AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Rebirth
  15 janvier 2018
Rebirth de Léane Morton
"Avec l'amour viens la liberté. C'est la peur qui enchaine et limite une âme; c'est l'amour qui rend libre et rompt toutes les chaînes" Eileen Caddy

Paiges, 19 ans, seule, fuit des parents exigeants, richissimes et soucieux du paraître et qui ne prennent pas en compte son mal être. Elle est déterminée à vivre pleinement une nouvelle vie, un nouvel avenir et devenir une autre femme. Après l'ultime humiliation au lycée, après avoir subit les pires offenses et avoir été rejetée, elle va devoir faire abstraction du regard et des avis des autres. Accepter d'être elle et pas une autre.

Sur son chemin vers la socialisation, elle va faire la connaissance de Samuel, un coach sportif, qui va faire d'elle une autre. Paige, a une sous estime d'elle même bien encré au plus profond, elle a été blessée et même si elle veut faire l'impasse sur son passé cela ne sera pas facile de céder du terrain à Samuel. Va t-il réussir à l'apprivoiser? Se laissera t-elle approcher? Malgré la menace de ses parents, elle veut y croire, elle veut penser à un avenir meilleur et serein. Mais, les choses ne se déroulent jamais comme on le souhaite, et ils vont malheureusement, le savoir très vite.

Retrouver une confiance en soi et savoir lâcher prise sera le challenge pour une liberté retrouvée.

Ce roman, est addictif, les personnages sont très attachant surtout Paige qui en a baver malgré son jeune âge. La venue de Samuel lui sera bénéfique mais les démons du passé refont toujours surface quoiqu'elle fasse. L'histoire est très bien construite, les émotions sont là, les ressentis de Paige sont assez expansifs pour imaginer son calvaire.

J'ai beaucoup aimé cette lecture, j'ai eu ce sentiment de connaître cette jeune fille à travers les chapitres, reconnaître ce qu'elle a vécu et être assez fâchée que cela se produise encore à notre époque. Merci Léane Morton pour ce beau livre et d'avoir su parler de ce problème de société à travers tes lignes.

Je vous recommande ce roman.
Lien : https://www.facebook.com/Les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
54 Minutes
  15 janvier 2018
54 Minutes de Marieke Nijkamp
Dans un lycée américain, lors du discours de la proviseure dans l’auditorium, un adolescent prend en otage avec une arme à feu l’ensemble des élèves de l’établissement qui se retrouvent ainsi pris au piège. S’ouvre alors sous nos yeux un effroyable massacre…



Avec ce roman, l’auteure aborde un sujet difficile, malheureusement trop souvent au cœur de l’actualité, et elle le traite de manière percutante.



Ces 54 minutes m’ont paru interminables car la tension est à son comble dès les premières pages, et cela, jusqu’au dénouement.



54 minutes haletantes, oppressantes, qui m’ont scotchée par leur réalisme. Quatre voix nous restituent cette fusillade et elles nous permettent d’avoir différents points de vue aussi bien à l’intérieur du bâtiment, dans lequel se déroule le drame, qu’à l’extérieur.



Certains défauts parsèment la lecture comme la présence de quelques longueurs dans les flash-back ainsi que quelques clichés mais je les ai rapidement oubliés grâce au suspens et au rythme du récit.



Un roman prenant, addictif qui nous entraîne avec réalisme en plein cœur d’une tuerie dans un lycée américain. Une lecture remuante et inévitablement poignante.
Lien : https://mesechappeeslivresqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Northanger Abbey
  15 janvier 2018
Northanger Abbey de Jane Austen
J'ai découvert Jane Austen très tard, et je me demande toujours pourquoi je n'ai pas lu ses livres plus tôt.

Celui-ci était dans ma PAL depuis déjà fort longtemps mais je l'avais un peu oublié...

Heureusement que j’effectue régulièrement des fouilles archéologiques dans ma bibliothèque, et c'est ainsi que j'ai exhumé cette pépite d'humour.

Nous voici à Bath avec une jeune personne qui sort dans le monde pour la première fois, et qui a été nourrie au roman, gothiques de préférence. Mais comment avoir, le destin d'une héroïne quand on est particulièrement insignifiante, qu'aucune révélation sur ses origine ne peut être envisagée et qu'aucune connaissance ne peut l'introduire auprès de personne ayant une destinée hors du commun.

Pourtant l'imagination de Catherine est prompte à s'emballer, surtout influencée par Isabella, son amie découverte lors de ce séjour.

D'une naïveté impressionnante, la jeune fille a également un cœur d'or, ce qui la rend malléable pour les esprits retors des personnes mal intentionnées.

Heureusement elle finira par ouvrir les yeux sur ma véritable personnalité de certains.

L'écriture de ce roman date du 19ème siècle et pourtant par bien des aspect, il est également très actuel: que ce soit la vantardise de certains garçons qui prennent leurs désirs pour des réalités, l'étalage que certains personnages font de leur fortune (qui s'étale de la même façon que la culture apparemment...) ou de celles qui ne voient dans le mariage qu'une opération financière. Finalement les choses n'ont pas tellement changées: le cabriolet n'a plus de chevaux vivants, les mythos et opportunistes sont toujours d'actualité... mais de la façon dont Jane Austen les expose, avec une ironie mordante, j'ai ri ... seule devant mon livre, j'ai ri... et ça fait beaucoup de bien. J'ai adoré ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Terre Paradis
  15 janvier 2018
Terre Paradis de COLIN PAUL.
Tout d'abord, honneur à Monsieur Jaenada car j'ai quitté l'univers de "La Serpe" avec ce livre sous le bras ; picorer une once de sa culture est toujours bien tentant !

C'est la curiosité qui a motivé mon désir d'aborder l'auteur de "Les Jeux Sauvages " , prix Goncourt 1950 ( oublié et contesté *).

J'ai choisi son second (et dernier roman ) car il me semblait hors normes, ludique et déjanté .

Et là, je n'ai pas été déçue !



Je passe sur le résumé car encore une fois ,la quatrième de couverture dévoile plus que largement l'intrigue et on va dire que la lecture se déroule sans surprises, tout est dit !

Mais , très vite , on est emporté dans une sorte de cavalcade au rythme effréné où foisonnent péripéties, pensées profondes, situations burlesques et sarcasmes.



Alors, voilà : il s'agit d'une sorte de fable divisée en quatre chants , écrite dans un style rabelaisien , foisonnant , provocateur, iconoclaste .

Un traité sur la liberté et le bonheur aux couleurs anarchistes, à l'aspect antisocial pour mieux glorifier une quête d'absolu , un rêve puriste .



Maxime, le héros croit qu'il est possible de prétendre au bonheur sur terre en renouant avec la vie sauvage ,la plus naturelle qui soit ,en se rapprochant le plus possible de la vie animale .

Une utopie qui abolit les barrières sociales , qui réunit les espèces du vivant pour permettre une existence autarcique en excluant totalement le travail .

Le cadre est tout trouvé en la propriété d'une comtesse dévolue à la cause , bousculant de facto les théories sur la possession et il fallait bien un moyen pour vivre isolés de la société conventionnelle ! ( soit... je pinaille )



C'est un livre étonnant , un texte souvent poétique emporté par de grandes envolées lyriques qui alternent entre situations cocasses , pensées philosophiques et humanistes , satire sociale et désespérance . Plus d'une fois, j'y ai vu l'ombre de Boris Vian .



Mais, en revanche, j'ai été désagréablement surprise par le sort fait aux femmes : un monde meilleur fait d'égalité , de renoncement au pouvoir, aux richesses, un monde d'amour , ce monde là réserverait à la femme le rôle de génitrice et d'amante décérébrée , des femelles bien grasses ! Plusieurs fois un parallèle avec les vaches se voulant humoristique m'a cependant paru bien maladroit et violent tant il était insistant .

Alors, je dirais que cet ouvrage est une curiosité à replacer sans doute dans son époque . J'y ai vu , malgré tout comme un regret de l'émancipation de la femme avec le thème éternel de "la maman et la putain" ...pour le rêve, on repassera !



Cependant en matière d'écologie , l'auteur apparaît plutôt comme un visionnaire ; il met en garde contre la maltraitance de la terre , de la faune , de l'écosystème .

Des préoccupations bien actuelles nées il y a déjà soixante ans ...



C'est aussi un pamphlet , un plaidoyer contre la religion , la colonisation et l'anéantissement des valeurs propres aux peuples premiers .

Un traité sur la liberté , dénonçant les méfaits de la civilisation qui peu à peu vole les grands espaces .



C'est une quête d'absolu .

C'est un poème empreint de rêve et de sensibilité mais aussi de révolte et de violence animale .

C'est un cri de désespoir.



Un livre étrange qui me restera en mémoire.







* c.f. "Le Monde des Livres"

article de Pierre Assouline du 28 Août 2008 .





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Abraham et fils
  15 janvier 2018
Abraham et fils de Martin Winckler
C'est dans ce livre que j'ai appris que le safran venait du crocus.

Cette histoire, c'est un peu comme « La route » de Mc Carthy : un père se retrouve seul avec son fils à réconforter…

Au lieu d'un paysage apocalyptique c'est la Beauce…

Un enfant de 10 ans, Franz, se retrouve donc à Tilliers, un bled imaginaire.

Son daron, toubib, s'y installe après avoir fait ses études et commencer à exercer en Algérie et en être parti because la guerre.

C'est un juif dont les parents ont pris la nationalité française et qui est pour l'indépendance : il ne partira pas en vacances avec l'OAS…

Puis un an aux States, sans pouvoir exercer …

Et la Beauce donc.

La mère du petit est morte 18 mois plus tôt dans un "accident" qui a rendu Franz amnésique.

On est en 1963. Peyrefitte, Zitrone, De Gaulle, l'assassinat de Kennedy…

Au début, ça raconte leur arrivée : l'installation, l'école (les copains et le méchant) , la passion du gosse pour la lecture et les séries télés, ce genre de choses…

Abraham, le père au physique impressionnant, est très chouette.

Avec ses patients, il est humain.

(C'est la grande affaire de Winckler que de plaider pour une médecine bienveillante.)

Avec son fils, qu'il appelle mon petit chat, il est aimant.

Il trouve la vie absurde comme Camus. D'ailleurs la lecture du Mythe de Sisyphe l'a ébranlé.

Il ne voulait porter la responsabilité de faire naître un enfant et puis comme tout le monde y s'est fait avoir…

Pour la narration, comme Martin aime le faire, dès fois c'est Franz qui parle, dès fois c'est …Je dis pas.

La maison, immense, est un élément important du livre. C'est là qu'Abraham reçoit ses patients, que Franz se forge des souvenirs…

Une maison qui a un passé…Et qui craque la nuit…

Il est aussi question du non-dit de "l'accident", de la guerre (des guerres : la première, la deuxième, celle d'Algérie), de résistance, de lettres, d'amour…

Franz est un petit garçon pour le moins éveillé, qui se pose des questions : sur la vie, la mort, le mariage, la vérité, le bien, le mal, de religion…

Son père lui répond avec une infinie patience.

C'est très touchant de voir cet homme, débordé de travail, à l'écoute de son fils.

Et puis y'a la douce et déterminée Claire, sa fille Luciane et tous les amis qu'Abraham, très apprécié, va rencontrer.

C'est vraiment un très beau roman.

La suite : « Histoire de Franz » vient de sortir. Houba ! Houba !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Vis
  15 janvier 2018
Vis de Céline Theeuws
Un témoignage débordant d'amour, de sincérité et de tendresse. Une lecture que l'on est incapable d'arrêter tant elle est bouleversante. Chacun de nous est confronté un jour où l'autre à la maladie de loin ou malheureusement de près. Ce livre donne l'envie de vivre et de simplement dire "Je t'aime" aux personnes que l'on aime.
Commenter  J’apprécie          00
Zothique : Intégrale, tome 1
  15 janvier 2018
Zothique : Intégrale, tome 1 de Smith Clark Ashton
Zothique est un excellent moyen de découvrir la plume et les univers uniques de Clark Ashton Smith, avec son ambiance gothique, orientale, sombre et très évocatrice.
Lien : https://leschroniquesduchron..
Commenter  J’apprécie          00
La serpe
  15 janvier 2018
La serpe de Jaenada Philippe
Pour une fois je n'ai pas été déçue par rapport aux critiques élogieuses concernant ce livre. Il ne s'agit pas d'un roman mais d'un récit, d'une enquête menée sous couvert de gros sabots et de beaucoup d'humour par un quidam qui entend parler d'un fait divers sordide qui n'aurait pas vraiment été résolu malgré un procès en 1941. Le récit se décompose en deux parties : la première dans laquelle l'auteur expose de façon très détaillée la vie des protagonistes (accusé et victimes) de leur naissance à leurs morts, les crimes, le procès et la vie entière du fils. Dans la seconde l'auteur enquête et recoupe toutes ses sources pour établir si le verdict du procès était juste ou pas. Ce récit très descriptif, avec beaucoup de digressions très réjouissantes, se lit véritablement comme un excellent polar et il est terriblement difficile de le lâcher malgré ses 600 pages. J'ai découvert un véritable auteur et je vais me précipiter sur ses précédents ouvrages pour prolonger le plaisir.
Commenter  J’apprécie          40
Sept jours pour une éternité...
  15 janvier 2018
Sept jours pour une éternité... de Marc Lévy ()
Sept jours pour une éternité est un livre dont je me souviendrai toute ma vie. Donnant une version moderne de l'éternelle lutte entre le bien et le mal accompagnée d'une vision très personnelle, humouristique et encore une fois moderne de la religion chrétienne, ce roman nous transporte dans une course contre la montre totalement enivrante.

En plus de ça, Marc Lévy met en scène deux personnages attanchants luttant pour leur amour.

Touchant et Addictif.

Une pure merveille.
Commenter  J’apprécie          10
Trois Baisers
  15 janvier 2018
Trois Baisers de Pancol Katherine
Ce 7ème opus est vraiment celui de trop! Si les romans de Pancol dégoulinent toujours de bons sentiments, ce gros défaut était jusqu'à présent contrebalancé par l'originalité de l'histoire... Mais alors là... Ca part dans tous les sens, des digressions aussi inutiles qu'affligeantes, des personnages tellement caricaturaux qu'ils en deviennent grotesques. Le style est aussi lourd que le scenario, et les fautes (d'orthographe, de syntaxe, de grammaire etc...) sont légion. C'est lourd, inintéressant, on s'enlise dans ce gros pavé et... on est content quand ça s'arrête!!
Commenter  J’apprécie          21
Par le vent pleuré
  15 janvier 2018
Par le vent pleuré de Ron Rash
♫ Vive le vent, vive le vent, vive le vent pleuré ♪

Hem, modérément sûr du refrain, d'un coup d'un seul.



Rash fait partie, à mes yeux, de ces auteurs sans surprise. Entendez par là qu'au mieux, il subjugue, au pire, il séduit.

Pour moi, ce sera la séduction siou'plaît. Pour la subjugation, on attendra le prochain.



On dirait que Bill et Eugène seraient deux frères assimilés à un jeu de quille.

On dirait que Ligeia, fraichement débarquée dans leur bled paumé, cristalliserait longtemps le souvenir ému de cet été 1969. Un être extraordinairement décomplexé et charismatique aux allures de chef de meute. Je vous laisse imaginer l'effet produit sur la fratrie par cette gamine envoûtante à la libido aussi débridée qu'une 103 SP sport kitée. Je m'adresse aux puristes, là, aux foufous de la vitesse, aux amateurs de sensations extrêmes.

Mais les souvenirs sont comme les caravanes face aux clébards par trop démonstratifs, ils passent.

Pour ce qui est de trépasser, le mystère reste entier quant à cette poignée d'ossements découverts sur la grève. Un jeu d'osselet morbide qui ravivera, des décennies plus tard, cette saison mémorable alors nimbée d'insouciance. Une parenthèse enchantée qui pourrait bien laisser, au final, comme un méchant goût d'amertume en bouche pour ces deux frangins aux trajectoires contrastées.



J'ai aimé. Pas adoré.

Au rayon des satisfactions, l'évolution des rapports entre ces deux gamins au contact de la désirable Ligeia. Un apprentissage aussi court qu'intense relaté avec tendresse et humanité.

Il y a du Dostoïevski chez Rash. En décrivant subtilement un personnage rongé par le doute, c'est Raskolnikov qu'il ressuscite.

Le récit est prenant, plutôt bien amené et joue formidablement sur une possible culpabilité qui fera douter le lecteur tout du long... ou presque.

Et c'est là que le bât blesse. Le point noir de compétition qui aura occasionné trois dépressions et huit départs anticipés chez Biactol, ce final ultra prévisible qui ne surprendra que les amnésiques, et encore.

Il n'y a rien de pire qu'une histoire bien ficelée qui tourne en eau de boudin. J'ai rien contre le boudin, qu'on se le dise, mais en fin de lecture et à haute dose, il se pourrait qu'il occasionne ballonnements et autres joyeusetés intestinales de la sorte, de quoi l'avoir mauvaise pendant pas mal de temps.



Par le vent pleuré, par la fin grandement désappointé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
Divergente, tome 3 : Allégeance
  15 janvier 2018
Divergente, tome 3 : Allégeance de Veronica Roth
super
Commenter  J’apprécie          00
Divergente, tome 2 : L'insurrection
  15 janvier 2018
Divergente, tome 2 : L'insurrection de Veronica Roth
bien
Commenter  J’apprécie          00
Joseph, ombre du Père
  15 janvier 2018
Joseph, ombre du Père de André Doze
Le Père André DOZE nous présente dans cet ouvrage une approche novatrice sur saint Joseph, personnage capital de la Sainte Famille et pourtant si méconnu. Parfois un peu complexe, il s'adresse essentiellement à des initiés souhaitant aller plus loin dans leur Connaissance. Il nous offre des clefs destinées à nous guider dans la compréhension que nous devons avoir de nous-même à travers l'exemple de Saint Joseph, père adoptif du Christ et dans notre rapport avec le Temps et le Monde. Car "c'est chez Joseph que s'élabore le temps du Père , c'est - à - dire le temps vécu parle Cœur du Fils sur la terre avec une double finalité très précise : révéler le vrai visage de Dieu notre Père et jeter bas l'Ennemi , le Prince de ce monde, comme l'exprime clairement la prière du Notre Père" .



Le Père André DOZE sait parfaitement nous inviter à devenir fils de Joseph , c'est-à-dire imiter ce que fait le père, réussissant à nous convaincre du fait qu'il s'agit d'un art très simple de gérer sa vie mentale en glissant hors de ses pensées, paroles intérieures , impressions diverses, de sorte que nos ennemis spirituels possibles n'ont plus de voie d'accès.



Un excellent ouvrage d'étude hélas desservi dans sa version électronique par un nombre impressionnant de coquilles qui gâchent le ressenti profond que le lecteur doit tirer du propos de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Divergente, tome 1
  15 janvier 2018
Divergente, tome 1 de Veronica Roth
très intéressant
Commenter  J’apprécie          00
Retour à la nuit
  15 janvier 2018
Retour à la nuit de Eric Maneval
Un polar pas comme les autres !

Retrouvez ma chronique sur 28bng.wordpress.com
Lien : https://28bng.wordpress.com
Commenter  J’apprécie          00
Père & Fils, tome 2
  15 janvier 2018
Père & Fils, tome 2 de Mi Tagawa
J’avais lu le premier tome totalement par hasard. Je suis tombée sous le charme de ce père qui doit s’occuper de son fils tout en continuant à travailler. Vous allez me dire que beaucoup de parents font cela maintenant. Mais ce n’est pas facile lorsqu’on est herboriste et que l’on doit se déplacer à pied dans des zones reculées. Un lien doit se créer entre ces deux personnages qui n’ont pas eu le temps de se connaître. Il faut gérer les peurs de l’un et de l’autre pour apprendre à se connaître et se faire confiance.



La relation père fils se construit doucement. Les pleurs du petit Shiro empêchent le père d’avoir des nuits complétés. Il va falloir qu’il fasse un choix car avec l’épuisement accumulé, il ne va pas pouvoir tenir longtemps. D’ailleurs, il aura la grippe. Quel avenir pense t’il alors envisager pour tous les deux ? Je pourrais en savoir plus dans le tome 3.



J’aime beaucoup le graphisme qui est plein de douceur. La nature est vraiment valorisée. Tout comme les oiseaux qui accompagne les herboristes dans leur déplacement. Ils leurs sont indispensables. En plus, il y a un côté ludique puisqu’on apprend un peu de chose sur les plantes et leur utilité médicale.
Lien : https://22h05ruedesdames.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
La tresse
  15 janvier 2018
La tresse de Laetitia Colombani
Beaucoup de retours dithyrambiques pour ce livre, ce ne sera hélas pas mon cas, mais j'assume. Ce n'est pas que je n'ai pas aimé mais j'en attendais peut-être beaucoup et j'ai été déçue. Tout ça pour ça !



"J'aime ces heures solitaires, ces heures où mes mains dansent.

C'est un étrange ballet que celui de mes doigts. Ils écrivent une histoire de tresse et d'entrelacs.

Cette histoire est la mienne.

Pourtant elle ne m'appartient pas."



Trois femmes, trois vies, trois destins qui vont s'entremêler.



Ca avait pourtant bien commencé avec le récit de la vie de Smita en Inde. Une intouchable qui lutte pour offrir à sa fille une éducation et une autre vie que la sienne. Une destinée tragique due à des siècles de traditions obsolètes. Difficile pour nous de comprendre une culture si éloignée de la nôtre.

J'ai adoré ce personnage et son histoire. C'est émouvant et captivant.



Puis il y a Giulia, une sicilienne qui, à la suite de l'accident de son père, doit reprendre les rênes de l'entreprise familiale.

Là ça commence à se gâter, les clichés vont bon train. J'ai trouvé Giulia un peu effacée, elle a presque un rôle de figurante.



Et pour finir on fait la connaissance de Sarah, une avocate canadienne. Une working girl qui a délaissé sa vie de famille en faveur de sa carrière et qui s'aperçoit qu'elle est malade.

Je n'ai pas accroché avec ce personnage que j'ai trouvé trop stéréotypé et d'une froideur !

Au fur et à mesure de l'avancée du livre, son histoire prend beaucoup d'ampleur aux dépends des deux autres et c'est dommage.



Une fois que l'on a fait la connaissance de ces trois jeunes femmes, on comprend vite ce qui va les relier. Tant pis pour le suspens ! On n'est pas dans un thriller mais tout de même, on connaît la fin trop vite.



L'idée était pourtant excellente mais pas assez travaillée et aboutie. On reste sur notre faim, on ne sait pas ce que devient Smita par exemple. J'aurais voulu la voir plus présente dans ce roman.



Ca reste tout de même un bel hommage aux femmes. A celles qui se battent tous les jours pour améliorer leur quotidien.



Une belle idée pas assez développée et une fin un peu bâclée, je suis déçue.



Une agréable lecture mais sans plus, en tout cas, pas le meilleur roman de l'année (je l'ai lu en 2017) pour moi.
Lien : https://www.facebook.com/lec..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Les pluies
  15 janvier 2018
Les pluies de Vincent Villeminot
C' est l' histoire de Kosh qui vit dans un village , très calme ,mais pour lui le village n'est pas assez attractif, le village est coupé du monde!

Depuis quelques mois, une pluie serrée ,violente et menaçante tombée sans cesse , un phénomène inexplicable et surprenant sur le village .

Lou et Kosh s'aiment depuis leur première rencontre .Mais le phénomène va-t-il les séparer?





Livre très intéressant , bonne formation du texte .La 3ième de couverture ne m' attirait pas du tout, mais plus j' ai avancé dans la lecture ,plus j'ai acrochée au livre .C' est une histoire très prenante.

Lounes.N
Commenter  J’apprécie          00
Un automne en clair-obscur
  15 janvier 2018
Un automne en clair-obscur de Martine Delomme
Un accident de chasse et tout bascule....

La mort cérébrale de son mari va provoquer l'effondrement de la vie bien rangée de Claire.

Jours après jours, elle en vient à se demander si elle connaissait vraiment l'homme qu'elle avait épousé.

A nous de l'accompagner dans ses découvertes...
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1511 critiques

LeFigaro

1741 critiques

LeMonde

1621 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1580 critiques

Bibliobs

1277 critiques

LePoint

649 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3500 critiques

Telerama

2420 critiques

LaPresse

1671 critiques

LaLibreBe...

1054 critiques