AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

publie.net [corriger]

Publie.net est une maison d`édition fondée en 2008 par l`auteur et éditeur François Bon et se présente comme ne coopérative d`auteur pour la littérature numérique. En janvier 2014, François Bon passe la main à Gwen Catalá et à l’équipe œuvrant à ses côtés. Originellement dédiée exclusivement au numérique la maison d`édition proposera par la suite également des livres papier à travers publie.papier

Livres populaires voir plus


Dernières critiques
Marâtre patrie

Dans ce court récit Mihàlis Ganas nous raconte son enfance dans un village de l'Épire, un village qu'il dut quitter pour l'Albanie puis la Hongrie, avec une partie de sa famille, à cause de la guerre civile, et qu'il retrouvera quelques années plus tard, dans un climat de misère économique et de violence politique. Mihàlis Ganas dans ses souvenirs n'en reste pas moins un enfant qui grandit. C'est souvent drôle et tendre en dépit d'un contexte des plus macabres et l'écriture de l'auteur est très poétique.
Commenter  J’apprécie          372
Nous devons attendre que le jour se lève

Un livre ou une comète ?

Ou un rapport scientifique et méticuleux ? une magnifique archéologie de la mémoire ? Un régal pour les yeux et les synapses qui sautillent à sa lecture. On y trouve des phrases sorties intactes de l'enfance "On recueillit aussi une pierre qui devint moins belle quand on la sortit de l'eau."

On s'y promène au bord de la mer, on y rencontre des personnages étranges, on examine des objets et des plans de maison. Et dans le fatras méthodique de la mémoire, des hypothèses revisitées, s'ouvrent à chaque mot des espaces poétiques, des komorebis, infiltrations, de petites flaques de ciel, l'infini de la mer.
Commenter  J’apprécie          10
La Mort de Balzac

C'est dans le roman 'La 628-E8' de 1907 que se trouvaient initialement les trois sous-chapitres qui portent sur Balzac, 'Avec Balzac', 'La femme de Balzac' et 'La mort de Balzac'.



Roman volontairement avant-gardiste ayant une plaque d'immatriculation comme titre (Beigbeder avec son emoticone n'a rien inventé), son automobile et son chien bien-aimé comme caractères principaux, allant du tac au tac, on s'étonne d'y trouver Balzac.



Mais oui, Mirbeau lui aussi était fasciné par Balzac.

Énervé que jusque là personne n'a osé écrire une véritable biographie du grand auteur, dans laquelle apparaîtrait les travers et les secrets de sa vie, Mirbeau voulait peut-être avec ces trois chapitres donner le coup d'envoi.

C'est que Mirbeau a eu des révélations de l'amant de Mme Hanska, le peintre Jean Gigoux, qui a vécu jusqu'en 1894 et qui, à un âge avancé, désillusionné et n'ayant plus rien à perdre, s'était confié à Mirbeau sur ce jour fatal du 18 août 1850 quand Balzac crevait seul comme un chien. Ce sont les mots de Gigoux, qui ne mâchait plus ses mots. Aussitôt après ce témoignage poignant que Gigoux avait partagé dans son atelier de peintre, Mirbeau courait chez lui pour tout noter dans un carnet.



Évidemment qu'à l'ère de la bourgeoisie bien-pensante de 1900 ce récit allait provoquer un grand scandale, d'autant plus que la fille de Mme Hanska, Anna Mniszech, était toujours en vie et que du fond du couvent où elle s'était retirée, avait menacé Mirbeau avec des poursuites judiciaires pour diffamation s'il ne retirait pas immédiatement le récit jugé scandaleux de son roman.



Affligeant ou non, il restera toujours un témoignage précieux des derniers instants de Balzac.
Commenter  J’apprécie          10

{* *}