AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Les Etincelles
  27 mai 2020
Les Etincelles de Julien Sandrel
Phoenix est une jeune femme de 23 ans et a perdu son père dans un accident de voiture en Colombie trois ans plus tôt, alors qu’il allait rejoindre sa prétendue maîtresse. Phoenix le déteste tout en faisant son deuil. Mais un jour, poussée par sa grand-mère, elle tente de se reconnecter à lui en fouillant dans ses vieilles affaires et fait une découverte surprenante. Elle découvre un message appelant à l’aide et une suite de caractères incompréhensibles. Accompagnée de son frère, Phoenix va alors chercher à comprendre de quoi il retourne et cela va la mener dans une quête de vérité sur la mort de son père.



J’ai été complètement conquise par ce troisième roman de Julien Sandrel et totalement surprise par cette lecture qui m’a passionnée. Une fois commencé ce livre, je ne l’ai plus lâché tant il est addictif et qu’il nous donne envie de connaître la vérité et savoir ce qu’il va se passer.



Sans vous en dire trop, l’auteur met ici en avant le sujet des lanceurs d’alerte dans le contexte d’un scandale phytosanitaire autour de l’utilisation d’un pesticide. La thématique mise en avant très actuelle et révoltante m’a permis de m’identifier aux personnages de Phoenix, César et Victor qui jouent tout ce qu’ils ont pour que justice soit faite.



La plume de l’auteur est toujours aussi agréable et non dénuée d’une pointe d’humour à certains moments. Je pense pouvoir dire qu’il fait maintenant partie de mes auteurs préférés !



Cela faisait un petit moment que je n’avais pas eu un tel coup de cœur ! Je suis ravie de cette lecture et je vous la recommande chaudement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
La délicatesse du homard
  27 mai 2020
La délicatesse du homard de Laure Manel
François est directeur d’un centre équestre en Bretagne et découvre un jour une femme inconsciente sur la plage. Il l’a ramène chez lui et la prend sous son aile afin qu’elle puisse se remettre sur pieds. La jeune femme dit s’appeler Elsa mais reste très mystérieuse. François et Elsa vont alors apprendre à s’apprivoiser et à panser leurs blessures.



Cette lecture a été mitigée et je dois dire que j’en sors même un peu déçue. Je pense que j’avais trop d’attentes et je n’ai malheureusement pas ressenti l’émotion dont tout le monde semble parler...



J’ai trouvé que ce roman se lisait facilement grâce à une écriture très fluide mais j’ai aussi eu un peu de mal à rentrer dedans car le rythme me paraissait un peu trop lent. Dès le départ, j’ai été assez intriguée par les drames vécus par les deux personnages mais dont on ne sait encore rien, et j’avais très envie de découvrir ces secrets. Puis en arrivant aux fameuses révélations, certaines ont sonné un peu faux à mon oreille avec une accumulation de drames qui m’a parue un peu irréaliste. Quant aux derniers chapitres, je m’attendais à quelque chose de vraiment bouleversant. C’était certes une jolie fin mais qui ne m’a malheureusement pas tant émue que ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Will et Will
  27 mai 2020
Will et Will de John Green
J'ai adoré ce livre qui représente bien la vie d'un adolescent a notre époque et qui nous fait traverser toutes sortes d'émotions même si la fin est previsible on a envie de continuer a lire
Commenter  J’apprécie          10
Les enfants  des Feuillantines
  27 mai 2020
Les enfants des Feuillantines de Garino Celia
Quelle famille, mais quelle famille !!!

Tellement dingue et tellement attachante.



Sept cousins, revenus vivre dans la maison de famille à mesure que les parents n'étaient plus en mesure de s’occuper d'eux, morts ou disparus. Leurs trois mères, triplées orphelines à huit ans, sont toutes devenues plus ou moins folles ou bizarres, et c'est Désiré, l'aînée des cousines, qui, à 24 ans, se voit attribuer la charge de cette famille inhabituelle. Ce qu'elle fait avec beaucoup d'énergie, beaucoup d'énervement, du plaisir aussi souvent, mais parfois un peu la nostalgie de la vie qu’elle devrait avoir à son âge, plus de copains, plus de sorties, peut-être même un travail.

Chacun a ses soucis et ses tristesses, les adolescents essayent de se faire une place, les plus petits assumant aussi difficilement le manque de parents.

Sans oublier le cochon nain, le lapin bélier, le perroquet et les cinq bébés chats... Et Granny, l'arrière-grand-mère. J'ai pensé au début qu’elle aidait un peu Désirée. Avant de lire son âge ... 106 ans !



Un peu de mal à parler de ce roman, qui est une chronique de la vie de la famille, même si cette famille est très atypique. Il y a donc beaucoup de sujets abordés, comme dans la vraie vie. Le harcèlement scolaire, l'amour, la difficulté de celle qui remplace la mère de famille à gérer tout le monde, les courses, les sorties d'école, les repas. Le grand âge et les tout-petits, l'amitié et la jalousie, l'ami imaginaire, la folie et l'hérédité, l'école, le sport, l'adolescence, etc.



Au départ, ça m'a un peu rappelé les 4 soeurs de Malika Ferdjoukh. Le côté vieille maison et la soeur qui s’occupe de tous. Sauf qu'ici, c'est bien plus qu'une fratrie, et l’histoire familiale est vraiment pire.

Ça n'empêche pas de sourire souvent aux mésaventures de cette drôle de famille.

Car l'histoire n'est en principe pas drôle du tout, que de malheurs dans cette famille, que de situations difficiles. Mais il y a aussi tant de vie, d'humour, d'inattendu, qu'on sourit presque tout le temps.

Des dons culinaires de certains à la pitchoune qui creuse jusqu'en Californie, en, passant (surtout) par les animaux familiers assez inattendus.



Le sujet du harcèlement scolaire n'est pas classique car vu aussi du côté de la harceleuse, elle-même harcelée. J'ai trouvé très tristes ces passages, car comme trop souvent, aucun adulte ne semble en prendre conscience. Le collège est apparemment une zone de non droit. Et comme on le retrouve souvent dans les romans, je crains qu'il n'y ait hélas une grosse part de vérité. Et je lis ça difficilement. Certainement parce que je m'inquiète pour mes petits-enfants et les jeunes générations. Cette maltraitance, et le fait qu'en général, ce sont les plus fragiles, donc ceux harcelés, qui se font punir quand ils finissent par se révolter.



Je voudrais vous raconter encore tellement de choses au sujet de ce roman, si riche, si tendre et émouvant, si drôle aussi.

Je me demande s'il y aura une suite, c'est un peu dur d'abandonner les personnages, si attachants et qui vivent des moments pas faciles.



Décidément, Exprim' a des familles vraiment surprenantes, et/ou des parents souvent pas à la hauteur. Mais les romans de la collection, eux, sont toujours à la hauteur, toujours un bonheur de lecture.

Un excellent roman ado, apprécié aussi des adultes, et qui à mon avis peut même être lu par les plus jeunes.

Avec, comme toujours dans la collection, une bande-son extrêmement variée.


Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Les petits secrets d'Emma
  27 mai 2020
Les petits secrets d'Emma de Sophie Kinsella
Un très chouette livre. Il se lit rapidement et permet de passer un très bon moment de détente et de rire intégré dans une belle histoire plutôt originale. Les différents personnages sont tous très intéressants, avec chacun leurs histoires et leur intérêt.

Bref, une lecture très agréable que je ne peux que vous recommander !
Commenter  J’apprécie          10
Danser, encore
  27 mai 2020
Danser, encore de Julie de Lestrange
J'avais beaucoup aimé "hier encore c'était l'été", j'ai donc eu plaisir à retrouver Alexandre Marco Sophie et les autres dans ce roman "danser encore".

Il ne faut pas, malgré le titre et la chouette couverture du livre de poche, s'attendre à faire la fête, ce n'était d'ailleurs déjà pas le cas dans le premier roman de Julie Lestrange. Un drame vient bouleverser la vie déjà peu clémente de tout ce petit monde. La vraisemblance des situations, des relations, amène le lecteur à vivre l'histoire.

Ce qui m'a un peu dérangé, en revanche et que je ne me rappelle pas avoir lu dans le premier roman, ce sont les petites phrases "conseils" à la limite du développement personnel, mais l'ensemble reste agréable à lire et malgré les thèmes graves aborder, ce roman garde une certaine légèreté, une fraîcheur qui fait du bien.
Commenter  J’apprécie          100
La Disparition de Stephanie Mailer
  27 mai 2020
La Disparition de Stephanie Mailer de Joël Dicker
Bon j’avoue je n’ai lu que 13% de ce truc. En résumé c’est mal écrit, c’est d’une pauvreté littéraire affligeante. A tel point que c’est pénible et personnellement je m’en fiche de l’intrigue et de Stéphanie ... Vraiment je suis rarement tombée sur ce genre de navets ( je ne lis pas si souvent que ça ) mais vraiment Joël Dicker non , je ne peux pas

Je vais donc arrêter de perdre mon temps ; et aller voir s’il y’a autre chose d’interessant sur Amazon . La vie est trop courte pour manger de la mauvaise bouffe ou lire des livres pauvres et mal écrits
Commenter  J’apprécie          00
Et tu trouveras le trésor qui dort en toi
  27 mai 2020
Et tu trouveras le trésor qui dort en toi de Laurent Gounelle
ma bible
Commenter  J’apprécie          00
Cariña
  27 mai 2020
Cariña de Alex H.S.
Tomber amoureux n'est jamais simple. Mais quand une frontière et la minorité d'une partie du couple entrent en ligne de compte, autant dire qu'il y a peu de chance pour que ça se termine bien.

Pourtant ils s'aiment. Au point même qu'être séparés est une déchirure.

Pour cette raison, Elio demande à Amandine de l'oublier. La blague ! Qui oublierait son premier amour ? Perso, pas moi et pourtant, il date !

Les remords d'Elio autant que son geste sont compréhensibles et pourtant qu'est-ce que j'ai pu avoir envie de le gifler ! Pour un retour dans le passé plein d'émotions et un présent propice à construire un avenir, voici un joli conte de fées sans prince ni princesse. Il n'y a même pas de fée ! 😁

Commenter  J’apprécie          10
La Deuxième Femme
  27 mai 2020
La Deuxième Femme de Louise Mey
La deuxième femme - Louise Mey : en librairie depuis le 15 janvier 2020 !



Sandrine ne s'aime pas. Elle trouve son corps trop gros, son visage trop fade. Timide, mal à l'aise, elle bafouille quand on hausse la voix, reste muette durant les déjeuners entre collègues.

Mais plus rien de cela ne compte le jour où elle rencontre son homme, et qu'il lui fait une place. Une place dans sa maison, auprès de son fils, sa maison où il manque une femme. La première. Elle a disparu, est est présumée morte, et Sandrine, discrète, aimante, reconnaissante, se glisse dans cette absence, fait de son mieux pour redonner le sourire au mari endeuillé et au petit Mathias.

Mais ce n'est pas son fils, ce n'est pas son homme, la première femme était là avant, la première femme était là d'abord. Et le jour où elle réapparaît, vivante, le monde de Sandrine s'écroule.



Un roman noir d'une tension psychologique redoutable sur l'emprise et les mécanismes de la violence.



La deuxième femme est dans la sélection du Prix Landerneau 2020



«C’est un coup de génie que réalise Louise Mey avec La Deuxième Femme, l’un de ses romans les plus puissants de cette rentrée de janvier». Causette





«Une jeune auteure à suivre» ELLE



«Féministe, écrivaine, et auteure attachée aux rapports que les femmes entretiennent avec leur corps, elle décortique dans ses romans, avec une terrible acuité, les mécanismes psychologiques de la violence». Marie Claire



«En nous plongeant dans le mécanisme vertigineux de l’emprise morale, Louise Mey signe un thriller psychologique important et palpitant». Télé 7 Jours



«Avec un style incisif, cette jeune auteure de romans noirs aborde la violence conjugale à travers une plongée dans le mécanisme de l’emprise. Vertigineux !» Version Femina



«Bouleversant. (...) Un roman engagé sur l'emprise et la violence conjugales». Ici Paris



«Un roman sombre et douloureux qui aborde avec force des thèmes aussi noirs que la violence, l’emprise et la manipulation». Vaucluse Matin



«Au-delà du simple thriller, un roman qui parle du corps des femmes et des violences conjugales». Femmes d’aujourd’hui



Un livre d'actualité, un livre à lire par toutes les femmes (mais aussi par les hommes) ! Un ouvrage bouleversant, dès les premières pages j'ai été happée par cette histoire et je ne pouvais plus lâcher, m'arrêter de lire. J'en avais des frissons. Incroyable cette histoire... Lisez-le ! Waouh ! Courage à toutes les femmes qui se retrouvent dans des situations similaires...



Un livre dont on ne sort pas indemme, un livre qui marque, dont je vais me souvenir ! Je l'avais repéré dès sa sortie en librairie et annoncé par la maison d'édition sur les réseaux sociaux. C'est vraiment un roman noir d'une tension psychologique redoutable sur l'emprise et les mécanismes de la violence.



Louise Mey vit à Paris. Autrice de roman noir (Les Ravagé(e)s, Les Hordes invisibles) et de thriller (Embruns), elle a également écrit pour le théâtre une pièce sur les règles (Chattologie - Courte conférence en gestion des flux) et des ouvrages pour la jeunesse (Le Jour du vélo rouge, Kara - Coquillettes et Crustacés, La Sans-Visage).
Lien : http://binchy.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le Dernier Souffle, tome 1 : Le Don
  27 mai 2020
Le Dernier Souffle, tome 1 : Le Don de Fiona McIntosh
Ça a été une excellente lecture. D'abord petit point négatif, quelques éléments qui m'ont fait lever les yeux au ciel : par exemple, le fait de rabaisser la gent féminine en général pour mettre en avant les personnages féminins importants et démontrer à quel point elles sont exceptionnelles, schéma que l'on ne retrouve absolument pas pour les personnages masculins. Mais une fois passer outre ces petits détails j'ai passé un excellent moment de lecture. Une fantasy comme je les aime : personnages attachants, certains détestables, des complots, de la manipulation, du sang, de la loyauté, de la trahison, de la haine, de l'amitié, de la magie et j'en passe. L'autrice n'hésite pas à tuer ou torturer ses personnages et c'est quelque chose que j'aime en fantasy, même si ça peut me briser le cœur. C'est un roman où l'action ne manque pas, je peux vous assurez que vous n'aurez pas le temps de vous ennuyer !
Lien : HTTPS://WWW.INSTAGRAM.COM/LE..
Commenter  J’apprécie          10
Or, encens et poussière
  27 mai 2020
Or, encens et poussière de Valerio Varesi
Soneri est de retour, dé-confiné !

Soneri, commissaire de son état dans sa bonne vieille ville de Parme ne sait plus où donner de la tête.



D’abord, alors qu’un épais brouillard recouvre Parme, on retrouve non loin d’un camp de Roumains, le cadavre brûlé d’une femme.



Puis dans un bus venant de Roumanie, c’est un vieux que l’on retrouve au fond, raide mort.



Enfin, et surtout, Soneri est jaloux comme un pou. Angela, son amoureuse, qui prend un malin plaisir à se faire désirer, a un amant…Soneri veut connaître son rival, forcément !



Ce sont ces trois « dossiers » qui vont donc occuper Soneri, quand il n’est pas attablé dans son restaurant fétiche, à déguster la fabuleuse cuisine locale, arrosée comme il se doit d’une bonne bouteille, il va sans dire. D’autant que Soneri, y rencontre souvent un vieil aristo fauché au comportement pour le moins original.



C’est toujours un plaisir que de retrouver Soneri et de découvrir en sa compagnie, Parme, même sous un brouillard épais et persistant qui donne ainsi une étrange atmosphère, limite fantomatique, à cette ville que Soneri peine à reconnaître tant elle change au fil du temps.



J’aime le côté très humain de Soneri, qui dans cet opus laisse voir à tous sa fragilité sentimentale, sa phobie de l’abandon, son côté petit garçon en opposition avec le commissaire expérimenté et méthodique à qui rien ni personne ne résiste.



C’est toujours avec regret que l’on quitte Soneri dans l’attente de ses nouvelles aventures. Mais, comme j’ai plus d’un tour dans mon sac, j’ai gardé au chaud un petit dernier pour la route !




Lien : https://leblogdemimipinson.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sur ma mère
  27 mai 2020
Sur ma mère de Tahar Ben Jelloun
C’est l’histoire de sa mère que Tahar Ben Jelloun nous raconte dans ce très beau roman. Atteinte de la maladie d’Alzheimer, sa mémoire défaillante l’a replongée, pendant les derniers mois de sa vie, dans son passé et son enfance des années trente et quarante dans la ville de Fès. Elle se confiait à lui on racontant son premier mariage, puis devenait soudain une petite fille, tout en confondant les membres sa famille, le présent et le passé. Tahar Ben Jelloun ne connaissait rien de son passé, et sa maladie lui a permit de reconstituer sa vie sous une forme romanesque, où le récit est composé entre son enfance et sa défaillance du présent. De temps à autre, l’auteur revient à sa propre enfance vécue à Fès, à son exil en France des années soixante-dix, et de ses allés retours entre Paris et Tanger où résidait sa mère.



Je peux vous dire que c’était un coup de cœur pour moi car j’étais très touché par cette lecture. Par sa belle plume, Tahar Ben Jelloun m’a fait sentir de fortes émotions. Au fil des pages, J’ai compris de l’importance des parents dans notre vie. A un moment de lecture, j’ai eu un sentiment que c’était ma mère aussi. J’étais très affecté à elle à tel point que j’ai eu les larmes aux yeux, surtout quand elle passait par ses moments de dérives et de perte des repères. Tahar Ben Jelloun avait un lien fort et très affectif avec sa mère, et c’est ce que j’ai senti dans l’histoire. Un roman très touchant qui porte un grand hommage à toutes les mères du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Girlhood
  27 mai 2020
Girlhood de Cat Clarke
C'était le premier livre de Cat Clarke que je découvrais, et j'ai adoré le style de cette auteure !

J'ai beaucoup aimé l'idée du pensionnat, ça m'a fait découvrir cet "univers" qui m'a toujours fascinée. Comme Harper, je trouvais que c'était merveilleux de opuvoir vivre avec ses amies 24h/24, 7j/7. Maintenant que j'y pense, avec le recul et après avoir lu ce livre, je comprends à quel point ça peut parfois être pesant ou problématique.

J'ai adoré les personnages, surtout Rowan et Ama. J'ai moins aimé Kirsty et Lily, la première me paraissait trop manipulatrice dès le début, et la deuxième trop superficielle. Pour ce qui est de Harper, j'ai bien aimé son histoire, j'ai aimé la façon dont son histoire était expliquée. Mais je l'ai trouvée un peu naïve... Parfois il lui arrive des trucs qui sautaient aux yeux depuis un bon moment, mais elle ne voyait pas plus loin que le bout de son nez.

J'ai beaucoup aimé la façon dont les thèmes importants étaient abordés : le deuil, la culpabilité, l'amitié, la trahison...

En bref, j'ai adoré ma lecture, même si la naïveté de Harper m'a un peu agacée à certains moments
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bram Stoker Dracula
  27 mai 2020
Bram Stoker Dracula de Georges Bess
Coup de cœur pour cette BD qui a reçu plusieurs prix, dont un Prix Imaginales.



Contrairement à ce qu'on voit souvent, l'histoire du vampire le plus célèbre de la littérature n'est pas ici adaptée, modifiée. On retrouve vraiment la trame du roman de Bram Stoker. Et c'est une vraie réussite, parce qu'on redécouvre avec plaisir ce grand classique et on se laisse emporter par cette intrigue qu'on pensait tellement bien connaître. Mais le vrai coup de génie de cette BD, ce sont les dessins. Une réussite absolue ! Ces dessins au feutre, uniquement en noir et blanc, illustrent à la perfection cette histoire sombre, gothique, fantastique. Ils apportent une plus-value extraordinaire et vous plongent totalement dans cette ambiance oppressante, inquiétante.

Un vrai coup de cœur ♥️ !
Commenter  J’apprécie          30
La fiancée d'Achille
  27 mai 2020
La fiancée d'Achille de Alki Zeï
En Europe, la guerre civile grecque fait partie des sujets peu connus – cachés sous le tapis, pourrait-on dire. On en avait décidé ainsi à Yalta. Staline voulait la Yougoslavie dans sa sphère d’influence, et Churchill la Grèce. Que les aspirations de ces deux pays soient inverses n’était pas un sujet. En Yougoslavie, les tchetniks furent donc accusés de collusion avec les fascistes et exterminés par l’armée Rouge. En Grèce, la résistance communiste, qui bénéficiait d’un large soutien populaire (et même de celui de l’église orthodoxe !) se retrouva à affronter les troupes anglaises.



Hélène, jeune et enthousiaste résistante, est l’une de ses innombrables agents de liaison qui prirent tant de risques pour si peu de gloire. Elle croit vivre un rêve quand le bel Achille, le chef de section, celui qui fait rêver toutes les jeunes filles, lui demande de l’épouser… Mais le rêve se transforme en cauchemar. A l’occupation nazie succède une guerre civile sanglante, impitoyable, absurde. Une police toute aussi impitoyable que la Gestapo traque les réseaux communistes dans Athènes. Vaincus, quelques milliers de communistes grecs fuient en exil en URSS, où on les expédie au fin fond de l’Ouzbékistan. Hélène est parmi eux. Au milieu des champs de coton à perte de vue, confiné dans l’ennui, les rancœurs et les luttes de pouvoir s’exacerbent…



Alki Zei, un peu abusivement étiquetée « écrivain jeunesse » est l’auteur d’une bonne part des rares témoignages sur la Grèce des années 1930 – 1950. Une période mal connue, voir ignorée en France ; une plume prenante et facile à lire. Il y a peu d’auteur que j’aimerais autant voir plus connu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
A comme Association, Tome 3 : L'étoffe fragil..
  27 mai 2020
A comme Association, Tome 3 : L'étoffe fragile du monde de Erik L'Homme
Après un second tome de A comme Association centré sur Ombe, on retrouve Jasper dans L’étoffe fragile du monde. Convaincu que sa collègue est en danger, il se précipite à son secours, mais ses plans sont contrariés par une rencontre inattendue.



Étonnamment, Jasper m’a paru beaucoup moins insupportable que dans le premier tome de la saga. J’ignore si c’est son caractère qui s’est amélioré, si je m’y suis juste habituée ou si c’est le fait d’avoir encore plus détesté Ombe qui me pousse à reconsidérer mon inimitié pour lui, mais en tout cas, il ne m’a pas vraiment dérangée, cette fois.



En revanche, l’univers qui m’intriguait tant dans les deux livres précédents m’a beaucoup déçue. Je le trouvais prometteur, parce que je l’imaginais très riche, au lieu de quoi ce roman m’a fait l’effet d’être un écho des Limites obscures de la magie. On y retrouve le troll Erglug, on y retrouve le mage Siyah… Rien de bien nouveau sous le soleil, après l’aventure d’Ombe, à ceci près que c’est au tour de Jasper de se confronter à eux.



Même si j’ai été heureuse de revoir Erglug, que je trouvais déjà sympathique dans le second tome, et de faire la connaissance de sa sœur, la directe Arglaë, j’ai l’impression que l’univers se restreint plutôt que de s’étoffer. Ce livre ne m’a pas paru apporter quoi que ce soit de nouveau, ce qui est d’autant plus frustrant quand on sait qu’il n’y en a que huit en tout et qu’ils sont relativement courts.



Autre point qui accentue ce sentiment « d’étroitesse », Jasper et Ombe me donnent l’air d’être les seuls membres actifs de l’Association. J’ai beau savoir que ce n’est pas le cas, ils sont vite renvoyés en mission (au mépris des punitions), à croire que personne d’autre n’est disponible, ils se téléphonent mutuellement mais n’appellent jamais d’autres agents (à l’exception de ceux du bureau)…



Enfin, je n’ai pas non plus apprécié la manière dont se déroulent les évènements de ce tome. On commence avec un Jasper inquiet pour une Ombe potentiellement en danger, et ensuite, on part sur quelque chose de complètement différent. Un quelque chose qui implique d’ailleurs un détour (à la pertinence discutable dans le contexte) par une fête.



C’est donc avec une opinion renversée que j’ai conclu ce livre. Jasper ne me gêne plus vraiment, mais l’univers me laisse désormais perplexe. Je l’imaginais vaste, or j’ai trouvé qu’il piétinait, en l’occurrence. J’espère que le tome suivant me fera de nouveau réviser mon avis.
Lien : https://leslecturesdecyrligh..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Timide
  27 mai 2020
Timide de Sarah Morant
[littérature jeunesse à mettre entre toutes les mains de 14 à 17 ans]



Est-ce de l'amour ou de l'amitié ? La jeune Sarah Morant, du haut de ses 14 ans lorsqu'elle publie ce roman, tente d'apporter son éclairage à cette éternelle question.



A travers les trois principaux personnages et leurs différents points de vue on découvre au fil des chapitres que, comme dans la relation amoureuse, l'amitié peut revêtir un caractère exclusif. la jeune autrice y aborde également les notions très importantes de confiance ; mais aussi l'écoute, la bienveillance, l'aide, la confidentialité, la protection, la projection sur l'autre, l'envie d'être ensemble, et la complicité.



Mais au-delà de cette question, le roman aborde avec brio d'autres thèmes auxquels de nombreux adolescents pourront être sensibles : la timidité maladive, le harcèlement, le deuil face à la perte d'un être cher, la famille



On peut être gêné par la lovestory à l'américaine, par les clichés sur les badboys ou par l'épilogue pas forcement utile mais on ne peut qu'être séduit par l'écriture.... même si on n'est plus un ado depuis très longtemps !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le choix d'une femme libre
  27 mai 2020
Le choix d'une femme libre de Françoise Bourdin
c'est le premier avec lequel j'ai découvert l'auteur je recommande
Commenter  J’apprécie          00
L'inconnue de Peyrolles
  27 mai 2020
L'inconnue de Peyrolles de Françoise Bourdin
je l'ai commencé et direct j'ai envie de plus le lâcher
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

2494 critiques

LeFigaro

2365 critiques

LeMonde

2823 critiques

Lhumanite

511 critiques

Liberation

2130 critiques

Bibliobs

1603 critiques

LePoint

874 critiques

LesEchos

987 critiques

Lexpress

3972 critiques

Telerama

2714 critiques

LaPresse

2078 critiques

LaLibreBe...

1338 critiques