AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
DelphineMa29 avril 2017
Walden ou La vie dans les bois de Henry David Thoreau
Comme si l'on pouvait tuer le temps sans insulter l'éternité.
Commenter  J’apprécie          40
DelphineMa29 avril 2017
La tache de Philip Roth
Je suppose que tout changement de cap dans la vie implique qu'on dise : "je ne te connais pas", à quelqu'un.
Commenter  J’apprécie          20
lecassin29 avril 2017
Les armes de la nuit. de Vercors
J'attendais. J'avais le cœur serré.

Pierre parla d'une voix neutre, à ce point privée d'accent qu'elle semblait venir par delà même du désespoir :

− « J'y ai perdu ma qualité d'homme ».

Commenter  J’apprécie          30
DelphineMa29 avril 2017
Soie de Alessandro Baricco
Tout ce qui est aimé vous dépouille.
Commenter  J’apprécie          20
gingers00729 avril 2017
Le Meilleur de l'absurde de Sébastien Bailly
BANQUE

Une banque est un endroit où l'on vous prête un parapluie quand il fait beau et où on vous le reprend quand il pleut.

JÉRÔME K . JEROME
Commenter  J’apprécie          30
Maliae29 avril 2017
Le Journal intime de Georgia Nicolson, tome 1 : Mon nez, mon chat, l'amour... et moi de Louise Rennison
– On vit dans un monde libre, ma veille, tu peux pas forcer les gens à faire les trucs que tu veux toi.
Commenter  J’apprécie          00
Maliae29 avril 2017
Le Journal intime de Georgia Nicolson, tome 1 : Mon nez, mon chat, l'amour... et moi de Louise Rennison
Il s’est mis en rogne comme tous les parents du monde dès qu’on leur fait remarquer à quel point ils sont stupides et à côté de la plaque.
Commenter  J’apprécie          00
Maliae29 avril 2017
Le Journal intime de Georgia Nicolson, tome 1 : Mon nez, mon chat, l'amour... et moi de Louise Rennison
Le jour où il a saccagé mon pull quand je l’ai pris dans mes bras, j’aurais dû me douter qu’au rayon chat tout ne tournait pas rond.
Commenter  J’apprécie          00
DelphineMa29 avril 2017
Architecture sans architectes : breve introduction a l'architecture spontanee 121997 de Bernard Rudovsky
Les arcades sont une expression architecturale de l'altruisme, puisqu'elles constituent une mise à la disposition de la communauté d'une partie de la propriété privée.
Commenter  J’apprécie          00
DelphineMa29 avril 2017
Architecture sans architectes : breve introduction a l'architecture spontanee 121997 de Bernard Rudovsky
L'architecture vernaculaire n'est pas soumise aux caprices des modes. Pratiquement immuable, elle n'est pas non plus susceptible d'améliorations, puisqu'elle répond parfaitement à son objet. En général, l'origine des formes architecturales et des méthodes de construction indigènes se perd dans la nuit des temps.
Commenter  J’apprécie          00
marina5329 avril 2017
Crocs de Patrick Dewdney
Quand ils ont mis au jour les tumulus gaulois, figés par des siècles de déliquescence, j’avais aidé. J’ai commis près d’ici mon ultime profanation. J’espérais qu’il y en aurait d’autres. La pioche et moi, nous avions creusé. Avec avidité, nous avions exposé les débris des morts, fouillé la terre comme on fouille une amante. À grands coups, lorsqu’il n’y avait plus rien à blesser, mais délicatement, surtout. Par effleurements spasmodiques. Je m’étais rendu complice des ouvrages, comme je l’avais toujours fait, sans savoir que ce serait la dernière fois.
Commenter  J’apprécie          90
Alfaric29 avril 2017
One Piece, Tome 63 : Otohime et Tiger de Eiichirô Oda
La reine avait choisi d’endurer le présent pour mieux changer le futur… Par contre, Fisher Tiger a renoncé à son futur pour sauver les esclaves des souffrances de leur présent… Qui pourrait dire lequel des deux avaient raison ?
Commenter  J’apprécie          40
palamede29 avril 2017
Oeuvres Romanesques de Marguerite Yourcenar
Vous ne saurez jamais



Vous ne saurez jamais que votre âme voyage

Comme au fond de mon cœur un doux cœur adopté ;

Et que rien, ni le temps, d’autres amours, ni l’âge,

N’empêcheront jamais que vous ayez été.



Que la beauté du monde a pris votre visage,

Vit de votre douceur, luit de votre clarté,

Et que ce lac pensif au fond du paysage

Me redit seulement votre sérénité.



Vous ne saurez jamais que j’emporte votre âme

Comme une lampe d’or qui m’éclaire en marchant ;

Qu’un peu de votre voix a passé dans mon chant.



Doux flambeau, vos rayons, doux brasier, votre flamme,

M’instruisent des sentiers que vous avez suivis,

Et vous vivez un peu puisque je vous survis.



(Extrait de Sept poèmes pour une morte. Recueil Les Charités d’Alcippe )
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaoui29 avril 2017
Dynasties, tome 1 : Entre les flammes de Ilona Andrews
Dans notre monde, la filiation était tout. Les familles magiques étaient à la tête de corporations et la plupart des grandes villes étaient divisées en territoires appartenant aux familles. Certaines d’entre elles n’étendaient leur influence que sur quelques pâtés de maisons, d’autres contrôlaient des quartiers entiers. Votre nom de famille et votre arbre généalogique pouvaient vous ouvrir des portes… ou vous faire tuer. Quand la famille prenait suffisamment d’importance, elle était considérée comme une maison.
Commenter  J’apprécie          00
steka29 avril 2017
L'aigle et le serpent de Guzman M l
Elle marchait dans une extraordinaire harmonie de rythmes suaves, sinueux et souples qui se déployaient autour de points vitaux fixes. Elle avait tant d'art, pour traverser la cour, que ses pieds, en un admirable jeu de chevilles, se plaçaient alternativement sur une seule ligne idéalement droite. Cette audace de la démarche se répercutait d'abord dans les hanches, d'où elle se ramifiait en de très délicates ondulations qui gagnaient la taille, le cou, la tête - magnifique tête, magnifique cou, magnifique taille - pour mourir dans le balancement des bras. Le corps cambré, elle répandait la sève de sa belle jeunesse, la communiquait au sol et la faisait monter ensuite le long des murs dans l'unique but de galvaniser l'organisme de pierre et les petits organismes de chair qui l'habitaient, soumis aux chaînes d'une double prison.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
Dynasties, tome 1 : Entre les flammes de Ilona Andrews
La perfection de ses traits évoquait celle des statues grecques, avec des lignes masculines et marquées mais jamais grossières. Imberbe, avec un nez puissant et une bouche ferme, il affichait le genre de beauté qui attire les regards. Sa peau était éclatante de santé et ses yeux verts emplis d’intelligence et de vivacité vous transperçaient derrière des lunettes presque invisibles. Il était sans doute contraint d’employer des gardes du corps dès qu’il quittait l’immeuble pour repousser tous les sculpteurs désireux de l’immortaliser dans le marbre.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui29 avril 2017
Dynasties, tome 1 : Entre les flammes de Ilona Andrews
On raconte qu’une femme de moins de soixante kilos n’a aucune chance face à un homme athlétique qui en fait quatre-vingt-dix. C’est une connerie. Il suffit de prendre la décision de lui faire mal… et de ne pas hésiter.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
Dynasties, tome 1 : Entre les flammes de Ilona Andrews
Certains types deviennent rouges de colère et se mettent à hurler. D’autres sont comme paralysés. Ceux-là sont comme ces chiens qui mordent parce qu’ils ont peur. Poussez-les un peu trop loin et ils deviennent dingues.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
Dynasties, tome 1 : Entre les flammes de Ilona Andrews
Les gens mentent pour de nombreuses raisons : pour sauver leur peau, pour s’éviter des ennuis, pour ne pas blesser leur interlocuteur. Les manipulateurs mentent pour obtenir ce qu’ils désirent. Les narcissiques mentent pour paraître grandioses aux yeux des autres et d’eux-mêmes. Les alcooliques en sevrage mentent pour protéger ce qui reste de leur réputation en lambeaux. Et ce sont ceux qui nous aiment le plus qui nous mentent le plus, parce que la vie est une route cahoteuse qu’ils essaient d’adoucir pour nous.
Commenter  J’apprécie          01
rkhettaoui29 avril 2017
Dynasties, tome 1 : Entre les flammes de Ilona Andrews
Elle contempla ses iris et, l’espace d’une fraction de seconde, entrevit l’immensité du pouvoir qui résidait en lui. C’était comme de se trouver en face d’une avalanche avant qu’elle vous avale tout entier. À cet instant, elle sut que tout ce qu’on racontait était vrai. C’était un tueur, un fou.
Commenter  J’apprécie          00