AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dernières critiques /RSS

Le fossoyeur, tome 1
  10 mai 2021
Le fossoyeur, tome 1 de Chihiro Watanabe
Pas le temps de tergiverser on rentre de suite dans le vif du sujet ! Néanmoins on arrive déjà s'attacher à notre personnage principal grâce à de petits flash-back et de son histoire quand même triste. Tout est bien goupillé le scénario est très bien mis en place avec ce qu'il faut d'information.

💀

Le rythme est soutenu pas le temps de s'ennuyer et on se retrouve rapidement à la fin du manga! Les combats sont fous, le dessin est très bon.

💀

Nous partons sur une histoire quand même gore, si vous connaissez ce mangaka vous avez du lire Pygmalion. Et comme le dit le mangaka au début de tome "et oui encore un manga d'horreur !"

💀

Néanmoins ça se mélange un peu avec le genre shonen avec notre héros qui en respecte les codes (il est d'ailleurs classé shonen). Et son arme 😱 ultra badass une énorme épée guillotine, je veux !

💀

Bref j'ai vraiment apprécié ce premier tome, ça m'a donné envie, en attendant la suite, de relire Pygmalion
Commenter  J’apprécie          00
Sans retour
  10 mai 2021
Sans retour de Thomas Clearlake
Kalispell, Montana, ‘l’hiver avait tardé à venir cette année’, est la première phrase du livre, mais finalement au bout de quelques pages on va vite se rendre compte que c’est avec un blizzard de plusieurs jours et des tonnes de neiges qu’ils vont être confronté.



Ray McDowell, comptable et assistant de John Gardner, qui détient la compagnie T&J Gardner Compagny, est inquiet de ne pas avoir de nouvelles de son patron. Celui-ci est parti dans son chalet (Eagle Nest) en montagne avec sa famille ainsi que des amis, ayant pas de nouvelles depuis plus de 3 jours Ray va finir par alerter le capitaine Kelley. Mais le blizzard qui n’en fini pas, bloque tout, et c’est finalement après 18 jours qu’ils vont pouvoir envoyer les secours par hélico.



C’est assez intrigué par la couverture que j’ai ouvert ce livre, je n’avais pas vraiment lu le résumé. Je savais juste que cette histoire se déroulait au Montana, région que j’aime beaucoup du coup j’avais très envie de m’évader avec ce livre. Bon ben euhhhhh…m’évader ok, mais pas dans leurs circonstances, on va très vite comprendre que leur histoire part un peu en sucette et qu’ils peuvent finalement se le garder leurs escapade deluxe dans leur chalet, moi je préfère ma vie sans histoires lol !



Ce livre n’est pas pour les âmes sensibles, si vous n’aimez pas le genre, il vaut mieux passer son chemin !

Moi qui aime bien ce genre de livre, ici je ne sais pas, je n’ai pas été très emballé par le début. J’ai très vite deviné un élément, du coup le début du livre m’a paru interminable, heureusement j’ai mieux aimé le milieu et la fin du livre. La partie chalet, qui pour ma part était trop longue m’a ennuyé et j’ai préféré la partie policière, bien plus intéressante pour moi et avec un suspense qui m’a beaucoup plus tenu en haleine.



En conclusion, un bon livre, mais vraiment dommage pour ces longueurs en début du livre et puis cet élément que j’ai très vite deviné.



Je remercie NetGalleyFrance, ainsi que Thom Clearlake et les éditions Moonlight pour leur confiance et de m’avoir permis de découvrir ce livre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La lune du chasseur
  10 mai 2021
La lune du chasseur de Philip Caputo
Saviez-vous que la lune du chasseur est le meilleur moment de l’année pour les chasseurs de l’hémisphère Nord ? Elle a généralement lieu en octobre. Elle tire son nom de son clair de lune qui favorise d’excellentes conditions pour la chasse d'automne.



J’ai beaucoup apprécié la construction de ce livre. S’inspirant des nouvelles du recueil Mémoires d’un chasseur d’I. Tourgueniev, Philip Caputo nous livre sept histoires. Ces sept nouvelles deviennent un roman grâce au personnage récurrent de Will Treadwell, un vétéran de la guerre du Viet Nam. Will tient un pub et une brasserie dans un petit village du Michigan du nom de Vieux Désert.

Une fois par an, il y accueille des chasseurs pour leur servir de guide lors de chasse à l’ours.

La chasse n’est pas le propos de ce livre. Ce qui en ressort ce sont les personnalités des différents protagonistes et leurs relations. On y rencontre d’anciens soldats ayant combattus ensemble, des pères et leurs fils ou de vieux copains de lycée. Leur point commun ? Tous sont perturbés, tristes ou perdus.



J’aime les romans où la nature est l’un des personnages principaux. La lune du chasseur m’a réjouie puisque les animaux et la forêt y ont la part belle. Pour cette jolie découverte, je remercie les Editions Le Cherche-Midi ainsi que Léa Guignery et son formidable Picabo River Book Club !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Hunger Games : La ballade du serpent et de ..
  10 mai 2021
Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur de Suzanne Collins
J'avoue avoir eu du mal à rentrer dans cette lecture. Pourtant, j'avais lu avec avidité les trois autres tomes de Hunger games. Dans cet ouvrage, il manque pour moi un petit quelque chose qui m'aurait rendu accro. Pourtant, je trouvais intéressant de se focaliser sur le personnage de Coriolanus Snow, l'horrible président, de comprendre pourquoi il est devenu l'homme qu'il est face à Katniss. J'ai été déçue par cette lecture.
Commenter  J’apprécie          30
Mon garçon
  10 mai 2021
Mon garçon de Xavier de Moulins
Un road-book silencieux. Vincent et Florence sont séparés depuis deux ans. Florence a rencontré quelqu'un d'autre et gagne la garde de leur enfant Marcus. De guerre lasse, Vincent s'en va au Canada pour oublier et peut-être se refaire une autre vie. Un jour Florence lui laisse un message urgent concernant leur fils adolescent mais le portable est rester dans le casier de la piscine ou Vincent apprend à nager dans tous les sens du terme. Lorsqu'il découvre le message, il appelle Florence qui lui annonce que Marcus à eu un grave accident de scooter. Vincent débarque à Paris et en accord avec Florence, il emmène le garçon dans leur maison de Camargue. Durant le voyage, Florence rappelle Vincent et l'informe que Marcus voulait en finir avec la vie à cause de sa petite amie...

Vincent ne sait comment parler ou reparler à son fils après deux ans d'absence. De cet amour déçu, Vincent au même âge a connu un amour compliqué avec Carla. Il décide de lui en parler mais les mots ne viennent pas.

Pendant le trajet, Vincent pense à cette première petite amie, la relation d'avec son père, sa mère, Florence et bien sûr son fils Marcus.

Ce livre est un huis-clos entre Vincent et ses réflexions. Un nouveau départ, peut-être, avec son fils. C'est un joli thème, bien écrit, mais un peu longuet pour ma part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Impact
  10 mai 2021
Impact de Norek Olivier
Livre à lire absolument !

Pour moi c'est le premier Roman d'Olivier Norek que je lis, et surement pas le dernier ! On est prit dans l'intrigue autant que dans les "Nouvelles du Monde" qui nous éclaire sur la situation mondiale, et l'Impact dans le monde du réchauffement climatique. L'état des lieux de ce monde dirigé par la finance, par les lobbystes pollueurs, soutenus par les gouvernements... pour du Petrole "Coûte que coûte"

Beau travail d'investigation pour ce Roman ! Et une écriture qui tient en haleine tout le long du livre .... lu dans la journée ;-)
Commenter  J’apprécie          00
Le fabuleux voyage du carnet des silences
  10 mai 2021
Le fabuleux voyage du carnet des silences de Clare Pooley
Ce livre fut un véritable coup de coeur. Il a été impossible pour moi de le lâcher. On s'attache très vite aux personnages, tout le monde peut se reconnaître dans chacun des protagonistes. Ce fut une bouffée d'air frais et d'optimisme pour moi. Les personnages sont complexes notamment celui de Julian. L'auteure a réussi à mettre du suspense grâce à des revirements inattendus. Pour moi, c'est un livre à lire absolument.
Commenter  J’apprécie          00
La guerre des clans illustrée, Cycle I - Les ..
  10 mai 2021
La guerre des clans illustrée, Cycle I - Les aventures de Plume Grise, tome 3 : Le retour du guerrier de Erin Hunter
Une petite lecture intéressante et prenante qui vous fera plonger dans l'univers de la saga et découvrir les aventures de Plume Grise.



Une nouvelle fois, je ne peux que relever la beauté des illustrations qui plongeront immédiatement les lecteurs dans l'intrigue.



Une petite histoire sympathique, cependant, je dénote un manque de cohérence. Cela étant sûrement dû au côté jeunesse de cette saga.



Si vous êtes un amateur de la saga et que vous souhaitez découvrir les péripéties qui vont arriver à Plume Grise depuis son départ du Clan du Tonnerre, je ne peux que vous recommander cette saga.



Gros avantage, il s'agit d'une lecture rapide. En effet, en une heure vous pouvez facilement parvenir au bout des 92 pages de ce tome. Pour le prix, il est plus qu'abordable à 5,50 euros ou à 10 francs.



Je ne peux malheureusement pas vous en dévoiler davantage sous peine de vous spoiler.



J'ai passé un bon moment de lecture avec ce tome mais j'ai remarqué un manque de cohérence par moment. Du coup, je lui donne la note de 8 sur 10.
Lien : http://devoreusedelivres.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
La belle est la bête
  10 mai 2021
La belle est la bête de Floriane Joseph
La peau dorée, les cheveux noirs de jais et un masque étincelant pour camoufler ce qu’il a fait. Sous cet artifice fabriqué à la main, les tissus se perdent en racines minuscules, cendres de l’attaque à l’acide qu’a subi Leïla, princesse d’un royaume où les fruits se sucrent au soleil. Dans le palais, elle est entourée de ses sœurs et de sa nourrice, une armée qui la voit mais ne la dévisage pas. En dehors de cette enceinte bienveillante, elle camoufle son nouveau visage, sous des masques extravagants. Dans les bals, où elle les exhibe, elle avance tête haute, devant une foule endimanchée qui espère se pâmer d’effroi à la vue de cette peau abîmée. Un jeu, qui la fait sourire jusqu’aux oreilles, façon Gwynplaine. Un temps de répit, avant que la partie s’arrête.

J’ai adoré l’univers luxuriant, le personnage de Leïla, auquel on s’attache, malgré la distance qu’impose la princesse. J’aurais aimé la voir s’émanciper encore plus des hommes qui l’entourent. L’idée de conte pour adultes m’a plu aussi, c’est assez peu vu. Petit bémol au niveau du rythme, sur certains passages j’aurais aimé que ça aille plus vite, sur d’autres plus lentement. Bravo à @florianejoseph pour ce premier roman original !
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
La saga des Cazalet, tome 3 : Confusion
  10 mai 2021
La saga des Cazalet, tome 3 : Confusion de Elizabeth Jane Howard
Quel plaisir de retrouver la famille Cazalet et ceux qui gravitent autour d'elle dans ce troisième volume de la saga qui en compte cinq.

« Confusion » commence en mars 1942 trois mois après l'attaque de Pearl Harbour. Sybil est morte et la seconde guerre mondiale est à un tournant qui permet d'envisager une victoire des Alliés. Même si elle paraît lointaine.

Home Place, la propriété du Sussex des Cazalet se vide d'une partie de sa jeunesse. Louise se marie, s'ennuie loin des siens, devient vite mère sans l'avoir désiré et subit sans joie les assauts de Michael (il est vrai que, à cette époque, le plaisir féminin était tabou). Polly et Clary s'installent à Londres où elles vivotent de petits boulots sous le regard protecteur d'Archie dont la première est éprise sans réciprocité. Bref, c'est la confusion des sentiments et les rêves d'enfance se sont envolés... Louise ne sera pas actrice et Clary, qui se contente d'écrire un journal pour son père disparu, une grande écrivaine. Quant à la ravissante Polly, elle se trouve toujours insipide.

Chez les adultes, c'est aussi le désordre qui règne.

Diana accumule les rancoeurs contre Edward qui n'est décidément pas le plus sympathique de la famille. Villy voit ses aspirations à un amour platonique s'effondrer. Persuadée que Rupert ne reviendra pas, Zoé entretient une relation avec un photographe américain juif bouleversé au moment de la libération des camps d'extermination.

Toujours élégante, la plume d'Elizabeth Jane Howard fait de nouveau mouche avec sa description intime de personnages plongés dans leurs tourments et que la grande histoire n'épargne pas. Elle souligne aussi la triste condition des femmes dont l'avenir se résume le plus souvent à se marier et à se soumettre aux diktats, notamment sexuels, de leurs compagnons. Elles se sentent le plus souvent inutiles, les hommes partant à la guerre, elles devant attendre stoïquement leur retour.

« Confusion » se termine à la fin de la guerre. La suite, « Nouveau départ », sortira en octobre prochain.



EXTRAIT

Je doute que les femmes soient autorisées à occuper des postes intéressants, avait objecté Clary. Elles ont le droit de se faire tuer à la guerre, mais pas celui de tuer elles-mêmes. Une injustice de plus.


Lien : http://papivore.net/litterat..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Froid comme la mort
  10 mai 2021
Froid comme la mort de Antonio Manzini
J'ai retrouvé avec plaisir mon odieux sous-préfet !

Toujours aussi imbuvable, toujours aussi mods en Clarks et Loden, on aperçoit doucement ce que cache sa carapace... J'adore ses comparaisons avec le règne animal! Les personnages secondaires qui l'entourent sont aussi affinés, je commence à beaucoup m'attacher à cette joyeuse bande.

Quant à l'enquête, elle est meilleure que la première.

Une série prometteuse !
Commenter  J’apprécie          10
Oscar Wilde et le nid de vipères
  10 mai 2021
Oscar Wilde et le nid de vipères de Gyles Brandreth
Au printemps 1890, une réception organisée par le Duc et la Duchesse d'Albemarle convoque tout le beau monde londonien, y compris le Prince de Galles. Oscar Wilde semble intéressé par Rex LaSalle, un jeune acteur, qui prétend être un vampire. La soirée finit en tragédie car la Duchesse est retrouvée assassinée, 2 marques de piqûres minuscules sur sa gorge. Oscar Wilde est chargé de l'enqûete.



Impeccable dandy à l’élégance excentrique, Oscar Wilde ne manquerait jamais une soirée mondaine en compagnie d’Arthur Conan Doyle. Surtout si elle est donnée par l’une des femmes les plus en vue de Londres, la duchesse d’Albemarle. Mais la mort brutale de leur hôtesse entraîne les deux brillants compères dans une enquête au plus près des secrets de la Couronne. Quatrième opus de cette série qui a vraiment su trouver son public. Et comme le dis si bien Julie Malaure dans le Point "« Un suspense à tout rompre, mais surtout la sensation d'une incroyable familiarité avec Wilde, le mythe. ». J'avoue je suis fan de cette série policière historique menée de main de maître par Gyles Brandreth qui se révèle aussi facétieux que son héros Oscar Wilde
Lien : https://collectifpolar.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Hunger Games, tome 1
  10 mai 2021
Hunger Games, tome 1 de Collins Suzanne
Ce roman est un roman de suspens car l'on voit une arène et une jeune fille de 16 ans, Katniss Everdeen, aller dans cette arène à la place de sa petite soeur et devoir tué des jeunes comme elle pour survivre ainsi que défié le capitole en voulant mourir avec Peeta en mangeant des bais empoisonnés.
Commenter  J’apprécie          00
La vérité sur l'affaire Harry Quebert
  10 mai 2021
La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker
Ce livre nous plonge dans les années 70, avec l'histoire d'amour entre une jeune fille de 15 ans et un écrivains de 30 ans. Une histoire qui se transforme en meurtre quand la jeune fille est découverte morte trente ans plus tard, près de la maison de l'écrivain et on découvrira que cette jeune fille avait plusieurs "amants" dans la même période entre l'écrivain, le riche et le policier.
Commenter  J’apprécie          00
Wild Child
  10 mai 2021
Wild Child de Neil Connelly
Les histoires de combat, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, mais la couverture avec ses teintes rouges et les deux points prêts à frapper ainsi que le résumé m’ont intriguée. J’ai donc décidé de sortir de mes habitudes de lecture pour me plonger dans ce roman où la rage de se battre est omniprésente et l’amitié en trame de fond, un peu comme un phare dans la tempête.



Loin d’être le Brute Boy ou le Wild Child que l’on attend de lui, Eddie est avant tout un jeune homme meurtri par un passé difficile fait de brutalité, de violence domestique et d’émotions fortes qu’on ne lui a jamais appris à canaliser. Alors au lieu de se morfondre et de continuer à être celui qui reçoit les coups et qui voit sa mère servir de punching-ball, il prend très jeune une décision : devenir celui qui frappe.



Cette rage de vaincre et toute cette colère qui sourde en lui, Eddie l’expulse sur un ring dans le cadre de son club de lutte au lycée, mais un jour, il se laisse déborder par ses émotions et son désir d’humilier son adversaire. Un coup qui part, un arbitre au sol, un destin brisé, une mère éplorée et un ado qui découvre un nouveau monde. Un monde encore plus brutal que le sien, un monde au sein duquel aucune règle n’existe, si ce n’est celle de l’argent.



Pourtant, entre une probable arrestation, et une vie d’exil faite de combats illégaux où tous les coups sont permis, Eddie n’a pas hésité très longtemps. Lui qui déteste son père et tout ce qu’il représente, le voilà maintenant pieds et poings liés avec d’anciennes connaissances de ce dernier. Mais ce que le jeune homme n’avait pas anticipé, c’est à quel point la voie qu’il a choisi d’emprunter, au lieu de lui assurer richesse et liberté, va très vite le piéger dans une spirale infernale, dont il ne semble pas avoir conscience de la puissance.



Chose qui agace et inquiète fortement Khadjee, une adolescente en charge de l’entraîner pour lui permettre d’affûter ses talents et les ajuster à une nouvelle manière de se battre. Parce que sur le ring, les Brawlers se moquent éperdument des règles, ils cognent et frappent jusqu’à ce que l’adversaire soit au tapis et reconnaisse sa défaite. Pas de pitié, pas d’arbitre, pas de limite, juste des coups, du sang et du spectacle ! Après tout, les abonnés qui regardent les combats en direct ne sont pas là pour voir des politesses. Ils en veulent pour leur argent, ce dont s’assure avec complaisance et diligence M. Sunday, un homme assez énigmatique, mais dont la puissance de frappe ne peut être sous-estimée…



Si je suis pas une grande fan des scènes de combat, je dois admettre que l’auteur les dépeint avec un tel réalisme et une telle vivacité qu’elles en deviennent vite passionnantes ; on a vraiment l’impression d’assister aux combats en direct. Une immersion facilitée par un vocabulaire précis et expliqué en fin de roman pour les lecteurs qui, comme moi, ne seraient pas coutumiers des termes techniques utilisés par les personnages pour décrire leurs actions ou leurs intentions. J’ai apprécié de voir Eddie sur un ring parce que cela fait partie intégrante de sa vie et je dirais même de son hygiène de vie. Les combats lui permettent de laisser libre cours à sa brutalité et de frapper son père par procuration, mais on réalise assez vite que cela va au-delà du désir de vengeance. Le jeune homme réfléchit, met en place des stratégies, apprend à connaître les limites de son corps pour les dépasser, anticipe les mouvements de l’adversaire pour les contrer. Il y a indéniablement une certaine esthétique à le voir évoluer sur un ring…



Mais ce qui fait la force de ce roman, du moins pour moi, c’est la sincère complicité et la relation de profonde amitié qui se noue entre Eddie et Khadjee. Tous les deux ont un passé difficile, bien que différents, et tous les deux luttent pour s’en sortir. Eddie pour se sortir du cercle de la haine et de la vengeance, et d’une situation difficile qui risque de le conduire entre les murs d’une prison, et Khadjee d’un deuil difficile à surmonter et du système de combats illégaux dans lequel s’enfonce de plus en plus Eddie, et auquel elle est liée bien malgré elle. Car si la jeune fille a accepté d’entraîner Eddie, c’est avant tout parce qu’elle n’avait pas le choix. Pour éponger la dette de son oncle très malade et pour être certaine de subvenir à ses besoins, elle doit faire ce que lui demande M. Sunday que cela lui plaise ou non. Les deux adolescents s’épaulent, se soutiennent et développent une belle complicité qui les pousse à vouloir veiller l’un sur l’autre, malgré un environnement difficile et menaçant.



Je n’ai pas développé d’attachement particulier envers Eddie, même s’il m’a parfois touchée et émue, mais j’ai apprécié que l’auteur ne nous offre pas une image simpliste et caricaturale du personnage ; Eddie étant un jeune homme complexe et paradoxal qui abrite en lui une certaine dualité, parfois déroutante pour le lecteur. Ainsi, s’il peut se montrer brutal et extrêmement violent, il est également capable de dévotion, de tendresse, d’amour, d’amitié et de loyauté. Une image tout en nuances qui le rend très réaliste et qui permet à l’auteur d’éviter de tomber dans le pathos. De fil en aiguille, au gré des combats, des échanges avec son entraîneuse et amie, et d’une certaine sagesse dispensée par l’oncle de Khadjee, Eddie évolue et commence à réaliser que ce n’est pas dans la vengeance qu’il trouvera la paix…



Quant à Khadjee, j’ai admiré son courage, la jeune femme affrontant les épreuves avec un stoïcisme remarquable, sa volonté de s’en sortir, et sa totale dévotion envers son oncle Than. Un homme qui a pris de mauvaises décisions dont elle paie encore les conséquences, mais un homme fondamentalement bon et généreux qui a fait de son mieux pour prendre soin d’elle, et qui a accueilli, non sans une certaine malice, Eddie et ses bagages émotionnels. Entre les deux, se nouera d’ailleurs une belle relation, l’oncle lui servant quelque peu de mentor, et lui prodiguant des conseils pour les combats, mais aussi la gestion de ses émotions. Bien que ce ne soit pas le fond du roman, l’auteur évoque ainsi brièvement la méditation et le bouddhisme. Connaissant peu cette religion, j’ai d’ailleurs apprécié d’en découvrir la philosophie et certains principes… Mais c’est avant tout la personnalité enjouée et la sagesse particulière de l’oncle Than qui m’a le plus émue et plu dans ce roman. Bien que ce soit un personnage secondaire, ce fut indéniablement mon personnage coup de cœur.



Quant au style de l’auteur, il est incisif, précis et alerte, ce qui donne à la narration une vivacité qui rend la lecture aussi agréable qu’immersive. Nul doute que ce style plaira autant aux adolescents qu’aux adultes, l’auteur n’occultant pas la dureté de l’histoire, mais ne cherchant pas non plus à tomber dans la surenchère. Le tout sonne juste et vrai, suscitant probablement chez les lecteurs moult émotions et sentiments. Pour ma part, j’ai tour à tour été choquée par la violence qu’une personne si jeune peut receler en elle, dégoûtée par le sang, attendrie par des échanges forts et sincères, amusée par la facétie de Than, révoltée par un père qui a trouvé son échappatoire dans les coups, peinée pour une mère désœuvrée par un fils qui lui échappe, touchée par les interrogations d’un adolescent qui se demande si la violence coule dans ses veines, comme si c’était une maladie qui se transmettait de père en fils. À cet égard, l’auteur offre une réflexion intéressante sur l’inné et l’acquis, sur la transmission de la haine et de la violence, sur la difficulté pour une personne de se libérer de son passé…



En conclusion, Wild Child est un roman abordant avec réalisme, mais sans pathos, des thèmes forts comme la violence, la colère, le désir de vengeance qui aveugle, la résilience, la difficulté de s’émanciper de son passé, les luttes autant physiques qu’intérieures, peut-être les plus difficiles. Mais Wild Child, c’est aussi une belle histoire de rédemption, d’amitié, de sincérité, de complicité et de compréhension mutuelle permettant à deux adolescents meurtris par la vie de se forger, main dans la main, un autre destin…



Frapper pour se défouler, se battre pour exister, lutter pour se venger ! Mais si finalement, il existait une autre voie ?
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kent State : Quatre morts dans l'Ohio
  10 mai 2021
Kent State : Quatre morts dans l'Ohio de Derf Backderf
Cette BD retrace très bien un tragique événement des années 1970.

Il faut bien prendre le temps de tout lire,c'est important pour la compréhension de ce récit

L'auteur a su nous prendre aux tripes, et je n'ai pas eu de temps mort dans ma lecture

Merci
Commenter  J’apprécie          00
Divergente : Quatre
  10 mai 2021
Divergente : Quatre de Veronica Roth
Livre très bien écrit.

On peut voir ce que le personnage Tobias Eaton, a vécu dans son enfance et son adolescence jusqu'à qu'il rejoigne les audacieux pour ce libérer de son père et qu'il y rencontre Tris.

On fait la connaissance de son instructeur qui était lui aussi divergent et qui sera tué à cause de sa divergence.

Commenter  J’apprécie          00
Le renard et le petit tanuki, tome 1
  10 mai 2021
Le renard et le petit tanuki, tome 1 de Mi Tagawa
Ayant complètement craqué pour la douceur qui se dégage de la couverture, j’étais impatiente de découvrir ce manga qui a fait fondre l’amoureuse des animaux en moi.



Après un long repos, destiné à le punir d’avoir semé la terreur autour de lui, Senzo, un grand méchant renard, se réveille avec des pouvoirs affaiblis, l’impossibilité de se rebeller sans en subir les conséquences, et l’obligation de former et de s’occuper d’un petit tanuki qu’il nommera Manpachi. Des trois punitions, c’est certainement la dernière qui exaspère le plus notre renard, qui n’a guère envie de jouer les nounous auprès d’un petit tanuki extrêmement affectueux et démonstratif ! Il a d’ailleurs beau le repousser, ce dernier ne peut s’empêcher de le coller.



Et si cela ne suffisait pas, voilà que notre duo doit également effectuer des missions sous la surveillance d’une bande de loups que notre renard rêverait de réduire en charpie. Il faut dire qu’en plus d’être ses ennemis naturels, ils ne sont pas du genre docile, même s’il y a quelques exceptions comme Tachibana, qui se révèle aussi fou fou que sympathique. De fil en aiguille, on suit donc cette bande de plus ou moins joyeux métamorphes et l’on assiste aux liens qui se forment entre Senzo et Manpachi. Car sous ses airs durs et implacables, Senzo n’est peut-être pas ce méchant renard que tout le monde pense et dont il aime se donner l’image.



J’ai adoré la relation entre le renard et le tanuki, une relation intergénérationnelle version animale non dénuée de poésie et de tendresse. Et ceci malgré le côté bourru et gros dur de Senzo qui a bien du mal à admettre que le sort de son protégé ne le laisse pas indifférent. Il y a d’ailleurs une scène dans laquelle on les retrouve endormis et collés l’un à l’autre des plus attendrissantes. Mais ne le répétez pas à Senzo parce que vu son caractère, je ne suis pas certaine que cela lui plairait beaucoup qu’on lui fasse remarquer.



Quant à notre petit tanuki, j’ai eu un véritable coup de cœur pour lui. Joyeux, confiant, optimiste, et mignon à souhait, il est impossible de ne pas s’attacher et de ne pas vouloir prendre soin de lui, d’autant qu’il a une histoire familiale difficile. Rejeté par les siens en raison de ses pouvoirs, et donc de sa différence, il cherche désespérément une famille. Mais Senzo acceptera-t-il de baisser suffisamment ses barrières pour lui laisser une place dans son cœur, dans sa vie et lui servir d’ancrage émotionnel et affectif ?



Au-delà de la relation qui se noue entre deux animaux qui n’ont apparemment rien en commun, mais qui sont liés à plus d’un titre, ce premier tome nous immerge avec brio dans le folklore japonais, fait de légendes et de créatures fantastiques fascinantes. À cet égard, en plus des métamorphes présents tout au long du manga, j’ai apprécié l’intrigue liée à un esprit de la maison chassé par un autre esprit... Cet épisode, qui apporte une petite touche d’horreur sympathique, sera l’occasion de réaliser que Senzo n’est pas encore prêt à se soumettre, et qu’aussi mignon soit-il, notre petit tanuki est peut-être bien plus fort qu’il n’y paraît... Mais l’est-il assez pour résister à une menace dont notre renard n’avait pas saisi toute l’ampleur ?



Ce premier tome se finit ainsi sur une scène qui nous donne envie de nous jeter sur la suite et de découvrir ce qui va arriver à un tanuki pour lequel on développe très vite une vive et franche affection. Quant aux illustrations, elles sont à la hauteur de la couverture : mignonnes, douces et splendides. Le trait très rond des dessins, avec un accent volontairement mis sur les yeux, apporte beaucoup de douceur à une histoire pleine de sensibilité, mais non dénuée de moments plus durs, bien que jamais vraiment effrayants. Nous restons, après tout, dans une œuvre qui pourra plaire, divertir, attendrir et émerveiller les lecteurs de tout âge.



En résumé, tout en abordant des thèmes parfois difficiles comme l’abandon et la peur de la différence, Le Renard et le Petit Tanuki est un manga adorable qui met en scène avec sensibilité et une certaine pudeur deux personnages très différents, mais dont le destin se trouve inexorablement lié. Doux et tendre à la fois, voici un manga qui devrait enchanter et émouvoir les amoureux des animaux, et les lecteurs en quête d’une plongée mouvementée et pleine d’émotions dans le folklore japonais.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Des jasmins en bord de mer
  10 mai 2021
Des jasmins en bord de mer de Anthologie
Sortie (avril 2021) de l'anthologie "Des jasmins en bord de mer" publiée par l'Association Poétique Luna Rossa.

Je remercie Nath-Alice Lauro d'avoir sélectionné pour y figurer les deux poèmes suivants :

"Face à mer..." (Pour le lire : https://www.bonjourpoesie.fr/.../didier_colpin/face_a_la_mer )

et

"La plage sous l'été..." (Pour le lire : https://www.bonjourpoesie.fr/.../didi.../la_plage_sous_l_ete )
Commenter  J’apprécie          00
Les Cités des Anciens, tome 8 : Le puits d'ar..
  10 mai 2021
Les Cités des Anciens, tome 8 : Le puits d'argent de Robin Hobb
J’adore Robin Hobb je ne commente pas chaque tome mais juste un petit mot sur le dernier pour l’ensemble de la série.

J’ai adoré L’Assassin Royal, aimé le Soldat Chamane et les aventuriers de la Mer et je retrouve avec un bonheur ineffable le monde magique de Robin Hobb avec la saga « Les cités des Anciens ».

Je suis parfaitement à mon aise dans ce monde de dragons, de gardiens du Désert des pluies et de marins avec en plus Alise et Sédric, les Terrilvilliens. Avec virtuosité, l’auteur nous embarque dans son voyage pour Kelsingra.

On pourrait croire à une œuvre essentiellement fantastique, mais au-delà, l'autrice nous fait réfléchir sur de nombreux sujets actuels et je me suis souvent arrêtée afin de méditer sur de nombreuses phrases en phase avec notre époque, comme la condition féminine, l’homosexualité ….. Évidemment, il y a beaucoup de redites, de redondances, mais je pardonne tellement j'aime cet univers de fantasy.

Les descriptions de la nature, des couleurs des dragons sont tellement magnifiques que l’on a envie de dessiner ou de peindre. C’est une excellente saga, mais la plus aboutie est sans conteste « L’Assassin royal ».

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

2800 critiques

LeFigaro

2663 critiques

LeMonde

3117 critiques

Lhumanite

511 critiques

Liberation

2224 critiques

Bibliobs

1775 critiques

LePoint

955 critiques

LesEchos

1050 critiques

Lexpress

4024 critiques

Telerama

2807 critiques

LaPresse

2230 critiques

LaLibreBelgique

1490 critiques