AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Erik3528 juin 2017
Révolution : Suivi de Guerre des classes de Jack London
Une chose doit être vraie, ou alors elle n'est pas belle, pas plus que n'est belle une femme de mauvaise vie maquillée, pas plus que n'est beau un gratte-ciel qui est léger dans sa structure intrinsèque, mais auquel on a donné un aspect faussement massif par des piliers plâtrés de l'extérieur. Le véritable gratte-ciel est beau - et cette déclaration est faite à contrecœur par un homme qui déteste les villes où foisonnent les êtres humains. Le véritable gratte-ciel est beau, et cela dans la mesure ou il est vrai. De part sa construction, il est léger et aéré. S'il veut être beau, il ne prétend pas être ce qu'il n'est pas. Et il ne doit pas faire, sur le paysage urbain, une saillie de géant ; il doit s'élever et prendre son essor, en restant léger, aérien, féerique.
Commenter  J’apprécie          80
Bazart28 juin 2017
Porcelain de Moby
J’avais beau être un petit WASP coincé du Connecticut, le monde de la rave m’avait offert une deuxième naissance, une fois sur scène, je jouais sans la moindre honte, dans un bonheur total.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui28 juin 2017
Magali. Les Coeurs altiers, roman de Magali
Je n’admets pas qu’un sentiment soit plus fort que ma volonté. Sachez, Charlette, que personne encore ne m’a jamais fait faire ce que je ne voulais pas… ni mon père, ni personne. J’ai été habituée à aller jusqu’au bout de mes désirs et je n’ai que des désirs raisonnables. Mais votre amour, Charlette, votre amour qui se présente comme un maître et comme un vainqueur, soyez sans crainte, il ne m’asservira jamais.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui28 juin 2017
Magali. Les Coeurs altiers, roman de Magali
— Que cherchez-vous alors dans le mariage ?

— Ce que nous cherchons… eh bien, un mari, un associé qui nous apporte de l’argent si nous n’en avons pas, ou, si nous en avons, quelque chose d’aussi précieux : un titre, un nom célèbre, des talents spéciaux pour faire fructifier notre fortune… Voilà…

— Mais… le cœur…

— Le cœur… qu’elle est amusante ! Ma chérie, le cœur continue de battre et la terre de tourner.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui28 juin 2017
Magali. Les Coeurs altiers, roman de Magali
J’étais comme un pauvre morceau de lierre qu’on vient d’arracher à sa muraille, je tendais les bras dans le noir pour me cramponner à nouveau. Et puis, j’ai pensé à Guy, à notre foyer futur que j’allais contribuer à édifier, et alors, cela m’a donné du courage.
Commenter  J’apprécie          00
mandrake1728 juin 2017
Dans l'Ombre du Cartel Bob Morane de Gérald Forton
- Selon un communiqué de la police, le tueur du campus se nommerait Tom Decrest. Agé de 24 ans sans emploi, il avait étudié à l'université de San Diego. On ignore tout de ses motivations, mais une perquisition à son domicile a permis de découvrir un véritable arsenal.

- Bill, j'ai bien peur que ce ne soit qu'un début et que ce genre de drame se répète dans les années à venir...
Commenter  J’apprécie          00
ANASTASY28 juin 2017
Le rire de Laura de Françoise Mallet-Joris
Elle crut pardonner à Théo et l'entoura dès cet instant d'une indulgence un peu tendue. Parfois, le temps d'un éclair, elle se souvenait: ces baisers, sur cette plage... Ce sourire chaleureux demeurait toujours présent, même quand Théo serait mort.

Car il mourrait. Et alors, elle pourrait l'aimer enfin. Elle n'aurait plus à rougir de la pente qui l'entraînait vers lui, comme vers une tentation un peu basse, une honte intime, plus cuisante par là même qu'un crime, honte qu'elle ressentait à chaque incursion dans le domaine charnel qu'elle s'était interdit - écœurée, blessée (parce que accueillie avec tant de cordialité, d'inconscience) mais la prochaine fois peut-être? Et quand tous les espoirs sont déçus, bafoués, pire, sereinement ignorés, qu'est-ce qui reste, à cinq heures du matin? L'insomnie, le drap froissé, le roman rejeté dix fois comme un buisson d'épines (chaque mot la faisant sursauter: le mot femme, le mot homme, le mot corps), qu'est-ce qui reste, quand on aime encore, que cette pensée nue: il mourra, je mourrai?

Sombre amour de Laura. Elle était comme une marée qui s'avance, écumante de colère de ne pouvoir résister à cette pulsion cyclique, et se retirant de toutes ses forces, s'arrachant au sable, au gravier (quelquefois il semble que la frange plate de la mer est comme collée au sol, s'en arrache aussi douloureusement qu'un épiderme). Heureusement, il y a la paix du large, des profondeurs claires, des îles: Blandine, Martin. Eux, ne devaient pas mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Piatka28 juin 2017
Un sultan à Palerme de Tariq Ali
Au moment même où le bateau, profitant d'une brise inattendue, approchait de la baie de Syracuse, la lumière de la pleine lune tomba sur les ténèbres de la mer et y forma une prairie dorée. Si souvent et dans de si nombreuses eaux qu'il ait contemplé ce spectacle, Idrisi en avait toujours le souffle coupé. Regardant mieux, il vit les barques éclairées à la bougie qui sortaient en mer pour une nuit de pêche.
Commenter  J’apprécie          40
nanieg28 juin 2017
Demande à la poussière de John Fante
. J’entends encore ta voix et la dernière chose que tu m’as dite avant de partir... je tiens c'est promis mais pourquoi ce silence....
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui28 juin 2017
Culture Libre de Lawrence Lessig
Il est permis de parler de politique avec les gens avec qui vous êtes d’accord, mais il est impoli d’en discuter avec ceux avec qui vous n’êtes pas d’accord. Le discours politique se fait isolé, et un discours isolé se fait plus extrême. Nous tenons le discours que nos amis veulent entendre, et nous n’entendons presque rien d’autre que ce qu’ils nous disent.
Commenter  J’apprécie          10
araucaria28 juin 2017
L'aveuglement de José Saramago
Le disque jaune s'illumina. Deux voitures devant accélérèrent avant que le feu rouge ne s'éclaire. La silhouette de l'homme vert apparut au passage clouté. Les passants qui attendaient commencèrent à traverser la rue en marchant sur les bandes blanches peintes sur la couche noire d'asphalte, il n'y a rien qui ressemble moins à un zèbre, pourtant on l'appelle passage zébré.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui28 juin 2017
Culture Libre de Lawrence Lessig
la démocratie ne s’est jamais réduite à des élections. La démocratie, c’est la souveraineté du peuple, mais la souveraineté signifie plus que de simples élections. Dans notre tradition, cela signifie aussi le contrôle à travers des débats raisonnés. C’était d’ailleurs ceci que décrit l’écrivain français du XIXe siècle Alexis de Tocqueville, auteur de la plus importante analyse de la Démocratie en Amérique de ce temps-là. Ce n’étaient pas les élections populaires qui le fascinaient ; c’était le jury, une institution judiciaire qui donnait à des gens ordinaire le pouvoir de décider de la vie ou de la mort d’autres citoyens. Et le plus fascinant pour lui était que le jury ne faisait pas que voter sur l’issue du procès. Ils délibéraient. Les membres se mettaient d’accord sur la meilleure solution, ils tentaient de se convaincre les uns les autres de ce qui leur paraissait être la « bonne » solution et, au moins dans les cas d’assises, devaient obtenir l’unanimité pour que le procès soit clos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui28 juin 2017
Culture Libre de Lawrence Lessig
Quand deux avions se sont écrasés contre le World Trade Center, un autre sur le Pentagone, et un quatrième dans un champ en Pennsylvanie, tous les médias du monde se sont mis à couvrir l’événement. À chaque instant de chaque jour de cette semaine, et pendant les semaines qui suivirent, les médias en général, et les télévisions en particulier, ont répété l’histoire des événements auxquels nous venions d’assister. Leur histoire était une redite, car nous avions vu les événements qui étaient décrits. Le génie de cet acte terroriste horrible fut que la seconde attaque, retardée, était parfaitement synchronisée pour s’assurer que le monde entier serait en train de regarder.
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDON28 juin 2017
Discours sur le colonialisme de Aimé Césaire
Une civilisation qui s'avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente.

Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte.

Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde.
Commenter  J’apprécie          21
AudreyPoupoupidou28 juin 2017
Le petit maillot de bain rouge de Kristen Rivers
-Je ne suis pas un ange, Sunburn. Comme tout à chacun, j'ai de bonnes choses, et des mauvaises. J'assume chacun de mes actes. Ceci dit, je ne suis pas responsable de ce qui a plongé ma famille dans la tourmente. Maintenant, tu me connais. Tu peux partir si tu le souhaites. Mais si tu restes, je jure devant Dieu que je vais t’embrasser, puis je vais te faire l'amour jusqu’à ce que tu ne te souviennes plus de ton nom.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui28 juin 2017
Culture Libre de Lawrence Lessig
La compétence venait de l’expérience de la réalisation d’un film et non pas de la lecture d’un livre qui en parle. On apprend à écrire en écrivant et en réfléchissant ensuite à ce qu’on a écrit. On apprend à écrire avec des images en les réalisant et en réfléchissant ensuite à ce qu’on a créé.
Commenter  J’apprécie          00
nathavh28 juin 2017
Père inconnu de Patrick Denys
Le corps est à l'âme ce qu'est la bête au dompteur, une bête fauve et dangereuse et familière des ruses du "malin".
Commenter  J’apprécie          10
nathavh28 juin 2017
Père inconnu de Patrick Denys
Et pourquoi pas l'amour de soi-même ? Peut-on vivre heureux, se demande-t-il, si l'on ne donne pas une priorité au goût de sa propre existence ?
Commenter  J’apprécie          10
nathavh28 juin 2017
Père inconnu de Patrick Denys
Savez-vous que c'est vertigineux, la lacune du nom ?

Nom du père : Nom de la mère :

Deux points et le vide de l'espace blanc sur une carte d'identité ! Comment un arbre pourrait-il s'épanouir si les racines ont été coupées, qui le raccordaient au sol ?
Commenter  J’apprécie          00
nathavh28 juin 2017
Père inconnu de Patrick Denys
Avez-vous jamais songé à cela, à la perte ou au refus du nom comme un dépouillement, une mise à nu ? L'irrémédiable amnésie, l'oubli du nom de l'autre, comme s'il n'existait pas. La béance de ce vide
Commenter  J’apprécie          00