AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Celle que je suis, tome 1
  19 avril 2019
Celle que je suis, tome 1 de Bingo Morihashi
Vous le savez, je suis une grande fan de la maison d'édition Akata et de leurs séries Le mari de mon frère, Éclat(s) d'âme ou encore Aromantic (love) story.

Alors quand j'ai vu qu'ils sortaient une duologie sur la transidentité je ne me suis pas posée de question: je l'ai achetée.



On suit donc Yûji, étudiant à l'université ainsi que ses différents camarades de classes, dont Masaki, de qui il est amoureux, sans pour autant l'avoir jamais dit à qui que ce soit.

On découvre également leurs collègues de classe, dont Ayumi et Etsuko qui auront elles aussi leur place dans l'histoire.



Dans l'ensemble, Celle que je suis est une histoire assez plaisante à lire mais je dois bien avouer que je n'ai pas été autant chamboulée qu'avec les mangas précédents.

J'ai trouvé que les auteurices s'attardaient beaucoup sur des histoires annexes que sur celle de Yûji et j'en ai été un peu frustrée.

J'ai peut-être également trouvé que l'ensemble était un peu trop contemplatif à mon goût.



Cependant, ce manga présente aussi des points intéressants, comme par exemple la narration genrée qui change en même temps que Yûji. Ainsi le premier tome sera majoritairement genré au masculin, alors que le second sera lui au féminin.

Je trouve que cela représente très bien la transition qui s'effectue dans l'esprit de Yûji et dans sa vie en général.



Le style graphique est également très sympa et agréable à lire. A travers celui-ci, les auteurices nous emmènent très facilement dans les années 80, où se déroule l'histoire. Le dessin a un petit côté old-school qui colle parfaitement avec l'ambiance générale du manga.



En conclusion, même si j'avais d'autres attentes par rapport à cette duologie, j'ai tout de même apprécié ma lecture et les personnages qui en font partie.

J'ai été touchée par le personnage de Yüji et par son parcours et j'aurais aimé en savoir encore plus.


Lien : http://www.cranberriesaddict..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La plage des rêves
  19 avril 2019
La plage des rêves de Sergio Bambaren
Ce livre est magique et sa philosophie fait un bien fou. Je le conseille vivement c'est une perle rare assez difficile à trouver à un moment.

J'espère qu'il sera encore publier en plus grand nombre d’exemplaires.

Un des livres que j'emporterais sur une île déserte.
Commenter  J’apprécie          60
Le seuil du jardin
  19 avril 2019
Le seuil du jardin de André Hardellet
HELP !

Voici une oeuvre très appréciée des surréalistes et qu'il faudrait rééditer d'urgence car elle est épuisée. Quel dommage de la perdre ! (Non parce qu'André Breton l'aimait, mais pour ses qualités intrinsèques.)

Elle aborde d'une façon très hypnotique, le thème de la mémoire et du rêve. Un professeur a trouvé la machine à revivre les bons souvenirs (mais oui !). Un artiste peintre en fera les frais. Pourquoi ?

Vous le saurez si vous lisez ce petit livre poétique qui agit comme un charme. On le trouve encore d'occasion (un seul exemplaire sur le réseau des bibliothèques de Toulouse.)
Commenter  J’apprécie          10
Piste noire
  19 avril 2019
Piste noire de Antonio Manzini
j'ai aimé le caractère très particulier du sous-préfet Rocco Schiavone

Question histoire l'idée était bonne mais pour moi pas assez poussée

mais petit livre agréable à lire
Commenter  J’apprécie          00
Les malheurs de Sophie
  19 avril 2019
Les malheurs de Sophie de Comtesse de Ségur
Un livre que j'ai relu, il y a peu de temps et qui nous emporte dans les mésaventures de Sophie.

Elle a beaucoup d'imagination et occupe son temps de petite fille à faire beaucoup de bêtises.

Elle est curieuse et parfois un peu sadique mais c'est un livre que j'apprécie beaucoup.

Pour les adultes et les enfants cette lecture est très distrayante.

La plume de la comtesse de Ségur ne se démodera jamais.
Commenter  J’apprécie          160
Chrono mortel
  19 avril 2019
Chrono mortel de Gaël Tomaz
On ne peut pas dire qu'il n'y a pas d'action dans ce roman! Tout se déroule sous nos yeux à une vitesse vertigineuse. On suit une enquête de tous les côtés, c'est super intéressant. Un braquage qui tourne mal, un barbecue anonyme, des enquêteurs perdus, des gendarmes blessés... Bref, tout y est! Et l'auteur s'y connait parfaitement, je me suis même demandée si il n’était pas flic ou quelque chose dans ce style. Il connait son sujet, il sait comment se déroule tout le cheminement d'une enquête et la place de chacun, et ça fait parfois peur d'ailleurs car ça reflète bien la réalité.



L'intrigue est intéressante, j'ai aimé suivre toutes ces personnes, même si il y en a un peu trop. Il est même parfois difficile de s'y retrouver, et de comprendre qui nous raconte l’histoire.



Si vous aimez le suspense, les courses contre-la-montre, les dealers, le trafic en tous genre, les enquêtes complexes, alors ce thriller est fait pour vous! Car oui, l'auteur a su ficeler une bien belle intrigue au dénouement inattendu. Des thèmes d'actualité sont mis à jour, les complots politiques bien trop véridiques, le terrorisme...



Par contre, la petite fausse note concerne l’Écriture ; je pense que c'est le point faible dans ce polar. Les répétitions, la grammaire plus que faible et les dialogues mal écrits donnent un petit coté "pas terminé". C'est dommage car histoire est bonne et ça aurait pu être un vrai coup de cœur!



Je conseillerais à cet auteur de se faire relire, de s'aider de quelqu'un qui lui donnerait des petits astuces afin de placer son polar dans les meilleurs car il le mérite. Cette histoire est vraiment très sympa et elle mérite d'être lue et découverte par les fans du genre.
Lien : http://leslecturesdemaryline..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
La chambre des merveilles
  19 avril 2019
La chambre des merveilles de Julien Sandrel
Quand une voisine l'assure l'avoir vu à Marseille alors qu'elle est médecin sur Paris, Romane doute, elle qui a peur de tout , décide d'aller sur place se faire son idée. Elle va découvrir une vérité plus que surprenante.



Après la chambre des merveilles, bel hommage à un amour mère fils, l'auteur aborde ici encore une fois les liens familiaux, avec le lien père-fille mais aussi entre soeurs. Des personnages communs, pas super héros, qui vivent, pleurent, rient et souffrent. Rien d'original me direz vous, pourtant on reste capté par les mots de Julien Sandrel et l'histoire de Romane.


Lien : http://lespapotisdesophie.ha..
Commenter  J’apprécie          10
Les chemins de poussière, tome 1 : Saba, Ange..
  19 avril 2019
Les chemins de poussière, tome 1 : Saba, Ange de la Mort de Moira Young
J'ai beaucoup aimé ce livre. L'histoire, les personnages, mais surtout le style d'écriture qui va clairement se différencier des autres. Beaucoup de personnes vont trouver ça bizarre, voir embêtant mais finalement je trouve que ça change et met en avant le caractère du livre. Et puis le vocabulaire utilisée qui nous permet d'être Saba et non l'écrivaine qui joue le rôle de Saba.

En résumé, cette lecture m'a énormément plus, j'ai adoré ce style particulier qu'à utiliser Moira Young pour narrer son récit alors je recommande ce livre à tout ceux qui liront ce texte.
Commenter  J’apprécie          00
Cat's Eye, tome 3 (ancienne édition)
  19 avril 2019
Cat's Eye, tome 3 (ancienne édition) de Tsukasa Hojo
"Le b.a. ba du cambrioleur" :

Toshio est persuadé de démasquer Cat’s Eye avec ses nouvelles caméras dynamiques, et Hitomi que son nouveau brouilleur lui permettra de vaincre l’obstacle sans danger. Un petit récit de cambriolage sympa mais sans plus !



"Ces petits gestes qui vous trahissent" :

Toshio et Mitsuko tendent un piège cartoonesque à Cat’s Eye, Hitomi essaye de lui tirer les vers du nez et si pour une fois il tient sa langue ce sont ses tics qui le trahissent ^^



"La chasse aux empreintes !" :

Cat’s Eye a laissé une empreinte sur les lieux de son dernier vol. Le commissaire et Mitsuko se ruent au café Cat’s Eye pour récupérer les empreintes d’Hitomi mais ce n’est pas au vieux singe qu’on fait la grimace… Dans la mesure où le mangaka a mise sur le cartoon plus que sur le polar, le suspens n’est aucunement au rendez-vous !



"Mauvaise vue mais bonnes dents !" :

Quasiment le décalque du précédent : lors de son dernier vol Cat’s Eye a été mordu jusqu’au sang par Mitusko et celle-ci veut absolument confondre Hitomi, mais comme elle a perdu ses lunettes elle demande à Toshio de faire le travail à sa place… Là aussi pas de suspens puisque cela se résumé à des gags bains/douches !



"Un flic pas comme les autres" :

Takéshi Hirano caricature de Dirty Harry débarque dans la brigade ! Il y avait de quoi faire avec ce grand dadet américanophile expert du Python Magnum 357, mais il tombe immédiatement amoureux de Rui Kisugi ce qui en rajoute une couche dans les triangles amoureux sitcomesques qui n’est finissent plus… Et évidemment en mode Cat’s Eye cette dernière se fait une joie de le bolosser et de le ridiculiser dans la plus grande tradition cartoonesque !



"Les fantômes du commissariat" :

Takéshi Hirano est de garde au commissariat et après Rui c’est Hitomi qui bizute le nouveau venu… Un décalque du récit précédent aussitôt lu aussitôt oublié.



"Rase-mottes" :

Takéuchi caricature du Petit Dragon et ancien camarade de Toshio débarque dans la brigade ! Il y avait de quoi faire avec ce macho de petite taille nippophile expert en arts martiaux, mais il tombe immédiatement amoureux d’Aï Kisugi ce qui en rajoute une couche dans les triangles amoureux sitcomesques qui n’est finissent plus… Évidemment, le nouveau venu se fait immédiatement bizuter par Cat’s Eye ^^



"Un tour de passe-passe" :

Takéuchi ne lâche plus Aï d’une semelle, donc pour participer au nouveau vol de Cat’s Eye elle met à contribution une visite scolaire. Beaucoup de gags donc beaucoup de bruit et d’agitation pour rien.



"Triple crash" :

Les hommes de la brigade poursuivent Cat’s Eye : Takéshi se crash en moto, Toshio se crash en voiture et Takéuchi se crash en vélo… Plus cartooesque tu meurs !



"Une rivale pour Hitomi !" :

Un épisode sur la pseudo rivalité du pseudo triangle amoureux entre Toshio, Hitomi et Mitsuko : ce n’est ni le premier ni le dernier, donc c’est aussitôt lu aussitôt oublié.



"Un métier tyrannique !" :

Hitomi se sacrifie pour que Toshio puisse se consacrer à Cat’s Eye...



"Compte-à-rebours pour un amour" :

Cat’s Eye se sacrifie pour que Toshio puisse se consacrer à Hitomi… Enfin, c’est quasiment ça puisque le Rat lance un défi à Cat’s Eye qui réalise un vol de haute voltige pour prouver son amour envers l’inspecteur de son coeur. Le récit de cambriolage est réussi, et comme l’auteur se perd en gags cartoonesques et en atermoiements sentiments il était temps hein !



"Mon garde du corps" :

Toshio et ses assistants teubés se relaient au café Cat’s Eye pour qu’il y reste en permanence une présence masculine. Un épisode 100% sitcom qui fait la part belle aux gags ecchi dont on aurait largement pu se passer...



"Jour de pluie" :

Mitsuko est encore jalouse d’Hitomi à qui Toshio pense tout le temps, Hitomi est encore jalouse de Mitsuko qui passe tout son temps avec Toshio, mais qu’importe puisque Toshio se dévoue encore corps et âme à Cat’s Eye… On pense lui remonter le moral avec une fausse annonce de la voleuse en justaucorps, mais il passe la journée sous la pluie et fini aux urgences avec un début de pneumonie !



"Aï a le blues" :

Aï a le blues parce que pour la énième fois il n’y aura personne pour elle lors de la réunion parents-professeurs. Toshio promet de venir à la place de son défunt père, mais il est retenu par une prise d’otage : tout l’équipe du commissariat se mobilise pour qu’il puisse arriver à temps… Un épisode plein d’émotion comme l’auteur sait si bien les faire !



"Lettre d’amour en rouge" :

Toshio donne rendez-vous à Cat’s Eye et Hitomi décide de savoir de quoi il s’agit, et bien sûr Rui et Aï l’assistent en empêchant Mitsuko de venir les gêner… Un épisode sitcom entre amour et humour sans guère d’incidence : on est dans le serial et non dans le feuilleton !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          176
The grim reaper and an argent cavalier, tom..
  19 avril 2019
The grim reaper and an argent cavalier, tome 3 de Irono
Bonne suite. On en apprend cette fois un peu plus sur le passé de Bright (en couverture). On découvre aussi de nouveaux personnages. L'enquête de nos larvas/chevaliers avance comme l'intrigue qui se complexifie. Hâte de lire la suite !
Commenter  J’apprécie          00
Celle du milieu
  19 avril 2019
Celle du milieu de Kirsty Applebaum
Maggie est jalouse de son frère Jed car elle est la cadette dans une ville où seuls les aînés ont droit aux honneurs et à la considération de tous.



En contrepartie, une fois qu'ils ont fêté leur quatorze ans, ils partent, tous sans exception, défendre leur pays. Et aucun n'est jamais revenu sans que l'on sache vraiment ce qu'ils sont devenus.



A la veille du départ de Jed, Maggie fait une rencontre étonnante. Elle fait la connaissance d'Una, une jeune fille, qui appartient au peuple tant redouté des vagabonds.



Grâce à elle, la jeune fille va comprendre que le monde extérieur n'est peut-être pas celui qu'on lui a présenté mais elle a interdiction de franchir les contours du village...



Un roman qui surprend avec cette règle insurmontable des premiers-nés qui rend le monde de l'enfance de l'héroïne profondément injuste.



Il lui faudra beaucoup de courage et de lucidité pour surmonter ses certitudes et se battre contre une société du secret qui étouffe les familles.



La seconde partie du roman est celui du combat et de la nécessité de vaincre ses peurs pour protéger ceux que l'on aime.



Une lecture dynamique qui prend la forme d'une enquête. A lire !


Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Une journée d'Ivan Denissovitch
  19 avril 2019
Une journée d'Ivan Denissovitch de Alexandre Soljenitsyne
"Une journée d'Ivan Denissovitch" Alexandre Soljenitsyne

Ed. Robert Laffont poche (226p).



Bonjour les lecteurs ...



Soljenitsyne ne m'était pas inconnu, l'archipel du gouag, le pavillon des cancéreux, la maison de Matriona

S'attaquer à " la journée d'Ivan Denissovitch" est autre chose.



Pendant un peu plus de 220 pages, Ivan, prisonnier dans un goulag depuis plus de 8 ans, raconte une de ses journée type par le menu.

Ceci depuis le réveil à 5 h du matin jusqu'au couché.

Tout y est minutieusement décrit . De ces quelques instants volés à l'aube, jusqu'aux rassemblements, les " repas", les corvées.

Ivan, détenu modèle, a su se fondre dans le moule et chaque jour, tente de survivre dans cet enfer glacé.

Sa vie est fait de petits rien, quelques miettes qui améliorent son ordinaire et suite de vexations.

Il relate les règles ridicules, la transformation de l'être humain en bête de somme.

La ruse, la perte de l'espoir, le fatalisme.

Ivan se pose aussi des questions sur l'existence de Dieu, se sentant proche de la sortie, de la fin de sa vie.



A sa sortie en 1962, ce livre a eu l'effet d'une bombe: pour une fois, quelqu'un osait relater les conditions de vie à l'intérieur d'un goulag.

Cette vie devenue inutile ou chaque journée se traîne, ou chaque journée ressemble à celle d'hier et est identique à celle de demain.



Avec un recul de plus de 50 ans, que dire ?



Le texte récit est certes intéressant.. mais ces 200 pages sont lourdes, plombantes.

J'ai été déçue par l'écriture poussive (problème de traduction?).

Je n'avais pas eu ce ressenti par exemple lors de la lecture de " l'archipel du goulag".



Je referme ce livre mitigée, comme anesthésiée, lassée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le rosier de Julia
  19 avril 2019
Le rosier de Julia de Frédéric Doillon
Je tiens à remercier l’auteur Frédéric Doillon pour l’envoi de ce petit livre qui me tentait tellement ! La couverture magnifique et tout douce m’a tout de suite plu et le résumé mystérieux mais prometteur m’a donné envie de découvrir cette histoire.



Je m’attendais à une petite histoire toute mignonne et tout douce et c’est exactement ce que j’ai eu, le fantastique en plus. Le rosier de Julia nous entraîne dans un univers coloré, aux senteurs permanentes aux côtés d’une petite fille tendre et pure. Elle se prend d’amour pour un petit rosier mourant qu’elle réussi à faire revivre grâce à son amour et ses talents particuliers. Suite à cela il se tisse entre eux une relation unique qui marquera Julia pour le reste de sa vie.





La plume de l’auteur est vraiment magnifique. Dès les premières pages on est immergés dans le monde merveilleux et floral de Julia. Il y a de la poésie dans chaque scène de son histoire, de la beauté et de la couleur, et un brin de mélancolie, toujours bien dosé qui apporte cette ambiance magique que j’ai adorée. La description du jardin dans les premières pages est inédite et amusante. Je me voyais tout à fait me promener avec cette adorable petit fille dans ce jardin aux milles couleurs et senteurs. J’ai aussi ressenti la pluie lors de cet orage d’été où Julia fera une si belle rencontre. Tout est très bien écrit, immersif, onirique… L’histoire est très originale, très jolie, et la fin apporte elle aussi sa dose de beauté et de magie.



Ce livre est une merveille que je vous invite vivement à découvrir. Le prix est très raisonnable et vous ne regretterez pas votre achat.



EN BREF : Le Rosier de Julia est une nouvelle fantastique qui se lit très vite et qui nous emporte dans un univers empli de magie, de couleurs et de poésie. Cette histoire magnifique ravira petits et grands et vous laissera une impression de calme et de douceur après la lecture.
Lien : https://leslivresdeflo.home...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le cri
  19 avril 2019
Le cri de Nicolas Beuglet
L'histoire démarre à Oslo, lorsque l'inspectrice Sarah Geringën est appelée pour se rendre au réputé hôpital psychiatrique de Gaustad où un suicide a eu lieu.



Le suicide en lui même est plus qu'étrange et l'inconnu, qui n'a que le chiffre "488" tatoué sur le front comme unique identité, est le plus ancien patient de l'hôpital.



A partir de là commence l'enquête qui va la ramener en France et sur l'île de l'Ascension avec un ancien reporter de guerre Clarence Christopher. Ils vont découvrir à eux deux les multiples secrets enfouis par la CIA, jusqu'à menacer l'équilibre précaire de leurs vies déjà tant cabossées.



L'intrigue en elle-même est passionnante, certes, et ça démarre formidablement bien dans le huis-clos de cet hôpital psychiatrique où même le directeur cache sa vraie nature et ses secrets partent avec lui dans la tombe lors de l'incendie du bâtiment.



Mais une fois dépassé les grilles, j'ai souvent été déconnecté car je lui ai trouvé une surenchère d'action qui n'était pas forcément nécessaire au bon déroulement du récit. Quelques longueurs également sur le personnage de Christopher et les surprenantes révélations concernant sa famille.



Je ne doute pas une seule seconde que ce livre pourrait être adapté au cinéma tellement les scènes d'action mêlées aux courses poursuites seraient un succès auprès du grand public fan de ce genre de film mais pour un livre, je trouve qu'il y avait d'autres moyens tout aussi efficaces de nous en mettre plein la vue.



La conclusion finale n'est pas assez mise en valeur et est en deçà de ce qu'elle aurait du provoquer chez le lecteur : une révélation.

Car vu que l'auteur s'est inspiré de faits réels sur les travaux de recherches concernant le projet MK Ultra, cela en aurait très certainement scotché plus d'un.



Ceci n'est bien évidemment que mon avis personnel, ce qui ne remplace en rien votre propre avis qui restera à vos yeux le meilleur de tous.

Mon avis est partagé et j'en ressort mitigée si on pose un regard sur l'ensemble du roman.
Lien : http://fulgure.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Une bière pour Hans
  19 avril 2019
Une bière pour Hans de Stéphane De BOYSSON
SYNOPSIS : ce livre est un recueil de nouvelles, traitant de la guerre et de ses combattants à travers différentes époques. Soit ce sont des protagonistes qui nous les relatent, soit l’auteur utilise la première personne, et les conflits sont armés, ou sous-entendus.



J’AI APPRECIE CE LIVRE, car il me semble plus abouti que le précédent du même auteur. Le ton est badin et bienveillant toujours, et les sujets très variés. Les récits ont gagné en qualité est sont plaisants à lire.

Commenter  J’apprécie          00
Le Montespan
  19 avril 2019
Le Montespan de Jean Teule ()
Récit historique romancé très instructif sur les moeurs de la cour de Louis XIV, et par là même récit très dégoutant. Il semble que l'auteur ait pris plaisir, à travers l'histoire des Montespan, à recenser les pires aspects de la vie des courtisans et de leur entourage. Cela dit, y avait-il de bons aspects ? On connait la réputation du siècle des lumières concernant l'absence d'hygiène, la débauche, les jeux d'argent, la sorcellerie.... tout ceci est bien détaillé, âmes sensibles s'abstenir. C'est malgré tout un livre bien écrit, malgré quelques phrases maladroites à force d'être alambiquées. Le personnage principal, Louis-Henri de Pardaillan, est un homme sympathique et surtout courageux. En conclusion, j'ai été souvent choquée pendant ma lecture et j'ai failli abandonner. J'ai un autre Jean Teulé dans ma PAL de la médiathèque, mais deux à la suite ça ferait trop.
Commenter  J’apprécie          100
Sukkwan Island
  19 avril 2019
Sukkwan Island de David Vann
Ce livre …



Je ne connaissais pas David Vann. Pourtant il m'a tabassé le coeur et fouetté les sangs le bougre. M'a presque filé la nausée tant ce roman fut un choc pour moi.



Oui, ce livre est un choc. Et un premier roman ! Mais quelle maîtrise dans l'écriture. Quelle plaie dans le coeur du lecteur. Jim décide de s'installer avec Roy, son fils de 13 ans, durant une année, sur une île au sud de l'Alaska, loin de la civilisation et au plus près de la nature.



Quelle force dans ce huis-clos bouleversant entre ce père et ce fils, au beau milieu d'une nature sauvage et aussi tourmentée que les âmes de ce duo blessé.



Il ne faut rien dire d'autre de cette histoire. Ne pas dire. Se taire. Il suffira de se rendre sur Sukkwan Island pour comprendre les raisons de ce silence.

Juste dire qu'on ne sort pas indemne de ce livre. Il va vivre longtemps dans ma mémoire. Comme une blessure. Une cicatrice. Il laissera des images. Cinématographiques et insoutenables.



Ce livre marque, il ne faut donc pas se lancer à la légère dans ces pages tourmentées et souvent dérangeantes. L'artifice, ici, n'est pas de mise. On plonge dans ce court roman, comme hypnotisé. Effaré et stupéfait. Sous le choc, je le redis.



David Vann m'a bousculé, m'a fait mal. Mais n'est ce pas là la beauté de la littérature ?



Je découvre les éditions Gallmeister avec cet ouvrage. La collection poche TOTEM est juste magnifique et je me suis déjà procuré d'autres exemplaires dans ces éditions. Je vais me laisser un peu de répit puis je continuerai mes découvertes en terre américaine.



Quel est votre coup de coeur absolu chez Gallmeister d'ailleurs vous ?


Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          578
Ma réputation
  19 avril 2019
Ma réputation de Gaël Aymon
Lorsque Laura refuse le baiser de son ami Sofiane, les évènements s'enchaînent très vite après : une photo, des rumeurs, l'exclusion, les humiliations....



Un court roman, dans lequel le lecteur ado peut rapidement s'identifier pour mieux comprendre le phénomène de harcèlement et les souffrances qu'il engendre. On pourrait lui reprocher un déroulement parfois un peu tiré par les cheveux mais le récit reste touchant et l'on s'attache rapidement au personnage de Laura.



Un roman à avoir en CDI de collège et lycée.
Commenter  J’apprécie          20
Ils étaient vingt et cent...
  19 avril 2019
Ils étaient vingt et cent... de Stanislas Petrosky
"Ils étaient vingt et cent..." de Stanislas Petrosky est un roman sur l'horreur des camps de concentrations.

Gunther, 99 ans, revient sur sa jeunesse pendant la seconde guerre mondiale. Il se retrouve illustrateur officiel du camp de Ravensbrück et dessine l'horreur. De la construction du camp, à la libération, en passant par les expériences médicales, les brimades, les coups, la torture, les mises à mort, Gunther, avec son crayon, tente de laisser une trace de ces actes ignobles.



Ce livre ne laisse pas indifférent, et moi, qui ai lu beaucoup d'ouvrages sur les camps de concentration, celui-ci est particulièrement touchant. Les scène sont décrites telles qu'elles se sont passées, avec violence.

Un roman qui ne laisse pas indifférent et qui devrait être mis entre les mains des lycéens qui pour 51% d'entre eux ignorent la signification du mot "shoah"........

Merci à l'auteur pour ce livre bouleversant.

Merci à French Pulp pour leur confiance.

Commenter  J’apprécie          40
Dark Web
  19 avril 2019
Dark Web de Dean Koontz
Je n’en suis pas à mon coup d’essai avec Dean Koontz. J’ai lu les premiers (La peste grise et Le monstre et l’enfant) quand j’étais au lycée. Depuis j’en lis un nouveau roman de loin en loin. Mais, allez savoir pourquoi, alors que je suis toujours satisfait de mes lectures, je ne les garde jamais. Je ne peux donc pas en faire une liste exhaustive. Qu’importe ! Là, j’écris sur ma dernière lecture : l’édition de poche de Dark web obtenue en SP via Babelio.



Après ce préambule passons à mon opinion sur Dark web. Ma première remarque concerne le titre. L’original pourrait se traduire par Le coin silencieux. Je l’aurais peut-être traduit, à la lecture du roman, par zone d’ombre. Alors pourquoi Dark web ? Parce que c’est plus vendeur ? Mais dans le même temps, il me semble que bien des lecteurs se sont fiés au titre pour en conclure qu’il s’agissait d’une histoire traitant de l’Internet underground, celui où tout ce qui est illégal est possible. Dommage pour eux, ils ressortent déçus de leur lecture et le font savoir.



Ce roman a-t-il un lien avec un réseau obscure ? Caché ? Oui. Il est même au cœur de l’intrigue de la première à la dernière page. Alors de quoi s’agit-il si ce n’est d’internet ? me direz-vous. De plusieurs choses en fait. Tout d’abord d’un réseau de personnes mal intentionnées qui veulent dominer le monde, le faire évoluer à leur guise en éliminant les individus qu’ils estiment contrevenir à leurs plans. Comment ? En implantant dans leur cerveau, et à leur insu, un réseau (un filet plutôt) électronique qui permet d’influencer leur esprit, allant jusqu’à les pousser au suicide ou au meurtre.

Ne poussons pas le bouchon trop loin. Je ne vais pas vous décrire plus avant ce système très avant-gardiste mais très certainement irréalisable dans les décennies à venir.



Sorti de là rien que du classique. Une héroïne, membre actif du FBI, dont le conjoint à été victime de cette machination, part en guerre contre ce groupuscule des plus dangereux. D’autant plus dangereux que ses membres ont du pouvoir : chercheurs et avocats célèbres et fortunés, etc. Elle se cache. Elle se défie de tous, ou presque. Elle sait se battre et elle est prête à tuer.



Ce livre se termine-t-il sur un happy-end ? non. Même si l’héroïne s’en tire, le lecteur reste sur sa fin. Le scientifique inventeur du système est mort, mais l’organisation criminelle est-elle pour autant décapitée. Nous en savons rien en le refermant. D’une suite peut-être ? Pourquoi pas. Ah ben tiens ! puisqu’on en parle ! L’archipel vient de publier le tome 2 (La Chambre des murmures) et la série comporte déjà quatre titres.



Une petite remarque pour finir sur la traduction : J’ai été surpris par quelques erreurs. Dont la plus évidente est peut-être cette faute d’orthographe en page 58 : pékins au lieu de péquins. Mais si Sebastian Danchin était le premier à la faire... Promis si l’éditeur m’envoie le suivant en SP, je me ferais un devoir de noter ces petites choses pour les lui transmettre.



En bref : Un très bon moment de lecture, comme à chaque fois avec Dean Koontz. J’en redemande. Et vous ne devriez pas hésiter à le lire.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

2160 critiques

LeFigaro

2169 critiques

LeMonde

2396 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1913 critiques

Bibliobs

1520 critiques

LePoint

790 critiques

LesEchos

949 critiques

Lexpress

3873 critiques

Telerama

2624 critiques

LaPresse

1916 critiques

LaLibreBe...

1231 critiques