AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Otrante


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
alberthenri
  24 décembre 2018
Souvenirs d'un fantôme de E.L de Lamothe-Langon
Dans la préface,le narrateur retrouve dans un cimetière un homme énigmatique rencontré dans une réunion mondaine, ce dernier lui donne un manuscrit qui réunit des contes fantastiques.



Ce sont ces contes que nous retrouvons dans ce recueil.



Etienne Léon de Lamothe-Langon (1796-1864) fut un auteur prolifique en son temps, écrivant notamment des récits historiques-dont quelques mémoires apocryphes- et des romans gothiques.



Souvenirs d'un fantôme, est considérée comme l'une de ses oeuvres les plus abouties.



Les contes rassemblés ici, sont inspirés de contes populaires, surtout du Sud de la France, et s'ils présentent des thématiques classiques ; hantises, diableries, malédictions, leurs conclusions sont souvent surprenantes.





Ecrit dans le style de l'époque (ouvrage datant de la première moitié du dix-neuvième siècle) Souvenirs d'un fantôme est très plaisant à lire pour qui apprécie ce genre d'écriture.



Un livre à tirage limité, publié par les éditions Otrante.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Joualvert
  13 juin 2017
Fantasmagoriana de Johann Karl August Musäus
Ce fameux livre paru en 1812 renferme une collection d'histoires de fantômes. Ces récits sont un choix du traducteur auquel on doit le recueil, grand amateur en la matière, qui les a puisés chez 4 auteurs allemands. On peut d'ailleurs faire sa connaissance grâce à la charmante préface de sa main qui révèle un bien sympathique bougre en plus de constituer une pertinente et intéressante entrée en matière.



La célébrité du livre tient au fait qu'il a été lu par un cercle d'illustres individus et qu'il a contribué, parmi d'autres facteurs, à installer chez eux un état d'esprit propice à la création de certains classiques dont le rayonnement se fait encore sentir. Cette lecture commune amena le défi d'écrire un conte fantastique, et quelques années plus tard, Mary Shelley publiait ''Frankenstein'', et Polidori, basé sur une idée de Lord Byron, publiait ''Le vampire'', première fiction moderne sur ce thème. La réédition récente du recueil chez Otrante est agrémentée de documents et d'information sur cette filiation.



Parmi les 8 récits, on trouve le genre d'ambiance et de malaise qui règne lorsqu'on s'échange d'inquiétantes rumeurs au coin du feu par une nuit d'orage. C'est le cas notamment dans ''Portraits de famille'', ''La tête de mort'' et ''La morte fiancée''. Cependant, le rire aussi est de la partie, dans les dernières nouvelles et également dans ''L'amour muet'' qui ouvre le bal ; un assez grand conte tout à fait plaisant, où l'épisode du spectre m'a autant amusé que le protagoniste a frissonné d'effroi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
girianshiido
  13 mars 2016
La Vampire, ou la Vierge de Hongrie de Étienne-Léon de Lamothe-Langon
Ce beau roman du XIXe siècle serait apparemment le premier roman en langue française dont le personnage central serait une femme vampire. Florian Balduc, créateur des éditions Otrante, nous offre une nouvelle Vénus méduséenne (après la femme au colliers de velours) en la personne d'Alinska, jeune hongroise liée à un colonel français qui essaie de la fuir dès le début du livre.

L'histoire débute par un déménagement dans le sud-ouest de la France, où un certain Édouard est rapidement contraint de laisser sa femme et ses deux enfants peu après l'arrivée de la famille dans la nouvelle demeure. Ce petit monde rencontre bientôt la mystérieuse voisine qui est s'est installée peu après leur propre arrivée et qui semble inquiéter Raoul, le garde qu'Édouard a laissé pour veiller sur ses proches. En son absence, il se passe des faits très inquiétants et on voit l'histoire se construire inexorablement, racontée d'une main de maître par l'auteur dans cette langue française si agréable à lire que les plus grands auteurs de cette époque possédaient. Tous les éléments du gothique sont là : personnages effrayants, lieux inquiétants, ambiance sombre... et revenants, bien entendu.

On termine l'ouvrage réjoui, pour peu que ce style romanesque vous émeuve. J'ai pour ma part était conquis ! Je ne raconte pas les nombreux rebondissements de cette histoire pour ne pas gâcher aux lecteurs de cette critique leur propre lecture de ce roman.

Une postface éclairante de Valery Rion, chercheur en littérature spécialisé dans la Vénus méduséenne (et auquel la maison d'édition avait déjà fait appel), vient compléter la lecture.

L'éditeur a eu le bon goût de rajouter encore plusieurs dizaines de pages issues de l'ouvrage d'Emily Girard, le Pays par delà la forêt, traduction inédite de chapitres relatifs aux superstitions transylvaniennes. Voilà un ajout intéressant (mais moins que le roman lui-même) qui permet d'avoir une idée des croyances (parfois saugrenues) de ces pays de l'Est qui ont jadis inspiré Bram Stoker.

Terminons en disant que les livres de cette maison d'édition sont particulièrement agréables à lire et que je conseille donc aux passionnés du genre de faire rapidement main basse sur cette œuvre tirée à peu d'exemplaires !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40