AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

La Fontaine : Une école buissonnière
  26 mai 2018
La Fontaine : Une école buissonnière de Orsenna Erik
Je n'en ai lu que le début mais cet écrit avait trop vocation à être oralisé pour me plaire.
Commenter  J’apprécie          20
Le Maréchal absolu
  26 mai 2018
Le Maréchal absolu de Pierre Jourde
J'ai profité de quelques jours de vacances pour lire lentement (ce n'est guère possible de passer en mode "survol" de toute manière) ce roman de plus de sept cents pages, qui se veut lui aussi absolu. Le style est proliférant, le personnage du Maréchal tellement diffracté par plusieurs voix qu'il en est parfois insaisissable. Théâtre d'ombres donc, mais cruel. Ce roman m'a fait penser à la trilogie de Ghormengast de Mervyn Peake pour son côté cauchemardesque. Il est exigeant mais lisible, surprenant a bien des égards...
Commenter  J’apprécie          00
U4 : Yannis
  26 mai 2018
U4 : Yannis de Florence Hinckel
J'ai beaucoup aimé découvrir un peu plus le personnage de Yannis, c'est celui que j'ai le moins aimé des trois que j'ai lu, l'histoire des deux filles étaient plus intense, Yannis est tout de meme exceptionnel en son genre. Il reste un des derniers vrais humains qui peuple la Terre. L'histoire de sa famille est intéressante et le fait qu'ils l'accompagnent tout au long de l'histoire donne un sens mystique à sa quête. J'ai apprécié son point de vue, brut et réel tout au long de cette histoire, c'était un très bon moment.
Commenter  J’apprécie          20
Un crocodile sur un banc de sable
  26 mai 2018
Un crocodile sur un banc de sable de Peters Elizabeth
Amusant roman à suspense sur fond de fouilles archéologiques dans l'Egypte de la fin du 19ème siècle. Amelia Peabody, "spinster" un poil revêche, y trouvera l'amitié et l'amour et déjouera le plan machiavélique d'un de ses concitoyens pour s'approprier la fortune de son amie. Evidemment, tous les clichés du genre sont là : momies vivantes, serpents, serviteurs fourbes ou loyaux mais ça marche quand même et je lirai sûrement les trois autres romans de cet omnibus.
Commenter  J’apprécie          00
La citerne
  26 mai 2018
La citerne de Bressant-B
La guerre d'Algérie vue par un jeune sous-lieutenant.

C'est la guerre avec tous ses aspects : violence, humanisme, désespoir, grandeur d'âme et vicissitude,...

C'est aussi un regard lucide mais sans illusion ni faiblesse.

Et quand on referme le bouquin après la dernière phrase lue on se demande : "Et après".

C'est gai de lire un livre quand on a envie d'en savoir plus.

J'ai aimé et je vous suggère de le lire à votre tour.

Bon samedi et bonne lecture mes amis.
Commenter  J’apprécie          00
Hamlet
  26 mai 2018
Hamlet de William Shakespeare
Après Roméo et Juliette, voilà un autre classique de Shakespeare qu’il me tardait de découvrir ! Hamlet est un chef d’œuvre du genre, de par l’histoire que cette pièce raconte –à savoir celle de la folie d’un jeune prince danois qui découvre grâce au fantôme de son défunt père que ce dernier a été assassiné par le Roi actuel, qui était aussi son propre frère !- mais aussi l’incroyable plume de l’auteur (et ses citations légendaires comme Être ou ne pas être, telle est la question !), et surtout grâce au personnage éponyme, cet Hamlet qui cherchera par tous les moyens à venger son père, malgré les obstacles, jusqu’à la scène finale qui m’a laissée bouche bée !



J’ai beaucoup aimé ce personnage qu’il est difficile de décrire tant il est complexe… Hamlet est certes « fou » d’après les dires de ses proches, mais son comportement est justifié par le terrible acte commis par son oncle, et le remariage de la Reine –sa mère- avec ce dernier qu’Hamlet considère comme une trahison. Même l’amour qu’il porte à Ophélie ne suffira pas à le détourner de son objectif. Seul Horatio, son fidèle serviteur et ami, comprendra sa situation et l’aidera dans sa tâche. Néanmoins, s’il est sûr de venger son père, Hamlet ressent des sentiments contradictoires -colère, désespoir, hésitation- à travers ses monologues et apparait d’autant plus humain. Ses tirades (qui ne sont pas sans rappeler certaines de Cyrano de Bergerac) témoignent de son intelligence, sa supériorité vis-à-vis de ses pairs et le rendent attachant.



Ainsi, je suis plus que satisfaite d’avoir découvert ce classique Shakespearien, cette histoire tragique et surtout ce personnage d’Hamlet qui est devenu depuis l’un des plus célèbres de la littérature.



A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Récits de la paume de la main
  26 mai 2018
Récits de la paume de la main de Yasunari Kawabata
Premier contact avec l'oeuvre de Kawabata en ce qui me concerne. Le sentiment qui m'en reste est assez mitigé. Il s'agit bien ici de toutes petites nouvelles, parfois avec narration, parfois proche de la poésie. Je me suis senti un peu perdu , comme s'il me manquait des clés... J'y reviendrai.
Commenter  J’apprécie          00
Le vacillement du monde
  26 mai 2018
Le vacillement du monde de Alain Nadaud
Ce qui se dissimule d’étrange et de beau dans la fabrication obstinée d’un globe terrestre en 1770.



Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2018/05/26/note-de-lecture-le-vacillement-du-monde-alain-nadaud/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          10
Un mariage anglais
  26 mai 2018
Un mariage anglais de Claire Fuller
"Swimming lessons" , titre original d 'Un mariage anglais ... moi c'est de "writing lessons " dont j'aurais grand besoin ! Je ne sais pas comment tourner mes phrases pour vous exprimer au plus juste mon ressenti ! Un mariage anglais est un roman puissant, une histoire d'amour, mais pas que, un roman sociétal, mais pas que, un roman familial , mais pas que ... Un mariage anglais est avant tout une histoire à nulle autre pareille comme chaque histoire de vie , la votre , la mienne, la leur. Une histoire qui offre aux regards la vie d'un couple et ces multiples facettes visibles ou obscures.

Gil, un écrivain , cheveux grisonnants, perdu au milieu des livres d'occasion dans une librairie aperçoit par la fenêtre une femme . Pour lui il ne peut s'agir que d'Ingrid disparue depuis plus de 12 ans .Il court à sa poursuite ...

Les lettres qu'Ingrid a écrites à Gil sans jamais les poster vont nous éclairer un petit peu sur l'histoire de ce couple. Leurs filles Nan et Flora nous en apprennent un peu plus mais si peu . Est-ce suffisant ? A chacun de lire ou pas entre les lignes, c'est le rôle dévolu au lecteur . Et puis il y a tous ces livres , ces montagnes de livres, ces piles en équilibre instables où chacun aimerait picorer ...

Un très beau roman, une très belle plume , un vrai et beau moment de lecture . merci aux Editions Stock, la Cosmopolite , pour ce partage via NetGalley.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
La Petite Sirène et Patatra la sorcière
  26 mai 2018
La Petite Sirène et Patatra la sorcière de Monique Aloujes
La Petite Sirène et Patatra la Sorcière est une délicieux conte mélangé, imaginé par Monique Aloujes et Florian le Priol



Patatra est une petite sorcière aux cheveux bleus et au caractère bien affirmé.



Elle est un jour interpellée par une Sirène échouée dans le ruisseau proche de sa chaumière.



« Je cherche une sorcière… pour changer ma queue de poisson en jambes ».



Vous aurez ici reconnu le célèbre conte d’Andersen, et vous vous dites sans doute que vous connaissez la fin ! Que nenni ! Ici, tout est différent, car Patatra est une sorcière maladroite. Très maladroite.



Lorsqu’elle accepte à contre cœur, de fabriquer la potion magique requise, tout va aller de travers ! De cette bévue, naîtra au bout du compte (et du conte) la Liberté pour la petite Sirène. Je vous laisse découvrir de quelle manière dans cet album jeunesse joliment illustré , où la mythologie croise les paraboles.



Voici une collection à découvrir ! En plus, la maison d’édition est occitane (comme moi).



J’ai fait cette lecture dans le cadre de ma participation à l’opération Masse Critique de Babelio, que je remercie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Deijan
  26 mai 2018
Deijan de Cécile Ama Courtois
Que dire sur ce petit bijou... C'est indéniablement ma saga coup de cœur de ces dernières années ! Il y avait longtemps qu'un livre ne m'avait pas transportée, envoûtée comme celui-là. Ce tome 2 est à la hauteur du tome 1. J'aurais aimé en savoir plus sur Sauge, jeune femme attachante et courageuse. On gagnerait tous à avoir des Guilendria dans notre cercle intime, et des Soeur Brindille ! Autant que Louisaine et Ifhoras... Car oui, au-delà des horreurs, on apprend à aimer cet homme blessé, meurtri, au terrible passé et à lui pardonner ses fautes. J'ai adoré Kharyn, merveilleuse sorcière aux chats. L'auteure nous décrit un monde qui ressemble par bien des points au nôtre. J'ai dévoré ce second tome et pleuré d'émotion à partir du chapitre 19... Je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler ceux et celles qui ne l'ont pas encore lu. Je ne peux que vous le conseiller ! A lire de toute urgence sans aucune modération !
Commenter  J’apprécie          20
Le noir est ma couleur, tome 1 : Le pari
  26 mai 2018
Le noir est ma couleur, tome 1 : Le pari de Olivier Gay
Ce premier tome était GÉNIAL! J'ai A.DO.RÉ.

C'est un beau petit coup de coeur!

L'histoire, le rythme, la plume de l'auteur, les personnages. du début à la fin, tout était fait pour me faire passer un excellent moment.

Dès les premières pages, j'ai senti que j'accrochais.



La façon dont l'auteur nous plonge dans l'histoire, grâce à une narration interne, avec 2 points de vue, celui de Manon et celui de Alexandre, qui rend l'histoire encore plus riche.



Olivier Gay incarne ses deux personnages principaux vraiment parfaitement. Je n'ai pas préféré l'un à l'autre, j'étais les deux. Je ressentais vraiment chacun d'eux.



Et même s'il est vrai que le personnage de Alexandre est un peu le cliché du bad boy ado à lui tout seul, on passe outre parce que, d'une, ça lui va tellement bien, et de deux, l'histoire fait qu'on a finalement besoin de cette tête de mule!



Et malgré son attitude désinvolte, c'est un personnage vraiment FORT et courageux à l'intérieur, et c'est ce qui fait qu'on lui pardonne son allure de petit con.



Alexandre à quelque chose en plus par rapport aux personnages du genre qu'on peut croiser dans les livres! Il n'a pas seulement des blessures intérieures, il n'a pas seulement une carapace, c'est tout une force et une volonté particulière qu'il a développé, et j'ai trouvé ce personnage vraiment bien travaillé car ce n'est pas une fin en soit cette attitude mais c'est justement ce qui va lui permettre d'être ici, auprès de Manon.



Sa volonté et sa détermination, son courage et sa force sont vraiment des traits de sa personnalité glissés au fil des pages qui font qu'on fait plus que l'aimer, on finit par l'admirer.



Pour ce qui est de Manon, elle est peut-être un peu moins travaillée finalement, mais il y avait assez à faire avec tout ce qu'elle apporte à l'histoire. C'est un personnage plus simple (c'est ridicule vu la complexité de tout ce qui l'entoure) mais un personnage très agréable, que l'on apprécie aussi très vite grâce à sa témérité, son côté indépendante et volontaire.



L'écriture fluide de l'auteur nous embarque dans une histoire intense pleine de magie, de couleur et de noirceur, tout ce que j'aime!



J'ai adoré le déroulé de ce premier tome et j'ai HÂTE, même plus que hâte de découvrir la suite. Je me commande les deux premiers tomes dès ce week-end, et j'attendrai avec impatience la réédition des tomes suivant qui est censée être pour le dernier trimestre de l'année.



Donc pour faire très bref, si vous aimez le fantastique et que vous ne connaissez pas encore le noir est ma couleur et bien LANCEZ-VOUS! Faites-vous du bien les amis, parce que, ce n'est que du bon là dedans!



Merci Olivier Gay pour m'avoir permis de vivre dans ce monde tout en couleur ... ou pas :D Je fonce sur le tome 2



Je remercie bien sûre, les éditions Rageot ainsi que NetGalley pour ce SP qui m'a fait du bien.



Ce livre est le parfait exemple de tout ce que j'aime dans le fantastique.
Lien : http://plusieursvies.eklablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
La Tapisserie de Fionavar - Intégrale
  26 mai 2018
La Tapisserie de Fionavar - Intégrale de Guy Gavriel Kay
Après avoir lu beaucoup de compliments sur Guy Gabriel Kay, voici le premier roman de lui que je lis. Et je suis plutôt déçue. La couverture vante ce livre en disant que Kay l'a écrit quand il travaillait sur le Silmarillon de Tolkien, et ça se voit : le récit d'une lutte entre tous les peuples de la Lumière contre ceux du mal mené par un Dieu très méchant... Il n'y a donc guère d'originalité. Au contraire même, ce qui aurait pu être une innovation - la présence d'humains de notre univers projetés dans celui de Fionavar, n'est pas pas traité. Kim, Dave et les autres ne semblent pas perturbés par tout ce qui leur arrive.

Une belle réécriture poétique et tragique du triangle amoureux maudit de la légende arthurienne, Arthur-Guenièvre-Lancelot.

Malgré cette critique assez sévère, j'ai passé un bon moment de lecture, avec quelques moments vraiment touchants - le sacrifice de Paul notamment.
Commenter  J’apprécie          10
Mes nuits à la caravane
  26 mai 2018
Mes nuits à la caravane de Sylvie Deshors
Attirée par la couverture - très jolie- et par le thème, je me suis plongée dans ce roman qui apparemment est destiné aux adolescents... J'ai été déçue par le style et par cette histoire assez convenue. Lucile a 16 ans, elle vit avec son père et tous deux pleurent la disparition de Carole, leur mère et compagne. La caravane au fond du jardin sera le tremplin d'une nouvelle vie...
Commenter  J’apprécie          50
Matched, tome 1 : Promise
  26 mai 2018
Matched, tome 1 : Promise de Condie Ally
Une dystopie sans grande originalité et un peu poussive.

Le monde dans lequel évolue Cassia est dans la lignée des romans initiés par Le Passeur de Lois Lowry : la société, orchestrée par des Officiels, est régie par des règles ne laissant aucune liberté aux gens. Comme dans Fahrenheit 451, "ils ont décidé que notre culture était trop éparse, encombrée. Ils ont formé des commissions chargées de sélectionner les cent meilleures chansons, les cent meilleurs tableaux, les cent meilleurs poèmes. Et ils ont éliminé le reste." (en l'incinérant). Le savoir est cloisonné ("Les nutritionnistes n'ont pas besoin de connaître les subtilités de la programmation des aérotrains, et à l'inverse, les programmateurs n'ont pas à savoir comment on prépare la nourriture.") Bien que les gens ne sachent pas écrire (!), l'accès à la technologie est limité ("C'est ce qui est arrivé à la société qui a précédé la nôtre. Tout le monde avait librement accès à la technologie, de façon vraiment excessive, et les conséquences ont été désastreuses."), ce qui réduit la communication à distance. La population est maintenue docile par des pilules, et les biens personnels (mis à part les "reliques" du monde ancien, comme le poudrier de Cassia et la montre de son frère) sont confisqués dans un souci d'égalité. Pour autant Ky est "classé Aberration" du fait de ses origines sociales (les Provinces lointaines, "situées à la périphérie de la société") et d'une "Infraction" de son père. Ainsi "il n'a absolument rien qui cloche" en réalité et Cassia réalise à travers lui que c'est "le système tout entier qui cloche"...



La jeune fille vient d'une famille où "on n'est pas des rebelles", d'ailleurs son père est l'un des Officiels en charge de réduire en cendres les livres de l'ancienne bibliothèque : "Dans la famille, nous sommes des intellectuels, on préfère réfléchir plutôt qu'agir.", et pourtant... Son grand-père, son père et sa mère ont chacun à leur actif de menues rébellions que Cassia va deviner (il faut être prudent, les Officiels surveillent tout comme dans 1984). C'est un mystérieux poème ("Je rage et m'enrage") qui va inciter l'adolescente "à résister, à se battre", ou tout au moins, à "semer le doute dans mon esprit" : "Le doute m'assaille sur qui je suis et qui je suis sensée aimer". Encouragée par Ky qui la fascine (malgré son côté dissident, il est "doué pour se fondre dans la masse"), Cassia commence à "vouloir bouleverser l'ordre des choses" à son niveau ("cacher des reliques, lire des poèmes volés, apprendre à écrire, tomber amoureuse d'un garçon qui n'est pas mon Promis"). Son regard nouveau sur les choses lui fait réaliser plein de petits détails, comme la disparition progressive des choses naturelles (sa mère, qui travaille à l'arboretum, "trouve que les plantes qui fleurissent dans les jardins et les espaces verts ont subi trop d'hybridations"), le contrôle du Gouvernement à travers l'alimentation ("Certaines personnes savent cultiver les plantes, d'autres les récolter, d'autres les transformer et d'autres enfin les faire cuire. Mais personne ne maîtrise le processus dans son entier. De cette façon, aucun de nous ne serait capable de survivre seul."), et plus inquiétant : une guerre aux frontières "tourne mal". "Rien ne va plus nulle part", "il y a des signes qui ne trompent pas : la Société se fissure".







C'est donc ce (très) lent processus de prise de conscience qui est raconté dans ce premier tome : "J'ai compris : ils nous donnent des échantillons de vie au lieu de nous laisser vivre vraiment" mais "je refuse que ce soit leurs décisions qui déterminent ma vie". Cependant, avant d'en arriver à la décision de "faire bouger les choses, petit à petit", il aura fallu une longue réflexion à Cassia et l'histoire peine à avancer. En effet "deux désirs s'affrontent en moi : celui de protéger ce qui peut l'être et celui de savoir". L'héroïne est également partagée entre deux garçons, ce qui là encore semble un peu rebattu. L'intrigue insiste beaucoup sur le pouvoir des mots, des écrits, des idées et des savoirs dans la liberté de pensée, d'où la nécessité de les détruire, soit qu'on les juge subversifs (les Officiels) ou bien compromettants (Ky et Cassia). La solution trouvée par ces derniers sera de "les graver dans ma mémoire" (et l'on revient au Passeur...).

Le tome 2 s'annonce davantage porté sur l'action, cependant ce premier volume ne m'a pas suffisamment convaincue pour que j'aie envie de poursuivre la trilogie...
Lien : https://www.takalirsa.fr/pro..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
L'abbaye des cent péchés
  26 mai 2018
L'abbaye des cent péchés de Marcello Simoni
L'Europe est à feu et à sang, les batailles se succèdent, les rois envoient leurs chevaliers à la guerre et à la mort. Au coeur de ces jeux de pouvoir une énigme, une relique le Lapis Exilii. Karel de Luxembourg et le cardinal d'Avignon sont prêts à tout pour se l'approprier tandis que Maynard de la Rocheblanche reçoit la tache de la sauver et se lance sur les route de France et d'Italie pour percer ses mystères et éviter l'embrasions de l'Europe.





Ce thriller historique est très bon. On suit les aventure, de Meynard, de sa soeur avec plaisir. l'auteur introduit d'autres visages que l'on va avoir plaisir à retrouver. Car il faut le savoir quand vous commencer ce livre, il n'est que le premier tome! Assure vous d'avoir le second à porter de main car lorsque vous l'aurez terminé l'abbaye des 100 péchés vous voudrez assurément connaître la suite dans les plus brefs délais.







Commenter  J’apprécie          00
Les mangeurs de perles
  26 mai 2018
Les mangeurs de perles de João Aguiar
Le personnage de ce roman noir est un romancier portugais qui, pour fuir une grosse fatigue, accepte un travail de recension d'archives à Macao. On est quelques années avant 1999, date à laquelle cette enclave portugaise a été rétrocédée à la Chine, comme Hong Kong. Les archives concernent un riche chinois mort dans les années 20, qui a eu une influence sur cette ville. L'auteur, Adriano Carreira, découvrira peu à peu qu'il est surveillé par tout un réseau de personnes ayant des intérêts divergents dans cette affaire. L'enquête est un peu ralentie mais le personnage principal, désabusé mais néanmoins tenace, finira par aboutir. J'ai bien aimé le ton, les digressions et surtout la description de cette société, maintenant disparue, de Macao.
Commenter  J’apprécie          10
Illusions dangereuses
  26 mai 2018
Illusions dangereuses de Vitaly Malkin
Assez confus de n'avoir pu lire intégralement ( pour cause d'intervention chirurgicale imprévue ) l'ouvrage de Vitaly Malkin que babelio m'avait gracieusement remis , je dois confesser n''en avoir lu que la première partie .



L'argumentation est indéniablement bien étayée et abondamment sourcée . peut-être un peu trop lourdement d'ailleurs ce qui en amoindrit le plaisir de lecture .



De nos jours , il me semble qu'en dehors de la religion musulmane , les deux autres grandes religions monothéistes sont en déclin , ce que je ne déplore pas le moins du monde . C'est donc convaincu d'avance des thèses développées par l'auteur que j'ai entamé cette lecture , avec à l'esprit d'autres lectures plus anciennes sur des thèmes voisins : " Les 12 preuves de l'inexistence de dieu " de l'auteur libertaire Sébastien Faure ou " le testament du curé Jean Meslier " que le déiste Voltaire arrangea à sa convenance sans aucun respect pour l'écrit original .



L'auteur dans son assertion que les religions ont pour effet , si ce n'est pour but de réduire les libertés humaines et d'inciter à penser ce que les pouvoirs religieux veulent nous voir penser démontre avec brio ses convictions .



Par ailleurs , et je l'ai fortement ressenti en cours de lecture , l'auteur ne stigmatise que les pouvoirs religieux , or il est évident que tous les pouvoirs , religieux , politiques , industriels et autres entraînent pareils effets négatifs . Vitaly Malkin de par sa fortune personnelle qui le range dans la classe des capitalistes russes ne peut l'ignorer et j'aurais aimé , pour la crédibilité de son essai qu'il développe aussi cet aspect là , ce qui aurait été un plus confirmant sa sincérité philosophique .



La deuxième partie du livre ( que je n'ai donc pu lire ) traitant de son action contre les mutilations féminines ( excision ) ordonnées par des credos religieux , ne peuvent que recueillir l'adhésion de son lectorat bien que la domination masculine de nos sociétés trouve toujours son compte à considérer la femme comme un être de deuxième plan .



En conclusion , cet essai ne m'a pas déplu , je le trouve fort utile , quoique d'accès difficile et faisant l'impasse sur les autres pouvoirs tout aussi nuisibles que le pouvoir religieux ..... peut mieux faire et plus clairement .



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
La briscola à cinq
  26 mai 2018
La briscola à cinq de Marco Malvaldi
La briscola à cinq est un roman policier qui sort de l’ordinaire. Pas de flic charismatique qui enquête mais un patron de bar et ses quatre plus fidèles clients : 4 vieux papis qui tournent autour des quatre-vingt ans et qui viennent jouer aux cartes chaque après-midi. Rien que pour un scénario aussi original, le roman vaut le détour. Et je comprends l’engouement autour de cette intrigue chez nos voisins italiens qui l’on adapté à la télévision.



Mais revenons à l’intrigue, le corps d’une jeune fille est découvert dans une poubelle sur un parking par un jeune homme complètement saoul qui rentre d’une soirée. Les policiers pensent alors à un canular mais quand le patron du bar les appelle pour confirmer la présence du cadavre, l’enquête peut commencer. En étant derrière le bar, notre héros entend tout et surtout connait tout le monde alors il décide de se jouer les détectives pour notre plus grand plaisir.



C’était la première fois que je lisais Marco Malvaldi et j’ai adoré son écriture. Le roman est prenant, plein d’humour et l’on passe un excellent moment. « Heureusement que le café existe. Qui est le petit malin qui a inventé le café? Sans doute le cousin du petit génie qui a inventé le lit. Ils méritent tous deux le prix Nobel, je vous en donnerais du Dario Fo... Prix Nobel aussi à l'inventeur du nutella.

On devrait les mettre à l'église, à la place de la statue de San Gaspare. Au moins, on verrait un peu plus de dévotion sincère. »



Un seul bémol, c’est que cette enquête est bien trop courte : seulement 165 pages. Tout va très vite et j’aurais aimé qu’elle se prolonge un peu. L’ambiance italienne, la chaleur, les glaces, le bar et nos quatre papis m’ont fait beaucoup rire et il me tarde de les retrouver dans Un tour de passe-passe. J’espère également que les autres romans de la saga du Bar Lume seront traduits.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
La couleur des sentiments
  26 mai 2018
La couleur des sentiments de Kathryn Stockett
C'est un roman un peu maladroit mais qui se laisse lire avec beaucoup de plaisir. Des sentiments, il y en a beaucoup dans ce récit à plusieurs voix. Il donne des exemples frappants du racisme qui régnait dans le Mississippi d'avant les droits civiques, conquis seulement dans les années 60.

Les inégalités sont criantes entre les bonnes de couleur et leurs patronnes blanches. J'ai trouvé un peu maladroit ce roman car tout aussi présentes sont les inégalités de classe sociale, qui de mon point de vue ne sont pas vraiment abordées. Il m'a laissé l'impression gênante qu'avec seulement un peu de bonne volonté de part et d'autre tout s'arrangerait...
Commenter  J’apprécie          60


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1696 critiques

LeFigaro

1892 critiques

LeMonde

1817 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1605 critiques

Bibliobs

1330 critiques

LePoint

707 critiques

LesEchos

890 critiques

Lexpress

3598 critiques

Telerama

2420 critiques

LaPresse

1723 critiques

LaLibreBe...

1141 critiques