureau de recensement américain - il n'y a plus de ligne à repousser vers l'ouest ni de grand espace vide à remplir d'immigrants. Les résultats préliminaires sèment l'émoi chez les personnes chargées de prendre le pouls de la nation américaine. Les chiffres ne sont pas bons : le nombre d'Indiens baisse, d'une manière spectaculaire. Et ils sont conformes à d'autres indicateurs de déclin : en 1900, les tribus possèdent moins de 2% des terres qui leur appartenaient jadis. Des langues entières ont disparu - plus que des mots, ce sont des visions du monde qui se perdent. Tous ces phénomènes ont été annoncés depuis un certain temps, et considérés comme établis. En 1831, Alexis de Tocqueville, en observateur visionnaire, écrivait déjà : "Isolés dans leur propre pays, les Indiens n'ont plus formé qu'une petite colonie d'étrangers incommodes au milieu d'un peuple nombreux et dominateur."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cicou45   17 décembre 2018
La Grande légende de Roma et Sita de Patrice Favaro
"La peur est un poison violent."
Commenter  J’apprécie          91
Crazynath   17 décembre 2018
Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame
Il n'avait de sa vie jamais vu de cours d'eau - espèce de gros animal luisant et sinueux toujours en fuite, gloussant, se saisissant de choses avec un glouglou et les recrachant un peu plus loin dans un gargouillis, pour se jeter aussitôt sur d'autres camarades de jeu qui se libéraient en s’ébrouant de son emprise pour se retrouver de nouveau captifs. Là, tout n'était que tremblements et frissonnements, lueurs et étincelles, bruissements et remous, chuchotements et bouillonnements.
Commenter  J’apprécie          30
Fifibrinda   17 décembre 2018
Le Lys d'or de Philippe Sollers
Le matin, c'est encore sept bleus différents : celui, clair et profond, du ciel haut; le bleu-blanc plus chaud du ciel bas; le bleu-vert de la côte; le bleu cobalt océan central; le bleu turquoise océan latéral; le bleu-noir près des digues; le bleu renversé dans l'eau plus calme du lac. Et au moins une dizaine de verts : l'herbe ici et l'herbe là, pins parasols, lauriers, acacias, fusains, rosiers et lilas ... Et puis les plaques de soleil, inégales, variables, plus ou moins sensibles, on dirait, selon les parfums.
Commenter  J’apprécie          00
koalas   17 décembre 2018
Nul n'est à l'abri du succès de Pascal Garnier
Mon fauteuil est fier de moi, tous les deux nous allons faire une longue carrière.
Commenter  J’apprécie          90
Crazynath   17 décembre 2018
Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame
Les secrets exerçaient sur lui un attrait irrésistible, car il n'avait jamais pu en garder un, et il savourait cette sorte de plaisir interdit quand il vendait la mèche après avoir juré d’être une tombe.
Commenter  J’apprécie          00
JeanLouisBOIS   17 décembre 2018
Montaigne à cheval de Jean Lacouture
L'extraordinaire liberté introspective qu'inventent les Essais est le fait d'un voyant qui a connu l’extrême douceur de l'endormissement, la poignante sérénité d'un au-delà d'où il a cru revenir. (p.173).
Commenter  J’apprécie          10
Fifibrinda   17 décembre 2018
Les hommes ne veulent pas mourir de Pierre-Henri Simon
Les hommes ne sont pas des saints. Ce n'est déjà pas si mal s'ils restent des hommes.
Commenter  J’apprécie          00
Friedrich Hölderlin
gavarneur   17 décembre 2018
Friedrich Hölderlin
Nous cheminons vers le sens dans la mesure où nous habitons en poète sur la terre.



Cité dans La poésie sauvera le monde, de Jean-Pierre Siméon
Commenter  J’apprécie          90
Fifibrinda   17 décembre 2018
Le cheval de vent de Patrick Segal
Faut-il toujours être en pénitence pour comprendre le cœur de l'autre ? Faut-il pleurer de solitude pour se jurer de parler ?
Commenter  J’apprécie          00
JeanLouisBOIS   17 décembre 2018
Montaigne à cheval de Jean Lacouture
On est tenté de dire de Montaigne qu'il fut un chrétien qui aurait substitué Socrate à Jésus - le grand absent des Essais. (p.153).
Commenter  J’apprécie          00
Fifibrinda   17 décembre 2018
Le Nain astronome de Chet Raymo
Tout mon livre est illuminé par l'amour; l'amour y brille par son absence... Un paradoxe , Oui bien sûr, mais un paradoxe est au cœur de la création. Ne dit-on pas que Dieu se révèle par son absence ? Deus absconditus, n'Est-ce pas l'expression consacrée des théologiens ? Voilà le plus vieux paradoxe du monde : l'absence est présence; la nuit, lumière; l'amour qui manque, un amour révélé.
Commenter  J’apprécie          00
Joao85   17 décembre 2018
La maison abandonnée de Joel A. Sutherland
Il s’efforcerait de ne pas s'accrocher au passé. Il chérirait chaque instant avec sa mère et ses amis. Il vivrait librement. Tous ses regrets, toutes ses peurs, ses angoisses... Tout cela avait pris fin.
Commenter  J’apprécie          00
JeanLouisBOIS   17 décembre 2018
Montaigne à cheval de Jean Lacouture
[Montaigne] était voué au relativisme, à une pratique opportuniste et multipartisane du catholicisme de pouvoir. (p.116).
Commenter  J’apprécie          10
Fifibrinda   17 décembre 2018
Les Roses de Pline de Angelo Rinaldi
On n'aide jamais personne; ou les gens se sauvent eux-mêmes, ou l'on se noie avec eux.
Commenter  J’apprécie          10
Fifibrinda   17 décembre 2018
Les Cercles de l'épouvante de Jean Ray
Un chapelet de nacre pâle s'égrenait encore aux derniers doigts de lumière de l'ouest
Commenter  J’apprécie          10