AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Une super histoire de cow-boy
  26 mai 2018
Une super histoire de cow-boy de Delphine Perret
Le titre l’annonce, c’est une super histoire de cow-boy que nous raconte Delphine Perret. Seulement, comme cette histoire est sauvage et le cow-boy violent et impitoyable, elle choisit de l’illustrer de manière transposée : accrochez-vous, ça décoiffe.

On assistera, sourire grandissant aux lèvres, à la gym d’une autruche, à la dégustation d’une banane, à la visite de la cuisine de la tante d’un petit singe (parce que la sienne n’était pas très propre), et j’en passe. Très drôle, gentiment moqueur du politiquement correct, cet album coup de coeur peut être lu dès 3 ans et sans limite supérieure.
Commenter  J’apprécie          20
Le comte de Monte-Cristo, tome 2
  26 mai 2018
Le comte de Monte-Cristo, tome 2 de Alexandre Dumas
La première partie du Comte de Monte-Cristo présentait avec talent l'intrigue. La seconde est celle où l'intrigue menée par le Comte-intrigue complexe, avec beaucoup d'éléments-est à l'œuvre... La première partie du roman de Dumas était un peu éloignée de la réalité de son temps. La deuxième partie densifie de façon colossale la perspective ouverte par son premier récit, faisant du Comte de Monte-Cristo, un roman sur l'époque de sa parution ! Le premier, le second est d'une complexité infinie. La notoriété des Trois Mousquetaires ont fait un certain mal à Dumas. On la réduit à un auteur de roman d'aventures, ce qui n'est pas entièrement vrai, quoi que ce ne soit pas entièrement faux. La lecture du Comte de Monte-Cristo pourrait rétablir la vérité. En bref, Le Comte de Monte-Cristo est un chef-d'oeuvre du romantisme.
Commenter  J’apprécie          00
Max
  26 mai 2018
Max de Sarah Cohen-Scali
Ce livre est juste un véritable chef-d'oeuvre. Il n'y a rien à dire de plus.
Commenter  J’apprécie          00
Aya de Yopougon, tome 1
  26 mai 2018
Aya de Yopougon, tome 1 de Marguerite Abouet
Une merveille
Commenter  J’apprécie          00
Magda
  26 mai 2018
Magda de Mazarine Pingeot
Voici le premier titre que je lis dans le cadre du Prix Relay des Voyageurs Lecteurs… et j’ai été à deux doigts d’y apposer un coup de coeur de lecture, tant il m’a plu. Pour être honnête, il était celui qui me tentait le plus dans la sélection de cette année, et j’étais depuis un moment intriguée par l’écriture de Mazarine Pingeot. Il s’agit donc ici d’une rencontre très réussie. Ce sont surtout les personnages inventés par l’auteure qui m’ont beaucoup plu, et la manière dont elle a brossé leur portrait, leur environnement. J’ai sans doute été moins attachée à l’intrigue. Nous rencontrons tout d’abord Magda et Guillaume, âgés d’une soixantaine d’années, et qui vivent depuis leur rencontre dans ce village perdu des Pyrénées. Ils vivent selon leurs convictions, au plus proche de la nature et de ce qu’elle peut leur apporter, et surtout loin de l’agitation du monde. Magda a quitté l’Allemage lorsqu’elle n’était qu’une jeune femme, suite au décès accidentel de ses parents, et est heureuse d’avoir fondé là une nouvelle famille, ayant donné naissance à Alice et Ezéchiel, aujourd’hui adultes. Mais tout bascule lorsque sa fille Alice est arrêtée, avec son compagnon et quelques membres de la communauté anarchiste dans laquelle ils vivent depuis longtemps, appelée La ferme. Alice est accusée de terrorisme, suite au sabotage d’une voie de chemin de fer. Magda et Guillaume s’empressent alors de récupérer leur petite fille Rosa, âgée d’une huitaine d’année. Il en est cependant ainsi terminé de leur tranquillité dans leur paradis, car ils sont très vite harcelés par la presse et interrogés. Et se pose aussi très vite pour Magda la question de la responsabilité, de ce qu’elle a pu transmettre à sa fille malgré elle, via ses lectures et ses idées, mais aussi avec son caractère dur et parfois fermé, mystérieux. Je n’en dirai pas plus, mais n’hésitez pas à ouvrir ce livre qui interroge sur le pouvoir de la politique et des idées, mais surtout sur tout ce qu’entraîne de dérive et de transmission à son insu les secrets de famille. Le personnage de Magda est un personnage féminin fort, avec ses zones d’ombre et ses convictions, qui ne laisse pas indifférent et va me hanter je pense longtemps.
Lien : https://leslecturesdantigone..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Les robes magiques de Pôdane - Dès 5 ans
  26 mai 2018
Les robes magiques de Pôdane - Dès 5 ans de Françoize Boucher
Pôdane est une petite fille qui a drôlement de la chance : elle possède une armoire magique contenant des robes de dingue. Robe voiture, robe grand soleil, la liste est longue et elles sont toutes plus extraordinaires les unes que les autres. Seulement voilà, elles ont toutes l’inconvénient de disparaître pour une raison ou pour une autre, et Pôdane se retrouve immanquablement nue. Ça ne va pas du tout, cette histoire ! Heureusement, elle finit par remarquer un petit coffre à trésor qui tentait depuis de nombreuses pages à attirer son attention… Une histoire fofolle et très gaie qui invite le petit lecteur (dès 5 ans) à réfléchir au concept d’image de soi, servie par un graphisme faussement simple et très coloré.
Commenter  J’apprécie          00
Le Paris des Merveilles, tome 1 : Les Encha..
  26 mai 2018
Le Paris des Merveilles, tome 1 : Les Enchantements d'Ambremer de Pierre Pevel
Un vrai régal ! La tour Eiffel en bois blanc enchanté, vous n'y croyez pas ?!!! Incrédules, vous ne le serez plus après la lecture de la trilogie du Paris des merveilles.
Commenter  J’apprécie          00
Accabadora
  26 mai 2018
Accabadora de Michela Murgia
« Accabadora », c’est presque « Abracadabra ».

L’accabadora, en Sardaigne, est une femme qui soulage. Une femme qui pratique l’euthanasie en secret, dans l’ombre de ces maisons repliées sur des ruelles secrètes et tortueuses. Une femme qui se penche sur le mourant et l’aide à partir.

Tzia Bonaria est vieille, elle est expérimentée, elle est sage.

Et puis il y a la petite Maria, la quatrième fille d’une famille pauvre, dont le père est mort. Une fille quasi rejetée, jamais regardée, pas du tout aimée.

A 6 ans, sa vie change du tout au tout car Tzia Bonaria, celle qui n’a jamais eu d’enfant, va l’adopter et l’élever.

Elever, c’est-à-dire l’aimer, la protéger, lui donner accès à l’instruction.

« Mon ventre ne s’est jamais ouvert, et Dieu seul sait combien je l’aurais voulu. Mais je n’ai eu besoin de personne pour apprendre qu’il faut donner à ses enfants des gifles, des caresses, le sein, le vin de la fête et tout ce qui est nécessaire quand cela est nécessaire ».

Mais Tzia Bonaria garde le silence sur sa tâche d’accabadora. Elle aura tout le temps de la découvrir, surtout depuis l’accident grave d’un jeune homme du village...



Ce roman, au départ, m’a un peu endormie. Ce soleil implacable de Sardaigne, ce petit village où il ne se passe pas grand-chose, cette enfant sage qui grandit en observant et en parlant peu...Et puis l’atmosphère se fait pesante à partir de l’accident, ce qui aboutira à un changement radical de situation. A ce moment, je m’y suis davantage intéressée ; les relations tendues, la psychologie plus nuancée m’ont tout doucement entrainée vers l’aboutissement.



Ce roman très humain au style délicat et poétique par petites touches décrit des tâches humaines, à commencer par celle d’accabadora, et je terminerai sur cette phrase où Tzia Bonaria se définit :

« J’ai été la dernière mère que certains ont vue ».

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Le bout de la ligne
  26 mai 2018
Le bout de la ligne de Mathilde Brosset
Alors, p’tit mousse, on pêche quoi aujourd’hui ? demande l’adulte au petit garçon qui l’accompagne. Evidemment il lui propose quelques espèces de poissons mais le petit bonhomme a de tout autres idées : lui ce qu’il compte pêcher c’est plutôt 1 baleine, 2 dragons, 3 pieuvres… et comme ça jusque 10, de plus en plus fantaisiste. Ce qu’ils pêcheront finalement ? Beaucoup plus terre-à-terre. Enfin, c’est une question d’interprétation, et notre petit héros a encore de nombreuses propositions à soumettre… Un album malicieux et bien rythmé qui allie collages, photos et dessins tout en groupant plusieurs actions sur une même page, le tout solidement cartonné. Dès 3 ans. (Lu dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio).
Commenter  J’apprécie          10
Lady Killer, tome 2 : Les vices de Miami
  26 mai 2018
Lady Killer, tome 2 : Les vices de Miami de Joëlle Jones
Toujours aussi cynique, sanglant et drôle, ce second tome m'a davantage conquise que le premier (qu'il est conseillé d'avoir lu pour la continuité du récit)

Les mâles sont toujours aussi misogynes, les femmes toujours autant reléguées aux fourneaux ou vues comme des objets sexuels mais Josie est toujours aussi badass (et tueuse à gage)

Les petits détails d'époque sont délicieux motifs de papier peint, Tupperware, couteau électrique, modèles de voiture ou encore coupes de vêtements.

J'ai adoré en découvrir un peu plus sur les mères de notre couple hors norme. Maman Schuller dans l’Allemagne nazie et maman Josie dans l’Amérique profonde.

A réserver à ceux qui ne redoutent pas l’excès de sang le dimanche midi, lors de la présentation du gigot haricot sur la table familiale...

Commenter  J’apprécie          10
Un petit pas de géant
  26 mai 2018
Un petit pas de géant de Tony Johnston
Une petite fille – qui a très peur des chiens -, et un vieux monsieur – qui a très peur des enfants -, se rencontrent dans un parc. Lentement, une chose après l’autre, ils s’apprivoisent… Une histoire parfaite si votre petit bout craint les chiens (c’est une période par laquelle passent beaucoup d’enfants), à la durée idéale, au cheminement impeccable, aux illustrations à la fois douces et expressives, au petit refrain entêtant. Parfait, quoi ! Dès 3 ans.
Commenter  J’apprécie          10
Encore heureux qu'il ait fait beau
  26 mai 2018
Encore heureux qu'il ait fait beau de Florence Thinard
Encore heureux qu'il ait fait beau de Florence Thinard.



Une bibliothèque coupée du monde

ou

Comment survivre dans une bibliothèque ?



Ce n'est pas le premier livre de Florence Thinard, car son premier livre est "Mondes rebelles junior". Par contre, Encore heureux qu'il ait fait beau a remporté le 25e prix des Incos et c'est son 12e roman.

Les personnages principaux sont : le directeur, la bibliothécaire, un prof de technologie, la sixième F au complet et Saïd l'infernal. L'histoire se déroule dans une bibliothèque au milieu de la mer.



Résumé



La classe de 6e F au complet, le professeur de technologie, la bibliothécaire, Saïd l'infernal ET le directeur son prit au piège dans une bibliothèque qui dans une catastrophe tombe à l'eau. Après s'en être rendu compte tout le monde se met a économiser l'eau, la nourriture etc. pour survivre. En lisant se livre vous verrez certainement des histoires d'amours, de suspens ... et pour les lecteurs c'est un livre qui se lit extrêmement vite et qui est extrêmement bien.



Ce livre m'a plu parce-que j'ai trouvé qu'il était bouleversant, parfois tragique et remplis de suspens ; pour tout les grand lecteur c'est à lire de toute urgence !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Illusions dangereuses
  26 mai 2018
Illusions dangereuses de Vitaly Malkin
Tout d'abord merci à Babelio pour m'avoir proposé cette participation à la lecture de l'ouvrage de Mr Vitaly Malin, "Illusions Dangereuses".

Malheureusement, je n'ai pas du tout apprécié cet essai.

Tout d'abord, j'ai été très perturbé par la conception et la mise en page de l'ouvrage. La typographie choisie mais surtout la mise en page nuit de mon point de vue à la qualité de lecture (des pages trop denses, marge trop faibles,...)

L'important n'est pourtant pas la forme mais le fond.

Dès la lecture du sommaire, j'étais assez étonné par l'intitulé de nombreux chapitres qui laissait entendre une analyse de la religion uniquement par le biais du plaisir et principalement du sexe. Après quelques pages de lectures, j'étais choqué par les approximations et raccourcis historiques, notamment sur l'antiquité, employés par l'auteur pour appuyer son propos. Ex page 19 : "les philosophes de l'antiquité croyaient .... qu'il était donc nécessaire de donner aux individus la liberté de penser et d'exprimer ouvertement leurs opinions" - en oubliant de préciser que dans les individus en questions les femmes ne sont pas concernés ainsi que les esclaves et les barbares (tout ce qui se trouvent hors des murs des cités...).

Finalement ce n'est pas un essai, mais un pamphlet contre les religions, ou plutôt la religion chrétienne, sous le prisme unique du plaisir et de la sexualité. . C'est présenter les religions sous un jour totalement réducteur et caricatural. Ce n'est qu'un un long et ennuyeux discours pour la liberté sexuelle et la recherche du plaisir. Finalement, l'homme d'affaire c'est fait plaisir en jouant les intellectuels mais sa démonstration n'a aucun intérêt. je conseillerai à ceux qui souhaitent lire des analyses des religions intelligentes, pertinentes et qui là pose des questions fondamentales, l'ouvrage de Christopher Hitchens "Dieu n'est pas grand", ou bien de Richard Dawkins "Pour en finir avec Dieu".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Farwest
  26 mai 2018
Farwest de Kitty Crowther
Qui va à la chasse perd sa place ! Certes, le narrateur connaissait l’adage mais il ne pensait pas qu’il s’appliquait aussi littéralement. Et pourtant, en rentrant de la chasse, quelqu’un a pris sa place. Mais s’il le voulait, il pouvait rester et s’asseoir sur le petit tabouret. Ça n’a pas été facile, mais au bout d’un moment, il s’est habitué à voir Koko à sa place. Mais un jour Koko part à la chasse lui aussi… Un album à proposer dès 3 ans qui intriguera par la fantaisie de son déroulement dans une très chouette ambiance western (j’ai adoré l’épilogue, absurde à souhait).

Commenter  J’apprécie          00
Miserere
  26 mai 2018
Miserere de Jean-Christophe Grangé
Deuxième livre que je lis de cet auteur.

Pourtant pas particulièrement attirée par les polars, je dois avouer que je suis vite devenue accroc à la patte de cet auteur!

On vit cette enquête avec les deux héros, on souffre avec eux. Le suspens, sans être non plus haletant, est présent, certains points m'ont beaucoup surpris, notamment "le cri" ( je n'en dirai pas plus).

Un livre addictif, une histoire qui tien la route avec de vrais héros, des hommes avec leurs travers et leurs , qui recherchent leur salut à travers cette enquête.

Je recommande vivement ce livre, vous ne serez pas déçu.

Bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          30
L'Inconsolé
  26 mai 2018
L'Inconsolé de Kazuo Ishiguro
Depuis que je blogue, j’ai rarement été déçue par mes lectures, et mes abandons se comptent sur les doigts d’une seule main. Ce roman est le deuxième dont je ne connaîtrais pas la fin, peut-être à tort. Mais quand après plus de 100 pages, sur 510, je m’ennuie toujours autant malgré le style doux et agréable de l’auteur, que je vois toutes les lectures qui m’attendent encore, je me dis que la vie est trop courte pour continuer à peiner sur un texte qui ne m’emballe pas.



Qu’ai-je donc à reprocher à ce récit? Des personnages secondaires extrêmement bavards et dont les propos m’ont paru inintéressants, un narrateur fade, sans relief, une lenteur qui rend les minutes du roman semblables à des heures. Avec du recul, le lecteur semble plongé dans un rêve de Ryder, mais où l’auteur veut-il nous mener? Aucune idée! Et je ne le saurais jamais…



Malgré les défauts que j’ai pu trouver à ce roman et qui m’ont poussée vers l’abandon, Kazuo Ishiguro a un style beau, poli, doux, agréable. Dommage que l’intrigue est aussi mal servie la plume, en tout cas à mes yeux.
Lien : https://deslivresdesfilsetun..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Terra Australis
  26 mai 2018
Terra Australis de Bollée
Ouvrage monstrueux que ce Terra Australis tant par sa qualité, la documentation qu'il a fallu réunir, les cinq ans de travail requis, son format de plus de 500 pages... Un récit formidable et prenant pour nous raconter l'histoire non moins formidable de la colonisation de l'Australie. Ayant ce point commun avec les auteurs d'être passionné par ce pays fascinant, Terra Australis m'a permis de combler quelques lacunes en matière de connaissances historiques sur la fondation de ce pays/continent.



Ceux qui s'attendent à de grandes aventures autour d'Ayers Rock seront déçus. La majeure partie de ce livre se passe en Angleterre où les futurs colons nous sont présentés ainsi que les préparatifs de l'expédition.



J'ai particulièrement apprécié les choix scénaristiques de Laurent Frédéric Bollée. On sent vraiment les enjeux politiques de l'époque et le rôle insignifiant des migrants, très largement instrumentalisés et dépassés par l'envergure de ce voyage. La caméra commence systématiquement par un "focus" sur ces individus, ne perdant ainsi jamais la dimension humaine de cette aventure, pour ensuite être "dézoomée" et permettre de restituer l'échelle épique, historique et géopolitique dans laquelle elle s'inscrit.



Il en résulte une ambiance particulière où se mêlent enthousiasme surtout (augure d'un monde meilleur qui permettra d'échapper à sa triste condition dans l'Angleterre de cette fin de 18ième siècle), doute et désenchantement parfois (conditions du voyage, incertitudes quant aux perspectives offertes par cet eldorado dans lequel tout n'est finalement que point d'interrogation...). Au cours de cette lecture, je n'ai jamais eu l'impression d'assister à une leçon d'histoire didactique et rébarbative mais j'ai véritablement participé émotionnellement à ce voyage. Je disais "prenant" en introduction, l'adjectif est totalement approprié! Et cette fin mélancolique qui nous laisse l'âme vagabonde... Sublime!



La condition et le sort des aborigènes est à peine évoquée et je m'en félicite. Non que je ne fasse pas preuve de compassion envers leur place actuelle dans la Société australienne (...) mais je n'avais simplement pas envie d'assister ici à un pamphlet réprobateur... Le contexte historique n'appelait pas un jugement. Beaucoup de suggestions, très peu d'affirmations. Là encore, c'est un sans faute!



Le dessin de Philippe Nicloux est sobre et tout le graphisme repose sur le jeu des contrastes. La qualité des cases est parfois inégale mais certaines (la plupart en toute honnêteté!) offrent un rendu splendide. N'étant habituellement pas fan des bandes-dessinées en noir et blanc, cela ne m'a pas dérangé tout au long de ce récit. Peut-être eût-il été intéressant (sans perdre le sens des contraintes économiques) de mettre en couleur uniquement les cases se déroulant sur le sol australien pour créer une rupture graphique entre l'ancien et le nouveau monde? Je n'en suis même pas convaincu moi-même... Je prends néanmoins plaisir à imaginer ce que cela aurait pu donner avec des couleurs dignes d'un Peter Browne...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le nuage pourpre
  26 mai 2018
Le nuage pourpre de Matthew Phipps Shiell
[Livre audio, lu par Vincent de l’Épine]

Ce roman fait partie des précurseurs du genre post-apocalyptique et en cela, il est déjà remarquable. Son écriture est assez bonne et son rythme est long, lent, douloureux et très approprié à l'histoire. Néanmoins, ce rythme indigeste fera davantage apprécier ce livre aux amateurs de littérature qu'aux amateurs du genre.



J'ai espéré jusqu'au bout un retournement de situation, un changement de destinée, un plot-twist entre ces "puissances blanche et noire", mais malheureusement le roman se veut fataliste et le personnage n'échappe pas à son destin qui est de revivre la Genèse. C'est assez curieux comme l'auteur semble vouloir son personnage moins chrétien que lui-même mais finalement, on sent tellement le destin biblique, la volonté divine et le châtiment du dieu de l'ancien testament que ça en devient presque de la redite. Dommage.



On peut tenter de voir à la méta-lecture de ce récit une métaphore de l'homme qui s'émancipe du giron de sa mère pour arriver à une phase de solitude et de jouissance pour enfin tomber dans la passion du couple et de l'amour nouveau pour une femme. La mère symbolisée par Claudag - vicieuse, calculatrice, toute puissante-, y est aimée puis détestée, alors que la femme symbolisée par Léda - innocente, juvénile, docile - est y détestée puis aimée.



Bref, une assez bonne lecture, bien écrite et bien lue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le Cochon Cochon
  26 mai 2018
Le Cochon Cochon de Gropapa Gropapa
"Le cochon cochon" nous raconte l'histoire d'une famille vivant au village des animaux. Tous les animaux présents souffrent de la faim. Aussi quand Mme Cochon somme son mari de trouver à manger, il s'exécute de peur de s'attirer les foudres de cette dernière. Aussitôt, il penche pour la solution de pêcher des écrevisses dans la rivière. Mais, il va se retrouver coincé, les pattes avant dans l'eau et seule une phrase magique pourra le sortir de cette situation mais aussi l'expulser en l'air pour retomber un peu plus loin, dans la boue. Une idée machiavélique va germer dans son esprit.

A la première lecture, mon cœur de mère a été choquée par cette histoire. Cela m'a perturbée quelques temps jusqu'à ce que j'en discute avec mes collègues de bibliothèque, toutes institutrices à la retraite. Rappelez vous l'histoire du petit chaperon rouge et de sa grand-mère qui se font dévorer par le loup. Et que dire du chasseur qui tue le loup et lui ouvre le ventre pour en sortir les deux malheureuses.

Sans oublier Hansel et Gretel et de la sorcière qui veut les engraisser pour en faire son dîner, Barbe bleue dont le corps de ses épouses qu'il a tuées, sont dans la pièce interdite ou encore le petit poucet qui par un stratagème échange les bonnets de ses frères contre les couronnes des filles de l'ogre, et l'ogre dévore sans le savoir ses propres filles. Je ne me souviens pas avoir eu peur quand on me lisait ces histoires. et c'est même ces histoires qui m'ont aguerri. Bien sûr, il faut prendre garde de ne pas les lire aux tout-petits de peur de les effrayer.

En bref, j'ai plutôt aimé cette histoire dont la morale est positive, les dessins sont sympas, et j'ai décidé de faire don de ce livre à ma médiathèque afin que les enfants en profite et pourquoi pas, d'acheter d'autres romans édités par Evalou éditions. Merci d'ailleurs à eux de m'avoir envoyé cet album ainsi qu'à Masse Critique de nous faire découvrir des lectures qu'ont n'aurait pas forcément acheter en librairie. J'ai beaucoup apprécié que Evalou m'envoie un petit mot accompagné d'un dossier de presse et je lui souhaite tous mes vœux de réussite. Nous aimons les livres, et les albums aident sans conteste au développement des enfants et à leur éducation. Merci donc aux éditeurs de nous régaler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Le Repos des Morts
  26 mai 2018
Le Repos des Morts de Dana B. Chalys
Ce dernier tome, je l'attendais avec une très grande impatience. Cette saga est juste géniale, et je me suis régalée du début à la fin. Ce fut, pour moi, la découverte d'une auteur qui a plume très belle et une imagination débordante. Elle maîtrise l'ésotérisme et le présente d'une façon qui me plaît.



Ce tome va dans la continuité des précédents, et l'on ne peut que ressortir satisfait de notre lecture. Pourtant, j'avais une appréhension, car à la fin du tome 2, j'avais cette fâcheuse impression que, peut-être, nous ne reverrions pas tous les personnages. Au final, j'ai eu tort, et c'est vraiment tant mieux.



Retrouver Nathan a fait du bien, même s'il est très maltraité dans ce dernier volume. Tellement que je trouvais ça abusé : l'auteur est une grande sadique ! Vraiment ! Mais, oui, ça fait du bien. Les autres personnages ne sont pas en reste et vont prendre part à cette nouvelle aventure, pour l'aider et lui montrer qu'il n'est pas seul.



Les relations entre les personnages se renforcent, et certaines personnalités s'affirment un peu plus, ce qui nous permet de conclure correctement cette histoire de leur point de vue. Quant à l'histoire, sa fin ouverte permet de laisser entrevoir de nouvelles aventures hors écran, et j'aime bien l'idée d'imaginer que tout continue. En bref, une saga géniale, mais qui va quand même sacrément me manquer maintenant !
Lien : https://mes-reves-eveilles.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1696 critiques

LeFigaro

1892 critiques

LeMonde

1817 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1605 critiques

Bibliobs

1330 critiques

LePoint

707 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3598 critiques

Telerama

2420 critiques

LaPresse

1723 critiques

LaLibreBe...

1141 critiques