AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Par le vent pleuré
  20 novembre 2017
Par le vent pleuré de Ron Rash
Eugen et Bill étaient deux adolescents dans les années 60 vivant dans les Appalaches, région encore éloignée des mouvements hippies , de libération des mœurs et des idées. Élevés par un grand-père médecin, tyrannique et rigide, ils passent leurs loisirs à l'aider au cabinet et à pêcher le week-end jusqu'au jour où une jeune fille, rebelle et hippie arrive dans leur ville et perturbe leur quotidien.

Le roman nous emmène 40 ans plus tard, on vient de retrouver le corps de cette jeune fille assassinée. Eugen se souvient alors de cette époque et se pose des questions sur ce décès.

Un excellent roman sur une époque révolue, la culpabilité, la famille. Ce livre se lit comme un thriller .
Commenter  J’apprécie          30
Agatha Raisin enquête, tome 1 : La quiche fat..
  20 novembre 2017
Agatha Raisin enquête, tome 1 : La quiche fatale de M. C. Beaton
Loufoque!!

Agatha; retraitée tout juste d'une boite de communication a décidé de se retirer dans la campagne anglaise...Mais elle s'ennuie rapidement jusqu'au jour où un homme meurt suite à la dégustation de sa tourte...

Voilà notre Agatha qui se prend pour Columbo à essayer de confondre l'auteur..

Je n'aime pas les polars mais là c'est version détente, sans trop de sang ni d'horreurs. J'ai adoré cette "enquêtrice" qui sort des sentiers battus, avec sa volonté d'apprendre à aimer les autres..

Lecture plaisante, bien écrite qui sème le doute...

Un bon moment.
Commenter  J’apprécie          10
Avec vue sur la mer
  20 novembre 2017
Avec vue sur la mer de David Vogel (II)
Dernier roman de cet auteur juif déporté en 1944 et mort en camp de concentration. Récit court, sobre, allusif, fondé sur des riens qui, s'accumulant, créent un climat d'oisiveté coupable, de malaise dans un cadre classique. Petite station balnéaire pendant l'entre-deux-guerres; un couple se défait, sans savoir pourquoi; autour, des comparses, une belle fille, un Italien dragueur impénitent; le soleil, la mer, une chaude sensualité, mais chacun demeure enfermé en lui-même. Une écriture simple et pure.
Commenter  J’apprécie          10
Dictionnaire de René Guénon
  20 novembre 2017
Dictionnaire de René Guénon de Jean-Marc Vivenza
Être rectifié et Guénonien est donc compatible.
Commenter  J’apprécie          00
No et moi
  20 novembre 2017
No et moi de Delphine de Vigan
Un roman assez court sans vraiment de grosse surprise mais relativement touchant.

Une rencontre entre deux mondes différent .Le monde de la rue et le monde du Paris assez fringant.

Il y a des moments assez croustillants voire carrément métaphysique (du genre comment peut-on claquer plus de 1000 euros dans un smartphone alors que des gens sont en train de crever de froid et de faim a deux rues de nous ??).Ce genre de réflexions me plaît vraiment et donne au roman une autre dimension.

La fin du livre est vraiment très forte en émotion .C’est court mais c’est assez puissant.

Je m’attendais à un roman à l’eau de rose, mais je trouve que c’est mieux que cela. C’est un roman sentimental avec un ajout de réflexion existentielle.

Commenter  J’apprécie          50
Le monde de Faerie
  20 novembre 2017
Le monde de Faerie de Brian Froud
Un livre tout simplement magnifique, une véritable ouverture sur le monde des fées, des illustrations magnifiques, accompagnées d'anecdotes de l'auteur et de sa femme j'ai trouve ce livre très intéressant niveau historique et aussi culturel, on se laisse facilement happé par ce qui nous est conté et les esprits les plus ouverts se laisseront aller à croire à l'éxistence de fées. Un excellent moment passé en compagnie des fées, entourée de magie et de beauté
Commenter  J’apprécie          20
L'Honneur de Preston
  20 novembre 2017
L'Honneur de Preston de Sheridan Mia
S'il y a une chose à savoir sur les histoires de Mia Sheridan, c'est que ce ne sont pas que de simples romances. Non seulement, elles changent votre vision sur certains aspects de la vie mais elle laissent également des empreintes dans votre cœur ainsi que dan votre âme. Et "L'honneur de Preston" ne fait pas exception...



Grâce à sa plume percutante et efficace, l'auteur nous offre l'un de ces récit poignant et bouleversant. À nouveau, elle prouve son don inné pour insuffler des émotions brutes de coffrage comme personne. Ave une grande justesse, elle aborde plusieurs sujets sensibles et bien réels de la vie de tous les jours. Tels que : la différence sociale et ethnique, l'exclusion, la confiance en soi, l'estime de soi, l'indulgence, la rédemption et le pardon.



La particularité de ce livre, c'est que le lecteur fait des bonds dans le passé. Mais je vous rassure de suite, cela n'est nullement perturbant. Mme Sheridan introduit juste au bon moment ces flashbacks qui nous permettent de mieux comprendre la situation présente ainsi que le comportement de nos protagonistes.



Un récit à deux voix vous réserve bien des surprises. Celui d'un duo qui n'a pas eu la vie facile et qui vont devoir faire face à bien des obstacles pour panser les blessures du passé...

Une héroïne courageuse et forte qui a du faire un cruel choix par le passé et qui est de retour pour essayer de reconstruire ce qu'elle a détruit. Annalia. Au début j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à elle et à comprendre pourquoi elle a agit ainsi. Mais très vite elle a su me convaincre, elle a finit par changer et à évoluer dans la bon sens.

Un héros qui m'est apparu aux premiers abords un peu trop parfait. Preston. Sa droiture ainsi que son sens de l'honneur m'ont quelque peu déconcertée. Il faut dire qu'un spécimen de ce genre on en trouve pas souvent. Mais là encore, très vite j'ai changé d'avis et j'ai vu ce qui avait tant séduite Annalia car j'ai finit à mon tour à succomber à son charme...



En bref, bien que la présence de nombreuses coquilles (concernant la traduction) m'ont quelque peu dérangée, cela reste une histoire d'une très grande beauté. Une émouvante et belle leçon de la vie qui ne vous laissera pas indifférent, qui vous donnera matière à réflexion et qui est bien évidemment à découvrir... 
Lien : https://wp.me/p5AuT9-3m5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Les illusions de Sav-Loar
  20 novembre 2017
Les illusions de Sav-Loar de Manon Fargetton
Dans le royaume d'Ombre, les femmes possédant des pouvoirs sont traquées et tuées par la caste des Capes d'or. Au fur et à mesure des décennies, cependant, les magiciennes survivantes en fuite ont réussi à construire la légendaire cité de Sav-Loar.

Bleue est une jeune esclave vendue au Sker, souverain sadique, au même titre que la magnifique Fèl, le sage Oreb, le puissant Guilhem et la mystérieuse Tiriss.

Cependant, lorsqu'un soir les pouvoirs de Bleue se réveillent, il n'y a plus d'autre choix, fuir et atteindre envie Sav-Loar.



Tout d'abord, un grand merci à Babelio et à Milady pour m'avoir collé ce roman de Manon Fargetton dans les mains. Allez savoir pourquoi, j'ai l'Héritage des Rois Passeurs dans ma bibliothèque depuis une éternité et je ne l'ai toujours pas lu ! Cette fois-ci pas le choix, il a bien fallu que je découvre enfin le royaume d'Ombre par ce second volume.



Quoi dire ? J'ai été tout d'abord perturbée dans ma lecture. J'avais un peu de mal à identifié THE personnage principal. En effet, Bleue était censée être au centre de l'action... et elle l'était d'une certaine façon, mais je découvrais toute l'histoire par les yeux de Fèl.

En effet, pendant toute la première partie de ce roman, c'est la voix de Fèl qui prime tout en s'effaçant momentanément pour laisser au lecteur la possibilité de découvrir les autres personnages. Comme les personnages sont assez nombreux, j'ai eu un peu de mal à véritablement m'accrocher à l'histoire. Ce n'est qu'après la 500ème page que je me suis vraiment plongée dans le récit. Les personnages n'étaient plus en fuite, ils étaient acteurs de leurs aventures. Et à partir de là, j'ai adoré !

Manon Fargetton a crée un univers absolument incroyable, complet et complexe, fourmillant de détails et de personnages intéressants.



Malgré un début un peu difficile pour moi, cette lecture est un véritable coup de coeur ! J'ai hate de lire l'Héritage des Rois Passeurs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Interférences
  20 novembre 2017
Interférences de Connie Willis
J’ai mis longtemps à lire ce roman, pas seulement parce qu’il fait plus de 500 pages… J’ai buté et traîné, le rythme est lent et les mots répétitifs, le livre aurait pu être plus court, ce n’est que mon avis.



Le sujet est intéressant : la communication et plus particulièrement la télépathie. Dans un monde où l’on veut communiquer toujours et encore plus…



Une histoire technologique mais pas que… Pas mal de psychologie, cela parle de sentiments, de rapports entre les personnes, de liens, de confiance…



C’est surtout une superbe histoire d’amour moderne paranormale..



Mais que c’est compliqué tout cela, scientifiquement et humainement compliqué. Les liens entre les personnages sont tendus, il y a un sentiment de lourdeur et d’angoisse qui s’installe. L’enthousiasme se mêlant inexorablement à la peur.



L’intrigue est bien menée. Les révélations sont parsemées, souvent on pense qu’on va en savoir plus, eh non les personnages sont dérangés et remettent souvent cela à plus tard. Suspens… Cela nous mets dans l’impatience… L’auteur ne nous fait tout de même pas trop attendre, on est vite mis dans les confidences, les secrets sont dévoilés au fur à mesure.



Un roman bien mené bien que confus.



Bien que long à lire, j’ai beaucoup aimé.
Lien : https://tictacbooks.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fleurs au creux des ruines
  20 novembre 2017
Fleurs au creux des ruines de Chloé Chevalier
En attendant le quatrième et dernier tome de la série Récits du Demi-Loup de Chloé Chevalier, j’ai fait un petit détour dans le passé de cet univers avec le petit recueil Fleurs au creux des ruines, un livre sorti en poche dans la collection Hélios des Indés de l’imaginaire. Bon, en fait il est sorti avant Mers brumeuses, j’ai pas suivi l’ordre de publication mais c’est pas du tout grave ici, je m’auto-pardonne.



Ce petit amuse-gueule (ou digestif, ou trou normand, ça dépend, ça s’adapte) se découpe en 4 récits presque indépendants mais pas totalement, ils sont tous reliés par des petits détails qui rendent la construction de l’ensemble pertinente et maitrisée. A travers ces nouvelles, nous allons découvrir quatre chapitres importants de l’histoire du royaume du Demi-Loup, toutes racontées de manière intimiste et touchantes, comme sait si bien le faire l’autrice. Pour ça elle a joué avec les modes de narration pour varier les plaisirs et livrer des histoires qui ont chacune leur identité, leur saveur particulière.



La première de ces histoires (Notre première graine) raconte l’exil d’un roi et de son peuple dans les galeries de Nul-Nöch, des grottes qu’ils ont aménagées au cœur d’une montagne pour échapper à l’implacable Aldemar qui les poursuit. Tout est raconté du point de vue du roi, mais on alterne deux narrations différentes pour nous faire saisir le désespoir de ce roi déchu et de ce qui lui reste de plus cher, même si c’est pas grand chose. On est directement frappés par le talent de Chloé Chevalier pour nous attacher à ses personnages, qualité qui se retrouvera dans tous les textes présents. Ce texte-ci a un ton mélancolique et tragique, celui de l’histoire écrite par le perdant.



L’art ou la viande se présente sous la forme d’un échange de lettres entre un homme et une femme promis au mariage, mais séparés par des plans de « carrière » différents. Cette correspondance révèle un décalage entre les deux tourtereaux sur à peu près tous les plans mais nous expose surtout deux aspects du royaume : D’une part la situation militaire de celui-ci à travers ce que rapporte Hob sur l’évolution de sa situation, et d’autre part le fonctionnement de la culture avec la formation de Pana. L’aspect relationnel entre les deux amoureux contrariés est le fil rouge de la nouvelle, mais sert surtout de prétexte pour nous raconter la géopolitique du royaume. Sans être mauvaise (absolument pas), j’ai trouvé que cette histoire était la moins prenante, sans doute à cause d’un trop-plein d’explications formelles au détriment d’une vraie intrigue (et que les deux méritent quelques claques). Pourtant, à l’échelle de tout l’univers, on en ressort quand même avec pas mal d’éclaircissements. Il faut également noter que cette nouvelle peut être retrouvée gratuitement au format audio sur le podcast Coliopod même si j’ai trouvé le ton de la lecture par les deux acteurs un peu trop monocorde pour m’accrocher sur l’heure d’écoute.



Au contraire, Lors Chantèrent les Bêtes est une histoire très touchante, sous la forme d’un journal retrouvé (le « found footage » mode littéraire, si vous voulez). On y suit un noble qui raconte sa fuite lorsque le Demi-Loup est touché par des tremblements de terres cataclysmiques qui détruisent la plupart des cités humaines. Obèse et mal-aimé par son entourage, notre narrateur va partir avec son vieux chat sous le bras, et décrit la catastrophe en cours avec son regard curieux. J’ai beaucoup aimé cette manière de raconter une quasi-apocalypse, et encore une fois l’attachement au narrateur y est pour beaucoup, l’humain est décrit avec justesse et empathie chez Chloé Chevalier.



Enfin, La tour sous le gris est la conséquence de la catastrophe explorée auparavant. Varelle est une jeune fille chassant pour nourrir sa famille, dans un Demi-Loup qui ne voit plus que très rarement la lumière du soleil. En effet, le ciel est masqué depuis des années par un voile de fumée épaisse qui rend toute culture difficile, la nature devient avare et la survie difficile pour Varelle et les siens. Un jour elle va se lier d’amitié avec Jojo, un étrange adolescent rencontré dans les marais et qui va changer sa vie. On a ici une histoire d’amitié dans un royaume post-apocalyptique qui va devenir très importante pour l’avenir du Demi-Loup. Encore une nouvelle prenante et intimiste, spécialité de l’autrice, pour clore ce Fleurs au creux des ruines.



Ce qui frappe sur l’ensemble du recueil, à part la grande qualité intrinsèque de chaque récit, c’est la construction exemplaire du livre entier. Les nouvelles sont dans l’ordre chronologique et se renvoient la balle pour créer en quelques coups d’œil une idée de l’histoire du Demi-Loup à travers ces épisodes importants, racontés à hauteur d’homme (et de femme). J’ai lu le tout quasiment d’une traite et je conseille sa lecture à tous ceux qui apprécient les Récits du Demi-Loup, oh et puis à tous les autres aussi, soyons fous. Il se lit très bien indépendamment et en convertira peut-être certains à découvrir cet univers d’une qualité remarquable.
Lien : http://ours-inculte.fr/fleur..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marie & Claire - Les sentiments
  20 novembre 2017
Marie & Claire - Les sentiments de Céline Potard
Je n'y connais rien en livres pour enfants. Mais grâce à Masse Critique, j'ai pu me plonger dans cet ouvrage joyeusement coloré et illustré des Editions Marie Claire.

L'histoire est toute simple. C'est celle du quotidien de deux soeurs qui vivent des émotions et des sentiments contrastés. Le sentiment amoureux, la colère, l'amitié, l'impatience, la fatigue, la joie, la tristesse y sont décrits dans des situations de la vie de tous les jours. Tous les enfants peuvent donc reconnaître ces émotions dans leur propre vie. Ils peuvent s'identifier aux fillettes Marie et Claire qui ensemble cheminent, grandissent, apprennent, vivent !

Les illustrations de Bénédicte Voile sont pétillantes de vie et transmettent une belle énergie.

Une psychologue de la famille complète cet ouvrage en apportant son regard professionnel avec des mots accessibles à tous.

Une belle découverte que je vais m'empresser d'offrir à mon neveu Théo.
Commenter  J’apprécie          10
You don't know my name
  20 novembre 2017
You don't know my name de Kristen Orlando
You don’t know my name commence sur les starting-blocks, l’autrice nous plonge immédiatement dans une ambiance survoltée et pleine d’action à la James Bond.



Le roman est raconté à la première personne, du point de vue de Reagan, l’héroïne. Son entraînement d’espionne ressort beaucoup dans sa manière de s’exprimer je trouve, elle est méthodique, sûre d’elle et carrée. Mais on perçoit également assez rapidement que ce futur tout tracé pour elle, devenir une Black Angel, ne lui convient pas. J’ai été touchée par ses doutes et son déchirement entre faire ce que ses parents attendent d’elle, et son désir d’avoir une vie normale. Il lui est impossible de concilier les deux ! A cela s’ajoute le beau Luke, qui fait sérieusement pencher la balance, et les meilleures amies de Reagan, Malika et Harper.

Je l’ai admirée pour son sang froid dans les situations difficiles, et aussi pour ses aptitudes aux arts martiaux et au maniement des armes ! Bref, Reagan est une héroïne comme je les aime, badass et qui ne perd pas de temps à s'apitoyer sur son sort : elle préfère agir que subir !



Le roman reprend les codes classiques du roman d’espionnage et de la comédie romantique version ado, SAUF QUE l’autrice ne tombe pas dans les clichés, et j’ai vraiment trouvé ça très appréciable. Par exemple, ce ne sont pas les cheerleaders qui sont populaires et dominent le lycée, mais…. les joueuses de l’équipe féminine de hockey ! Adieu stéréotypes !



Après un prologue intense et mouvementé, le premier chapitre et les suivants, jusqu’à la moitié du roman, posent le contexte et les différents personnages. C’est ainsi qu’on apprend à connaître Luke, Harper et Malika dans leur quotidien au lycée. Mais l’autrice ne nous laisse pas nous reposer sur nos lauriers, elle instille petit à petit des éléments qui nous poussent à nous questionner : un homme mystérieux qui disparaît au détour d’un couloir, une camionnette garée en bas de chez Reagan… On sait qu’il va se passer quelque chose, mais quand ??

C’est dans la seconde moitié du roman que tout s’enchaîne à une vitesse ahurissante, plus le temps de réfléchir, on est pris dans l’engrenage avec Reagan, jusqu’au point de non retour.



Enfin bref, vous l’aurez compris, j’ai vraiment apprécié ma lecture. Et cette fin !! J’ai besoin du tome 2 tout de suite !!


Lien : http://mybooksntea.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ranma 1/2, tome 1 : La Source maléfique
  20 novembre 2017
Ranma 1/2, tome 1 : La Source maléfique de Rumiko Takahashi
J'avais complètement oublier de manga depuis bien longtemps ! Je l'ai trouver totalement par hasard sur une tête de gondole d'un magasin de manga ! Et là une grosse vague de souvenir lié à Ramna 1/2 revient !

Ni une, ni deux, je l'achète et je me replonge dans cet univers décalé !



J'ai réellement pris un plaisir à retrouver les personnages, j'avais oublier à quel point ce manga pouvait être drôle, original et unique !



Pour tout ceux qui ne le connaisse pas, un conseil lisez le, vous ne serez pas déçu !
Commenter  J’apprécie          11
Nos nuits courrielles
  20 novembre 2017
Nos nuits courrielles de Yves Giombini
Dans ce roman qui n’est pas un roman comme les autres nous suivons Vincent .



Vincent est un écrivain en pleine déprime amoureuse en effet la femme qu’il aime qui se nomme Jeanne vient de le quitter pour un autre homme,un autre homme que Vincent appellera « Machin » .



Vincent répondra un jour à un mail qu’une femme se nommant Lucie lui enverra suite à la lecture de son roman ,suite à cet échange débutera entre eux une correspondance par mail quotidienne ou chacun se confiera à l’autre.Ils se rencontreront quelquefois mais la vie familiale et professionnel de Lucie ainsi que ce qu’elle a vécu ne lui permettront pas de se laisser aller facilement dans cette histoire qui débute avec Vincent.



Arriveront-ils de nouveau à faire confiance à l’amour?



Vous l’aurez compris ce roman est basé sur les échanges de mails entre Vincent et Lucie .



Nous suivons donc une histoire pleine de confidences entre deux personnes que la vie a malmenées ,nous les accompagnons dans leur « jardin de nuit » comme le nomme Vincent et Lucie .



C’est un roman sentimental,plein de poésie.



La plume de l’auteur est fluide ,poétique et pleine de tendresse .



Les personnages sont attachants ils se livrent l’un à l’autre et nous laisse entrer dans leur échanges quotidien on a un peu l’impression de les espionner.



Ce livre est une merveille j’ai passé un agréable moment en compagnie de Vincent ,Lucie et leur « jardin de nuit » et je ne peux que vous invitez à suivre ce lien et d’embarquer dans les échanges de deux personnes que la vie et l’amour ont malmenés,vous passerez comme moi j’en suis sur un très bon moment en leur compagnie .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cadeau mortel : Cinq nouvelles policières
  20 novembre 2017
Cadeau mortel : Cinq nouvelles policières de Lorris Murail
Un recueil plutot sympathique avec de bonnes histoires et de moins bonnes, j'ai particulièrement appréciés la première dommage que ça ne soit pas devenue un roman complet mais j'aime beaucoup la façon d'écrire d'Evelyne Brisou-Pellen j'espère avoir la chance de la redécouvrir dans un autre roman
Commenter  J’apprécie          00
Y aura-t-il trop de neige à Noël ?
  20 novembre 2017
Y aura-t-il trop de neige à Noël ? de Collectif
Une petite pépite de lecture détente.

Ce sont des nouvelles romantiques mais pleine d'humour (quelques fous rire pour ma part). Le coté très sympa, c'est que dans le deuxième partie du livre on retrouve tous nos personnages pour une autre nouvelle "un an après".

J'ai vraiment beaucoup apprécié ce recueil.
Commenter  J’apprécie          10
Avant que tu partes - STAY tome 1 : la nouv..
  20 novembre 2017
Avant que tu partes - STAY tome 1 : la nouvelle série NC Bastian après Be Mine de N.C. Bastian
Une lecture super sympa, fluide; agréable.



L'histoire se déroule avec de jeunes étudiants, et dans le monde du basket pro, ça change ça fait du bien!

On découvre l'envers du décor : les recrutements, la pression, les sponsors, les paparazzis...

Difficile de s’intégrer dans ce milieu quand on a toujours aspiré a se faire le plus discrète possible.



Gaby est une femme simple qui travaille dans un palace parisien pour payer ses études de kiné. Elle préfère garder ses distances avec les gens friqués qu'elle trouve beaucoup trop arrogants.



Kyllian qui a l'air si sur de lui et reconnu grâce a son statut de joueur pro est bien plus profond qu'il n'y parait. Il s'est construit une apparence pour le show qui est bien loin de sa réalité



Alors quand Gaby ne succombes pas et se méfie de lui, chose n'étant jamais arrivé jusque la pour lui, il n'en faut pas plus a Kyllian pour tout tenter pour mieux la connaitre...
Commenter  J’apprécie          00
Le Pacte d'Emma, tome 1
  20 novembre 2017
Le Pacte d'Emma, tome 1 de Nine Gorman
Après l’avoir beaucoup vu sur les réseaux sociaux, j’ai enfin pu me plonger dans Le pacte d’Emma de Nine Gorman, et je remercie les éditions Albin Michel Jeunesse pour l’envoi de ce roman ! Connaissant Nine la youtubeuse, j’étais très curieuse de découvrir Nine l’autrice. Elle écrit avec à la fois fluidité et détails, nous plongeant ainsi dans la psychologie de ses personnages.



Elle reprend les codes de la romance classique, avec une héroïne jeune et ingénue, qui n’a jamais eu de petit copain et n’a donc aucune expérience en la matière, et un mâle viril et sûr de lui qui la subjugue au premier regard. A cela s’ajoute la maladie incurable d’Emma, qu’elle surnomme Becky, qui grignote petit à petit sa santé mentale et physique ; et le côté vampire à la Twilight/Vampire Diaries.

La manière dont est présentée la romance et son évolution n’est pas sans rappeler 50 Nuances, avec des rapports dominant/dominée. Bon ça, je l’avoue, ce n’est pas trop ma tasse de thé. Ca m’exaspère quand le personnage féminin se laisse malmener par un mâle qui déborde de testostérone. Tout comme le triangle amoureux (qui tend au carré parfois !) mais heureusement, Nine ne le fait pas durer trop longtemps.



En ce qui concerne les personnages, j’ai un avis mitigé pour Emma. Autant je la trouve courageuse face à sa maladie, elle ne se laisse pas abattre et la combat comme qu’elle peut, autant elle m’a agacée lors de ses confrontations avec Andrew !

D’ailleurs, parlons-en d’Andrew ! Je n’ai pas réussi à cerner ce personnage. Un instant il est froid et brutal, l’autre doux et attentionné, sans aucune transition ! Cela m’a quelque peu perturbée. Je suis curieuse de voir comment il va évoluer par la suite.

Les autres personnages sont plus ou moins intéressants, selon le rôle qu’ils jouent auprès des deux protagonistes.



La première partie du roman situe le contexte, noue les relations entre les différents personnages et s’étire un peu en longueur de manière prévisible. Mais c’est pour mieux nous surprendre, la fin m’a totalement prise au dépourvue ! Je ne m’attendais pas à un tel retournement de situation, et c’est ce qui a permis de faire la différence. Je suis curieuse de voir ce que Nine nous réserve pour le tome 2 !


Lien : http://mybooksntea.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Underground railroad
  20 novembre 2017
Underground railroad de Whitehead Colson
Esclave dans une plantation de Géorgie, Cora, plus ou moins seize ans, se voit proposer par Caesar, un autre jeune esclave, de s’enfuir vers le nord. Si elle est d’autant plus tentée par cette idée que sa mère, Mabel, a elle-même réussi à s’échapper quelques années plus tôt, l’abandonnant au passage, Cora sait bien que les chances de réussite d’une telle équipée sont minimes. C’est une punition particulièrement violente du nouveau maître de la plantation et l’annonce par Caesar de la possibilité de profiter de l’aide d’un blanc en lien avec un mystérieux réseau d’évasion qui finissent par convaincre la jeune fille de tenter sa chance. Commence alors une étrange odyssée au cœur de l’Amérique esclavagiste.

L’Underground Railroad du titre du roman de Colson Whitehead a bel et bien existé. Ce « chemin de fer clandestin » tirait son nom des codes utilisés par les organisateurs de ce réseau (les lieux de rencontre étaient appelés « gares », les guides, « chefs de train », etc.), d’aide à l’évasion des esclaves des plantations des États du sud. Mais l’auteur lui donne ici une existence physique en le présentant comme un chemin de fer bien réel courant sous la terre des régions esclavagistes et du nord et en perpétuelle évolution, au rythme des démantèlements par les autorités lorsqu’une partie des organisateurs du réseau tombent ou, tout simplement lorsque ceux-ci meurent sans laisser de successeurs derrière eux. Ce faisant, Colson Whitehead non seulement offre au lecteur une réalité palpable et saisissante, mais donne aussi à son récit une dimension qui touche au conte philosophique.

Le parcours semé d’embûches de Cora dans cette Amérique esclavagiste du milieu du XIXème siècle se révèle peu à peu comme une parabole de la situation actuelle des noirs aux États-Unis. C’est sans doute le passage de Cora et Caesar en Caroline du Sud qui est en la matière le plus saisissant. Dans cette société sans esclaves, les noirs travaillent et perçoivent pour cela des salaires, mais restent cantonnés dans des quartiers séparés. Et dans cette ville dominée par une immense tour symbolisant la domination blanche et recelant quelques sombres réalités sur l’exploitation des noirs, l’illusion de la liberté finit par étrangement ressembler à une forme d’acceptation par les noirs eux-mêmes de leur place subalterne dans la société.

Car au fur et à mesure qu’elle doit fuir, avec à ses trousses un redoutable chasseur d’esclaves qui, malgré toute sa cruauté se révèlera certainement l’un des moins hypocrites des blancs qu’elle aura l’occasion de croiser et sans conteste le seul à la considérer autrement que comme une éternelle mineure, Cora découvre une réalité bien différente de ce qu’elle pouvait imaginer. Des États dans lesquels le sort des noirs est bien pire que dans sa plantation de Géorgie, d’autres où sous le vernis d’une société plus ouverte, les blancs n’attendent que l’occasion de châtier ces noirs dont la liberté dérange. Car quand bien même le bien meuble qu’est l’esclave gagne sa liberté, on est encore bien loin de le considérer comme un humain à part entière. Et les expériences eugénistes que découvre Cora dans une société censément ouverte ne font que le confirmer.

Belle et cruelle odyssée dans un monde qui, au fond, est loin d’avoir fini de disparaître, Underground Railroad est une intelligente parabole sur les fondements du racisme et des tensions qui structurent encore pour partie la société américaine. Et aussi, surtout, c’est un formidable roman d’aventures aux frontières du fantastique, un conte noir et merveilleux.


Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Frappe-toi le coeur
  20 novembre 2017
Frappe-toi le coeur de Amélie Nothomb
Jusqu'à ce jour je n'ai lu que peu de chose d'Amélie Nothond et parfois j'ai même abandonné la lecture car j'entrai dans un univers qui ne me correspondait pas.



Lors de la rentrée littéraire de Septembre 2017, comme chaque année, le nouveau cru est sorti et là le sujet m'a interpellé : dans les articles, interviews etc.... le sujet me parlait, m'intéressait. Je voulais savoir la façon dont l'auteure avait appréhendé celui-ci, l'avait analysé et transcris.... Et j'ai dévoré, je l'avoue, le livre. Pas très épais, il est vrai, en moins de 24 heures, comme quoi un bon livre ne se calcule pas au nombre de pages mais à la précision des mots, du récit.



Frappe-toi le coeur, C'est là qu'est le génie ! Alfred de Musset

L'histoire se divise en deux parties : la première, la jeunesse de Marie, la mère, la "déesse" (tout est dit), et l'enfance de Diane, sa fille. Très bien abordé et décrit. Tout est plausible, sans démesure, simplement la jalousie ordinaire , dans tous ses actes, pensées, événements, omniprésente dans la vie de Marie sans qu'elle n'en prenne vraiment conscience trop occupée à ne penser qu'à elle. J'ai même été très perturbée pour diverses raisons..... Certaines phrases ont tourné en boucle dans ma tête, me réveillant même en pleine nuit et n'ayant pas d'autres choix que de reprendre le fil de la lecture, pour en savoir plus.



Une mère jalouse de la beauté de sa fille, de l'intérêt qu'elle suscite ! Inimaginable et pourtant. Le récit est alerte, vif mais non violent, implacable, finement décrit, subtile. On souffre avec Diane qui quémande l'amour de cette femme froide et indifférente à son existence. On est à la limite de la maltraitance mais on franchit jamais la frontière. Marie est le portrait parfait de l'égocentricité : elle veut être le centre des attentions, des regards, elle a soif de reconnaissance. Son manque de sentiments pour son mari, pour Diane peut révolter, peut faire penser qu'elle est insensible mais non car les naissances suivantes prouverons que de l'amour elle peut en donner et parfois trop.



Avec une narration simple il y a une violence inouïe et je pense que cela peut réveiller chez certaines (et peut être certains mais là il s'agit de la relation mère/fille) des souvenirs enfouis et tus.



Dans la deuxième partie Diane adulte va s'orienter vers la cardiologie, soigner le coeur grâce à un médecin qui va prendre le temps de déceler chez l'enfant le manque, sera confrontée à Olivia, professeur de médecine qui va la vampiriser alors qu'elle espérait une amitié basée sur l'admiration, peut être une mère de substitution, un modèle et qui va se révéler comme quelqu'un de manipulateur et d'intéressé. 



Fallait-il qu'elle fut généreuse pour lui suggérer cela

La récit est très bien construit en particulier dans la première partie, ensuite j'ai été surprise, pas de façon désagréable, mais je pensais qu'il y allait avoir une fin de roman orientée sur la revanche de la fille sur la mère, elle y est, mais d'une façon différente à celle qu'on pense et le fait d'avoir imaginé ce personnage d'Olivia, qui va devenir, elle aussi, un sorte de bourreau, source de désillusion pour Diane, d'avoir occulté la mère, surprend et au final redonne de l'élan à l'histoire et ne sombre pas dans le convenu.



Il demeure qu'il est difficile de se construire avec des images féminines si négatives, froides, blessantes. Mais Diane est forte et va se servir de son passé pour se construire avec l'amour de ses grands-parents maternels aimant et très vite interpellés par le comportement de leur fille, ses amies même si parfois elle les délaisse. Sur son chemin il y aura des personnages clés et en particulier Mariel (je ne vous dirai pas qui elle est pour laisser le suspens) mais qui va lui permettre de donner ce qu'elle n'a pas reçu.



Un roman réussit, qui tient en haleine, qui pose l'épineuse relation mère/fille à différents stades de la vie et de tous ses méandres. Une réussite.



"La bêtise, c'est de conclure" a écrit Flaubert. Cela se vérifiait rarement autant que dans les querelles, où l'on identifiait l'imbécile à son obsession d'avoir le mot de la fin. (p87)
Lien : http://mumudanslebocage.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1479 critiques

LeFigaro

1709 critiques

LeMonde

1575 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1565 critiques

Bibliobs

1264 critiques

LePoint

630 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3475 critiques

Telerama

2419 critiques

LaPresse

1654 critiques

LaLibreBe...

1032 critiques