AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

La maîtresse qui n'aimait pas les élèves
  28 mai 2020
La maîtresse qui n'aimait pas les élèves de Severine de La croix
Armande, la maîtresse n'aime pas les élèves (si elle a un masque, c'est pour l'empêcher de mordre les enfants!)





-Les enfants, c'est épuisant! On ne court pas, on tient le bâton, afin de respecter la distance, on doit se laver les mains. Et surtout, on ne joue, à la récréation, que dans son rond dessiné à la craie, sur le sol.

Je suis peiné de voir les gosses, chacun dans leur rond...😟





Ah, cette craie qui crisse sur le tableau... Et la pagaille, lors des repas ("la choucroute dans les cheveux, y en a marre!")...

Ou encore quand les enfants vomissent partout, après s'être gavé, à la fontaine de chocolat...







Lors d'une sortie, Armande a failli oublier derrière elle, un petit Théo (qui n'écoutait pas)

Voilà la solution!





Armande essaie de perdre les élèves, dans la forêt. Mais, Théo a attrapé un fil du pull-over de la maîtresse, pour pouvoir la retrouver...

Le lendemain, elle fait venir un magicien, afin de faire disparaître les enfants.

Un grand nuage de fumée ! "Hourra, tous les enfants ont enfin disparu !"...





Plus de problèmes avec:

-Il n'y a que des "Emma", ici?

-Moi! Fait un petit.

-Tu t'appelles Emma ?

-Emmamadou, maîtresse !





-Vous êtes pénibles, heureusement que c'est l'heure de la sieste!

- Si c'est toi qu'es fatiguée, maîtresse. Pourquoi c'est à nous d'aller faire la sieste? Maxence, 4 ans.





- Tu n'es vraiment pas gentille aujourd'hui, Lila.

- Toi aussi, t'es pas gentille. En plus, t'es pas belle, et t'es vieille!

- Tu sais, on vieillit tous.

- Pas moi! Toi, tu vieillis. Moi, je grandis! Lila, 5 ans.





- Léo, ce n'est pas possible. Tu ne sais plus quelle bêtise inventer.

- Si, si, j'en connais encore. Léo, 5 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lettre d'amour sans le dire
  28 mai 2020
Lettre d'amour sans le dire de Amanda Sthers
Ce fut une bien belle lecture. Et une belle surprise, car les histoires d'amour ne sont pas vraiment mon thème de prédilection. Mais, de temps en temps, ça fait du bien. Et, ne nions pas l'évidence, la vie est plus douce quand il y a de l'amour.



Et d'ailleurs, dans cette lettre écrite par Alice on ressent toute cette douceur et cette délicatesse, que ses rencontres avec son masseur attitré lui procurent.

Toute cette envie de vivre, cette beauté qui émanent d'elle grâce à cela, contraste très nettement avec sa vie d'avant. Nous découvrons son passé, et sincèrement, j'avais vraiment envie que cette rencontre apaise définitivement tous ces moments douloureux.

Alice va jusqu'à s'imprégner totalement de la culture du pays, d'où vient son masseur : le Japon. C'est également toute cette façon de vivre qui transparaît dans cette lettre, et c'est fort agréable.



A la fin de cette lecture, je n'ai qu'une envie : que cet amour ressenti ne soit pas qu'un fantasme.

Commenter  J’apprécie          00
Vanilla Ride
  28 mai 2020
Vanilla Ride de Joe R. Lansdale
Ça faisait un p'tit moment qu'on ne lui avait pas tiré dessus (intentionnellement ou non) ou cogné la tête. Verni, Hap l'était, d'autant que la vie conjugale avec Brett se passait au mieux. De là à se dire que ça lui manquait, faut pas exagérer. Mais, il le sentait : ça n'allait pas durer. Et justement les ennuis ont commencé à se pointer en la personne de leur vieux pote Marvin, plus exactement en la personne de sa petite-fille Gadget, plus exactement en la personne de son dealer de petit copain violent. Le problème est que la gamine ne voit pas où est le mal dans toute cette violence et dans la came qu'ils sniffent et revendent. Appelés à la rescousse pour ramener la petite-fille un brin réticente à son grand-père, Hap et Leonard vont devoir faire comprendre à tous ces gamins dealers, à coup de pieds, de poings et de calibre 38, que c'est pas réglo ce qu'ils font, que la mioche repart avec eux et que la came est aussi bien dans la cuvette des toilettes. Évidemment, ça va pas plaire aux gars de la Dixie Mafia qui vont vouloir se venger, et de l'affront causé par Hap et Leonard, et de la drogue perdue...



Dès qu'il faut rendre service, on peut compter sur eux. Si, en plus, y a risque de baston, ils sont les premiers arrivés. Cette fois-ci, Hap Collins et Leonard Pine vont se foutre dans un drôle de merdier en voulant aider leur ami, Marvin. Car c'est toute la Dixie Mafia, la plus grande organisation mafieuse du sud, qui va leur coller aux fesses. Pour une fois, ils ne seront pas trop de quatre pour se dépêtrer de cette situation, d'autant que le FBI va s'en mêler. Retrouver Hap et Leonard, c'est comme retrouver de vieux amis qu'on avait oubliés pendant un moment. On est sûr que les retrouvailles vont être mouvementées, voire pétarandantes, et que l'on ne va pas s'ennuyer un seul instant. Joe R. Lansdale a le chic pour nous rendre ses deux personnages terriblement attachants. Si, sur le fond, l'intrigue n'est pas originale, la forme se révèle toujours aussi réjouissante avec des dialogues savoureux, une écriture enlevée et parfois caustique et un rythme endiablé.

Jouissif !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
La Passe-Miroir, tome 2 : Les Disparus du C..
  28 mai 2020
La Passe-Miroir, tome 2 : Les Disparus du Clairdelune de Christelle Dabos
Encore une belle surprise avec ce second tome !

Christelle Dabos nous entraîne dans son monde intriguant mais qu’est ce qu’on peut l’aimer... Grâce à elle on a envie de découvrir le Pôle et le Citacielle, Anima mais aussi Ophélie, Archibald, Thorn, Renard, Gaëlle, Hildegarde, Farouk et Berenilde a qui l’on accorde une sympathie de plus en plus assumée.

J’ai hâte de découvrir le tome 3 !
Commenter  J’apprécie          00
Swansong 1945
  27 mai 2020
Swansong 1945 de Walter Kempowski
++++++ LE CHANT DU CYGNE 1945 +++++++



Walter Kempowski (1929-2007) a été un des plus importants auteurs allemands d'après-guerre. Pendant des décennies, il a collectionné des extraits de journaux intimes, lettres personnelles et mémoires de guerre pour en rédiger ce qu'il a désigné lui-même comme "un journal collectif des derniers jours du IIIe Reich.



Ces plus de 1000 extraits de papiers personnels nous offrent un panorama unique au-delà de la géographie, des statistiques et des combats et nous révèlent les coûts de la guerre dans des termes très humains.



Cet ouvrage de 502 pages est la première version en langue anglaise et date de 2014. L'original a été publié en 2005 sous le titre "Das Echolot" (Le sonar en Français) et constitue le dernier ďes 10 volumes consacrés à la fin du nazisme. Kempowski a voulu voir le véritable fond du désastre.



L'auteur a déclaré lui-même que la technique du collage lui a été inspiré par Walter Benjamin (1892-1940) dans ses "Passages Parisiens" (Pariser Passagen), en fait un pur ensemble de citations françaises selon le principe : "Je n'ai rien à dire, juste à montrer".



Ce dernier volume commence avec le dernier anniversaire d'Hitler, le 20 avril 1945, et se termine par la reddition sans conditions de l'armée allemande, les 8 et 9 mai 1945. Il couvre donc le jour de l'Elbe ou le 25 avril lorsque les troupes américaines firent jonction avec les Soviétiques et le 30 avril ou le suicide du "Führer".



En partant d'un de ces événements spécifiques et en tenant compte du très complet registre de personnes citées dans l'ouvrage (25 pages de noms), on peut en quelque sorte constituer sa lecture très personnelle.



Il y en a réellement pour tous les goûts. En littérature : Brecht, Döblin, Kästner, Klaus Mann ; mais pas uniquement des auteurs allemands, également des écrivains d'autres horizons tels Paul Valéry, Marguerite Duras, le Nobel Claude Simon, Cesare Pavese, Knut Hamsun, Arthur Miller, Ilya Ehrenbourg, etc.



Il y a bien sûr les puissants de l'époque Truman, Staline (et même sa fille Svetlana), Zoukov, Winston Churchill et le Général de Gaulle.



Certains témoins sont totalement inconnus, comme par exemple Marlis Brink, une simple écolière d'Elbing, mais leur parfois brève contribution nous présente des aspects humains insoupçonnés. C'est cette énorme variété de sources qui rend ce livre si unique.



L'accueil que cet ouvrage a reçu par les universités américaines a été faramineux. Il s'agit vraiment d'un livre à tenir dans sa bibliothèque pour consultation fréquente.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ambrose: Aimer…, T4
  27 mai 2020
Ambrose: Aimer…, T4 de Renae Kaye
Shane & Ambrose sont meilleurs amis depuis l'enfance, ils passent tout leur temps ensemble, pourtant on ne peut imaginer garçons plus différents, un rat de bibliothèque et un sportif de haut niveau, étonnant n'est-ce pas. Leur amitié n'a jamais failli, et chacun participe aux passions de l'autre, et depuis ses seize ans Shane, ouvertement gay, est conscient de son amour pour Ambrose, cependant il n'a aucun espoir, il ne se considére pas assez bien pour lui et son ami est hétéro n'est ce pas.

Lorsque Ambrose doit quitter Perth pour Melbourne, engagé par une équipe pro de football australien, il va passer sa dernière soirée avec son ami, et à la stupéfaction de celui-ci, il l'embrasse et comble ses désirs. Pendant neuf ans ils continueront à avoir des relations lorsque Ambrose, la saison sportive finie rend visite à sa famille, mais ça ne peut continuer comme ça, Shane cherche une relation stable, pas servir de bouche trou …





Dans ce quatrième tome Renae Kaye réuni les personnages antérieurement rencontrés dans la série au sein d'un groupe chaleureux et haut en couleurs dont Shane semble être l'élément le plus terne, cependant au fil du récit ce n'est plus si évident, il est effacé et peu confiant en lui, mais on peut conter sur lui, Ambrose le premier. Neuf ans pour que ces deux hommes mettent un nom sur leur relation, c'est long, mais le récit nous est livré dans une atmosphère chaleureuse et légère épicée d'une pointe d'humour et de quelques allusions aux spécificités australiennes.





Encore une fois l'autrice met en scène avec talent des personnages attrayants au service d'un scénario que les petits détails enrichissent pour un roman feelgood qui devrait satisfaire de nombreux lecteurs …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Une femme aimée
  27 mai 2020
Une femme aimée de Andreï Makine
Qui se cache derrière ce masque de la Grande Catherine dont on nous vante un peu trop vite une vie conjugale pleine d'amants, c'est la question que se pose un jeune cinéaste russe désireux d'enquêter sur elle à fin de film ?
Commenter  J’apprécie          00
L'Énigme de la Chambre 622
  27 mai 2020
L'Énigme de la Chambre 622 de Joël Dicker
Un excellent Dicker ! Lu en une nuit et 1 jours addictif
Commenter  J’apprécie          00
Le Bourgmestre de Furnes
  27 mai 2020
Le Bourgmestre de Furnes de Georges Simenon
Il faut aller chercher Simenon là où il ne dit rien. Le héros du livre est à la fois maire d’un petit bourg en Flandre et chef d’entreprise implacable et sans pitié. Il gère ses relations d’une main de fer, sans laisser de place aux sentiments et en accaparant l’espace au détriment de son entourage. Une faille, cependant l’amène à prendre du recul : une jeune femme, qu’il se met à fréquenter, puis à entretenir, sans rien lui demander en échange. Cette faiblesse se traduit par un amollissement général de son comportement et ses adversaires politiques en profitent pour lui porter l’estocade et le briser.

Comme toujours avec cet auteur, rien n’est offert au lecteur, ni jugement, ni message. C’est à celui-ci de se faire son chemin à travers les pages : en l’espèce, la bonté est-elle une faiblesse qui mène le personnage à sa perte ou bien faut-il y voir la peinture d’une société si dure qu’elle condamne la moindre marque de relâchement. Par-delà ces enjeux, le livre constitue un tableau magnifique d’une Flandre sombre et pluvieuse, âpre au gain et dure au mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Areuh ! Chapeau d'Eté
  27 mai 2020
Areuh ! Chapeau d'Eté de Jo Witek / Emmanuell
Un délicieux petit album sur la chaleur, l'été.

Elle donne envie de prendre son temps...

de boire et de paresser

avec un chat à ses côtés...

de tremper ses pieds dans l'eau

et aussi de se baigner

avec un chapeau d'été!
Commenter  J’apprécie          11
Le premier amour
  27 mai 2020
Le premier amour de Santiago-H Amigorena
Un joli récit d'une passion amoureuse à l'adolescence et une écriture très travaillée. Mais les prouesses de style finissent par lasser . Jeux d'écriture sur le corps de l'aimée se répètent en boucle.
Commenter  J’apprécie          00
Les onze lois de la réussite : De la part d'u..
  27 mai 2020
Les onze lois de la réussite : De la part d'un ami de Anthony Robbins
Le célèbre coach américain Anthony Robbins nous offre dans ce livre pratique les lois fondamentales du succès et du bien-être. On retrouve dans ces pages de célèbres personnalités dans l’histoire et dans différents domaines qui ont également appliqué ces mêmes principes. Robbins vous apprend le pouvoir des décisions, de la physiologie, du vocabulaire de succès et bien plus de leçons précieuses.



Je vous cite ci-dessous les titres et leur bref résumé :



Première leçon : Vous vous sentez dépassé par les événements… comment renverser la situation ?



Cette première leçon vous enseignera que nous avons tous le choix et le pouvoir d’agir. On prenant conscience de cette faculté, vous sortez immédiatement de votre schéma négatif. L’auteur vous explique en détails quelques mécanismes, en citant l’exemple de sa propre vie et les difficultés qui a subi tout au long de sa jeunesse.



Deuxième leçon : L’échec n’existe pas



Dans cette leçon vous comprendrez que l’échec n’existe vraiment pas, et que seuls les résultats qui existent. Robbins vous précise que si on améliore notre approche tout en tirant de chaque situation une leçon : c’est là où on a vraiment réussi, et l’échec n’existera plus dans notre conscience.



Troisième leçon : Apprenez à décider et plus rien ne saura vous arrêter



Dans cette leçon vous apprendrez à bien utiliser le pouvoir des décisions : cette force enfoui en chacun de nous et qui est capable de surmonter n’importe quelle difficulté. A l’aide du coach, vous renforcerez progressivement votre muscle de décision.



Quatrième leçon : Bâtir vos croyances… et démarrer en trombe



Dans cette leçon vous comprendrez que tout ce qui gouverne notre vie, nos décisions et nos choix, vient d’une force plus puissante : Les croyances. Donc vous apprendrez à les identifier, à changer celles qui vous bloquent et puis de renforcer celles qui vous apportent le pouvoir et la détermination.



Cinquième leçon : C’est en vous concentrant sur vos objectifs qu’ils se matérialiseront



Dans cette leçon vous comprendrez le concept du Focus : c’est la capacité de rester vigilant et concentrer sur vos objectifs au lieu de vous laisser envahie par la peur ou le découragement.



Sixième leçon : Les questions renferment la réponse



Comme nous le savons tous, on se pose beaucoup de questions tout au long de la journée, et notre état d’esprit est influencé directement par leur qualité. Dans cette leçon vous apprendrez à vous poser les bonnes questions qui vous donneront de bonnes réponses dans votre vie.



Septième leçon : Découvrez vos ressources cachées !



Dans cette leçon vous apprendrez à bien utiliser votre corps. Robbins vous apprend que l’émotion est créer par le mouvement « Emotion is created by motion ». Donc L’esprit et le corps sont liés, et lorsqu’on bouge bien notre corps, on constate rapidement une amélioration sur le plan psychique et mental. Robbins vous donnera quelques démonstrations pour bien sentir l’efficacité du concept.



Huitième leçon : Le vocabulaire du succès



Dans cette leçon vous comprendrez le pouvoir des mots et leur impact sur votre vie. Rien que le fait de changer quelques mots par d’autres plus stimulants vous changera votre perception des choses. Robbins vous donnera une liste des mots et termes que vous pouvez utiliser dès maintenant pour changer votre vie.



Neuvième leçon : Vous trouvez-vous dans une impasse ? Sortez-en grâce à de nouvelles métaphores !



Dans cette leçon vous comprendrez le pouvoir des métaphores et ce qu’elles peuvent changer dans votre vie. Tout comme le vocabulaire du succès, les métaphores jouent aussi un rôle sur votre état d’esprit et peuvent changer radicalement votre perception des choses.



Dixième leçon : A vos marques ! Prêts ? Partez ! Comment bâtir votre avenir en vous fixant des buts ?



Dans cette leçon vous apprendrez à identifier et fixer vos objectifs. Robbins vous précise que ces derniers nous donnent une direction et un sens à notre vie.



Onzième leçon : Le défi mental de 10 jours



Dans cette dernière leçon, Robbins vous lance un challenge : le défi mental de 10 jours. Pendant 10 jours consécutifs, n’entretenez dans votre esprit aucune pensée ou métaphore négative. Si vous vous laissez surprendre par une pensée négative, reportez-vous immédiatement à la sixième leçon et posez-vous des questions positives pour améliorer votre état psychique. Par contre, si vous passez plus de 5 minutes dans cet état, attendez-vous jusqu’au lendemain et refaites le défi pendant 10 jours. En faisant cet exercice, vous prenez conscience de tous vos schémas négatifs qui entravent votre succès. Du coup, vous laisserez plus de places pour la créativité et vous serez plus heureux.



Mon avis :



Livre d’action et de pouvoir, c’est l’un de mes meilleurs livres de développement personnel. Ce que j’ai le plus aimé, c’est la simplicité de ces outils. Elles sont faciles à comprendre et accessibles à tous le monde. Que vous soyez étudiant, ouvrier, professeur ou sportif de haut niveau : Ils vont certainement vous aider à mieux gérer votre vie et comprendre certains principes de bases en psychologie. Je vous conseille vraiment de le lire. Il vous changera la vie et vous donnera la possibilité de réaliser ce qui vous tient à cœur. Facile à lire, l’écriture est aussi fluide et simple. Je le conseille aussi à ceux qui veulent débuter en développement personnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le bonheur conjugal
  27 mai 2020
Le bonheur conjugal de Tahar Ben Jelloun
C’est l’histoire d’un peintre très célèbre et au sommet de sa réussite, qui a eu subitement un AVC et qui l’a contraint de mettre fin à sa carrière artistique. L’homme sera condamné à son fauteuil roulant et ne pourra plus peindre. Menant de côté une vie de couple médiocre, il considère sa femme comme la cause principale de sa chute. Consterné par son état, il décide à l’aide de son ami d’écrire un livre qui racontera tout le désastre de sa vie conjugal et qui l’aidera à échapper de son profond malaise. Se femme découvrira un jour ce Manuscrit caché au fond de son atelier, et elle livre à son tour sa Version des faits. L’histoire se déroule entre Paris, Casablanca, Marrakech et Tanger, sachant que le couple est Marocain et résidait à Paris. Le roman est composé en deux parties. La 1ère est intitulée « L’homme qui aimait trop les femmes » où l’homme raconte à travers son Manuscrit l’histoire et l’enfer vécu dans sa relation conjugal. La 2ème est intitulée « Ma version » où sa femme Amina raconte finalement sa Version des faits et exprime avec honnêteté toute l’indifférence et la négligence de cet homme à elle.



J’ai beaucoup aimé cette histoire et c’est pour moi le genre de roman où on ne sort jamais sans être dans un profond état de réflexion et de questionnement. Après l'avoir lu, je me suis vite posé trop de questions sur les problèmes conjugaux et tous ses malentendus. A travers cette histoire, Tahar Ben Jelloun a réussi à nous décrire les problèmes majeurs de la vie conjugale, dans la mesure où le personnage du peintre a été totalement lâche envers sa femme et n’avait aucun sens de responsabilité.



On découvre d’abord de l’incompatibilité dans leur mode de vie, et même dans leur vision de la vie conjugale. Consommateur excessif d’alcool, il aimait trop les femmes et les font venir souvent chez lui dans son atelier. Il voyage beaucoup et toujours indisponible. Venant d’un milieu social différent de celui de sa femme, il n’envisageait jamais de se remettre en question et de s’adapter à sa vie conjugale. Il estimait qu’il devrait vivre comme ça en tant qu’artiste et c’est ancré dans son identité, sans rien prendre en considération sa femme… D’ailleurs il ne la connaissait pas vraiment. Alors qu'elle, est une femme modeste, venant d’un milieu modeste, qui espérait mener une vie saine, de former sa petite famille et un couple heureux... ce qui n'était pas vraiment le cas et a engendré en elle une amère déception.



Vu qu’il n y a dans cette histoire pas un seul trait de bonheur entre ce couple, le titre du roman peut paraitre paradoxalement choisi pour de nombreux personnes. A mon avis, il est parfois nécessaire de lire et de sentir des choses pour qu’on puisse mieux éviter les erreurs et le désastre, pour enfin retrouver son bonheur conjugal. Selon Tahar Ben Jelloun, pour le vivre, il faut connaître tout ce qui le détruit, et c’est ce qui nous le proposera justement dans cette histoire.Ce que j’ai adoré le plus dans ce roman, c’est la partie « Ma version » où sa femme Amina lui répond d’une manière directe et claire. Elle n’avait pas le sens de la diplomatie. Elle était honnête et pesait bien ses mots, et c’est à travers elle qu’on arrive à mieux distinguer ce qui est vraiment réel et authentique entre ces deux versions des faits. J’estime que ce roman est un chef-d’œuvre de Tahar Ben Jelloun, comme d’ailleurs tous ses romans. L’histoire est très prenante et les personnages sont très attachants. Je vous conseille vivement de le lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Quatuor
  27 mai 2020
Quatuor de Anna Enquist
Caroline, Heleen, Hugo et Jochem forment un quatuor amateur pour qui la musique a de nombreuses vertus. Même s'ils se connaissent tous bien, chacun a sa vie, ses drames, ses réflexions personnelles sur les autres et la société. Mais la musique et leurs rendez-vous hebdomadaires restent un pilier dans le déroulement des évènements...



Non mais c'est quoi cette fin inachevée en queue de poisson ?!

Attendez, faut que je me reprenne, first things first...

C'est un livre pas mal, écrit correctement, qui touche à des sujets sensibles sociétaux comme le deuil, la vieillesse et la dépendance, ainsi que critique ouvertement le système de soins et d'accompagnement humain néerlandais (en même temps on pourrait aisément retirer l'adjectif de nationalité parce que c'est partout pareil ou presque). Ces sujets difficiles sont abordés avec justesse, mais le récit en lui-même dérive longuement sans but réel affiché.

Jusqu'à ce qu'on se retrouve à 40 pages de la fin, quand l'intrigue prend une tournure de thriller assez sortie de nulle part (certes, quand Heleen se met à raconter sa vie à un détenu suspect, on comprend bien que l'auteur ne va pas s'arrêter là), laquelle se déroule avec des dialogues stéréotypés plutôt éloignés des pensées profondes développées avant et se termine sans se terminer.

Bon, j'accorde le thème de la naïveté qui peut mener les gens à faire et croire n'importe quoi, ok... Et celui de la paranonïa des petits vieux, assez bien présentée...

En fait, dans ce livre, seuls les thèmes marginaux et ce qu'ils peuvent faire faire et penser aux gens tirent vraiment leur épingle du jeu, ont vraiment un intérêt. Les actions, faut les oublier, surtout celle de la fin, inutile et carrément trop en décalage avec l'atmosphère de tout le reste du livre.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
  27 mai 2020
Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig
Mme Henriette a disparu. Démarre alors un véritable débat sur l'amour, la fidélité et les bonnes moeurs des femmes mariées. Seul un homme de la tablée sera suffisamment ouvert d'esprit pour ne pas accabler cette pauvre femme. Il y gagnera le récit des 24 heures de la vie d'une femme.



Stefan Zweig est le roi des descriptions de monomaniaques. Ici c'est le démon du jeu qu'il nous décrit avec tant de justesse et d'émotions. Si le joueur d'échecs est LE livre à lire de l'auteur, celui-ci mérite le détour.



J'ai beau détester les livres qui ne se livrent qu'à travers des descriptions, ce n'a jamais été le cas avec cet auteur que j'affectionne particulièrement. S. Zweig maîtrise tellement son art que l'on vit avec les démons de ses personnages.



Brillamment écrit, ce livre est une pépite. Ce n'est pourtant pas ma première lecture mais à chaque fois je le savoure.



J'ai vécu dans l'angoisse les sentiments de cet homme comme si j'étais à sa place. Je l'ai aimé, l'espace de quelques pages, à en perdre moi aussi la raison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
L'homme de Grand Soleil
  27 mai 2020
L'homme de Grand Soleil de Jacques Gaubil
Le docteur Leboucher, médecin français, exerce son métier à Montréal. Mais pour pouvoir exercer en tant que français, il a du s'engager à aller une fois par mois dans une contrée très reculée du pays, contrée appelée Grand Soleil. Dans ce coin, il fait régulièrement -50 degrés et la plupart des habitants sont vieux et alcooliques.

Lors d'une de ses visites, il sera appelé au chevet de Cleophas, personnage énigmatique. Ce dernier souffre atrocement et après des examens sanguins, le diagnostic tombera : cancer... Mais les examens révêleront une autre particularité de ce personnage. L'histoire est prétexte à une critique acerbe de notre société et de ses dérives, avec des personnes avides de notoriété, des médias et des réseaux sociaux à l'affût de n'importe quelle information pouvant conduire à un buzz, ou des Américains capables d'élire un président tel que Trump... Le fossé entre ce village isolé et la "ville" n'en est que plus saisissant.
Commenter  J’apprécie          10
Macbeth
  27 mai 2020
Macbeth de Jo Nesbo
Une ambiance très particulière - On se croirait dans un décor d'un Marvel; d'un côté l'hôtel de police, de l'autre les casinos et autour, dans une suite de scènes noires et pluvieuses, la ville, ses routes, son port. On échappe de la ville qu'une seule fois. Tout le reste est un huis clos. Les personnages sont complexes, sombres et tellement humain que cela donne la chair de poule. Macbeth qui est - il semble - un pur va se bruler les ailes à la recherche du pouvoir. Poussé par Lady, il va sacrifier tout même le meilleur de lui-même.

Un polars sombre très agréable à lire. Je vais me procurer la version de Shakespeare pour découvrir l'autre Macbeth.
Commenter  J’apprécie          00
Victoires
  27 mai 2020
Victoires de Danielle Steel
Lilly, jeune championne de ski junior, n’a qu’un seul rêve en tête : participer aux jeux olympiques. Aux yeux de son père Bill Thomas, divorcé il y a quelques années, elle était sa seule raison de vivre. C’est lors de sa séance d’entrainement que tout a basculé : elle eut un terrible accident qui lui condamnera à passer sa vie en fauteuil roulant. Depuis lors, son rêve a pris une nouvelle tournure. Lilly réussira à affronter son handicap en participant aux jeux paralympiques, ce qui fut sa propre victoire. Quant à son père, il construira un grand centre de rééducation portant le nom de sa fille, et qui accueillera toutes les personnes handicapées.



Franchement j’ai beaucoup aimé cette lecture qui m’a fait découvrir cet univers du ski au plein milieu de Squaw Valley. Danielle Steel est une excellente écrivaine, qui a cet immense talent de captiver son lecteur dès les premières lignes. On découvre alors le ski avec Lilly, qui malgré son handicap, a pu bâtir son nouveau rêve. Ce qui m’a le plus marqué au début, c’est cette citation de Mary Baker Eddy « Ce qui est bénédiction pour l’un l’est pour tous ». Comme c’était une victoire pour Lilly, elle l’était pour son père aussi, puisqu’il fera la rencontre de la ravissante Jessie qui basculera sa vie amoureuse. Une histoire très prenante, avec une écriture fluide et des personnages très attachants. Dès les premières pages, je suis sûr que vous poursuivrez la lecture jusqu’au bout. Danielle Steel m’a beaucoup séduit par sa plume, ce qui ne m’empêchera sans doute de découvrir ses autres romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Quand je ne serai plus là
  27 mai 2020
Quand je ne serai plus là de Linda Green
Le commentaire de Martine :

Jess Mount découvre qu'il lui reste 18 mois à vivre, si l'on en croit son fil d'actualité Facebook. Son fil d'actualité semble avoir bondi de 18 mois et elle peut voir les messages de sa famille et de ses amis pleurant sa mort. Comment se peut-il ?

Jess Mount est une femme dynamique et confiante. Après avoir rencontré un bel homme dans un train, son monde entier commence à changer lorsqu'elle peut voir de futurs messages sur Facebook qui prédisent sa mort.

L'histoire prend son envol dès la première page et ne s'arrête jamais. Jess est une trame de fond à laquelle on fait allusion et qui se révèle lentement, surtout concernant Lee, son nouvel amoureux. Ces intrigues autour de sa relation, ainsi que le point de vue de sa belle-mère Angela, ont gardé le roman en mouvement et moi, j'étais vraiment investie et prise par ma lecture.

L'histoire a une touche très contemporaine et grâce à quelques références du monde réel et des publications sur les réseaux sociaux, elle parait très actuelle. Jess essaie de changer son avenir, mais vous devrez lire le roman pour savoir si elle peut le changer pour de bon, ou si elle est forcée d'accepter son destin.

C'est une intrigue incroyable, saisissante et captivante. Jess est décédée, elle continue de voir son propre avenir, tracé sur Facebook, mais elle est la seule à pouvoir le voir. Comme elle a des antécédents de maladie mentale, j'ai commencé à me demander si tout était dans sa tête, le fruit de son imagination. Elle voit ses amis et ses proches pleurer sa mort et c'est assez déchirant et surtout qu'elle a quitté son bébé. Je voulais et souhaitais que tout cet épisode soit issu de son imagination et non réellement que son décès était vraiment ce qui s'est passé.

À certains moments, son entière adhésion à Lee était pathétique et je voulais la brasser, mais vous vous rendez compte qu'elle supporte tout cela, parce qu'elle veut protéger son fils.

Des personnages fantastiques et complexes, en particulier Lee et sa maman Angela, ils semblent tous les deux avoir des problèmes de santé mentale et Sadie, l'amie de Jess, qui était toujours là quand elle avait besoin d'elle. C'était tout simplement tout à fait impressionnant comme suspense.

Je n'hésite pas à recommander Quand je ne serai plus là de Linda Green à ceux qui aiment la fiction policière et le noir domestique. Je l'ai aimé !
Lien : http://lesmilleetunlivreslm...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Là où chantent les écrevisses
  27 mai 2020
Là où chantent les écrevisses de Owens Delia
Ouah, comme si j’y étais.
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

2494 critiques

LeFigaro

2365 critiques

LeMonde

2823 critiques

Lhumanite

511 critiques

Liberation

2130 critiques

Bibliobs

1603 critiques

LePoint

874 critiques

LesEchos

987 critiques

Lexpress

3972 critiques

Telerama

2714 critiques

LaPresse

2078 critiques

LaLibreBe...

1338 critiques