AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Dernières citations /RSS
- Et comment définiriez-vous la respectabilité, tante Daisy ? s'enquit ingénument Eleanor

- Seigneur, Eleanor ! la respectabilité ne se définit pas ! elle se lit dans la droiture du regard, transparaît dans la modestie du maintien, perce à travers l'honnêteté des propos, se nourrit de la profondeur de l'âme !
Commenter  J’apprécie          00
« Je crois qu'on entend encore dans les entrées d'immeubles l'écho des pas de ceux qui avaient l'habitude de les traverser et qui, depuis, ont disparu. Quelque chose continue de vibrer après leur passage, des ondes de plus en plus faibles, mais que l'on capte si l'on est attentif. »
Commenter  J’apprécie          00
Le sol ne vous laisse pas tomber, il existe partout: dans les chambres en dur, percées de portes et de fenêtres certes, mais ramassées malgré tout et hermétiques; et aussi bien le sol existe sur les chemins, ceux qui miraculeusement demeurent et sont restés visibles, et ceux que, peu à peu, on a créé de nos propres pas. Le sol existe près des rivières, dans les prairies et dans les forêts, il existe partout où on l'accepte, où il sera le seul compagnon. Il accueille quiconque souhaite s'y reposer, le sol n'est pas regardant, il vous berce en lui, il est dur mais bon, froid mais éternellement présent, infaillible, gratuit. Bientôt il recevra définitivement le corps fatigué, il se refermera sur lui et ce sera très bien comme ça.
Commenter  J’apprécie          00
Il était temps que ces messieurs ouvrent un peu les yeux et comprennent que la "meilleure moitié de l'humanité" ne comptait pas se laisser faire ! Elle (Eliza) n'attendrait pas qu'ils soient mieux disposés : sa place, elle la prendrait elle-même.
Commenter  J’apprécie          00
Tout le monde s'installa en guise de confirmation. Elle regarda les théières et les tasses dans le meuble près de l'entrée et eut la sensation que ses camarades attendaient qu'elle fît le service. Après tout, c'est ce qui s'était passé toute sa vie, dans ces îlots de progressisme où l'on parlait vigoureusement de féminisme et d'équité, jusqu'au moment de servir le café ou de couper le gâteau d'anniversaire : les mâles se laissaient porter par l'inertie et les femmes enfilaient leur tablier symbolique.

(P. 159)
Commenter  J’apprécie          00
Quand on a partagé autant de lectures, échangé tant d'idées et d'émotions, quand on a pleuré et ri devant les mêmes pages, on est unis par des liens indestructibles qui dépassent largement le cadre de la bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          00
Kyllikki maquilla Aino la première fois en lui expliquant au fur et à mesure, comme l'avait fait la vendeuse de chez Woolworths. Lorsque Aino se regarda dans le miroir avec Kyllikki qui souriait au-dessus de son épaule, elle eut l'impression d'avoir commis un acte illicite. Le visage qui la regardait dans la glace était, bien sûr, le sien, mais assurément plus spectaculaire - mis en valeur. Elle remua les muscles de son visage, puis les lèvres. Elle avait l'air plus jeune.
Commenter  J’apprécie          00
Le mensonge est très utile à la survie sociale; voilà pourquoi les animaux ne mentent pas : leur socialisation ne dépend pas des discours. Peut-être pour cette raison aussi admirait-elle cet être asocial qu'était Jack, car il disait la vérité et ne la maquillait même pas devant sa fille.

(P. 146)
Commenter  J’apprécie          00
On entend expédier les affaires courantes pendant un laps de temps, mais je croyais que nous étions en guerre !
Commenter  J’apprécie          20
La maison, notre future maison, ce projet n'existait que parce que je n'avais jamais peur depuis que tu étais là, jamais peur de ce qui adviendrait.
Commenter  J’apprécie          00
Il avait tout prévu, excepté qu'il ne serait pas là mais que d'autres prendraient le relais.
Commenter  J’apprécie          00
" Quand vous passez à côté d'une boîte de conserve vide, sur le trottoir, vous shootez dedans par plaisir, m'a un jour expliqué un psychiatre. Pour un tueur en série, vous ne valez pas plus qu'une boîte de conserve", rapporte Maître Herrmann.
Commenter  J’apprécie          00
A quel moment, à force de suivre ses ambitions, devenait-on plus imprudent que courageux ? Comment savait-on quand il fallait renoncer ?
Commenter  J’apprécie          00
Quelque chose m'intriguait chez Archer Hale, mais je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. Quelque chose d'autre que le fait qu'il ne puisse pas parler ou entendre, un handicap spécial auquel j'étais intimement liée.
Commenter  J’apprécie          00
Le poète est avant tout celui qui ressent, c'est celui dont la chair est écorchée et qui doit apprendre à vivre en cachant ses plaies.

C'est celui dont les sens sont exacerbés, il entend plus fort, il ressent plus intensément, il voit les détails qui font la différence.
Commenter  J’apprécie          00
Chaque matin, je revivais cette scène, et chaque soir je me sentais à nouveau forte. A chaque nouvelle aube, j'avais l'espoir d'être enfin libérée, de ne plus avoir à supporter cette douleur qui m'enchaînait à la nuit où tout avait basculé.
Commenter  J’apprécie          00
Je me tourne vers elle, conscient de m'être perdu quelque part entre hier et aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          00
- Mon propre cousin direct.

- Il habite quelque part en Géorgie ou en Floride, non ?

- En Géorgie. À Atlanta.

- Quand est-ce qu'il rentre chez lui ?

- C'est ce que je me préparais à te dire. Il rentre pas.

- La maladie en est à ce point ? Il en est au dernier stade ?

- Écoute, Libby, tante Josey et oncle Nate veulent pas qu'il revienne. Ils veulent rien avoir à faire avec lui.

- Il a une maladie mortelle et ses propres parents ne veulent pas le laisser rentrer mourir chez lui ?

(14)
Commenter  J’apprécie          10
Je veux tout savoir d'elle. Des trucs à la con, comme sa couleur favorite, sa destination de vacances rêvées, son bouquin préféré ou le plat qu'elle pourrait manger sans se lasser. Je veux découvrir son quotidien, sa routine matinale. Si elle met trois plombes à prendre une douche ou si elle préfère se prélasser dans un bain. Je veux prendre le temps de compter le nombre de grains de beauté sur son visage pendant qu'elle dort dans mes bras.

-Danila-
Commenter  J’apprécie          00
Mon professeur de cinquième, à Harrow, nous avait dit un jour que la vérité est une chose intangible, invisible, et qu'il arrive que nous trébuchions dessus sans la reconnaître [...].
Commenter  J’apprécie          00












{* *}