AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Gus, Tome 1 : Nathalie
  15 novembre 2018
Gus, Tome 1 : Nathalie de Christophe Blain
gus est un gangster du far west. Coureur de jupon , il dévalise les banques..

Plusieurs petites histoires sont racontés dans cet album , où l' on découvre les amis de Gus ,embarqué dans des histoires sentimentales entremêlé avec leur braquages.
Commenter  J’apprécie          00
Tous les hommes du roi
  15 novembre 2018
Tous les hommes du roi de Penn Warren Robert
Dans la ménagerie de Monsieur Toussaint Louverture, les animaux sont en voie d’apparition, pour notre plus grand bonheur. Après le monumental « Et quelques fois j’ai comme une grande idée » et le décoiffant « Personne ne gagne », et avant « Le dernier stade de la soif », a surgi « Tous les hommes du roi », un roman de Robert Penn Warren, qui plus qu’un grand animal est, sans conteste, un grand livre.



Dans ce roman, le narrateur, Jack Burden, évoque l’ascension politique de Willie Stark, un redneck attachant dont on se demande s’il agit d’abord pour le peuple ou pour lui-même. L’histoire s’articule autour de ces deux personnages, l’un étant le revers de l’autre.



Trésorier du comté, Willie perd son emploi après avoir refusé de fermer les yeux sur des magouilles politicardes. Revenu dans la ferme de son père, il décroche son diplôme d’avocat et se lance en politique, convaincu de pouvoir changer les choses. Rapidement déniaisé, il simplifie son discours et durcit ses méthodes. Une décennie plus tard, il est Le Boss, un orateur brillant parvenu à se forger un destin remarquable, un homme de fer au regard tourné vers l’avenir.



Le narrateur, lui, est un personnage désabusé. Il a grandi dans le confort et l’absence, a poursuivi des études d’Histoire qu’il a abandonnées puis trouvé une place de journaliste dans un quotidien régional avant de donner sa démission. Un parcours inabouti que seul trouble son amour de jeunesse, la gracieuse Anne. Engagé en tant qu’homme de main par Le Boss il évolue à ses côtés comme un esquif sur la vague, sans prise sur les événements, indifférent et l’esprit ancré dans le passé.



Le fil du récit paraît tracé à la règle. Le narrateur nous dépeint Le Bosse en figure massive et insaisissable, introduit des personnages secondaires substantiels, évoque la corruption. Ne manque que la chute.



Pourtant, sans que l’on comprenne bien comment, la trame se complexifie, elle glisse de cette cohorte de personnages vers Jack, qui prend corps à travers eux tous. Lui qui oscillait depuis le début du roman entre détachement, cynisme et nostalgie, est contraint de reconsidérer sa propre histoire pour gérer les turbulences auxquelles se retrouve confronté son patron. Tout au long de sa vie il s’est passionné pour la vérité, sans jamais l’établir vraiment. Cette fois, pourtant, il déconstruit avec minutie un édifice tronqué, où passé et présent ont fini par s’imbriquer au point de le garder captif. En quête d’identité, Jack soulève le voile de l’enfance pour placer les fantômes de sa jeunesse sous un jour nouveau. Au risque de tout perdre.



Robert Penn Warren élabore son histoire avec la précision d’un horloger. Chaque personnage nourrit cette tragédie, chaque fragment du passé réoriente le récit avec subtilité et donne chair aux protagonistes. L’ensemble est pensé avec soin.



Et puis l’écriture est précise, descriptive, imprégnée de Louisiane. Elle ne nous perd jamais.



En bon horloger l’auteur offre au temps un rôle majeur. À vous d’en trouver pour vous plonger dans cette lecture formidable.
Lien : https://avoslivreschroniques..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Théodore Poussin, tome 13 : Le dernier voyage..
  15 novembre 2018
Théodore Poussin, tome 13 : Le dernier voyage de l'Amok de Le Gall
Un homme capitaine Cragg, reçoit sur son île un convoyeur . celui ci a un colis à lui donner .. Dans ce colis , une colombe morte !? En remontant 2 semaines auparavant , nous retrouvons Théodore Poussin, en vieux vétement , guenilles,qui cherche de l' aide . Il rencontre un riche homme dans un bar , qui va lui donner beaucoup d' argent afin que théodore Poussin accomplissent son idée. Reprendre son île au dérobé par captaine crab..

Une histoire bien écrite, des sçènes de port , des personnages intrigants...

L' intrigue est interesssante
Commenter  J’apprécie          00
La guerre de Catherine
  15 novembre 2018
La guerre de Catherine de Julia Billet
J'ai bien aimé ce livre car il parle de la guerre avec plein de rebondissements.

La thématique de la seconde Guerre mondiale m'a beaucoup intéressée.

On se croirait vraiment à l'époque et cela est inspiré d'une histoire vraie.

Je conseille ce livre à tout le monde !



Léane, 4B
Commenter  J’apprécie          00
Le chemin de Buenos Aires
  15 novembre 2018
Le chemin de Buenos Aires de Albert Londres
Deuxième face avec Albert Londres, que j'avais découvert dans son ouvrage "Au bagne" sur la Guyane.

Le journaliste suit cette fois-ci la trace des entrepreneurs de la prostitution, qui se ruent tous vers l'Argentine, nouvel eldorado pour la Franchucha ou plutôt pour celui qui l'exploite.



On y retrouve sa plume mordante et son regard "innocent", et sa manière de se positionner en enquêteur, et non comme en juge garant des bonnes mœurs, et de présenter de manière impartiale les avis et récits de chacun.



J'ai beaucoup ri et me suis attendrie devant ses descriptions de Buenos Aires et des Argentins qui ne semblent pas avoir tant changé moins d'un siècle plus tard, et je n'ai pu qu'être d'accord avec sa prise de position extrêmement lucide sur la prostitution dans ses dernières pages, et déçue de l'écart entre sa prise de position et la mentalité actuelle sur le sujet, qui n'a finalement que peu évoluer.
Commenter  J’apprécie          00
The Autobiography of a Mitroll, Tome 2 : Is..
  15 novembre 2018
The Autobiography of a Mitroll, Tome 2 : Is dad a troll ? de Guillaume Bouzard
On découvre notre auteur , nous révelant des secrets de famille , ses aventure dans un monde imaginaire ...
Commenter  J’apprécie          00
Le carnaval des vampires
  15 novembre 2018
Le carnaval des vampires de Barde-Cabucon Olivie
Le carnaval des vampires d'Olivier Barde-Cabuçon est un roman emprunté à la bibliothèque.

A Venise, le commissaire aux morts étranges et son collaborateur le moine hérétique font face à de curieux événements et à une présence suspecte dans le palais où ils séjournent.

Dans le même temps, ils enquêtent sur des corps retrouvés vidés de leur sang et qui seraient les victimes de vampires...

Le carnaval des vampires est une enquête mettant en scène le commissaire aux morts étranges et son collaborateur, un moine. Nous sommes plongés dans le Venise du XVIIIème siècle et j'ai trouvé ça passionnant.

Seul regret, ce n'est pas le premier tome de la série et donc il m'a manqué quelques références pour apprécier pleinement ma lecture.

Toutefois, j'ai apprécié la plume de l'auteur ; les personnages et l'ambiance très particulière de Le carnaval des vampires.

J'ai passé un très bon moment de lecture et il me plairait de lire toute la série du commissaire et du moine.

Ma note : 4 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
La masque de Fudo, tome 3 : Feu
  15 novembre 2018
La masque de Fudo, tome 3 : Feu de Saverio Tenuta
Ici le troisième tome d'une série qui devrait en comporter quatre. Notre groupe de "masques" poursuit ses recherches sous la houlette de la sorcière. Si les dessins restent magnifiques et respectent les codes du japon médiéval, l'histoire se complique sérieusement et il faut relire les tommes précédents pour reprendre le fil de l'histoire;
Commenter  J’apprécie          00
Victor Lalouz, tome 2 : L'idole des jeunes
  15 novembre 2018
Victor Lalouz, tome 2 : L'idole des jeunes de Diego Aranega
Victor Lalouz , est un jeune homme , à lunette , petit ,et un peu chauve ; il est un peu bête mais es sûr que les filles sont amoureuse de lui . Il est animateur radio , et drague lourdement ses collègues féminines sans réussite. Victor lalouz a le nom qui lui correspond mais , il est touchant et nous fais sourire .;
Commenter  J’apprécie          10
Tendres albums - Joyeux noël, petite ourse !
  15 novembre 2018
Tendres albums - Joyeux noël, petite ourse ! de Ulrike Fischer
C'est absolument le genre de petite histoire que j'aime lire à l'approche de Noël. Celui-ci est destiné aux tous petits, mais les grands apprécieront également.



L'histoire est toute simple et notre petite ourse prépare chaleureusement Noël. J'ai beaucoup aimé cet album, car il reprends certaine choses que nous faisons comme faire des biscuits, sortir dehors quand il neige, aller au marché de Noël ...



Le texte est raconté de deux façons, la première est très poétique et très douce. En lisant, je me sentais déjà comme à Noël, c'est magique. Ensuite en dessous quelques phrases chantés. Je les ai simplement lu ne sachant pas quel air lui donner. En tout cas, c'est deux parties sont vraiment très chaleureuses et nous donne envie d'être déjà à Noël.



Les illustrations sont superbes. J'ai retrouvé toujours cette douceur, cette chaleur et cette odeur de Noël que nous aimons tant. Aucune fausse note de ce côté, c'est un vrai régal pour les yeux.



En bref: Ce petit livre cartonné est vraiment idéal pour attendre Noël. Notre petite Ourse et attachante et toute mignonne, on l'aime beaucoup ! Je ne peux que vous conseiller de la découvrir !
Lien : http://mellysbook.kazeo.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Signé Sixtine
  15 novembre 2018
Signé Sixtine de Roxane Dambre
Roxane Dambre est une auteure que j’ai découverte à travers sa trilogie Scorpi dans laquelle j’avais pu apprécier une plume vive et entraînante, une héroïne pétillante, naïve et qui sort de situations incongrues avec une facilité déconcertante. J’espérais retrouver tout ce qui m’avait fait aimer cette série dans Signé Sixtine, et ce fut le cas. (...)

J’adore la plume de Roxane Dambre. Elle nous offre, une nouvelle fois, une histoire totalement addictive avec une héroïne toujours aussi déjantée et intrépide que j’ai pris plaisir à découvrir. J'ai dévoré ce roman et, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans cette lecture.
Lien : https://www.babelio.com/actu..
Commenter  J’apprécie          10
N.I.H.I.L
  15 novembre 2018
N.I.H.I.L de Alex Cousseau
Aanj vit isolée sur l’île Blaeu avec Andoke, le vieillard qui l’a élevé. C’est une jeune fille qui a des questions plein la tête et son univers s’agrandit peu à peu grâce aux semblants de réponses qu’Andoke veut bien lui confier. Askold, quant à lui, est enfermé dans un cachot de l’Ile Nue, avec Jeremias, pour avoir assassiné le fils du roi. Aanj et Askold nous content leur histoire. Asseyez-vous confortablement. Ouvrez grand vos oreilles...





Ce roman est fait de chapitres courts qui alternent entre l’histoire de nos deux héros. Chacun nous raconte ses aventures, à une époque différente, il semblerait. J’ai adoré mettre les pieds dans leur univers qui se veut aussi mystérieux qu’original, et j’ai eu bien du mal à en décrocher. C’est un monde qui ressemble au nôtre par bien des aspects et pourtant il est tout à fait différent. Ce monde est fait d’îles et de royaumes et en leur centre, le point zéro appelé le N.I.H.I.L.





Il est ici question de voyage dans le temps, de voyage tout court, de destins croisés et de magie. On parcourt les îles de ce monde un peu étourdi et c’est une sensation que j’ai adoré. J’ai pris plaisir à découvrir les particularités des personnages que nous rencontrons tout au long du récit, comme celle d’Aanj, comme celle de Rosie, ou plutôt des Rosie. L’auteur a développé un imaginaire des plus passionnants qui nous réserve quelques surprises et la lecture n’en est que plus agréable.





Il y a ensuite le point de vue de Grethe, chasseuse de foudre, qui s’ajoute dans la seconde partie, ainsi que celui de Major Pistol, officier marinier, dans la troisième partie. On navigue entre ces différents points de vue fascinés et les pièces du puzzle trouvent peu à peu leur place. Comment Askold s’est-il retrouvé emprisonné? Qui est Aanj? Dans quelles circonstances leurs chemins vont-ils être amenés à se croiser? Je vous laisse le soin de le découvrir...





Verdict : Alex Cousseau est un auteur que je découvre peu à peu et je suis agréablement surprise par sa façon de conter ses histoires. Je me suis à nouveau laissée porter par la poésie de ses mots et par la magie qui s’en échappe. Ce roman nous plonge dans une aventure unique et enchanteresse que je ne voulais plus quitter. J’ai sauté tête la première dans le tourbillon du N.I.H.I.L et mon voyage a été riche en découvertes. Je ne peux que vous conseiller ce roman.
Lien : https://revesurpapier.blog4e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Un homme, une aventure : L'homme du Grand N..
  15 novembre 2018
Un homme, une aventure : L'homme du Grand Nord de Hugo Pratt
Nouveau récit d'un homme, cette fois-ci dans le grand nord canadien ; l'homme du grand nord peut se lire comme une sorte d'enquête mystérieuse où l'on suit un personnage dont on ne comprend pas les actions ou la destination, et qui paraît ne pas être celui qui l'est...Ses interactions avec les personnages qu'il croise se résument bien souvent à une série de !BANG! retentissants, seuls garants de la liberté face aux contraintes que d'autres cherchent à imposer.
Commenter  J’apprécie          00
Résidents de la République
  15 novembre 2018
Résidents de la République de Marc-Alexandre Oho Bambe
Marc Alexandre Oho Bambe, dit "Capitaine Alexandre", nous présente ici un essai écrit dans un "état d'urgence", celui dans lequel des milliers de personnes se sont retrouvés face à l'horreur des attentats du 13 novembre 2015.



Hébété, effondré, en colère, cet homme originaire du Cameroun qui fait honneur à la langue française depuis sa tendre enfance, a pris la plume et sa poésie pour rappeler que la vie est toujours là. Que c'est elle qui gagne toujours tant que la beauté du monde et la bonté de l'Homme triomphent. Cela semble désuet d'écrire cela mais lorsque l'on lit les mots du Capitaine Alexandre, on ne peut qu'y croire.



Mélange de textes, de pensées et de réflexions, cet essai est à la fois poétique et politique, "poiétique surtout". Appel à la justice, à la beauté et à l'espérance, renouvellement d'une foi en la citoyenneté d'un pays dans lequel l'auteur a planté ses rêves, "Résidents de la République" est un formidable plaidoyer pour le vivre ensemble, le mélange des cultures, le respect de l'autre, l'action commune et surtout, la formidable puissance de la poésie. L'auteur explique d'ailleurs sa relation particulière par rapport à cette dernière, en qui il voit une source inépuisable de bienfaits et de miracles. Car le miracle des mots existe bien...



Poésie... On sent dans les textes de Capitaine Alexandre que, enfant, la lecture des premiers poèmes d'Aimé Césaire ont été pour lui une révélation : à un esthétisme parfait, il trouvait enfin l'éthique qu'il lui manquait.

Depuis, Marc Alexandre Oho Bambe, qui a reçu le Prix Paul Verlaine de l'Académie Française en 2015 pour son livre "Le Chant des possibles", enseigne dans les écoles et anime des ateliers d'écriture auprès des jeunes. Il parcourt aussi le monde pour slamer ses textes aux quatre coins de la terre, constatant à chaque fois que nous sommes tous citoyens du monde.



De très beaux textes, porteurs d'un humanisme universel, qui mettent en valeur résistance et espérance face à l'obscurantisme.



A lire (à haute voix, c'est encore mieux pour certains passages) et à faire lire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Nuits à haut risque
  15 novembre 2018
Nuits à haut risque de Marie-Bernadette Dupuy
Nuits à haut risque est un recueil d’enquêtes policières. Toujours les 3 mêmes enquêteurs qui résolvent ensemble des énigmes. C’est perturbant au départ mais ca va vite, ca se lit bien, les enquêtes sont bien ficelées, le rythme proche de la nouvelle est dynamique et fluide. Un bon moment livresque pour moi.



Contrairement à ce que laissait penser la lecture de la quatrième de couverture, il ne s’agit pas d’une unique histoire que l’auteure nous raconte mais d’un recueil de plusieurs enquêtes. Et cela a été assez perturbant au départ car j’ai cherché à comprendre comment on allait pouvoir passer de ce que je lisais à ce que la quatrième de couverture racontait (j’ai même retourné plusieurs fois mon livre pour voir si j’avais loupé un truc…)…jusqu’à ce que je me décide à regarder à la fin pour constater qu’il y avait le plan avec les numéros de pages pour chaque enquête :



L’enfant mystère des terres confolentaises

Maud sur les chemins de l’étrange

Nuits à haut risque

Bon après c’est mon côté blonde certainement parce que chaque enquête commence avec une page consacrée au titre !!! Bref, passé ce petit temps de flottement de mon cerveau, j’ai pris beaucoup de plaisir avec cette lecture.



Chaque enquête est assez courte, environ 120 pages chacune, on est plus proche de la nouvelle que du roman à la seule différence qu’on retrouve toujours les mêmes personnages principaux et que tout se déroule de manière chronologique. Le style est fluide, ca se lit bien et l’auteur va au plus près des choses, sans trop de détails donnant un rythme ultra dynamique. L’auteure ne laisse pas le temps au lecteur de formuler des hypothèses, tout s’enchaîne assez vite et on arrive au dénouement qu’on n’avait pas vu venir. Les intrigues sont bien ficelées, on ne s’ennuie pas du tout et l’auteur réussit en peu de pages à assurer la construction classique des polars. On a bien un évènement mystérieux, une enquête des policiers qui gagne en tension au fil des pages et un épilogue. Bref tout est bien orchestré et c’est un vrai plaisir. Et les 3 enquêtes sont dans un registre complètement différent mais tout aussi plaisant parce que quelque peu surprenant. Toutes les questions trouvent une explication à la fin et c’est ce que je préfère. Une belle réussite pour moi.



Les 3 personnages principaux que sont les enquêteurs sont un peu caricaturaux mais sympathiques tout de même. Irwan, le beau gosse ténébreux, Maud la fille qui aime Irwan (je ne spoile pas on le sait dès le début) et Xavier, le bon copain qui aime Maud mais qui sait qu’il n’a aucune chance et qui se contente d’une belle amitié (je ne spoile pas non plus on le sait assez vite). Xavier est le personnage que l’auteur utilise pour faire découvrir sa région au lecteur. Féru d’histoire, Xavier ne cesse de vanter les mérites architecturaux des bâtiments qu’ils peuvent croiser sur leur chemin et de raconter les histoires anciennes qui s’y rapportent. Cela n’apporte rien aux intrigues mais cela permet de découvrir la région d’Angoulème. Et même si je ne me suis pas attachée plus que ça aux personnages, qui m’ont parfois bien agacée (surtout Irwan et Maud), cela ne m’a aucunement gênée dans ma lecture tournée essentiellement vers la consistance propre des intrigues.



Bref, cette lecture fût une belle découverte d’une auteure que je n’avais jamais lue et qui m’a plu par la haute qualité de ses intrigues plus que par la personnalité de ses personnages.
Lien : https://mllejavottebooks.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Madame, vous allez m'émouvoir
  15 novembre 2018
Madame, vous allez m'émouvoir de Lucie Tesnière
L'histoire d'une famille durant les deux guerres mondiales.

Le récit est agrémenté de photographies, de dessins, d'extraits de lettres, de télégramme... Pour Lucie Tesnière, narratrice de ce récit, le travail de recherches a pris 4 ans. Ce fut un travail fastidieux, long et difficile. C'est un livre émouvant, parfois éprouvant que j'ai lu en peu de temps. On fait un voyage dans le temps avec sous les yeux de véritables documents et preuves. Merci à l'auteur pour ce gigantesque travail qui l'espace de quelques pages nous transporte sur les chemins de deux guerres mondiales. Bref, c'est un récit touchant et authentique (....)



Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          80
Saint-Exupéry : Le dernier vol
  15 novembre 2018
Saint-Exupéry : Le dernier vol de Hugo Pratt
Récit non linéaire, le dernier vol mêle bribes de vie de Saint-Exupéry, extraits de ses livres, scénettes rêvées par Hugo Pratt et voyages de par le monde, le tout raconté et dessiné de manière délicatement poétique.

Les premières pages peuvent confondre le lecteur par leurs sauts temporels et géographiques, avant que l'on ne s'installe dans le récit, porté de l'Argentine au Chili en passant par l'Océan Atlantique.
Commenter  J’apprécie          00
Ueno Park
  15 novembre 2018
Ueno Park de Antoine Dole
J'ai énormément aimé ce livre! L'ambiance m'a plu et les personnages aussi.L'histoire est très émouvante, je me suis beaucoup accroché au personnage de Fûko. Si vous êtes fan du Japon et de sa culture je vous conseille Ueno Park
Commenter  J’apprécie          00
Princesse Bari
  15 novembre 2018
Princesse Bari de Sok-Yong Hwang
Une légende coréenne raconte l'histoire d'une reine qui, désespérée après la naissance de sa septième fille, décide de l'abandonner à la mort. La petite Bari, ''l'abandonnée'', survit et, plus tard, accepte de venir en aide à ses parents mourants en allant chercher l'élixir de vie qui sauvera leurs âmes.

Une famille nord-coréenne vit le même drame : six filles déjà et une septième qui arrive au monde. Craignant la colère du père, la mère abandonne le bébé dans la forêt. Mais la chienne de la maison la retrouve et la grand-mère la prend sous son aile. Inspirée par la légende, cette chamane reconnue la prénomme Bari. La petite miraculée n'est pourtant pas au bout de ses peines. Car, même si sa famille est plutôt à l'aise, elle ne pourra échapper à la terrible famine des années 90, ni à la répression exercée par le régime nord-coréen. Bari se retrouve seule au monde mais elle a reçu en héritage les dons de voyance de sa grand-mère. Elle peut aussi communiquer avec son chien et se réfugier dans ses rêves. Des dons qu'il lui permettront de quitter son pays, de survivre en Chine et de traverser l'océan, à 16 ans à peine, au fond d'une cale pour arriver à Londres. Un nouveau monde, une nouvelle vie, de nouvelles épreuves.



Ancrée dans la tradition du chamanisme encore très présent en Corée, l'histoire de Sok-yong Hwang raconte la douleur du peuple nord-coréen. Dans le pays bien sûr où la famine, la peur, la dictature ont brisé bien des familles. Mais aussi à travers l'exil en Chine ou en Europe. Parqués dans des containers à fond de cale, maltraités et violés par les passeurs, les fuyards qui survivent à la traversée doivent encore rembourser le prix de leur passage et souvent les femmes sont livrées à des réseaux de prostitution. Mais malgré la douleur et les épreuves, Bari affronte la vie avec l'innocence de sa jeunesse et la force de ses dons. Capable de se dissocier de son corps, elle trouve dans ses rêves le réconfort et les conseils de sa grand-mère, la fidélité de son chien qui la guide dans les méandres de son inconscient. A Londres, elle découvre l'amitié, la solidarité mais aussi le sort réservé aux clandestins par les autorités. En se rapprochant de la communauté musulmane, Bari apprend d'autres croyances, d'autres traditions mais aussi l'amalgame fait entre musulmans et terroristes après les attentats du 11 septembre.

Princesse Bari se lit comme un conte. Naviguant entre la réalité la plus cruelle et un onirisme très poétique, c'est un roman atypique, une histoire d'errance, d'exil avec une héroïne lumineuse, forte, fragile et humaine. Sok-yong Hwang, s'il aime dans ses romans parler de son pays coupé en deux par la folie des hommes, sait transcender l'histoire nationale pour en faire une fable universelle. Une lecture à la fois tragique et enchanteresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Ör
  15 novembre 2018
Ör de Auður Ava Olafsdottir
Avec Audur Ava Olafsdottir, j'en étais à un partout. Un roman beaucoup aimé, Rosa Candida dont j'avais apprécié la poésie et un autre qui m'avait laissée perplexe, L'Exception, lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices de Elle 2015. Avec Ör, l'avantage est désormais aux "j'aime" !



J'avoue que le personnage de Jonas m'a vraiment touchée, voire enchantée. Oui, malgré son mal-être, son état dépressif et son envie affichée de mourir avec cette impression terrible, à 49 ans de ne plus rien attendre de bon ou même d'étonnant de la vie. "Y a-t-il quelque chose qui puisse encore me surprendre dans la vie ? La méchanceté des hommes ? Non, ma connaissance dans ce domaine est complète. La bonté des hommes ? Non, j'ai rencontré suffisamment de bonnes personnes pour y croire" (et je vous conseille la suite de cette sublime tirade de l'homme désespéré...). Bref. Jonas, récemment divorcé de Güdrun qui a jugé utile de lui révéler à cette occasion qu'il n'est pas le père de leur fille de 26 ans, ne trouve ni auprès de sa mère à la mémoire défaillante, ni auprès de son pote Svanur, des raisons de continuer. Il décide alors, pour préserver ses proches de programmer son suicide dans un pays étranger et choisit pour cela un pays en ruine, détruit par des années de guerre et tout juste rouvert aux touristes (qui ne se bousculent pas, on s'en doute).



Il y a une certaine grâce dans ce personnage et sa façon d'être au monde. Jonas s'est laissé porter toute sa vie par le courant et guider par les femmes qui l'entourent, ces mêmes femmes qui se dérobent à lui chacune à sa manière. En quittant sa terre et son ancrage, il va voir ses repères totalement bouleversés par un environnement et des rencontres dont il n'avait pas anticipé les effets. L'auteure installe ici une atmosphère qui mêle tragique et fantaisie, avec un savoir-faire incontestable. Et l'on suit les avancées de Jonas qui finit par prendre ses habitudes dans cet improbable hôtel d'un bord de mer encore truffé de champs de mines, où tout est à reconstruire et où il se révèle particulièrement utile avec ses talents de bricoleur. Reconstruire les murs et les routes. Reconstruire l'espoir. Réparer les cœurs, peut-être.



"Est ce que tu comptes rafistoler tout le pays ? Avec ta petite perceuse et ton rouleau de scotch ? Tu crois vraiment pouvoir recoller un monde en miettes ?"



Sous une apparente légèreté, ce roman questionne l'essence même de l'existence, ce sens que chacun lui cherche avec ses pauvres moyens. La touche de fantaisie qui éclaire l'ensemble empêche le propos de sombrer dans la démonstration moraliste et fait au contraire jaillir l'émotion. Aucun jugement n'est porté sur la source d'un mal-être qui peut apparaître futile (une sorte de crise de la cinquantaine ?) au regard des drames d'un pays en ruine. Non, chaque personnage est traité dans son entièreté, sa pleine humanité faite de doutes, de failles, de candeur, d'espoir et de désespoir. Il n'est pas tant question de relativité ici que d'appréhension de l'autre, pour mieux s'accepter soi-même.



Tout ceci fait de Ör (qui signifie "cicatrices" en islandais) un joli moment de lecture, un peu hors du temps, qui réussit à sublimer le malheur pour convoquer le bonheur. Le petit. Celui de tous les jours.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1965 critiques

LeFigaro

1987 critiques

LeMonde

2086 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1736 critiques

Bibliobs

1430 critiques

LePoint

743 critiques

LesEchos

907 critiques

Lexpress

3761 critiques

Telerama

2538 critiques

LaPresse

1798 critiques

LaLibreBe...

1165 critiques