AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

En un combat douteux
  29 mai 2020
En un combat douteux de John Steinbeck
Dans "Un combat douteux" John Steinbeck, met en scène Mac militant activiste communiste et jim qui va apprendre ce qu'est le combat social auprès de Mac. Tous deux vont se rendre dans une vallée de Californie afin d'inciter les ouvriers agricoles qui subissent des baisses de salaire à faire grève. Si les conditions de travail sont dures, peu rémunérées et ne conviennent pas aux saisonniers ouvrier agricoles, ils ont en revanche besoin de travailler pour manger, il va donc falloir que Mac se trouve convaincant pour lever les foules et donner le goût de la révolte, ce qu'il fera !

La grève. Il la veut et une grève qui perdure, pas une qui s'arrête trop vite.

" une grève trop vite étouffée n'apprend pas aux ouvriers à s'organiser, à agir ensemble. Une grève qui dure est excellente. Nous voulons que les ouvriers découvrent combien ils sont forts lorsqu'ils s'entendent et agissent d'un seul bloc."

Mais il agit plus pour assouvir son idéologie, pour lutter contre le capitalisme que pour aider les ouvriers agricoles, ou encore par empathie. Alors est-ce un combat douteux ?

Que le collectif prime sur l'individu au détriment de l'aspect humain me gêne un peu. " je n'ai pas le temps de penser aux sentiments d'un seul homme dit Mac sèchement. J'ai trop à faire à m'occuper des foules. "

John Steinbeck, nous livre ici un roman documentaire, un roman qui s'assimile à un reportage, un roman que je suis contente d'avoir lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
Phu nu vietnam -femmes du vietnam
  29 mai 2020
Phu nu vietnam -femmes du vietnam de Arlene Eisen Bergman
"Femmes du Vietnam" est un témoignage de ce qu'ont vécu les femmes vietnamiennes pendant la colonisation française et la tentative de colonisation américaine. Plus globalement, ce livre parle du communisme, de l'impérialisme américain, d'exactions innommables, de féminisme, des conditions de vie au Vietnam, de l'évolution de la société vietnamienne, etc.



Autant être honnête, ce livre sent la propagande communiste. Cette doctrine est autant mise en avant que la condition des femmes, si ce n'est plus.

Notons également les nombreuses répétitions sur tout : les témoignages, les méfaits du colonialisme, les bienfaits du communisme, etc. L'ensemble sonne comme une tentative d'endoctrinement et aurait pu être abrégé.



Quelques passages sont tout de même intéressants. L'auteur dénonce notamment les crimes commis au Vietnam par les Français et par les Américains. Elle décrit également l'évolution positive de la condition des femmes vietnamiennes à travers tout ce foutoir. Ce qui aurait pu me réconforter mais l'impression que beaucoup de données sont faussées ou exagérées dans ce qu'elle nous raconte me laisse un petit goût d'amertume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
En nous beaucoup d'hommes respirent
  29 mai 2020
En nous beaucoup d'hommes respirent de Marie-Aude Murail
saga familiale ; guerre de 14 , guerre de 39-45

ce fut difficile d'entrer dans ces histoires



Commenter  J’apprécie          60
Les Bibounes
  29 mai 2020
Les Bibounes de Joëlle Girard
C'est un livre émouvant qui décrit les états d'âme d'une femme dont le mari s'est suicidé soudainement, acculé à cette extrémité par un individu plein de méchanceté et de hargne.

Cette femme écrit pour expulser sa colère et comprendre, pourquoi.

C'est plein d'amour, de passions lorsqu'elle relate sa vie familiale avant ce drame. Elle résiste, mais elle craque très souvent, et pourtant elle est forte, et plusieurs années après quand dans sa vie familiale, ses filles ont grandi, elle devient grand-mère, elle obtient grâce à cela le soutien qui lui est indispensable. La spiritualité l'aide aussi énormément.

Je recommande de lire ce livre à tous ceux qui pourrait douter qu'il est possible de s'en remettre après un tel drame.
Commenter  J’apprécie          40
Au risque d'aimer
  29 mai 2020
Au risque d'aimer de Léa Perrin
Même si j'ai déjà deux romans papiers de l'auteure, c'est avec celui-ci que j'ai commencé à découvrir sa plume. Un univers certe plus sombre que les autres mais tellement bien ficelé et maîtrisé.

J'ai énormément aimé cette histoire de triangles amoureux où nous faisons connaissance avec Iris, Soanne et Sacha. J'ai apprécié découvrir chaque trait de leurs personnalités et les suivre. J'ai beaucoup aimé la psychologie bien aboutie des personnages. L'âme a été complètement analysée, examinée dans son intégralité. Un beau travail à été fait.

L'auteure a parfaitement traité son sujet et a créé des personnages haut en couleur et complexes. Nous avons du suspense rondement bien mené qui nous rend totalement accro au récit. Léa Perrin a également bien approfondi les ressentis des émotions, c'est très intéressant d'avoir ce sentiment-là d'ailleurs. L'écriture est vraiment belle, prenante, fluide malgré quelques petites longueurs tout de même pour ma part. De nombreux mystères sont à découvrir et on ressent vraiment l'envie de les découvrir les uns après les autres. L'intrigue a été tout simplement superbe.

J'ai adoré l'ambiance du roman entre rebondissements, action, suspense et émotions, vous ne pourrez pas dire que ça en manque dans cette histoire. C'est une histoire à trois voix qui sort des sentiers battus des trios amoureux déjà vu et revus, c'est là le point fort du scénario, je pense. Lire des romances qui changent de tout ce que l'on peu lire quotidiennement, c'est ce que je recherche maintenant, moi qui en ai lu des tonnes, et j'ai énormément aimé celui-ci qui est passé pas loin du coup de cœur. Je félicite d'ailleurs l'auteure.

Je vous recommande fortement de découvrir de roman de l'auteure qui saura vous faire passer un excellent moment.



🏆 NOTE: 4.5/5⭐⭐⭐⭐⭐🏆
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
L'insoutenable légèreté de l'être
  29 mai 2020
L'insoutenable légèreté de l'être de KUNDERA MILAN.
un coup de cœur , j'ai adoré chaque mot chaque phrase chaque page de cet oeuvre, entre amour et politique on comprend notre insoutenable légèreté. l'auteur critique et attaque le communisme, parle de Dieu, de croyance , d'humain et d'amour
Commenter  J’apprécie          00
L'affaire Dominici : Expertise du triple cr..
  29 mai 2020
L'affaire Dominici : Expertise du triple crime de Lurs de Eric Guerrier
Ce pavé mériterait un autre titre : Tout ça pour ça !

Je mets 1étoile pour le travail de recherche , poussé à l'extrême ........Mais à vouloir scruter les moindres détails d'un dossier , à le tourner et le retourner sous toutes les coutures , sous tous les angles , on finit par s'y perdre .........Et finalement on rate l'essentiel .....Des centaines de pages , pour arriver à quoi ?? A une thèse délirante de complot et de commandos ....( encore une ! ) ...Quel dommage ....Ce que je n'ai pas apprécié non plus , c'est la vanité d'Eric Guerrier qui consacre tout un chapitre à "tailler un costard" à tous les ouvrages qui l'ont précédé ! Croyez-vous vraiment , cher monsieur , que le vôtre est mieux ??? Je ne le crois pas .....Plus long , plus fouillé ....jusqu'à la manie sans doute , mais au final vous vous embrouillez , que dis-je vous vous noyez ......Et vous noyez le lecteur par la même occasion , vous éloignant à jamais de la vérité ........
Commenter  J’apprécie          00
Le Crucifié de Farriers' Lane
  29 mai 2020
Le Crucifié de Farriers' Lane de Anne Perry
Encore une enquête qu'on a plaisir de lire, signée Anne Perry. Un honorable juge est retrouvé mort, empoisonné à l'opium dans sa loge au théâtre. Pitt et Charlotte ne sont pas loin et l'enquête lui est rapidement confiée.

Très vite, on sent que la mort du juge a un rapport avec une affaire sombre qui a défrayé la chronique : le meurtre d'un homme, crucifié. Le coupable? Un acteur juif qui l'aurait tué car la victime aurait séduit sa soeur. L'affaire aurait été jugée, puis jugée en appel et le juge serait l'un des juges d'appel.



Pitt se retrouve donc à enquêter sur les deux histoires. D'autant que si on suppose un drame domestique chez le juge tout le ramène invariablement à cette triste affaire. Pour cela, il est secondé comme de coutume par Charlotte. Mais aussi par Caroline, Vespasia, Micah Drummond et Gracie. Lire des enquêtes de Pitt, c'est lire également l'interaction avec tout ce petit monde qui évolue au fur et à mesure des tomes. Or, si on peut lire les enquêtes sans que ce soit nécessaire d'avoir tout lu, je trouve qu'avoir en tête le cycle entier apporte une certaine richesse appréciable.



Anne Perry profite de ce tome pour aborder plusieurs thèmes : la sacro-sainte justice britannique pour commencer. Difficile quand l'erreur judiciaire est en coulisse... Les mariages à l'époque victorienne qui se font souvent sans sentiments, qui poussent à des adultères ou alors à des épousailles réprouvées par la société car rang social, religion ou encore réputation entrent en jeu... Enfin Anne Perry aborde l'antisémitisme , très présent dans cette Europe du XIX e s.



Un tome dans lequel je ne me suis pas ennuyée. Je me répète mais Anne Perry est pour moi une valeur sûre.





Challenge A travers l'histoire 2020

Challenge Cluedo littéraire III

Challenge Mauvais Genres 2020

Challenge Séries 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
  29 mai 2020
"Chérie, je vais à Charlie" de Maryse Wolinski
2ème lecture sur les attentats de janvier 2015 et de la "tuerie" de Charlie Hebdo.



Nous sommes très loin du ressenti que j'ai éprouvé à la lecture du romande Chloé Verlhac mais ça colle à la réaction et la personnalité de Maryse Wolinski.



Les faits sont ici chirurgicaux, un rapport, un journal de bord.

C'est froid, distant comme la sidération, le déni puis la colère de la femme de George



Grosse différence avec le précédent récit de Chloé, nous en apprenons beaucoup plus sur l'avant attentat et cela interroge sur la gestion des menaces terroristes.



Peu est dit sur l'après... contrairement à Chloé mais on sent au travers de quelques lignes que ça ne s'est pas fait dans de bonnes conditions.



Sur la fin, Maryse W. Laisse un peu plus de place à son chagrin.



Un livre en pudeur et en réflexion
Commenter  J’apprécie          20
Jane Austen contre le Loup-Garou
  29 mai 2020
Jane Austen contre le Loup-Garou de Marianne Ciaudo
Jane Austen contre le Loup-Garou est très classique. Il y a moins d'actions dans ce récit, moins de rebondissements. L'auteure a choisi de concentrer son intrigue autour de la disparition de très jeunes filles dans un petit village d'Angleterre. Son histoire rappelle bien sûr toutes les légendes qui courent sur les loups à commencer par celle de la bête du Gévaudan. Marianne Ciaudo réussit quand même le pari de plonger son lecteur dans une petite bourgade du 19ème siècle. On y rencontre donc Jane Austen qui s'ennuie un peu aux côtés de ses parents. Quand des jeunes filles sont enlevées et retrouvées dévorées, elle enquête malgré elle, accompagnée de sa jeune bonne Alice. Si l'ambiance et l'univers m'ont séduite, je regrette le côté embrouillé que peut prendre parfois l'histoire. En fait, l'héroïne de ce récit n'est pas tant Jane Austen qui sert de prétexte que la rebouteuse du village et la jeune Alice. Une petite déception pour moi.
Commenter  J’apprécie          20
La Fille qui Danse
  29 mai 2020
La Fille qui Danse de Lisa Soto
Merci beaucoup aux éditions Noir d’absinthe/ Fleur d’absinthe pour leur confiance et pour l’envoi de ce roman via SimplementPro !

« La fille qui danse » fut une magnifique découverte. Plus qu’une « simple » romance, c’est une véritable histoire d’Amour que nous propose l’autrice, une histoire d’Amour mais aussi d’Amitié. Une tranche de vie avec ses joies et ses peines, avec ses grandes étapes et ses petits « riens » du quotidien, ses petits bonheurs simples qui deviennent à leurs tours des moments inoubliables et intemporels, de ceux qui enjolivent toute une vie.

Cette fameuse histoire d’amour c’est celle d’Asa et de Marec. Deux êtres qui se rencontrent par hasard sur un festival à Dublin. Lui est bénévole, elle une voyageuse de passage. Ils vont se croiser, se découvrir, passer la nuit ensemble et puis se séparer, deux jours après. Toutefois, ils prennent le temps d’échanger leur numéro de téléphone. Au fil de leurs pérégrinations, parfois régulièrement, parfois de loin en loin, ils maintiendront le contact. Quand ils auront besoin d’une voix amie pour briser leur solitude ou pour partager une expérience, ils s’appelleront, s’enverront des messages et des photos,…Jusqu’au jour où, peut-être, leurs routes se recroiseront à nouveau ?

Je ne suis généralement pas fan des romances qui vont « trop vite » où les héros sautent la case « faire connaissance » pour atterrir directement dans celle « passer la nuit ensemble ». Dans ce cas, pourtant, je suis rapidement passée outre ce détail. Dès le départ, bienveillance et douceur sont les maitres-mots de la relation qui unit Asa et Marec. Ils n’ont pas forcément de coup de foudre mais il y a une sorte d’évidence. Ils vont se comprendre et s’apprécier via des regards, des gestes échangés et puis par l’intermédiaire d’une danse. C’est beau et fort ! Ils auront parfois des désaccords, des disputes mais ils ne se blesseront jamais volontairement ! Tous les deux ont des fêlures qu’il leur faudra surmonter pour arriver à s’aimer pleinement mais ils ne s’en rajouteront pas entre eux ! Au contraire, ils prendront le temps de s’écouter et de se rejoindre.

Je vous ai parlé d’amitié aussi. Asa va rencontrer sur sa route de belles personnes qui vont éclairer son errance et avec qui elle nouera de solides amitiés. Toutefois, c’est celle qui unit Sam et Marec qui m’a tout particulièrement marquée ! Tous deux se connaissent depuis l’enfance et, malgré les revers de la vie, malgré que, parfois, ils n’ont pas toujours été à la hauteur l’un pour l’autre, leur amitié est demeurée indéfectible ! Leur relation, faite de répliques piquantes et de taquineries, m’a rappelée celle qui lie Christian et Éric dans la saga du Prince Éric (pour ceux qui connaissent 😊) : à se charrier gentiment, à se chercher constamment, sans jamais dépasser la limite acceptable pour l’autre, sans jamais le blesser (du moins, à nouveau, pas volontairement). Une très belle amitié qui sonnait « vrai ». J’ai adoré le personnage de Sam d’ailleurs : pour ce qu’il apporte à Marec, pour sa force et pour son humour aussi.

En parlant des personnages, j’ai bien évidemment été touchée par Asa et Marec. Asa est une jeune femme très sensible, généreuse, ouverte aux autres. Pourtant, même si elle va très facilement à la rencontre des gens, elle peut tout aussi bien se fermer ou partir si la personne n’est pas réceptive. La vie l’a rendue méfiante. Elle est à la fois pleine d’espoir en l’Humanité et pleine d’amertume envers cette même Humanité qui tue, rabaisse, pille,…Asa est une rêveuse et une idéaliste. Si Marec partage ses convictions, il est, pour sa part, plus terre à terre ; il l’aide à garder pied dans la réalité, d’une certaine manière. Pour autant, c’est également un rêveur et un bourlingueur. Et un Chamoniard, amoureux de ces montagnes qui l’ont vu naitre et grandir et aux sommets desquelles il aime s’évader. Deux personnages aux multiples facettes qui ont pris réellement vie sous mes yeux et que j’ai apprécié côtoyer. Leurs familles respectives sont belles aussi. Ça fait du bien de lire un roman dans lequel les gens s’aiment et se serrent les coudes, sans arrière-pensée.

J’ai donc presque tout aimé dans ce récit. Cependant, les derniers chapitres m’ont paru un peu trop rapide. Lisa Soto passe sur certaines choses sans vraiment s’y arrêter. Et pour l’une d’entre elles, plus particulièrement, j’aurais apprécié qu’elle s’y attarde davantage (surtout parce qu’elle me touche personnellement). Toutefois, je comprends son choix. Elle nous laisse, de cette manière, combler les trous afin que ses personnages prennent leur envol à travers notre imagination.

Ce titre propose un certain nombre de thématiques fortes et chères à l’autrice (elle le précise elle-même dans sa « note de l’autrice » en fin d’ouvrage), telles que les femmes, les enfants, la guerre, l’amitié, la Nature, l’Amour, l’Egalité,…Lisa Soto a voulu mettre toutes ses convictions (ou aur moins une bonne partie) dans ce roman, ce que je peux comprendre. Malheureusement, j’ai parfois eu l’impression que certaines de ses idées étaient un peu « plaquées » dans le texte et à peine effleurées avant de passer à autre chose. De plus, à force, j’ai eu la sensation d’un trop plein de messages. J’aurais préféré en avoir moins mais que ceux-ci soient davantage développés ! Ce sont toutes des bouteilles jetées à la mer, aux lecteurs d’en faire ce qu’il veut. Je comprends ce parti-pris, ce choix de l’autrice, même s’il ne me convient pas tout à fait. Cela ne m’a, cependant, pas empêchée d’apprécier son récit !

Je terminerai cette chronique en évoquant la plume de Lisa Soto qui m’a transportée dès les premières pages ! Elle est fluide, douce, poétique. Un plaisir à lire !

En bref, une Histoire d’Amour et d’Amitié qui m’a touchée. À force de les côtoyer, Asa, Marec et les autres sont devenus des personnes à part entière, réelles (tout comme ils le sont devenus pour l’autrice). Ce roman est une jolie claque, un hymne au partage, à la tolérance, au pardon qui aborde de nombreuses thématiques toutes porteuses de sens ! C’est un texte qui sonne juste, intelligent et rempli d’espoir….à lire absolument !!


Lien : https://leslivresderose.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

2495 critiques

LeFigaro

2366 critiques

LeMonde

2823 critiques

Lhumanite

511 critiques

Liberation

2130 critiques

Bibliobs

1603 critiques

LePoint

875 critiques

LesEchos

987 critiques

Lexpress

3972 critiques

Telerama

2714 critiques

LaPresse

2078 critiques

LaLibreBe...

1338 critiques