AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Citations à l'affiche
Albert Camus
Wozniaksandy   17 janvier 2018
Albert Camus
Mais qu'est-ce qu'est le bonheur; si ce n'est l’harmonie simple entre un homme et la vie qu’il mène ?
Commenter  J’apprécie          692
Valdimir   18 janvier 2018
Les trois soeurs de Anton Tchekhov
Les gens, qui portent en eux le malheur depuis si longtemps et y sont habitués, ne font que siffloter et se perdent souvent dans leurs pensées.
Commenter  J’apprécie          440
Erri De Luca
palamede   18 janvier 2018
Erri De Luca
Celui qui ne rit pas ne peut imaginer le monde.
Commenter  J’apprécie          633
rabanne   17 janvier 2018
Les Bourgeois de Alice Ferney
Il fallait écouter l'époux comme un oracle et soi-même ne se piquer de rien. Il fallait n'être jamais le point de mire mais se rendre agréable comme il sied aux maîtresses de maison de faire. Il fallait avoir de la beauté sans en tirer vanité. Pauvres femmes parfaites ! Leur silence passé devient si bruyant quand on le réfléchit.
Commenter  J’apprécie          474
palamede   16 janvier 2018
La piscine de Yôko Ogawa
Alors qu’en parvenant à l’âge adulte, chacun arrive à trouver quelque part un endroit secret pour y cacher angoisse, solitude, peur ou tristesse, les enfants n’arrivent pas à dissimuler, et dispersent tout sous forme de pleurs.
Commenter  J’apprécie          474
TerrainsVagues   16 janvier 2018
Hymne à la mer de Henry de Monfreid
La mer seule est capable de combler mes désirs; en voguant sur sa face mouvante, je marche peut être sur la dalle du tombeau que le sort me destine; je sais aussi que chaque année cette hydre formidable engloutit des milliers d'humains, mais malgré moi la mer m'entraine, et puisqu'il faut mourir, je préfère mourir par elle que d'étouffer mon désir.
Commenter  J’apprécie          353
domisylzen   16 janvier 2018
Druide de Olivier Peru
Après tout, ne fallait-il pas être aussi petit et bête qu'un gland avant d'être sage et fort comme un chêne ?
Commenter  J’apprécie          341
koalas   16 janvier 2018
Le Mystère de la sombre zone de Pierre Siniac
Les échecs c'est comme la vie, mon cher, tout est joué au début.
Commenter  J’apprécie          381
palamede   15 janvier 2018
Les loyautés de Delphine de Vigan
Les loyautés.

 

Ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres – aux morts comme aux vivants –, ce sont des promesses que nous avons murmurées et dont nous ignorons l’écho, des fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes, des mots d’ordre admis sans les avoir entendus, des dettes que nous abritons dans les replis de nos mémoires. 
Commenter  J’apprécie          440
domisylzen   15 janvier 2018
Suzie la rebelle dans la grande guerre de Sophie Marvaud
Les hommes politiques adorent faire des promesses. Ils aiment moins les tenir !

Commenter  J’apprécie          321
mesrives   16 janvier 2018
Apparition du silence de Léonardo Rosa
1.-

quand il ne reste

imperceptible

que le murmure de la nature

j’ai besoin de me taire

je m’écoute

enveloppé dans le silence
Commenter  J’apprécie          392
Philippe Geluck
sabine59   16 janvier 2018
Philippe Geluck
Quand j'étais petit, je voulais devenir moi, et mon rêve d'enfant s'est réalisé !
Commenter  J’apprécie          465
palamede   17 janvier 2018
La piscine de Yôko Ogawa
C’était un beau plongeon. ... Quand les jambes de Jun tombaient en dessinant un cercle parfait comme celui d’un compas, je pouvais sentir son corps à l’intérieur du mien. Il glissait en une longue caresse intérieure. C’était beaucoup plus intime, chaud et rassurant qu’une étreinte. Je le savais et pourtant il ne m’avait jamais prise dans ses bras.
Commenter  J’apprécie          392
Eric76   16 janvier 2018
Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 2 : Hollow City de Ransom Riggs
- J'étais plus légère que l'air à la minute où je suis née, a déclaré fièrement Olive. Je suis sortie du ventre de ma mère, et j'ai flotté vers le plafond de l'hôpital. La seule chose qui m'a empêchée de m'envoler par la fenêtre, c'est le cordon ombilical. Il paraît que le docteur s'est évanoui de surprise.
Commenter  J’apprécie          552
Boris Vian
sabine59   18 janvier 2018
Boris Vian
Pourquoi que je vis

Pourquoi que je vis

Pour la jambe jaune

D'une femme blonde

Appuyée au mur

Sous le plein soleil

Pour la voile ronde

D'un pointu du port

Pour l'ombre des stores

Le café glacé

Qu'on boit dans un tube

Pour toucher le sable

Voir le fond de l'eau

Qui devient si bleu

Qui descend si bas

Avec les poissons

Les calmes poissons

Ils paissent le fond

Volent au-dessus

Des algues cheveux

Comme zoiseaux lents

Comme zoizeaux bleus

Pourquoi que je vis

Parce que c'est joli
Commenter  J’apprécie          444
palamede   20 janvier 2018
Au nom de la mère de Erri De Luca
... on donne trop d'importance aux mots, il arrive qu'ils contraignent à l'exil, aux prisons ou pire. Ils sont chargés de poids et pourtant ils ne sont que souffle.
Commenter  J’apprécie          371
palamede   21 janvier 2018
Un bonheur de rencontre de Ian McEwan
À plusieurs reprises, ils abordèrent le sujet du vieillissement ... de l’alourdissement de leur corps qui avait cessé d’être une machine autorégulatrice qu’on pouvait ignorer pour devenir au contraire un objet de surveillance et de soins constants qu’il fallait faire fonctionner consciemment et consciencieusement.
Commenter  J’apprécie          370
Jmlyr   17 janvier 2018
Mathilde de Gilles La Carbona
Les sentiments sont les muscles de l'âme, quand on ne les fait plus travailler, ils s'atrophient.



Page121
Commenter  J’apprécie          644
palamede   19 janvier 2018
Un bonheur de rencontre de Ian McEwan
Tout voyage est une agression. Il vous contraint à faire confiance à des inconnus et à perdre de vue le confort familier du foyer et des amis. On est en perpétuel déséquilibre. On ne possède rien en dehors de l’essentiel — l’air, le sommeil, les rêves, la mer, le ciel —, toutes choses qui tendent à l’éternité ou du moins à ce que nous en imaginons.



Cesare Pavese
Commenter  J’apprécie          366
gill   18 janvier 2018
Jules Romains. Morceaux choisis. Poésie. Prose. Théâtre. 7e édition de Jules Romains
Je suis né de petites gens

Gagnant peu pour beaucoup de peine.

Mes aïeux ont tiré de terre

plus de blé qu'ils n'ont eu de pain ...
Commenter  J’apprécie          320