AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
the_bill24 septembre 2017
Délicieuses pourritures de Joyce Carol Oates
Lorsque l'on aime un homme marié, on existe dans une relation non déclarée, secrète et singulière, avec son épouse.

J'avais vingt ans lorsque cela commença.
Commenter  J’apprécie          00
Beatson24 septembre 2017
La sinsé gravite au 21, tome 2 : Ganja de Roland C. Wagner
L’utopie ne peut pas se limiter à un état, un territoire, qui se retrouverait inévitablement confronté à des rivaux trop agressifs pour lui. À quoi bon éviter de polluer quand ton voisin recrache ses hydrocarbures dans la rivière qui travers tes terres ? L’utopie a besoin, pour se développer, d’un monde tout entier.

C’était un bien beau discours, mais ça ne nous menait nulle part.
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire24 septembre 2017
L'âme des horloges de David Mitchell
« Et à en juger par la surprise de Mlle Koskov, nous avons toutes deux correspondu en nous imaginant à tort que l'autre était un homme - mon hypothèse est-elle exacte, mademoiselle Koskov ?



- Je ne puis le nier, madame Davidov, confirmai-je pendant que nous nous asseyions.



- Ne dirait-on là une de ces absurdes farces que l'on voit au théâtre ?



- Mal avisé, soupira Shiloh Davidov, que ce monde où les femmes renient leur sexe de crainte que leurs idées ne soient pas prises en considération. »
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire24 septembre 2017
L'âme des horloges de David Mitchell
Si, de son visage, on effectuait une description malveillante, on dirait que c'est une fête à laquelle personne n'est venu.
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire24 septembre 2017
L'âme des horloges de David Mitchell
L'impossible est négociable.



Le possible est malléable.
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire24 septembre 2017
L'âme des horloges de David Mitchell
Bien que les riches ne soient pas davantage susceptibles de naître idiots que les pauvres, une éducation bourgeoise aggrave une idiotie innée tandis qu'une enfance misérable la dilue, ne serait-ce que pour des raisons darwiniennes.
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire24 septembre 2017
L'âme des horloges de David Mitchell
Putain, si les garçons pouvaient se retrouver dans la peau d'une fille en train de se faire draguer ne serait-ce qu'un soir, on n'entendrait plus ces répliques bidon.
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire24 septembre 2017
L'âme des horloges de David Mitchell
C'est à cette époque-là que mes hallucinations ont commencé. J'entendais des voix. Pas des voix de fous ou qui répétaient la même chose; elles ne faisaient même pas peur, enfin, pas au début... Les gens-de-la-radio, je les appelais, parce que j'ai d'abord cru qu'il y avait une radio allumée dans la pièce d'à côté. Sauf qu'il n'y a jamais eu de radio allumée dans la pièce d'à côté.
Commenter  J’apprécie          00
Alfaric24 septembre 2017
Elric, tome 3 : Le loup blanc de Julien Blondel
La compagnie d'un homme cultivé n'a pas du prix !
Commenter  J’apprécie          40
LeCombatOculaire24 septembre 2017
L'âme des horloges de David Mitchell
Les petits frères de mes amis sont plutôt du genre circuits de voitures électriques, vélocross ou cartes magiques. Pourquoi le mien fait des trucs bizarres et utilise des mots comme « arpenter » et « méphistophélique » ? Dieu sait comment il survivra à Gravesend s'il est pédé. Je lui ébouriffe les cheveux. « D'accord. Je l'apprendrai par coeur, ton labyrinthe, je te le promets. »
Commenter  J’apprécie          00
Beatson24 septembre 2017
La sinsé gravite au 21, tome 1 : Viper de Roland C. Wagner
— Qui sont ces Clowns Gris ? demanda l’un d’eux, qui répondait au doux nom de Schmilblick.

— Des fanatiques, répondit Mordecai. Spirit of America n’est qu’une énorme entreprise commerciale, régie par des lois archaïques. Ses maîtres n’ont qu’une idée : faire sans cesse plus de bénéfices, accroître leur puissance jusqu’à la nausée. La croissance ! La croissance ! Alors que n’importe qui sait que la seule économie stable est celle qui se base sur une croissance voisine ou égale à zéro !



Je lui jetai un regard étonné. C’était l’affirmation la plus saugrenue qu’il m’ait jamais été donné d’entendre. On m’avait toujours enseigné que la croissance était nécessaire à la bonne santé de l’économie.

— Cherche pas. Ça vole trop haut pour toi », me lança silencieusement Ganja.
Commenter  J’apprécie          00
petitsoleil24 septembre 2017
N'abandonnez jamais, ne renoncez à rien de Francis Huster
Que nous dit-il, cet enfant que nous nous acharnons à nier en nous ?



Ne baisse pas la tête, ne t'excuse jamais d'être ce que tu es.

Ne renie pas ta jeunesse, n'étouffe jamais tes émotions.



Cesse de critiquer les autres : fais mieux qu'eux.

Cesse de convoiter ce que tu n'as pas : donne-toi les moyens de le posséder.



Ne refuse pas le malheur : affronte-le et profites-en pour t'aguerrir.

Ne contourne pas la difficulté : prends plaisir à la résoudre.



N'attends rien des autres : ils finiront par te suivre !
Commenter  J’apprécie          00
nathavh24 septembre 2017
Les attachants de Rachel Corenblit
On pourrait sauver l'humanité rien qu'en sortant ces enfants des limites de leur territoire
Commenter  J’apprécie          10
nathavh24 septembre 2017
Les attachants de Rachel Corenblit
Peut-être qu'elle voulait raconter à Emma comment c'était humiliant, de ne pas pouvoir aider son enfant, de la laisser se débrouiller dans une langue qu'elle ne possèdait pas. De ne pas être à la hauteur. Nos enfants nous dépassent, nos enfants nous enterrent, nos enfants nous survivent. Comment dit-on, en français, cette infinie tristesse de les contempler, de constater à quel point ils nous sont étrangers ?

Commenter  J’apprécie          00
nathavh24 septembre 2017
Les attachants de Rachel Corenblit
A réfléchir sur la nécessité de vivre avec quelqu'un qu'on n'avait pas vraiment choisi. Qui s'était imposé et dont on aurait du mal à se débarrasser.
Commenter  J’apprécie          00
Writer24 septembre 2017
L'Ecole de Chicago de Yves Grafmeyer
La ville est ce milieu particulier qui, loin de contraindre les individus à s'y adapter, suscite les excentricités.
Commenter  J’apprécie          10
nathavh24 septembre 2017
Les attachants de Rachel Corenblit
Une classe, c'est comme un roman. Vingt-six histoires qui se combinent, qui se heurtent, qui s'emboîtent.
Commenter  J’apprécie          00
nathavh24 septembre 2017
Les attachants de Rachel Corenblit
Quand on essaie de se fixer quelque part et qu'on n'a pas de mari, pas d'enfant, pas de chat, rien qui compte dans les points du barème, on est sûr, en tant qu'enseignant débutant, de finir là où personne ne souhaite aller.

Commenter  J’apprécie          00
ChristelAs24 septembre 2017
Pérismer, tome 1 : La reine des Noctères de Franck Dive
On ne peut pas progresser dans le conflit.
Commenter  J’apprécie          10
nathavh24 septembre 2017
Les attachants de Rachel Corenblit
On est pas là pour sauver la vie des gens, on ne peut pas changer les destins, on ne sert pas à grand- chose, finalement. Un caillou ne dévie pas le cours de la rivière et je suis quoi, moi, une caillasse, un galet, rien, et l'eau me passe dessus et les emporte, ces gosses, loin, sans que je puisse rien faire.

Commenter  J’apprécie          00