AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Les gentlemen de New York, tome 1 : Emmett
  26 mai 2018
Les gentlemen de New York, tome 1 : Emmett de Joanna Shupe
Ce livre m'a tenue éveillée une bonne partie de la nuit, je n'ai pas pu le poser avant d'avoir fini ma lecture ! Cela faisait longtemps qu'une romance historique ne m'avait pas autant plu, même si elle n'est pas exempte de défauts.

Cette romance historique a le mérite de faire dans l'original avec un contexte rarement abordé, celui du "Gilded Age" aux Etats-Unis, et une héroïne déterminée à créer son entreprise de courtage (en revanche, il vaut mieux connaître un minimum le contexte de la Bourse et l'apprécier !).

La relation amoureuse est plus classique, avec un héros self-made man, qui a du mal à faire confiance et qui est très autoritaire. Il me fait penser aux héros des "vieilles" romances. Face à lui, l'héroïne réussit à faire preuve de détermination, mais j'aurais apprécié qu'elle ait encore plus de répondant (j'en demande toujours beaucoup aux héroïnes !).

C'est donc une bonne romance historique, que je recommande. En revanche, le tome 2 ne me tente pas plus que ça, William ne m'a pas fait une très bonne impression dans ce tome. J'espère que d'autres romances de l'auteure seront traduites !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Les Heritières, tome 4 : A cause d'un rendez-..
  26 mai 2018
Les Heritières, tome 4 : A cause d'un rendez-vous galant de Dare Tessa
Ce n'est pas un coup de cœur mais j'ai passé un très bon moment avec cette romance (je me demande pourquoi j'ai autant tardé à le lire !). Le récit est maîtrisé par l'auteure, j'ai eu quelques moments de fou rire (Edmund m'a tellement fait rire avec ses soupçons concernant Piers !) et j'ai trouvé le couple très mignon ! Il serait intéressant d'avoir l'histoire de Delia, même dans un format court.
Commenter  J’apprécie          00
La Fée Carabine
  26 mai 2018
La Fée Carabine de Daniel Pennac
En toute franchise, je dirai que chez l'amateur d'Au Bonheur des Ogres que je suis, ce livre a déçu. En effet, cet ouvrage a une intrigue emmêlée. Il y a beaucoup de maladresses narratives, bref, l'intrigue est mal ficelée ; où celle d'Au Bonheur des Ogres était exceptionnellement bien ficelée, celle-ci est maladroite et moyennement réussie. reste quelque morceaux qui prodigue un certain plaisir...
Commenter  J’apprécie          00
Suite française
  26 mai 2018
Suite française de Irène Némirovsky
J'ai découvert l'auteure au hasard d'un article de presse par le biais de l'histoire incroyable par laquelle le manuscrit a finalement été découvert par ses filles dans une valise puis édité des années après. Le projet de Némirovsky était d'écrire 5 parties à cette histoire.



Je ne ferai pas assez honneur à ce livre quels que soient les mots employés. Je l'ai terminé il y a une semaine et pourtant je ne parviens pas à le reposer. Je me suis laissée emportée par l'écriture d'Irène Némirovsky qui dévoile avec un oeil acéré et une plume à la fois critique et poétique le quotidien des français et leur fuite hors de Paris dans le premier livre tempête en juin, puis de l'occupation dans le livre dolce, en mettant en particulier en avant deux femmes, Mme Angellier et sa belle-fille Lucille, cohabitant avec un officer allemand. Le livre pourrait faire l'objet de dizaines de citations différentes. L'écriture est très accessible et brosse un portrait d'hommes et de femmes de divers milieux, affrontant le quotidien de la seconde guerre mondiale, montrant le vrai visage des hommes face à l'adversité.



Le livre regroupe également une préface expliquant l'histoire des Némirosky et en fin de roman les notes d'Irène et des correspondances de la famille.



C'est un immense coup de coeur ! Je vais sans tarder me procurer les autres titres de Némirovsky



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gagner la guerre, tome 1 : Ciudalia (BD)
  26 mai 2018
Gagner la guerre, tome 1 : Ciudalia (BD) de Genet Frédéric
Comme vous devez le savoir tous (oui, enfin, j'ai dû le rabâcher un certain nombre de fois!), Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski est mon roman de fantasy français préféré. Bien que l'original fasse plus de mille pages, je n'hésite pas à le conseiller aux amateurs du genre! Quelle ne fut pas mon immense joie lorsque j'ai appris son adaptation en bande dessinée! Si je me suis faite violence pour ne pas me jeter sur la version Noir & Blanc sortie, le mois dernier, je trépignais d'impatience pour la parution en couleur! Et hop! Aussitôt paru, assitôt lu!



Dans les bas-fonds de la cité de Ciudalia, une petite crapule du nom de Benvenuto Gesufal fait sa loi. Cabotin, dénué de scrupules mais aussi avisé et d'une intelligence fine, il sait se faire respecter. Ancien soldat dans les Phalanges de la République, il s'est mis au service de la guilde des assassins de la cité, les Chuchoteurs. Alors, quand son patron Don Mascarina lui propose un contrat visant un parfait inconnu, il n'hésite pas. Seule consigne? Il doit délaisser son arbalète au profit d'une dague. Mais, lorsque le soir arrive et que Benvenuto planifie son attaque, les choses ne se déroulent pas exactement comme il l'avait prévu…



Je vais débuter ma chronique en râlant et je préfère en parler tout de suite car certains d'entre vous (futurs lecteurs, je l'espère!) risquent d'être aussi surpris que je l'ai été. En effet, lorsque j'ai commencé la bande dessinée, la première réflexion qui m'est venue à l'esprit, c'est : « Tiens, il me semblait que Gagner la guerre débutait par une bataille navale! Mais, en même temps, l'intrigue me dit quelque chose ». En réalité, ce tome est l'adaptation du préquel de Gagner la Guerre, la nouvelle Mauvaise donne parue dans Janua Vera. Rien de grave cependant car elle avait été l'une de mes préférées de ce recueil.

En revanche, ce qui me dérange, c'est la communication floue de l'éditeur autour de cette parution. En effet, le bandeau rouge sur la bande dessinée destinée à attirer l'oeil du lecteur affirme qu'il s'agit de l'adaptation de Gagner la guerre mais précise également au dos et en plus petit, le contraire. J'ai trouvé ce manque de transparence un peu gênant. Donc, pour avoir véritablement l'adaptation du roman éponyme, il vous faudra attendre le second tome intitulé le Royaume de Ressine.



Bref, faisant abstraction de ce petit bémol de départ, je peux vous affirmer que j'ai adoré cette bande dessinée! Dès que j'ai ouvert la première page, je suis tombée sur une magnifique carte du Vieux Royaume ainsi que sur le plan de la ville de Ciudalia. Selon moi, ils sont une nécessité car au fur et à mesure de mes lectures, l'univers imaginé par Jean-Philippe Jaworski se complexifie et se retrouver géographiquement facilite l'immersion.



En ce qui concerne les dessins, j'avais deux attentes particulières : la première concerne la représentation de la ville de Ciudalia. Et je dois dire que je n'ai pas été déçue. Je l'imaginais bien dans le style de l'architecture de la Renaissance italienne façon Venise, Florence ou Sienne avec des rues étroites, tortueuses et sombres pour le quartier malfamé de la Via Mala, des palazzi de marbre et de colonnades pour les quartiers plus huppés de la ville haute ou des tours, des bâtiments à coupole et des places dégagées pour les places publiques! Un vrai régal.

Ma seconde attente était pour les deux personnages principaux : Benvenuto et surtout le podestat Ducatore, mon personnage préféré. Frédéric Genêt a mis l'accent sur les mimiques de Benvenuto et cela correspond bien à sa personnalité. Il m'a même fait penser au personnage de Kaamelott, le marchand peu scrupuleux du nom de Venec! En ce qui concerne Leonide Ducatore, c'est une excellente idée de ne pas montrer son visage immédiatement, cela crée de l'attente chez le lecteur tout en insufflant au personnage une aura de mystère. Pour ma part, je me le représentais sous les traits de l'acteur danois Mads Mikkelsen et je ne suis pas tombée si loin que cela! Machiavélique, intelligent, froid et maître de lui, le personnage est parfaitement bien représenté!



Au niveau de l'histoire, deux intrigues différentes s'alternent :

– celle du passé montre Benvenuto dans l'armée des Phalanges de la République de Ciudalia. Il est chargé d'escorter Leonide Ducatore dans le Duché de Bromael afin de recouvrer la dette de la ville de Kaellsbruck.

– celle au présent, montre la nouvelle vie de Benvenuto Gesufal en tant qu'assassin de la Guilde des Chuchoteurs et sa rencontre avec Ducatore, devenu depuis lors podestat.

Ces deux intrigues qui s'entrecroisent, outre le fait qu'elles apportent un certain dynamisme à la lecture, permet aussi d'introduire la relation complexe qui s'instaure entre les deux hommes et qui sera au coeur de Gagner la guerre.



En conclusion, l'adaptation de la nouvelle « Mauvaise donne », préquel au roman Gagner la Guerre, est un gros coup de coeur! Cette introduction présente non seulement un univers graphique très réussi (la cité de Ciudalia) mais rend véritablement hommage à l'oeuvre d'origine par la qualité de son scénario et la complexité des personnages. Vivement le prochain tome!
Lien : https://labibliothequedaelin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Titan noir
  26 mai 2018
Titan noir de Florence Aubry
Une belle opportunité s’offre à Elfie cet été : travailler comme caissière au Parc Océanographique de Ponant. Rapidement, elle s’occupe des manchots et des orques. Sans formation, sans diplôme, elle est nommée dresseuse de Titan, une orque magnifiquement noire. Voilà qu’elle décide d’abandonner ses études de langues pour se dévouer à sa nouvelle passion. À ses yeux il n’y a pas plus beau métier que de s’occuper des animaux mais très vite Elfie comprend que l’humain n’est pas assez intelligent et que de faire vivre des animaux en captivité est inacceptable. « Peut-être parce que je me suis rendu compte qu’on ne leur donnait pas suffisamment à manger. Qu’elles avaient faim, tout le temps. Que c’était la condition pour qu’elles obéissent. Que sans ça, jamais elles n’exécuteraient les fichus tours débiles qu’on leur impose. Cette vérité, … »

En parallèle, c’est Oscuro et ses pages noires, de celles qui font souffrir tellement l’horreur et la maltraitance y sont présentées. Oscuro a été arraché à sa famille à deux ans, capturé et donner en ‘joujou’ aux parcs océaniques. « Le soulever dans les airs. Et l’emporter loin de sa mère, vers une autre prison sinistre, où elle passerait comme Oscuro sa vie seule mais tellement seule, à faire des singeries devant des hommes qui illuminent l’atmosphère de leurs flashs et la remplissent de leurs cris impudiques, des hommes qui ne se rendent pas compte que ce qu’ils montrent à leurs enfants, ce n’est rien de moins que la souffrance à l’état pur. » Sa vie, non, car ce n’en est pas une ! Son parcours, sa soumission et son manque d’amour font de lui une orque tueuse et l’Homme va très vite regretter d’en avoir fait une bête de foire ! « Il m’a regardée, exactement comme un humain aurait regardé un autre humain. Il m’a regardée tout droit dans les yeux et j’ai vu tout ce que je ne voulais pas voir. La solitude. La folie. La colère. La haine. Le désespoir. »



Florence Aubry a vu le film documentaire ‘Blackfish’ de Gabriela Cowperthwaite consacré à la captivité de Tilikum, orque capturée dans l’océan, ayant tué trois personnes dans différents parcs océaniques. Bouleversée par cette histoire elle a voulu raconter la souffrance de la captivité en s’inspirant de Tilikum.

L’auteure est parvenue à me tenir en haleine avec un récit percutant, bouleversant, qui fait froid dans le dos. La pression monte, et cette boule dans le ventre qui ne m’a pas quittée. Ce texte fort nous interroge sur le rôle de l’Homme face aux animaux et à leur liberté. Faut-il vraiment les capturer, les enfermer et les observer derrière une vitre ? Ce n’est pas une vie, en tout cas sûrement pas celle d’un animal sauvage et Florence Aubry le démontre parfaitement en tapant là où il faut pour nous sensibiliser sur la maltraitance animale. « Les hommes étaient tellement fiers de ce qu’ils avaient fait ! Comment c’était possible ? De regarder ces animaux, ces enfants paniqués, prisonniers dans des bassins minuscules, avec encore dans leur cou la marque sanglante de la corde qui avait servi à les priver de leur liberté, la corde qui les avait arrachés à leur mère, et les traces de coups reçus à droite et à gauche, pendant l’horrible combat, leurs peaux ouvertes ça et là, comment est-ce possible de regarder ça, et de se réjouir ? »

Libre à chacun de penser ce qu’il veut car ce livre ouvre le débat, personnellement ma position est prise depuis longtemps.



www.mesecritsdunjour.com/archives/2018/05/15/36403531.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Médée
  26 mai 2018
Médée de Christa Wolf
j'ai dévoré ce livre, qui reprend à rebrousse-poil le mythe de Médée, cette femme que la vérité guide.

C'est une remise en question de la foi en des dieux, du mal qui nous habite.
Commenter  J’apprécie          00
Une longue impatience
  26 mai 2018
Une longue impatience de Gaëlle Josse
Bon, là je ne vais pas me faire des amis, mais je suis bien obligée d’avouer que pour moi ce livre est une grosse déception. C’est un peu flippant d’avoir un ressenti aussi différent de celui des autres lecteurs, mais pour moi ça n’a pas pris, je n’ai pas accroché au style, je trouve qu’il ne va pas à la narratrice, que ça ne sonne pas juste.
Commenter  J’apprécie          01
Toine Culot, obèse ardennais
  26 mai 2018
Toine Culot, obèse ardennais de Arthur Masson
Atypique, vieillot un peu, tendre et simple sans doute,voila un livre qui remonte de loin et qui vient témoigner de la vie dans un village du nord au debut du siecle dernier ...et on voit la vie de dérouler....

raffraichissant et bien écrit!
Commenter  J’apprécie          10
The Iron Druid Chronicles, tome 6 : Hunted
  26 mai 2018
The Iron Druid Chronicles, tome 6 : Hunted de Kevin Hearne
Encore une bonne addition à la série. Ce toma apporte son lot de retournements de situation inattendus, même plus que les précédents.



Pour ce qui est de l'histoire ce tome porte bien son nom vu qu'il s'agit d'une course poursuite tout au long du tome. Depuis le tome précédent on savait que les ennemis de Atticus et Granuaile leurs avaient tendu un piège et que maintenant ils étaient à leur trousses. C'est donc une association des deux déesses de la chasse Grecque et Romaine, Artemis et Diane, qui sont sur leurs talons, pendant que les autres panthéons observent et commentent l'issu du combat.

Mais bien évidemment les deux druides ont plus d'un tour dans leur poche et plus d'un allié pour les aider, et ils n'ont pas l'intention de se laisser prendre facilement.



On est dans le même type d'intrigue que le tome précédent, et celui ci est encore plus lié à tout ce qui c'est déroulé depuis le début. On a toujours Loki et Hell qui font leur apparition, les vampires qui complotent, pas mal d'invités surprises ...

Bref c'est comme d'habitude une recette qui marche pour cette série. On est toujours dans une intrigue fun et un tome qui se lit tout seul.



Je pensais à l'origine avoir déjà lu ce tome. Pour la petite histoire j'ai lu cette série au début des années 2010, à l'époque ou je ne notais mes lectures nulle part et donc je n'étais pas sure du tout d’où je m'étais arrêtée. Et vu que c'est le premier tome ou les retournements de situation ne m'ont rien dit du tout, malgré leur force et le fait qu'ils soient bien marquants sur le long terme dans la série, je pense qu'en fait je ne l'avais pas lu et je m'étais arrêté au précédent.

Du coup ça en fait le premier tome découverte de la série depuis 2012.



Par exemple ce tome ci apporte un changement majeur car Granuaile devient personnage principal au coté d'Atticus. Et je dois dire que ça m'a bien surprit. En fait la première fois je n'ai rien compris, c'était en plus en plein dans le feu de l'action et il m'a fallu un peu de temps pour m'apercevoir qu'on avait changé. J'ai du relire quelques pages pour trouver le changement et mettre un sens à tout ce qui se passait. Surtout que l'indication du changement est vraiment petite il y a juste une petit icône en forme de cheval (qui est l'une des formes animale de Granuaile) au dessus du paragraphe ou du chapitre. Je ne l'ai remarqué finalement qu'à partir de la troisième fois.



Pour le coup je suis mitigée sur ce point, surtout de par la façon dont c'est fait. D'un coté j'aime bien le fait qu'elle prenne de plus en plus de place, et qu'on découvre enfin le personnage de l'intérieur. Mais finalement ici l'auteur ne s'en sert qu'en ressort dramatique à certains moments alors que j'aurais préféré un vrai personnage qu'on suive plus en profondeur tout du long. J'espère que ce point de vue grandira dans les tomes suivants, ça me ferait plaisir.



Mais c'est vrai qu'au niveau tension on est surement sur le tome le plus marquant de la série, il se passe tellement de choses importantes, et il y a tellement de passages qui nous en mettent plein la vue.

Du coup le rythme est bien plus élevé, vous l'imaginez bien vu le titre, que tous les précédents. Un tome aussi bien plus marqué action, car si on les poursuit ce n'est pas pour avoir une discussion philosophique, bien sur.



Au final ce tome était vraiment marquant, un tome phare de la série. Il y a de nombreux changements qui s'y produisent, réalisés avec plus ou moins de panache. Dans l'ensemble j'ai vraiment bien apprécié ma lecture même si j'avais d'autres attentes sur le nouveau point de vue de Granuaile.



16/20
Lien : http://delivreenlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La mise à nu
  26 mai 2018
La mise à nu de Jean-Philippe Blondel
Ce roman est le bilan d'une moitié de vie (la narrateur n'a quand même que 60 ans). Ce professeur divorcé, avec deux filles adultes rencontre lors d'un vernissage un ancien élève devenu un artiste peintre torturé.

Ils vont faire un bout de chemin ensemble.

J'ai aimé ce huit clos plein de nostalgie, de regret parfois mais aussi de douceur. J'ai aussi perçu de l'optimisme.

Je conseille cette "mise à nu" qui se lit au chaud avec un bon thé.

Commenter  J’apprécie          20
Le Petit Prince
  26 mai 2018
Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupery
Ce livre, poétique et mystérieux, cet ouvrage profond et drôle, ce livre magnifique, cette petite merveille étrange, ce beau chef-d'oeuvre, cette œuvre sublime, cette création unique dans toute l'histoire de la littérature ( je l'ai déjà dit pour Du Côté de chez Swann, cela vaut aussi pour Le Petit Prince, c'est un livre ininmitable ), cet ouvrage que Saint-Exupéry écrit à la manière d'un amusant conte pour enfants, mais qui est ni plus ni moins, un ouvrage philosophique pour adultes sur la vie, qu'en dire ? Il est plus mince que Le Père Goriot est aussi complet que celui-ci. Mais c'est surtout un magnifique livre, un livre à lire à tous âges, un livre universel.
Commenter  J’apprécie          00
Fais-moi taire si tu peux !
  26 mai 2018
Fais-moi taire si tu peux ! de Sophie Jomain
PRATIQUEMENT UN COUP DE CŒUR



Nous suivons l'histoire de Louise, jeune femme célibataire et fleuriste dans une boutique réputée du centre de Lille, "La dame au cabanon". Régulièrement, Louise prépare les compositions florales pour les mariages et elle est douée dans son travail. Alors qu'elle prépare des compositions jaunes, elle trouve tout de même la couleur étrange... le jaune étant la couleur de l’adultère. Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle voit débarquer au mariage un jeune prêtre, sexy mais bizarre. Encore plus surprise lorsque le prêtre commence à une faire une esclandre et à dévoiler devant tous les convives présents, les infidélités de la future mariée ! Au milieu de ce chaos, Louise sent que ce n'est pas la dernière fois que sa route croisera celle du beau faux prêtre. Qu'à cela ne tienne ! Elle ne le laisse pas continuer à mettre le bazar dans les mariages, pourtant, les sentiments vont peut être s'en mêler...



Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez peut-être que Sophie Jomain est l'une de mes autrices favorites. Je ne réfléchis jamais à deux fois quand elle sort un roman : je fonce et je lui fais confiance ! Je n'ai jamais été déçue d'une de ses parutions et encore une fois ce n'est pas le cas avec "Fais-moi taire si tu peux" que je me suis procurée au Salon du Livre 2018 et que j'ai fait dédicacé. Pourquoi je l'aime autant ? Sa plume mêle toujours humour et émotions avec une belle touche française ! Tout ce que j'adore ! Ici, encore une fois ça n'a pas loupé puisque j'ai retrouvé tout ça dans cette histoire.



Le fait que l'histoire soit 100% française m'a énormément plu : le récit se déroule à Lille, ville bien connue du Nord de la France que je n'ai jamais visité mais qui je suis sure correspond vraiment à la description donnée ! Ce contexte lillois est vraiment rafraîchissant par rapport à tous les romans américains qu'on peut lire qui se passe à New York. Je trouve que le lecteur peut se reconnaître dans l'environnement et dans les références françaises et ça c'est vraiment un plus.



L'histoire a un côté loufoque dès le début : c'est vrai qu'être payé pour ruiner des mariages avec plans complètement alambiqués, c'est un bizarre ! Mais c'est ce qui à mon sens, fait tout le charme et l'originalité du livre et du personnage masculin principal. Il se démarque des autres histoires que l'autrice a pu écrire et même si ce n'est pas mon favori par eux, ça ne m'a pas empêché d'être prise totalement dedans et d'aimer ! Je ne me suis ennuyée à aucun moment, il y a des rebondissements réguliers, parfois drôles, parfois émotifs. C'est une histoire légère parfaite pour les vacances ou pour se changer les idées. J'ai aussi aimé le contexte des mariages présenté.



Comme d'habitude, le livre mélange humour et sentiments : j'ai ri, souri, eu le cœur serré et tout ça dans les transports ! Je devais avoir l'air bien maligne à sourire devant mon livre comme une niaise ahah.



J'ai adoré le personnage de Louise : elle a de la répartie, elle est drôle, gaffeuse, battante, touchante tout comme sa passion pour les fleurs. J'ai ressenti une réelle proximité avec ce personnage, je ne saurais pas bien vous l'expliquer mais elle me semblait plus réelle que fictive. Comme si c'était l'histoire d'une copine ! Sa fragilité est tout aussi touchante. Louise, derrière son masque, est quelqu'un qui souffre et qui manquait d'une étincelle de folie dans sa vie. Cette étincelle se présente avec Loïc : il est loufoque, drôle, attentionné, spécial, particulier mais charmant. Il dégage beaucoup de charme et l'originalité de ce personnage est vraiment quelque chose d'important pour moi, avec toutes les romances que je lis.



En bref : encore une fois, Sophie Jomain m'a conquise avec son humour, son contexte français, ses répliques pleines d'esprit et ses personnages attachants. Je vous invite vraiment à découvrir cette histoire et cette autrice, si ce n'est pas encore le cas.
Lien : http://bibliothequedesreves...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
 Ensemble maintenant pour toujours
  26 mai 2018
Ensemble maintenant pour toujours de Emily Blaine
Roman agréable à lire, une histoire plausible, une écriture sans personnalité particulière mais fluide, et des personnages plutôt bien campés, ce qui n'est pas toujours le cas dans les romances.



Les points positifs, ce sont justement les chapitres traitant du passé des personnages, qui permettent de leur donner une réelle consistance, et de sortir de l'éternel carcan des deux héros qui se détestent d'abord pour se trouver ensuite : ces deux héros là se connaissent depuis l'enfance, sont amis, et tout au long du livre, se cherchent de manière réaliste et touchante.



Les points négatifs, c'est que les chapitres traitant de l'époque où ils sont adultes trainent en longueur, sont très bavards, sans qu'il ne se passe quoique ce soit. Et les personnages ne sont pas très attachants, notamment l'héroine. Peut être que lorsqu'on a lu le précédent opus, on accroche davantage, mais là, j'ai vraiment trouvé cette jeune femme trop compliquée, et le héros, plutôt sympa (et patient !) trop "adulescent".

Sans doute une lecture à reserver à un public plus jeune, en rapport avec l'âge des héros.

Malgré tout, et grâce au challenge NetGalley, il m'a été possible de sortir un peu de mes genres de prédilection, et Emilie Blaine étant devenue incontournable dans la catégorie romance, je suis contente d'avoir lu ce roman, agréable malgré ses défauts, et bien écrit.

Merci à NetGalley et aux éditions Harlequins pour cette lecture sympathique.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Hugo Moon: Survivre
  26 mai 2018
Hugo Moon: Survivre de Damien Leban
Pour avoir lu les précédents livres de Damien Leban : Le sanctuaire d'Ombos Les héritiers des ténèbres et Résilience, j'avoue que savoir que le nouvel opus n'était pas un thriller acéré comme à l'habitude m'a un peu étonné.... Mais au final non ! Quelle claque que ce premier volet Hugo Moon : Survivre ! Et pourtant je suis pas attiré par l'univers littéraire SF, Gamers, jeux vidéos et cie ... Je peux vous dire que là j'ai tenu un véritable page tuner ! Impossible à lâcher !!! On veut savoir ce qui va se passer, on s'attache aux personnages dans leurs péripéties. Damien Leban livre une écriture fluide passionnée directe et cinématographique. Il y a ce qu'il faut de détails, d'action, de moments plus narratifs, un rythme absolument parfait, rodé, emprunt de sincérité et d'authenticité ! Un seul regret : de l'avoir lu si vite et qu'il faille attendre pour lire la suite ! N'ayez aucun doute et foncez, plongez, immergez vous totalement dans ce livre, coupez votre portable et préparez vous à un voyage interstellaire sans égal !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La Connexion Absolue
  26 mai 2018
La Connexion Absolue de Salvatore / S LAURICELLA / Salvatore
J'ai lu le livre et je dois dire que ça m'a beaucoup impressionné et apporté, puis j'ai été sur le site de La Connexion Absolue pour commander une séance et cela m'a aussi apporté, c'est un plus. A recommander à tous ceux qui veulent évoluer, se libérer, s'éveiller au Soi ! C'est super !
Commenter  J’apprécie          10
La douleur fantôme
  26 mai 2018
La douleur fantôme de Garance Meillon
Un second roman plus soigné, plus personnel aussi. Ici l'auteure nous entraîne dans le sillage de son héroïne, sans visage et sans nom, sur les traces d'une star du cinéma muet aussi mystérieuse que célèbre.

D'ordinaire, il m'est difficile d'adhérer à des intrigues mêlant à ce point réalisme et fantastique, mais la belle plume de Garance Meillon m'a convaincu jusqu'à la dernière page. En replongeant dans les souvenirs de ses années californiennes, elle nous offre un joli hommage au cinéma muet et et une vision originale du mythe d'Hollywood.
Commenter  J’apprécie          00
La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hi..
  26 mai 2018
La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos
Une lecture sans répit insufflant irrésistiblement l'envie de lire les 3 volumes d'une traite ! Vivement le 4e tome !
Commenter  J’apprécie          00
Les aventures de Tintin, tome 20 : Tintin a..
  26 mai 2018
Les aventures de Tintin, tome 20 : Tintin au Tibet de Hergé
Je dirai que voici une sympathique intrigue légère. Loin des éloges, souvent dythirambiques que l'on prodigue à cet ouvrage, je dirai que c'est une œuvre qui n'es pas mal, mais qui, certes, ne vaut pas certains Tintin.
Commenter  J’apprécie          00
Une super histoire de cow-boy
  26 mai 2018
Une super histoire de cow-boy de Delphine Perret
Le titre l’annonce, c’est une super histoire de cow-boy que nous raconte Delphine Perret. Seulement, comme cette histoire est sauvage et le cow-boy violent et impitoyable, elle choisit de l’illustrer de manière transposée : accrochez-vous, ça décoiffe.

On assistera, sourire grandissant aux lèvres, à la gym d’une autruche, à la dégustation d’une banane, à la visite de la cuisine de la tante d’un petit singe (parce que la sienne n’était pas très propre), et j’en passe. Très drôle, gentiment moqueur du politiquement correct, cet album coup de coeur peut être lu dès 3 ans et sans limite supérieure.
Commenter  J’apprécie          20


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1696 critiques

LeFigaro

1892 critiques

LeMonde

1817 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1605 critiques

Bibliobs

1330 critiques

LePoint

707 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3598 critiques

Telerama

2420 critiques

LaPresse

1723 critiques

LaLibreBe...

1141 critiques