AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Citations à l'affiche
 Dalaï-Lama
Bobby_The_Rasta_Lama   19 octobre 2018
Dalaï-Lama
Ce qui me surprend le plus chez l'homme occidental, c'est qu'il perd la santé pour gagner de l'argent, et il perd ensuite son argent pour récupérer la santé. A force de penser au futur, il ne vit pas au présent, et il ne vit donc ni le présent ni le futur. Il vit comme s'il ne devait jamais mourir, et il meurt comme s'il n'avait jamais vécu.
Commenter  J’apprécie          6715
Théodore de Banville
palamede   19 octobre 2018
Théodore de Banville
L’Automne



Sois le bienvenu, rouge Automne,

Accours dans ton riche appareil,

Embrase le coteau vermeil

Que la vigne pare et festonne.



Père, tu rempliras la tonne

Qui nous verse le doux sommeil ;

Sois le bienvenu, rouge Automne,

Accours dans ton riche appareil.



Déjà la Nymphe qui s’étonne,

Blanche de la nuque à l’orteil,

Rit aux chants ivres de soleil

Que le gai vendangeur entonne.

Sois le bienvenu, rouge Automne.
Commenter  J’apprécie          570
Sirenna   17 octobre 2018
Neige de Maxence Fermine
Un poème est un tableau, une danse, une musique et

l'écriture de la beauté tout à la fois.
Commenter  J’apprécie          542
palamede   21 octobre 2018
Le Premier Homme de Albert Camus
Non, un homme ça s'empêche. Voilà ce que c'est un homme, ou sinon…
Commenter  J’apprécie          463
Eric76   21 octobre 2018
Vipère au poing de Hervé Bazin
Nous étions installés sur nos rancunes, comme les fakirs sur leurs lits de clous.
Commenter  J’apprécie          683
palamede   22 octobre 2018
La Divine Comédie de Dante Alighieri
Toutes les choses de la terre vont comme vous à la mort ; mais cela ne se voit pas en quelques-unes qui durent longtemps, parce que la vie de l'homme est courte.



(Le Paradis)
Commenter  J’apprécie          380
palamede   17 octobre 2018
À son image de Jérôme Ferrari
... l’issue d’un combat entre le désir et la loyauté [est] rarement incertaine. 
Commenter  J’apprécie          380
palamede   16 octobre 2018
À son image de Jérôme Ferrari
... elle considérait l’avenir de son île avec une terreur vierge de toute condescendance parce que d’un lieu où l’on applaudit les revendications d’assassinats, on ne peut attendre que le pire.
Commenter  J’apprécie          373
palamede   18 octobre 2018
La vie et les opinions de Tristram Shandy, gentilhomme de Laurence Sterne
Dans toutes les situations, la nature de l'homme est la même.
Commenter  J’apprécie          360
Souri7   17 octobre 2018
J'irai tuer pour vous de Henri Loevenbruck
On dit que la lecture est un plaisir solitaire, mais celui qui ne lit pas est bien plus seul encore. Il lui manque le monde entier.
Commenter  J’apprécie          660
palamede   20 octobre 2018
Tous les hommes sont mortels de Simone de Beauvoir
Ils se contentent de tuer le temps en attendant que le temps les tue.
Commenter  J’apprécie          350
Cricri124   22 octobre 2018
Le meilleur des Mondes de Aldous Huxley
— Et c’est là, dit sentencieusement le Directeur, en guise de contribution à cet exposé, qu’est le secret du bonheur et de la vertu, aimer ce qu’on est obligé de faire. Tel est le but de tout conditionnement. Faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle ils ne peuvent échapper.

CHAPITRE 1 – P43
Commenter  J’apprécie          320
Hermann Hesse
ericbo   21 octobre 2018
Hermann Hesse
Seul



On rencontre sur la terre

Bien des routes, des chemins

Mais tous ont, au bout du compte,

Un seul but enfin.



A cheval ou en voiture

On peut aller deux ou trois ;

Le dernier pas est à faire

Tout seul, cette fois.



La meilleure des sagesses,

Des pratiques, de beaucoup,

C'est de faire ce qui coûte

Soi seul, et c'est tout.
Commenter  J’apprécie          362
Sebthos   16 octobre 2018
Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu
Et puis ces pères qui avaient voulu fuir la pauvreté, qu'avaient-ils réalisé en somme ? Ils possédaient tous une télé couleur, une voiture, ils avaient trouvé un logement et leurs enfants étaient allés à l'école. Pourtant, malgré ces objets, ces satisfactions et ces accomplissements, personne n'aurait pensé à dire qu'ils avaient réussi. Aucun confort ne semblait pouvoir effacer leur indigence première. À quoi cela tenait-il ? Aux vexations professionnelles, aux basses besognes, au confinement, à ce mot d'immigré qui les résumait partout ? Ou bien à leur sort d'apatride qu'ils ne s'avouaient pas ? Car ces pères restaient suspendus, entre deux langues, deux rives, mal payés, peu considérés, déracinés, sans héritage à transmettre. Leurs fils en concevaient un incurable dépit. Dès lors, pour eux, bien bosser à l'école, réussir, faire carrière, jouer le jeu, devenait presque impossible. Dans ce pays qui traitait leur famille comme un fait de société, le moindre mouvement de bonne volonté ressemblait à un fait de collaboration.



Pages 269-270, Actes Sud, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          651
Ladybird123   16 octobre 2018
Le réveil du coeur de François d'Épenoux
–Je te dérange ?

–Tout va bien. Je m’occupais de mes pivoines. Je leur soignais les ailes.

–Les ailes ?

–Et oui. La pivoine, c’est la seule fleur qui aurait pu être un oiseau. Qui aurait dû. «Pivoines », tu ne trouves pas que ça fait nom d’oiseau ? On aurait pu dire : tiens, regarde, un vol de pivoines…

–Jamais remarqué.

–Et puis, quand tu observes une pivoine de près, tu sais, on dirait ces plumes contrariées qu’il y a sur le cou des cygnes, ou le jabot mouillé d’un flamand rose dans le vent. Un bouquet de pivoines, c’est une volée d’oiseaux qui se blottissent les uns contre les autres, qui tremblent de ne pouvoir voler.

(...)

–Et puis, surtout, j’en ai marre des roses. C’est snob les roses. C’est tout droit, tout raide, trop bien peigné. Les roses, ça a un côté petite-bourgeoise endimanchée qui m’agace. Un côté collet monté qui ne veut pas se salir. Un peu trop net pour être vrai. Alors que la pivoine… La pivoine, c’est une fleur décoiffée, une fleur ébouriffée. Tu as déjà vu une pivoine blanche ? On dirait une mariée au petit matin, qui a dansé et bu toute la nuit et dont la robe s’est froissée à force de tournoyer. Un froissement de froufrou et la belle se volatilise…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
Eric76   17 octobre 2018
Belle du Seigneur de Albert Cohen
Bientôt, elle serait revenue avec les disques, leurs pitoyables disques. Que faire pour la préserver ? Descendre, supplier la Forbes d'inviter l'innocente une fois ? Une seule fois, madame, pour qu'elle ne se doute pas qu'elle est rejetée à cause de moi. Après, nous partirons, nous irons dans un autre hôtel, vous ne nous verrez plus. Elle est tout ce que j'ai maintenant, je veux qu'elle continue à m'aimer. Ayez pitié, madame, elle n'est pas juive, elle n'est pas habituée. Au nom du Christ, madame.

Folie, folie. Il aurait beau les supplier, ces deux, elles resteraient ce qu'elles étaient, sûres de leurs vérités, fortes d'être le nombre et la règle, caparaçonnées de social, sans cœur et sans gaffes et sans angoisses. Toutes les veines, et même de se croire bonnes.

Y aller tout de même ? Les regarder, leur sourire avec des larmes, leur dire que leur temps de vie était court et qu'elles ne devaient pas le consacrer à la haine ? Folie, folie. Le Christ lui-même n'était pas parvenu à les changer. Assez, assez. Bientôt, elle serait de retour. Que faire pour lui cacher qu'il était un paria, un vaincu ? Que faire pour la garder en amour ? C'était tout ce qui leur restait, leur amour, leur pauvre amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Albert Camus
dido600   22 octobre 2018
Albert Camus
Il n'y a ni justice ni liberté possibles lorsque l'argent est toujours roi .
Commenter  J’apprécie          322
 Anonyme
sabine59   19 octobre 2018
Anonyme
Ouvre un livre, c'est lui qui t'ouvrira.



Proverbe chinois
Commenter  J’apprécie          383
Ladybird123   19 octobre 2018
Du tout au tout de Arnaud Le Guilcher
–Vous pleurez parce que vous êtes triste ?

–Non, je pleure parce que c’est beau et que Jacque Rel ne triche pas. Jamais. Quand il est triste, il l’est à crever, et quand il est heureux, il est fou de bonheur. J’adore.

–Ça vous fait ça souvent ?

–À chaque fois que je suis devant quelque chose de sincère, je me mets à pigner. Je suis un vrai cochon truffier. Je rate jamais une pépite, même si elle est cachée sous des charibotées de bouse.

–Vous pleurez en écoutant de la musique?

–Oui.

–Devant un film ?

–Bien sûr.

–Un livre ?

–Évidemment.
Commenter  J’apprécie          390
marina53   17 octobre 2018
Les bracassées de Marie-Sabine Roger
Les rides d'expression sont des pages marquées des pages pliées de l'ongle dans le coin des regards. Les pages que la vie nous laisse pour mémoire.
Commenter  J’apprécie          382