AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Le Dilettante

Fondée en 1972, la librairie "Le Tout sur le tout" a donné naissance, en 1984, la maison d'édition La Dilettante. D'abord tournée vers la publication de recueils de nouvelles la maison d'édition s'est ensuite intéressée aux romans. Son catalogue caffiche aujourd'hui plus de 400 titres. Fait notable, la maison d'édition affiche toujours à la fin de ses ouvrages le nombre d'exemplaires imprimés. Ses auteurs-phares sont Anna Gavalda, Vincent Ravalec et Gilles Sebhan.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Le Dilettante


Dernières critiques
_BNFA
  20 juin 2018
L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas
Un voyage low-cost … dans une armoire Ikea ! Une aventure humaine incroyable aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye post-Kadhafi. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, un éclat de rire à chaque page mais aussi le reflet d’une terrible réalité, le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle, sur le chemin des pays libres. Mon avis : C'est un petit livre rempli de fantaisie, de gaîté, doublé d'un message et de piques à l'adresse des lois anti-clandestins de nos « beaux pays ». J'ai aimé le côté burlesque de toute cette aventure rocambolesque. Ce que je retiendrai de cette lecture, plus encore que son parcours dans des contrées plus ou moins exotiques, ce sont toutes les rencontres qu'il a pu faire et qui le changeront radicalement. Certes, ce n'est pas de la grande littérature, on peut trouver l'humour un peu lourd (notamment les jeux de mots récurrents qui peuvent parfois devenir lassants, même si cela donne un certain rythme à l'histoire), et le style d'écriture un peu léger, mais je ne recherchais pas un style trop alambiqué. Je cherchais juste un récit qui m'entraîne sur d'autres rivages et qui me conte une histoire divertissante, mais profonde également, avec le thème malheureusement récurrent de nos jours : les migrants. Il faut en tout cas se laisser porter par la plume de l'auteur et les personnages hauts en couleur qu'il nous propose de rencontrer. Si vous aimez des situations improbables et délirantes, des jeux de mots à tire-larigot, vous allez être servi. Si vous n'arrivez pas à accrocher avec le style de l'auteur, accrochez vous et embarquez pour une aventure résolument humaine. Un roman à ne pas prendre au sérieux et agréable à lire. (L. B. - https://www.facebook.com/lacaverneauxmilleslectures/)
Lien : http://www.bnfa.fr/livre?bib..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ericbo
  20 juin 2018
Je l'aimais de Anna Gavalda
D'habitude, je répugne à lire les best-sellers ou les auteurs à succès dont « il-faut-absolument-lire-le dernier-livre-paru-recommandé-par-l'éditeur ». Et je devrais m'y tenir ! Car passé à peu près le premier tiers du roman, où l'intrigue s'installe - le suspens étant assez bien mené et bien écrit jusque là - où l'on découvre peu à peu et de manière non linéaire le problème, mon engouement a commencé à décliner. En fait, à partir de l'instant où le vieux commence à débiter son histoire d'adultère, de lâcheté, de son amour pour cette jeune femme les menant autour du monde, j'ai du mal à comprendre l'intérêt qu'il suscite auprès de sa belle-fille. Bon, tout cela est truffé de lieux communs, d'une banalité prévisible, écriture poussive, dialogues certainement en dessous de ce que peut faire un lycéen en Terminale, et sans aucun intérêt de mon point de vue.

Je rajouterai enfin que je trouve le conservatisme du milieu culturel de l'intrigue assez "puant". Toute cette haute société parisienne ne considérant que la province comme lieu de villégiature m'agace au plus au point ! Sans compter le racisme de fond concernant les Chinois, Hong Kong n'étant dans le récit qu'une extrapolation de la province, tout à fait inacceptable, toujours de mon point de vue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          215
Charlievarie
  17 juin 2018
La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel de Romain Puértolas
Très. Poétique
Commenter  J’apprécie          00