AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
aimeryjoessel   19 août 2018
Le livre des fuites de J. M. G. Le Clezio
C'est d'une autre façon qu'il faut aimer ce pays. Il faut l'aimer, non parce qu'il est différent, ou lointain (lointain de quoi ?), mais parce que c'est un pays qui ne se laisse pas prendre facilement ; parce que c'est un pays qui se défend contre l'intrusion, parce qu'il a une vérité intérieure que je ne connaîtrai sans doute jamais. Parce qu'il est, comme mon pays, un lieu de ce monde, un instant de ce temps irréductibles aux théories et aux schémas. Il n'est fait d'aucun artifice. Tout ce qui s'y trouve lui appartient. Comment ne pas être ému par tant de de contradictions naturelles, de sérénité et de violence, de saleté et de beauté ? Ces contradictions sont réelles. La terre n'est pas fabuleuse, ni paradisiaque. Elle n'est donc pas l'enfer.
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   19 août 2018
La Gestalt aujourd'hui de Gonzague Masquelier
La notion de "stratégie thérapeutique" est fondamentale et novatrice en Gestalt-thérapie. Elle me semble reposer sur trois concepts : c'est une posture dialogale, herméneutique et centrée sur le processus. C'est l'ensemble de ces trois stratégies qui donnent à la Gestalt son originalité et sa pertinence.

Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   19 août 2018
La Gestalt aujourd'hui de Gonzague Masquelier
La Gestalt regarde donc la psychopathologie comme une rigidité qui bloque le processus de croissance, une inadaptation un environnement en perpétuelle mutation. elle insiste sur le principe de singularité, à savoir que chacun développe à sa manière originale de s'ajuster au monde, ce qui

frustre ceux qui recherchent des lois générales pour décrire le comportement humain.

Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   19 août 2018
La Gestalt aujourd'hui de Gonzague Masquelier
La conception de la santé et de la pathologie gestaltiste me semble foncièrement phénoménologique, à savoir que ce n'est pas la vérité de ma situation qui est importante, mais l'écho en moi de cette situation. C'est ma prise de conscience d'un événement qui lui donne du sens.

Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   19 août 2018
La Gestalt aujourd'hui de Gonzague Masquelier
La notion de la bonne santé en Gestalt-thérapie me semble très proche de celle que définit l'Organisation mondiale de la Santé : "La santé n'est pas l'absence de maladie ou d'infirmité, mais un état complet de bien-être physique, mental et social."
Commenter  J’apprécie          00
araucaria   19 août 2018
Quattrocento de Stephen Greenblatt
Le refus haineux du plaisir et l'affirmation de la colère providentielle de Dieu : voilà qui sonnait le glas de l'épicurisme, désormais qualifié de "folie" par les croyants. Lucrèce incitait celui qu'animait un désir sexuel à satisfaire ce désir. Le christianisme indique un autre chemin. C'est ce que démontre une histoire racontée par Grégoire le Grand, dans laquelle le pieux Benoît se prend à songer à une femme qu'il a vue un jour. Son désir est immédiatement éveillé :

- Il aperçut à ses côtés des touffes d'orties et des buissons épais. Aussitôt, il se dépouilla, se jeta tout nu sur les épines acérées et sur les cuisantes orties. Après s'y être longuement roulé, il se releva tout ensanglanté, et les blessures de son corps guérirent les blessures de son coeur. La cruelle inflammation qu'il s'était infligée extérieurement éteignit dans son sein les pensées coupables. Dès lors (...), la tentation de la volupté fut si bien domptée, qu'il ne ressentit plus jamais rien de semblable. -



Ce qui était salutaire pour le saint au début du VIe siècle le serait pour d'autres; les règles monastiques y veilleraient. Et la poursuite de la douleur triompha sur celle du plaisir au cours de l'une des transformations culturelles majeures de l'histoire de l'Occident.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
montmartin   19 août 2018
La saison des feux de Celeste Ng
Dans cette belle ville, parfaitement ordonnée où tout le monde s'entendait bien et obéissait aux règles, où tout devait paraître beau et parfait de l'extérieur, qu'importe le désordre à l'intérieur.
Commenter  J’apprécie          20
mcd30   19 août 2018
Anges Gaïens, tome 1 : La Toile de l'Eveil de Iom Kosta
Mais ce millénaire de paix arrive à son terme, et en notre monde sont à présent réunies les âmes les plus viles et les plus nobles, les Anges et les Démons. Le combat ultime pour la Conscience approche. La bataille n'a pas seulement lieu au XXIè siècle, elle se poursuit ici même après un millénaire de trêve. Les temps sont venus.
Commenter  J’apprécie          30
montmartin   19 août 2018
La saison des feux de Celeste Ng
Mais après avoir brûlé, le sol est plus riche et la végétation peut repousser... Les gens sont pareils, tu sais ils repartent de zéro. Ils trouvent un moyen.
Commenter  J’apprécie          00
nameless   19 août 2018
Le bon père de Noah Hawley
Si je pouvais seulement m'organiser, [...]. Si je pouvais seulement avoir un coup de bol. Si je pouvais seulement perdre 5 kilos et arrêter de sortir avec des salauds.

p. 106
Commenter  J’apprécie          112
Sebthos   19 août 2018
En guerre de François Bégaudeau
Elle ne racontera pas que les objectifs de productivité de chacun doivent croître en permanence. Ni qu’une panne à l’origine d’un retard doit être justifiée par la note du garagiste sous peine de retrait sur la paie. Ni que les managers nommés associates encouragent les employés à signaler des collaborateurs qui traîneraient les pieds, discuteraient entre eux, auraient un comportement suspect, ou voleraient, si tant est que les travailleurs aussi robotisés par le rythme qu’écœurés par les montagnes de marchandises aient jamais l’idée de voler. Ni qu’en scannant le pickeur se scanne, trace ses déplacements, assure sa propre surveillance. Ni qu’à Pâques les cadres ont organisé une chasse aux œufs, avec à la clé une cocotte en chocolat pour chacun. Ni que, pour une raison peu obscure, les recruteurs prisent particulièrement les anciens militaires.

Tout ça restera entre nous.



Pages 147-148, Verticales, 2018.
Commenter  J’apprécie          120
montmartin   19 août 2018
La saison des feux de Celeste Ng
Vous les mecs, vous croyez que tout est lié aux hormones. Les hormones et les règles. Si les hommes avaient leurs règles, crois-moi vous seriez tous en train de vous rouler par terre à cause des crampes.
Commenter  J’apprécie          00
montmartin   19 août 2018
La saison des feux de Celeste Ng
Peut-être qu'à la naissance on devrait tous être confiés à une famille d'une autre race. Peut-être que ça résoudrait le problème du racisme une bonne fois pour toute ?
Commenter  J’apprécie          00
montmartin   19 août 2018
La saison des feux de Celeste Ng
On en revenait encore et encore à la question suivante : qu'est-ce qui faisait de quelqu'un une mère ? Était-ce la biologie seule, ou était-ce l'amour ?
Commenter  J’apprécie          10
aimeryjoessel   19 août 2018
Saramani de Roland Meyer
Contemple la beauté sans mélange que revêt la nature apaisée dans son sommeil de vierge ; reconnais l'horreur de ta civilisation qui ronge le monde comme une plaie, laissant partout sur son passage la laideur, le vice et la souffrance ; ouvre es yeux à la poésie des couleurs, à l'harmonie des formes, ouvre ton âme aux lumières intérieures dont la nuit profonde du monde favorise les clartés ; les mains jointes au-dessus de la houle des roseaux mouvants, les yeux fixés sur le pâle croissant de la lune naissante, Komlah ! garde l'immobilité des sages, écoute les voix de la brousse qui sont mes voix !
Commenter  J’apprécie          00
Madeleine Chapsal
genou   19 août 2018
Madeleine Chapsal
Lire donne l'occasion d'aménager très tôt sa solitude intérieure. Elle devient alors source de plaisir, de bonheur, de richesse, au lieu d'être vécue comme un cachot, un malheur, une pénitence. Aucun autre instrument éducatif, télévision, conférences, jeux, ne saurait la remplacer, car il n'y a que la lecture où l'on soit seul. Un enfant sachant tirer parti de sa solitude s’accommodera de tout.

(Oser écrire)
Commenter  J’apprécie          180
BazaR   19 août 2018
Le Mariage Forcé de Molière
ALCIDAS: Monsieur, je suis votre serviteur très humble.

SGANARELLE: Monsieur, je suis le vôtre, de tout mon coeur.

ALCIDAS: Mon père m'a dit, Monsieur, que vous vous êtes venu dégager de la parole que vous aviez donnée.

SGANARELLE: Oui, Monsieur: c'est avec regret; mais...

ALCIDAS: Oh! Monsieur, il n'y a pas de mal à cela.

SGANARELLE: J'en suis fâché, je vous assure; et je souhaiterais...

ALCIDAS: Cela n'est rien, vous dis-je. (Lui présentant deux épées.) Monsieur, prenez la peine de choisir de ces deux épées laquelle vous voulez.

SGANARELLE: De ces deux épées?

ALCIDAS: Oui, s'il vous plaît.

SGANARELLE: A quoi bon?

ALCIDAS: Monsieur, comme vous refusez d'épouser ma sœur après la parole donnée, je crois que vous ne trouverez pas mauvais le petit compliment que je viens de faire.

SGANARELLE: Comment?

ALCIDAS: D'autres feraient du bruit et s'emporteraient contre vous; mais nous sommes personnes à traiter les choses dans la douceur; et je viens vous dire civilement qu'il faut, si vous le trouvez bon, que nous nous coupions la gorge ensemble.

(scène 9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Mimimelie   19 août 2018
Comme le fleuve qui coule : Récits 1998-2005 de Paulo Coelho
Quand l’homme a montré son arrogance, Dieu a détruit la tour de Babel et tous se sont mis à parler des langues différentes. Mais dans son infinie bienveillance, Il a créé également une sorte de gens qui allaient reconstruire ces ponts, permettre le dialogue et la diffusion de la pensée humaine. Cet homme (ou cette femme) dont nous nous donnons rarement la peine de connaître le nom quand nous ouvrons un livre étranger : le traducteur.
Commenter  J’apprécie          30
kouette_kouette   19 août 2018
L'Ile des chasseurs d'oiseaux de Peter May
La déprime arrivait toujours avec le silence.
Commenter  J’apprécie          50
pit31   19 août 2018
La Moustache de Emmanuel Carrère
Mais, pensa-t-il, s'il en était ainsi, en quoi l'arbitrage de Jérôme revêtait-il pour elle tant d'importance ? Depuis deux jours qu'il délirait, elle devait savoir en quoi s'en tenir. Elle n'avait pu connaître les doutes qu'expliquaient, dans son cas à lui, les attitudes troublantes, contradictoires, de Jérôme et Samira, de la femme au landau ; elle aurait dû être sûre depuis le début, s'en tenir, forte de cela, à une ligne de conduite. Pourtant, elle n'avait cessé d'en changer. Lui aussi, bien sûr, elle n'avait cessé d'en changer. Lui aussi, bien sûr, mais lui était fou. Si un fou se met à nier l'évidence, c'est à lui d'apporter des preuves de ce qu'il soutient et, comme il n'en a pas, de s'attaquer à celle qui le démentent, de faire des caprices. Au contraire, la réaction normal de l'interlocuteur sain d'esprit est de lui opposer, avec constance et conviction, des témoignages qu'il est facile de rassembler. De le confronter à des tiers, de lui montrer des photos. Or, entre le coup de fil nocturne à Véronique et le moment où Jérôme, de sa propre initiative, s'en était mêlé, elle n'avait apparemment consulté personne. Et, au lieu de s'en servir, elle avait caché des photos. Vraiment, dans son attitude à lui, qu'il soit fou ou non, tout se tenait. Pas dans celle d'Agnès. Mais peut-être était-ce la folie qui, justement, lui faisait penser cela...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30