AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Dernières critiques /RSS

Challah la danse

L'histoire
Chemin des brigands logent dix familles, la plupart issues du Maghreb, dans un lotissement ouvrier bâti à côté d’une usine de textile. En marge du village, de ses bars, de son église, de sa ferme et de son lama, voici leur histoire. On s’attache à Bassou, fils chéri de Lalla, qui grandit sans trouver sa place au bourg ni chez ses cousins de banlieue, ainsi qu’au clan des filles, Olfa et Jihane en tête, dans leurs velléités d’émancipation des mœurs familiales et d’intégration à la grande ville. Ce roman vrai d’un micro quartier populaire, de la dimension du mythe, se lit comme une enquête, avec tous les éléments de l’harmonie comme de la discorde, sans que ses habitants, confrontés au miroir social, ne sachent jamais s’ils sont des brigands ou des perdants. Un hymne à la joie, musical et charnel.

Mon avis
Dans ce roman, il y a la tendresse des livres de Pagnol, l'écriture émerveillée d'Olivier Bourdeaut, le goût du bonheur et de l'enfance de Mathias Malzieu. Pour pimenter la vie quotidienne des habitants du lotissement, il y a la musique, la cuisine et la promiscuité.
Le ton est léger ponctué d'une touche de mélancolie. Au fil des pages, on prends une grande bouffée d'air frais parfumé des odeurs de l'usine à textile. C'est allègre et vivant. Tout en étant aussi terriblement triste et mortifère. Un feu d'artifice d'émotions.
Je remercie Babelio qui m'a fait découvrir cette pépite littéraire
Commenter  J’apprécie          00
Ranger Blade, le mec de la porte d'à côté, tome 2

J'ai lu du 09/07/2024 au 12/07/2024.

J'ai décidé de vous donner mon avis sur la duologie en une seule fois. J'ai tout lu d'une traite comme je suis malade, cela m'a permis de ne pas connaître de coupures ou autre. J'ai eu un petit coup de cœur pour cette duologie.
J'ai beaucoup aimé la plume de Sally P. Jones riche en émotions. Elle a le don de nous charger d'ambiance en l'espace de quelques mots pour nous faire vivre des émotions qui nous prennent aux tripes. On sourit, on désespère, on revit, on se démotive mais on vit tout simplement.
Nous avons une intrigue prenante, riche en émotions. L'autrice n'a de cesse de me surprendre par les rebondissements, les thèmes percutants et forts. Les deux tomes suivent une évolution cohérente et agréable avec des protagonistes qui s'ouvrent aux autres, qui deviennent joyeux et positifs. J'adore !
Nous avons donc des protagonistes complexes avec une psychologie très développée. J'ai apprécié voir les multiples facettes de chacun et assister à leur évolution indépendamment et en tant que couple. Je me suis attachée aux personnages, j'ai vibré avec eux, je me suis énervée ou bien ri.

Pour conclure, j'ai eu un petit coup de cœur pour cette duologie. J'ai été séduite par la plume de l'autrice mais je suis davantage séduite par son intrigue vivante, riche en rebondissements avec beaucoup d'émotions. Les protagonistes mettent en avant les thèmes percutants, leur humanité avec leurs forces et leurs faiblesses. Je vous recommande de lire sans plus tarder cette duologie qui est une Dark Romance.

Ma note : 9/10
Commenter  J’apprécie          00
Fludd

Nord de l’Angleterre à l’aube les années soixante, l’abbé Angwin est le curé, catholique, de Fetherhoughton et s’accommode du paganisme de ses ouailles. Il dit la messe en latin, ne se préoccupant pas de savoir si les fidèles comprennent tout. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’au jour où l’évêque, prisant la modernité du souffle des sixties, lui ordonne d’abandonner le latin pour ses messes, d’utiliser la langue vernaculaire et surtout de se débarrasser des multiples statues de l’église, pour ne conserver que l’essentiel. Si Angwin ne se plie pas aux injonctions, l’évêché lui enverra un vicaire missionné pour rénover les pratiques religieuses dans ce soin perdu. Commence alors un remue-ménage homérique autour de l’édifice religieux, entraînant la Confrérie des Hommes et Angwin dans sauvegarde du statuaire en l’enterrant dans le cimétière. Une fois les « tombes » refermées, tout le monde pense être enfin tranquille et continuer de vivre comme il a toujours vécu. Sauf que l’arrivée d’un vicaire, jeune et bien de sa personne, un certain Fludd, sorti de nulle part, fera bouger les lignes. Aussi surprenant qu’étrange, il déstabilise la petite communauté catholique par le malaise, léger mais durable, qu’il installe. Il y a comme une fugace odeur de souffre sur son passage, un peu à l’image de son homonyme, Robert Fludd, rosicrucien, médecin de profession, physicien, astrologue et alchimiste anglais de la fin du XVIè siècle. Et si le Malin était à Fetherhoughton ?

Nombreux sont les indices prouvant que le vicaire Fludd est tout sauf un simple vicaire convoqué par l’évêque : le verre de vin ou de whisky, l’assiette qui ne se vident jamais, son talent à surgir sans bruit annonciateur ou à découvrir les secrets les plus enfouis. Petit à petit, Fludd gagne la confiance de tous, portant sur chacun un regard bienveillant et compréhensif… sauf sur Mère Perpétue, harpie en cornette et empêcheuse de curé à vivre sa vie de curé blasé et tolérant. Sans en avoir l’air, Fludd, bouleversera la vie du village pour mieux la conforter dans sa léthargie, permettra à Soeur Philomène de prendre la meilleure décision de sa vie et renverra dans les cordes la Mère supérieure.

Le roman est étrange car le fil conducteur est loin d’être explicite. Certes il y a une critique de la religion catholique, un regard caustique sur la société rurale anglaise, au nord de Manchester. J’ai hésité entre lire un conte décalé et un roman extravagant. Je crois que « Fludd » tient beaucoup des deux. Je ne possède pas toutes les clefs pour saisir la quintessence humoristique de l’histoire, cependant j’ai suivi avec le sourire la progression de l’intrigue qui invite à une réflexion sur la foi. Quelle est-elle ? Comment vient-elle à soi ? Dure-t-elle toujours ou est-il possible de la perdre ? Et lorsqu’on la perd, peut-on la retrouver ? La foi est-elle inhérente à l’endroit où l’on naît ? Soeur Philomène est catholique parce que irlandaise et qu’elle ne se pose pas la question de savoir si elle a été vraiment appelée à prendre le voile. L’autrice brocarde la catholicisme dont il est plus facile de souligner les travers : la rigidité du dogme, la lente acceptation de la modernité, les couvents, les cloîtres où le despotisme fait souffrir autrui. Fludd est entouré de mystère et auréolé de soufre, ce qui attesterait de sa condition diabolique. Mais, au-delà de cela, il est le révélateur du ridicule institutionnel qui veut changer des rites immuables en légiférant parce qu’il faut « être de son temps ». Est-ce le meilleur moyen pour se faire entendre dans les campagnes reculées à la fin des années cinquante et à l’aube des sixties ? L’abbé Angwin en doute, le vicaire Fludd remettra l’église au milieu du village. L’éducation, l’ouverture vers l’autre et l’ailleurs seront plus efficaces pour ôter la croûte des supersticions et permettre à tout un chacun d’exercer son libre arbitre.

« Fludd » d’Hilary Mantel est un roman déroutant et pourtant j’ai eu envie de le lire jusqu’au bout tant son autrice a su emmener dans son sillage la lectrice que je suis. Une très jolie découverte.

Traduit de l’anglais par Maurice Pagnoux
Lien : https://chatperlitpopette.wo..
Commenter  J’apprécie          00
Métro Paris 2033, tome 1 : Rive gauche

Lecture décevant, pour vous dire, je ne l'ai même pas fini (je me suis arrêté au quart.) j'ai été déçu

1)Le respect de l'univers
Rien ne vas , on est dans un monde post apocalyptique mais quasiment aucun danger ni même de radiation il sont inexistant surtout sur le faite que le metro parisien nest pas fait pour supporterles radiation , dans le métro 2033 rien que traverser 500 mètres était mortel dans les lignes métropolitains de Moscou mais dans Paris 2033 on se demande si il y a eu une attaque nucléaire de plus les mutations non aucun sens car normalement on est environ 20 ans après les attaque d'où 2033 (pas 2033 car il y avait 2033 personnes à s'être refusiez) donc pas possible d'avoir autant de mutations sans compter que on ne retrouve pas se manque de place de métro 2033 surtout comparé à la taille du métro français (je veux bien prendre en compte que cest peut plus de 20 mais meme ça respecte lunivers metro ) il y a aussi ni illettrisme au bout de 20 ans je veux bien mais pour moi le pire c'est la surface qui brûle (n'ayant pas fini le livre, je ne sais s'il est si hostile, mais pour le peu que j'ai lut avec l'élévation ça me semble plus être un four qu'autre chose)des gens mais cela va en contradiction avec le tome 3 de métro 2033 car si je m'abuse on nous dit qu'il y a des transmission (plus précisément de la musique) venant de Paris , Londres,etc alors que la on dirait qu'il y a eu 100 fois plus de bombe que sur Moscou qui est illogique sans compter que meme Moscou tu peux sortir dehors sans bruler vivant.

2)l'histoire
N'ayant pas fini le livre, je ne connais pas les aboutissants, mais ce n'est pas exceptionnel, on dirait que l'auteur a essayé de reproduire le tome 2 de métro 2033 avec plusieurs personnes séparés qui se rejoignent, mais c'est mal écrit, il n'y a pas de tension littéraire ou même celle que l'on pouvait ressentir dans le métro 2033

2) Personnages
Aucun intéressant
- Le conservateur parle pour ne rien dire pas à la hauteur des problèmes moraux d'Artyom
- la dirigeante un personnage creux qui est juste une obsédé, je ne lis pas un métro pour des histoires sexuelles
-les deux adolescents sûrement les mieux écrits même s'ils sont sans beaucoup de profondeur et surtout pas exploiter comme l'univers

Conclusion : Je déconseille de lire le livre autant pour les fans de métro 2033 que pour les fans de SF, car l'univers est vide, pour moi. L'auteur a gâché le potentiel d'un métro Paris 2033 et des nouvelles perspectives.
Commenter  J’apprécie          00
Le Déversoir

La poésie, je l'avais oubliée. Je croyais l'avoir oubliée. Mais elle m'est revenue. Sous la forme de ce recueil trouvé au hasard parmi les rayonnages de la médiathèque, qui ne pouvait pas mieux tomber entre les mains d'une ancienne amoureuse du surréalisme.

Ce sont des fulgurances, qui parfois déclenchent un interrupteur intime, parfois non, mais lorsque c'est le cas, quel bouleversement... Dans tous les cas, la musique des mots m'a bercée à travers les songes de l'auteur, parfois trop citadins à mon goût, mais rien de très surprenant pour un héritier des surréalistes qui affectionnaient les déambulations urbaines pour provoquer le jaillissement poétique.

Après ce nouveau baptême, me voilà prête à découvrir d'autres plumes, merci Arthur Teboul, pour m'avoir de nouveau ouvert le cœur à cet art.
Commenter  J’apprécie          00
Le pacte d'Avril

Dans ce roman nous partons à la rencontre d’Avril qui fête ses 35 ans. En soufflant ses bougies, elle se souvient du pacte qu’elle avait passé avec Jean, son ex-petit ami : se retrouver à leurs 35 ans si aucun des deux n’a trouvé l’amour.
Va-t-elle reprendre contact avec son ex ou repartir sur de nouvelles bases ?

Ce roman était dans ma PAL depuis très (trop) longtemps. C’est le premier roman de Sophie Astrabie mais c’est le quatrième que je lis.

J’ai dévoré ce livre en moins de 24h : l’histoire, les chapitres courts et la jolie plume de Sophie bourrée d’humour et d’humilité y sont pour beaucoup.

En ouvrant ce livre, je m’attendais à découvrir une « simple » histoire d’amour mais ce roman c’est bien plus que ça.
C’est une quête de soi. C’est une histoire qui fait écho à la vie, la vraie sans artifices le tout porté par des personnages profondément humains et attachants.

Un roman sur la quête du bonheur qui nous pousse à réfléchir sur notre conception de voir la vie. Si ce n’est pas déjà fait je vous invite à découvrir la plume de Sophie au plus vite !!!
Commenter  J’apprécie          00
Lettre au père

Les darons autrichien du 19ème ont un problème avec l'éducation de leurs fils je crois.........................................................................................................................................................................................................................
Commenter  J’apprécie          00
Le comte de Monte-Cristo, tome 3

Le Comte de Monte Crito s'est installé à Paris et Auteuil et les premiers effets de sa vengeance commencent à se mettre en place.
Somptueux, éblouissant, Danglars petit à petit court vers la ruine, Morcerf va à la rencontre de son destin s'en s'en douter, chez les Villefort les morts s'accumulent, Andrea fait le joli cœur avant de redevenir un assassin.
Plus qu'un tome avant "attendre et esperer"
Commenter  J’apprécie          00
Le chat du bibliothécaire, tome 1 : Succès mortel

Belle découverte, moi qui suis une fan des cosy mystery et amoureuse des chats. L'auteur, Miranda James est un homme , américain mais très british pour son roman .
C'est un roman policier intemporel, il y a bien un mort dans cette histoire, mais l'assassiné le méritait presque...
Un archiviste et non bibliothécaire que suit un énorme Main coon comme un toutou mène sa petite enquête en parallèle avec la police.
C'est cool, pas d'hémoglobine, pas de perversité. Le chat, Diesel, est bien mis en évidence. Et aussi, on découvre le sud des Etats-Unis. Bonne lecture.
.
Commenter  J’apprécie          00
Condamné à vivre

C’est l’histoire d’un homme âgé qui est contraint de quitter sa résidence pour aller vivre dans une maison de retraite, après qu’une solution familiale a été envisagée.

Il aurait aimé être accueilli chez son fils aîné, mais sa femme ne le veut pas. Son second enfant souhaite simplement toucher l’héritage, quant à sa fille, son mari souhaite également toucher l’héritage.

Alors qu’il essaie de s’habituer à cette nouvelle vie à l’EHPAD, loin de ses repères, un élément perturbateur arrive : Didier Viperin, le nouvel animateur de la structure. Un homme qui n’hésite pas à bousculer psychologiquement les résidents, avec des propos plus que limites. Les résidents n’auront d’autre choix que de se lier, pour lutter ensemble contre lui.

J’ai vraiment aimé ce roman qui aborde des sujets de société avec justesse. Il reflète bien la réalité, ce que peuvent ressentir les différentes personnes dans la vie courante. On peut tous reconnaître, dans les personnages, une personne plus ou moins proche de notre entourage ou une situation déjà vécue.

Les chapitres alternent entre le point de vue de la famille et celui de la personne âgée.

J’ai lu ce livre quasiment d’une traite. Il n’est pas très long, mais m’a fait passer un très bon moment de lecture.

Il se dégage une certaine sensibilité de la plume. La thématique des personnes âgées me touche beaucoup, et cela n’a pas manqué avec ce livre.

Si certains passages sont plus pesants de par leurs sujets, il n’empêche que ce n’est pas une lecture qui m’a plombée. 😉

Très belle découverte avec ce livre que je vous conseille.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          00
Les chroniques des vampires, tome 4 : Le vo..

L'intrigue est intéressante, intriguante, cocasse par moments. On retrouve Lestat, un personnage extravagant que j'ai appris à aimer et dont j'apprécie comme personnage principal. Pourtant, ce tome-ci me laisse tout de même dubitative. Je me demande quel est son intérêt au sein de la saga, si ces derniers chapitres, introduits dans la deuxième partie, n'étaient pas de trop. De nombreuses longueurs sont également présentes, surtout au début. Une tome que je ne regrette pas d'avoir lu, mais que je considère le plus faible de la série, pour le moment.
Commenter  J’apprécie          00
Agatha Raisin enquête, tome 34 : En plein coeur

Je me régale toujours avec les livres de cette auteur et là pas déçue non plus. Je recommande pour les fans d'Agatha Raisin. Dernière parution qui fait honneur à la série ! Un cosy mistery pétillant, plein d’humour et de rebondissements ! Une enquête bien menée
On l'aime notre Agatha, qui nous ressemble tant....
Commenter  J’apprécie          00
L'Empreinte : Une course de 3500 km sans ar..

Le résumé de ce livre m'intéressait et m’intriguait, d’ailleurs le début du livre répond tout à fait à mes attentes. Petit à petit, il m'a paru de plus en plus long et interminable même si ce récit est très intéressant car c’est une aventure hors du commun faite par un homme comme vous et moi. Honnêtement je ne sais pas quoi penser exactement de ma lecture, je pense qu’il faut vraiment être adepte de ce type de livre pour accrocher. Une chose est sûre, l’auteur fait part de TOUTES les émotions qui le traverse et de chaque pensée qu’il a, même si j’ai trouvé certaine un peu “déplacée” mais cela reste relative à notre façon de voir les choses.
Ce livre a été lu dans le cadre d'une opération "masse critique", je remercie Babelio ainsi que la maison d'édition pour cet ouvrage.
Commenter  J’apprécie          00
Chaleur humaine

Printemps 2020, la France vit à l'heure du virus, le monde est en déroute.
Alexandre vit aux Bretranges, une ferme dans le Lot, qu'il exploite à la suite de ses parents vivant toujours dans le hameau. Depuis quelques années,  il a perdu de vue ses trois sœurs, Agathe,  Caroline et Vanessa, chacune a fait sa vie en ville Toulouse,  Rodez ou Paris. Brouillées depuis 15 ans, avec leur frère,  celles ci n'ont pas compris sa volonté de rester au village mais la propagation du virus, la peur des autres vont les amener à revenir à la ferme pendant le confinement.
S'installe alors un autre quotidien, un huis clos aux Bertranges. Le retour dans la ferme de leur enfance,  le rapprochement avec la nature c'est aussi l'envie de se rapprocher des siens.
J'ai beaucoup aimé ce roman de Serge Joncour, ses sujets : la nature et les hommes participent amplement à mon intérêt pour cet auteur. Malgré les thèmes sérieux évoqués, la pandémie et de réchauffement climatique, ce roman ne manque pas d'humour.

Commenter  J’apprécie          20
Loin des bras

L’auteur s’y prend à merveille pour décrire ses personnages. Leurs défauts, leurs lâchetés, leurs opinions politiques, leur sexualité, on apprend tout de chacun, peu à peu. J’aime ces chapitres courts qui vont à l’essentiel. Que la vie est compliquée pour chacun des professeurs et pour les pensionnaires abandonnés par leurs parents égoïstes. Pauvres gosses perdus et mal aimés. J’aime aussi la description précise des lieux. Lausannoise de naissance, je sais où se
trouvent les magasins Bonnard ou Pamblanc, les restaurants. C’est génial de vivre l’ambiance d’un livre.
Commenter  J’apprécie          00
Le voyageur, tome 2 : La route de l'espoir

Je vous parle aujourd’hui du livre “Le voyageur tome 2 : La route de l’Espoir” écrit par Ousmane Ballo qui fait partie de l’action et aventure et qui fait 136 pages ! Sachez que ce livre est le deuxième publié et qu’il y a une suite déjà publiée de quoi ravir celles et ceux aimant lire à la suite !
Au niveau du style d’écriture, on se retrouve avec une plume fluide et simple créant un univers assez bien développé. Pour vous faire un avis, je dirais que c'est une plume qui est très directe dans le choix de ses mots.

Commençons par parler de l’histoire au cœur de ce tome. On retrouve notre personnage, le voyageur, qui poursuit son aventure à la recherche du savoir et de la culture à ramener auprès des siens. Alors même qu’il continue la route avec son fidèle compagnon Marso, il rencontre un camp de personnes qui paraissent bien sombres et qui vivent sans figure d’autorité, se suffisant à eux-mêmes. Le voyageur, intrigué, cherche à connaître leur histoire. C’est à ce moment-là qu’il apprend que les mots tels que l’espoir ou le fait d’espérer conduit des personnes à se faire exclure de leur communauté. Alors même que la figure d’autorité qu’ils adoraient est partie, le voyageur décide de mener la troupe pour le retrouver, dans la cité qu’il a élevée. Si vous voulez découvrir la suite, je vous invite à vous procurer le livre !

L’auteur plante le décor avec de bonnes descriptions permettant de s’immerger dans l’univers créé. L'auteur a très bien réparti son action et les révélations permettant de rester en immersion dans le livre et garder un bon rythme de lecture. C’est le tome que j’ai préféré, toute cette poésie et le lien entre l’espoir et la vie des personnes est très intéressant et bien amené à tel point qu’on peut réfléchir à notre propre vie et se dire “Et si espérer ne faisait pas de nous des êtres vivants au final ?”

Les personnages ont tous une vraie importance dans le livre et sont intéressants en plus d’être assez bien développés. L’auteur nous les a fait découvrir chacun leur tour en leur consacrant un partie, quelques actions, permettant ainsi d’en connaître plus sur leur manière de raisonner. C’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié car cela est fait de sorte qu’aucun personnage ne soit mis de côté et que le lecteur ait la possibilité de tous les connaître et de s’y attacher.

En conclusion, nous nous trouvons avec un livre court avec de bons personnages ainsi que descriptions. Si vous vous attendiez à avoir une vraie fin à ce livre, ce ne sera pas le cas et vous allez devoir attendre de lire le prochain tome pour l’avoir ! Merci à l’auteur pour cette superbe histoire !
Commenter  J’apprécie          00
L'amie prodigieuse, tome 2 : Le nouveau nom

Le nouveau nom, c'est celui de Lila, Lila Carracci. Elle se marie avec Stephano à la fin du tome 1. Encore une fois, je dévore le roman, je ne peux pas le lâcher.

Nous suivons les deux héroïnes de leur 16 à 22 ans. Une amitié toxique et deux chemins qui s'opposent. Lila est maintenant épouse et elle travaille, Lenù poursuit ses études.

Un deuxième roman encore plus émouvant et rythmé que le premier.
Commenter  J’apprécie          00
Précipice

Douloureux, captivant et presque obsedant, un vrai pageturner
Une énigme riche et originale, rarement surprise par les rebondissements et le coupable, je salue une intrigue riche et complexe, bien construite et cohérente de bout en bout
Un roman écrit d'une plume dynamique, recherchée, très imagée qui fait la part belle à des paysages réels et met en valeur une région que j'adore.
Des personnage tous bien écrit, complexe sans jamais tomber dans la lourdeur du cliché masi avec ce qu'il faut de glaçant pour rester dans la catégorie des thrillers !
Je me suis attachée à de nombreux personnages et à cette vie quotidienne qui revient, juste le temps dun souffle, de manière très bien dosée.

Du polar français écrit par une femme je soutient à fond!

Je vais me procurer d'autres aventures du Major Louise Caumont !
Commenter  J’apprécie          00
Les dangers de fumer au lit

Ce livre m'a été conseillé par un libraire qui avait comme cahier des charges : un livre surprenant, fantastique, un peu horreur de nos jours, facile à lire.

J'ai été étonné par toutes ces histoires toutes aussi étranges les unes que les autres, certaines mettent mal à l'aise, d'autres nous laisse interloqué.

J'ai trouvé que ces petites nouvelles étaient exactement ce qu'il me fallait pour me mettre le pied à l'étrier de la lecture...
Commenter  J’apprécie          00
La Malédiction de la Rose

Bon.. le début m’a clairement angoissée car je n’accrochais pas du tout et je ne savais pas comment j’allais réussir à le chroniquer si jamais je n’aimais pas .. Il y a énormément de répétitions sur certaines choses ( vraiment beaucoup) et ça en devenait clairement redondant, m’empêchant de me plonger correctement dans l’univers. Or, étant têtue et ne voulant pas abandonner autant par conviction que par respect pour l’auteure j’ai persévéré ! Après un quart du livre j’ai enfin eu raison de continuer !! L’histoire est vraiment prenante , elle a un potentiel de fou, on s’attache aux personnages secondaires qui sont vraiment touchants et qui ont tous leur histoire. On a un found family assez mimi et la dualité sorcière/ loup garou est bien exploitée!
Pas de romance pour ce premier tome mais elle ne manque pas spécialement car les émotions sont tout de même présentes et les actions également. Les répétitions disparaissent ce qui laisse place à la plus très agréable de l’auteure , c’est fluide et ça se lit rapidement !
Je dirais peut être que pour toutes les personnes qui veulent débuter la fantasy cela pourrait être une excellente lecture pour s’y plonger, le worldbulding n’est pas compliqué à appréhender et l’histoire est largement compréhensible sans 15000 espèces de créatures magiques à retenir.
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

3355 critiques

LeFigaro

4149 critiques

LeMonde

5914 critiques

Lhumanite

509 critiques

Liberation

2759 critiques

Bibliobs

2559 critiques

LePoint

1280 critiques

LesEchos

1353 critiques

Lexpress

4162 critiques

Telerama

3515 critiques

LaPresse

2691 critiques

LaLibreBelgique

2238 critiques










{* *}