AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Le jardin des Finzi-Contini
  27 mai 2020
Le jardin des Finzi-Contini de Giorgio Bassani
Tout commence par une visite à une nécropole étrusque, entre amis, pour meubler un après-midi...Une simple activité de week-end, et voici soudain que les souvenirs surgissent. Notre narrateur est reporté des décennies en arrière, dans Ferrare, provinciale Ferrare, où la communauté juive juge durement les Finzi-Contini, qu'ils accusent de s'isoler dans leur grande demeure et leur immense jardin. Qu'ils accuseraient même d'antipatriotisme, alors qu'eux sont tout près à faire un triomphe à Mussolini et au fascisme, puisque le début se situe avant les lois raciales. Peu à peu en Europe, la tension monte, et dans le jardin, Eden encore protégé par ses murailles pourtant trouées, les parties de tennis et les après-midis semblent prêts à durer toute la vie. Est-il besoin de préciser que bien évidemment, ce serait trop beau?

Nostalgique et poignant, à l'atmosphère de crépuscule qui descend, Le jardin des Finzi-Contini est d'une tristesse incroyable et d'une grande beauté.

Commenter  J’apprécie          30
Le gala des emplumés
  27 mai 2020
Le gala des emplumés de San-Antonio
Toute la maison poulaga est réunie pour une soirée en l’honneur du vieux. Chacun est sur son 31, les discours s'enchaînent et, après une embarrassante allocution de Béru et un improbable cadeau, un hibou empaillé, borgne et mité, le patron confie à San-Antonio, discrètement et sans aucune explication, une mission pour le moins inhabituelle : devenir l'amant d'une femme. Il lui tend alors une photographie de sa cible ainsi qu'une petite précision... le cliché n'est pas exactement récent.



Cette tâche spéciale, rythmée par le concours de narcolepsie auquel se livrent Bérurier et Pinaud, offre au commissaire un costume à sa taille. Et, en attendant les raisons de cette mission - patience, elles ne tombent qu'en toute dernière page mais valent le coup d'attendre - nos héros jouent parfaitement leur rôle et se promènent dans une histoire qui réserve bien des surprises, avec une mention spéciale pour la mémorable improvisation de Béru en confesseur.



L'article complet sur Touchez mon blog, Monseigneur…
Lien : http://touchezmonblog.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fleur de cadavre
  27 mai 2020
Fleur de cadavre de Anne Mette Hancock
ce policie quel belle découverte

un roman bien bien écris les personage

son vraiment bien l'histoire est bien conté on est suprise

par la suite de l'histoire qui ma mie en colere par le profondeur

de l'histoire de anna a vous de le découvrir je vous le conseil
Commenter  J’apprécie          20
Je mangerai ton coeur
  27 mai 2020
Je mangerai ton coeur de Vincent Villa
Un très bon premier livre, un polar bien bouclé , très bien écrit, un style vraiment agréable. Le plus on se balade dans certains villages, cela donne même envie de visiter. L’histoire nous tient en haleine, un livre qui se dévore. Vivement le suivant.
Commenter  J’apprécie          00
Bloub bloub bloub
  27 mai 2020
Bloub bloub bloub de Yuichi Kasano
Un petit garçon flotte tranquillement sur sa bouée quand... bloup bloup bloup! Au jeune lecteur de découvrir la suite!

Un joli album aux couleurs tendres, aux dessins simples et drôles. Le texte est rythmé par les onomatopées. Validé par ma fille de 10 mois!
Commenter  J’apprécie          20
Une rose pour loyer
  27 mai 2020
Une rose pour loyer de Ellis Peters
Une dame de la bourgeoisie qui ne se remet pas de son veuvage et qui cherche à échapper à ses prétendants, un ou deux meurtres dans son entourage et Frère Cadfael qui excelle à son habitude... Toujours un plaisir de suivre ces enquêtes !
Commenter  J’apprécie          11
Animal Jack, tome 1 : Le coeur de la forêt
  27 mai 2020
Animal Jack, tome 1 : Le coeur de la forêt de Kid Toussaint
Je remercie les éditions Dupuis pour l'envoi, via net galley, de la bande dessinée : Animal Jack, tome 1 : Le cœur de la forêt de Kid Toussaint.

Jack est un jeune garçon.

Mais parfois, c'est aussi un singe, un ours ou un paresseux. Parce que depuis qu'il est né, Jack a le pouvoir de se transformer en n'importe quel animal, et tout le monde trouve ça normal !

Même s'il n'a jamais prononcé le moindre mot, Jack est extraordinaire et vit une existence ordinaire avec ses parents dans un village au milieu de la forêt...

Une vie paisible qui se retrouve tout à coup troublée par des disparitions inexpliquées d'enfants.

Seul rescapé de ces événements, Jack ne peut rester sans rien faire. Et ses pouvoirs lui seront bien utiles pour résoudre ce mystère ! Car derrière cette histoire inquiétante se cache un étrange secret...

Le cœur de la forêt est donc le premier tome de la série Animal Jack.

Nous découvrons un jeune garçon étonnant, Jack, qui ne parle pas et à le pouvoir de se transformer au grès de ses humeurs en n'importe quel animal ! Cela est fascinant même si cela agace aussi parfois ces proches à commencer par ses parents, ou son meilleur ami. Et parfois, certains enfants de l'école se moquent de lui !

Jack est un petit garçon attachant et certaines de ses transformations sont vraiment bien trouvées.

Nous découvrons son quotidien et puis soudain ses camarades de classe disparaissent ! Alors Jack décide de s'en mêler, il veut découvrir ce qui se passe.

Le cœur de la forêt est une sorte de conte écologique. Une ode à la nature dont les illustrations sont vraiment magnifiques. Animaux comme créatures de la forêt ou même les enfants sont vraiment bien croqués. Et les couleurs sont superbes. J'en ai pris plein les yeux :)

Les disparitions d'enfants ne sont pas assez exploitées à mon goût toutefois c'est parfait pour le public visé : les enfants.

C'est rythmé, facile à lire et à comprendre, plein de jolis dessins, et le message est fort : nous devons protéger la nature, notamment la forêt.

J'ai aimé ma lecture, même si je ne suis plus tout à fait la cible.

Ma note : 3,5 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Te Revoir: Renaissen's
  27 mai 2020
Te Revoir: Renaissen's de Eny Reves
Hello la Compagnie,



Aujourd’hui je vais vous parler d’un roman de chez M.E.C. Editions : Te revoir : Renaissen’s de Eny Rêves. Il s’agit d’une réédition. C’est la première fois que je lis cette auteure, et j’ai passé un agréablement moment. L’écriture est fluide et facile à lire. Allez, parlons de nos personnages maintenant !



Nous avons d’abord Romie, jeune et jolie jeune femme, architecte d’intérieur, qui sort avec Vincent depuis quelques années, on assiste même à leur rencontre. Malheureusement, suite à un accident de voiture, elle est cassée de partout (au sens propre du terme) et perd la vue et se retrouve dans un centre de rééducation où elle fait la connaissance de Camille et de Luke.



Luke, notre beau gosse du jour, peintre de métier, lui aussi est victime d’un accident et se retrouve dans le centre de rééducation, il se prend vite d’amitié avec Romie et Camille (là aussi suite à un accident !) mais peu à peu, des sentiments différents prennent place pour Romie, alors qu’il est lui-même en couple.



Nous avons aussi Camille, jeune, pétillante et rigolote, qui est un soutient sans faille pour Romie lors de sa convalescence. Connor, l’employé et meilleur ami de Romie, dieu vivant, mais dommage pour la gente féminine, il préfère les garçons ! Cali, travaille également à l’agence avec Romie et Connor, le trio de choc de la décoration ! et bien entendu Tony et Charlie, le frère et la sœur de Romie.



Et donc dans tout ça, entre Romie et Luke c’est chaotique ! on a envie d’en prendre un pour taper sur l’autre, tellement ils enchaînent les mauvaises décisions ! quelle idée aussi de se barrer sans dire un mot ! c’est sûr que ça laisse un peu énervée ! je ne vais pas trop vous en dévoiler, mais leur retrouvaille sera à la fois dôle et triste ! vous saurez pourquoi en lisant !!! ahah, je suis sadique moi ? nnnoooonnnn !!!



C’est un très chouette roman, on s’attache tout de suite à Romie, on se dit, merde la pauvre, je ne voudrais pas être à sa place, voir sa vie chamboulée, devenir aveugle, enchaîner opérations sur opérations pour se faire rafistoler. Et puis il y a Vincent, qui tous les jours lui demande, tu vois toujours pas ?! euh, comment te dire ? sisi, mais je te l’ai pas dit ! nan mais sérieux ! bref, notre pauvre Romie va accumuler les galères et les coups durs, heureusement que super Connor est là ! je veux le même mais pas avec les cadeaux qu’il fait ! (là aussi, vous comprendrez en lisant l’histoire du pyjama).



En bref, vous voulez une jolie histoire d’amour, avec des rebondissements à gogo et des supers amis, foncez vous ne serez pas déçus ! j’attends avec impatience le prochain roman de Eny !!!



A bientôt pour de nouvelles aventures livresques !
Lien : https://nostralectio.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La maison du peuple suivi de compagnons / a..
  27 mai 2020
La maison du peuple suivi de compagnons / avant propos d'albert camus de GUILLOUX (Louis).
L'ouvrage que j'ai lu hier soir est "Compagnons", petite chronique sociale, préfacée par Albert Camus, ami de Louis Guilloux. Il s'agit d'une longue nouvelle qui conte une histoire ouvrière de l'après guerre, après la première guerre, l'effroyable boucherie qui accouchera de la deuxième, par ses humiliations infligées aux vaincus. Mais les victimes restent toujours les mêmes, les gens de peu qui meurent sur le coup, hachés par la mitraille, ou à petit feu, broyé intérieurement par les horreurs qu'ils ont eu à supporter, les privations de toute sorte. Ce peuple qu'on assassine avait une vie avant la guerre, il tentera d'en avoir une après, au moins ceux qui en reviendront en état de travailler, oubli nécessaire pour la subsistance, oubli indispensable, effacement d'images contre-nature. Nos héros de ce texte sont d'honnêtes travailleurs du bâtiment, compétents, vivant correctement de leur labeur dans leur petite entreprise.

Le malheur rôde, la mort lentement fait son nid chez l'un deux, qui ne dit rien, dur au mal, mais il ne peut, un jour surmonter sa faiblesse physique, il le peut toutefois, l'espace du trajet qui le ramène chez lui, à bicyclette. Jamais il ne retrouvera le chemin des chantiers et la camaraderie de ses compagnons de travail. La souffrance le cloue au lit, fiévreux, il accepte à contre coeur l'aide de ses amis de travail. Il se sent "partir", c'est donc ça , mourir, bienheureux, il s'endort, le lendemain le trouve plus affaibli que jamais, l'hôpital est le seul refuge qui lui reste, peur de ce lieu funeste dans son souvenir de fils et de soldat.

Il n'en sortira pas vivant, la mort a rempli son oeuvre.

Louis Guilloux est un écrivain de la souffrance comme baromètre de la vie, à l'aune de laquelle chaque homme se mesurera tôt ou tard, révélant à cet instant sa vraie nature, digne ou désespéré, silencieuse ou braillarde.

Le tour de force est, dans ce texte, de nous intégrer dans l'agonie de ce malheureux, partageant avec ses compagnons son infortune définitive.

Du grand art.

Merci monsieur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
La Possibilité d'une île
  27 mai 2020
La Possibilité d'une île de Michel Houellebecq
Cinquième lecture de Houellebecq (après Les particules élémentaires, La carte et le territoire, Soumission et Sérotonine) et comme toujours, j'accroche pas totalement à l'auteur ; néanmoins j'essaye, je persiste, j'ai espoir mais non à chaque fois je suis plutôt déçu ou en tout cas pas entièrement conquis et c'est dommage parce qu'il y a toujours du très très bon dans ses romans à ce bougre de Houellebecq !

La possibilité d'une île n'échappe pas à cette impression. Pourtant, cette fois, c'était superbement parti ; je me suis dis, ah cette fois c'est la bonne, je tiens son chef d'oeuvre, je vais pouvoir mettre un 4 voir 4,5 sur 5 à Houellebecq.

Les cent premières pages sont remarquables, pas loin de la perfection. J'ai adoré, c'est une critique sanglante de notre époque, très bien écrite, mélange de cynisme et d'humour destructeur, incendiaire. J'ai surligné de nombreux passages ("Des scènes indignes d'un pays moderne écrivait le journaliste sans se rendre compte qu'elles étaient la preuve, justement, que la France était en train de devenir un pays moderne, que seul les pays authentiquement moderne était capable de traiter les vieillards comme de purs déchets, et qu'un tel mépris des ancêtres aurait été inconcevable en Afrique, ou dans un pays d'Asie traditionnel", il évoquait la canicule de 2003 mais ça fonctionne encore parfaitement avec l'épidémie dite Covid-19 !).

D'ailleurs, ce livre est assez visionnaire. C'est un hasard que je le lis pendant cette époque de crise sanitaire mais toute son évocation de la fin de la socialisation, sa critique massive des contacts humains, de l'amitié, tout ça interpelle et interroge dans ces heures de crise sanitaire.

Mais malgré tout, une fois le cap des cent premières pages, ensuite je trouve le reste du récit nettement moins bien écrit, voir parfois indigeste. Une surutilisation du "cependant", du " à vrai dire", du "ça et là" par exemple. Comme si l'auteur avait utilisé toutes ses meilleures cartouches pour nourrir les cent premières pages. En somme, et c'était également mon sentiment lors de la lecture de quatre autres de ses romans, je n'ai pas été totalement convaincu par le "style " Houellebecq. Ou alors peut être aussi qu'au bout d'un moment, cet excès de noirceur sur la vie humaine, toutes ces interrogations, tout ce jargon scientifique, technique, photographique (j'avoue j'y connais rien en photo), cette obsession de la chose sexuelle finissent par lasser.

Dommage.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Cédric - 2019/33 : Sans les mains
  27 mai 2020
Cédric - 2019/33 : Sans les mains de Cauvin
Je ne me lasse pas de lire les aventures de Cédric. Il y a quelques jours je me suis plongée dans le dernier tome, le numéro 33 : Sans les mains.

Entre un déguisement qui tourne court, une balade qui tourne mal et son papy qui ne tourne pas toujours rond, Cédric n'a pas le temps de s'ennuyer.

Pour mon plus grand plaisir de lectrice, notre jeune héros enchaîne les (més)aventures dans ce nouvel opus plein d'humour et de tendresse.

Certaines planches sont vraiment très drôles et il est toujours agréable pour moi de retrouver Cédric, ses parents, son grand-père, Lily, Chen, et les autres. Même le cygne était présent :)

J'aime énormément cette bande dessinée, et je trouve qu'elle est toujours de qualité égale.

Jamais je ne suis déçue et ce tome 33 mérite bien cinq étoiles :)
Commenter  J’apprécie          90
L'homme étoilé - À la vie !
  27 mai 2020
L'homme étoilé - À la vie ! de L'Homme étoilé
Wahou !!! On passe par tellement d'émotions avec cette bd... une prouesse de cet infirmier qui donne de la vie à des personnes en fin de vie. J'ai beaucoup aimé voir ce personnage rock'n'roll apporter autant de douceur à chaque patient qu'il rencontre. Une bd à lire absolument !!
Commenter  J’apprécie          00
Laisse-moi entrer
  27 mai 2020
Laisse-moi entrer de John Ajvide Lindqvist
Très très bon. Je l'ai lu après avoir vu les 2 films donc sans réel suspens, surtout que le film suédois est très proche du roman.

Je vais quand même formuler quelques reproches. Tout d'abord la monstruosité d'Hakån, avant et après sa mort, met vraiment mal à l'aise. Même si on sent des remords, et même des renoncements à ses pratiques, c'est assez difficile à lire. Les versions cinématographiques ont largement atténué son caractère, au risque, comme pour le film américains, d'induire en erreur le spectateur et de faire croire qu'il est un père, un protecteur ou un ancien compagnon comme Oskar.

Deuxièmement les personnages secondaires assez peu importants comme Tommy ou son beau-père Stefan. Ils sont d'ailleurs absents des films sans que cela dérange, au contraire. Ils nous coupent dans notre plaisir de voir Eli et Oskar. Je regardais en avance les chapitres où ils étaient présents pour pouvoir lire les autres à tout vitesse et les retrouver.
Commenter  J’apprécie          10
La quête d'Albert
  27 mai 2020
La quête d'Albert de Arsenault Isabelle
Albert aimerait lire au calme mais ce n'est pas chose facile quand on est entouré d'enfants plein de vie... Une telle voudrait qu'il vienne jardiner, un tel voudrait jouer au badminton... Pas moyen d'être tranquille !



J'adore les dessins de l'auteur. Ils possèdent un style travaillé et envoutant. L'histoire, quant à elle, est un savant mélange d'imagination, de patience et d'amitié.
Commenter  J’apprécie          40
Le Lord, le Magicien et la Malédiction
  27 mai 2020
Le Lord, le Magicien et la Malédiction de Lee Welch
19e Siècle, Angleterre... Château de Raskelf, propriété du neuvième marquis de Dalton...



Lord Thornby est confiné (j'ai pas pu m'en empêcher ...) sur les terres familiales par son père. Il ne peut sortir du domaine, une force inconnue le pousse à regagner aussitôt le château dès qu'il veut quitter les limites du domaine. Son père le maintient prisonnier afin de le marier et récupérer ainsi la fortune de sa future épouse.



Lady Dalton, la seconde épouse de son père, se pensant victime de mauvais sortilèges de la part de Lord Thornby, son beau-fils, fait venir John Blake, un magicien, pour l'aider.



John Blake se rend assez vite compte que Lord Thornby est la victime et pas l'instigateur et que tout tourne autour du domaine et de Lord Dalton. Et à l'aide de ses aiguilles, son sel, ses sortilèges, il va tout faire pour l'aider... d'autant qu'il n'est pas tout à fait insensible au charme du jeune Lord... et que ça parait réciproque.



Je vais d'abord pousser un coup de gueule contre les maisons d'éditions... Arrêtez de changer les titres des romans étrangers ! Je trouve que le titre français fait penser à une bande-dessinée pour enfants, alors que le titre original, "Magie de Sel, Magie Charnelle", indiqué dans les mentions légales du roman, est bien meilleur et colle beaucoup plus à l'ambiance.



Sinon, j'ai eu un gros coup de coeur pour ce roman : j'ai plongé à fond dans cette ambiance de vieux château anglais délabré, je sentais l'humidité des couloirs, je me triturais les neurones pour essayer de comprendre ce qui pouvait empêcher le jeune Lord de quitter le domaine. La romance est bien dosée avec l'avancée de l'enquête et j'ai été surprise de la fin.



Bravo à l'auteur pour son imagination et son ingéniosité et bravo à la traductrice pour avoir su nous offrir un langage délicieusement suranné.



Un grand merci à NetGalley France et à MxM Bookmark pour ce Service Presse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
A Game of Thrones/ Le Trône de Fer, tome 1 (BD)
  27 mai 2020
A Game of Thrones/ Le Trône de Fer, tome 1 (BD) de Daniel Abraham
Voici une série dont j'ai énormément entendu parler notamment par mon mari qui suit la série télévisée. Pour ma part, je n'ai jamais lu ni les livres ni regardé un seul épisode de la série. Ayant en ma possession les trois premiers volumes BD depuis des années, je me suis enfin lancée. Et ce premier tome m'a captivé. Il m'a quand même fallu télécharger un arbre généalogique des familles pour ne pas me perdre, vérifié ma compréhension auprès de mon mari mais maintenant je n'ai qu'une hâte, savoir la suite.
Commenter  J’apprécie          10
Plus fort que Sherlock Holmes
  27 mai 2020
Plus fort que Sherlock Holmes de Mark Twain
J'ai beaucoup apprécié ce recueil de nouvelles, dont la principale, éponyme, représente plus de la moitié de ce livre.

Une poursuite, une vengeance, un assassinat, et un détective raillé malgré sa célébrité et son talent connu et reconnu mondialement.

Je suis fan de Sherlock depuis de nombreuses années, Conan Doyle m'a fait découvrir le genre policier et je suis, depuis, accro. Voir mon cher personnage moqué (il renifle un peu de poussière, observe un caillou et se trompe lamentablement de coupable) a bousculé ma susceptibilité mais je n'en tiendrai pas rigueur à Twain, seuls les grands sont moqués.

Allez c'est de bonne guerre, et le recueil est agréable !
Commenter  J’apprécie          20
Là-haut les anges
  27 mai 2020
Là-haut les anges de Chris Roy
Je remercie tout d’abord l’auteure pour sa confiance et la plateforme SP Simplement pour cette mise en relation. C’est une découverte, et celle-ci m’a bien plu.



Nous avons ici, un thriller de très belle facture, certes classique mais impeccable et efficace. Un petit coup de cœur pour moi, même si la fin m’a un peu laissée sur ma faim… mais, malgré mon habitude des thrillers, j’avoue que je n’avais pas deviné le coupable. J’étais plutôt absorbé par le personnage en lui-même que pas son identité.



Un chapitre sur deux est consacré au tueur, à son point de vue au travers d’un journal intime qu’il espère léguer à la postérité… Ici, pas de sentiments, pas d’empathie (ce qui est le propre d’un psychopathe), juste de l’excitation malsaine, une jouissance à tuer, une soif de perfection et toujours l’insatisfaction qui pousse à recommencer, encore et encore…



Les autres chapitres sont consacrés à l’enquête des deux flics en charge de(s) affaire(s). Pour une fois, ces flics là, ne sont pas trop « plombés » niveau passé, même si ce n’est pas le top. Ils sont « originaux » à leur manière.



On suit le fil de l’enquête et on zigzague de meurtre en meurtre et l’on s’échine à tenter de démasquer un coupable…



Le thème de ce récit se base sur un sujet de « société » de plus en plus d’actualité : Internet. Son côté « fun » pour les ados qui échangent selfies et blagues pour atteindre le plus grand nombre d’amis, de « like » et de « poke » possible sur les réseaux sociaux tels Facebook et Instagram. Mais voilà, la plupart de ces « amis » là sont virtuels ; ils ne se connaissent pas vraiment. Pas du tout d’ailleurs.



L’auteure dévoile aussi et surtout, tous ces dangers cachés. Ces voyeurs qui rodent à l’abri d’un écran. Autant de prédateurs en puissance qui traquent les ados sans même qu’ils en aient conscience. Ça fait froid dans le dos, c’est terrifiant.



On voit combien la technologie, sans cesse en mutation, laisse les moins jeunes complètement « à la ramasse ». Jusqu’à ce que ce soient les parents d’ados de 15 ans, largués par l’évolution qui entraine une trop grande méconnaissance des menaces et comme une espèce de laxisme dans l’éducation (ou alors les interdictions qu’ils croient strictes et pourtant tellement facilement contournables). Comment exercer un contrôle sur ce qu’ils ne connaissent pas et ne maitrisent pas ?



Ces ados en proie à un besoin de reconnaissance virtuelle cèdent à ce phénomène de mode qui progresse à la vitesse d’un tsunami. A mon sens, il faut lire ce thriller comme une sonnette d’alarme, comme un rappel des dangers d’Internet.



L’histoire est bien menée, pas de temps mort, on ne s’essouffle pas ; le timing est parfait. La plume est nerveuse presque fébrile lorsqu’il s’agit du tueur ; Ses mots sont percutants et terrifiants. Ils sonnent comme autant d’avertissements aux utilisateurs ces réseaux. Plus légère, humaine et empathique lorsqu'on passe du côté des enquêteurs.



Ceux-ci sont attachants et on a plaisir à les suivre aussi bien professionnellement que personnellement. Ils apportent un peu de fraîcheur au récit par ailleurs très sombre.



Pour moi, je dis bravo, c’est un presque sans faute ! Et d’ailleurs le presque est en trop….Je souhaiterais que ce livre soit lu par le plus grand nombre d’ados possible pour qu’ils sachent que leurs agissements n’est pas sans conséquences dans la « vraie » vie.



Merci Chris Roy pour cette lecture.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Le paradis perdu
  27 mai 2020
Le paradis perdu de John Milton
Il y a mille tonnes de descriptions éblouissantes dont celle du palais de lumière ( ou du château brillant) de Lucifer.
Commenter  J’apprécie          10
Voici l'homme
  27 mai 2020
Voici l'homme de Michael Moorcock
L'auteur du roman nous conte la vie d'un homme à travers deux époques.

Le 20ème siècle où nous découvrons son enfance et sa vie de jeune homme et l'époque de Jésus où ce même homme, Karl Glogauer, s'est prêté à une expérience de voyage dans le temps.

Il comptait assister à la crucifixion du Christ puis revenir dans son époque. Malheureusement, sa capsule temporelle étant endommagée, il va devoir rester dans le passé. En désespoir de cause, il va en profiter pour rencontrer Jésus et ses proches... mais c'est là, qu'il va avoir une drôle de surprise.

L'auteur oblige le lecteur à se poser des questions :

- Depuis le premier siècle, qui est vraiment l'homme mort sur la croix que les chrétiens vénèrent ?

- Dès sa naissance au 20ème siècle, quel était vraiment le destin de Karl Glogauer ?

Était il prédestiné, étant pris dans une sorte de boucle temporelle ?





Le héro, ''héro malgré lui'', et dans le cas de Karl Glogauer, on a envie de dire -l'anti-héro-, voyage dans le temps, d'où le fait que ce livre se classe dans la catégorie 'science-fiction'.

A mon avis, c'est un mauvais jugement car l'auteur utilise l'idée fantastique du voyage temporel, à seule fin de faire réaliser au lecteur à quel point les racines d'une religion remontent tellement loin que l'on ne peut plus être certain de rien.

Comment les choses se sont-elles réellement passées ? Quelle est la place des faits historiques dans la tradition qui a découlé de récits ayant peut-être été enjolivés ou totalement inventés par divers rédacteurs ?





Après cette lecture, certains doivent crier au blasphème. Moi, j'ai bien aimé ce livre mais je ne le conseillerai quand même pas au curé de ma paroisse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

2494 critiques

LeFigaro

2365 critiques

LeMonde

2823 critiques

Lhumanite

511 critiques

Liberation

2130 critiques

Bibliobs

1603 critiques

LePoint

874 critiques

LesEchos

987 critiques

Lexpress

3972 critiques

Telerama

2714 critiques

LaPresse

2078 critiques

LaLibreBe...

1338 critiques