AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

La brigade des cauchemars, tome 1 : Sarah
  20 janvier 2018
La brigade des cauchemars, tome 1 : Sarah de Franck Thilliez
Franck Thilliez, auteur de polar, se met au scénario Bd.

Tristan et Esteban sont lycéens. Ils vivent ensemble chez le père du premier : le professeur Angus. Celui ci a recueilli Esteban qui souffre d'amnésie au-delà des trois dernières années. Il forme avec Tristan (qui est en fauteuil roulant), la brigade des cauchemars, chargées d'aider d'autres personnes à se débarrasser de leurs cauchemars en allant y faire un tour pour trouver ce qui leur fait peur. Lorsqu'ils sont dans un cauchemar, Tristan peut remarcher et Esteban passe à travers les murs. Le temps est chronométré car ils peuvent se retrouver coincés dans un cauchemar si leur hôte se réveille. Dans ce premier tome, la brigade vient en aide à Sarah qui est elle aussi amnésique et autour de laquelle flotte un mystère que le professeur Angus semble cacher aux deux garçons.

Une série plutôt ados-jeunes adultes qui se laisse très bien lire et qui semble prometteuse.
Commenter  J’apprécie          00
Le Ruban
  20 janvier 2018
Le Ruban de Ogawa Ito
Je ne sais pas vous mais j'ai versé une petite larme en fermant ce roman magnifique.

L'écriture est lumineuse et accompagne les émotions des personnages. Les descriptions de paysage sont parfaites.



Ruban est un joli prénom pour une perruche calopsitte couvée dans les cheveux grisonnants d'une vieille grand-mère japonaise. Sa petite-fille d'adoption - la vieille dame a adopté son père - aime tendrement cette femme. Et la perruche les unit encore un peu plus. Nous retrouvons ces trois êtres d'exception à la fin du roman.

Entre-temps, nous découvrons d'autres histoires où les oiseaux jouent un rôle déterminant. C'est le lien entre les êtres, entre les mondes aussi ; celui du visible et de l'invisible.
Commenter  J’apprécie          31
La justicière: Nouvelle lesbienne
  20 janvier 2018
La justicière: Nouvelle lesbienne de Charlotte Blanchard
Tout d’abord j’ai été happé par le synopsis de ce livre, qui m’a donné envie d’en savoir plus. On découvre le personnage de Laurette, une bibliothécaire ordinaire, qui la nuit venue se transforme en justicière pour tenter de retrouver les bandits qui sévissent dans la ville.



J’ai été captivé par le déroulement de l’histoire, qui m’a tenu en haleine du début à la fin grâce à la plume légère de l’auteure. C’est la première fois que je lis une nouvelle où la romance lesbienne et l’action rythment le quotidien des principaux personnages. Et j’ai été agréablement surpris par la tournure des événements que je ne vais évidemment pas spoiler. Et finalement j’ai passé un super moment en lisant cette nouvelle, un peu trop courte à mon goût. J’aurais aimé connaître la suite des aventures de Laurette.



En somme, c’est une bonne nouvelle qui met en lumière aussi bien le caractère pugnace de l’Homme et ses sentiments affectifs. Les apparences sont parfois trompeuses mais peuvent se révéler très agréables, contre toute attente.
Lien : https://ludvikjdenis.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Histoire du jardin potager
  20 janvier 2018
Histoire du jardin potager de Florent Quellier
passionnant, des découvertes de page en page même pour un vieux jardinier comme moi. accompagné d'une très riche iconographie.
Commenter  J’apprécie          10
Le coeur content
  20 janvier 2018
Le coeur content de Nanoucha Van Moerkerkenland
Il se dégage de ce livre une réelle atmosphère et des sensations qui laissent sur la peau des traces indélébiles... Etonnant de se dire qu'il s'agit d'un premier roman tant l'empreinte est forte. Je serais curieuse d'en savoir plus sur l'auteure, de savoir ce qui a imprimé en elle la force qui guide sa plume.

Cinq voix s'expriment en alternance dans une narration qui se resserre peu à peu autour d'un drame qui marquera pour les jeunes gens d'alors la fin définitive de l'enfance. Zaccharie, Elsa et Andreï vivent tous les trois ensemble formant une sorte de triangle amoureux et amical. Elsa aime Zach qui lui refuse son corps mais l'incite à trouver auprès d'Andreï l'apaisement de ses sens. Tous trois tentent de retenir le temps et leurs illusions, peu tentés par le monde "adulte" et trop sage qui les attend. Leurs amis les plus proches, Paul et Suzanne semblent plus près de basculer, eux et de renoncer...

Je n'en dirai pas plus... l'intrigue en elle-même n'est qu'un prétexte pour ausculter la souffrance de ce moment que chacun a connu, ce moment où la réalité vient clasher les rêves et où ne subsiste qu'une mélancolie douloureuse. Les rêves sont plus ou moins difficiles à ravaler et à renier. Certains préfèrent prendre un autre chemin plutôt que se renier.

Il y a dans la plume de cette nouvelle auteure quelque chose de marquant et de singulier qui laisse le lecteur de ce roman sur l'impression d'avoir vécu un moment assez précieux. Voici une vraie découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Anamnèse de Lady Star
  20 janvier 2018
Anamnèse de Lady Star de L. L. Kloetzer
Les vies antérieures de Lady Star, Noman Rosae, Marguerite coupable d'avoir élaborer la bombe iconique qui a tué les trois quart de l'humanité. Un roman a multiples voix et voies, écrit à deux mains et difficile à appréhender et où il est difficile de s'identifier à un personnage. Une quête, une enquête complexe de l'Elohim insaisissable. J'en reste sceptique et une relecture serait nécessaire mais voilà, j'en resterai là.
Commenter  J’apprécie          00
Les Editions Dangereuses
  20 janvier 2018
Les Editions Dangereuses de Michel Seyrat
Le monde de l’édition est plein de surprises, dès lors que les intérêts financiers l’emportent sur la promotion de la culture. Les auteurs fétiches de la chaîne de librairies "Lecture" vont en faire les frais, lorsque le "patron", Jean-Bernard Brisseau-Brévent, surnommé "J3B", décide de les mettre à contribution pour booster les ventes en appliquant les recettes de la grande distribution. Certains abandonnent, d’autres, comme "Larry Dammer" (le pseudonyme de Paul Martineau), y voient un moyen d’arrondir confortablement leurs fins de mois, au prix de voir leurs œuvres réécrites par un… ordinateur ! Mais quels sont les réels commanditaires de cette vaste opération de marketing ? Une série de crimes va inciter notre auteur à succès à se pencher sur la mystérieuse organisation de "Lecture" et l’amener à côtoyer mafias russes et adorables vieilles dames nichées au cœur de la "Cité des Anges". On rit beaucoup à la lecture de ce polar niçois, cocasse à souhait, riche en rebondissements et d’un dénouement inattendu. On peut toutefois regretter les nombreuses fautes de grammaire qui émaillent le récit, classiques (fautes d’accord, de temps), mais impardonnables de la part d’un écrivain-libraire qui s’en prend aux dérives mercantiles du milieu de l’édition. Monsieur Seyrat, un peu de sérieux tout de même…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mille soleils
  20 janvier 2018
Mille soleils de Nicolas Delesalle
Cinq destins qui n'ont pas grand-chose en commun, si ce n'est ce lieu, la pampa argentine, une piste au milieu de nulle part. Cinq destins qui vont s'influencer les uns les autres, sans même en avoir conscience, des particules d'humanité qui frappent les uns et les autres comme des particules solaires. Cinq destins que l'on découvre et qui basculent, en quelques secondes, sous le soleil exactement.
Lien : http://appuyezsurlatouchelec..
Commenter  J’apprécie          00
Deux garçons bien sous tous rapports
  20 janvier 2018
Deux garçons bien sous tous rapports de William Corlett
Two Gentlemen Sharing – 1997



So British, so funny. Une farce à la Feydeau.



Campagne anglaise ou campagne française, même combat, mais peut-être moins loufoque, cocasse, décapant ou caustique.



De la part d’un auteur qui a également fait son coming out.



Petit bémol : pourquoi toujours (ou très souvent) inclure une grande folle dans un couple homosexuel ? Cela ferait moins vaudevillesque, et si c’était un peu moins caricatural, ce ne serait pas mal aussi.



Commenter  J’apprécie          20
Comme un phare dns la tourmente
  20 janvier 2018
Comme un phare dns la tourmente de Wendall Utroi
Un témoignage riche, émouvant, éprouvant au travers les yeux de Martial, un homme attachant, le grand-père rêvé de tous les enfants. Les différents malheurs et épreuves rencontrés depuis la naissance de son petit fils font remontés des souvenirs douloureux mais heureux également sans toutefois tomber dans les clichés. Le témoignage poignant de ce vieil homme qui assiste impuissant à des drames qui vont à jamais le marquer, de même pour Antoine qui dès l’enfance sera marqué durant toute sa vie. Martial ne va avoir de cesse de soutenir comme il peut sa fille et son petit-fils, se battant avec beaucoup d’humilité, laissant parfois ses envies et ressentis de côté.

Une écriture posée, fluide et riche en émotions nous transporte dans ce récit, la tristesse, la souffrance et la joie communicatives à travers les différentes étapes cette historie. Beaucoup de pudeur et d’humanité, des sujets très délicats déposés par l’auteur en douceur et avec justesse, mais qui n’épargnent pas le lecteur et le frappent de plein fouet. La sensibilité et la chaleur sont très présentes également. Un tourbillon émotionnel que je recommande vivement.

Très émue à la fin de cette lecture bouleversante, je remercie l’auteur pour sa générosité et sa disponibilité.


Lien : https://www.facebook.com/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Les vieux fourneaux, tome 4 : La magicienne
  20 janvier 2018
Les vieux fourneaux, tome 4 : La magicienne de Lupano Wilfrid
Presque encore meilleur que les 3 premiers tomes. Cette fois face au géant pharmaceutique Garan-Servier, une ZAD s'organise, des écolos débarquent pour sauver une sauterelle : la magicienne, perturbant la vie du village d'Antoine. En parallèle, ce dernier essai de découvrir qui est le père de Juliette. Les dialogue sont toujours aussi truculents et les 3 compères aussi tordants même si dans ce tome, c'est surtout Antoine et Sophie qu'on suit. Bref, un nouveau tome des Vieux fourneaux c'est à chaque fois un plaisir gouailleux et graphique, de bonnes tranches de rigolade et mine de rien, de sujet de société abordé avec humour.
Commenter  J’apprécie          00
SMS
  20 janvier 2018
SMS de Laurent Bénégui
L'histoire telle qu'elle est présentée, m'apparait être davantage un scénario de film qu'un roman. C'est une succession d'actions qui s'enchainent les unes aux autres.

L'intrigue est bien nouée donc, là-dessus rien à redire, mais il manque à cette histoire de la profondeur, du style, des description, de la poésie...
Commenter  J’apprécie          00
La femme de nos vies
  20 janvier 2018
La femme de nos vies de Didier van Cauwelaert
C’est vrai que j’ai dévoré ce livre car il est amusant et parce que l’écriture parfois commerciale de DVC nous invite à tourner les pages le plus vite possible – mais c’est aussi son défaut, et je ne retiendrai pas grand-chose de ce livre dans quelques semaines.



Je lis que c’est une histoire vraie, je suis sceptique.



« L’empathie constructive, c’est l’une des seules qualités que je possède, mais c’est probablement la plus rare et la plus efficace. (…) L’empathie constructive qui, en quelques années, aura fait d’un garçon de ferme un docteur en physique nucléaire. Si vous êtes regardé comme un crétin, vous le resterez. Si l’on vous prête de l’intelligence, vous la rendrez au centuple. »



Toute une historie basée sur du vent, sur le faux-semblant, et c’est vrai ? Toujours aussi sceptique. Mais peut-être que racontée autrement j’y aurais cru.



En tout état de cause, c’est du DVC classique, et j’attends avec impatience que la suite de ‘Jules’ soit disponible en bibliothèque ou paraisse en Poche – c’est que je ne vais quand même pas trop dépenser, hein !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bagages enregistrés
  20 janvier 2018
Bagages enregistrés de Evelyn Waugh
Les récits de voyage permettent de voyager en restant chez soi sans les tracas avec la douane, avec les vacanciers et sans les petites indispositions liées à ces grandes odyssées du début du XX ème siècle. On visite des pays où l'on irait pas autrement. On découvre des peuples, des coutumes, des architectures typiques. Même si l'arrogance occidentale transparaît dans ce récit. Evelyn Waugh, caustique n'épargne pas ses compatriotes.



Bagages enregistrés est paru en 1930. L'auteur raconte ses pérégrinations autour de la méditerranée de l'entre-deux guerre.



L'écriture est fluide ; les descriptions fines. Droit au but.
Commenter  J’apprécie          00
L'étranger
  20 janvier 2018
L'étranger de Albert Camus
Je n’avais jamais lu « Camus » !

En classe de seconde technique, à la place de « Camus » on faisait « Merle » : La mort est mon Métier.

Meursault, pour moi, n’était qu’une excellente appellation vinicole bourguignonne.

Quarante-cinq ans plus tard, cette lacune comblée, Meursault prend l’apparence d’un homme apathique, atypique, mais pas antipathique, perdu dans son quotidien et ses habitudes où la chaleur suffocante omniprésente de l’Afrique du nord l’émeut et l’affecte beaucoup plus que la mort de sa mère.

Étonnant non ? Mais pas que… L’apathique est un non-émotif, non-actif où prédomine l’indifférence. Meursault n’a pas de vie intérieure frémissante.

Il déteste les conflits : « Comme toujours quand j’ai envie de me débarrasser de quelqu’un que j’écoute à peine j’ai eu l’air d’approuver. »

Cependant, il a besoin, sans se l’avouer, de se faire apprécier, aimer peut-être où pour le moins appartenir à une vie sociale bien qu’il en soit indifférent.

Avec Marie, il est prêt à l’épouser : « Tu m’aimes. Non. Alors pourquoi m’épouser ? Pour te faire plaisir. »

Avec Raymond, il écrira un courrier sans se poser de question, pour aider.

Camus avec des mots simples, des phrases courtes va accompagner Meursault vers sa destinée.

Car Meursault va tuer, parce qu’il fait chaud, un arabe de cinq balles dans le corps.

Ce roman au modernisme suranné où il est normal que les hommes giflent un peu leur femme et où les algériens sont encore des arabes à tout bout de champ est transgénérationnel, intemporel, tellement limpide et tellement dramatique à la fois.

Meursault sera jugé : « Onze mois d’instruction, j’avais l’impression que je faisais partie de la famille ». Ce besoin d’appartenance est toujours présent : « J’ai fini par ne plus m’ennuyer du tout à partir du moment où j’ai appris à me souvenir ».

Camus dépeint un Meursault tourné vers lui-même: « Même sur un banc d’accusé, il est toujours intéressant d’entendre parler de soi ». Il accepte son malheur. Impressionnant.

Meursault sera condamné : « J’ai eu une stupide envie de pleurer parce que j’ai senti combien j’étais détesté par ces gens là ».

Meursault n’était pas un grand bavard et il aimait la solitude. Il sera guillotiné: « Les ciels d’été pouvaient mener aussi bien aux prisons qu’aux sommeils innocents ».



C’était la 503ème critique du 48580ème lecteur Babelio de cette œuvre immense.

Et maintenant un petit proverbe africain: « La connaissance, c’est comme un baobab, les bras d’une seule personne ne suffisent pas à l’enlacer ».

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Deux milliards de battements de coeur
  20 janvier 2018
Deux milliards de battements de coeur de Genki Kawamura
Livre phénomène au Japon qui a été adapté au cinéma, il est à la limite du roman et de l’essai.



Le narrateur apprend qu’il est atteint d’un cancer du cerveau incurable, et le Diable va lui proposer un marché : chaque jour, supprimer quelque chose du monde réel pour gagner vingt-quatre heures de vie supplémentaires, avec en prime la possibilité d’un seul et dernier usage de l'objet, avant sa disparition totale de la terre.



Le narrateur se dit, si c’est le chocolat qui va disparaître, où est le problème ?



Mais attention : c’est le Diable qui choisit ce qu’il faut supprimer.



On commence par un monde sans téléphone. Facile me direz-vous, mais savoir à qui il a passé son dernier coup de téléphone est assez intéressant.



« De nos jours on passe trop de temps à tripoter ces trucs… Dès que j’ouvrais l’œil, et jusqu’à ce que je le referme, il ne quittait pas mes mains. Oubliés, les livres ! Délaissés, les journaux ! Même la liste des films que je voulais aller voir s’allongeait dangereusement. »



Ensuite, on passe à un monde sans film. Facile à nouveau ? Oui, sauf pour un cinéphile acharné comme le narrateur.



« Pour vivre, il suffit d’eau, de nourriture et d’un coin pour dormir. Autrement dit, tout le reste n’est qu’accessoire et on peut très bien s’en passer. Or, ce qui m’a le plus réconforté, le plus apporté de joie au cours de cette vie, c’est bel et bien le cinéma. »



Le jeudi sera un monde sans montre. Le souvenir du père horloger remontera à la surface.



« La liberté, c’est anxiogène. Les humains se sont arrangés pour brider leur liberté en créant toute une batterie de règles rassurantes. (…) Mais quand on n’a même plus de temps à perdre, un des fondements de l’existence s’écroule… »



Vendredi : un monde sans chat ?



« Et si les chats disparaissaient… En quoi le monde changerait-il ? En quoi ma vie changerait-elle ? Et si moi je disparaissais du monde… La Terre continuerait probablement de tourner, comme si de rien n’était. »



Les pérégrinations de son esprit vagabondant à l’annonce de sa mort emmèneront également le narrateur à réfléchir à ses relations avec ses parents.



NB : Le chat du narrateur s’appelle Chou, car il est le successeur de Laitue qui avait été trouvé chaton au fond d’un carton de ‘Laitues de Nagano’.



A découvrir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Harry Potter : La Galerie des Portraits
  20 janvier 2018
Harry Potter : La Galerie des Portraits de Jody Revenson
Ce livre montre comment les vêtements du film ont été fabriqués, les couleurs choisies.

Tous les personnages sont bien expliqués.
Commenter  J’apprécie          10
Le Quidditch : Dans les coulisses des films..
  20 janvier 2018
Le Quidditch : Dans les coulisses des films Harry Potter de Jody Revenson
Ce livre montre les secrets du tournage, notamment lors des scènes de quidditch.

On peut construire un vif d'or en bois.
Commenter  J’apprécie          10
Soucoupes volantes et civilisations d'outre..
  20 janvier 2018
Soucoupes volantes et civilisations d'outre-espace de Guy Tarade
J'ai découvert ce livre dans cette vieille édition dans la bibliothèque de mon père, grand amateur de science-fiction et d'ovnis (c'est d'ailleurs grâce à lui que je suis une grande fan de la saga Star Wars...mais je m'éloigne^^) et j'ai, bien entendu, eu envie de le lire.... Je l'ai lu jusqu'à la fin, me demandant au fur et à mesure quelle substance avait fumé l'auteur pour écrire certains propos, quitte à tout mélanger!

Pour résumer, cette ouvrage explique la définition d'un ovni (jusque là d'accord) avant de relater toutes les (soi-disant) apparitions, le spectacle de Roswell compris (je plains Jacques Pradel), de remonter dans le passé, notamment l'Antiquité, et de revenir jusqu'au vingtième siècle. Là où franchement je me suis marrée, c'est lorsqu'il explique un passage regroupant Jésus (honnêtement qu'est-ce qu'il a à voir avec tout ça on se le demande...) avec les extraterrestres et expliquant que le Christ aurait été enlevé sur la croix par ces visiteurs d'un autre monde.... J'en ris de nouveau sérieusement hahaha^^ Je me calme!

Un autre chapitre, je ne sais plus lequel est dédié à la fameuse théorie des anciens astronautes, là aussi, associer les Nazcas ( leurs dessins vus du ciel sont superbes) avec les extraterrestres...après, me direz-vous, peut-être est-ce possible mais.... mon cerveau commence à fumer!

Lisez tout de même ce livre, car il nous fait passer un bon moment!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Harry Potter : Le Grand Livre des Créatures
  20 janvier 2018
Harry Potter : Le Grand Livre des Créatures de Jody Revenson
Ce livre explique bien toutes les créatures, les maquillages, l'histoire des créatures...
Commenter  J’apprécie          10


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1516 critiques

LeFigaro

1760 critiques

LeMonde

1638 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1583 critiques

Bibliobs

1280 critiques

LePoint

652 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3504 critiques

Telerama

2420 critiques

LaPresse

1671 critiques

LaLibreBe...

1059 critiques