AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dernières critiques /RSS

Les Piliers de la Terre, Tome 1 : Ellen
  29 mai 2022
Les Piliers de la Terre, Tome 1 : Ellen de Ken Follett
Des années que je différais la lecture, recommandée par plusieurs connaissances, de ce pavé moyenâgeux en deux tomes et, en terminant celle du premier, Ellen, mon analyse n'est pas globalement favorable, même si j'ai trouvé quelques bons passages et moments qui me font lui accorder généreusement trois étoiles.



Pourquoi donc cette déception globale?



D'abord, parce que le manque de style littéraire est flagrant. Pas de lyrisme autour des projets des différents protagonistes, pas de vraies descriptions de l'environnement dans lequel se déroulent les différentes intrigues, l'auteur s'attachant davantage à décrire, avec un certain talent quand même, les visages et les corps féminins qu'à emporter son lecteur dans une odyssée qui pourrait devenir passionnante dans ce contexte.



Ensuite, en raison du décalage entre le titre et la réalité : les célèbres piliers ne seront même pas sortis de terre à la fin de ce premier tome, engloutis par la boue, aussi bien celle générée par les pluies britanniques que celles issues des sentiments malsains, haineux, violents de nombreux personnages, même un jeune adolescent.



Trois figures m'ont paru émerger de cette lie, celle de Tom le bâtisseur malgré l'invraisemblance de quelques situations suivant l'accouchement de sa femme, celle du prieur Philip, le seul vraiment voué à sa religion, conscient de ses limites, capable de bonté et celle d'Aliena qui donne son titre au second tome. J'espère qu'elle y sera plus présente qu'Ellen dans celui-ci.



Enfin, par l'impression de lire un bouquin surtout commercial, par ses longueurs inutiles, son dosage d'érotisme et de violence destiné à un public peu exigent, ses rebondissements que le lecteur voit venir à grande vitesse, ses références à l'amour, l'argent, la gloire bien mièvres, un ensemble finalement approprié à une médiocre série Netflix.



On est à des années-lumière du Nom de la Rose, des Rois maudits -- auxquels l'auteur emprunte dès les premières pages le thème de la malédiction, mais celle d'Ellen n'atteint en aucun cas la grandeur lyrique de l'anathème de Jacques de Molay -- ou encore des Pierres Sauvages de Fernand Pouillon.



Je vais enchaîner avec le tome 2, envisageant néanmoins de me diriger plus sûrement vers les célèbres longueurs de Victor Hugo ,en entreprenant une lecture très longtemps différée également, pour suivre Esmeralda et Quasimodo, sûrement plus nobles figures que celles des pâles héros de ces piliers déjà bien fissurés pour moi.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
On the run
  29 mai 2022
On the run de Evy Barnes
Je découvre la plume de cette auteure qui a déjà trois romans à son actif et que compte pas s’arrêter en si bon chemin ! Et elle a raison, car j’ai été transportée par sa plume et sa romance à couper le souffle.



Lana est journaliste et espère bien dénicher le scoop du siècle pour se démarquer dans sa vie professionnelle. Éternelle maladroite, pleine de vie et parfois un peu naïve, elle fait la connaissance du copain de sa voisine en lui fonçant dedans un matin, pressée par le temps. De suite attirée par le beau tatoué – même s’il l’intimide un peu… et il a de quoi ! – , elle n’aura de cesse de croiser Jax dans les jours qui suivent. Et il la sauve de bien des galères ! Peu à peu, ces deux opposés se dévoilent l’un à l’autre, sous l’œil mauvais de Candice qui ne voit pas ce lien indéniable d’un très bon œil ! Il faut dire que Jax est « à elle » depuis l’enfance ! Et quelle enfance ! Tous deux ont bien des secrets à cacher pour leur survie. Malgré elle, Lana se retrouve embarquée dans une fuite pour survivre aux pires ennemis imaginables. Saura-t-elle trouver sa place dans ce monde violent et brut qui ne semble pas fait pour elle ?



Ce petit résumé personnel de cette histoire hors du commun annonce la couleur : place aux rebondissements empressés, aux émotions fortes et à une romance torride ! En tout cas, selon moi, ce sont les points forts de ce roman.



L'INTRIGUE

L’intrigue nous emporte dans le présent d’une fuite vers un avenir meilleur pour Jax et Candice. Les péripéties s’enchaînent avec fluidité et pertinence, ne nous laissant pas un instant de répit. C’est aussi une plongée dans le passé des deux protagonistes, dans des passages en italiques particulièrement émouvants et qui font sens au fil du récit. J’ai trouvé cela très bien pensé et ajoutant une dimension nouvelle à la personnalité des protagonistes.



LES PERSONNAGES

Les personnages, justement ! Ils m’ont conquise. Tout d’abord, Lana, qui, derrière ses airs farouches, ne se laisse pas faire et montre une réelle évolution de sa personnalité tout au long du roman, cohérente avec ce qu’elle vit. Elle s’affirme et cela dessert très bien l’intrigue.



Ensuite, nous avons Jackson, alias Jax pour les intimes. Si, au début de l’histoire, il me sortait un peu par les trous de nez et me semblait très cliché dans le genre bad boy torturé et ténébreux, il a su sortir des sentiers battus et se révéler à travers les souvenirs de son vécu et des valeurs fortes, très ancrées dans ses traits de caractère.



Enfin, mention spéciale pour Candice qui m’a beaucoup plu et que j’ai trouvé vraiment originale, malgré ce côté Barbie et pimbêche qu’elle se donne. Elle aussi nous montre ses failles et ses forces, et est très bien mise en scène. Son passé et son histoire personnelle m'ont beaucoup touchée.



LES EMOTIONS

À travers eux se jouent beaucoup d’émotions, que l’auteure nous fait ressentir avec brio à travers des mots bien choisis. On pleure, on rit, on s’enflamme et on retient notre respiration à chaque page. Bravo et merci à l’auteure pour tous ces ressentis authentiques ! Je ne suis pas près d’oublier ma lecture !



L'UNIVERS ET L'AMBIANCE

L’univers et l’ambiance de l’histoire, entre monde moderne du journalisme et milieux illégaux, sont parfaitement décrits et mis en lumière. On ressent l’empressement, l’urgence et le danger dans leur fuite et on a envie d’y prendre part et qu’ils s’en sortent, vraiment.



LA PLUME DE L'AUTEURE

La plume d’Evy Barnes est très agréable à lire, dynamique et adaptée au genre. Comme dit plus haut, les émotions sont très bien décrites, de même que les lieux et ses personnages, ce qui nous immerge dans son univers sans difficulté. J’ai tout à fait pu m’imaginer chaque action, chaque protagoniste, et cela rend le récit d’autant plus vivant. Les dialogues sont délicieux et réalistes, contrebalancés avec des passages narratifs percutants et pertinents. On ne s’en lasse pas ! Et cela m’a donné envie de découvrir ses autres romances.



POUR CONCLURE...

En résumé, j’ai passé un excellent moment de lecture avec « On the run », dévoré d’une seule traite, grâce à une intrigue bien ficelée et intéressante, ainsi que des personnages émouvants et à la personnalité bien définie. Cette romance est à mettre entre toutes les mains des amateurs du genre. Émotions garanties !
Lien : https://wendybaqueauteur.wix..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le pensionnat des innocentes
  29 mai 2022
Le pensionnat des innocentes de Angela Marsons
SOMBRE ET HALETANT





C'est typiquement le genre de lecture qu'il me fallait : me replonger dans un polar....Et ce fut chose faite avec ce roman d'Angela Marsons...



Pour résumer, en 2004, dans une région industrielle du Pays Noir, 5 individus se réunissent pour sceller un pacte au-dessus d'une tombe qu'ils viennent de creuser.



10 ans plus tard, Teresa Wyatt, l'ancienne directrice d'un pensionnat pour jeunes filles est retrouvée noyée dans sa baignoire....coincidence ????



C'est l'inspectrice Kim Stone qui est chargée de l'enquête et qui va se retrouver mêlée à la découverte de squelettes d'enfants et autres maltraitances qui sont de près liés à ce pensionnat !!!



Ici tous les ingrédients sont réunis :



- une brigade soudée avec à sa tête une inspectrice déchirée par la vie, qui méprise les conventions, un peu cassante mais qui est tellement humaine, sensible et touchante...



- des sombres secrets qui remontent crescendo à la surface et qui nous tiennent en haleine tout du long



- une enquête haletante et une description fine de la psychologie de chacun des protagonistes qui permettent une immersion totale



- un dénouement bluffant !!!



En somme, une belle lecture addictive, fluide et concise.



Le va et vient constant entre la cruauté du passé et la vengeance du présent donne une véritable profondeur à l'intrigue.



J'ai donc hâte de découvrir les autres romans de cette auteure talentueuse.





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le Sang royal: La famille capétienne et l'État..
  29 mai 2022
Le Sang royal: La famille capétienne et l'État, France, Xe-XIVe siècle de Andrew W. Lewis
Sous un aspect austère et érudit, ce livre est un des plus excitant qui soient. Il joint habilement une question historique: qu'est-ce que la couronne et comment se transmet t-elle? à une interrogation anthropologique plus large que les structures de parents aristocratiques du Xe au XIVe siècle. Cela l'amène à donner des réponses très neuves et solidement argumentées à de vieilles questions sur lesquelles on croyait tout savoir: quand la couronne est t-elle devenue héréditaire? Qu'est-ce qu'un apanage et un prince de sang?

La famille capétienne a connu le même sort que celles des princes territoriaux. D'abord clan large où parentés féminines et masculines s'équilibraient, elle évolue au milieu du Xe siècle vers une structure verticale, où seul compte le lien agnatique.

Commenter  J’apprécie          00
Otaku Otaku, tome 6
  29 mai 2022
Otaku Otaku, tome 6 de Fujita
J'ai beaucoup aimé ce sixième tome qui voit nos otakus forcés de négliger pour un temps leurs mangas, jeux vidéo, cosplay et autres animés.



En effet, un voyage d'entreprise oblige nos quatre héros à délaisser leurs passions et à se glisser dans la "vraie vie" parmi leurs collègues qui les accapare. Les deux couples ne peuvent passer que peu de temps ensemble au cours de ce séjour, mais ces quelques instants partagés sont très mignons.



Fujita fait toujours preuve d'autant d'humour, notamment avec un chapitre consacré aux suggestions des lecteurs : l'auteur développe quelques unes de leurs idée les plus farfelues, ce qui constitue un parenthèse très amusante dans un récit qui est toujours aussi décousu, sans pour autant perdre de sa cohérence.



Le sixième tome m'a donc permis de passer à nouveau un très bon moment et j'espère que le septième tome sera aussi bon.

Commenter  J’apprécie          60
Naissance d'un pont
  29 mai 2022
Naissance d'un pont de Maylis de Kérangal
Nous pouvons tous imaginer ce qu'il faut pour faire un pont.

Il faut un projet, une volonté publique.

Il faut toute une palette de corps de métiers : des architectes, des ingénieurs, des géologues, des grutiers, des ouvriers spécialistes des différents domaines de la construction.

Tout cela, nous le concevons facilement.

Maylis de Kerangal nous emmène plus loin : elle nous emmène voir l'envers du décor et, derrière les fonctions, nous montre les hommes.



Les préparatifs et la volonté des uns et des autres de faire partie de ce chantier qui s'annonce hors norme. La construction durant laquelle chacun s'active comme dans une immense ruche. Les difficultés qui ne manquent pas de survenir.

Eh oui, construire un pont est bien plus complexe que ce que l'on imagine de prime abord.



L'idée de départ est séduisante et de plus, j'ai aimé retrouver dans cette lecture le style que j'apprécie, ces longues phrases rythmées et animées d'un souffle puissant.

Mais certains aspects du roman m'ont déçue.

Certains personnages sont seulement esquissés alors que j'aurais aimé les voir plus fouillés ; certaines réflexions, pertinentes au demeurant, ne sont qu'amorcées alors que j'aurais aimé qu'elles soient plus poussées.

Tout ceci fait que cette lecture m'a laissé un goût d'inachevé, et ne m'a pas autant régalée que d'autres titres de l'auteur, dont le meilleur parmi ceux que j'ai lus à ce jour reste Réparer les vivants, nettement plus intense et prenant.



Malgré cette petite déception, Naissance d'un pont n'est pas dénué d'intérêt. Je ne regarderai plus un pont, ou plus généralement un grand ouvrage, de la même façon : je ne me contenterai plus d'admirer la technique ou l'esthétique de la construction, j'aurai une pensée pour tous ceux qui en ont permis la réalisation.

Je penserai que derrière les professionnels qui ont œuvré sur le chantier il y avait des êtres humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Jacques Vingtras, tome 1 : L'Enfant
  29 mai 2022
Jacques Vingtras, tome 1 : L'Enfant de Jules Vallès
Un roman autobiographique d'une enfance profondément traumatisée par l'autorité d'une mère sans amour, dont le fouet est en quelque sorte le seul moyen d'être en contact avec elle, si bien que le petit Jacques trouve grâce en allant négocier avec la voisine pour lui épargner ce calvaire. Eh oui, dès qu'il y a menace de fouet, la voisine se porte garant pour accomplir cette tâche dans le seul but de relâcher le petit Jacques....
Commenter  J’apprécie          90
Starfell, tome 1 : Violette Dupin et le roy..
  29 mai 2022
Starfell, tome 1 : Violette Dupin et le royaume évanoui de Dominique Valente
Troisième opus de la série, je persiste à dire que Starfell, dans le genre Fantastique Sorcellerie, est une excellente série pour les lecteurs encore trop jeunes pour la série Harry Potter, avec une chronologie simple, un texte accessible, mais créatif, et une héroïne sorcière attachante.





Cette fois, l'ennemi des sorciers, le magicien et chef des fanatiques Frères de Wol, Silas, tente une approche différente en permettant aux écoles d'humains normaux d'intégrer les enfants magiques. Pour Violette, c'est une consternation et une raison supplémentaire d'être vigilent. Pour la vaste majorité des adultes, néanmoins, c'est une bonne idée. Perplexe devant l'attitude insouciante à la limite de l'abrutissement des citoyens de Starfell, Violette va néanmoins devoir faire sa première journée d'école, qui ne se déroule absolument pas comme prévu. Entre un prof qui se sert d'une arme redoutable pour l'esprit humain et une élève elfe qui sait dompter le Vent d'Hiver, Violette fini par faire une évasion particulièrement chaotique, accompagnée de ladite elfe, Twist, d'un humain, Peg, et de son fidèle compagnon kobold, le taciturne et plaignard Oswin. La tentative d'asservissement du prof par la craie de Gerfeuil, instrument magique, est la preuve qu'il se trame quelque chose de grave et comme un malheur ne vient jamais seul, des documents elfiques ont été volés. Ceux-ci pourraient mener Silas à récupérer un artéfact elfique qui a le pouvoir de voler la magie aux gens, sous forme de sceptre. Il aura été vu pour la dernière fois dans une magnifique cité elfique, aujourd'hui cachée par sa propre Reine. Violette et ses compagnons sont donc entrés dans une course contre la montre: ils doivent trouver le sceptre avant Silas et ses sbires.





Honnêtement, ce tome-là, je l'ai rapidement cerné et pour moi, Violette était en train de jouer le jeu de Silas. C'est agaçant de deviner l'histoire. Les deux premiers tomes étaient à mon sens moins prévisibles. L'idée de la cité "vivante" était cependant intéressante et bien décrite et il y a de nombreux éléments magiques fort sympathiques.





Le personnage de Silas m’ennuie singulièrement, cependant. Un peu comme tous ces "Seigneurs des ténèbres", il est plus "grande gueule" dépersonnalisée que réellement effrayant. Un autre qui est avide de grands pouvoirs et de contrôle absolu, mais ça me ramène toujours à la même question: pour quoi faire? Être le plus important? Oui ça on a comprit, clairement il y a un gros trouble de l'attachement là-dedans, mais hormis cela, je trouve ce genre d'antagoniste incomplet et redondant. Ils n'ont pas de vision ou de valeurs et leur plan est toujours le même. Ils sont invariablement bornés, cupides et narcissiques. Ce sont juste de gros cons en manque d'attention, au final, déjoué par des enfants plus malins qu'eux. Et comme bien des mégalomanes en puissance, il appuie sa dictature sur des fondations religieuses. Au moins, on peut dire que c'est crédible sur ce point. Bref, un gros méchant comme on en voit un peu trop souvent, mais c,est là mon humble et impertinent avis. Mes jeunes lecteurs seront assurément moins pointilleux que moi sur ce sujet.





Comme les autres tomes, j'apprécie la majorité féminine qui y est présenté . On l'oublie facilement, parce que c'est la norme, mais les romans jeunesse ont longtemps eu la faiblesse de la représentativité au féminin carencée. Ici, on a de la variété et elles occupent toute sorte de positions sociales et groupes d'âges. En ce sens, les Satrfell innovent. C'est le genre de roman que je souhaiterais pouvoir promouvoir en tant que libraire jeunesse à ma clientèle de 8-9 ans masculine, dont un trop grand nombre boude encore les romans avec des héroïnes. Un drame quand on voit quel genre de beau modèle Violette représente. Elle est courageuse, elle connait la valeur du travail d'équipe, elle est intègre et ne se laisse pas démonter parce que son opinion n'est pas partagé. Elle a des limites, mais aussi de grandes forces, dont un fort code moral. C'est également un personnage qui ramène souvent l'importance de sa grand-mère, décédée dans le premier tome. J'ai rarement un personnage qui fait un deuil aussi évident, merci à elle pour cette réalité souvent négligée.





Donc, si ce n'est pas mon tome préféré, la série reste dans mes favoris pour ce genre dans la littérature Intermédiaire. Un quatrième tome est prévu, ce qui classe la série dans les sagas, dorénavant.





Petit constat quand à la couverture: Le personnage aux cheveux blanc assis derrière Violette ( la sorcière) est difficile à identifier. Soit il s'agit de Peg, un garçon humain qui devait voyager avec Violette par balais, mais il est de peau mate aux yeux verts, ce ne peut donc pas être lui. Reste Twist, l'elfe, qui est physiquement pâle, aux cheveux clairs et aux yeux bleus, mais elle possède des oreilles pointues et ne voyage pas sur balais, puisqu'elle contrôle le vent d'Hiver et se déplace grâce à lui. Donc, qui est le personnage sur la couverture? Et il y a un problème d'angle avec le bras et la jambe de Violette, donnant l'impression d'un tibia deux fois trop long et d'un bras droit ayant trois articulations. Le reste est vraiment beau, cela dit, je n'ai pas souvent des couvertures pâles. Et la cité elfique en arrière-plan rappelle celles imaginées pour l'univers de J.R.R Tolkiens.





Pour un lectorat du second cycle primaire, 8-9 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Là où je me terre
  29 mai 2022
Là où je me terre de Caroline Dawson
J'ai beaucoup apprécié ma lecture. J'ai été rapidement conquise par toutes les références culturelles qui me rappellaient mon enfance : Passe-Partout, Québec-Loisirs et Marie Carmen, entre autres.



Un point négatif qui m'a titillé, c'est l'utilisation des sacres (surtout au début du roman) alors que la narratrice parle de sa réalité d'enfant de 7 ans. Je me suis demandée si c'était vraiment nécessaire. Sauf pour la flute à bec, ça, oui, l'ostie de flute à bec.



J'ai apprécié me plonger au coeur d'une réalité qui n'est pas mienne : l'immigration. Comprendre les sacrifices des parents qui prennent la décision de tout quitter pour offrir un monde meilleur à leurs enfants. Ces enfants qui sont déracinés et qui bâtissent leur identité en parallèle de celle de leurs parents. C'était intéressant de le vivre de l'intérieur et mieux comprendre ce qu'ils vivent.



Ce roman m'a aussi fait penser à Kukum de Michel Jean. Dans ce dernier, on voit l'assimilation des autochtones par les Blancs, la transformation de leur mode de vie. Dans Là où je me terre, la petite Caroline cherche à adhérer à la culture québécoise. Elle délaisse ses origines pour devenir une bonne petite québécoise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le spectateur
  29 mai 2022
Le spectateur de Théo Grosjean
Je m'initie doucement à la bande dessinée, ce n'est pas un genre vers lequel je suis portée. On me l'a recommandé chaudement et je ne suis pas déçue.



D'abord, les vignettes sont faites comme si nous étions le personnage principal, TSA et non-verbal. On voit littéralement sa vie à travers ses yeux. La conception du bien et du mal est décalée de la nôtre et ça peut être choquant.



Ensuite, c'est très riche de vivre une histoire à travers les yeux d'une personne TSA puisqu'on nous plonge dans sa tête, dans sa perception des choses.



À découvrir.
Commenter  J’apprécie          10
Manikanetish
  29 mai 2022
Manikanetish de Naomi Fontaine
J'ai beaucoup aimé, pour plusieurs raisons. D'abord, j'enseigne moi-même le français, alors c'est venu me rejoindre tout de suite. De plus, dans ma cohorte à l'université, j'ai une amie qui a fait cette grand aventure : aller enseigner dans les régions du nord. Ça m'a fait penser à elle.



Ensuite, j'ai aimé les chapitres courts. C'était facile de suivre la lecture. Le mot en italique, au début, nous permettait de nous situer rapidement et nous donnait un indice sur ce dont il allait être question. C'était court, mais assez précis pour bien suivre et avec assez d'espace pour le lecteur pour combler les trous.



J'ai aussi aimé les dialogues sans dialogue. Comme les dialogues n'étaient pas introduits de façon classique, j'étais parfois déstabilisée de lire une parole, pensant que j'étais encore dans la narration. J'ai aimé ce procédé différent qui mêlait parole et narration.



Finalement, j'ai aimé connaitre sa vision personnelle de ce qui arrivait parce que nous étions dans sa tête. De voir sa vie croiser celle de ses élèves et connaitre sa vulnérabilité par rapport aux événements. Elle m'a aussi réchauffé le coeur en me montrant que c'est normal qu'un enseignant s'attache autant à ses élèves et qu'on veut le meilleur pour eux et à quel point on peut croire en eux même quand eux ne croient plus en eux-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Chroniques post-apocalyptiques d'un garcon ..
  29 mai 2022
Chroniques post-apocalyptiques d'un garcon perdu de Annie Bacon
Quel plaisir de retrouver Astride et sa bibliothèque. Je m'étais attachée aux personnages dans les deux premiers tomes. Ce fut aussi un réel plaisir de faire la rencontre de Hatim avec son histoire et sa façon de vivre après l'heure H, sa relation avec son groupe et son désir de progresser.



Le seul défaut de cette série, c'est que ce n'est jamais assez long. J'ai toujours envie d'en lire plus et je vis une frustration de n'avoir qu'une partie de l'histoire. Je vais attendre le prochain avec une grande impatience.



J'ai hâte d'en apprendre plus sur la famille de Hatim. Sur sa quête, s'il va la réussir, ce qu'il va découvrir.



Sinon, encore une fois, j'apprécie de me promener entre l'heure H et la réalité post-apocalyptique des personnages pour en apprendre plus sur ce qui se passe. J'apprécie les listes de Astride qui me font penser à moi et j'apprécie aussi les réflexions dans les écrits de Monsieur Beauséjour.
Commenter  J’apprécie          10
Astre-en-Terre, tome 1
  29 mai 2022
Astre-en-Terre, tome 1 de L. P. Hurel
Suivez-moi sur La Passionnée, sur Facebook: @LaPassionDesLivres



Astre-en-Terre – L.P. Hurel



Mon défi continue avec une SUPERBE nouveauté : un Young Adult de Science-Fiction et Fantasy. Un premier tome fabuleux! Il ne me reste que quelques jours (5 mai au 5 juin 2022) pour terminer le Challenge NetGalley « Élargir ses horizons » avec la découverte de nouveaux genres et de nouveaux formats. 15 livres. Vous découvrirez sur La Passionnée de nouvelles chroniques en tout genre, en toute forme. Laissez-vous séduire!



« Qu’ils le relâchent ou qu’ils le tuent… »



Enguerrand n’est pas un aventurier, il est presque qualifié comme un gamin puisqu’il n’a pas beaucoup de poils au menton. Toutefois, il est le premier, le premier membre de sa famille, a avoir été choisi. Il est le premier membre de sa famille à entreprendre un aussi long voyage, surtout à l’autre bout du pays. Il vient de la province de Bois-en-Terre, et il est maintenant attendu par le souverain d’Astre-en-Terre, le grand Royaume, par le Pacificateur. Parmi plus d’une vingtaine de fils de régents, « c’était lui qu’on avait désigné pour épouser la princesse Isolina, l’héritière la plus en vue du royaume. » Cependant, en chemin pour aller rencontrer sa promise, il se fera enlever.



« L’essence stellaire était devenue une véritable monnaie d’échange… Mais depuis quelques années, une nouvelle source de magie faisait de l’ombre au nectar gris. Les partisans du Ténébreux tiraient leur puissance du détournement de la lumière. C’était une magie sombre et maléfique qui plongeait peu à peu le monde dans les ténèbres… »



Isolina a l’impression que les membres du conseil du royaume lui cachent des choses. Beaucoup d’éléments. Mais lorsqu’elle apprend que son fiancé, qui était l’homme docile et facile qu’elle devait épouser, a été kidnappé, elle est sous le choc et… désemparée. Furieuse et déçue. Il n’avait qu’une chose à faire : s’asseoir dans son carrosse afin de venir à elle, c’est tout. Et maintenant, il serait un traître d’Astre-en-Terre?



Moera va sans terre est la cheffe des bandits. Elle est belle, étrange, dangereuse… Elle est sombre… libre et mystérieuse. C’est une pirate. Elle vit sans terre, sans foi ni loi. Elle pille, vole, et s’est créé une vraie petite armée. Moera se retrouve sur la route d’Enguerrand et, découvrant son identité, décide de le kidnapper afin de faire valoir ses exigences au Royaume.



« Moera ne lui avait pas volé sa vie.

Son existence avait commencé le jour où elle l’avait enlevé. »



C’est ainsi que sa « misère » commence. Propulsé dans le monde des bandits, Enguerrand commence à perdre des forces au fur et à mesure que le nectar disparaît de son corps. Pour sa part, notre pirate est, elle, de plus en plus forte sans en consommer, observe-t-il. Elle va l’utiliser pour son noir projet, mais tout tournera de travers… Moera et lui vont traverser beaucoup d’épreuves ensemble… Lorsqu’ils apprendront la vérité, sauront-ils faire face à la Légende? À la pression que veut dire : sauver le monde et la Terre?



« Il existe une légende qui prétend que le Libérateur et la Libératrice des Étoiles s’empareront du Flambeau dérobé par le Ténébreux et le plongeront jusqu’au centre de la terre pour rallumer les astres. Ainsi, ils stopperont l’effondrement qui le menace le monde. »



Je me suis lancée dans cette lecture sans lire le quatrième de couverture, sans lire le résumé, sans regarder la couverture. Rien. Je me suis tout simplement lancée et vous savez quoi? J’ai adoré!

Dès les premières pages, j’ai été entraînée par la plume de l’auteure, qui a une écriture fluide, géniale et addictive. La description de son univers et de ses personnages est tellement réaliste/fantastique que j’avais l’impression de regarder un film. Certes, j’en voulais beaucoup plus… L’histoire était courte, MAIS c’est un premier tome. Donc L.P. Hurel nous met en bouche ses mondes, la lumière et l’obscurité. Avec la guerre qui approche à grands pas pour la prise du pouvoir, suivre les aventures d’Enguerrand, Moera, Arlandor et Isolina fût génial.



Parlons d’abord d’Enguerrand. Au départ et au fil de ma lecture, j’ai grincé des dents et grogné plusieurs fois après lui. J’aime les hommes forts, déterminés. Ce dernier me semblait faible, un vrai petit garçon peureux. Certes, il n’est pas aventureux, mais quand même… Mais au fil du temps, on apprend à le connaître et à l’apprécier. Il prend de la force, du courage et de la détermination. Lui qui voulait seulement prouver son innocence, il se retrouve à vouloir sauver la Terre.

Ensuite Moera. Notre pirate. Notre cheffe des bandits. Wow, mais quelle femme forte. Un personnage puissant, mystérieux. J’ai été drôlement surprise par son caractère volage qui s’adoucit au contact d’Enguerrand. Lorsqu’elle lui apprend à se battre, on la sent se rapprocher de lui doucement, tranquillement.

Arlandor, quant à lui, est le plus énigmatique. Il veut passer pour le fragile, mais il en est loin. Fort et déterminé, dès il saura qu’Enguerrand est innocent et qu’il est en danger, il fera tout pour le sauver. Mais également pour connaître la vérité et en savoir plus sur les Étoiles.

Et pour finir, Isolina, notre princesse. Dotée de pouvoirs puissants, elle est forte, un personnage féminin tellement résolu, courageux. Elle ferait tout pour savoir ce qui se passe dans son royaume, mais elle doit confronter son père, le regard des autres… L’amour qu’elle porte à sa meilleure amie et, bientôt, à son nouvel ami, fera d’elle une femme encore plus forte. Mais savoir la vérité a un prix…



J’ai aimé avoir plusieurs points de vue afin d’en apprendre plus sur l’histoire, sur ses personnages, mais surtout sur cet univers. Ce monde mystérieux, puissant, est tellement bien décrit que j’avais l’impression d’y être. Un univers fantastique surprenant. Aucun passage en longueur, chacun des passages est entraînant. L’idée de base (Astre-en-Terre, les pouvoirs magiques, la technologie, le nectar stellaire) est géniale et originale.



Wow, quelle belle découverte, quelle nouveauté! J’ai été littéralement aspirée dans cet univers, j’ai DÉVORÉ ce roman. Un Young Adult fabuleux, une histoire de science-fiction entraînante et… j’ai TRÈS hâte de lire la suite! Que vont devenir nos héros?! 12/10



Merci pour ce service presse!

#AstreenTerre #NetGalleyFrance #Adolescent #YA #YoungAdult #Jeunesse #ScienceFiction #Fantasy #Luminos #Ténébros #honneur #guerre #kidnapping #cérémonie #mariage #nectarstellaire #rebelles #secrets #suspense #choix #voie #guerrière #Libérateur #suggestiondelecture #lecturedumoment #lecturedusoir

#ChallengeNetGalleyFR #NouveauxHorizons #Défis #Challenge #servicespresses #exclusivité #nouveauté #lecture



Résumé:

Laver son honneur ou sauver son royaume ?

Promis à la princesse Isolina, Enguerrand doit l’épouser pour assurer la lignée de Celestia. Mais en route pour la cérémonie, il se fait enlever par Moera : la contrebandière de nectar stellaire la plus redoutée du pays.

Prisonnier des rebelles, sa vie bascule.

Enguerrand est prêt à tout pour retrouver sa liberté… jusqu’à ce qu’un terrible secret fasse voler ses certitudes en éclats.

Pour la première fois de sa vie, il doit faire un choix : suivre la voie qu’on a tracée pour lui ou s’associer à sa ravisseuse ?

★ ----------------------- ★


Lien : https://www.facebook.com/LaP..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Un peu tout croche
  29 mai 2022
Un peu tout croche de Mélina Proulx
Une lecture lumineuse qui arrive à point. Je l'avais vu circuler beaucoup sur les réseaux sociaux et je n'ai pas été déçue. Toute notre enfance, on nous berce de princesses et d'amour avec un grand A. Ce roman, tout en douceur, tout en délicatesse, nous fait revivre ce sentiment que l'amour existe et qu'il peut être beau.



J'avais envie de me prendre un appartement, d'aller dans un café et de faire des rencontres pour revivre les papillons et l'infini de possibilités, sans responsabilités, juste vivre.



C'était beau, c'était doux, c'était réconfortant. Je lisais en me disant qu'il allait arriver quelque chose pour gâcher le bonheur... Mais c'est resté beau et tendre.



Gros coup de coeur pour l'écriture inclusive. Pour la poésie dans les mots. Si tu cherches une lecture légère qui fait du bien, c'est un incontournable. J'ai passé un excellent moment.
Commenter  J’apprécie          20
Marée montante
  29 mai 2022
Marée montante de Quimper Charles
Une vague d'émotions, tout simplement. Comment peut-on survivre à la mort de notre enfant? Naviguer entre les souvenirs, heureux et malheureux, la douleur de la perte de l'autre, le désespoir, la noirceur, la folie qui peut finir par nous habiter.



C'était touchant, dur, pesant, mais tendre à la fois. La mort d'un enfant, c'est aussi, trop souvent, la dérive d'un couple.



Je suis emplie d'émotions, d'images. Une lecture qui vient nécessairement nous chercher. À lire une fois. Vraiment.
Commenter  J’apprécie          10
Et ça vous fait rire ?
  29 mai 2022
Et ça vous fait rire ? de Hugleikur Dagsson
Je suis tombée sur ce livre par hasard. En le feuilletant, j'ai d'abord été attirée par les dessins simples et les propos courts et percutants.



En prenant le temps de le lire, j'étais tiraillée entre l'appréciation de la critique sociale et le sentiment d'aller parfois trop loin.



Certaines illustrations m'ont rejointe, d'autres non. Possiblement parce que cette satyre vient d'un autre pays et que les réalités ne sont pas toutes pareilles.



La simplicité des dessins permet d'aller à l'essentiel et aide parfois à la compréhension parce qu'il n'y a pas de superflu. Si tu aimes les propos crus et un peu trash, le regard critique sur la société, c'est pour toi.
Commenter  J’apprécie          10
Monsters
  29 mai 2022
Monsters de Ken Dahl
Ce livre s'est mis sur ma route alors que je regardais des livres usagés. J'essaie de lire de plus en plus des romans graphiques pour les apprivoiser, c'est pourquoi je l'ai rapporté chez moi.



J'ai apprécié comment l'auteur nous parle de sa relation avec l'herpès. Tout au long de ce livre, on voit comment cette maladie prend toute la place puis comment il finit par vivre avec elle. On voit aussi comment ça lui cause des problèmes par rapport à ses relations avec les autres. C'était très intéressant de mieux comprendre cette réalité.



Bonus : on y retrouve les informations précises sur ce qu'est l'herpès, quelles parties du corps elle touche, comment elle est transmise, etc.



Les illustrations sont loin d'être exceptionnelles, mais on y ajoute des informations supplémentaires ou de petites blagues. Certaines sont très explicites, mais avec le sujet central, ça serait difficile de faire autrement.
Commenter  J’apprécie          10
Petit éloge du baiser
  29 mai 2022
Petit éloge du baiser de Jérôme Attal
J'avais oublié "l'avis à donner", un tout petit livre, tout sobre, esthétique à l'image de son auteur Jérôme Attal, une variation sur le baiser, lui et le baiser, lui et le baiser à l'adolescence, à l'âge adulte, lui et la peur d'oublier avant la publication tant et tant de choses à raconter sur le sujet.

On le prend comme un cadeau, on pioche, ce n'est pas un roman !

Il est à offrir à toutes les personnes aimées, appréciées, même son meilleur pote, ce livre est un régal, une pépite, une joie, de la poésie, des sourires, des éclats de rire, de la tendresse immense, des pincements au coeur sur les regrets des disparitions, les réelles, tout y est, il croit toujours qu'il en manque...

Il y a même la recette du baiser parfait (chuuuut... c'est du Jérôme Attal pur), ainsi qu'une place pour déposer votre voeu et votre baiser ! ;-)))
Commenter  J’apprécie          60
Novice
  29 mai 2022
Novice de Stéphane Dompierre
L'idée de départ était intéressante, puis, tout a basculé rapidement dès le début du livre. Ce qu'on prenait pour acquis cachait une toute autre réalité. Parfois, les apparences sont trompeuses. La rencontre avec la Brute donnait le ton et on avait vite envie de connaitre la suite.



L'auteur a su parsemer son livre aux bons moments d'une touche d'humour pour faire descendre la pression juste assez pour, au tournant, nous surprendre avec un autre événement.



Les explications de la fin m'ont laissée perplexe, j'avais encore des questions, mais j'ai fait confiance à l'auteur et, en ne suranalysant pas, j'ai aussi su apprécier la fin.



La violence est décrite avec juste assez de détails sans trop en dire pour laisser la place à l'imagination du lecteur. À ne pas lire le soir, seul, autour du feu dans une forêt.
Commenter  J’apprécie          00
La lettre F
  29 mai 2022
La lettre F de Somain Jean-François
D'abord, c'est un roman plein d'intelligence et de réflexions sur la société : on pourrait certainement faire le parallèle avec les algorithmes des réseaux sociaux qui amènent les gens à ne voir qu'une facette du monde.



Pendant ma lecture, j'ai été en colère après ceux qui ne réfléchissent pas et qui se laissent dicter leur conduite alors que la vie de gens est en danger. Combien c'est fâchant de discuter avec une personne qui n'a qu'une façon de voir les choses. Comment peut-on adhérer si facilement à des inepties quand on est doté d'intelligence?



J'ai eu peur pour le personnage principal, j'ai suivi sa fuite avec beaucoup d'intérêt. Allait-il mourir à son tour?



Il y a certainement des liens à faire avec le film Don't look up et le livre Inconnu à cette adresse. (Pour mes collègues de 5e secondaire.)



Bref, un roman qui nous habite, qui nous amène à réfléchir... parce qu'on sera toujours plus sensés que des ordinateurs et que le libre choix et la bienveillance sont tellement importants dans la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

2862 critiques

LeFigaro

3097 critiques

LeMonde

3720 critiques

Lhumanite

511 critiques

Liberation

2373 critiques

Bibliobs

1933 critiques

LePoint

1064 critiques

LesEchos

1129 critiques

Lexpress

4138 critiques

Telerama

3001 critiques

LaPresse

2438 critiques

LaLibreBelgique

1682 critiques