AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Contes du Liban - Histoires de Goules et au..
  20 novembre 2017
Contes du Liban - Histoires de Goules et autres contes de Véronique Lagny Delatour & Jean-Paul Demangel
Un petit recueil rempli d'histoires aussi droles que mignonnes, j'ai beaucoup apprécié ces contes d'ailleurs, j'ai beaucoup aimé également leur atmosphère, une très belle expérience
Commenter  J’apprécie          10
Lucky Luke, tome 15 : L'Evasion des Dalton
  20 novembre 2017
Lucky Luke, tome 15 : L'Evasion des Dalton de Morris
Enfermés au bagne de Watta Gulch, les quatre Dalton, condamnés rien moins qu’à 367 années de prison compte tenu d’une remise de peine pour bonne conduite, n’ont qu’une seule et unique obsession : se venger de l’homme qui les a conduits là, c’est-à-dire Luke Luke. Les quatre desperados de l’Ouest, encore plus bêtes qu’ils ne sont méchants vont tout faire pour faire tourner en bourrique le héros de la série. Ils iront jusqu’à faire imprimer de fausses affiches où Lucky Luke est présenté comme « voleur, incendiaire, meurtrier, faussaire et cannibale » !

Oeuvre de jeunesse de Morris et Goscinny et quinzième titre de la série, l'épisode « L’évasion des Dalton » permet au duo composé de l’humoriste génial et du dessinateur remarquable de bien rôder leur association. Le scénario de Goscinny est aussi un prétexte permettant au dessinateur de multiplier les effets graphiques. Ainsi Morris dynamise avec audace ses cadrages et ses compositions très cinématographiques. Avec deux peu de moyens mais beaucoup d'inventivité, il signe des planches truffées d’action et de trouvailles narratives pour notre plus grand plaisir. Editée pour la première fois en janvier 1960, cette histoire qui n'a pas pris la moindre ride se déguste avec autant gourmandise aujourd’hui qu’hier. C’est à cela qu’on reconnaît un chef-d’œuvre me semble-t-il.
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Peggy dans les phares
  20 novembre 2017
Peggy dans les phares de Marie-Eve Lacasse
roman sur la relation entre Francoise Sagan et Peggy Roche, très très belle écriture, récit pudique et délicat qui vous plonge dans cette époque années 50/60, un beau moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          00
La disparition de Josef Mengele
  20 novembre 2017
La disparition de Josef Mengele de Olivier Guez
A la fois glaçant et dérisoire dans ses évocations, ce roman restitue la cavale éperdue du médecin maudit d’Auschwitz, Josef Mengele qui, de 1945 à 1979, va échapper à la traque organisée par le Mossad avec l'aide, souvent un peu molle, des services allemands. Localisé plusieurs fois, en Argentine, Paraguay et Brésil, il échappe à ses poursuivants, aidé en cela par d'anciens nazis dévoués à sa cause et encore nostalgiques de la grande époque du Reich. Il bénéficie aussi de la complaisance de Perón en Argentine.

C'est un homme odieux qu'on nous décrit, intrusif dans la vie de ses hôtes et « assistants », exigeant et aigre,nostalgique de ses recherches stoppées (quand on pense qu'il a emporté des échantillons de tissus et liquides organiques d'Auchwitz !! - geignard et sans le moindre regret, au point d'en écœurer son fils Rolf venu en vain une dernière fois avec l'espoir de trouver une once de compassion chez ce fou furieux.



On découvre avec un certain étonnement qu'il a pu communiquer durant des dizaines d'années avec sa famille, protéger, voire développer sur place, l'entreprise Agriteknik Mengele qui assure la fortune de la famille restée en Allemagne et même hériter de son père, le tout sous diverses fausses identités ou, pire encore, sous son vrai nom.

Un livre nécessaire, extrêmement documenté et qui a le mérite de la vraisemblance quand l'auteur est obligé d'inventer, les pensées et les rêves du personnage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Chardin, la petite table de laque rouge
  20 novembre 2017
Chardin, la petite table de laque rouge de Alice Dekker
Un livre touchant. Au crépuscule de sa vie et de sa carrière de peintre, Jean Siméon Chardin écrit une lettre confession à son fils unique décédé. Il se révèle à travers ses fiertés, ses blessures et ses regrets. Alice Dekker avec une belle écriture sait nous parler de Chardin et de sa peinture. L'homme est passionné par son art, peu lui importe au final de ne pas peindre ces grandes scènes d'histoire qui le faisaient rêver quand il était jeune, il a été reconnu par le roi qui lui a offert un logement au Louvre et une pension. Il en est très fier. Il aime provoquer, faire évoluer les regards.

Son plus grand regret reste sa relation avec son fils. Que s'est il passer? Comment en sont ils arrivés là? Nous n'en sommes pas certain mais on découvre une douleur chez le peintre faite de regrets et de tristesse.
Commenter  J’apprécie          00
Le néant et la joie : Edition bilingue français..
  20 novembre 2017
Le néant et la joie : Edition bilingue français-occitan de Guillaume d'Aquitaine
Ce livre donne une version bilingue des onze poèmes (ou chansons) parvenus jusqu’à nous de Guillaume IX d’Aquitaine. Grand seigneur, il est considéré comme le premier poète médiéval, le premier en langue d’oc, un précurseur, voire le premier des troubadours, par les thématiques et les formes utilisées.



Il nous en reste juste une poignée de poèmes, sans la musique qui l’accompagnait, qui était incontournable à l’époque. Cela parle d’amour, de façon très crue parfois, parfois plus poétique, plus proche de ce que l’on imagine d’un troubadour. De la mort qui vient également, de l’identité. Il y a de beaux passages, et c’est forcément émouvant de lire quelque chose de si ancien, un peu à l’origine.



Le livre paru aux éditions fédérop est un bel objet, sobre et agréable à tenir en main. La présentation de Katy Bernard est enthousiaste, mais n’apporte à mon goût pas suffisamment d’éléments fouillés pour la compréhension de l’époque et du poète.
Commenter  J’apprécie          30
Ferdinand et les iconoclastes
  20 novembre 2017
Ferdinand et les iconoclastes de Valérie Tong Cuong
Iconoclaste : Relatif à l'iconoclasme ; partisan de l'iconoclasme. Qui est ennemi de toute tradition, qui cherche à faire disparaître tout ce qui est le passé.



Dans ses pires cauchemars, Ferdinand déraille

visage couvert d'une cagoule en féraille

La plupart des êtres sont des inconscients

Tous ces gens ne résonnent-ils qu'au présent ?

Il pointe le ciel du doigt, Oraison étrange et poétique

Raconte les pluies d'étoiles et les rayons cosmiques

Vision manichéenne de l'élévation au sommet hierarchique

Production du collagène, alicament et management cosmétique

Les ombres marchent sur lui en armée,

doléances et perfidies, ne pas avancer, c'est déjà reculer...

Nous naissons pour travailler,

masse qui avance en cadence,

parler autre chose que de particules,

mettre à profit ses connaissances

Naissance d'une utopie, défi , mise à l'épreuve de l'après virgule,

corrélation entre caprice et vanité pour quelles conséquences !?

Pas de couleurs dans le monde extérieur

Revenir au plein emploi, illusion d'intérieure

Perdu dans ses méandres numériques,

Ferdinand ne parle que de robots et oublie,

Qu'une femme au coeur chaud attend tout près de lui....



le Clonage, Darwin à Wall Street

option d'un futur proche pas trés warrant

essayez d'imaginer la suite ,

Ou rejoignez les iconoclastes et son président Ferdinand



Merci Valérie pour la dédicace et ce très bon roman :-)



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Vernon Subutex, tome 1
  20 novembre 2017
Vernon Subutex, tome 1 de Virginie Despentes
Je ne connaissais Virginie Despentes que de nom. Erreur. Je viens de lire le premier tome de Vernon Subutex. J'ai aimé. Beaucoup.

C'est pourtant très parisien. Les personnages rencontrés détoneraient complètement à la campagne ! les imaginer au fin fond de l'Ardèche, de la Creuse, de la Lozère ou d'ailleurs est d'un anachronisme réjouissant ! et d'ailleurs, vu leur mode de vie, on se demande bien ce qu'ils pourraient y faire !



A par le héros, Vernon Subutex, qui, lui est de partout et de tout temps. Un adulte au mitan de son âge, paumé, ayant tout perdu : son boulot, (il était disquaire), son ami et son appartement. J'ai donné cette trilogie dans cet ordre, car il y a une bonne raison à cela. N'ayant plus de revenus, son ami, le fameux rocker Alex Bleach a payé son loyer pendant deux ans. Mais il vient de mourir et Vernon de se retrouver à la rue ! Se laissant dériver au gré des événements et des humeurs de ses connaissances, il va finir bien entendu dans le caniveau !



Non, l'intrigue est solidement ancrée dans la capitale, avec sa vie trépidante, liée aux médias que seule une métropole peut engendrer avec sa cohorte d'individus aussi bizarrement typés que ceux dépeints par Virginie Despentes.



En dehors de Vernon, les personnages du roman paraissent représentatifs de tous les poncifs de la vie parisienne : tourbillon d'une existence frénétique tournant autour de la mode, du spectacle, de la finance crapuleuse, de la drogue, de la luxure ...



Pourtant et c'est la force de l'auteur, cette galerie de portraits est criante de vérité. Tous sont croqués avec une verve vacharde, un sens aigu du détail "vrai", un humour corrosif, une jubilation féroce, une joyeuse méchanceté. En même temps, la plupart de ces êtres piteux, voire monstrueux montrent leurs failles, sous leurs petitesses on devine les chagrins, les manques, les blessures que la vie leur inflige ... et cela nous les rend proches (enfin, pas tous, certains sont de vrais purs salauds !).



Ce premier volume Virginie Despentes le brosse avec méticulosité, prenant le temps de bien planter le décor et ses personnages. Elle nous laisse haletants. Oui, nous voulons savoir ce que contiennent les bandes enregistrées par Alex Bleach et pourquoi elles intéressent autant de monde. Oui, nous voulons savoir jusqu'où ira Vernon dans sa vertigineuse descente vers le néant et s'il se laissera ainsi fatalement dériver sans jamais rien tenter pour se délivrer de son indifférence ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
La Galerie des jalousies, tome 1
  20 novembre 2017
La Galerie des jalousies, tome 1 de Marie-Bernadette Dupuy
Autant vous le dire tout de suite, La galerie des jalousies est un joli coup de coeur.

Je me suis régalée.

Il s'agit du premier tome d'une série assez récente de Marie-Bernadette Dupuy.

Je ne pensais pas en lisant la quatrième de couverture que ce roman me plairait particulièrement mais c'est en parcourant quelques chroniques enthousiastes à son sujet que je me suis dit qu'il pourrait me plaire. Et ce fut le cas à ma grande satisfaction.On ne s'ennuie pas une seule seconde.

Isaure, une jeune femme de 18 ans est, pourtant, une héroïne assez atypique, du moins au regard de celles auxquelles je suis habituée. Isaure est maltraitée et rabaissée constamment par son père. Sa mère et ses deux frères ne lui sont d'aucun secours. Ses parents la négligent ne la nourrissant pas suffisamment et lui octroyant la seule chambre qui n'est pas chauffée. Son histoire a tout de même fait qu'elle a pu s'instruire. Sortie de l'Ecole Normale, elle doit prendre un poste d'institutrice au village à la prochaine rentrée scolaire dans un an. En attendant, elle travaille à la ville quand elle revient précipitamment au village où un accident à la mine vient d'avoir lieu. Son ami d'enfance, Thomas, dont elle est secrètement amoureuse depuis toujours, s'y trouve enseveli. Il est le seul à s'être toujours soucier d'elle, à lui avoir apporté soutien et attention. Tout le monde, à part Thomas, trouve Isaure étrange et un peu folle. Mais ce qui plonge Isaure dans le désarroi maintenant qu'elle le sait sain et sauf, c'est qu'elle apprend que Thomas doit épouser une jeune polonaise qu'il a mis enceinte.

Ce roman est donc un joli coup de coeur qui mêle histoires d'amour, jalousies et enquête policière dans le monde de la mine en Vendée en 1920. Car un homme mort dans l'accident de la mine a reçu en réalité une balle dans le dos. L'éboulement dans la mine aurait été intentionnel. Le désabusé mais charmant inspecteur venu de Paris mène l'enquête rendue difficile par la communauté secrète et soudée des mineurs.

C'est passionnant, on ne s'ennuie pas une seconde et on a l'impression de suivre une histoire vraie. L'héroïne, à la beauté singulière, est très attachante et vit une vraie évolution avec ses fragilités mais aussi ses qualités. Les personnages secondaires sont loin d'être en reste. De très beaux personnages ! Je lirais bien la suite avec grand plaisir.

Une superbe histoire passionnante !

www.ladyromance.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Instinct, tome 1
  20 novembre 2017
Instinct, tome 1 de Vincent Villeminot
Tim découvre suite à un accident qu’il est peut-être un grizzli, et même s’il a du mal à le croire, il va suivre le professeur McIntyre jusqu’en France dans son institut de lycantropie. Où il va croire qu’il a atterri dans une secte. J’ai beaucoup aimé cette première partie avec Tim, ses doutes, ses peurs, ses découvertes. Sa façon de pas se laisser faire et de prendre, peut-être, les mauvaises décisions mais de réfléchir par lui-même. J’ai eu un peu plus de mal avec la suite, que j’ai trouvé moins prenante et plus longue. Peut-être dût à l’arrivé du personnage de Flora que j’ai absolument détesté. Je n’ai pas non plus aimer la relation de Flora et Tim que j’ai trouvé tellement rapide que j’y ai pas cru une seule seconde.

Tim est un personnage vraiment adorable que j’ai beaucoup aimé, et j’ai aussi adoré Shariff, sa façon d’être et sa métamorphose. Ce gamin est super attachant. J’ai beaucoup apprécié le professeur McIntyre « notre père à tous », comme l’appelle Shariff.

La fin s’emballe un peu et m’a fait retrouver un rythme de lecture et un peu plus de motivation après une baisse.



C’est une histoire intéressante et sympathique, avec des personnages assez attachants (sauf pour Flora on aura compris), et assez prenante au début. J’ai donc bien aimé ma lecture, malgré une baisse de motivation au fur et à mesure des pages.

Je ne lirai pas tout de suite la suite.
Lien : https://jetulis.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Almanach du Lorrain 2018
  20 novembre 2017
Almanach du Lorrain 2018 de Hervé Berteaux
Vendredi, j'ai reçu une enveloppe envoyée par CPE Éditions que je remercie beaucoup. J'ai été très émue de recevoir ce cadeau. Il m'est, immédiatement, venu en tête, l'expression « madeleine de Proust ». Cet almanach me renvoie à mon enfance. Je me rappelle en avoir feuilletés, en avoir lus, mais c'est surprenant, je n'arrive pas à me souvenir dans quelle maison de mon enfance, cela se passait. Les souvenirs qui remontent sont seulement ceux du plaisir que j'avais à lire les différents articles. J'ai le sentiment que cela devait être une activité solitaire.

📅

Je n'ai pas l'habitude de présenter ce type d'ouvrage aussi je vous remercie d'avance de votre indulgence.

☺️

L'almanach est divisé en douze parties, une par mois.

Sur la première page de chaque mois, il y a un calendrier, un proverbe et les traits de caractère d'un signe du zodiaque, ainsi que son horoscope de l'année.

La double-page suivante permet de noter les rv et est accompagnée de trucs et astuces, tels que la méthode pour enlever des empreintes de doigts sur une photo, ou la manière de faire partir certaines tâches, etc.

Ensuite, vous trouvez deux pages qui comportent un fait d'histoire ou un texte historique situé dans la région. En bas de ces deux pages, des notes rappellent ce qui s'est passé, il y a cinquante ans, durant le mois en cours.

Les pages suivantes comportent une courte histoire dans la région, la présentation d'un livre, une recette, une publicité ancienne sur une page complète, une réclame du siècle dernière, un jeu (mots croisés, etc…), des cartes postales anciennes, et un témoignage nostalgie d'un objet ancien, tel le téléphone à cadran.

Vous trouverez des encarts « le saviez-vous ? », avec des anecdotes surprenantes de votre région.

📅

Je n'ai pas, bien entendu, lu tous les articles, je le ferai au cours de l'année 2018. Cependant, ceux que j'ai déjà lus m'ont plus. Par exemple, l'histoire d'un âne m'a beaucoup émue. Certaines pages m'ont amusée, d'autres m'ont appris des astuces, etc. Les encarts nostalgie m'ont renvoyée à mon adolescence.

❤️

Cet almanach est un très bel objet à offrir ou à s'offrir. Il y en a pour tous les goûts, que ce soit par région ou par thème.

En suivant ce lien, vous découvrirez l'almanach qui vous correspond :

https://bouquine.org/index.php



Plus de photos sur ma page :

https://www.facebook.com/Valmyvoyou/


Lien : https://www.facebook.com/Val..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Là où les lumières se perdent
  20 novembre 2017
Là où les lumières se perdent de David Joy
'histoire de Jacob, jeune homme de 18 ans enchaîné à une vie qu'il n'a pas choisi n'a pas su me redonner le goût de lire. Et pourtant Là où les lumières se perdent est un roman sur lequel je portais beaucoup d'attentes. Encore une fois la jeunesse des protagonistes a été le point noir de ma lecture. J'ai beau essayer de passer outre cette caractéristique, je me retrouve de trop nombreuses fois impassible face au vécu passé et présent des personnages qui composent ma lecture.



Jacob n'est pas un garçon comme les autres. Elevé par un père trafiquant de drogues, il n'a connu que l'illégalité et la brutalité. Sa mère qui n'en a que le nom n'est plus que l'ombre d'elle même, le crystalmeth la tuant à petit feu chaque jour un peu plus.



C'est avec cet héritage familiale difficile que Jacob avance dans l'ombre. La seule source de lumière dans sa vie est Maggie. Avant d'être la femme qu'il aime, elle a été son amie d'enfance. Issues de deux mondes opposés, ils vont pourtant imbriquer leurs différences pour que leurs liens soient inaltérables malgré les cahotements de leur vie de jeune adulte.



David Joy dresse le portrait d'un combat de vie qui semble perdu d'avance. L’Amérique rurale qu'il dépeint renforce la noirceur du roman et complexifie encore plus la quête de rédemption de Jacob.



Comme je vous l'ai expliqué plus haut, je suis restée extérieure à ma lecture mais ça ne m'a pas empêché d'être percutée par le message délivré par David Joy. Notre vie nous appartient et nos choix dictent son tracée. Le personnage de Jacob illustre pleinement cette assertion. Il va se débattre dans les sables mouvants qui l'enserrent depuis sa naissance jusqu'à ce qu'il se décide à prendre la décision qui marquera irrémédiablement sa vie.



Là où les lumières se perdent est un roman noir illuminé par l'espoir qui flotte autour de ses mots.


Lien : https://lepuydeslivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La femme de l'ombre
  20 novembre 2017
La femme de l'ombre de Indridason Arnaldur
Bon, voilà que j'ai recommencé : j'ai entamé une série sans m'en rendre compte, et en plus j'ai commencé par le tome 2. Mais ici, ce n'est pas très grave, il semble qu'il me manque juste la genèse de la rencontre entre Flovent et Thorson, les deux enquêteurs qui vont essayer de résoudre les différentes énigmes qui se présentent à eux, disparition et meurtres. Cela ne m'a gênée à aucun moment dans ma lecture.



Au départ, ça part un peu dans tous les sens. Une jeune femme qui prend le paquebot pour retourner en Islande en 1941. Puis, en 1943 sur l'île, le corps d'un homme noyé retrouvé, celui d'un jeune militaire passé à tabac et une jeune femme qui a disparu. Le lecteur suit tous ces fils évoluer, puis, avec habileté, ils se croisent et se mêlent pour faire un tout. Comme d'habitude, pas de déferlement d'hémoglobine ou de courses poursuites effrénées. Pas de révélations surprises, mais une ténacité des enquêteurs qui ne lâchent pas et recoupent patiemment tous les témoignages qu'ils peuvent recueillir jusqu'à ce qu'ils aient le fin mot de l'histoire.



Ce n'est jamais gai les histoires de meurtres mais l'ambiance est tout de même moins triste et sombre que dans les derniers Erlendur. Il faut dire que je me suis passionnée pour l'aspect historique du roman. J'en ai appris un peu plus sur l'Islande des années 40, durant la seconde guerre mondiale : l'invasion par les Anglais et les Américains pour éviter celle des Allemands, les sympathies nazies de certains locaux, les différences de traitement entre Islandais et soldats, Reykjavik, la prostitution et l'homosexualité à cette époque...



Et bien sûr, ayant voyagé sur cette île pas plus tard que cet été, j'ai aimé retrouver des lieux qui me parlent ou des mets typiques (les kleinur notamment).



Une lecture très agréable donc, et qui va me faire vite lire le premier tome de la trilogie, en attendant le dernier qui parait au printemps prochain !



Un grand Merci à Babelio et aux éditions Métailié pour cette lecture.
Lien : http://nourrituresentoutgenr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fais-moi oublier
  20 novembre 2017
Fais-moi oublier de Brigitte Kernel
Brigitte Kermel publie en 2008 Fais-moi oublier. Un couple hétérosexuel, Zoé et Olivier, ami avec un couple de femmes, Léa et Louise. Une complicité, des projets, des rires, des surprises avant une catastrophe. Zoé apprend la mort de Louise, en reportage à l’étranger.

Tout bascule.

L’annonce, le tiraillement, l’incertitude du lendemain, l’effondrement, le soutien, les obsèques, les non-dits, le poids des non-dits, la solitude, le désir de l’oubli, les troubles de comportements. Comment continuer la vie sans l’autre ? Comment affronter la vie sans l’autre ? Le désir est-il toujours présent ?

Autant de questions auxquelles Brigitte Kermel tente de répondre.

Si le thème du deuil est intéressant, Brigitte Kermel n’est pas convaincante dans cette approche un peu simpliste de la reconstruction. Sous fond d’homosexualité féminine, elle déploie de nombreux stratagèmes pour mettre en avant l’attirance entre la narratrice et Léa. Etait-ce une attirance sous-jacente ?

Si la première partie du livre a réussi à capter mon attention, je n’ai qu’effleuré la seconde partie. Dommage !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yan et mirka, tome 1 : l'expedition perdue
  20 novembre 2017
Yan et mirka, tome 1 : l'expedition perdue de Redondo Harriet
Yan est un adolescent placé dans un orphelinat qui se retrouve obligé d’aller balayer la cour suite à une sanction pour chahut. Une soucoupe volante atterrit à proximité. Une jeune extra-terrestre prénommée Mirka accompagnée d'Opix, un petit robot en sort. Elle vient de Tarox, la confrérie des trois planètes à plus de cent années lumière de la Terre. Si elle se retrouve là c’est à la suite d’une avarie de son vaisseau. Il lui faut impérativement trouver un filament d'orgome pour pouvoir réparer. Yan lui propose de l’aider. Ainsi débute un formidable périple qui les entrainera jusqu’au fond de l’Océan Pacifique, en Amérique du Sud et jusque sur l'île de Pâques.

« L’expédition perdue » est une bande dessinée de science-fiction plutôt destinée aux adolescents. Le duo Yan et Mirka ressemble pas mal à celui nettement plus célèbre de Valerian et Laureline. L’intrigue ne manque pas de rebondissements et de péripéties. Le graphisme, très influencé par Moebius est de belle qualité quoi que les couleurs en soient un peu ternes. Les auteurs tentent de faire passer des messages écologiques sur la la protection de la nature et sur la dispersion des déchets nucléaires dans les océans. Propos sympathiques mais un peu chargés de naïveté bien pensante. Et, en prime, une explication extra-terrestre de l’érection des géants de l’île de Pâques. Les voilà gâtés nos ados !
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Terminus Noël
  20 novembre 2017
Terminus Noël de Sébastien Joanniez
Un joli petit livre de noël, l'histoire triste des conséquences d'un divorce sur un enfant. Une fin qui n'est pas vraiment une fin mais le livre est plaisant
Commenter  J’apprécie          00
KURU
  20 novembre 2017
KURU de Katia Campagne
Ce roman est une vraie tuerie!! Une boucherie même! Excellent, formidable, génial, sanglant... Bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré!



Des gens complètement normaux, dans une vie tout à fait ordinaire, changent du jour au lendemain pour devenir de vraies bêtes ignobles et se mettent à manger... des humains! Oui, des humains, des gens comme eux, des voisins, des collègues, des amis... Et tout ça, sans ne rien pouvoir contrôler. Leur corps devient une chose dont ils ne sont plus maîtres, des sueurs apparaissent, de la faiblesse, de la fatigue. Ils souffrent horriblement et d'un coup, ils se doivent d'assouvir le besoin du monstre qui se trouve à l'intérieur d'eux-même et de manger de la chair humaine.



Au début du livre, l'auteur nous parle de plusieurs personnes sans lien apparent. Et au fil des pages, on comprend petit à petit ce qu'il se passe et on découvre avec horreur que tout ça est lié. Le personnage principal, Gabriel, se retrouve mêlé, bien malgré lui, à une histoire invraisemblable, une histoire de fou. Et c'est avec l'aide de son amie Enora et du flic chargé de l'enquête sur les meurtres, Lyes, qu'il va découvrir un passé familial dont il ne savait rien.



Avis aux âmes sensibles, ce roman très noir n'est pas pour vous! C'est un vrai bon polar que l'auteur nous a concocté, avec des allures de thriller psychologique et de drame familial. L'intrigue est rondement menée, l'histoire est exceptionnelle, la plume est parfaite et j'en redemande encore et encore! Je ne m'attendais pas à une telle histoire en commençant le livre et je suis vraiment bluffée car c'est une histoire qui tient vraiment la route et qui pourrait très bien apparaitre comme réelle. Moi, j'y ai cru et j'en ai eu des frissons... Je ne regarderai plus mes congénères de la même façon après cette lecture, on ne sait jamais. Je ne sais pas si une suite est prévue mais pourquoi pas?!



Un très grand merci à l'auteur pour ce régal!
Lien : http://leslecturesdemaryline..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bad, tome 4 : Amour immortel
  20 novembre 2017
Bad, tome 4 : Amour immortel de Jay Crownover
d'après les critiques et le sujet Nassir est représenté comme un personnage très noir, le diable en personne, je n'ai pas ressenti ce côté tout au long de ma lecture.Ce livre est comme les précedents tomes un vrai plaisir à lire, même si je trouve les "accidents" un peu trop présents et trop faciles.

Le grand mystère et point noir de ce livre c'est tout simplement la fin. C'est quoi cette fin qui pause un problème mais qui le résolue pas du tout. A priori il y a pas de suite en plus donc cette série se fini vraiment mal, c'est baclé, très déçue de cettefin d'histoire.
Commenter  J’apprécie          00
Central Park
  20 novembre 2017
Central Park de Guillaume Musso
Un faux roman policier qui vire rapidement au roman psychologique et continue ensuite dans le melo avec une histoire d'amour. Le début promettait une bonne enquête sur tueur en série et puis s'enchaînent des situations abracadabranques, complètement irréalistes, et parfois absurdes. La rédaction avec des flash back interdit la fluidité de lecture, les citations en début des chapitres sont plus du remplissage car n'ont aucun intérêt.
Commenter  J’apprécie          10
Un loup pour l'homme
  20 novembre 2017
Un loup pour l'homme de Brigitte Giraud
« Un loup pour l’homme » est un roman à plusieurs personnages, Antoine, Lila, Oscar, et les évènements entre la France et l'Algérie. Cette guerre dans laquelle Antoine s’engage, juste au moment où Lila est enceinte de leur premier enfant.

Antoine est médecin, ce sera donc au service des autres qu’il agira puisque le voilà affecté comme infirmier à l’hôpital militaire de Sidi-Bel-Abbès. Là il va combattre les blessures des corps et celles des âmes, auprès de soldats anéantis par des combats.

Lila, n’en peut plus d’être séparée d’Antoine, alors sans plus attendre elle débarque en Algérie. Lila va faire sa place dans ce pays dont elle ignore tout avec beaucoup de courage et de ténacité.

Enfin, Oscar, blessé mutique auquel s’attache Antoine. Il est amputé d’une jambe et ne pourra plus jamais prendre sa place au domaine agricole de ses parents ni auprès de celle qui pourtant l’attend. Antoine s’émeut pour ce convalescent si différent, il va essayer de lui redonner gout à la vie, d’en faire un homme debout malgré son handicap.

L’auteur nous parle de la guerre dans ce qu’elle a de plus profond, les hommes, l’humanité, le désespoir, la souffrance et le désir, la vie, la mort. Brigitte Giraud est elle-même née à Sidi Bel Abbés, et il y a beaucoup d’elle ou plutôt de ses parents dans ce roman. Il y a surtout une belle écriture ciselée et poétique, à l’image de ces paysages d’Algérie qu’elle dépeint si bien, et qui dit les sentiments, la vie, la mort, les regrets et les remords, de façon aussi subtile, sans amertume, tout en émotion. Elle nous émeut par ce récit à hauteur d’homme, car la guerre, abstraite, est surtout une affaire d’humains, de relations, de foi en l’autre et de désenchantement.




Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1479 critiques

LeFigaro

1709 critiques

LeMonde

1575 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1565 critiques

Bibliobs

1264 critiques

LePoint

630 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3475 critiques

Telerama

2419 critiques

LaPresse

1654 critiques

LaLibreBe...

1032 critiques