AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

L'Écaillier du Sud


Livres les plus populaires voir plus


Collections de L'Écaillier du Sud



Dernières critiques
babel95
16 juillet 2017
Le maître de Feng Shui de Nury Vittachi
Feng-Shui : en chinois : le vent et l’eau….

Mais qu’est-ce qu’être un Maître de Feng Shui ? C’est un géomancien, une personne qui connaît le yin et le yang, qui sait organiser l’harmonie de l’individu et de son environnement : c’est un conseiller avisé qui joue un rôle très important en Asie.

C.F. Wong, cinquante-six ans, originaire de Chine, établi depuis de nombreuses années à Singapour est un Maître renommé et apprécié.

Flanqué bien malgré lui d’une jeune stagiaire australienne de dix-sept ans, Joyce McQuinnie, énergique, proactive, et au langage ultra moderne, le Maître de caractère plutôt classique et conformiste, adepte du Qi-gong, va être amené à résoudre neuf énigmes plus difficiles et plus étranges les unes que les autres ; Il devra ainsi, entre autres choses :

- sécuriser un parc animalier et lui permettre de retrouver son énergie positive alors que ses propriétaires ont été dévorés par les lions du parc,

- aider un jeune couple de Hong-Kong à choisir le meilleur appartement possible, cet appartement n’existant pas encore et étant vendu par loterie,

- Découvrir pourquoi un magazine extrêmement prospère est au bord de la faillite,

- Démontrer comment une banque est l’objet d’un pillage régulier particulièrement astucieux.

Ces enquêtes vont mener C.F. Wong et Joyce de Singapour, à Hong-Kong, Dehli, en Malaysie et même dans un monastère au Viet-Nam, et permettre ainsi à Nury Vittachi de nous faire découvrir de nouvelles villes, de nouveaux paysages, de nouvelles cultures, et aussi, de nouvelles cuisines.



Contre toute attente, le duo improbable fonctionne parfaitement, pour notre plus grand plaisir. Le Maître et Jo ont quelquefois du mal à se comprendre ; l’anglais ultra moderne de Joyce rend perplexe C.F. Wong qui maîtrise mal cette langue et a tendance à prendre les expressions au pied de la lettre. Joyce, bien que novice dans le domaine du Feng Shui, a de grandes qualités, et le regard neuf qu’elle porte sur les énigmes apportera au Maître un ou plusieurs éléments clés, qui seront décisifs….

Le maître de Feng Shui m’a plu ; ce roman policier sympathique, plein d’humour et sans prétention, m’a permis de découvrir le Feng-Shui ainsi que plusieurs pays d’Asie.

Un moment de lecture bien agréable, qui donne envie de retrouver C.F. Wong et Joyce, dans de nouvelles aventure asiatiques.

A noter : j’ai apprécié la traduction de François Auzeau et Sabine Amoore - en raison des multiples références culturelles, le texte original n’était pas des plus faciles.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienne
03 juillet 2017
Je tue les enfants français dans les jardins de Marie Neuser
Chaque matin, Lisa se rend à son travail la mort dans l'âme. Elle est professeure d'italien dans un collège "sensible" de Marseille où tout le monde se plie à la loi du plus fort que font régner quelques soit-disant caïds. Tous les jours, elle doit affronter insultes, menaces verbales et physiques. Pas de soutien à attendre ni de sa hiérarchie, ni de la plupart de ses collègues. L'idéal de ce métier d'enseignant qu'exerçait son père avant elle l'a totalement abandonné. A chaque retour de vacances, elle est dans le même état d'esprit que les poilus qui réintégraient les tranchées meurtrières après une permission. Pour elle, le risque d'y perdre la vie est identique... Jusqu'où va-t-elle pouvoir supporter l'insupportable ?



Ce livre, au titre si intrigant, peut être perçu de deux façons. La première comme un excellent roman noir où l'intensité dramatique va croissant jusqu'au point de non retour. La deuxième, quand on découvre que l'auteure a pratiquement le même profil que son héroïne, comme une fiction (la fin...) autobiographique, qui ressemble à un appel au secours ou tout au moins à la prise de conscience. Je ne sais pas quelle est la part véritable du vécu dans cette histoire mais, tout en étant absolument effrayant, c'est doublement bon de trouver quelqu'un qui met "les deux pieds dans le plat" et qui arrête d'user du "politiquement correct". Il faut cesser de se trouver des excuses, la réalité est là, même si ce n'est pas encore (pour combien de temps ?) une généralité. Des directeurs de collèges qui étouffent les problèmes internes pour préserver la respectabilité de leur établissement, des profs démotivés qui ne croient plus en leur métier d'enseignant, mais surtout des familles qui attendent tout de l'éducation nationale et qui ont oublié que c'est à elles d'inculquer à leur enfants la base de la vie en société, un laxisme général qui conduit droit dans le mur.



J'ai terminé ce court roman avec un sentiment de colère et d'impuissance à la fois (et je ne suis pas prof !) mais aussi avec un goût amer dans la bouche devant ce constat. Un petit hommage à toutes les "Samira"... et un 18/20 pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
vip
21 juin 2017
Je tue les enfants français dans les jardins de Marie Neuser
Choquée par cette lecture. Certes le sort des enseignants dans certaines banlieues est peu enviable. Mais quand cette dénonciation est faite par une auteure qui est la copie quasi conforme de son héroïne, cela tient plus du règlement de compte voire du fantasme de pouvoir éradiquer du système scolaire toutes les petites frappes. A grand renfort de clichés, Marie Neuser construit son texte comme un plaidoyer destiné à justifier la haine que Lisa, professeure agrégée (...) qui daigne enseigner à de pauvres tarés de banlieue marseillaise, ressent pour ses élèves. Une haine très premier degré. qui va la conduire à devenir une criminelle. Un meurtre qui ne sera pas puni. Lisa est donc de la même espèce que ceux qu'elle exècre : un être immoral qui agit en toute impunité.
Commenter  J’apprécie          10