AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Citations à l'affiche
Valdimir   18 octobre 2017
Six personnages en quête d'auteur de Luigi Pirandello
La nature se sert comme outil de l'imagination humaine pour continuer, sur un plan plus élevé, son œuvre de création.
Commenter  J’apprécie          360
palamede   19 octobre 2017
Mercy, Mary, Patty de Lola Lafon
... ce qui compte c’est ce qu’on fait, ce qu’on fabrique, même minuscule. Chercher à. Tenter de. Oh, ça n’est pas une incitation à l’engagement, d’ailleurs ce mot, vous ne l’aimez guère, qui s’applique aux choix des militaires et des bonnes sœurs. Mais qu’elle le sache, Violaine, la résignation coûte cher en amertumes tardives et en regrets. 
Commenter  J’apprécie          390
palamede   17 octobre 2017
Une jeunesse de Marcel Proust de Evelyne Bloch-Dano
Votre idée du malheur : Être séparé de maman, ainsi le jeune Proust répondait-il dans le questionnaire qui a fini par porter son nom.
Commenter  J’apprécie          370
fnitter   21 octobre 2017
Les Piliers de la terre de Ken Follett
Priez pour demander des miracles, mais plantez aussi des choux.
Commenter  J’apprécie          650
palamede   18 octobre 2017
Une jeunesse de Marcel Proust de Evelyne Bloch-Dano
La perception que nous avons de Marcel Proust est celle d’un être unique qui, après des années mondaines et en apparences futiles, a vécu le reste de sa vie à l’ecart, protégé par le liège de sa chambre des bruits et des odeurs, loin de la foule, isolé de ses admirateurs et même de ses amis, tout entier consacré à son livre, dans une course contre le temps et la mort.
Commenter  J’apprécie          340
nameless   17 octobre 2017
Dictionnaire humaniste et pacifiste de Théodore Monod
FOURRURE

Elle est belle sur la bête, elle est bête sur la belle.

P. 111
Commenter  J’apprécie          382
Jmlyr   18 octobre 2017
Les mites n'aiment pas les légendes de Auguste Derrière
Le doigt d'honneur est un problème MAJEUR.
Commenter  J’apprécie          479
Bookycooky   16 octobre 2017
Les huit montagnes de Paolo Cognetti
Comment pouvez-vous être si sûrs de ce qui convient à la vie d’un autre ? Il ne vous vient pas à l’esprit un seul instant que, peut-être, il le sait mieux que vous ?
Commenter  J’apprécie          470
michemuche   16 octobre 2017
Walden ou La vie dans les bois de Henry David Thoreau
Aimez votre vie, aussi pauvre soit-elle. Il est possible de connaître des heures plaisantes, palpitantes, somptueuses, même dans un asile de pauvres. La lumière du couchant se reflète de façon tout aussi éclatante dans les fenêtres de l'hospice que dans celles du manoir.....
Commenter  J’apprécie          380
fnitter   20 octobre 2017
Les Piliers de la terre de Ken Follett
Les questions théologiques les plus épineuses sont à mes yeux les problèmes les moins inquiétants parce qu’elles trouveront toutes leur solution dans l’autre monde et qu’en attendant on peut sans risque les mettre de côté.
Commenter  J’apprécie          490
Souri7   19 octobre 2017
Mrs Creasy a disparu de Joanna Cannon
— Comment est-ce qu'on empêche les gens de disparaître ? [...]

— On les aide à trouver Dieu. [...] Si Dieu existe dans une communauté, personne ne se perd.

Je pensai à notre quartier. Aux enfants sales que les maisons recrachaient et aux disputes avinées que les fenêtres vomissaient. A mon avis, Dieu ne passait pas beaucoup de temps chez nous.
Commenter  J’apprécie          390
jeunejane   22 octobre 2017
La Jeune Fille à la perle de Tracy Chevalier
Les couleurs elles-mêmes compensaient mes difficultés à cacher ce que je faisais. J'aimais broyer les ingrédients qu'il rapportait de chez l'apothicaire, des os, de la céruse, du massicot, admirant l'éclat et la pureté des couleurs que j'obtenais ainsi. J'appris que plus les matériaux étaient finement broyés, plus la couleur était intense. A partir de grains rugueux et ternes, la garance devenait une belle poudre rouge vif puis, mélangée à de l'huile de lin, elle se transformait en une peinture étincelante. Préparer ces couleurs tenait de la magie.
Commenter  J’apprécie          330
Eric76   17 octobre 2017
Les fiançailles de M. Hire de Georges Simenon
Il respirait si fort qu'on voyait vibrer les poils rêches des moustaches. Il ne regardait rien. Il avait eu toutes les peines du monde à dire :

" Entrez ! "

Et il sentait de tout près l'odeur de la servante, la même odeur que, dans les tribunes de Bois-Colombes, il ne faisait que deviner au passage de la bise. C'était une odeur chaude où il y avait des fadeurs de poudre de riz, la pointe plus aiguë d'un parfum, mais surtout son odeur à elle, l'odeur de sa chair, de ses muqueuses, de sa transpiration.

Elle respirait fort elle aussi. Elle reniflait, faisait des yeux le tour du logement, et trouvait enfin M. Hire près de la porte qu'il venait de refermer.

Elle ne savait plus que dire. D'abord, elle essaya de sourire, pensa même à lui tendre la main, mais c'était impossible de tendre la main à un homme aussi immobile, aussi lointain.
Commenter  J’apprécie          330
Jmlyr   16 octobre 2017
Rien n'arrête les oiseaux de François Salmon
LE NOM DES COURANTS D'AIR



Il entreprit alors de lui faire la lecture. Deux chapitres de Rabelais, d’abord, pour tonifier le sang, et puis Dostoïevski (pour la tension), une tirade d’Andromaque (rien de tel que l’alexandrin classique quand il s’agit de soutenir le rythme cardiaque). Il ajouta dix sonnets de Verlaine, comme du linge frais sur une peau meurtrie et termina par deux nouvelles macabres de Jean Ray car, il le savait bien, les plus puissants remèdes tirent toujours leur vigueur de poisons virulents.



Page10
Commenter  J’apprécie          410
sousweet   17 octobre 2017
Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne
On peut braver les lois humaines, mais non résister aux lois naturelles.
Commenter  J’apprécie          381
fnitter   19 octobre 2017
Les Piliers de la terre de Ken Follett
Ne pas accepter cela ? Et comment faire autrement ?

Les poulets ont-ils la liberté de ne pas accepter le renard ?
Commenter  J’apprécie          450
ninosairosse   20 octobre 2017
N'éteins pas la lumière de Bernard Minier
Sous sa statue, une inscription avait été ajoutée à la Révolution :

"Vivant, le peuple entier l'aima. Il le pleura quand il fut enlevé."

Servaz ne put s'empêcher de sourire. Comme toujours, ceux qui réécrivaient l'Histoire a posteriori le faisaient à la truelle : de son vivant, Henri IV avait été l'un des rois les plus haïs, son effigie brûlée, son nom associé à l'Antéchrist. Et, s'il fut finalement occis par Ravaillac, il y eut une bonne dizaine de tentatives d'assassinat avant celle-là. Mais comme d'habitude, les mensonges avaient la vie dure.

p380
Commenter  J’apprécie          421
Eric76   20 octobre 2017
Shantaram de Gregory David Roberts
L'héroïne est un caisson de privation sensorielle pour l'âme. Quand on flotte sur la mer Morte de la came, il n'y a plus aucune sensation de douleur, de regret ou de honte, plus aucun sentiment de culpabilité, plus aucun chagrin, plus de dépression et plus de désir. Un univers de sommeil envahit et enveloppe chaque atome de l'existence. Une tranquillité et une paix non sensibles chassent la peur et la souffrance. Les pensées se balancent comme des algues dans la mer et disparaissent dans une somnolence grise, lointaine, imperceptible, et indéterminée. Le corps succombe à un effondrement cryogénique : le cœur apathique bat faiblement, la respiration se réduit lentement à de vagues murmures. Un profond engourdissement proche du nirvana saisit les membres, et plus loin, plus profond, le dormeur glisse et plane vers l'oubli, la came parfaite et éternelle.
Commenter  J’apprécie          320
Souri7   20 octobre 2017
Yesterday's gone - saison 1 - épisode 2 : Dans le terrier du lapin de Sean Platt
Combien de temps avant que tous les survivants ne se muent en bêtes sauvages de la pire espèce ? Après tout, ce qui distinguait l’être humain de l’animal, c’était la civilisation, et rien d’autre ; une fois celle-ci éradiquée, les rescapés ne seraient bientôt plus que des ours parlants, comme dans les dessins animés pour enfants.
Commenter  J’apprécie          370
Roberto Juarroz
Piatka   19 octobre 2017
Roberto Juarroz
Le poète est un marginal et un exilé : c’est dans cette position-là, précisément, qu’il peut s’adresser à l’homme. Le poète n’enseigne rien : il crée, et il partage. La poésie consiste à être, et c’est en cela qu’elle offre l’ultime planche de salut en un monde qui se noie.



Poésie et création, 1980
Commenter  J’apprécie          425