AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Je pense à ma vie comme à une symphonie, pas toujours belle, mais avec sa forme et sa mélodie, et voilà déjà longtemps que l’orchestre ne jouait plus. Je ne donnais plus qu’une seule note, un interminable chagrin. Je ne suis pas le seul, j’ai l’impression que beaucoup d’entre nous conçoivent la fin de leur vie comme une irrémédiable défaite.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Prenez-vous plaisir à souffrir ? demanda Samuel. Vous croyez-vous grand et tragique ?



Je ne sais pas.



Pensez-y. Peut-être jouez-vous un rôle sur une grande scène devant une salle vide.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
La plus grande terreur de l’enfant est de ne pas être aimé : il craint plus que tout au monde d’être repoussé. Chacun l’a été, à un degré plus ou moins grand. De là nait la colère, et la colère pousse à un crime quelconque pour se venger, et avec le crime vient la faute : c’est l’histoire de l’humanité. Si l’homme n’était pas repoussé par ceux qu’il aime, il ne serait pas ce qu’il est. Peut-être y aurait-il moins de déséquilibrés. Et je suis sûr que les prisons ne seraient plus nécessaires. C’est là qu’est le commencement. Un enfant, se voyant refuser l’amour qu’il demande, donne un coup de pied au chat et cache sa faute secrète ; un autre vole de l’argent pour acheter l’amour ; un autre conquiert le monde – c’est toujours la même chose : faute, vengeance et faute plus grande encore. L’humain est le seul animal qui ait des remords.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Une histoire si elle veut être grande et se perpétuer, doit toucher chacun de nous. L’étrange et l’étranger ne nous touchent pas. Nous voulons des faits profondément personnels et familiers.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Chaque enfant croit inventer le péché. Nous croyons que l’on nous enseigne la vertu et que le péché nait en nous.
Commenter  J’apprécie          00
Helene1960   05 juin 2020
Maktub de Paulo Coelho
Nous devons accepter les gestes d'amour de notre prochain. Nous devons permettre à quelqu'un de nous aider, de nous soutenir, de nous donner la force de continuer.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Deux histoires nous hantent et nous poursuivent depuis notre commencement, dit Samuel. Nous les portons avec nous comme des appendices invisibles, celle du péché originel et celle de Caïn et Abel.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Mais n’est-il pas étrange que Caïn soit le nom le plus connu dans le monde entier et qu’un seul homme jusqu’ici l’ait porté, autant que je sache ?



Lee dit : Peut-être est-ce pour cela que ce nom n’a rien perdu de sa signification
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Chacun peut guérir s’il prend le temps d’attendre.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Il y avait longtemps que je n’avais pas senti le goût de la nourriture
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Aucun de mes enfants ne sera grand, à par Tom peut-être. Actuellement il souffre, car il est à l’époque du choix. C’est un conflit pénible à observer.
Commenter  J’apprécie          00
aouatef79   05 juin 2020
Le sanglot de l'homme noir de Alain Mabanckou
Où et quand ai-je été innocent ?

Saint -Augustin
Commenter  J’apprécie          120
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Parce que je n’ai pas de courage, dit Samuel. Je n’ai jamais su accepter les responsabilités. Lorsque j’ai compris que le Seigneur n’appellerait pas mon nom, j’aurais pu appeler le sien, mais je ne l’ai pas fait. C’est là que réside la différence entre la grandeur et la médiocrité. C’est une malade assez commune. Mais il est agréable pour l’homme médiocre de savoir que la grandeur est sans doute l’état le plus solitaire du monde.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Ce serait une erreur que de les appeler en fonction des qualités que nous croyons voir en eux, dit Samuel. Nous pourrions nous tromper lourdement. Peut-être serait-il bon de leur donner un nom qui soit un but, un nom qui les conduise.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
L’illusion a disparu, dit Adam, mais pendant un moment j’ai cru voir un fantôme.



Peut-être les fantômes ne sont-ils que cela ? observa Samuel
Commenter  J’apprécie          00
itsmylife_book   05 juin 2020
Rien n'est écrit de Sandrine Catalan-Massé
Par moments, il me tient la main, m’inonde sans raison de baisers quand je m’y attends le moins. Je donnerais dix ans de ma vie pour que cela ne s’arrête jamais. Je l’aime tant ! Mais je contiens mes élans pour ne pas l’étouffer avec tant d’amour. Je me contente de le prendre dans mes bras lorsqu’il décide de s’y réfugier, alors que je voudrais le dévorer à tout instant.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Les noms sont un grand mystère. Je n’ai jamais su si le nom avait une influence sur l’enfant ou si l’enfant se transformait pour s’adapter à son nom. Mais soyez sûr d’une chose : chaque fois qu’un homme a un surnom c’est que le nom qu’on lui a donné ne lui souvenait pas.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Elle gagne toujours, car son arme est la véhémence et elle considère qu’une opinion différente de la sienne est une injure personnelle.
Commenter  J’apprécie          00
fertiti65   05 juin 2020
Loveday et Ryder, tome 1 : Le corbeau d'Oxford de Faith Martin
Jennings émit une sorte de murmure qui se voulait apaisant en se tortillant dans son fauteuil. A bientôt quarante ans, c'était un homme svelte aux cheveux blonds clairsemés et au nez juste assez gros pour lui donner des complexes.
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaoui   05 juin 2020
Effacé de Dominique Durand
...le peuple est par nature ignorant, stupide, potentiellement violent ; changer radicalement le monde ; il doit être gouverné par une élite éclairée ; une révolution dans l’histoire des hommes.
Commenter  J’apprécie          10