AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Miss Crampon
  19 janvier 2019
Miss Crampon de Claire Castillon
Résumé Miss Crampon de Claire Castillon

Elle ne dit rien de ce qu’elle pense. Depuis l’âge de 5 ans, elle se tait, se chut. Camelia est sa belle-mère et a tenté par tous les moyens de se faire accepter par cette petite fille.



Neuf ans plus tard, pour ne pas avoir de problèmes, elle se comporte comme les autres le souhaitent.



Avis Miss Crampon de Claire Castillon

Suzine, Suz, est une jeune adolescente qui est au collège. Ses parents ont divorcé mais ils ont l’air de s’entendre bien. Suzine ne dit jamais rien, elle se chut et ce depuis l’âge de cinq ans. Elle préfère ça à donner ses opinions car Suz est tout de même timide. On apprendra au fil des pages quel est ce petit problème qui a causé de grands dommages pour l’enfant, qui l’a recroquevillée sur elle-même. Pour avoir le moins de problèmes possible, elle se comporte comme les autres le souhaitent.



Suz a deux amies, toutes les deux amoureuses de Tom. Mais comme elle n’a pas su, pas voulu, donner sa propre opinion, ses amies n’ont plus confiance en elle. Suz est en vacances avec son père et sa belle-mère. Elle retrouve Tom au ski, ils partagent quelques moments qui ne plaisent pas forcément à la jeune fille. Entre une mère qui écrit des vers, un père qui ne la juge pas assez intelligente, Suz a fort à faire. Elle ne déteste pas sa belle-mère, elle trouvera tout de même une alliée en elle.



L’auteur développe le sujet de la non confiance en soi qui peut frapper de nombreux adolescents. Ils ne sont pas capables de s’affirmer face aux adultes, face aux amis. Ils se replient sur eux-mêmes, se retrouvent seuls et ne savent pas gérer les relations conflictuelles. Il y a également l’évasion par le mensonge, on s’invite un ami, un personnage. Ces mensonges peuvent résoudre les problèmes sur le court terme mais ils se retournent, à un moment, forcément contre celui qui raconte des histoires.



Suz va donc expérimenter les relations amicales qui se font, qui se défont, les premiers garçons qui tournent autour d’elle. Mais elle n’est pas prête. Ce qu’elle veut, c’est retrouver ses amies. Pourtant, les moqueries sont légion, à cause de son petit problème. Un garçon va la faire sortir de sa coquille, en l’inscrivant à Miss Crampon, la jeune fille qui représente le club de foot de la ville. Elle sera forcément entourée par tous les siens qui feront bloc pour elle et contre les autres. Cette expérience fera grandir Suz de bien des façons. Elle va apprendre à s’affirmer par rapport aux autres, à démontrer qu’elle ne restera plus en retrait et que les garçons, ce n’est pas pour le moment.



Je remercie les Editions Flammarion Jeunesse pour ce petit roman vraiment très sympathique à lire et qui s’adresse à un jeune public.
Lien : https://livresaprofusion.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Old School
  19 janvier 2019
Old School de John Niven
Quand la première chose que vous faites en refermant un livre, est de vous précipiter vers votre ordinateur pour savoir si l'auteur en a écrit d'autres, c'est un succès, non ?

Et oui, il a l'a fait ! Un mec sur qui on peut compter, ce John Niven …



"Old School," vous embarque dans une folle virée à travers le monde , du Dorset à Cannes, en passant par Marseille , dans un sourire perpétuel saupoudré de multiples éclats de rire.

Entre Susan Frobisher et Julie Wickham , proches de la soixantaine, vibre une solide amitié qui remonte à l'enfance et pourtant, elles n'ont pas évolué de la même façon. Susan est mariée depuis des siècles, à un expert comptable sérieux et ennuyeux, elle mène une vie confortable , alors que Julie , qui a brûlé la vie par les deux bouts, tire le diable par la queue.

Femme de ménage dans une maison de retraite, elle peut compter sur Ethel , une résidente octogénaire, pour illuminer ses journées d'un humour dévastateur.

Lorsque le mari de Susan décède dans des circonstances que la bienséance, ma pudeur et Babelio , m'interdisent de vous relater, Susan se retrouve ruinée . Et là, germera dans l'esprit de ces deux amies , un plan d'une simplicité toute simplette, qui aurait fait rougir les scénaristes de "la Casa de Papel", cambrioler la banque de leur bled en embarquant Ethel et une autre amie, et conseillée par : le Clouté (El Professor version Dorset ...), un charmant cambrioleur de quatre vingt- dix printemps…

Cette équipée sauvage sera suivie à la trace par une équipe policière de bras cassés , Interpol, et la mafia russe .

Mais la chance appartient aux audacieux et la retraite ,c'est pour plus tard…



Furieusement grinçant, drôlement trash, impeccablement trépident, Old School est une vraie réussite qui fait penser (en plus marrant) à " le gang des dentiers fait sauter la banque".

Sourires et fous- rires garantis par votre "serviteuse".

Lecteurs prudes, s'abstenir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Sorcières
  19 janvier 2019
Sorcières de Mona Chollet
Ayant déjà beaucoup aimé Beauté fatale de la même autrice, j'ai bien apprécié ce nouvel essai. Mona Chollet part de l'histoire, les chasses aux sorcières du XVIIème et XVIIIème siècles - que l'imagination collective associe à tort au Moyen-Âge, qu'elle décrit comme un féminicide, un outil de répression des femmes seules, âgées, indépendantes, désirantes encore, et détentrices d'une forme de savoir qui effraye les hommes.

Cet aspect historique n'est que le point de départ, Mona Chollet n'est pas historienne, mais elle montre que finalement, les femmes indépendantes font toujours peur. Les femmes doivent cacher leur corps qui vieillit, leurs cheveux qui blanchissent, leur savoir et leurs compétences - surtout lorsqu'ils ne sont pas typiquement "masculins".

Outre les réflexions pertinentes et stimulantes, c'est aussi l'écriture que j'apprécie, avec une pointe de détachement et d'humour assez agréable.
Commenter  J’apprécie          10
Le Pays des oubliés
  19 janvier 2019
Le Pays des oubliés de Michael Farris Smith
Le précédent livre de Michael Farris Smith m'avait déjà énormément plu, avec "Le pays des oubliés" l'auteur remet ça en mieux, en plus intense et plus puissant. Il devient l'une de mes références littéraires. Je ne vais pas attendre beaucoup plus longtemps pour me pencher sur son tout premier roman "Une pluie sans fin".



L'ambiance lourde et l'envie de connaître les personnages se fait ressentir dès le début et promet un voyage intense.



La misère et la poussière, l'abandon, les rencontres et les espoirs, les dettes, les mains tendues, la violence des poings devenus durs comme de la corne, les arnaques, la sueur, la tendresse et l'amour, font de ce livre un "Page Turner" incontournable de la littérature contemporaine américaine qui restera gravé dans ma mémoire et dont les personnages resteront gravés dans mon cœur. Une véritable aura plane au dessus de cette histoire douce et amère à la fois.



"Le pays des oubliés" est une claque, une tornade d'émotions, le portrait d'une Amérique profonde dont personne ne se soucie, Michael Farris Smith s'efforce de la mettre en lumière d'une bien belle manière. À lire absolument.



Sur le blog :
Lien : https://unbouquinsinonrien.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Libérez votre cerveau !
  19 janvier 2019
Libérez votre cerveau ! de Idriss Aberkane
Lu pour vous | Nous ne sommes quasiment plus responsables de notre pensée et passons notre temps à vivre dans la pensée des autres. Nos décisions sont donc rarement les nôtres. Si la technologie sert l'humanité, tout va bien. Si l'humanité sert la technologie, rien ne va plus.



A l'école, au travail, en politique, nous n'utilisons pas tout le potentiel de notre cerveau, de même que nous n'utilisons pas tout le potentiel de nos mains. La neuroergonomie nous apprend à mieux nous servir de notre cerveau.



1 - Changer notre école



L'école nous rend conformes, et cela se poursuit à l'université. Dans la vie notée, nous devons nous conformer au moule. Dans la vie réelle, en revanche, l'autonomie est la seule voie vers la liberté. L'école désirée est celle de l'épanouissement, l'école imposée, celle de l'utilité économique. Le prodige travaille par amour, pas pour une note, un prix ou une reconnaissance de ses pairs. Moteur de l'apprentissage et de la découverte ? L'émerveillement. Il faut remettre du plaisir au coeur de l'école.



2 - Connaître le cerveau



Notre système nerveux, c'est cette subtile colonie de cellules qui peuple notre corps, de notre crâne à notre voûte plantaire, de nos intestins à notre peau. Bien souvent, le cerveau choisit la facilité. Nous apprenons à repérer d'abord ce qui nous manque.



3 - Jouer, travailler, vivre



Si nous plaçons l'épanouissement devant l'intérêt économique, la société changera. Lorsqu'une personne réagit par la violence, l'homme conditionné peine à voir en elle la lente accumulation de frustrations. Plus la société est frustrante, plus elle facilite les échanges de violence. Les individus dangereux peuplent les hôpitaux et les prisons. Mais ils peuvent aussi occuper des postes à responsabilité.



4 - Le marketing vend par association



Le marketing vise à rendre le désir supérieur à la nécessité. La base de la communication publicitaire, c'est la mémoire associative. Un client satisfait ne consomme plus, un client insatisfait consomme. L'insatisfaction programmée est aussi essentielle à l'économie actuelle que l'obsolescence programmée. Toute arnaque commence par donner à sa victime ce qu'elle veut.



5 - Quelle neurosagesse ?



Nous ne sommes quasiment plus responsables de notre pensée et passons notre temps à vivre dans la pensée des autres. Nos décisions sont donc rarement les nôtres. Si la technologie sert l'humanité, tout va bien. Si l'humanité sert la technologie, rien ne va plus. Parfois, nos nerfs nous dirigent. Il est impératif d'en reprendre le contrôle. Une merveilleuse prise de conscience, salvatrice, libératrice, anime alors notre neurorenaissance. --Regine Turmeau ( LesEchos)

____________________

"Libérez votre cerveau", par Idriss Aberkane (Robert Laffont, Pocket)
Lien : https://business.lesechos.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le suspendu de Conakry
  19 janvier 2019
Le suspendu de Conakry de Jean-Christophe Rufin
L'histoire est originale et superbement écrite par Jean-Christophe RUFIN, comme d'habitude, simple et efficace.
Commenter  J’apprécie          00
L'alchimiste
  19 janvier 2019
L'alchimiste de Paulo Coelho
Un très bon conte philosophique autant qu'alchimiste. La plume de l'auteur est vraiment incroyable, il arrive à nous transporter dans les différentes contrées visitées par le jeune homme et à faire vivre les rencontres qu'il fait. Ce livre m'a permis de découvrir l'Alchimie, qui m'était inconnue jusque-là.

Une très belle lecture, qui va résonner longtemps en moi.

Commenter  J’apprécie          30
L'équation de plein été
  19 janvier 2019
L'équation de plein été de Keigo Higashino
Comme déjà écrit pour la critique du premier tome de cette petite série Le dévouement du suspect X, c'est un roman policier atypique pour un occidental. Le ton est feutré du début à la fin sans pour cela escamoter le suspense interrogatif qui nous fera patienter jusqu'aux dernières pages pour découvrir les subtilités de l'intrigue. Plus qu'un roman policier, c'est un roman de société basé sur la culture japonaise mettant en scène un problème familial et l'infidélité conjugale. L'intrication des relations des différents personnages est un fin tissage de psychologies.
Commenter  J’apprécie          70
Tellucidar, tome 2
  19 janvier 2019
Tellucidar, tome 2 de Jean-Luc Marcastel
Le tome 2, en immersion totale dans Tellucidar, est encore plus passionnant que le 1 !! Enfin on apprend le passé de Patrick en lien avec Mikaël Kirov ! Les nombreux combats ont cessé juste au bon moment (par rapport à mon ressenti de lectrice). La transformation de Lucas est extraordinaire, et son dénouement avec Korè, évident depuis le premier tome… Pour conclure, une très belle série.
Commenter  J’apprécie          20
Le Noël d'Hercule Poirot
  19 janvier 2019
Le Noël d'Hercule Poirot de Agatha Christie
Besoin d’une lecture simple et agréable après une ou deux semaines éprouvantes. Ce n’est plus de saison, mais j’ai jeté mon dévolu sur ce livre. Dès les premières phrases, je me suis rendue compte que je l’avais déjà lu. Vérification faite, c’est bien le cas, quelque part en 2014. Le titre ne me rappelait rien, il faut dire que Noël n’est vraiment qu’un prétexte dans cette histoire, mais les éléments de l’histoire me sont revenus assez vite.

J’ai tout de même continué la lecture audio, c’est ce que j’avais envie d’écouter ce soir. Et je me suis plus attardée sur les détails de ce meurtre sanglant à souhait, découvrant par la suite que c’est ce qu’Agatha Christie avait voulu pour cette enquête, en donner pour leur argent aux amateurs du genre. Et cette référence constante à Macbeth, « Qui aurait cru que le vieil homme eût en lui tant de sang ? » m’a bien amusée, de même que la mise en abyme quand l’officier de police s’étonne que ce scénario de chambre close n’existe que dans les romans. Et puis on peut compter sur Agatha Christie pour nous surprendre, parce que tout de même, imaginer que le meurtrier est… (Vous croyiez que j’allais le dire ? Non, tout de même, ce serait vraiment encore plus méchant que tuer ce vieux Simon Laurence…).

Une œuvre dont je n’avais pas perçu toute l’ironie et le second degré à ma première lecture, trop obnubilée par ma propre recherche du coupable, et dont la deuxième lecture m’a donc apporté un plaisir différent et bien savoureux, tout ce que je voulais en ce sombre vendredi soir de janvier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Quand reviennent les âmes errantes : Drame à tr..
  19 janvier 2019
Quand reviennent les âmes errantes : Drame à trois voix avec choeur de François Cheng
« Son texte le plus récent, Quand reviennent les âmes errantes, est tout entier tramé de ces confluences entre les cultures : il reprend un drame réel qui a hanté l'imaginaire chinois depuis le IIIe siècle avant notre ère, mais il le présente comme une tragédie à l'occidentale - en cinq actes, trois voix et un choeur. Détailler l'intrigue n'est pas indispensable : il suffit de dire que c'est une histoire d'amour et d'amitié entre une femme - pauvre et sublimement belle - et deux hommes, l'un justicier, l'autre musicien. Tous deux finissent par mourir, mais leurs âmes reviennent, se retrouvent auprès de l'héroïne, et le trio, métamorphosé, se reconstitue au-delà de l'absence. Sans doute est-ce le plus philosophique des livres de François Cheng - si l'on admet d'appeler ainsi les préoccupations humaines les plus fortes, plutôt que les dissections conceptuelles et les techniques argumentatives...

A l'esprit qui raisonne, le poète-calligraphe oppose l'âme qui résonne. Le raisonnement est commun à tous, indispensable mais impersonnel. La résonance, elle, est singulière, garante de l'unicité de notre être, et ce qu'elle crée survit au corps. Selon François Cheng, l'âme du peintre ou du poète entre en résonance avec la nature, comme celles des amis et des amants entrent en résonance les unes avec les autres. » --Roger-Pol Droit, Le Monde du 24 mai 2012

...

Quand reviennent les âmes ­­­er­rantes est une forme de drame romantique : trois nobles person­nages unis par l'amour et l'amitié sont en butte à la violence de l'histoire...

François Cheng, académicien français, né en 1929, médite ainsi sur la femme et sur l'amour, «qui révèlent le mystère de l'âme dont la résonance fait entendre une mélodie supérieure». Il écrit joliment que «le corps se transmue peu à peu en âme», si bien qu'on peut caresser l'âme aussi sûrement qu'un bras. Ce texte exprime une stupeur enfan­tine devant l'extrême douceur et l'extrême violence qui cohabitent dans le monde. Un long poème clôt le livre, qui ressemble à un point d'interrogation dressé vers le Ciel : «L'immense univers, indifférent, muet, et le cri d'un être, là, seul. Qui peut nous sortir de là ?» --Astrid de Larminat, Le Figaro du 10 mai 2012

...

« Avec le dernier livre de François Cheng, beaucoup d'action en peu de pages. Mais des morts aussi, ou plutôt des vivants qui vont se précipiter vers leur fatal destin avec l'amitié et l'amour pour seuls bagages...

Le livre de François Cheng, qui n'est pas à lire d'une manière frénétique et pressée, se laisse entendre à quatre voix : un «choeur» qui donne le décor historique, et chacune des voix du trio poétique, hommes et femme. Ils ont en eux l'idée que des retrouvailles auront lieu par-delà une mort qui, si dure soit-elle à subir, ne peut abolir l'amour et l'amitié. Ce livre aussi est un joyau, une pierre précieuse et étrange posée sur nos chemins d'humanité. » --Bruno Frappat, La Croix du 19 avril 2012

...

« Ce livre est un joyau, une pierre précieuse et étrange posée sur nos chemins d'humanité. » (Bruno Frappat, La Croix)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Comment faire dodo quand on n'a pas envie d..
  19 janvier 2019
Comment faire dodo quand on n'a pas envie de fairedodo... de Yves Hirschfeld
Un album, sous forme de livre jeux, pour les parents de tout-petits qui ne veulent pas aller se coucher.

Une sympathique suite de petites amusettes, avec pour thème le dodo, le coucher, le sommeil et le rêve qui aide les parents à préparer cette étape cruciale de la vie des tout-petits. Constitué d'objets à mettre sous son oreiller, de petits jeux, d'énigmes faciles, cet album n'est en rien une recette infaillible pour l'endormissement bien sûr, mais une série de pistes à l'usage des parents.

Il est juste dommage d'avoir à guider les parents (pressés ?) de la sorte, et certains qui s'en tiendront à appliquer les recettes du livre seront déçus. Pour réussir, ils leur faudra prolonger, inventer, innover... Ce livre n'est pas une fin en soi.

Commenter  J’apprécie          20
L'éternité n'est pas de trop
  19 janvier 2019
L'éternité n'est pas de trop de F. Cheng
Ils n'ont échangé qu'un regard, un sourire peut-être et depuis trente ans bien que la vie les ait séparés, ils ne cessent de penser l'un à l'autre. Dao-sheng était un jeune musicien, Lan-ying, "Fine Orchidée" était fiancée à un seigneur local qui s'arrangea pour faire envoyer le jeune homme au bagne. Au bout de tant d'années, ils tentent de se rejoindre comme deux constellations éloignées que la course du ciel remet en présence. Lan-ying s'étiole, épouse délaissée minée par les chagrins et les épreuves, Dao-sheng a quitté le monastère taoiste où il a appris la médecine et la divination. En la soignant, Dao-sheng va pouvoir lui déclarer son amour. Tout les oppose, le rang, les conventions sociales. Le plus qu'ils puissent espérer c'est de se tenir la main, d'échanger furtivement un sourire mais qu'importe, ils ont l'éternité pour eux. Cet amour courtois plus fort que la mort est-il si différent de l'amour mystique que professent les premiers jésuites qui arrivent en Chine à cette époque de la fin de la dynastie Ming ? L'Éternité n'est pas de trop n'est pas seulement une poignante histoire d'amour, c'est comme Le Dit de Tian-yi (prix Femina 1998), comme toute l'œuvre de poète, de philosophe, de traducteur de François Cheng, un pont entre les civilisations chinoise et européenne, la démonstration subtile et émouvante que, par-delà, les époques le pauvre cœur des hommes est bien le même sous tous les climats. --Yves Bellec, Amazon.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
La mort n'est pas une terre étrangère
  19 janvier 2019
La mort n'est pas une terre étrangère de Stéphane Allix
« Confronté à la mort de son frère, Stéphane Allix a accompli une enquête avec un acharnement et une honnêteté rares. Un livre remarquable, qui offre un moyen de vaincre la peur et l'ignorance. » --Bernard Werber

...

« Stéphane Allix appartient à une nouvelle génération d'explorateurs de la conscience. » --Patrice van Eersel

...

« L'enquête menée par Stéphane Allix nous touche au plus profond de nous-mêmes. Curiosité, sensibilité, honnêteté et humilité sont ici au service d'une question essentielle. L'aventure qu'il nous propose est haletante et passionnante. Nous en sortons grandis, approfondis. » --Thierry Janssen
Commenter  J’apprécie          00
The Mortal Instruments, tome 5 : La cité des ..
  19 janvier 2019
The Mortal Instruments, tome 5 : La cité des âmes perdues de Cassandra Clare
J’ai mis un peu plus de deux avant d’attaquer ce tome. Non pas que je n’avais pas envie de retrouver les héros et l’univers, bien au contraire, mais j’avoue que ce genre de pavé arrive souvent à me freiner. Et quand je regarde le dernier tome… Outch… Mais je ne vais pas attendre avec celui-là, je vais même directement enchaîner car j’ai plus qu’envie de savoir ce que Cassandra Clare nous réserve et après ma lecture du tome cinq, je veux passer plus de temps avec Clary et ses amis.



Après la mort de Valentin, je voyais mal Cassandra Clare introduire son fils, Sébastien (le faux) a.k.a Jonathan (le vrai – oui, on y perdrait son latin) et le laisser de côté sans l’utiliser plus en profondeur. Il est encore plus psychotique que son père et il n’a aucune limite. Un méchant « parfait » en un sens qui permet d’emmener les plans de Valentin à un tout autre niveau. Donc, aucune surprise à le voir de retour dans ce tome cinq.



L’approche de l’auteur, ici, est plutôt intelligente. J’entends par là qu’elle n’utilise pas seulement Sébastien avec ce côté caricatural, elle y ajoute un côté émotionnel plus complexe et met en plus Jace dans l’intrigue. J’ai beaucoup apprécié le traitement du libre arbitre, des choix que l’on fait pour les personnes que l’on aime, de l’aveuglement de l’amour même, des actes difficiles que l’on est parfois obligé de faire. Nous faisons tous des erreurs, et parfois, elles conduisent à des situations qui nous dépassent. Ce que j’aime, en plus de tout l’univers et des personnages, c’est cette vision « grise » du monde. Tout n’est pas blanc ou noir. Les gentils peuvent aussi faire des choses regrettables. La romance a quelque fois ce côté étouffant entre Jace et Clary, mais il y a pas mal de situations qui font échos, et cela quelque soit la personne.



Mais pour moi, le gros plus de cette saga sont les personnages. Je me suis faite la réflexion en lisant La cité des âmes perdues. Cette saga arrive à me faire sentir « chez moi » si cela peut vous parler. Les relations fortes que les adolescents ont su créer, la façon dont l’auteur arrive à les retranscrire. On a l’impression que tant qu’ils seront ensemble, rien ne pourra les arrêter. Et la tendresse qu’il y a semble réelle. Impossible de ne pas s’attacher. Même Alec avec qui j’ai toujours eu un peu de mal, car je le trouve quelque fois plus immature que ces amis, me donne envie de le voir poursuivre sa route. Et c’est assez magique de pouvoir ressentir cela. Il y a de plus, un équilibre entre eux. Si Clary se montre trop impulsive, Simon est là pour contrebalancer. Si Alec est trop rigide ou immature, Isabelle sort une tirade pour remettre les idées en place. Si Jace joue trop les héros… eh bien, il y aura quelqu’un qui finira par lui faire comprendre qu’il devrait penser à ceux qu’il aime.



Cet avant dernier tome réussit à poser les bases de la dernière bataille qui se profile. Beaucoup de choses changent, des camps se forment, les plans de Sébastien atteignent un tel niveau que nous en tremblons d’avance. Je vais m’avancer un peu mais je sens que le tome six sera assez épique. La cité des âmes perdues est déjà d’un certain niveau, mais je m’attends à bien plus avec La cité du feu sacré. Espérons que je ne me trompe pas.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Vivre la magie des contes
  19 janvier 2019
Vivre la magie des contes de Brasey-E+Debailleul-
Les contes de fées sont généralement considérés comme des histoires inventées pour endormir les enfants. Pourtant, au-delà de ce premier niveau de lecture, ces récits recèlent un savoir initiatique très puissant. Destinés à éveiller l'homme, à le conduire à une meilleure conscience de lui-même, ils nous parlent de nous, de la voie que nous devons suivre pour parvenir au plein accomplissement de nos potentialités... Mais les grenouilles qui parlent, les châteaux enchantés, les vieilles dames faiseuses de miracles sont autant d'images que nous ne savons pas décoder. Pour nous aider à vivre la magie des contes, Jean-Pascal Debailleul, conteur et thérapeute, et Edouard Brasey, auteur de nombreux ouvrages dont une Enquête sur l'existence des fées, nous proposent ici dix "clés de lecture". A partir de l'analyse d'une quarantaine de contes du répertoire traditionnel (dans la version des frères Grimm), ils nous invitent à une exploration originale de nous-même et de notre propre histoire, et nous montrent comment, en décryptant leur vocabulaire symbolique, ces récits peuvent nous aider à opérer des changements profonds dans notre vécu quotidien. Mieux comprendre nos failles, nos fuites et nos blocages, découvrir le "merveilleux" qui se trouve là, dans la vie de tous les jours, trouver l'énergie neuve capable de nous faire oser une vraie transformation : la fonction secrète des contes nous est ici révélée, à travers une méthode éprouvée depuis plus de dix ans auprès de milliers de patients. --Livraddict
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Balles perdues
  19 janvier 2019
Balles perdues de Alberto Barrera Tyszka
Ce court récit m'a d'abord fait penser, par son écriture sobre, à Chronique d'un Enlèvement de Garcia Marquez.

Lors d'une manifestation sanglante à Caracas, un homme effrayé est filmé par les caméras de télévision avant de tomber dans la foule. Sa famille, inquiète de sa disparition, voit les images le soir-même et met tout en branle pour retrouver ce fils, ce frère et ce mari qui fuyait la politique et les manifestations.

Une nouvelle vie s'organise: les médias s'emparent de la famille. Le frère se range du côté du gouvernement tandis que sa belle-soeur est récupérée par une radio de l'opposition, et petit-à-petit l'homme disparu n'est plus qu'un prétexte à leur nouvelle notoriété.

Dans ce récit, on retrouve le journaliste et scénariste qu'est Alberto Barrera Tyszka par ses phrases brèves et directes.

J'ai juste été très déçue par une fin en queue de poisson qui malheureusement gâche un texte déjà court.
Commenter  J’apprécie          70
Les loups du Pontet
  19 janvier 2019
Les loups du Pontet de Alain Bosc
Intrigue élaborée et cohérente, enclose dans la situation politique complexe de l'Aquitaine et de sa capitale Bordeaux, dix années après la fin de la Guerre de Cent Ans: les nostalgiques de la souveraineté anglaise qui avait multiplié les chartes d'exonération de taxes afin de favoriser les échanges commerciaux, se heurtant aux fidèles du défunt roi Charles VII auxquels son fils et successeur Louis XI ne pardonne pas leur soutien indéfectible à son père, avec lequel il avait entretenu un conflit plus ou moins latent.

Un mystérieux pèlerin, âgé et souffreteux, soudain métamorphosé en fringuant chevalier rend visite à La Fréchou. Qu'est-il venu chercher? Qu'est cette pierre qui semble fortement l'intéresser? Tandis que frère Etienne, mandataire de l'abbé de Sainte-Croix, s'enquiert du neveu de Sir Ashley qui semblait avoir résolu le problème de la fabrication du verre le plus pur, le jeune homme étant le seul qui pourrait se souvenir du secret de son oncle.

Par une nuit d'hiver, trois paysannes disparaissent dans la forêt attenante au Pontet, village appartenant à Thomas Rus, sur la route de Compostelle. Le jeune homme, mandaté par son oncle, jurat de Bordeaux et prévôt de la comté d'Ornon, mène l'enquête. Mais l'affaire est grave: les villageois du Pontet, jalousés par leurs voisins, sont accusés de sorcellerie. Thomas, aidé de son fidèle ami Paul, parviendra-t-il à conjurer les forces diaboliques, menées par le redoutable Montignac, qui ont juré sa perte?
Lien : https://legereimaginarepereg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
L'attrape-coeurs
  19 janvier 2019
L'attrape-coeurs de Jerome David Salinger
C'est un livre culte. Il a marqué la jeunesse américaine sur plusieurs générations. Ceux qui l'ont lu dans les années 1960 gardent au coeur le souvenir d'un moment de grâce, cette grâce adolescente portée par le roman et qui rencontrait la leur, leurs rêves, leurs désirs, leur révolte. --Le Monde.fr

...

Trois jours avant Noël, un jeune homme issu de la grande bourgeoisie new-yorkaise se fait renvoyer de son collège. Effrayé par la réaction de ses parents, il se refuse à rentrer chez lui. Pendant trois jours, il erre dans les rues de la ville, faisant face à une réalité tantôt pleine d’espoir, tantôt tétanisante. --Laura Boudoux, Elle
Commenter  J’apprécie          10
Dîner secret
  19 janvier 2019
Dîner secret de Raphael Montes
Dîner secret raconte l'histoire de quatre amis d'enfance, de leurs déboires, de leurs combines pour s'en sortir. Installés dans la capitale brésilienne depuis quatre ans où ils louent un appartement certes au loyer élevé mais bien situé et confortable, ils se saignent aux quatre veines pour se maintenir à flot. Mais force est de constater qu' il ne leur reste pas grand chose à part leurs désillusions et leur profonde déception: la vie n'ayant pas tourné comme ils l'espéraient, ils sont contraints de vivre de petits boulots.

A cause de Leitao et de ses petits trafics, ils se retrouvent avec six mois de loyer en retard. Sous peine d'expulsion, ils ont deux semaines pour régulariser. Mais sans un sou de côté, comment faire? C'est alors que Hugo, cuisinier talentueux, a une idée de génie: créer un site de dégustation culinaire. Mais Leitao change le menu initial en remplaçant la viande d'agneau par de la ....chair humaine!!!

Dès lors ils mettent le doigt, et même le bras, dans l'engrenage d'une histoire aussi loufoque qu'ahurissante et périlleuse. Commence pour les quatre garçons une aventure des plus rocambolesques!!



Le +: une peinture du Brésil cocasse, sans concession mais également sans amertume. Un regard lucide transcendé par le sens du détail de Raphael Montes: "Elle poussa un petit soupir, puis ses dents se plantèrent dans la viande et la triturèrent avec ardeur, tandis que ses glandes salivaires s'activaient et que ses joues rosies de blush enflaient et désenflaient avec les mouvements de sa mâchoire. Sa langue, qui avait tourné et retourné la bouchée, passa sur ses lèvres minces et fardées d'un rouge cruel..." (Page 149).

Thriller jubilatoire empreint d'un humour noir, Dîner secret offre un moment de lecture à la frontière entre le dépaysement, la peinture sociale acide, l'évocation de thèmes graves et des personnages complètement hors normes. Une fable satirique montrant que l'homme ne conçoit aucune limite dans sa course à l'argent et au pouvoir dans un monde où la morale et le respect de la vie humaine n'ont plus aucune signification. Sombre et grandiose !!
Lien : https://legereimaginarepereg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

2057 critiques

LeFigaro

2056 critiques

LeMonde

2244 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1830 critiques

Bibliobs

1483 critiques

LePoint

774 critiques

LesEchos

918 critiques

Lexpress

3826 critiques

Telerama

2593 critiques

LaPresse

1863 critiques

LaLibreBe...

1180 critiques