AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
nathavh   29 mai 2020
Les murmures du lac de Karine Lebert
Avec le temps, Isaure en avait déduit que concevoir deux enfants d’un coup avait été un cauchemar pour sa mère. Elle se disait parfois que, si elle avait pu se débarrasser avant la naissance de celui en trop, elle l’aurait fait volontiers. Isaure pouvait presque la comprendre : élever des jumeaux était une tâche harassante à laquelle une femme enceinte n’était pas préparée. Il n’en demeurait pas moins étrange et injuste que la déception engendrée par la gémellité ait provoqué un désintérêt marqué envers l’un des deux bambins. C’était indigne de la part d’une mère et abominable pour la fillette délaissée. Durant toute son enfance et son adolescence, Isaure avait dû subir ce bannissement arbitraire et odieux. Et ses rapports conflictuels avec sa jumelle n’avaient rien arrangé…
Commenter  J’apprécie          00
colimasson   29 mai 2020
La Voie du Chamane, un Manuel de Pouvoir et de Guérison de Michaël Harner
Progressivement, une paix étrange envahit ma conscience.

Je n’avais plus froid, je ne me sentais plus fatigué et je n’avais plus faim. Le bruit de l’eau tombant en cascade se fit de plus en plus distant et devint étrangement apaisant. Je sentis que j’appartenais à ce lieu, que j’avais revenu chez moi. Le mur d’eau devint iridescent, un torrent fait de millions de prismes liquides. A mesure qu’ils coulaient, j’éprouvai la sensation de flotter vers le haut comme s’ils étaient immobiles et que moi, j’étais celui qui se mouvait. Me voilà volant à l’intérieur d’une montagne ! Je riais de l’absurdité du monde.
Commenter  J’apprécie          00
sylvie2   29 mai 2020
L'Amant de Lady Chatterley de D.H. Lawrence
Tu m'aimes en ce moment plus que tu n'aurais jamais pensé m'aimer. Mais qui sait ce qui arrivera quand tu te mettras à y réfléchir?

page 297.
Commenter  J’apprécie          20
Miss-Hash   29 mai 2020
Ça, tome 2 (2/2) de Stephen King
Bons amis, mauvais amis, non. Rien que des personnes avec lesquelles on a envie de se trouver ; des personnes qui bâtissent leur demeure dans votre cœur.
Commenter  J’apprécie          00
chicha56   29 mai 2020
Nátt de Ragnar Jónasson
Ça vous plaît, l’Islande ? Depuis son arrivée dans l’île, tout le monde lui posait cette question. La belle aurore de juin annonçait une journée prometteuse. Non qu’il y ait une différence très nette entre le matin et le soir : à cette période de l’année. Le soleil brillait pratiquement sans interruption, jetant sa lumière aveuglante partout où Evan Fein portait le regard. » p 15 (Incipit)
Commenter  J’apprécie          00
chicha56   29 mai 2020
Nátt de Ragnar Jónasson
L’homme était mort. Ça ne faisait aucun doute. Et pas de doute non plus sur le fait qu’il s’agissait d’un homme, à en juger par sa corpulence et des cheveux coupés court. Impossible en revanche d’identifier son visage : il disparaissait sous une bouillie sanglante.

A la place d’un œil, une orbite vie. » p 17 a 4
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   29 mai 2020
Blake et Mortimer face aux grands mystères de l'humanité de Claude Pommereau
La mort d'Edgar P. Jacobs plonge les lecteurs dans le doute : le maître a-t-il laissé des dispositions testamentaires permettant de donner une suite aux Aventures de Blake et Mortimer ?
Commenter  J’apprécie          00
Cancie   29 mai 2020
Rhapsodie italienne de Jean-Pierre Cabanes
Carmela sait qu'elle aura le courage d'attendre le retour de Nino Beddu. Dans l'île, le temps ne compte pas, la durée, les délais, c'est pour les gens de Rome. En Sicile, on ne vieillit pas. on va doucement vers la mort, ce qui n'est pas la même chose, d'ailleurs les gens ne meurent pas vraiment, ils passent de l'autre côté, chargés des messages des vivants, et on continue de communiquer avec eux, bien après qu'ils ont rejoint le cimetière.
Commenter  J’apprécie          130
PatriceG   29 mai 2020
Une femme aimée de Andreï Makine
Monsieur l'Académicien : "Finie la branlette cérébrale" !

"il sent le serrement d'une main sur son sexe, la femme s'assure que le temps n'a pas affaibli la tension musculaire chez ce jeune prétendant.."

Elle s'assure qu'il bande, c'est tout !..
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   29 mai 2020
Elles ont changé le monde : 60 portraits de femmes d'exception de Carrie Lewis
Les femmes doivent s'essayer aux mêmes choses que les hommes. Si elles échouent, cet échec doit servir de défi aux autres.
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   29 mai 2020
Elles ont changé le monde : 60 portraits de femmes d'exception de Carrie Lewis
Une femme est comme un sachet de thé. Vous ne pouvez pas dire à quel point elle est forte avant de l'avoir plongée dans de l'eau chaude.
Commenter  J’apprécie          00
Lirealaurore   29 mai 2020
Le malheur du bas de Inès Bayard
Le suicide nécessite un seul moment de reel courage
Commenter  J’apprécie          10
chicha56   29 mai 2020
Nátt de Ragnar Jónasson
Ari Thór buvait son thé de Noël. Il avait le même goût que n’importe quel autre thé – aucun arôme particulier. Il se demanda si, au fond, Noël était censé avoir un goût spécial. Il n’y avait jamais pensé. Il se rappela que sa mère lui avait un jour expliqué que pour elle Noël était associé à l’odeur des pommes, sans doute parce que les pommes étaient rares en Islande à ‘époque où ses parents étaient des enfants. » p 104 a 13
Commenter  J’apprécie          00
chicha56   29 mai 2020
Nátt de Ragnar Jónasson
J’ai perdu la notion des jours, mais je sais encore distinguer le week-end de la semaine. Vous savez comment ?

Ari Thór resta immobile, attendant la réponse.

- Je regarde par la fenêtre quand je me lève, le matin. S’il y a du monde dans les rues, c’est la semaine, sinon c’est le week-end. Ça me suffit. L vie est tellement simple quand personne n’en a rien à foutre de vous. » p 126 a – 10
Commenter  J’apprécie          00
chicha56   29 mai 2020
Nátt de Ragnar Jónasson
Cette maison est dans ma famille depuis des lustres, un temps plus ancien que les souvenirs du plus âgé d’entre nous – et que les miens. Pourtant, mon Dieu, mes souvenirs remontent à très loin ! » p 140 a 12
Commenter  J’apprécie          00
chicha56   29 mai 2020
Nátt de Ragnar Jónasson
- Je ne me suis jamais exprimée aussi bien que ta grand-mère. Elle avait toujours un mot précis pour chaque chose. Pour moi, quand il faisait noir, il faisait noir. Mais maintenant, je suis comme elle : l’obscurité me met mal à l’aise. J’ai toujours l’impression qu’elle cache quelque chose d’inquiétant, quelque chose qui fuit la lumière. Mais quand le noir revient… alors, je repense à cette expression : la « Grande Nuit ». » p 142 a – 8
Commenter  J’apprécie          00
chicha56   29 mai 2020
Nátt de Ragnar Jónasson
Dans un éclair de lucidité, il vit, plus distinctement que jamais, la séparation entre le Bien et le Mal. Sa conscience se manifestait avec une acuité dérangeante.

Penser à cette fille était une souffrance. Il voulait la sauver mais il n’avait aucune envie de finir en prison.

Enfer et damnation…

Devait-il sauver une vie en nettoyant le bordel laissé par son ami, ou arrêter d’y penser et la laisser mourir ? Combien de nuits sans sommeil pouvait-il encore supporter ? » p 184 a - 10
Commenter  J’apprécie          00
grm-uzik   29 mai 2020
Vaudou de Wade Davis
- "Il survient des choses étranges lorsque nous mourrons, du moins s'il faut en croise ceux qui en reviennent. Les personnes ayant été aux portes de la mort parlent d'un état dans lequel il n'y a plus de notion du temps, ainsi que dans un rêve, mais qui à la différence du rêve est étrangement réel, un état où l'on a une claire conscience de l'approche de la mort acceptée dans sa réalité et même dans sa beauté."
Commenter  J’apprécie          00
Ziliz   29 mai 2020
L'empathie de Antoine Renand
Comme tous les enfants, [elle] avait reçu pour consigne de ne pas adresser la parole aux inconnus. Mais il est très difficile de ne pas répondre à un adulte courtois qui pose une question en apparence légitime, car la politesse envers les adultes est une consigne également enseignée aux enfants.

(p. 153-154)
Commenter  J’apprécie          90
sarahplds   29 mai 2020
Parce que c'est toi de Emilie de Mot
"Ne pleure pas de l'avoir perdue, mais réjouis-toi de l'avoir connue."
Commenter  J’apprécie          00