AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Citations à l'affiche
Christian Bobin
BigDream   16 avril 2018
Christian Bobin
Ce qui ne peut danser au bord des lèvres, s'en va hurler au fond de l'âme.
Commenter  J’apprécie          542
Albert Camus
berni_29   15 avril 2018
Albert Camus
C'est parce que le monde est malheureux dans son essence que nous devons faire quelque chose pour le bonheur. C'est parce qu'il est injuste que nous devrons œuvrer pour la justice. C'est parce qu'il est absurde, enfin, que nous devons lui donner ses raisons.



La Crise de l'homme (1946, in Conférences et Discours 1936-1958).
Commenter  J’apprécie          510
Stéphane Mallarmé
palamede   18 avril 2018
Stéphane Mallarmé
Renouveau



Le printemps maladif a chassé tristement

L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide,

Et, dans mon être à qui le sang morne préside

L’impuissance s’étire en un long bâillement.



Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne

Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau

Et triste, j’erre après un rêve vague et beau,

Par les champs où la sève immense se pavane



Puis je tombe énervé de parfums d’arbres, las,

Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,

Mordant la terre chaude où poussent les lilas,



J’attends, en m’abîmant que mon ennui s’élève…

– Cependant l’Azur rit sur la haie et l’éveil

De tant d’oiseaux en fleur gazouillant au soleil.
Commenter  J’apprécie          460
Adam Zagajewski
mesrives   17 avril 2018
Adam Zagajewski
Insaisissable est la vie et ce n'est

que dans le souvenir qu'elle dévoile ses traits,

une fois dans le non-être.
Commenter  J’apprécie          450
palamede   14 avril 2018
Un père de Sibylle Lacan
J'avais une trentaine d'années. C'était une époque où je ne travaillais pas, en étant incapable. Une époque de vide et de douleur. L'époque de Montparnasse, l'errance. Alors que j'étais au Select, une vieille connaissance - un garçon devenu entre-temps psychanalyste - vint vers moi dès qu'il me vit. Il avait une intéressante nouvelle à me communiquer. Sais-tu, me dit-il, que dans le Who's Who ton père n'a qu'une fille : Judith ? Le noir se fit dans ma tête. La colère ne vint qu'après.
Commenter  J’apprécie          410
rabanne   20 avril 2018
Les réseaux sociaux, comment ça marche ? de Emmanuel Trédez
(illustration p. 8)



- Maintenant que tu as pris ton assiette en photo, on pourrait peut-être manger, non ?

- Attends, il faut que je la poste sur Facebook, Twitter, Instagram, Googlet, Flickr et Snapchat.
Commenter  J’apprécie          3213
 Virgile
VetoYves   14 avril 2018
Virgile
On se lasse de tout sauf de comprendre .
Commenter  J’apprécie          320
Anna de Noailles
palamede   20 avril 2018
Anna de Noailles
Chaleur



Tout luit, tout bleuit, tout bruit,



Le jour est brûlant comme un fruit



Que le soleil fendille et cuit.



Chaque petite feuille est chaude



Et miroite dans l’air où rôde



Comme un parfum de reine-claude.



Du soleil comme de l’eau pleut



Sur tout le pays jaune et bleu



Qui grésille et oscille un peu.



Un infini plaisir de vivre



S’élance de la forêt ivre,



Des blés roses comme du cuivre.



(L’ombre des jours)
Commenter  J’apprécie          362
mesrives   15 avril 2018
Les elfes des falaises : Regard sur la poésie islandaise de Einar Benediktsson
Rochers sonores! Ecoute la langue des falaises,

inconstante et vacillante comme un brasier qui s'éteint,

symbole de l'énergie enchaînée, toujours en

mouvement, qui habite l'univers de l'espace et du

temps. - J'aime tes envolées dans les chaînes de

captivité, céleste désir de la vie mortelle, dans la vague

de l'écho contre les rocs escarpés qui vient se briser sur

les pentes du silence.





Rochers sonores

Extrait
Commenter  J’apprécie          353
Boris Vian
sabine59   18 avril 2018
Boris Vian
J'aime ce qui n'a pas de sens, ça réveille les cellules du cerveau. La fantaisie est un ingrédient nécessaire dans la vie.
Commenter  J’apprécie          430
palamede   19 avril 2018
Le secret d'Adèle de Valérie Trierweiler
L'été vient. Mais il ne vient que pour ceux qui savent attendre, aussi tranquilles et ouverts que s'ils avaient l'éternité devant eux.



Rainer Maria Rilke
Commenter  J’apprécie          334
Sebthos   17 avril 2018
J'étais Dora Suarez de Robin Cook (II)
Je voulais préserver le sens de ma dignité, mais c'est la chose la plus difficile à conserver quand on est pauvre.



Page 163, Rivages/Thriller, 1990.
Commenter  J’apprécie          560
palamede   17 avril 2018
La vie de Louis-Ferdinand Céline de Frédéric Vitoux
Il pleuvait d'une petite pluie chaude et lourde, le 4 juillet [1961] au matin, quand Céline fut inhumé dans un caveau provisoire au cimetière de Meudon. Ils n'étaient pas cinquante à l'accompagner [le souhait de Céline]. Les vieux amis. Les fidèles. " Un enterrement incomparable que méritait Céline " dira Lucien Rebatet.
Commenter  J’apprécie          310
Sebthos   14 avril 2018
J'étais Dora Suarez de Robin Cook (II)
Elle ne s'était jamais véritablement demandé si la longue et pénible histoire de sa vie avait eu le moindre intérêt, ni même le moindre sens. Mais, en revanche, elle avait toujours supposé qu'elle possédait un certain droit sur son propre corps : celui de le donner ou de le refuser tant qu'il méritait encore qu'on le regarde, et celui de continuer à y vivre après qu'il eut cessé d'être désirable.



Page 9-10, Rivages/Thriller, 1990.
Commenter  J’apprécie          540
Jack London
Nastasia-B   16 avril 2018
Jack London
Permettez-moi de vous dire que je suis quelqu'un qui a vraiment vécu la vie, et à une rude école, et que partout j'ai pu constater que l'homme dépassait la mesure raisonnable en méchanceté et en barbarie.



AVANT-PROPOS À MICHAËL, CHIEN DE CIRQUE.
Commenter  J’apprécie          620
Eric76   17 avril 2018
Le poids des secrets, Tome 4 : Wasurenagusa de Aki Shimazaki
Sako et moi marchons dans le chemin sur la digue. Devant nous s'étend une immense rivière. L'eau est profonde, le courant rapide. Le vent souffle contre nous.

Elle fredonne, la voix vibrante. Je tiens son épaule. La chaleur de sa peau se propage à travers sa chemise. Je caresse ses longs cheveux noirs. Je baise son front. Les yeux fermés, elle reste immobile. Une odeur da savon. Au moment où nos lèvres se superposent, elle ouvre grand les yeux et dit :

- J'entends une balalaïka.

Je dresse l'oreille. Je n'entends que le bruit du courant. Je dis :

- C'est toi, la balalaïka.

Elle sourit. Je prends sa main et continue à marcher.
Commenter  J’apprécie          420
Colette   16 avril 2018
Code 93 de Olivier Norek
– Quand certains maires du 93 veulent assurer leur réélection, que font-ils ? Ils paient. Beaucoup, même. Ils arrosent largement les caïds de cité pour qu’ils se tiennent calmes les quelques mois qui précèdent le passage aux urnes, histoire de faire baisser de manière factice la délinquance et de faire croire qu’ils tiennent leur commune dans un gant de fer.

– C’est une rumeur.

– Que j’ai entendue, que vous avez entendue, que beaucoup d’autres connaissent. Je ne crois pas aux fumées sans feu.
Commenter  J’apprécie          310
nameless   18 avril 2018
Couleurs de l'incendie de Pierre Lemaitre
... l'Europe craque de partout, mais la classe politique française macère dans le copinage, trafique ses influences et n'apprend rien.

p. 220
Commenter  J’apprécie          352
Christian Bobin
sabine59   14 avril 2018
Christian Bobin
Un vrai livre c'est toujours quelqu'un qui entre dans notre solitude.
Commenter  J’apprécie          322
 Jacques Prevert
Jooh   16 avril 2018
Jacques Prevert
Il n'y a pas six ou sept merveilles dans le monde, il n'y en a qu'une : c'est l'amour.
Commenter  J’apprécie          310