AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
thisou0829 avril 2017
Les âmes blessées de Boris Cyrulnik
Pour eux, l'évolution est un blasphème qu'il convient d'interdire, comme le font toutes les dictatures religieuses.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
LE COMPLOT DE TCHERNOBYL de Théo Lemattre
Tant qu'il restera des fils de cuivre dans les bagnoles, d'anciens composants dans les téléviseurs et les radios, il y aura toujours de satanés voleurs tenaces et pas farouches pour nous emmerder la vie.
Commenter  J’apprécie          00
murielan29 avril 2017
Car Boy de Anne Loyer
- Tu l'aimais bien ta mère ?

J'ai enfoncé mes mains dans la couette, comme pour y chercher un truc oublié. Une douceur, une tendresse, va savoir.

- J'imagine, oui. On en a qu'une.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui29 avril 2017
LE COMPLOT DE TCHERNOBYL de Théo Lemattre
La plupart des gens qui viennent visiter Pripyat ne sont pas des amateurs. Ils en ont entendu parler, se sont renseignés ou que sais-je. On ne vient pas ici par hasard. Et ce n’est pas pour rien que l'armée clôture la zone en permanence. Normalement, on n'a pas vraiment le droit d'entrer. La plupart de mes collègues guides touristiques sont, comme moi, issus des services secrets ou directement de l'armée, ce qui leur donne de petits passe-droits. Mais en vérité, si tout ça est aussi sécurisé, ce n'est pas pour rien. L'URSS de l'époque était le pays du grand mensonge. Aujourd'hui, même si c'est plus censé être le cas, il reste des bribes bien ancrées de cette façon de diriger le pays. Moins nous en savons, mieux ils se portent.
Commenter  J’apprécie          00
Laurie_lucas29 avril 2017
Dis-moi que tu mens de Sabine Durrant
Je me suis, une fois encore, réveillé au petit matin. À cause du chien, bien sûr, de ses jappements incessants et pitoyables, intolérables aussi, qui déchiraient le silence de la nuit. Les piqûres de moustique semblaient doter ma peau d'une vie autonome. J'ai cru que j'avais entendu un bruit, Alice quittant la chambre, par exemple. Mais, quand j'ai vérifié, elle dormait à mon côté, boule de chaleur et de cheveux.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui29 avril 2017
LE COMPLOT DE TCHERNOBYL de Théo Lemattre
J'ai toujours cette impression de vide abyssal en moi, comme si on m'avait pompé tout ce qui faisait mon essence d'être humain. Je ne suis plus qu'un robot aigri à la recherche de réponses. Et cette saleté de manie de tout noter, elle me vient sûrement de mon métier, mais je ne l'ai pas perdue.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
LE COMPLOT DE TCHERNOBYL de Théo Lemattre
Le fait de me souvenir de quelques détails ne fait que me confirmer que je suis bien ici au bon endroit pour renouer avec mon passé et apprendre enfin qui je suis et qui étaient mes parents. C'est très important, pour moi. Ma quête de réponses risque de durer encore un petit moment. Il est presque impossible que mon père soit encore en vie ici et j'aimerais mieux ne pas trop mentionner son nom devant Nikolas, des fois que cela le pousse à être trop curieux, mais j'aimerais tellement le retrouver. Mais s'il est mort, il n'a pas pu me donner la lettre.
Commenter  J’apprécie          00
Alain Damasio
Olivia-A29 avril 2017
Alain Damasio
Rien ne fut donc plus précieux pour moi que les voyages puisqu'ils avaient potentiellement cette force: celle de faire jaillir le neuf, le virginal des filles, l'inouï. M'offrir plus que l'univers humain : le Divers ! Pendant des années, je me suis abreuvé de différences. Puis progressivement, j'ai senti que ma fraîcheur déclinait. A mesure des rencontres bien sûr, dont rares devenaient celles qui me touchaient au vif. Mais en vertu aussi, et plus intimement, de ce sentiment que les bonds hors de moi qui avaient si longtemps fait mon charme, disons-le, s'atrophiaient. Et qu'au fond, à ceux que je croisais, je demandais de m'émerveiller tandis que moi, passif, en attente, tel un poussah de fate engeance, j'avais perdu jusqu'à la soif du divers. J'étais un nomade, certes et toujours. J'en exhibais sur mon pull d'arlequin, les preuves. J'avais toujours au creux des lèvres quelque histoire torse rapinée en village. Mais dans mon esprit, je ne voyageais plus. Je me répétais. Je redondais au lieu de vagabondir. J'étais devenu comme une outre qui attend d'être remplie et qui se vide devant le premier seigneur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DelphineMa29 avril 2017
Architecture sans architectes : breve introduction a l'architecture spontanee 121997 de Bernard Rudovsky
L’utilisation d’un modèle unique de construction n’engendre pas nécessairement la monotonie. Les accidents du terrain et, ça et là, des déviations par rapport aux proportions et au modèle fixé créent des variantes qui contribuent à établir un équilibre parfait entre l’unité et la diversité.
Commenter  J’apprécie          10
DelphineMa29 avril 2017
Villes imaginaires de Alain Pessin
Chirico présente lui aussi une ville totale, au sens où les lieux dans lesquels il nous entraine sont porteurs de l’ensemble de la ville. […] Dans les oeuvres de Chirico, la ville s’identifie à l’angoisse et, par là, devient omniprésente quels que soient les éléments oniriques qu’il lui faut côtoyer. La nature de cette angoisse n’est d’ailleurs pas tant le caractère agressif ou contraignant de ce qui peut arriver que l’attente de l’inconnu, le secret de ce que cachent les fenêtres closes sous le soleil écrasant et qui, en éclatant, peut aussi bien nous entrainer dans un tourbillon de fête que dans une ronde infernale. La ville devient le lieu privilégié de forces que l’on ne maitrise plus.
Commenter  J’apprécie          00
Mimeko29 avril 2017
Le lys de Brooklyn de Betty Smith
Les Nolan moulaient eux-mêmes leur café. Francie aimait voir maman assise, débonnaire, le moulin captif entre ses genoux, moulant d'un tour furieux de son poignet gauche, levant le nez pour parler à Papa, lancer des boutades, tandis que la cuisine s'emplissait de l'odeur riche et voluptueuse du café frais moulu
Commenter  J’apprécie          60
DelphineMa29 avril 2017
L'Art du lieu de Christian Norberg-Schulz
En effet, la préconnaissance désigne précisément la capacité innée de reconnaitre des modes d’êtres qui sont, non pas des archétypes statiques, mais des formes ouvertes et libératrices qui agissent en conservant une identité toujours semblables, bien que jamais identiques.



p. 74
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui29 avril 2017
LE COMPLOT DE TCHERNOBYL de Théo Lemattre
Le gouvernement avait pris pour habitude de mentir ou de cacher les éléments les plus importants à son peuple. Moins il en savait, mieux il se portait.
Commenter  J’apprécie          00
DelphineMa29 avril 2017
L'architecture de la ville de Aldo Rossi
Peut-être ce lieu qui nous semble parfois n’être que silence, nous apprendrait-il quelque chose de plus si nous le regardions d’un autre point de vue, à partir de ce qui l’informe avec des contours non pas plus rationnels mais plus familiers, plus connus ; aussi longtemps que nous continuons à discerner ces contours, qui rapidement s’effacent et disparaissent.

Ces contours sont ceux de l’individualité des monuments, de la ville, des constructions, et du concept d’individualité et de ses limites, où elle commence et où elle finit; ceux de la relation de l’architecture au local, le lieu de l’art.
Commenter  J’apprécie          20
DelphineMa29 avril 2017
L'architecture de la ville de Aldo Rossi
La pensée d’une même architecture se manifeste dans des lieux différents ; nous pouvons donc faire dériver nos villes d’un principe identique en appréhendant l’aspect concret de chaque expérience.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
LE COMPLOT DE TCHERNOBYL de Théo Lemattre
Oui, décidément, il n'y a plus âme qui vive dans la zone interdite. On n'entend plus les oiseaux chanter, on ne voit que des loups se battre et se déchirer pour des restes de cadavres d'animaux. Des promeneurs plus hardis y ont trouvé des créatures horribles et difformes. On parle de porcs à deux têtes, de flore contaminée et difforme, de particules radioactives presque palpables dans l'atmosphère. Tous ces phénomènes étranges qui bercent les légendes de Tchernobyl. Ce n’est pas un mythe, mais une atrocité contre-nature. Tout est dangereux, même les arbres. Tout est contaminé, surtout la terre... Tout est hostile, même la vie…
Commenter  J’apprécie          00
blandine567429 avril 2017
Tartes aux pommes et fin du monde de Guillaume Siaudeau
Il faisait assez froid. Nous ne nous sommes baignés qu’une seule fois, et seulement jusqu’aux cuisses, mais avions pour habitude d’enfiler nos maillots de bain le soir, avant de nous installer près du feu de cheminée.
Commenter  J’apprécie          30
DelphineMa29 avril 2017
L'Art du lieu de Christian Norberg-Schulz
Ainsi, l’universel se manifeste à travers le temps, et la temporalité du monde de la vie est qualitative. Cette temporalité n’a donc pas grand chose à voir avec le temps horizontal et homogène que comprend la science et dans lequel tout est fixé en fonction de la date de l’évènement. Dans le monde de la vie, le temps s’enfuit parfois à toute vitesse, ou bien coule lentement; il arrive même qu’il semble s’arrêter. En outre, le présent s’y nourrit bien souvent du passé et s’ouvre au futur. Par conséquent, l’histoire est un tissu polyphonique complexe dans lequel des courants et des époques sont reconnaissables et, ou, sous des formes différentes perdure «le même».



p. 82
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui29 avril 2017
LE COMPLOT DE TCHERNOBYL de Théo Lemattre
— Je... Je ne me souviens de rien… 

— C'est normal. Rassurez-vous... Ce sont des choses qui peuvent arriver dans certains cas rares. Vous n'êtes pas le premier. Vous irez faire un tour dans les lieux qui vous sont familiers, tout vous reviendra d'un seul coup. Faites-moi confiance... Vous êtes entre de bonnes mains. Ne vous inquiétez pas.
Commenter  J’apprécie          00
Herve-Lionel29 avril 2017
L'homme incendié de Filippin
Payez-vous la tête des puissants avec des rimes, vous les ferez sourire. Inventez une science qui les dérange, ils vous jetteront au cachot...
Commenter  J’apprécie          10